Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 2118 avis et 354 séries (Note moyenne: 3.07)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Plunk  posté le 04/07/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
I love Plunk too, serais-je tenté de dire, pour répondre au titre du premier album.

En tout cas, j’ai vraiment aimé suivre les mésaventures de ce personnage bizarroïde, sans jambe, avec des pieds qui ressemblent à des mains, un nez en trompette, et qui est seulement vêtu d’un grand short vert et d’un entonnoir sur le crâne.

Cet improbable bonhomme traverse ses aventures un peu comme monsieur Hulot, ballotté, s’étonnant à peine de l’incroyable. La quasi-totalité des gags sont réussis, apportant au minimum le sourire, voire le rire (c’est plus rare, certes).

De l’humour con, parfois absurde, pas mal de poésie. On est là proche de ce que font des auteurs de la même région, comme De Poortere avec Dickie, ou alors Retera avec Jean-Norbert, même si, Dupuis oblige, on est là plus dans la retenue (rien de trash, ou de trop enlevé). Mais c’est quand même une série bien sympa, drôle et à découvrir.

Nom série  Vacances fatales  posté le 04/07/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C’est un album relativement épais, qui regroupe 8 histoires plus ou moins longues. Les deux dernières occupent près de la moitié de l’album, et permettent d’ailleurs une intrigue davantage étoffée (même s’il y a quelques longueurs !).

Le titre se justifie par le fait que Giardino situe toutes ces histoires dans des lieux de villégiature (safari au Kenya, Italie surtout, en particulier Venise). Et que ce sont des sortes de mini thriller, qui finissent mal pour certains protagonistes…

La plupart de ces histoires se laissent lire agréablement – seule celle intitulée « Hors saison » m’a paru sans intérêt. Rien d’inoubliable ni de foncièrement original (on est là plus proche d’un honnête téléfilm que d’un film d’auteur), mais du travail bien fait, une lecture globalement divertissante (comme pourrait l’être un recueil de nouvelles de polars). On peut toutefois regretter que les personnages et les intrigues manquent souvent d’aspérités.

Le dessin de Giardino est classique, léché et bon (ceci est valable pour les décors et les personnages). Il réussit en particulier très bien les personnages féminins (omniprésents). En effet, dans chaque histoire quasiment – qui se déroulent toutes dans les milieux plutôt huppés (on peut se gausser aujourd’hui du look de ces jet-setter des années 1980 !) – les femmes dégagent une sensualité, visiblement recherchée par l’auteur : objet de désir ou instrument d’un crime, elles sont souvent des « femmes fatales » pour revenir sur le titre de ce recueil.

A emprunter à l’occasion.

Nom série  Chroniques de l'innomé  posté le 02/07/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les deux albums de ces auteurs espagnols sont intéressants.

Les histoires tournent autour de thèmes fantastiques (souvent plus d’ambiance d’ailleurs que du gore, avec quelques influences venues de Lovecraft – le titre déjà). L’originalité est que les histoires courtes qui composent ces albums se déroulent dans des univers très différents (western, contemporain, etc.).

Mais ce qui est le plus réussi je trouve – et ce qui m’a clairement attiré vers ces albums, c’est le dessin de Luis Garcia (déjà lu dans un autre album de la même collection, où il était seul aux commandes : La Mort de l'indien).
Il utilise un magnifique Noir et Blanc, très heurté, « torturé », très expressionniste (avec un rendu parfois proche de la carte à gratter comme le fait Ott). Un trait très réaliste, et en tout cas très beau.

Je suis étonné que cette série n’ait pas déjà été avisée sur le site et qu'elle soit passée sous les radars de L’Ymagier ou d'Agecanonix par exemple. Mais voilà un oubli qui est réparé.

Nom série  Une île à la mer  posté le 02/07/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Nicolas Poupon a pas mal publié, et sa production est assez inégale. Du moins ne m’a-t-elle pas toujours convaincu.
Cet album – qui reprend, en les augmentant, certaines choses publiées dans les revues (AAARG! et Mauvais Esprit) est plutôt pas mal. Rien de franchement hilarant, mais c’est globalement amusant et réussi.

Toutes les histoires sont basées sur un huis clos. Encore que l’expression pourrait être inappropriée, puisque c’est en fait sur une – minuscule (quelques mètres carrés, un palmier) – île déserte que cela se déroule.
Un homme, isolé depuis pas mal de temps sur cet îlot – et au look de Robinson déguenillé, est rejoint par un autre naufragé (qui arrive à la nage et habillé en costard !).

Rapidement, ce n’est pas que le look qui va opposer ces personnages, puisque le Robinson est un poète, tandis que son nouveau compagnon d’infortune est lui un homme d’affaires. Et ces deux hommes vont devoir apprendre à vivre ensemble, leurs personnalités, leur conception des choses et de la vie s’opposant du tout au tout. D’autant plus que les quelques efforts pour s’échapper se révèlent vains.

Si certaines réflexions philosophiques pointent, c’est surtout l’humour que Poupon développe. Un humour con, parfois absurde, jouant sur les punchlines que s’envoient les deux personnages.

Une lecture rigolote et recommandable.

Nom série  Chroniques de la lune noire  posté le 02/07/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Chaque album est lu relativement vite, car il y a beaucoup de pleines pages sans texte, et finalement peu de dialogues – voire même d’intrigue d’ailleurs ! C’est un peu là que cela pêche d’ailleurs. En effet, j’ai eu souvent l’impression que l’histoire évoluait au hasard, sans construction solide pour l’étayer. Du coup, cela donne une impression d’empilage d’idées (plus ou moins originales et/ou empruntées à d’autres – Le seigneur des anneaux par exemple).

De fait, c’est avant tout une succession de bastons, de pif boum paf, la petite bande de héros tabassant des hordes d’adversaires (très nombreux – d’ailleurs c’est parfois saoulant tous ces personnages, on a du mal à suivre).

Quant à la psychologie des personnages, eh bien on repassera.

Comme pour les personnages, foisonnants et partant dans tous les sens, le décor joue sur le grandiose, le baroque, un peu comme les décors des films de Jackson adaptant Le seigneur des anneaux, avec aussi des découpages parfois proches de ceux de Druillet (mais sans la charge poétique, sa violence pure).

Quelques touches d’érotisme (des nanas peu vêtues dessinées façon 666 (Froideval y est aussi au scénario), des couleurs pétantes, un décor jouant sur le gigantesque, voilà des artifices qui ne m’ont pas fait oublier le côté creux de l’histoire, que j’ai abandonné au 6ème tome (j'ai voulu aller jusque là pour voir ce que le changement de dessinateur apportait).

A partir du tome 6, Pontet prend donc le relais de Ledroit au dessin : ses personnages sont un chouia plus joufflus, mais cela reste dans la lignée de Ledroit. Plutôt bien fait, mais les cases trop surchargées renforcent le côté fouillis de l’histoire.

Une série décevante me concernant.

Nom série  Maman a des problèmes  posté le 01/07/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
On est là à la limite de la BD et du récit illustré.

Cet album de la collection Patte de mouche développe un thème assez dur – plusieurs thèmes d’ailleurs. On peut juste regretter que l’espace ne soit pas suffisant pour les développer. On reste donc un peu sur sa faim.

La chute en rajoute une couche dans la noirceur – déjà très présente dans toute cette « histoire » (qui est plutôt une succession de constats, de remarques, plus qu’une histoire à proprement parler).

Le dessin de David B est sympa, même si je l’ai trouvé nettement plus inspiré ailleurs.

Au final, c’est un album qui aborde un sujet intéressant, mais dont le traitement s’avère un chouia frustrant.

Nom série  Agents dormants  posté le 01/07/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sur une vague trame classique – en tout cas déjà vue, autour d’un « agent dormant » (agent mis en veille par un service secret, et « activé » pour une mission précise), Léo Quievreux développe une petite histoire assez originale.

Mais voilà, quand je dis qu’il la développe, c’est plutôt maladroit, car justement je déplore qu’il ne le fasse pas suffisamment. En effet, des raccourcis, des ellipses, et des questions sans réponses laissent le lecteur quelque peu sur sa faim.

Reste un côté onirique et fantastique intéressant (c’est cela qu’il aurait sans doute fallu davantage développer).

Une Patte de mouche qui n’a pas livré tout son potentiel. Mais qui se laisse toutefois lire agréablement.

Nom série  Dans la combi de Thomas Pesquet  posté le 29/06/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Dans la lignée de sa série Tu mourras moins bête, Marion Montaigne s’en tire plutôt bien dans cette « récup » de l’aventure vécue dans l’espace par Thomas Pesquet. C’est que – c’est d’ailleurs évoqué dans l’album – ce voyage n’est pas passé inaperçu, et les médias et tous ceux qui s’en servent (annonceurs, hommes politiques, etc) ont largement relayé et exploité la notoriété assez fulgurante du bonhomme.

Comme dans la série déjà citée, Marion Montaigne arrive à un bon compromis entre les détails scientifiques, les détails plus anodins, voire triviaux, et les délires comiques, tout en racontant une histoire.

Le dosage est bien fait, et l’on apprend plein de trucs (en tout cas moi), en particulier avant le grand départ (l’essentiel du temps et du travail visiblement), sans que ce soit rébarbatif. Pas d’ennui donc, et souvent le sourire aux lèvres. Grâce au dessin simple mais expressif, et à un rythme rapide, alternant explications et transitions comiques.

Ce n’est pourtant pas de la science pour de rire, ni un pur reportage. C’est en tout cas très recommandable. En fin d’album, une bibliographie, filmographie ainsi que des sites web permettent aux passionnés d’aller plus loin.

Nom série  Zarla  posté le 29/06/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une série plutôt sympa, et très recommandable pour faire entrer le jeune lectorat dans l’univers Fantasy.

Le dessin est sympa – même si la colorisation aidée par ordinateur visiblement n’est pas de celles que je préfère.

L’histoire en elle-même est assez basique : suite au départ de ses parents, une très jeune fille se retrouve guerrière. Sa mère lui avait confié comme compagnon un chien, Hydromel, qui ne doit pas la quitter et devient son ange gardien.

C’est qu’il se transforme à volonté en monstre, en féroce guerrier. La fillette ne s’en aperçoit pas, et le gag récurrent (mais les jeunes lecteurs ne se lasseront pas) est qu’à chaque situation « compliquée » elle ne se rend pas compte de la transformation et de l’aide apportée par son compagnon.

La fillette, Zarla donc, est ainsi amenée à vivre de nombreuses aventures, combattant (avec l’aide donc d’Hydromel) toutes sortes de personnages.

Le grand père de Zarla (Lotfrig) et sa géante de nourrice apportent, par leurs chamailleries incessantes, la touche d’humour qui complète bien le reste des intrigues.

Une histoire gentille mais pas mièvre, à faire découvrir aux plus jeunes (je ne sais pas si les adultes savoureront autant les aventures de cette jeune fille espiègle et à la forte personnalité).

Nom série  Bjorn le Morphir  posté le 29/06/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avis donné après lecture du premier cycle.

C’est une série d’aventure se déroulant dans l’univers nordique – noms de personnages ou de dieux y font référence. Mais cela pourrait tout aussi bien se passer ailleurs, dans un univers de chevalerie de la Table ronde ou autre chose d’approchant, avec un héros, le jeune Bjorn, considéré comme un « morphir » (jeune homme qui n’en impose pas au début, mais qui se révèle être très fort, courageux et dont les exploits lui valent ce surnom).

Les aventures se laissent lire, Bjorn étant accompagné de quelques seconds rôles (femme, guerrier, mage, bébé dragon) qui sont quand même des faire-valoir.

Toujours est-il que cette série, si elle ne révolutionne rien, est tout à fait adaptée à un lectorat jeune ou jeune ado (un adulte peut l’apprécier, mais il lui manquera je pense du fond et une violence un peu moins retenue). Le conseil d’achat doit donc tenir compte de cette donnée.

Le dessin quant à lui est résolument moderne, proche de Sfar par exemple, et globalement intéressant.

Nom série  Les Chants de Pyrène  posté le 27/06/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’avais découvert Pertuzé il n’y a pas si longtemps, avec un album de la série Galipettes, que je n’avais pas trop aimé (pas plus l’histoire que le dessin d’ailleurs !).

J’ai depuis eu l’occasion de lire les trois premiers tomes de cette série, consacrée aux contes et légendes des Pyrénées.

Le dessin y est meilleur, en tout cas très différent de ce que je connaissais de Pertuzé. Celui-ci s’est pas mal inspiré de vieux illustrés, d’estampes anciennes, et cela se voit. En effet, son trait donne un aspect « vieille gravure » pas désagréable du tout – en tout cas j’aime bien le rendu.

Pour le reste, Pertuzé a introduit des personnages issus de son imagination qui, au fil de leurs pérégrinations au cœur du massif et des vallées pyrénéennes font des rencontres, chacune d'entre elles étant l’occasion de se faire raconter des légendes, de vieilles histoires locales ou régionales.

Les amateurs apprécieront, comme les amoureux de cette très belle région. Je ne sais pas si cela peut aller au-delà de ce cercle. J’ai trouvé l’ensemble un brin désuet et poussif, même si une certaine fraîcheur est aussi au rendez-vous.

Note réelle 2,5/5.

Nom série  Alexe  posté le 27/06/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Mouais.
Je ne suis pas convaincu par cette série de quatre albums parus (même si cela se suit, il y a trois histoires séparées, les albums 2 et 3 n’en formant qu’une), qui manque singulièrement d’originalité je trouve.

En fait, une pincée de Largo Winch, une autre de Wayne Shelton, une dernière de XIII, voilà ce qu’on peut éventuellement trouver dans ces albums. A quoi s'ajoute une bonne dose de James Bond dans le quatrième et dernier tome paru, avec son ambiance guerre froide, ses méchants russes et les gros engins et autres explosions qui prolifèrent. Un autre album au moins était semble-t-il prévu, mais n’a pas été réalisé – ce qui n’est finalement pas plus mal).

La seule originalité, dans cette série qui mêle magouilles politico-financières, complots plus ou moins crédibles et affairisme véreux, c’est que l’héroïne est une femme (mannequin, comme de bien entendu). C’est un peu mince, surtout que, malgré les apparences, elle ne mène pas grand-chose, ballotée par les événements – qui miraculeusement finissent à son avantage. Même sa plastique n’est pas vraiment exploitée, et sa personnalité restera un mystère.

Le dessin de Jaradin est globalement correct, léché – mais très daté. Là aussi, la comparaison avec les dessinateurs des séries citées ci-dessus n’est pas à l’avantage d’Alexe (une colorisation froide, des erreurs de proportions parfois, etc.).

Bref, les amateurs du genre trouveront sans doute bien meilleur ailleurs.

Nom série  Prince Valiant  posté le 26/06/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai lu deux tomes de chez Zenda que possède ma bibliothèque municipale (« La révolte des Saxons » et « Le paladin de la croix »), qui regroupent les histoires publiées à l’origine au début des années 1950.

Cela se laisse lire, mais c’est un peu poussif pour un lecteur moderne. Il y a parfois un petit air de « livre d’images », avec des personnages et des décors ressemblant à ces images que l’on pouvait gagner à l’école, images d’Epinal un peu vieillottes.

J’y ai aussi retrouvé un peu de l’influence d’Hollywood, et de sa vision à la fois magnifiée et anhistorique, telle que pouvait l’incarner Robert Taylor à la même époque, avec un moyen-âge qui, du VIIème au XIIIème siècle n’aurait pas trop évolué, et qui verrait l’ensemble de l’Europe adopter les mêmes modes et us.

Des aventures un peu naïves donc, qui ne sont pas sans charme, et qu’on peut picorer avec un emprunt. Mais je ne me vois pas en lire trop d’affilée, ni d’ailleurs y retourner rapidement.
Note réelle 2,5/5.

Nom série  Clichés d'amour  posté le 26/06/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mouais. Même si je vais être moins négatif dans mon avis que le posteur précédent, je n’ai pas été vraiment convaincu par ce recueil d’histoires courtes.

Celles-ci tournent autour des amours malheureuses, la noirceur de l’existence ou l’ironie du destin, ces trois idées étant souvent présentes simultanément.

Comme souvent pour ce duo, il n’y a pas de bulles, mais un texte en appoint, en bas des cases, le style indirect prédominant. Un style un peu « littéraire », nonchalant et vaguement désabusé, très « bluesy », dramatique.

Cela se laisse lire, mais ces histoires sont trop courtes, ou alors manquent clairement de fond. L’ambiance ne suffit pas ici à captiver et maintenir l’intérêt du lecteur.

Note réelle 2,5/5.

Nom série  Barney et la note bleue  posté le 26/06/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Moi qui ai souvent du mal avec le dessin de Loustal, eh bien ici, je l’ai plutôt bien aimé, l’ayant trouvé à la fois simple et beau, et tout à fait raccord avec l’histoire.

L’histoire donc, narrée par Paringaux, comme presque toujours lorsqu’il travaille avec Loustal, au style indirect, le récit étant placé sous les cases, avec un texte relativement abondant et « littéraire ».

Cette histoire n’est pas des plus originales, mais se laisse lire. C’est la descente aux enfers d’un joueur de jazz aussi doué que « torturé », très malheureux en amour, tombant dans l’oubli, la déchéance et la drogue, avec une fin très glauque.

Cela joue sur les clichés attachés aux musiciens de jazz ou de blues – un disque a d’ailleurs semble-t-il été enregistré et était sorti en même temps que l’album (une composition originale de Barney Wilen). Les amateurs du genre y retrouveront certains poncifs, les autres n’accrocheront sans doute pas.
La construction de l’intrigue peut aussi gêner certains, des flash-backs s’intercalant dans l’histoire de façon pas toujours très claire.

Bien fichu mais manquant d’originalité, cet album mérite quand même un petit coup d’œil et un emprunt.

Nom série  Galipettes  posté le 25/06/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n’ai lu que le troisième album, « Capotages », et cela me suffira amplement. Je ne sais pas ce que les autres valent, et ne chercherai trop pas à le savoir.

En fait, il n’y a pas grand-chose à sauver de cet album.
Il est classé dans la catégorie érotique – eu égard aux très nombreuses scènes de sexe, mais il n’y a rien d’émoustillant ici. Les scènes s’enchaînent (rien de trash ni de hard !), dans un scénario à la fois naïf et sans intérêt, à tous points de vue.

Le dessin – et le scénario parfois aussi d’ailleurs, par sa naïveté – m’ont fait penser à celui de Pesch sur sa série « Sylvain et Sylvette ». Mais en encore moins bon, hésitant.

L’histoire en elle-même, autour des habitants d’un village, est assez vite oubliée.
En fait, cela s’adresse surtout aux amateurs de grivoiseries paysannes, et seules quelques petites touches d’humour, et un allant presque surjoué peuvent sauver l’ensemble.
Peut-être que les deux tomes précédents sont de meilleure qualité ?

Nom série  Coeurs de sable  posté le 25/06/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le dessin de Loustal est assez particulier, et je ne peux pas dire qu’il fasse partie de ceux que je préfère. Et, par-delà les affaires de goût, je ne le trouve pas toujours réussi ici, quelques défauts pointent deci delà.

L’histoire m’a paru longue à démarrer, et j’ai peiné à y entrer. Elle se développe ensuite de façon nonchalante, mais n’est finalement pas intéressante.

Pas de bulles, mais un récit au style indirect, avec un texte en appoint, sous les cases. Cela accentue je trouve la lenteur du récit, ainsi que la froideur des rapports entretenus entre les personnages.

Le texte est je trouve un peu trop « littéraire » dans le ton, et peine à accrocher le lecteur. Même si c’est un récit d’aventure, aux décors exotiques très en vogue au début du XXème siècle, c’est aussi et avant tout une histoire d’ambiance, dans laquelle la noirceur des enchainements de situation, et la fatalité nous mènent engourdis vers une fin assez banale et aisément devinée.
A lire à l’occasion.
Note réelle 2,5/5.

Nom série  Le Blog de Frantico  posté le 24/06/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne sais pas qui est réellement l’auteur de ce Blog (Trondheim comme le voudrait la rumeur ?) ici publié. Il se laisse lire, mais je ne sais pas si j’y retournerais.

C’est le plus souvent très cru, avec de très nombreux passages scato et/ou tournant autour de l’obsession de Frantico : baiser. Cela pourrait être lourdingue (on est à la limite parfois), mais ça passe, le comique de répétition jouant son rôle pour que le lecteur ne se lasse pas trop de cette obsession, aussi ridicule que morbide.

Frantico, petit bonhomme un peu grassouillet, s’imagine donc ayant moult conquêtes, soumises à ses caprices et autres fantasmes (lorsque l’une d’elle veut mener la barque, il ne sait pas comment réagir).

Lorsque sa libido le laisse tranquille, Frantico cherche à manger gratuitement (en volant dans les magasins, ou en s’incrustant dans des cocktails d’éditeurs), ou se pose des questions existentielles sur ses potentiels super pouvoirs.

Bref, c’est souvent con, à la limite du beauf assumé, même si percent quelques petites critiques – du monde de la BD, des stéréotypes du mâle dominant, etc.

Amusant, mais sans plus. A vous de voir pour l’achat.

Nom série  Des méduses plein la tête  posté le 23/06/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne savais pas que Pécherot avait participé à des BD. Et, comme j’ai vraiment beaucoup aimé pas mal de ces polars parus dans la collection Série noire de Gallimard, c’est avec pas mal d’attente que je me suis lancé dans la lecture de cet album.

Alors, au final, j’en ressors avec un avis mitigé. Un peu déçu par rapport à mes attentes (mais Pécherot débutait, et c’est plus tard qu’il a écrit les polars qui m’ont séduit).

Mais tout n’est pas à jeter. Au contraire, cela se laisse lire – même s’il m’a fallu quelque temps pour entrer dans le délire du héros, dans la sorte de monde parallèle dans lequel il semblait vivre. Puis, lorsque c’est fait, eh bien l’histoire prend forme « normalement », avec une classique sortie de prison, et des anciens complices qui souhaitent retrouver un magot.

C’est un peu ça qui m’a un peu déçu : le manque d’originalité global. Mais c’est quand même un album recommandable (dans lequel pointe déjà le talent de Pécherot avec des dialogues où l’humour, l’autodérision et le langage populaire jouent un grand rôle).

Le dessin de Pourquié, assez proche de celui de Berberian je trouve, est plutôt sympa et n’est pas pour rien dans l’attrait que peut exercer cet album.

Nom série  My lofts  posté le 22/06/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après Hocus Pocus, c’est la deuxième production de cette collection à bas prix de chez Futuropolis que je lis avec grand plaisir en quelques jours.

L’album se lit très vite, car il n’y a pas beaucoup de texte (qui est généralement mis au-dessus ou en dessous des cases, le récit étant au style indirect).

C’est en fait le récit des déménagements, ou plutôt des différents logements occupés par le héros, tous étonnants. En tout cas tous décrits avec humour, dérision et second degré, presque caricaturés.

Il faut dire que ce personnage (je ne sais pas ce que l’auteur a mis de lui dans son héros) n’est ni fée du logis, ni même suffisamment indépendant, mature ou concerné par le quotidien et ses astreintes, pour s’occuper d’un logement, qu’il se contente d’occuper. Et, pour le coup, le contraste est violent entre le premier – celui qu’il occupait avec ses parents, et ceux qu’il va ensuite hanter.

Vite lu mais agréablement, le sourire aux lèvres, c’est un album plutôt sympa que je vous recommande.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 106 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque