City & Gender

Note: 2/5
(2/5 pour 2 avis)

Précédemment publié dans le magazine taiwanais «Big Issue», City & Gender est un recueil d’histoires courtes qui se déroulent toutes dans une ville contemporaine, à la fois universelle et ordinaire : anonyme, normée, mais surtout genrée.


Guerre des sexes La BD au féminin La Boite à Bulles

Précédemment publié dans le magazine taiwanais «Big Issue», City & Gender est un recueil d’histoires courtes qui se déroulent toutes dans une ville contemporaine, à la fois universelle et ordinaire : anonyme, normée, mais surtout genrée. Les personnages de ces contes se retrouvent confrontés aux stéréotypes et aux poncifs que leur sexe et la rue leur imposent. City & Gender questionne avec subtilité la ville et l’environnement, et induit aussi une réflexion sur l’identité, sur le genre féminin/masculin et sur la société du XXIe siècle.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 11 Mars 2015
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série City & Gender
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

31/07/2015 | Ro
Modifier


Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Nous avons un contenu plutôt banal et sans véritable saveur. De petits récits se succèdent. On ne retiendra pas grand-chose sauf sans doute la première histoire sur les toilettes. Je ne comprends pas vraiment réellement l'intérêt de publier ce genre de BD. Quel retour en termes de ventes peut attendre cet éditeur ? On me répondra que c’est de l’art. Certes, mais que c’est ennuyeux. A vrai dire, je n'ai même pas envie de connaître les raisons de ces choix car cette BD me passe vraiment au-dessus. Je vais faire court. Cette BD revient un peu à habiller du vide. C'est assez superficiel voir narcissique et surtout faussement humoristique.

20/06/2019 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

City & Gender est un manifeste contre le sexisme et la ségrégation sexuelle de la société occidentale avec ses codes et ses comportements ancrés dans l'inconscient collectif. L'auteure le présente par le biais d'histoires courtes et indépendantes, toutes dans un cadre urbain, dans la rue de grandes villes. Elle y dénonce les différences de comportement des gens entre hommes et femmes, la ségrégation imposée dans certains lieux comme les toilettes, le harcèlement mais aussi le rôle qu'on impose aux hommes, la sexualisation des médias et de la publicité, etc. Le message est juste et je partage ses valeurs, appliquant dans ma propre vie familiale et sociale une égalité aussi stricte que le physique le permet entre hommes et femmes. Et pourtant je n'ai pas apprécié ma lecture. D'abord parce que je ne suis pas un grand fan du style graphique de l'auteur façon dessin au crayon de papier. Ensuite parce que j'ai été déçu de découvrir que l'album de 64 pages n'en faisait en réalité que 30, la moitié de l'album étant une répétition des mêmes planches traduites en anglais. Du coup, comme les histoires se lisent vite, ça fait une lecture vraiment légère qui laisse sur sa faim. Enfin parce que j'ai trouvé que ça manquait de subtilité. Oui les sujets abordés sont intéressants, mais la mise en scène est trop manichéenne à mon goût, souvent trop caricaturale. On dirait que les villes sont peuplées de gros connards à tous les coins de rue. Bon, ceci étant dit, je suis moi-même asocial et détestant les villes, donc peut-être est-ce la réalité mais en tout cas je l'évite. Quant à la question des toilettes pour hommes/pour femmes, j'ai aussi été confronté à la question de comment faire quand ma fille était trop jeune pour y aller seule mais je ne suis jamais trop attardé sur le sujet, allant dans les toilettes pour hommes sans me poser de questions. Et, comme l'auteure, je déteste les publicités racoleuses et les médias adeptes du bling-bling et des femmes objets, rejetant leur déformation de la vie réelle et le rappelant sans arrêt à mes enfants pour bien les éduquer sur le sujet. Mais la mise en scène de l'auteure avec son groupe d'amis "issus de la diversité", blanc, noir, asiatique, homosexuels, femme, qui inspectent et réagissent naïvement face à une publicité au caractère sexuel manifeste me parait trop artificielle et presque balourde. Ça ressemble presque à un petit livret éducatif qu'on distribuerait dans les collèges pour ouvrir les yeux aux jeunes sur des sujets évidents. Mais moi, je me suis ennuyé et je suis resté sur ma faim, sans doute parce que c'est un sujet que je connais déjà trop bien.

31/07/2015 (modifier)