Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Le Contrepied de Foé

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 3 avis)

Un jeune footballeur camerounais tombe sur un agent qui lui promet la lune : jouer en Europe et gagner plein d’argent. Une BD totalement foot qui montre l’envers du décor pour les footballeurs africains de l’ombre…


Afrique Noire Football Sport

France, 2011. Une équipe vêtue en bleu pénètre sur le terrain. Parmi les joueurs, un dénommé U. Abega, portant le numéro 8. Quelques mois plus tôt, au Cameroun, Urbain joue au foot avec ses potes sur un terrain en terre. Il reçoit un ballon aérien. Amorti de la poitrine, demi-volée et but. Un étrange individu filme le match, il s’appelle Jean-Marc. À la fin de la partie, il vient à la rencontre d’Urbain (18 ans) et de son pote Ahmadou Kotto (16 ans). Il est agent sportif pour la FIFA. Dans le milieu du foot, Jean-Marc est surnommé Boss. Il leur propose de discuter autour d’un verre chez sa logeuse, Magda, qui n’est autre que la tante d’Urbain. Depuis quatre mois, Jean-Marc parcourt le Cameroun. Il a observé des centaines de matchs, même ceux qui se jouent sur de modestes terrains vagues. Urbain et Ahmadou lui ont tapé dans l’œil. Il est convaincu de leurs talents. Jean-Marc se trompe rarement. Il a découvert Nwanko Kanu, El-Hadji Diouf, Emmanuel Adebayor qui évolue au Real de Madrid. Il leur propose de rallier l’Europe : leur rêve va devenir réalité. Il s’occupe de leur obtenir des visas de trois mois. Charge aux deux jeunes de réunir 6 000 Euros pour payer leur voyage et les frais annexes…

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 10 Juin 2016
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Contrepied de Foé
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

20/03/2017 | Erik
Modifier


Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

3.5 Un one-shot qui parle d'un problème sérieux que je ne connaissais pas. Je savais quelques trucs autour de la problématique de l'immigration clandestine, notamment le fait que des entreprises les exploitent, mais je ne savais pas qu'en plus il y avait des immigrants qui venaient en Europe légalement avec des rêves de grandeur et qui se font arnaquer et finissent sans papiers ! On suit donc le héros et son copain qui se font promettre de devenir des champions de foot en France et, arrivés en France, après avoir du payer beaucoup, ils vont se rendre compte que ce n'est pas aussi facile que le disait le sélectionneur et qu'il n'est pas aussi honnête qu'il le dit...Le héros va donc subir une descente aux enfers et devenir un sans papiers. J'ai trouvé que le scénario était prenant et que le sujet abordé était original et grave. Le personnage principal est attachant et j'ai bien aimé suivre son récit. Je ne sais pas si le scénariste s'est bien documenté pour écrire son histoire (je trouve d'ailleurs dommage qu'on n'ait pas droit à un dossier instructif à la fin comme c'est le cas de plusieurs bandes dessinées qui traitent d'un sujet social), mais tout m'a semblé réaliste. On peut dire que la fin est un peu trop idéaliste, mais je l'ai bien aimée. Elle est crédible et il y a des surprises dans le récit que j'ai bien aimé. Le dessin est correct.

29/07/2020 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

C'est l'histoire de deux jeunes amis camerounais qui sont plutôt doués au foot dans leur village campagnard. Quand un blanc vient leur proposer de les aider à tenter leur chance dans des équipes professionnelles européennes, ils sautent sur l'occasion de leur permettre de sortir de la misère. Mais pour cela, il faut d'abord que leur famille et leur village acceptent de payer les frais de voyage et de visa. Je n'avais pas lu le résumé de l'album avant de commencer la lecture. Heureusement car je trouve qu'elle en dévoile un peu trop. Mais dès que j'ai vu le montant qu'il fallait débourser pour qu'ils puissent tenter leur chance en France, je me suis immédiatement inquiété et j'imaginais le drame si leurs espoirs étaient finalement douchés ou si un accident survenait en chemin. Le récit est intéressant car il montre un part du réalisme de comment ces choses là se passent et le risque que cela implique pour ces joueurs de foot et leur entourage. Beaucoup d'appelés, peu d'élus. Et quand à ce risque s'ajoute celui de la situation particulière adressée dans cette BD, cela devient vraiment dangereux. Mais comme c'est bien raconté, on est vite plongé dans l'état d'esprit des deux protagonistes et plus particulièrement du principal héros que l'on suivra jusqu'au bout. Je note d'ailleurs que l'introduction du récit trompe bien le lecteur qui croit à tort pouvoir se rassurer en sachant à l'avance comment cela va se terminer. Quant au graphisme, il est efficace et plutôt plaisant. Je ne m'en plains pas même si ce n'est pas exactement ma tasse de thé. Une plutôt bonne lecture qui montre une certaine vision de la réalité d'un sujet dont on ne parle pas très souvent et qui offre une conclusion relativement inattendue mais qui tient bien la route.

21/06/2019 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Cette bd dénonce le système des enfants footballeurs que des agents peu scrupuleux viennent recruter en Afrique. Ils font payer leur famille assez désœuvrée qui voit en leur enfant un investissement pour l’avenir. Puis, une fois en France, ces agents véreux abandonnent les gosses dans les rues à la merci des forces de police. On apprend que les sans-papiers peuvent avoir été cherchés alors qu’ils avaient des projets dans leur pays en l’occurrence le Cameroun. Cette bd prend un parti pris. Il est clair que cette dénonciation nous apporte une autre facette de la réalité. Certes, on pourra rétorquer que cette arnaque est assez marginale puisqu’il s’agit de quelques centaines d’enfants en rêve de gloire autour du ballon rond. C'est tout de même une forme d'esclavage moderne. Plus dure sera la chute pour ces jeunes avec des rêves qui sont brisés ! La bd est également scénarisée par Laurent Galandon (auteur de L'Appel). Il a le chic de prendre des sujets assez originaux et cependant d’actualité. Le graphisme est un peu faible mais cela passe aisément. La lecture sera assez agréable grâce à un excellent découpage. Pour le reste, c’est une belle chronique sociale habilement mise en œuvre.

20/03/2017 (modifier)