Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Du vent sous les pieds emporte mes pas

Note: 2.6/5
(2.6/5 pour 5 avis)

Léon possède une certaine fibre artistique... ...mais à la mort de sa mère, le jeune garçon se trouve seul avec son père, cafetier du village, qui ne comprend pas, lui, la passion que son fils nourrit pour le dessin.


1900 - 1913 : Du début du XXe siècle aux prémices de la première guerre mondiale 1919 - 1929 : L'Après-Guerre et les Années Folles Peinture et tableaux en bande dessinée Quadrants

Léon possède une certaine fibre artistique... ...mais à la mort de sa mère, le jeune garçon se trouve seul avec son père, cafetier du village, qui ne comprend pas, lui, la passion que son fils nourrit pour le dessin. Dans la forêt, Léon rencontre un drôle de bonhomme, peintre et ermite, qui lui apprend les bases de la technique et un peu l'histoire de l'art. Des moments intenses et exaltants ou Léon se sent enfin lui-même. Léon caresse le projet de pouvoir, un jour, en vivre... Mais la guerre survient, bouleversant un destin encore balbutiant.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 23 Mai 2012
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Du vent sous les pieds emporte mes pas
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

09/07/2012 | Ro
Modifier


Par gruizzli
Note: 2/5
L'avatar du posteur gruizzli

Je suis vraiment circonspect à la lecture de cette BD, qui souffre d'un décalage trop important entre l'installation de son sujet et la finalité qui semble presque bâclée tant elle vient rapidement et sans réellement conclure l'histoire ou ses thématiques. C'est d'autant plus dommage que le début était prometteur, avec des idées plutôt originales sur un cadre déjà vu. Niveau dessin, c'est dans un style que j'aime assez peu mais qui est d'une belle efficacité pour rendre les aspects d'avant-guerre. C'est vraiment au niveau de l'histoire que ça ne suit pas, entre les arcs narratifs conclus trop vite, des scènes qui sentent le faux à plein nez, des questions laissées toujours en suspens ... Je rejoins totalement l'avis de Mac Arthur : on dirait une histoire charcutée par l'éditeur, dont nous n'avons au final que des restes qui forment un tout presque cohérent. Au cours de ma lecture, c'est avec une grosse surprise que j'ai vu la fin arriver, ne comprenant pas comment tout cela allait rester aussi rapide et effleuré. Et je n'en retire pas grand chose, ce qui me laisse à penser que ça ne sera pas un inoubliable, clairement pas. Dommage, encore une fois !

17/10/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Je trouve que cet album souffre énormément d’un déséquilibre dans sa construction. La première partie du récit (jusqu’à la page 51 pour être précis) est très lente et installe bien l’ambiance. Mais dès la page 52, le rythme va devenir totalement saccadé, avec de courtes séquences de 3, 4 planches juxtaposées. A la lecture, j’ai vraiment eu le sentiment que l’auteur a pensé son projet en plusieurs tomes mais qu’arrivé à cette fameuse page 51, il a reçu un message de son éditeur lui signifiant qu’il n’y aurait qu’un tome. S’en seraient suivis discussions et négociations pour parvenir finalement à un compromis : un seul tome mais de 80 pages, histoire de quand même boucler l’histoire. Je peux complètement me gourer, mais c’est le sentiment que ma lecture m’a donné. Mon appréciation est donc assez mitigée. Le début du récit m’a bien accroché. Le dessin est très agréable et la colorisation apporte une ambiance particulière au récit. L’histoire en elle-même est assez convenue mais les personnages sont attachants. Bon ! Ca manque un peu de rebondissements, mais ce n’est pas désagréable à suivre pour autant. Au-delà de la page 51, c’est une autre histoire : tout est expédié et l’auteur nous amène le plus rapidement possible à sa conclusion qui se veut le reflet d’un parcours de vie. Et là, franchement, je dis « bof », pas assez nuancé, pas assez construit, pas bâclé pour autant mais beaucoup trop resserré pour maintenir une ambiance prenante. En définitive, ma cote oscille entre le « bof » et le « pas mal », une note que je conserve finalement pour la qualité du dessin du fait que l’histoire arrive à son terme et parce qu’il y a cette très plaisante idée du bateau dans un champs.

09/02/2015 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

Je me suis laissé emporter par le récit, ce qui est plutôt bon signe. Cependant, je le trouve manquant de consistance. Bref, sans doute un poil trop contemplatif et stéréotypé. Mais c'est enrobé d'une telle façon que ça se lit bien, très bien même. La fin est relativement ouverte mais cela ne me gêne pas outre mesure compte tenu qu’on suit une tranche de vie d’un garçon qui aura à traverser bien des épreuves. Peu de choses à dire finalement. Ca se lit puis ça s’oublie. Les planches valent le détour davantage pour leur traitement à l’aquarelle que pour le trait relativement consensuel. Sans doute pas un achat indispensable, mais une lecture à conseiller si vous tombez dessus.

12/07/2013 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

J'ai bien aimé le récit de ce gamin révolté peu avant la Première Guerre Mondiale qui perd sa mère et qui va se consoler en découvrant la peinture par le biais d'une rencontre fortuite. Il y a de l'émotion et une véritable psychologie des personnages. J'ai beaucoup aimé le ton sépia donné à ce dessin qui exprime la sensibilité. L'adolescence sera d'ailleurs longuement explorée. Puis, on va connaître un trop court passage dans les tranchées mais qui sera capital en ce qui concerne la suite des événements à Bruxelles. Le thème central est celui de l'art mais surtout de la liberté. Cela se termine sur une fin ouverte qui n'est guère satisfaisante en l'état. Bien qu'il n'y ait pas de numérotation, j'ai appris par hasard qu'un second opus devrait sortir ce qui m'a un peu rassuré car il y a encore de la matière. On suivra avec plaisir la destinée de ce peintre en herbe. Un beau travail réalisé par des auteurs belges dont c'est la première bd véritablement grand public.

04/05/2013 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Cette BD est un roman graphique racontant la vie d'un artiste peintre entre le début du 20e siècle et les années 20, un garçon de campagne un peu rebelle qui se découvrira la fibre artistique mais dont la carrière aura bien du mal à se lancer face aux traumatismes de la vie. C'est une histoire aux accents de drame, une vie dure et triste où les malheurs se succèdent sans trouver beaucoup de contrepoids malgré une belle amitié et un ancien amour de jeunesse. Graphiquement, le dessinateur nous offre des planches à l'aquarelle globalement agréables. Couleurs et décors sont souvent jolis. Les personnages rendent cependant moins bien et sont même quelques fois plutôt loupés comme cette belle femme à demi nue sur la fin. L'histoire aurait pu être intéressante mais elle se présente de manière trop décousue. On passe d'une jeunesse campagnarde aux affres de la première guerre mondiale puis à l'insouciance des années 20 sans véritable liant entre les époques. Les évènements et rencontres se succèdent, souvent de manière tragique, mais j'ai peiné à m'attacher au personnage et à être touché par l'aspect torturé de sa vie artistique et des traumatismes qu'il a subis. Et le récit s'achève sans que j'ai vu une véritable histoire prendre forme, comme si j'étais resté totalement extérieur à la vie de cet homme qui prend parfois des allures de stéréotype du genre "artiste torturé et rebelle". A dire vrai, je me suis un peu ennuyé...

09/07/2012 (modifier)