Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Amour à mort

Note: 2.8/5
(2.8/5 pour 5 avis)

Deux destins sous la coupe cruelle d'Éros et Thanatos La belle Mianne s'apprête à épouser le Sire Anislaar, et dans les allées de l'église bruissent de drôles de rumeurs...


Ecole Supérieure des Arts Saint-Luc, Bruxelles Jean-David Morvan

On dit que les futurs mariés se sont rencontrés la première fois il y a une dizaine d'années, alors qu'Anislaar venait de trancher la tête du père de Mianne, que Mianne aurait déjà tué par vengeance les proches du roi qu'elle s'apprête à épouser, qu'on peut contempler le récit d'une vie de rage sur les broderies de sa robe, patiemment élaborée dans sa prison dorée... Si ces rumeurs disent vrai, on se demande comment il est possible que Mianne et Anislaar aient décidés d'aller jusqu'à l'autel, et surtout, si le moment venu, ils se diront vraiment «oui» pour cette vie...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 05 Décembre 2012
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Amour à mort

31/12/2012 | Jetjet
Modifier


L'avatar du posteur Le Grand A

Je suis ressorti consterné de ma lecture, ne m’attendant pas à lire une histoire aussi faiblarde, et si ce n’était pas signé Jean-David Morvan cette bd n’aurait probablement pas vu le jour je pense. De base j’étais plutôt attiré par les dessins, notamment l’illustration de couverture qui fait son taf il faut le reconnaître (j’ai noté l’album dans ma liste de livre à lire dès 2012 mais je ne mets la main dessus que maintenant), cependant après lecture je suis plutôt déçu. Le crayonné est bon dans les grandes largeurs et les couleurs suivent, mais cela manque de soucis dans la finition je trouve. Surtout, c’est confus, on ne comprend pas toujours ce qu’on regarde, il y a des cases qui ne servent à rien et dont je serai bien incapable de décrire ce qu’elles représentent. Bon après le dessin n’est pas le plus scandaleux à mon sens, comme je l’ai dit il est inégal avec des dessins magistraux et d’autres un peu réalisé à l’arrache ; plutôt plaisant dans l’ensemble. L’histoire en revanche, est torchée à la va-vite. Le pitch n’a même aucun intérêt en soi, c’est une histoire de vengeance comme on en a lu des centaines, le drame à la Shakespeare et touti quanti qui demande quand même un développement sur plusieurs albums par principe, mais là c’est raccourcis au one shot. A quoi sert le cadre fantasy ? Je me le demande encore. Aucun intérêt si ce n’est de se faire plaisir au dessin (l’héroïne est sacrément bien gaulée, elle a tout ce qu’il faut là où il faut) et de broder une fiction niaiseuse ponctuée de dialogues à l’ouest (le narrateur qui profite d’un blanc durant les vœux du mariage pour poursuivre son récit. Genre, les mariés se regardent dans le blanc des yeux pendant 15mn? ). Franchement c’est de l’amateurisme je trouve, niveau d’écriture fanfiction d’adolescent. Moralité, enjeux, développement des personnages, de l’intrigue, etc ? Il n’y a rien, 51 pages de vide littéraire.

05/12/2021 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Je n'ai pas accroché à cette histoire. Le principe de raconter l'histoire d'un couple par un tierce personne est intéressante, mais c'est à peu près la seule chose que j'ai aimé dans cet album. Le récit se lit tellement vite que je n'ai pas eu le temps de m'attacher aux personnages et à l'histoire d'amour-haine du couple. Le récit manque aussi d'originalité et la fin est vite expédié. La seule émotion que j'ai ressenti durant la majeur partie de l'album était une indifférence générale. Le dessin est correct quoique je le trouve froid. Le genre d'album que je trouve sans saveur et peu mémorable.

12/07/2017 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Jia-Wei Hung est douée. Son dessin est très beau, très stylé. D'une certaine manière, il rappelle le romantisme esthétique d'un Yoshitaka Amano avec ses costumes détaillés et superbes. Il s'en donne ici à coeur joie dans ce récit de fantasy. Car J-D Morvan ne s'y est pas trompé et a su voir à quel point son style graphique conviendrait parfaitement à un récit d'heroïc-fantasy sombre et romantique. C'est donc l'histoire d'une belle princesse guerrière qui doit fuir et venger la mort de son père et de son royaume. Et c'est l'histoire du prince adverse qui est tombé amoureux d'elle. Amour et mort, le titre est on ne peut plus explicite. Le scénario n'est pas des plus originaux mais il tient bien la route et permet un récit beau et envoûtant. Malheureusement, j'ai trouvé la conclusion trop convenue et décevante. C'est le genre de fin romantico-tragique que n'importe quel adolescent aurait pu imaginer et deviner. J'attendais sincèrement quelque chose de plus original, quelque chose qui ajoute de la profondeur à un récit autrement beau mais assez linéaire. Déçu donc par la toute fin mais c'est quand même une belle BD.

20/07/2016 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Voila une BD qui dormait depuis quelques temps sur l'étagère en attente de classement et à laquelle je mets cette note car enfin nous avons là un dessin très sympa, je dirais même foisonnant mais pas au point de perdre le lecteur. Voilà un dessinateur, Huangjiawei, qui exploite ses cases à fond avec un sens du détail et de l'arrière plan qui me plait beaucoup. L'histoire qui utilise les flashbacks le fait de manière appropriée sans que cela ne devienne redondant. Ce n'est pas révolutionnaire mais la fin est suffisamment inhabituelle même si on la sent venir. Une BD à relire de temps en temps pour la qualité de son graphisme.

16/08/2014 (modifier)
Par Jetjet
Note: 3/5
L'avatar du posteur Jetjet

Bluffé par la qualité des dessins de la série Zaya menée par les deux mêmes auteurs, c'est naturellement que mes mains se sont rapidement posées sur ce one-shot complètement différent et non dénué d'intérêt. Qu'il s'agisse du titre ou du résumé de l'éditeur, le pitch est très clairement posé.. Dans une civilisation asiatique ou indéterminée, une jeune princesse assiste impuissante au massacre de tout son peuple ainsi que de son père par une armée belliqueuse. Après avoir juré serment de se venger et de tuer un après l'autre chacun des responsables, la belle Mianne se voit proposer d'épouser l'homme qui a retiré la vie de son propre père... Mais qui de l'amour ou de la soif de vengeance aura le dernier mot ? Proposant un canevas somme toute classique mais toujours ingénieux, Morvan se joue des codes en proposant un récit très court et nerveux relatant la cérémonie de mariage vue par quelques convives se faisant à la fois narrateurs et spectateurs. Il inclut de façon plutôt fluide les flashbacks (en atténuant les couleurs) permettant de mieux comprendre le passé trouble et violent de la jeune fiancée et est servi par les planches superbes dont on se surprend à passer les détails en revue ! L'histoire est classique et ça se lit honnêtement très voire trop rapidement pour une conclusion dont je vous laisse la surprise mais qui ne va pas bouleverser vos existences. De beaux dessins, une chouette narration et une héroïne belle à vous glacer les sens. Que demander de plus si ce n'est un peu plus de consistance, ce qui lui coûte finalement la 4ème étoile initialement prévue.

31/12/2012 (modifier)