La Mort et de Lao-Tseu (Les aventures de)

Note: 2.86/5
(2.86/5 pour 7 avis)

La Mort a-t-elle un sexe ? feminin, masculin ? des sentiments ? de la pitié ? Et surtout, surtout, la Mort aime-t-elle le football, les oiseaux, le printemps, la plage ? Croit-elle en l'avenir ? en l'amour ? A-t-elle des états d'âme ? François Boucq nous propose une série de petites histoires, mettant toutes en scène un personnage tabou : la Mort. Mais à sa façon, c'est-à-dire avec humour, légèreté et talent.


Boucq Cochons, Porcs et Cie Humour noir La Mort

La Mort a-t-elle un sexe ? feminin, masculin ? des sentiments ? de la pitié ? Et surtout, surtout, la Mort aime-t-elle le football, les oiseaux, le printemps, la plage ? Croit-elle en l'avenir ? en l'amour ? A-t-elle des états d'âme ? François Boucq nous propose une série de petites histoires, mettant toutes en scène un personnage tabou : la Mort. Mais à sa façon, c'est-à-dire avec humour, légèreté et talent. Accompagnée de Lao-Tseu, un petit cochon muet, philosophe, fidèle et bavant en permanence, cette Mort-là ne nous fait pas peur, au contraire. Elle nous amuse, nous attendrit même parfois et nous surprend toujours. Gaffeuse, incongrue, égarée dans un monde qu'elle maîtrise mal, elle déborde d'énergie... et de vie ! On a presque envie de la mieux connaître pour la chouchouter un peu : c'est tout dire ! (résumé du tome 1, tiré de www.casterman.com) Démarrage difficile : sur le divan, la Mort a la mort dans l’âme; plus le goût de rien, pourtant Dieu sait qu’elle fait bien son boulot. Mais les choses ne sont plus ce qu’elles étaient, les temps ont bien changé, et patati et patata, et voilà, le psy s’est endormi et la Mort hurle (à la mort) pour le réveiller. Un bien pour un mal, le thérapeute n’a le temps d’ouvrir les yeux que pour être terrassé par une crise cardiaque. Il n’en fallait pas plus à notre chère et tendre pour reprendre goût... à la vie ? Accompagnée de son fidèle Lao Tseu, le cochon philosophe trop sobre qui se prend pour la réincarnation du Sage du même nom, elle trouve à s’occuper, malgré la piètre opinion qu’elle a des humains qui, décidément, sont fort ennuyeux pour la plupart. Sans compter qu’ils mènent des existences sinistres que pour rien au monde la Mort n’échangerait contre la sienne. Faisant preuve d’une imagination sans cesse renouvelée, sachant comment mettre du piquant dans son quotidien tout en s’en prenant régulièrement à Lao Tseu, qu’elle trouve tout de même bien trop sérieux, la Mort nous entraîne dans sa course folle et nous fait partager, sans retenue, ses moments les plus intimes et ses réflexions les plus intenses... (résumé du tome 2 tiré de www.casterman.com)

Scénariste
Dessinateur
Coloristes
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 1996
Statut histoire Histoires courtes 4 tomes parus
Couverture de la série La Mort et de Lao-Tseu (Les aventures de)
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

08/07/2002 | ThePatrick
Modifier


Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

En ce qui concerne le dessin je n'ai pas grand chose à dire tant j'apprécie depuis longtemps le travail de François Boucq. Son trait s'adapte à tous les styles différents qu'il a abordé dans sa carrière. Sur le fond cette mort est tout sauf angoissante, elle prête souvent à rire, sans doute d'un rire un peu jaune mais en même temps libérateur. Nous ne sommes pas ici dans la franche gaudriole, la grosse rigolade. F. Boucq est beaucoup plus subtil que cela il arrive même parfois à lâcher quelques réflexions pertinentes sur cette mort qui ne laisse aucun de nous indifférent. Une BD plus fine qu'il n'y parait, sinon à acheter du moins à emprunter.

14/04/2018 (modifier)

(Après lecture des tomes 1 à 4) J'avais vraiment bien aimé La Dérisoire effervescence des comprimés, La Pédagogie du trottoir et autres... Mais cette série de Boucq est un peu décevante. Par certains côtés, la mort est un sujet assez favorable pour faire de l'humour et notamment des jeux de mots : comme le sexe ou la bouffe, elle est présente dans tellement d'expressions ! Donc quand il s'agit juste de caser ce genre d'expressions dans une bulle ou deux, l'exercice est plutôt facile et lasse assez rapidement. Côté comique de situation, on prend donc cette thématique par la main, et on décline les situations... Les deux premiers tomes font sourire, mais dans les deux suivants, on a le sentiment de tourner un peu en rond. D'ailleurs, paradoxalement, l'humour est rarement noir dans cette série, et c'est bien dommage ! Reste le dessin de Boucq, qui a toujours autant de caractère, quoique plus esquissé ici que dans d'autres oeuvres : volonté de renforcer le côté caricatural ou bien de faire plus de planches en un minimum de temps ? Je ne sais pas, mais j'aime moins ce résultat-ci. L'édition des premiers tomes chez Casterman était assez agréable, en noir et blanc mais avec un grain de papier épais. La nouvelle édition chez Fluide Glacial, certes en couleur, n'a pas cette qualité.

15/02/2011 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Je suis déçu par cette série. Je m'attendais à mieux de la part de François Boucq. Je n'ai pas beaucoup rigolé en lisant les trois tomes. Il y a quelques bonnes trouvailles comme lorsque la Mort tue un de ses camarades de classe et que le prof demande qui a fait ça sur un ton anodin, mais la plupart du temps je souriais à peine. De plus, je trouve que l'auteur a un peu tiré sur la corde. Le troisième tome m'a vraiment ennuyé et je ne l'ai même pas fini.

22/12/2009 (modifier)
Par angus
Note: 4/5

Cette série nous raconte les pérégrinations de la Mort représentée par un squelette muni de sa faux et de Lao-Tseu son cochon philosophe. Boucq nous livre là un album en noir et blanc rempli d'humour. Les situations cocasses de la Mort devant ses prochaines victimes sont franchement jubilatoires. De plus, l'album est truffé de réflexions plus ou moins sérieuses sur la mort en tant que telle. Certains la craignent, d'autres la rejettent ou l'attendent... J'aime beaucoup le dessin de Boucq et sa façon très caricaturale de traiter ses personnages. Une série de 2 tomes qui m'a laissé un très très bon souvenir.

20/09/2006 (modifier)
Par Piehr
Note: 3/5

Voici une série, il faut bien l'avouer, assez originale. Faisant cavalier seul, Boucq arrive a tenir la route, que ce soit aussi bien du point de vue scénaristique que du point de vue graphique. Les deux volumes existants actuellement nous présentent de courtes histoires assez sympa, non dénuées d'humour, souvent noires, mais aussi toujours dans le ton. Rien de provoc ni de choquant ici, mais tout simplement un pouvoir comique assez interressant par sa diversité suivant les tomes. Pourtant, force est de constater que tout n'est pas drole. Certes, on sourit souvent, mais on rit beaucoup moins, ça c'est sûr !!! Quelques retournements de situations sympatiques, mais rien de réellement fendard, hélas... Le dessin de Boucq, lui, est vraiment sympa. Assez fin et détaillé, il permet de donner vie à son personnage squelette de la plus belle des manières. Cela contraste beaucoup avec les styles minimalistes de Edika ou Binet, que l'on peut trouver dans les mêmes pages d'un Fluide Glacial. Les couleurs sont absentes ici : tout en niveaux de gris, les illustrations sont mises en relief de la plus belle des manière. et quand on sait le travail que peut réaliser Boucq à la couleur sur Bouncer, on ne peut qu'etre admiratif de son talent sur ce point. Bref, une série de plus qui est bien sympa à lire, mais dont l'achat n'est à mon avis pas indispensable !

27/09/2002 (modifier)
Par Ju-Lien
Note: 3/5

Une excellente série pour bien comprendre la philosophie de la Mort, sa vie, ses envies, ses jeux, son seul ami le cochon Lao Tseu le comprend dans une plus grande évasivité. Une dame du genre Mère Denis indécrotable qu'elle fera oublié à la Mort qu'elle/il est venu(e) la chercher pourl'au-delà. La mort vu par la Mort dans tout ses états, toute l'actualité quotidienne. Un grand esprit de la caricature et de la parodie de la part de Boucq grand spécialiste du genre avec ses autres albums aux gags percutants et surréalistes.

09/07/2002 (modifier)

(lu que le tome 1 pour l'instant) Le dessin de Boucq toujours aussi sympathique, même en noir et blanc. Ces aventures sont quand même bien moins décalées, drôles et prenantes que celles de Jérôme Moucherot... L'humour n'est pas exceptionnel, juste plaisant. Certains gags se voient venir de très loin. Une lecture qui reste sympa, mais à mon avis pas indispensable...

08/07/2002 (modifier)