Jheronimus & Bosch

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Jheronimus et son canard en enfer.


BD muette Diables et démons Humour noir

Voici Jheronimus, pauvre hère condamné à subir tous les outrages en Enfer, accompagné de Bosch, son stoïque canard en bois. Depuis leur trépas, ils endurent brimades et humiliations de la part de démons facétieux et leurs tentatives pour gagner le paradis se soldent toutes par de fumants échecs. Ainsi, Jheronimus se retrouve testeur d'armes tranchantes à son corps défendant et, lorsque pour se détendre il va à la pêche, il n'est pas dit que ce soit lui le pêcheur. Les strips de Jheronimus & Bosch ont été pré-publiés en anglais sur le site de la chaîne de télévision Adult Swim (Rick & Morty, Futurama). (extraits de la présentation de l'album sur le site de l'éditeur)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 09 Novembre 2018
Statut histoire Strips - gags 1 tome paru
Couverture de la série Jheronimus & Bosch
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

19/11/2018 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Les éditions Tanibis, comme d’autres petites structures (2024 par exemple) font un travail extraordinaire, prennent des risques – dans tous les sens du terme – pour défendre des œuvres originales, qui peuvent sortir des sentiers battus par les « grandes » maisons d’édition. Et, comme souvent – comme toujours ? – Tanibis le fait très bien, avec un travail éditorial remarquable : couverture cartonnée avec dos en simili cuir, papier lui aussi épais, belle mise en page, on ne peut que saluer ce travail. Tanibis m’avait fait découvrir cet auteur avec Le Bus (ou alors est-ce cet album qui m’avait fait découvrir cette maison d’édition ?), et ils ont récemment publié un superbe album anthologique du travail ancien de Kirchner, période underground et psychédélique (En attendant l'apocalypse). Ils poursuivent avec un inédit, très différent dans le fond et la forme de ce que je connais de Kirchner, même si certains aspects peuvent se retrouver dans Le Bus. Lorsque j’ai commencé à avoir des infos sur cette publication, je me suis immédiatement dit que j’allais l’acheter. En effet, un album de Paul Kirchner, sur Jérôme Bosch (artiste génial) ! En fait, seul Kirchner est au rendez-vous, puisqu’il n’est pas question ici de l’artiste flamand – encore que le personnage principal pourrait chronologiquement en être une version, même s’il meurt 8 ans avant le peintre… Et l’imagerie de Bosch, sa vision encore médiévale de l’enfer n’est finalement pas si éloignée de celle rendue par Kirchner, qui la traite par contre sur un mode humoristique et désabusé. Un court « prologue » - dans lequel est prononcée la seule parole de l’album (« Bosch ! ») nous présente le héros, Jheronimus donc, malandrin haineux, voleur, emmerdeur, qui meurt en 1508, après avoir chapardé à un gamin son jouet, un canard sur roulettes que l’on tire (et qui donc avait été nommé Bosch par son jeune propriétaire). Le reste de l’album – très épais (près d’une centaine de pages) – est constitué d’une série d’histoires courtes/gags d’une page à chaque fois, se déroulant en enfer. Jheronimus, qui se balade sans arrêt en tirant Bosch, son canard à roulettes, se voit torturé, emmerdé, pourrir la vie par le diable et ses créatures infernales (Dieu et les anges faisant quelques très rares apparitions). Le ton est à l’humour noir, absurde (c’est là que l’on peut trouver des accointances avec Le Bus, mais c’est quand même très différent et moins répétitif et froid), voire parfois débile. L’ensemble est inégal, mais j’ai bien aimé – même si, affaire de goût, j’aurais apprécié plus de folie, de noirceur et de trash. Mais cela reste quand même un chouette album (note réelle 3,5/5, que j’arrondis à 4 eu égard à la qualité du travail de l’éditeur).

19/11/2018 (modifier)