Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 193 avis et 7 séries (Note moyenne: 3.18)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Genèses Apocalyptiques  posté le 09/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Premier contact avec Trondheim, première désillusion. Au vu des critiques élogieuses, je m'attendais à un concentré d'humour et de réflexion. Malheureusement je n'ai rien détecté de tout cela. J'ai plutôt le sentiment que Trondheim nous expose sa vision du monde avec des assertions sans argument, un point de vue très peu voire pas argumenté du tout. Certes ses dires reposent sur des faits historiques mais je ne partage pas (entièrement du moins) son point de vue.
Comme le dit Ro, les problèmes posés sont trop basiques et bénéficient d'un traitement plus que léger.

Bref, je ressors déçu par mes lecture et relecture. J'espère cependant que les prochains Trondheim me convaincront plus que ça.

Nom série  La Trilogie Nikopol  posté le 27/08/2009 (dernière MAJ le 07/09/2009) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Nikopol

Je trouve l'histoire relativement linéaire, ou tout du moins je n'ai pas réussi à y rentrer une seconde fois. A la première lecture j'avais découvert le charme crasseux du détail mais classieux de l'ensemble du dessin d'Enki Bilal. C'est certes une expérience plaisante. Cependant, le scénario est délaissé au détriment de la critique de la dictature. Le seul point de cette critique que j'ai trouvé original est de mêler religion et pouvoir. On est à ce niveau plus proche de la monarchie (de droit divin) que de la dictature. De même à l'allusion des courtisans qui suivaient point par point la mode instaurée par le monarque (notamment à la renaissance).

Je m'interroge cependant sur le thème de l'homosexualité dans Nikopol. Est-ce une allusion discrète aux prémices du nazisme ou bien simplement une illustration de la dégénérescence de la société SELON Bilal?
Une seconde allusion au nazisme serait-elle faite au sujet des femmes qui auraient du se montrer "accueillantes" envers les soldats nazis (donc ariens) de passage?

Le reste de la critique restant selon moi à un niveau peu élevé : la dictature entraîne la paupérisation de la culture donc le pays se voit scindé en deux classes sociales distinctes ; apologie de la force physique afin de profiter d'une force militaire facilitant l'expansion.

Quoi qu'il en soit, malgré le scénario original, je n'ai pas (re)trouvé le talent de conteur de Bilal à la hauteur de mes attentes. J'avais préféré à la première lecture où je m'étais moins interrogé mais plus laissé guidé par le fil des évènements. Un album intéressant par sa critique sévère des régimes totalitaires.


La Femme piège

Un sentiment d'incertitude très plaisant à la première lecture, la sensation d'être balloté entre réel et irréel, rêve et réalité. Cette sensation disparait malheureusement à la relecture, ce qui rend celle ci fade et sans réel intérêt autre qu' esthétique. Le dessin de Bilal a eu le temps de mûrir entre le premier album et le second. Cela se ressent notamment au niveau du lissage des couleurs qui proposent des camaïeux (c'est ça de suivre les cours d'art plastique au collège ) plus « réussis » que par le passé. Absence notable: pas de réflexion dans cet album, à l'inverse du premier tome.


Froid Equateur

Une aventure un peu plus intéressante que celle de La Femme piège dans le sens où la relecture n'est pas gâchée par l'ambiance qui se dégage du récit. Ici, pas d'interrogation sur ce qui est réel ou pas, on assiste au dénouement de la série. Le scénario est comme le second album axé aventure, on ne retrouve pas non plus de réflexion. Le dessin est magistralement maîtrisé et vient encore une fois faire de l'ombre au premier opus de la trilogie qui restera mon préféré.

Nom série  Sin City  posté le 07/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Après lecture de quelques tomes:

Tout comme Guillaume.M, j'ai d'abord fait la connaissance de Sin City par le biais du film, que j'ai bien apprécié. Je n'ai cependant pas apprécié le premier tome de Sin City à sa juste valeur pour deux raisons, la première étant que je n'ai pas réussi à me baigner entièrement de son ambiance, la seconde : des éléments de la trame m'étant restés en tête, je perdais du coup une partie du suspens et le désarroi de Marv, ne sachant pas s'il vivait un rêve éveillé ou bien la réalité. Mais les répliques sous-entendant les sévices sont réellement jouissives.

Les tomes suivant de Sin City m'ont incité à revenir sur mon trois étoiles initial (3.5 en fait). En cause une histoire qui n'est pas gâchée par le dévoilement de la fin, ceci dû au visionnage du film. J'ai donc pu profiter d'intrigues très bien bien ficelées, vraiment prenantes et sans prise de tête. Les éléments s'imbriquent parfaitement, l'ambiance noire, renforcée par le dessin magistral de Miller, est très prenante. Pour ne rien gâcher, le panel de personnages est assez hétéroclite, brassant des personnalités diverses et bien travaillées.

J'ai également apprécié la narration, à la manière d'un journal intime, où le héros nous livre ses impressions et ses sentiments. Les réflexions intimistes mêlées aux dialogues qui alternent avec les phases d'action offrent un compromis bienvenue sur le rythme général du récit qui évite de s'enliser dans la monotonie.

Au final, c'est une lecture vraiment prenante et l'aspect bourrin de l'histoire m'a agréablement surpris.

Nom série  Figurec  posté le 07/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ne connaissant pas l'oeuvre originale de Fabrice Caro qui est assez loin de mes lectures habituelles, c'est sans appréhension mais m'appuyant sur les avis positifs de ce site que j'ai acheté Figurec. A ma première lecture, pas très attentive je l'avoue, j'aurais eu tendance à mettre pas mal, voire un peu moins. Une lecture plus attentionnée m'aura permis de déceler les petites choses qui font de Figurec une BD franchement bien.

Le dessin, premier contact pour moi avec De Metter, m'a convaincu. Celui ci, quoique pas très précis et se revendiquant clairement aquarelle, rend cependant une ambiance grisâtre de la vie de notre (anti-)héros. Les illustrations font aussi honneur aux visages des protagonistes, leur donnant des expressions réalistes.

Le scénario n'est pas en reste, nous plongeant dans les tourments d'une "victime de la vie" comme on le devinera très tôt. Notre anti-héros découvrira alors le moyen illusoire de se fabriquer une nouvelle vie. Cela n'ira bien entendu pas sans conséquences, et ce sur les plans psychiques et relationnels.

J'ai trouvé le récit très réaliste, n'en faisant pas trop pour montrer la déchéance du protagoniste. Je regrette cependant que le refus de la réalité ne soit pas un peu plus mis en exergue par un traitement graphique plus prononcé, lorsque la quasi démence de notre victime est à son paroxysme. Mais rien de bien grave au final, nous avons là une adaptation de qualité qui se paie en plus le luxe de proposer une fin légèrement différente, néanmoins meilleure que celle du roman, selon les dires de l'auteur himself.

A lire.

Nom série  Sept prisonniers  posté le 06/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Premier contact avec la "série 7" j'ai acheté cet album sur le conseil de mon libraire. J'ai découvert en venant consulter les critiques sur ce site que mon achat pouvait se révéler un mauvais investissement. Cependant, après l'avoir parcouru, je peux dire que mon choix ne s'est pas révélé catastrophique. Moi qui pensait tomber sur un one-shot insipide au vu des critiques lapidaires, je me suis finalement retrouvé à lire une BD chouette mais imparfaite sur quelques points.

Ce que j'ai le moins apprécié est le faible développement de l'identité des protagonistes. Autant dire qu'il vaut mieux distinguer et enregistrer rapidement qui est qui, ce qui évite d'avoir à s'interroger sur un protagoniste qui était passé inaperçu. Deuxième point noir, les raccourcis employés par le scénariste. L'action se précipite parfois à tout va sans que l'on soit réellement convaincu d'une décision. Troisième point négatif et de taille, l'initiateur du projet n'est pas très crédible dans son rôle, j'imagine plutôt une personne constituant un commando dévoué pour faire le boulot.

Passons maintenant aux points positifs. L'histoire, bien que souffrant des quelques défauts énoncés plus haut, n'en demeure pas moins sympathique et plaisante. Comme le dit Mac Arthur, l'intrigue se met en place très rapidement, ce qui nous met dans le bain presque immédiatement. Le suspens est bien distillé, tout étant dévoilé à demi-mot. La fin est inattendue, mais pourtant pas foncièrement désagréable. Le dessin n'est pas transcendant mais reste agréable à regarder avec ses couleurs éclatantes. Concernant les 3 factions de prisonniers, je l'ai trouvé conforme aux clichés des pénitenciers, c'est à dire qu'ils se regroupent par "race".

Au final, on ressort de cette lecture avec l'impression d'avoir assisté à une histoire sympathique mais qui bâclée par un développement censé coller au cahier des charges de l'éditeur. Quelques pages supplémentaires n'auraient pas été un luxe.

Nom série  Zapping Generation  posté le 04/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Découvert dans le journal de Mickey quand j'étais adolescent (ce qui ne remonte pas loin), j'en garde un souvenir de gags inégaux. Certains me faisaient esquisser un sourire, d'autres me laissaient au comble de l'indifférence, rares sont ceux à m'avoir réellement fait rire.

Le dessin est convenable pour ce type de BD, loin d'être beau, pas franchement laid.

Je ne jugerai pas de la répétition possible des gags vu que je n'ai suivi cette série qu'à travers le journal de Mickey. Cependant je pense pouvoir en juger la qualité en fonction de la durée pendant laquelle j'ai suivi cette série, et la pensée selon laquelle les meilleurs gags étaient publiés dans le journal de Mickey.

Nom série  Alim le tanneur  posté le 04/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
A la première lecture, j'étais passé à côté de quelque chose et depuis j'avais laissé les 3 tomes reposer dans ma bibliothèque. Récemment relu, j'ai bien aimé la critique pertinente du fanatisme religieux, prépondérante dans le premier tome, moins visible dans les suivants.

Peut-être est-ce le dessin (le premier tome a les plus belles couleurs selon moi) qui anesthésiait ma perception, dessin éblouissant par ses teintes lumineuses, trompeuses sur le véritable contenu de l'histoire. Ces couleurs chatoyantes ne sont là que pour nous permettre de supporter la lecture d'une histoire sombre, loin d'être gaie.

Je ne donne que 3 étoiles pour l'instant à cette série en raison du faible attachement que j'ai envers les personnages. En effet, je n'ai pas trouvé les personnages réellement attachants, je n'ai pas tremblé lorsqu'il leur arrivait malheur, ni souri lorsqu'ils s'en sortaient. Les personnages sonnent cependant juste, pas d'héroïsme à l'américaine, pas de pleurs à l'américaine . Là où l'on pourrait s'attendre à une histoire de vengeance, de recherche et d'apitoiement sur soi-même, l'histoire bifurque tout autrement et fait un joli contre-pied. Malgré cela, je n'ai pas ressenti de suspens, ce petit plus qui me donne envie de dévorer les pages.

3.5/5 pour l'instant qui se bonifiera ou restera tel en regard du dernier tome.

Nom série  Quartier lointain  posté le 19/06/2009 (dernière MAJ le 26/08/2009) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Par honnêteté je signale que je n'ai lu que le premier tome. Je lirai peut-être le second si j'ai l'occasion de tomber dessus.

Après avoir discuté avec un ami l'ayant également lu, j'ai compris que ce qu'il avait aimé résidait dans la "grâce de la narration" plus que dans le scénario en lui-même. Concernant les voyages dans le temps, il semble que les lecteurs aient l'imagination aussi fertile que les auteurs. Pour ma part, je n'ai rien ressenti de tel. Je n'ai pas été touché par la grâce (divine, au dire de certains avis fort élogieux) de cette oeuvre. Voilà donc ce qu'il me manquait pour espérer profiter de la quintessence de ce manga.

Néanmoins, Quartier Lointain n'est pas dépourvu de qualités. Le développement psychologique des personnages est extrêmement bien dosé, l'auteur ajustant les personnages à la perfection. On ne tombe pas non plus dans le cliché du jeune homme qui veut profiter financièrement de la situation présente. Non le sujet est ici plus mature car il s'agit "seulement" de changer sa vie. Cela est beaucoup plus facile que notre héros le croit mais aussi plus risqué.

Au final j'en conseille la lecture car Taniguchi nous sert une oeuvre adulte et sympathique à parcourir.

Nom série  Tintin (Les aventures de)  posté le 26/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Tintin, une série soumise à controverse après de nombreuses années d'existence. Je ne sanctionne pas ici les idées qui peuvent aujourd'hui sembler racistes (Hergé vivait avec son temps, c'est tout, et durant une partie de ce temps des millions de personnes pensaient que la race (un non-sens du point de vue génétique) dominante était celle des blonds aux yeux bleus) mais la narration insipide qui se dégage de l'oeuvre.

Déjà petit (entre 6 et 8 ans), je trouvais Tintin lourd à lire : aucun suspens, on savait toujours que quoiqu'il arrive il se tirerait sans aucun dommage des situations les plus rocambolesques et qu'il rétablirait le bien absolu sur la terre tout entière. Les personnages sont lourds, possèdent chacun un unique trait de caractère indéfectible au cours de la (trop?) longue série. Bien que certains soient relativement drôles (le Pr Tournesol), le reste des personnages forme un ensemble insipide. Cette pauvreté psychologique entraine une anticipation des décisions des protagonistes.

Je souhaiterais maintenant mettre en exergue un point qui m'a dérangé après avoir pris du recul. Tintin est censé être un journaliste mais paradoxalement il passe sa vie dans la peau d'un aventurier. Jamais on ne le voit avec un appareil photo, une enquête sérieuse à mener ; il ne correspond en rien à l'idée que je me fais d'un reporter qui, lui, approfondira le sujet sur lequel il enquête. Au lieu de ça, nous avons affaire à un récit moralisateur invariable sur le ton du "le mal c'est pas bien et il ne faut jamais négocier avec le mal parce que c'est pas bien". Notre reporter sans frontières n'est donc qu'un aventurier qui ne fera que sermonner ceux qui ne correspondent pas à son idéal.

Tout comme Bécassine a fait son temps, Tintin n'est clairement plus d'actualité. Le monde n'était déjà pas si nuancé à l'époque d'Hergé, il l'est aujourd'hui encore plus. Hergé nie donc une évidence : le monde est une nuance de gris.

Nom série  Neuro, le mange-mystères  posté le 25/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Surfant sur la vague du phénomène Death Note, Neuro combine policier et fantastique. Malheureusement la mayonnaise ne prend pas et la lecture est difficile. En cause des dialogues insipides, des personnages creux et par dessus tout des énigmes capillotractées jusqu'aux orteils. Celles-ci, banales à la base, se révèlent en plus dénuées de tout intérêt de par leur dénouement. Pas le temps de réunir des indices, seulement le temps d'interroger les suspects et alors notre Neuro, plus fortiche que Poirot, se met à réfléchir quelques instants et nous pond la solution à force d'instruments démoniaques (au sens propre du terme). On n'a pas le temps de profiter de l'énigme que celle-ci se voit résolue instantanément. Pour une fois un rythme trop rapide se retrouve dans un shonen, chose rare à mon avis.

Ce Neuro est donc un ersatz manqué de Death Note, même si je ressens l'influence d'Hercule Poirot (là je suis tout de même dubitatif mais l'instinct dont fait preuve Neuro me rappelle Poirot, mais cela peut simplement être une simple coïncidence).
L'idée d'utiliser des instruments démoniaques au lieu des instruments traditionnels était plutôt sympathique mais tout cela est gâché par une lecture plus que pénible.

Par objectivité, je précise que je n'ai pas pu aller au bout de la lecture du premier tome mais que ma petite soeur (âgée de 14 ans) aime bien mais trouve également le rythme trop rapide.

Nom série  Black Cat  posté le 25/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
En me basant sur mes souvenirs un peu lointains, je me souviens d'un shonen sympathique mais qui commençait à s'essouffler. L'histoire de vengeance m'avait quand même paru légère, la reconversion du héros passant d'assassin redoutable et redouté au statut de défenseur de la veuve et de l'orphelin suite à une rencontre marquante est un cliché vu et revu.

Les phases d'action restent dans la veine du shonen, c'est à dire de la surenchère de pouvoirs spéciaux longuement cachés, la seule innovation résidant dans l'utilisation d'armes à feu au détriment du combat à mains nues. Les dessins m'avaient semblés jolis à regarder.

Là ou j'aurais mis pas mal il y a 3 ans je n'en mets pas plus que 2 aujourd'hui car ma perception du manga a changé et je suis devenu plus exigeant. C'est une série que je ne relirai pas de sitôt

Nom série  Le Grand Pouvoir du Chninkel  posté le 24/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une lecture sympathique mais loin d'être à la hauteur de mes attentes. J'attendais en effet une oeuvre culte à la vue des nombreux avis élogieux de ce site. Malheureusement je constate un manque d'inspiration de Van Hamme qui joue sur les clichés bibliques et une référence plus qu'évidente à 2001 l'odyssée de l'espace. Hommage ou manque d'inspiration? Peut-être est-ce les deux à la fois. Quoi qu'il en soit je n'ai pas apprécié le cocktail.

Un point m'ayant particulièrement marqué est le rythme du récit. Loin de s'apesantir sur les divers lieux traversés (et ils sont légion), Van Hamme nous concocte ici un récit à mille à l'heure, ne s'encombrant pas de passages inutiles. Le héros et ses acolytes traversent maintes contrées de bout en bout de l'aventure. Retour de bâton: le rythme ne permet pas d'instaurer d'ambiance véritablement en accord avec le récit.

Autre point positif : les acolytes de notre désespéré chninkel, ainsi que lui-même, font preuve de crédibilité, au détriment des trois immortels dont le narrateur ne pipe pas grand mot, ce qui enlève une partie de sa dimension tragique au dénouement.

Je pense que ce qui m'a le plus gêné dans cette BD est l'ultra-focalisation du récit sur J'on. A aucun moment on ne quitte notre héros-malgré-lui pour s'intéresser à une intrigue secondaire. Peut-on blâmer Van Hamme pour cela? Je ne pense pas puisque ce livre a reçu un succès immense. En revanche, je reproche à Van Hamme de ne pas profiter d'un sujet tel que celui-ci pour instaurer une piste de réflexion plus subtile que : "le vrai dieu est-il vraiment Dieu?". La réflexion n'y est même pas puisqu'il nous sert son point de vue dans la dernière partie du livre.

Bref il y avait matière à réflexion, à lecture à double niveau dans cette aventure qui n'est au final qu'un entremêlement de référence bibliques arrangées à la sauce Van Hamme.

Un petit mot sur le dessin de Rosinski : ayant lu la version colorisée (je pense que j'aurais moins accroché sur la version N&B) je trouve le dessin de Rosinski maîtrisé, agréable à l'oeil. Je dois avouer que j'ai bien aimé son style.

Nom série  Où le regard ne porte pas...  posté le 15/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pour les vacances de cet été (ou de l'été prochain) vous cherchez peut-être un coin tranquille où il fait bon vivre, où le soleil abonde et où le calme est aussi plat que la mer qui le borde. Peut-être découvrirez-vous alors le village de Barellito, situé dans le sud de l'Italie, où le petit William et sa famille ont élu résidence suite à un héritage. Arrivant directement de Londres où ils vivaient précédemment, William et sa famille trouvent le contraste saisissant. Celui ci est malheureusement renforcé par l'animosité des autochtones envers les étrangers. Je me tairai ici, de peur d'en dévoiler trop sur le premier volume que je trouve excellent et bien meilleur que son successeur.

Ce qui m'a le plus charmé dans ce premier tome, c'est l'ambiance de ce village pittoresque. Georges Abolin réussit le tour de force de nous transporter au coeur de Barellito. On a l'impression de vivre les aventures de nos petits héros candides. C'est d'ailleurs l'opposition entre la naïveté des petits et la rudesse des patriarches qui constitue le coeur de l'album. Le fil rouge du diptyque n'est que prétexte à voir déambuler nos jeunes petits et suivre leurs pérégrinations. De même, l'optimisme du père de William se place en vis à vis du pessimisme des villageois.

La richesse des émotions se trouve remplacée par la pauvreté de l'aventure dans le second volume. Ici, Barellito cède la place à la forêt, l'environnement clos se substitue aux plages et montagnes ensoleillées de la Méditerranée (bien que Barellito semble être une invention du scénariste, mon chauvinisme provençal me pousse à mentionner la Méditerranée en toile de fond du premier tome plutôt que l'Adriatique). L'ambiance change donc du tout au tout et enlève une partie de sa magie au livre. La fait de vieillir les héros enlève également sa part de rêve au récit : on ne retrouve logiquement pas la même insouciance et la joie de vivre qui les animait dans le premier tome. L'explication du phénomène qui liait 20 ans avant nos 4 compères achève complètement l'oeuvre. Le dénouement, trop basique et trop surnaturel à mon goût, ne peut sauver le deuxième tome d'un naufrage inattendu à la lecture de la première partie. Le soufflet retombe, la sanction tombe, ce ne seront que 3 étoiles qui viendront garnir ce diptyque. Une telle note me gêne en regard de la qualité du premier volet, cependant je note ici la série entière et non une partie.

Mais à force de parler du scénario, j'oublie de parler du dessin. Celui ci se marie agréablement au scénario. Les teintes assurées d'Olivier Pont. Son trait réussit à restituer pleinement les émotions des personnages. Pour faire court, Olivier Pont brosse un tableau enchanteur partout où notre regard porte.

Je ne peux que vous conseiller l'achat du premier tome, quant au second lisez le si vous tenez absolument à connaître le fin mot de l'histoire, mais vous prendrez certainement un coup de vieux, tel nos héros qui n'en sont plus.

Nom série  Corto Maltese  posté le 13/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
De Corto Maltese je n'ai lu que Ballade de la Mer Salée, qui a l'air d'être considéré comme un des meilleurs albums. J'ai également lu la version colorisée. Ce que j'ai retiré de cette lecture c'est une ambiance. En effet le dépaysement est total. Sur ce point là le dessin remplit bien son office, on est transporté autre part, dans une portion exotique de notre planète. J'ai trouvé la colorisation agréable, flattant la plupart du temps ma rétine. Je n'ai pas connu la version N&B, ce qui ne me permet pas de juger si celle ci est supérieure à la version colorisée. Cependant, je pense que les différentes teintes me permettent une immersion que la version N&B ne serait pas capable de me fournir, simple question de sensibilité.

Quant au scénario, je ne l'ai pas trouvé attractif. Pas que je n'aime pas l'aventure, loin de là. J'ai ressenti une certaine lourdeur dans la trame, je n'ai pas ressenti le suspens intenable qui me donne la folie furieuse de continuer.

Les personnages ne m'ont pas paru attachants non plus. Il me semble qu'une plus grande part consacrée au développement psychologique des protagonistes n'aurait pas été inutile.

Au final, une oeuvre que je ne peux que conseiller de lire puisque son prestige en fait une oeuvre culte.

Nom série  Proximity Effect  posté le 07/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Une intro en musique, pourquoi pas. Si le son des instruments masque les paroles, alors c'est le meilleur moyen de lire ce comics. En effet, les dialogues sont loin d'être élaborés. On reste dans le sommaire.

L'histoire est quant à elle assez basique et linéaire. Aucun suspens, pas de grand rebondissement, la lecture se fait sans plaisir tant les dialogues sont insipides (sauf à de rares moments), voire lourds, lorsque Lisa tente de l'humour "rustique". Elle souffre également d'une grosse faille : Lisa possède plusieurs pouvoirs alors qu'elle est censée en posséder un unique. Bon, un de ses pouvoirs est un clin d'oeil à X-Men mais l'histoire elle-même en est un peu inspirée. Ce n'est pas une critique négative, loin de là, mais il n'y a pas une grande volonté d'originalité.

Cela se ressent aussi au niveau des personnages. Ils manquent tous cruellement de charisme. J'ai eu l'impression de voir des coquilles vides brinqueballées dans tous les sens.

Un petit mot sur le dessin. Comme l'histoire, pas très inspiré, classique. Cependant les proportions sont respectées, on a affaire à un trait réaliste.

A noter une fin qui se finit en queue de poisson.

Nom série  Le Privé de Hawaii  posté le 05/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tout comme JJJ, j'ai lu ce comics mélangeant polar et surnaturel sans déplaisir. Cependant je n'ai pas ressenti d'intérêt particulier pendant cette lecture.

Le scénario manque de consistance, le scénariste avance à son rythme, lentement mais sûrement. L'histoire est loin d'être complexe mais arrive tout de même à nous surprendre.
Les protagonistes ne sonnent pas faux. Chacun possède sa propre personnalité. Dans l'ensemble ils sont suffisamment charismatiques pour assurer leur rôle.

Là où le bât blesse, c'est au niveau des dialogues, qui pêchent par une relative pauvreté. Beaucoup trop de cases brillent par leur absence de conversation, bien que ceux ci ne soient pas dénués de pertinence. Bien que le dessin soit loin d'être désagréable, j'aurais préféré un développement plus important du scénario au détriment des temps morts entre les cases.

Griffin, bien que débutant à l'époque, nous pond ici un dessin riche et expressif. Les expressions des personnages sont fidèlement retranscrites; le dessinateur ajuste son dessin à l'ambiance que Moore souhaite instaurer. L'illustration aurait pu frôler la perfection si quelques erreurs de proportion (concernant surtout le dessin des têtes) et quelques animations ridicules des personnages en mouvement ne s'étaient glissées.

Au final, ce one-shot aurait pu constituer un bon tome d'introduction mais se révèle en réalité pas mal. L'idée de base est intéressante et quelques autres albums mélangeant les deux genres ne m'auraient pas déplu.

Nom série  La Légende des nuées écarlates  posté le 20/10/2008 (dernière MAJ le 24/07/2009) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
La Légende des nuées écarlates est, je crois, la seule BD que j'achète d'abord pour le dessin. Moi qui d'habitude suis plus à cheval sur la qualité du scénario que de l'illustration, je reconnais volontiers ma faiblesse et n'ai point honte d'avouer cet écart de conduite.

Car s'il est un talent que l'on reconnait unanimement à Saverio Tenuta, c'est son don pour le dessin. Ce professeur d'une des meilleures école de dessin d'Italie nous le prouve à chaque page de cette série. Mieux, il prouve que son talent s'améliore au fil du temps et ne cesse de nous faire profiter du meilleur de ses capacités à chaque nouveau tome. En effet, avec le recul, on s'aperçoit que les dominantes blanc et rouge du premier tome s'estompent progressivement pour faire place à des couleurs plus chaudes. Arrivé ici, j'émets un bémol tout relatif puisque j'admets préférer le calme blanchâtres des premières planches aux dernières plus festives. Mais cela est un détail insignifiant à côté du régal visuel que l'auteur nous offre à chaque planche, à chaque case même.

Je dis auteur car en effet, le bougre Tenuta n'a pas oublié d'être scénariste. Bien qu'il brille moins par son talent de narrateur que par celui d'illustrateur, pour un premier projet c'est pas mal du tout. Bien sûr le scénario n'est pas autant prenant qu'on pourrait s'y attendre, pourra même en rebuter certains, notamment à cause des multiples flash-back du premier opus. Mais surmontée la difficulté, on se retrouve happé dans un monde qui pourrait être poétique, sans ces histoires grégaires. Bien entendu, avec un samuraï comme protagoniste difficile de faire autrement.

Au final, si je devais donner une note détaillée, ce serait 3.5/5 pour le scénario et 5/5 pour le dessin.

Nom série  GTO - Great Teacher Onizuka  posté le 23/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
GTO est un de ces mangas qui auront marqué ma culture... manga. C'est en effet un manga désopilant mais qui ne manque pas d'évoquer des sujets plus ou moins variés tout en ne tombant pas dans l'apitoiement à 2 balles que l'on pourrait trouver autre part. Ici au contraire, l'auteur prend le parti d'en rire (et ce bien largement ) mais ne néglige jamais de traiter sérieusement les sujets sensibles qui sont par ailleurs légion. Certes on est loin de l'univers de Niezsche et de ses confrères, mais c'est ce qui le rend agréable. L'alchimie est réussie de ce côté là.

L'humour, je reviens dessus, est vraiment hilarant. Certains moment resteront cultes (et Dieu sait que ce mot a de l'importance sur ce site ) et les autres resteront "seulement" géniaux. Les situations ont le mérite d'être variées, même si le comique de répétition fonctionne à merveille (je rigole encore à la rédaction de cet avis en pensant à la Cresta).

Les protagonistes sont magnifiques, le panel de personnages est vraiment riche, ce qui permet des rebondissements et des histoires intéressantes. Il me semble que pas un personnage n'est totalement identique à un autre, et ce en dépit du nombre important de ceux ci. Enormément de traits de caractère donc.

Alors après tout ça pourquoi pas 5/5 ? Tout simplement parce que la dernière partie de l'histoire n'est pas au niveau de la première (pour moi la frontière entre les différentes parties se reconnait au changement de directrice). Ca n'en reste pas moins désagréable mais on sent que la série commençait à s'essouffler. Dommage que la fin soit si niaise. Comme beaucoup d'autres personnes j'attendais autre chose.

Nom série  Shaman King  posté le 23/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Dire que je n'ai pas apprécié cette série serait faux. J'ai bien aimé mais seulement quand je m'ennuyais l'instant d'avant... J'en ai donc conclu que mon intérêt pour ce manga serait à son paroxysme lorsque je m'ennuie. Pas très flatteur comme constat. Toujours est-il que même en dehors de ça, certaines idées évoquées m'ont intéressé. Mais elles manquent cependant de profondeur et ne sont malheureusement qu'effleurées, ce qui ne me permet pas de remonter la note.

Déjà le premier tome ne m'a pas mis à l'aise. Trop superficiel, une impression de déjà vu: un jeune héros orphelin qui n'a pas d'amis, éduqué par son grand-père (bon y'a aussi sa grand-mère) et qui n'est pas spécialement à l'aise avec les femmes, ça ne vous rappelle rien? Les dialogues manquent de saveur, les gags de subtilité, même si ceux de Bokutou no Ryû m'ont bien fait rire. L'histoire ne m'a pas plus attirée que ça (même si en théorie et en pratique on peut partir de rien et proposer une narration qui vaut le détour): trop de combats (ok manga mais c'est pas une raison pour faire comme Naruto tout de même) et j'ai décroché durant le Shaman Fight. Je me suis arrêté très précisément au tome 22. Apparemment la fin est, comme beaucoup de mangas publiés épisodiquement, bâclée. Donc aucun regret.
Je lui reconnais cependant un point positif: les bases sortent de l'ordinaire. Mais malheureusement cela ne suffit pas.

Les personnages manquent cruellement de profondeur et le mangaka nous ressert des archétypes des héros de shonens : le héros gentil et naïf, le méchant soi disant sans coeur mais qui va finalement s'allier tacitement avec son rival gentil (qu'il ne peut pas saquer et qui est plus fort que lui d'un chouia). Des bons compagnons dévoués. Seul Bokutou no Ryû échappe de peu à cette règle, mais n'en devient pas pour autant un personnage à la psychologie ultra développée.

Le dessin quant à lui ne m'a vraiment pas plu. Je le trouve trop fouillis, pas assez élaboré (ok c'est un manga mais ce n'est pas une excuse à part entière) ; les cadrages sont hideux.

Bref vous l'aurez compris, pour moi Shaman King est loin d'être une référence du shonen. Il se contente de reprendre les codes sans rien apporter de nouveau et va même à "plagier" Dragon Ball.

Nom série  One Piece  posté le 22/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ca faisait un petit bout de temps que je ne m'étais plus replongé dans l'univers de One Piece. Je me souviens encore du temps pas très lointain où je dévorais tout manga qui me passait sous les yeux, me jetant dessus comme un mort de faim sans pouvoir m'arrêter. Mais que s'est-il passé entre temps ? Eh bien je me suis remis à lire des romans, commencé à me constituer une petite collection de BD. J'ai considérablement élargi mes horizons et affiné mon sens critique. Ceci explique sûrement pourquoi je ne retrouve plus autant la fougue et l'énergie qui caractérisait (à mes yeux) cette série.

Ce qui me dérange le plus dans les shonens, c'est le côté un peu trop manichéen de l'oeuvre, le côté naïf du héros (exception faite pour DBZ) et le but recherché souvent léger. Ici, avec One Piece, les deux premiers traits sont amoindris. Certes, la série ne fait pas totalement abstraction des bases mais cela rend le récit moins lourd. Il n'en subsiste pas moins une lourdeur de taille : les combats sont nettement trop longs. Plus de 2 tomes pour le restaurant y'a de l'abus quelque part. Je veux bien admettre que traditionnellement le manga traine en longueur (y'a qu'à voir DBZ) mais il en résulte une lassitude certaine. L'auteur aurait mieux fait de privilégier le côté aventure et délaisser légèrement le côté action car le récit dans l'ensemble est assez plaisant.

Un petit mot à propos des dessins: Ils peuvent parfois être magnifiquement travaillés, parfois quelconques (manga quoi). Cependant les traits ont toujours un certain charme, notamment les personnages.

Je déconseille bien évidemment l'achat car déjà la cinquantaine de tomes dépassée et on ne sait toujours pas quand on en verra la fin.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque