Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Eightball Hunter

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 3 avis)

Des flics ripoux braquent l'argent de deux clans ennemis de Los Angeles, déclenchant une vendetta sur un homme, lui-même recherché par une chasseuse de prime. Un polar musclé et conceptuel, dans le pur style des séries américaines...


Los Angeles Paquet [USA] - Les déserts Nord-Américains

Los Angeles. Deux gangs se sont donné rendez-vous dans une ruelle pour régler un contentieux. Le clan des japonais sort un sac qui contient environ 500000 $. A ce moment, un fourgon noir surgit et perturbe la petite fête. Des hommes en armes portant des masques des Simpson braquent le groupe et embarquent le fric. Ils tuent, au passage, l’un des hommes du clan des Latinos de Santiago. Quelques instant plus tard, les braqueurs se mettent en sécurité et examinent le contenu du sac. L’opération a réussi ! Le chef des braqueurs n’est autre qu’un flic du nom de Hatch. Grâce à un informateur véreux du nom de Dino, il a mis en place ce braquage avec des collègues flics qui n’ont pas froid aux yeux. Au même moment, Dino a rendez-vous dans un fast-food avec un russe nommé Ouliagov. Celui-ci a une affaire à lui proposer, contre une forte somme d’argent. Le job consiste à transporter une mallette dans une chambre d’hôtel de Las Vegas, le Caesars Palace. Ailleurs, Chastity, une chasseuse de prime, travaille pour l’agence Eightball Hunter. Elle doit récupérer un homme au nom de Waldo Doreman. L’accueil de ce dernier se fait de façon plutôt musclée, mais Charity finit par réussir à neutraliser le bonhomme…

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 22 Mai 2010
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Eightball Hunter

06/08/2015 | Erik
Modifier


Par greg
Note: 2/5

Je suis un peu mitigé sur cette BD. Pourtant elle partait sur de bonnes bases : des flics ripoux qui décident de braquer la maffia mexicaine lors de négociations avec les yakuzas, mais un électron libre va faire capoter la chose, le premier tome se terminant par la mystérieuse disparition du butin, le second apportant une résolution. C'est donc un point de départ classique, quoique pompé sur la fameuse série TV "The Shield". Mais petit à petit cela dérape car on nous met dans les pattes une multitudes d'intervenants divers dont le lien n'apparaîtra que dans le second tome, sans pour autant être vraiment convaincant. Le tout finissant dans une espèce de bordel généralisé et fusillades aussi fatigantes que peu crédibles. Le scénar du tome 2 a été voté par des internautes, et cela se voit, au lieu d'une histoire planifiée telle quelle du début à la fin on dirait une succession d'idées collées au jour le jour dans ce second opus. Graphiquement, sans être laid, c'est assez statique : l'originalité est que la plupart des protagonistes sont inspirés de personnages réels. Ce qui peut paraître amusant au départ devient tout aussi lourd que les rebondissements multiples du scénario, c'est overdose, il y a trop de tout. Et on ne peut pas dire qu'ils soient expressifs (quand la petite fille de l'héroïne retrouve sa mère après une longue séparation, son expression de joie est probablement la plus belle représentation bovine qui soit), ni parfaitement réussis, j'ai eu du mal à identifier certains tant les regards semblent être identiques. Au menu on a : Samuel L Jackson (flic véreux) igor et grischka bogdanov (tueurs russes) hulk hogan (tueur russe) Georges Clooney (flic véreux) vin diesel (maffieux mexicain) Michael Clarke Duncan (directeur d'une agence de chasseurs de primes) Lanc Henriksen (perso en arrière-plan) Danny de Vito (personnage recherché au coeur des deux récits) Gillian Anderson (procureur) Lewis Hamilton ou rappeur (cuisto) Et je vous dis il y en a plein d'autres que j'ai pas pu identifier. Le chef des maffieux mexicains est quelqu'un de connu (Ed Norton?) Ajoutons que pour ceux qui adorent les plans nichons, rassurez-vous : il y en a plein, toutes les femmes sont jolies et ont de gros seins qu'elle exhibent dès qu'elles le peuvent.

20/07/2021 (modifier)
Par stéphane
Note: 3/5

Une bande dessinée très dynamique dans ses dessins, l'héroine est très très charmante dans son graphisme. Peut-être un peu trop, cependant on se sent tout de suite pris au jeu du scénario et cette bd pourrait sans problême devenir un bon gros film blockbuster au cinéma. Le graphisme dynamique apporte donc une lecture fluide, le scénario est intéressant mais on reste un peu gêné face aux trop grands rebondissements apparaissants dans le parking souterrain du casino. Ceci dit cette bd est un bon divertissement.

16/08/2015 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Eightball est un polar survitaminé qui en fait de trop jusqu'à l'excès. Il y a pourtant une particularité à cette bd dite interactive. En effet, à la fin du premier tome, les lecteurs étaient appelés à voter pour l'une des 4 suites envisageables. Qui a volé le magot caché dans le coffre de la voiture dans ce parking miteux de Las Vegas ? Le second tome a été entièrement conçu par la réponse majoritaire des lecteurs. Oui, c'est une bd où le lecteur est roi et où il a le droit de donner la suite qu'il souhaite. Elle n'est pas belle la vie ? Cela donne Eightball dans le plus pur style des séries américaines du style Hollywood night. On trouve d'ailleurs des personnages ressemblant à des personnalités existantes. Ainsi Dino Laurenti est le parfait sosie de Dany de Vito. On croisera Schwartzy ou Vin Diesel. Plus inattendu, on va même rencontrer Igor et Grichka dans le rôle de tueurs à la solde de la mafia russe. Bon, les frères jumeaux ne feront pas long feu. Bref, on s'amuse dans cette débauche de clins d'oeil. Loser et Winner seront au rendez-vous.

06/08/2015 (modifier)