Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 624 avis et 157 séries (Note moyenne: 3.54)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Hägar Dünor le Viking  posté le 31/01/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Les éditions Urban Strips ont eu la géniale idée de rééditer les strips d'Hägar Dünor, que personnellement je lisais dans l'avant dernière pages du journal "Ouest-France" chez mes grand parents quand j'avais à peine une dizaine d'année.
Cet album m'a fait l'effet d'une madeleine de Proust.
Suivre les aventures du terrible viking Hägar Dünor est véritablement jubilatoire.
La vie de ce valeureux guerrier qui ne craint qu'une seule chose , sa femme, Hildegarde, nous est présentée sous forme de strips en noir et blanc, d'une à trois cases qui font mouches à chaque fois sous le trait de Dik Browne. En quelques coups de crayons, décors, humour souvent décalé, et situations sont parfaitement campés. Un véritable maître dans la concision, cet auteur ! D'ailleurs Greg s'est souvent inspiré des gags de Dik Browne dans sa série Achille Talon.
Je vous engage vivement à lire rapidement les aventures d'Hägar Dünor, de sa femme Hildegarde et de leurs enfants Homlet et Ingrid, sans oublier son compagnon d'infortune Eddie.
Ce livre, très bel objet éditorial, est présenté avec un portrait de l'auteur et un dossier sur l'adaptation de son œuvre en France.
Pour information, l'intégrale de cette série comptera 3 volumes. (le prochain sortira en automne 2016)

Nom série  Les Coeurs solitaires  posté le 28/01/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je suis tombé par hasard sur cet album à la médiathèque. Depuis quelques années, je suis de près le travail de Pedrosa, conteur hors pair.
Mais là, je ne suis pas tombé sous le charme de cette histoire. A tel point qu'à la fin de la lecture , je me suis demandé s'il y avait pas une suite. Je suis vraiment resté sur ma faim.
Le dessin de Cyril Pedrosa est tout à fait dans la droite ligne de ce qu'il produit actuellement, mais le scénario manque de profondeur et les rapports entre les personnages ne sont pas exploités jusqu'au bout.
Dommage....

Nom série  Les Beaux Étés  posté le 21/01/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Avec ce premier volume (qui se lit comme un one shot) Les beaux étés : Cap au Sud , Zidrou nous livre une très belle chronique de 1973, qui, pour ma part, m'a touché. En effet, je me suis reconnu dans cette famille. Un grand nombre d'éléments me sont familiers dans cette histoire : la voiture (moi, c'était une 2cv orange qui nous amenait mes sœurs, mes parents et moi vers le sud), les pique-niques en pleine nature et le camping...
Bref cet album rappelle l’insouciance des années 70, pourtant ici gâchées par le travail du père (cela rappelle la situation de certains dessinateurs) et la maladie de la tante.
Cette chronique douce-amère est très plaisante à lire.
Le dessin de Jordi Lafebre (je découvre son travail avec cette bd) colle parfaitement avec le scénario de Zidrou, auteur très prolifique sur 2015, qui signe là, avec Le Crime qui est le tien, un de ses meilleurs titres de l'année.

Je serai sans nul doute au rendez-vous pour le prochain volume de cette série: "1969 : la calanque".

Nom série  Stern  posté le 21/01/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Avis sur "Le Croque-mort, le clochard et l'assassin" :

Derrière un titre à rallonge à la Sergio Leone (titre mal choisi à mon avis) se cache une bande dessinée assez atypique. Je m'attendais plus en effet à un western alors que le lecteur est plongé dans une enquête policière ayant pour cadre tout de même les codes que l'on retrouve dans un western.
Tout y est : le saloon, les prostituées, le shérif buté, jusqu'au croque-mort (personnage bien à la mode en bande dessinée depuis un moment avec Undertaker édité aussi 2015), en passant par le copain alcoolique si cher aux films de John Ford. Par contre ici, pas de grands espaces à l'horizon, non mais tout simplement le huis clos d'une ville avec son cimetière, sa prison, son saloon.

Cette intrigue, très bien illustrée, ne manque pas de rebondissements. Comme certains l'ont écrit ici ou là, j'ai été un peu gêné par le côté contemporain de la veste de "Pretty boy" qui tranche avec l'aspect sobre et classique des autres personnages, mais ce n'est qu'un détail.

Ce one shot est vraiment d'une très grande qualité et a le mérite de renouveler le genre, avec Undertaker et Sykes, parus la même année.

Nom série  Sykes  posté le 18/01/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le western est revenu en force en 2015: du diptyque Undertaker à Stern (que je suis en train de lire) en passant par "Sykes", écrit par Pierre Dubois, auteur plus habitué aux fées et aux elfes, que je croisais souvent dans les rues de Rennes lorsque j'étais étudiant.
Mais, il faut avouer que le dessin de Dimiti Armand m'a littéralement bluffé. Il illustre avec brio ce one shot, assez violent il faut l'avouer.
Car Pierre Dubois nous livre une histoire cruelle, dure où les morts violentes sont légions. Tout les canons (sans faire de jeu de mots) du western sont certes présents mais très bien exploités sur près de 80 pages.
Il aurait pu développer un peu plus le passé de Sykes, ce héros froid et torturé, autrement qu'à travers deux planches et quelques allusions tout au long de l'album mais cela pourrait faire l'objet d'un album à lui seul ?
Le label "Signé" du Lombard renoue avec cet album ce qui a fait le succès de cette collection.

Nom série  L'Eté Diabolik  posté le 18/01/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Après l'étonnant et très réussi Souvenirs de l'empire de l'atome , Thierry Smolderen & Alexandre Clérisse nous présentent ici un album encore étonnant, un véritable OVNI, avec "l’Été diabolik".

Graphiquement, le travail est superbe.

Cet album est, en outre, un très bel objet éditorial. Composé de deux parties, Thierry Smolderen relate dans la première partie la vie d'Antoine, un adolescent, pendant l'été 1967, ses vacances avec son père, ses premières expériences de toutes sortes (qui nous valent d'ailleurs des planches assez psychédéliques avec des couleurs flashies !) Cet album est rempli de références, même si je ne les ai, sans doute pas, après une première lecture, toutes saisies.

La seconde partie nous offre un éclairage nouveau sur l'ensemble des événements vécus par Antoine, et qui donne furieusement envie de relire l'ensemble de l'album pour voir si tout colle... un peu à l'image des films comme "le sixième sens" ou encore "les Autres".

Bref, un scénario très habilement construit (entre thriller et espionnage) qui réserve beaucoup de surprises.

Pour ceux qui avaient aimé leur précédente collaboration sur Souvenirs de l'empire de l'atome, ne passez pas à coté de cet album très original.

Nom série  Esmera  posté le 25/11/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Certes, je suis un habitué des bandes dessinées dites "pour adultes" ou "pour public averti", comme il est noté sur le sticker de cet album signé Vince (que je ne connaissais pas) et Zep (que l'on ne présente plus), mais là je dois dire que Esmera est une véritable surprise, dans le bon sens du terme.
J'avais découvert Zep avec son Happy Sex, recueil d'histoires assez osées pour l'auteur de Titeuf, et je le retrouve ici au scénario d'une aventure pornographique, assez drôle tout de même, illustrée par Vince.
Le dessin, tout en lavis, est assez réaliste, tout en en gardant un côté comique. En effet, le fil rouge de cette aventure (Esmera découvre, par hasard, qu'elle change de sexe à chaque fois qu'elle a un orgasme) nous amène à suivre des situations assez surréalistes et souvent très drôles. Les auteurs nous gratifient en effet de tout un catalogue de situations : de la masturbation à la fellation, en passant par des scènes de lesbiennes ou de triolisme, l'ensemble des canons de la pornographie y passe... avis aux amateurs.

Ce côté parfaitement assumé d'une comédie pornographique fait de ce one shot un album qui repose sur un vrai scénario tout long des 78 pages, un véritable exploit pour ce genre de bande dessinée.
Une lecture, évidemment à réserver à un public très averti, il va de soi.

Nom série  Facteur pour femmes  posté le 15/11/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cela faisait un moment que je tournais autour de cet album. Et puis, je l'ai acheté dans sa version toilée, de très bonne qualité, comme savent le faire les éditions Bamboo.
Et puis ce one shot (j'arrête , le plus possible, de me lancer dans des séries interminables) est signé de Morice et Quella-Guyot, les auteurs d'un très original et remarquable Papeete 1914 consacré, entre autre, à un épisode de la Grande Guerre.
Justement, nous replongeons ici , non dans les tranchées, mais dans cette période vécue sur une île bretonne, ressemblant étrangement à l'ïle de Houat (pour ceux qui connaissent)
A travers Maël, facteur ad hoc, nous découvrons le quotidien de cette île où tout les hommes sont partis combattre, tous sauf un, Maël qui saura à travers des astuces et des mensonges, réconforter ces femmes seules.
La grande qualité de cette histoire réside dans ce personnage de Maël, pour lequel, au fil de la lecture, nous éprouvons de moins en moins de sympathie; mais aussi dans le chapitre de conclusion, qui donne envie de relire l'ensemble sous un nouvel éclairage. C'est osé, malin et surtout très intelligent, cette conclusion.
Reste un autre point positif de l'album que j'avais, je crois déjà souligné lors du précédent diptyque, la qualité du dessin ...de véritables cartes postales parfois...un dessin magnifique doublé de couleurs fort réussies, cet album ne fait que ravir le breton, amateur de bd que je suis.
La guerre de 14 vue autrement..........lisez-le.

Nom série  De beaux moments  posté le 28/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je suis très surpris par la forme de cette bande dessinée. Contrairement à ses autres albums, Jim a choisi d'innover en nous présentant douze histoires courtes de 5 à 6 pages, douze "beaux moments", auxquels chacun d'entre-nous peut évidemment se rattacher. Cela va de l'éloignement des enfants, à la tentation de l'adultère, en passant par un coup de chapeau à nos parents... bref que du vécu.
Et puis, cerise sur le gâteau, il y a Marie, la Marie d'Une nuit à Rome, que l'on croise ici, véritable sylphide, au sens de Chateaubriand ou de Jean d'Ormesson, qui, à travers deux récits, nous enchante une seconde fois.

Outre Marie, on retrouve tout au long de cet album des décors familiers aux albums de Jim (du balcon "des cadeaux de noël" à la chambre d’hôtel de Marie).
Les récits reposent ici essentiellement sur les nouvelles technologies : des SMS lus par une femme soupçonneuse aux Facebook, en passant tout simplement par le portable, Jim passe en revue l'ensemble des moyens de communication qui doivent faciliter les rapports humains, mais qui, dans certains cas les compliquent... un sujet d'actualité en somme. On va de l’éphémère (la relation Facebook) aux souvenirs ancrés dans la mémoire des personnages... même âgés. (épisode intitulé "3500 photos dans ton téléphone")
On voyage beaucoup avec cet opus : Venise, Montpellier, l'Espagne, et puis la rue de Rome à Paris.

Un très bel album, que j'ai lu dans sa version toilée,avec un bonus de qualité.
Un album porté sur la nostalgie, qui ravira sans nul doute les quadras, dont je fais (encore) partie.

Nom série  Nuits Indiennes  posté le 19/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après un sublime Mahârâja, le duo Labrémure et Artoupian revient à la charge avec Nuits Indiennes, titre évocateur qui invite aux voyages lointains.

Cet album, qui débute en 1908, se situe bien avant les péripéties érotiques de Mahârâja, paru chez Glénat en 2012. D'ailleurs, les scènes explicites de sexe sont beaucoup moins nombreuses dans "Nuits Indiennes". On retrouve certes la plantureuse et délicieuse rousse Adélie, qui a enchanté les pages de Mahârâja, mais aussi un nouveau personnage, Léon, valet pris au piège par la femme du préfet de police, Richelieu- Dupleix, une véritable nymphomane.
Cet album n'est qu'un prétexte, sous une forme érotique, de nous présenter un casse assez audacieux.
C'est très bien dessiné et j'avoue que le format à l'italienne en noir et blanc apporte un atout majeur sur la version couleur (je possède les 2 versions, et la version à l'italienne est vraiment digne d'intérêt).

Un album d'une grande qualité graphique, avec un scénario solide pour un genre érotique. C'est certes moins osé que Mahârâja, mais je reste scotché par le dessin d'Artoupan, qui, des femmes élégantes en crinolines aux mêmes femmes plus dévêtues voire dévergondées, nous offre des planches (voir pages 17, 18, 19 et 20 du format à l'italienne) très expressives d'une grande beauté.

Enfin une bande dessinée pour adulte avec un scénario digne de ce nom et un dessin superbe.
Içi, de l'exotisme à l'érotisme, il n'y a qu'un pas que les auteurs ont franchi pour notre plus grand plaisir.

Nom série  Le Maître d'armes  posté le 18/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Acheté dès le jour de sa sortie, j'ai eu du mal pourtant à me plonger dans cette aventure. J'avais lu quelques pages et puis c'est tout, sans plus. Je m'attendais peut être à une entrée en matière encore plus flamboyante, et cela malgré, les premières pages assez sanglantes. C'est vrai que mon achat était guidé sur le seul nom de Xavier Dorison, auteur du désormais mythique et inégalé Le Troisième Testament (avec Alex Alice).

Et puis, j'ai repris l'album et j'ai accroché à partir du moment où Hans Stalhoffer rejoint ses amis dans la forêt. A partir de là, je n'ai plus du tout quitté ces trois personnages en fuite, une fuite ponctuée de combats où l'hémoglobine coule à torrent. Il faut souligner là le travail de Joël Parnotte (que je connaissais seulement à travers Le Sang des Porphyre), qui illustre de manière remarquable cette aventure (avec en outre de superbes pleines pages), même si parfois j'ai du mal à distinguer les personnages dans les scènes de lutte.

En opérant un parallèle entre les tenants de l'épée et ceux de la rapière, les partisans de la Bible en latin et ceux de la Bible en français (ou en vulgaire), Xavier Dorison nous offre un one shot historique remarquable qui mérite d'être lu et relu.

Nom série  Le crime qui est le tien  posté le 06/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Étrangement, je ne possède que quelques albums de la série phare de Berthet (Pin-up), mais je ne résiste pas à ses autres albums (Nico, Yoni, Sur la route de Selma).
Après un Perico réussi, Berthet s'associe au prolifique Zidrou pour nous offrir un polar (un one shot, il faut le souligner) assez lent tout de même, dans la collection "Ligne Noire" chez Dargaud.
J'ai vraiment bien accroché, à l'ambiance et à l'histoire. Avec le personnage de Lee"hot"Duncan, il y a un petit côté Halloween Blues, la série de Kas et Mythic, qui ressort.
Un seul (petit) regret, le fait que cette intrigue aurait pu se passer dans n'importe quelle ville des Etats-Unis, le côté "australien" de l'histoire, n'étant pas aussi présent que je le pensais dans cette bande dessinée.
En tout cas, je recommande la lecture de ce one shot.

Nom série  Comment faire fortune en juin 40  posté le 24/09/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cet album, dont je guettais la sortie depuis quelques temps, est un des albums incontournables de cette rentrée.

Avec Nury et Dorison au scénario, je ne pouvais que m'attendre à une bonne surprise. Par contre, je ne connaissais pas le dessin de Laurent Astier, qui m'a un peu surpris. Son style oscille sans cesse entre le dessin réaliste et la caricature. D'ailleurs, dans les bonus de la (superbe) version en noir et blanc, Laurent Astier ne cesse de faire référence à Alain Delon, Lino Ventura, Gérard Depardieu, ou encore Pierre Fresnay pour dessiner ses personnages principaux.

Librement adapté d'un roman de Pierre Siniac " Sous l'aile noire des rapaces", cette bande dessinée est littéralement jubilatoire.
Les situations sont souvent drôles, cela flingue à tout va et cela ne va pas sans rappeler le film "les Morfalous", normal, c'est tiré d'un ouvrage dudit Siniac.
Cette adaptation qui mêle à la fois la comédie, la tragédie et l'aventure, vous fait passer un très agréable moment de lecture.

Pour ma part, je retiens ce titre comme un des meilleurs de cette rentrée.
Le format choisi, assez inhabituel, pour la version couleur peut surprendre mais le travail de Laurence Croix sur la couleur est tout à fait remarquable et mérite d'être souligné.
Il faut souligner une édition en noir et blanc, avec un format plus grand, plus classique, accompagné d'un bonus assez conséquent, qui rend hommage au superbe dessin de Laurent Astier.
Ne pouvant opter pour l'une ou l'autre des versions, j'ai acheté les deux...

Dans la débâcle de Juin 40, je vous invite à vous plonger dans ce casse assez surprenant, où les rebondissements ne sont pas rares.

Bonne lecture.

Nom série  La Diète  posté le 05/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai découvert Ignacio Noé avec l'excellent et très drôle album Exposition, puis avec L'Accordeur.
Ici, les éditions Dynamite nous propose une œuvre plus ancienne du dessinateur argentin.
Si le dessin de Noé est tout a fait reconnaissable avec des femmes avec de forts attributs mammaires, il manque une once de folie et d'humour qui marqueront ses albums futurs.
A découvrir oui pour les amateurs de l'auteur mais pour ceux qui veulent aborder la bande dessinée érotique, préférez d'autres ouvrages.

Nom série  Soucoupes  posté le 05/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'étais passé à côté de cet album à sa sortie. Il m'a fallu un passage en médiathèque pour le découvrir. Et bien je n'ai pas été déçu par cette aventure. Assez proche du style de dessin du remarquable " L'empire de l'Atome ", j'ai rapidement été séduit par le style.
Le scénario n'est pas en reste non plus: en suivant la vie presque morne de Christian (enfin pas tout à fait car entre sa femme, sa maitresse, sa mère et sa tante, il de quoi faire....) bousculée par l'intrusion d'un d'extra-terrestre dans son existence,les auteurs nous entrainent dans un univers complétement farfelu (avec des inventions assez édifiantes)

Une histoire qui permet de nous évader, avec un style graphique particulier.
Un seul regret, cette bande dessinée se lit un peu trop vite.

Nom série  Suite 121  posté le 15/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Retour gagnant pour Igor & Boccère (qui ne forment qu'un seul et unique auteur) avec cette Suite 121, qui reste au niveau de Chambre 121, album dont j'avais, à l'époque, pensé le plus grand bien. Dans le style BD dite "pour adulte", je tiens cette série comme une des meilleures du genre.
Avec ce premier opus de cette seconde saison, l'auteur nous offre là les nouvelles aventures d'un "étalon" mis à la disposition d'une grande bourgeoise répondant au superbe nom d'Ermadine Saint Lys.
On y retrouve toutes les perversions sexuelles : du candaulisme à la partouze branchée, en passant par la double pénétration et l'onanisme, le tout dessiné de manière magistrale.
Certes les canons habituels ne sont guère présents ici : aucune bimbo mais des femmes ordinaires (la notion de la "voisine d'à côté" - the girl dext door- comme le soulignait le journal PlayBoy à une époque, semble être le leitmotiv de cette série).
C'est un album très cru, pornographique mais qui tranche vraiment avec les albums habituels en faisant des femmes évoquées dans ce récits non des femmes soumises (comme le fait Ardem) mais des maîtresses-femmes, fières et dominatrices.

A réserver aux adultes, évidemment.

Nom série  Le Sculpteur  posté le 19/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cela faisait des années que je n'avais lu de roman graphique américain, depuis Habibi de Craig Thompson, en fait.
Au vu des bonnes critiques lues ici ou là, je me suis rué chez mon libraire pour enfin découvrir ce nouvel avatar du mythe de Faust.

Et bien, je dois dire que j'ai dévoré ce pavé de près de 500 pages en deux jours. L'histoire s'installe si bien que l'on en oublie le mythe de Faust, qui s'efface derrière des personnages bien campés et une ville de New York qui devient le personnage principal du roman. Il n'y a pas que cela dans ce livre, on y trouve le marché de l'art, le besoin de reconnaissance de l'artiste, le mythe de Faust -que l'on finit par oublier- , une histoire d'amour, le fantastique, qui devient presque normal avec la narration soignée de McCloud.

L'auteur prend son temps pour nous dévoiler le (parfois, sale) caractère de David Smith et une galerie de personnages très typés.

Plus ma lecture progressait, plus je tournais les pages avec frénésie pour connaitre la fin, et quelle fin !!

Un très bel ouvrage que je relirai sans hésiter.

Nom série  Héléna  posté le 06/10/2014 (dernière MAJ le 08/03/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Volume 1

Depuis quelques années, Jim nous a habitués à ses bandes dessinées basées sur les rapports amoureux, ou plutôt sur la recherche des amours perdues. Avec notamment le très remarqué Une nuit à Rome où Jim abordait une crise de la quarantaine assez réaliste.
Avec "Héléna", on change de registre mais pas de thème.
Jim traite toujours des amours contrariées, peut-être pas à la quarantaine mais plutôt vers la trentaine.
Ici, Simon aime Héléna, de façon secrète voire discrète au début, puis cela prend de telles proportions qu'après l'avoir revue il va... oui , il va quoi ?
Comment un homme décide, à la vue d'une amourette de jeunesse, de bouleverser sa vie ?
Telle est la réponse que va essayer de nous livrer Jim.

C'est un album élégant (j'ai choisi de le lire dans la version TL) que nous offrent les éditions Bamboo, le tout servi par un dessin très réussi de Lounis Chabane, qui, comme les précédents dessinateurs des scenarii de Jim, se glisse parfaitement dans l'univers du scénariste.

Certains peuvent reprocher à Jim de présenter une nouvelle fois la même histoire, mais pour ma part, j'y vois, ici, une approche différente des rapports amoureux dans cette histoire de Simon, payant Héléna, trois heures par semaine pour, oh non pas vivre une histoire sexuelle, mais pour passer seulement un moment d'échange... mais jusqu'où cet échange ira-t-il ?
Réponse dans le prochain volume que j'attends avec, non pas avec impatience, mais avec plaisir.

Volume 2

Le premier volume pouvait apparaitre comme léger mais la conclusion de cette histoire est plus grave et sombre qu'on ne pouvait l'imaginer.
Sans en dévoiler les tenants et aboutissants de cette histoire d'amour presque impossible, je ne peux que saluer le ton adopté par Jim , qui signe là de superbes réparties, avec des dialogues qui font souvent mouches , dans cette histoire qui m'a touché à plus d'un titre.
"l'amour est trompé, fugitif ou coupable" écrivait Chateaubriand. Dans le second et dernier volume de cette série nous avons les 3 facettes de l'amour.
J'ai littéralement dévoré cet album, meilleur que le précédent, et qui à travers le personnage de Simon, nous offre une histoire d'amour assez inédite et qui finit.....sans spoiler........par retomber sur "ses pattes". La boucle est bouclée au bout de ces 78 pages, qui se lisent comme on regarde un film.
Jim est vraiment l'auteur des quadras, qui sait par une phrase, un mot décrire le malaise d'un homme de cette génération. "Je suis plein de silence assourdissant d'aimer" disait Aragon. Ce vers pourrait être prêter à Simon envers Héléna, tant sa passion vers cette femme inaccessible le bouleverse.
Un très bel album, souligné par le trait de Lounis Chabane qui a su se rapprocher du style de Jim sur Une nuit à Rome par exemple

Nom série  Ulysse 1781  posté le 20/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avec une couverture qui lorgne (volontairement ou non) vers Long John Silver , cet album a tout pour plaire à un public très large.
Xavier Dorison est en outre un habitué des succès publics (du "Troisième testament" à W.E.S.T, on ne compte plus ses bandes dessinées qui se vendent très bien)
Dorison nous propose içi une adaptation de l'Odyssée d'Homère en transposant l'action dans les débuts d'une jeune démocratie, les Etats Unis. En confiant le dessin à Eric Hérenguel (qui avait signé un formidable Lune d'argent sur Providence, les éditions Delcourt ont opéré un bon choix: un dessin réaliste, assez vif, qui offre des cadrages parfois saisissants, bref du très bon travail.
Pourtant, il manque quelque chose pour transformer ce premier opus en très bon album. A force de vouloir adapter l’œuvre d'Homère dans cette Amérique très hostile, Dorison se perd un peu dans la psychologie des personnages: le capitaine MC Hendricks est un peu froid voire distant, Mack, son fils,manque de caractère. En outre, même si l'idée de l'Achéron nous offre de belles planches, je ne suis guère convaincu par l'efficacité de ce navire en pleine nature.
Xavier Dorison, fidèle à ses vieux démons, ne peut s'empêcher d'intégrer à son récit une dose de fantastique, à travers cet ersatz de cyclope, qui donne du piment à cette aventure.

Bref, un album correct qui se lit avec plaisir mais qui, pour le moment, ne se hisse pas aux meilleurs albums de ce début d'année comme Undertaker, ou Buffalo Runner

Nom série  Un océan d'amour  posté le 09/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
J'avoue avoir hésité pendant un moment pour acheter ce one shot.

Les bandes dessinées muettes de qualité étant assez rares sur le marché, (la dernière en date étant Là où vont nos pères) la tentation était grande pour moi d'en faire l'impasse.
Pourtant devant les articles dithyrambiques sur cet album, je me suis finalement décidé à l’acquérir, avant même qu'il n'obtienne le prix de la Fnac.

Il faut tout de même reconnaitre que le scénario de Lupano, scénariste de renom, reconnu depuis quelques années , ne souffre d'aucun défaut dans ce one shot qui oscille entre humour et tendresse. C'est limpide, fluide (pour un album intitulé "un océan d'amour', il n'en fallait pas moins), et surtout très drôle.
On passe de la Bretagne à Cuba en quelques pages, sans se rendre compte des multiples rebondissements qui ponctuent cet ouvrage de plus de 220 pages.
Et que dire du dessin de Panaccione qui illustre parfaitement l'histoire de ce pauvre pécheur, empêtré dans ses filets et naufrages.

C'est beau, émouvant le plus souvent, mais surtout très touchant pour le lecteur que je suis.
Une réussite totale, une de plus pour Lupano.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 32 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque