Lock up

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Un manga sur le catch. L’histoire d’un homme condamné, dont le combat pour la vie s’exprime sur le ring.


Le Catch Seinen Shueisha Tonkam

T1 : La team de catcheurs indépendante Akatsuki est pauvre. Très pauvre. Lorsque son président, Samson Takaki, apprend qu'il est atteint d'un cancer en phase terminale, le moral de l'équipe chute encore. Pourtant, l'homme, affaibli par la maladie et par une longue vie de combats, n'est pas décidé à lâcher prise. Refusant de se soigner, il choisit de poursuivre sa lutte sur le ring. T2 : Quelques temps plus tard, un nouveau match contre le même adversaire est programmé. Mais cette fois les règles ont changé. Le gagnant recevra 20 millions de yen, mais le ring sera entouré de barbelés et les catcheurs munis de battes de baseball T3 : Un catcheur de l'organisation New Century Pro-Wrestling a supplié Samson de le recruter au sein de la team Akatsuki. Ce débauchage est controversé et pourrait créer des tensions énormes avec New Century et ses officiels. Alors pourquoi Samson a-t-il accédé à cette demande si particulière, prenant le risque de conséquences dramatiques ?

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 15 Octobre 2014
Statut histoire Série terminée 4 tomes parus
Couverture de la série Lock up
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

27/05/2015 | Blue Boy
Modifier


Par Blue Boy
Note: 2/5
L'avatar du posteur Blue Boy

Quoi ? Blue Boy qui poste un avis sur un manga ? Et sur le catch en plus ? Mais qu’est-ce qui lui prend, il a pété un câble ou quoi ? C’est quoi au juste son sushi ? Réponse de l’intéressé : J’étais en effet loin de me douter qu’un jour je posterai un avis sur un manga comme celui-ci (parce que moi, sorti de Taniguchi…). Non seulement je déteste les mangas en général (graphiquement c’est toujours pareil), mais en plus le catch et moi, ça fait deux, et avec une distance considérable… En fait, ce titre (numéro 3 d’une série dont je n’ai pas lu les deux premiers) m’est tombé dans les mains sans que je n’ai rien demandé. Alors histoire d’aller au-delà de mes préjugés, et ce malgré la laideur de la couverture qui ne faisait que renforcer mon hésitation, je me suis lancé. Je dois dire que ce genre de machin testostéroné, ça me donnerait presque envie d’appeler ma mère au secours. Cet étalage de muscles n’a vraiment rien de sexy, et leurs propriétaires ont l’air aussi finaud qu’un distributeur à café du paléolithique. Les dialogues sont d’une platitude confondante avec des répliques que je n’avais pas entendues depuis l’école primaire, exemple: « De toute façon, je ne parle pas aux cons, ça les instruit » (véridique). Et puis s’ajoute à cela une bonne grosse dose de mélo à en choper le diabète (le personnage principal, atteint d’un cancer, connaît une femme d’âge mûr qui doit s’adonner à la prostitution pour payer les études de médecin de son jeune fils qui finit écrasé par un train alors qu’il tentait de sauver un vieil homme qui voulait lui-même se jeter sur les rails…). Alors bien sûr, il y a une morale dans tout ça, sévèrement burnée c'est sûr, parce que les catcheurs, c’est pas des tafioles mon gars, et ils ont le sens de l’honneur : pour montrer leur force à l’adversaire, leur technique consiste « juste à rester debout, ne pas fuir, regarder l’adversaire droit dans les yeux et encaisser toutes les frappes. » Quitte à avoir la gueule en sang voire un couteau dans le bide. Bon, on nous a déjà fait le coup de « l’autre joue » il y a 2000 ans, et personne n’y a cru… Mais là, on est dans le catch sauce zen. En même temps, c’est pas si idiot. Et très utile pour la vie quotidienne et affronter le métro, le bureau, le patron, les collègues... Voilà, je n’ai pas grand chose à ajouter concernant cette bande dessinée japonaise industrielle pour ados, cet avis étant sans doute le plus inutile posté par mes soins ici. Mais si j’avais un gamin, c’est sûr, je ne lui en conseillerais certainement pas la lecture. Les 2 étoiles, c'est juste pour tempérer ceux qui m'accuseraient de ne pas être objectif.

27/05/2015 (modifier)