Les Chroniques suédoises

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

La Suède et son fameux modèle, décortiqués avec humour par Nils Glöt.


Pays scandinaves

De la Suède, on connaissait surtout Bergman, Abba, le mobilier design pas cher à monter soi-même et la série policière Millenium. Et puis aussi ce fameux « modèle suédois », désormais décortiqué avec humour en 22 chroniques sur les thèmes les plus hétéroclites où il est question d’abeilles d’appartement, de croque-messieurs-dames et de filets à papillons géants pour attraper les aurores boréales. La Suède vue par Nils Glöt ressemble à une planète étrange où le sens de l’éthique est poussé à l’extrême, et dont on ne sait si tout cela est possible ou on aimerait que ça le soit.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 03 Septembre 2014
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Les Chroniques suédoises
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

18/10/2014 | Blue Boy
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Au début de ma lecture, j'avoue ne pas avoir apprécié cet humour suédois qui est très subtil. Par la suite, j'ai adhéré à cette excentricité et cette autodérision mais ce n'est pas l'humour que je préfère. Au final, il y a une certaine fraîcheur à la lecture. Normal, car la Suède est un pays nordique. Ces chroniques nous permettent de connaître un peu mieux la Suède. C'est un pays que j'aimerais bien visiter pour la douceur de vivre. La Suède est l'un des rares pays de l'Union européenne à ne pas avoir subi de plein fouet la crise mondiale de 2008, et est encore l’un des rares pays de l’UE qui respecte ses engagements en matière de finances publiques. Son déficit et sa dette publique sont limités, résultat d’une grande rigueur de la gestion publique depuis la crise des années 90. Un bel exemple à suivre ? Certes, il y a également des travers qui nous sont dévoilés par l'auteur de manière très humoristique et parfois décalée. J'avoue avoir apprécié l'épisode sur le syndrome de Stockholm. Et puis il y a tous ces clichés que l'auteur nous démonte assez malicieusement. Bref, derrière ce pays si souvent montré en exemple, il y a quelques failles. Ces chroniques suédoises sont à découvrir avec un regard amusé.

13/06/2015 (modifier)
Par Blue Boy
Note: 3/5
L'avatar du posteur Blue Boy

Mélange d’excentricité et d’autodérision empreints d’une certaine candeur, exempt de toute méchanceté, c’est peut-être ainsi que l’on pourrait définir le mieux l’humour suédois, en tout cas celui de Nils Glöt. Car en effet, il semblerait qu’il existe au moins un pays en Europe où, loin du cynisme à la française, on a l’audace de croire que la nature humaine est bonne, du moins qu’elle peut être améliorée pour insuffler un tant soit peu d’harmonie dans les rapports sociaux. Ces sympathiques chroniques tirées du blog de l’auteur le laissent à penser. Celui-ci évoque des aspects de son pays natal en caricaturant (gentiment, cela va de soi) ce souci permanent de l’équité et de l’écologie touchant tous les domaines. Mais Glöt a surtout trouvé le parfait gimmick : jouer avec les clichés que chacun peut avoir sur l’esprit suédois, et s’amuser d’autant avec la naïveté du lecteur, Français notamment, convaincu lui-même de la bonasserie des Suédois. L’important n’est pas que cela soit vrai (les radios pour plantes ou la banque des souvenirs existent-elles vraiment ?) mais que l’on puisse se demander si c’est vrai. Le dessin est assez sommaire mais passe au second plan devant la fraicheur du propos, et l’on se surprend plus d’une fois le sourire aux lèvres sans se sentir obligé de s’esclaffer à chaque page. D’une tonalité très poétique, l’univers de Nils Glöt ravira les amateurs de Sempé. La fantaisie propre à l’ouvrage déborde même sur la biographie de l’auteur, qui affirme sans rire avoir battu le record du monde de la traversée de la Suède à dos de renne, ou encore être à l’origine du premier grand dictionnaire malais/suédois. On avait perdu l’habitude de se méfier des Vikings, convertis depuis quelques temps aux casques à cornes en mousse. Avec de tels énergumènes, m’est avis qu’il va falloir recommencer à surveiller nos côtes de près…

18/10/2014 (modifier)