Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 141 avis et 8 séries (Note moyenne: 2.71)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Mariko Parade  posté le 27/11/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
La première fois que j’ai vu Mariko Parade, j’ai trouvé que le titre faisait très Mickey Parade… Il se trouve que la similitude est plus ou moins voulue par les auteurs (cf. la préface). Mariko Parade est un recueil d’un genre très particulier. On y trouve des courts scenarii de Frédéric Boilet, un des rares (je n’en connais pas d’autre, en tout cas) mangaka français, installé au Japon depuis quelques années. Ces historiettes sont déjà parues dans différentes revues et magazines et il s’agissait ici de les regrouper. Pour cela, Boilet a fait appel à Kan Takahama, mangaka japonaise, et ensemble, ils créent une histoire, un contexte permettant d’introduire ces éléments indépendants les uns des autres grâce à un fil rouge, qui donne une logique à l’enchaînement. Ce qui est absolument formidable, c’est que cette trame est bien loin d’être du simple remplissage, et l’ensemble forme une réelle entité. A aucun moment le rythme de la narration ne souffre de ces ajouts qui auraient pourtant pu nuire très facilement à la cohérence du récit (changement de sujet, de dessinateur…). Bref, très loin du simple fourre-tout ou de la compilation, Mariko Parade est théoriquement un recueil, mais pratiquement, c’est mille fois plus…

Mariko Parade est l’histoire ou plutôt la non histoire d’un mangaka et de son modèle. Il est français, il approche de la quarantaine, il aime le foot et Mariko est sa muse et sa maîtresse. Elle est japonaise, toute jeune et il l’a sorti de la routine étouffante et d’un quotidien monotone, elle est son modèle et il est son amant. Mariko Parade, c’est quelques instantanés de leur quotidien, des morceaux de vie, drôles, enrichissants, des discutions anodines ou non.
Finalement, le fait que ce soit une œuvre autobiographique ou non (le personnage masculin ressemblant à Boilet et Mariko étant réellement modèle pour ses précédentes œuvres) importe peu. L’essentiel, c’est qu’en si peu de pages, on puisse se sentir attaché aux personnages, comme si on avait l’impression de les connaître depuis longtemps… Il n’y a pas beaucoup d’action, mais une poésie mélancolique qui fait sourire, qui peut faire pleurer, qui fait se sentir nostalgique, une atmosphère légère et un peu brumeuse, une ambiance particulière, mélant humour, introspection, inquiétudes et amusement.
Mariko Parade est sûrement l’une des bd les plus émouvantes que j’ai eu la chance de lire. Mais pas émouvant dans le sens attendrissant ou charmant, non ; émouvant dans le sens où l’on ne peut s’empêcher de se sentir concerné et retourné par la lecture… Ce n’est pas gai, ce n’est pas de l’action, ce n’est pas tragique, c’est juste délicieusement amer (d’aucuns diraient a bittersweet history).

Le dessin de Kan Takahama est fabuleux. Simple, brut, très beau, lumineux, tantôt très rigolo, tantôt très sérieux, il est tout simplement parfait. Je suis très impressionnée quant à l’utilisation des ombres et des nuances, cela donne un rendu vraiment superbe.
Le dessin de Boilet, lui, est plus carré, moins fluide, plus terre à terre, mais maîtrisé, clair et efficace. J’ai particulièrement aimé la représentation des signes du zodiaque dans une galerie qui est magnifique, tout simplement. Le mélange des deux genres apporte incontestablement une dimension supplémentaire, je trouve ça plaisant et agréable.

Mariko Parade, ce n’est pas une romance, ce n’est pas une histoire à l’eau de rose, c’est l’amour dans toute sa force mais aussi dans toute sa faiblesse.
Je ne sais pas très bien comment expliquer la force que prennent certaines idées ou certaines valeurs dans ce livre, je sais juste qu’en plus de faire réfléchir, Mariko Parade fait ressentir, et d’une manière bien plus aiguë, précise, sourde ou diffuse que tout ce que j’imaginais en l’ouvrant pour le première fois.
L’histoire se déroule, les évènements nous conduisent là où l’on avait peur d’arriver, et la fin est réellement l’une des plus belles et des plus boulversantes que je connaisse.

Un manga qui n’a rien des caractéristiques du genre, original dans sa réalisation, merveilleux dans sa narration et d’une douceur un peu triste, de celles qui montre le monde tel qu’il est et non tel qu’on voudrait qu’il soit.

Nom série  Preacher  posté le 18/06/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
J'avais entendu beaucoup de bien de cette série (merci Cassidy !) et je suis très impressionnée.
J'ai mis un moment avant de pouvoir lire l'intégralité des épisodes, et bon, je crois qu'il vaut mieux commencer directement par la VO.

J'ai donc commencé Preacher par les tomes en VF, que j'ai achetés au fur et à mesure de leur découverte inespérée en boutiques d'occaz... Et pour que je m'accroche à ce point là, c'est vraiment que ça en valait la peine.
Le premier tome est exceptionnel, il introduit très bien les personnages tout en présentant le point de départ de ce qui s'annonce être une histoire extraordinaire. Le scénario repose sur trois héros, le révérend Jesse Custer, entré subitement dans les ordres après avoir lâché sa petite amie Tulip, qui n'a toujours pas compris pourquoi et qui depuis taquine les armes à feu d'un peu trop près, et l'énigmatique Cassidy musicophile à l'humour cynique mais surtout... et puis, non, je le dis pas. A ces trois personnages aux caractères bien trempés s'ajoutent d'autres protagonistes tout aussi savoureux comme le saint des Tueurs (tueur diabolique, hargneux, et surtout divinement doué...), Hugo Root, shérif, qui a honte de son fils (et on le comprend un peu...) mais qui n'a pas honte de ses façons de résoudre une enquête ni de ses crachats marrons...Il y a aussi des démons, des anges adephi et seraphi et un Dieu qui s'est tiré en laissant un beau bordel...

Jesse, éternel protégé de John Wayne, offre un corps d'accueil bien malgré lui à Génésis, entité dont les capacités sont l'égal des pouvoirs divins... Accompagné de Tulip et de Cassidy, recherché par la police et par les anges qui ont lâché le Saint des tueurs à ses trousses, Jesse commence son épopée pour retrouver... Dieu. Violence et humour noir s'entremêlent adroitement pour faire de Preacher un récit prenant, captivant et surprenant.

L'histoire de ce tome est un régal, les dessins sont fantastiques et tout simplement géniaux. Le trait est épais et assuré, les expressions vraiment bien maîtrisées, terriblement humaines et réalistes, de rictus sadiques aux regards qui tuent en passant par les frayeurs monstres et les grosses colères... Les décors ne sont pas très détaillés, plutôt simplistes, mais relativement efficaces tout de même. J'aime un peu moins les couleurs, un petit peu fades qui donnent un rendu très kitsch pour les scènes au paradis (les adephi ressemblent assez à des patients punk d'un hôpital psychiatrique...), mais bon, ce n'est pas choquant, à peine un peu surprenant au début.
Il y a deux petites choses qui peuvent un peu gêner (enfin, moi pas trop, ça va). La première c'est que les tribulations de Jesse et de ses potes s'accompagnent de nombreux massacres et que le résultat est sanglant voire un peu gore parfois (et les têtes explosées, il y en a une petite quinzaine bien crades...) mais surtout, surtout, pour ceux qui y pensaient, c'est à vous dégoûter définitivement d'un suicide à la Remington... Quand on voit la tronche de l'improbable survivant... ça remue un peu l'estomac quand même...


Après acquisition et lecture des tomes VF, je dois dire que je suis gravement atteinte... j'adore. C'est violent, c'est vulgaire, c'est politiquement incorrect, mais c'est fabuleusement prenant, les personnages sont plus qu'humains, certains sont fortement dégénérés, d'autres tentent de vivre normalement dans un monde qui ne l'est pas toujours. Les aventures de Jesse, Tulip et Cassidy sont servies par des illustrations vraiment terribles, réalistes et très convaincantes.

Une excellente série à tous points de vue.

J'adore encore plus les tomes en VO... Ca y est, deux ans après avoir lu le premier tome (oui, hein, ça prend du temps et de l'argent à trouver tous les épisodes !), je suis arrivée au bout de la quête de Custer. Franchement, bravo, un momument. Les couvertures à elles-seules méritent au moins 6/5, c'est vous dire ce que je pense du reste.

Nom série  Dors, Petite Fille  posté le 10/06/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je suis un peu déçue. J'attendais mieux (et plus) de cette BD, notamment au niveau de l'histoire... Le premier mot qui me vient, c'est... court. Vraiment, le scénario est trop rapide à mon goût. On a du mal à rentrer dans l'histoire, à se laisser entrainer, parce que tout se passe à une vitesse folle. L'histoire en elle-même n'est pas mauvaise, mais pas tellement originale, c'est une bonne intrigue, mais qui n'apporte rien de neuf, elle me fait furieusement penser à un épisode de X-files, ou de Profiler... C'est du spectacle, oui, mais sans plus. Je ne trouve pas ça particulièrement effrayant ou terrifiant, mais ce qui me gêne le plus, c'est qu'il n'y a pas de place pour la curiosité du lecteur... Je veux dire qu'à aucun moment le lecteur n'a le temps de se poser des questions, de faire des hypothèses, des raisonnements tordus, ni meme de trop s'attacher aux personnages... C'est dommage, avec un rythme plus lent, mieux étudié, le résultat aurait pu être bien supérieur.

Le principal intérêt de cette BD reste les illustrations. Il se trouve qu'à part les couleurs, très réussies, le graphisme ne me plait pas trop. Mais objectivement, il faut reconnaitre que le style est assez personnel, inédit et pas desagréable, il sert très bien les différents personnages, la petite fille notamment.

"Dors, Petite Fille" reste un bon moment de lecture, mais trop court et pas assez intense selon moi, plutôt commun dans sa narration.

Nom série  The Boondocks  posté le 23/05/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
En regardant la couverture, on se dit, "ouais, bof, encore une histoire de djeuns et d'humour à deux balles". Malgré cela, on l'ouvre. Comme on est un peu pressé, et qu'il faut qu'on se décide vite, on ne lit pas le prologue. Et on a tort. Enfin, bref, on commence la lecture, en tiquant un peu sur les dessins et sur le lettrage. Et puis, on lit une page, deux pages, et on s'étonne de ne pas trouver de gags bien lourds et bien fendards. Comme on est ouvert et tolérant, on continue à lire. Et on ne se rend même pas compte qu'un grand sourire s'installe sur notre visage, ni qu'un éclat de rire nous échappe de temps en temps. Finalement, on referme la BD, et on se rend compte qu'on a juste le temps d'aller la payer, avant que la Fnac ferme. Parce qu'on se dit qu'on ne peut pas partir sans. Vraiment pas.


Cette Bd est fantastique. Un coup de coeur. Ce n'est pas tout à fait des comics strips, ni une histoire longue, ni même une simple BD humoristique. C'est la vie de Huey, un pré-ado imprégné de la culture afro-américaine, pour qui l'histoire des noirs n'a aucun secret (son prénom lui vient d'un des co-fondateurs des Black Panther, Huey P. Newton); de Riley qui écoute Lauren Hyll en cachette pour ne pas ternir l'image de caïd qu'il travaille devant sa glace; du grand père qui aimerait bien profiter de sa maison et de sa pelouse en paix; de Jazmine qui est métisse et qui vous dira qu'elle n'a pas un afro sur la tête, que c'est l'humidité; de Cindy qui est toute excitée de rencontrer enfin de vrais noirs et pour qui il ne fait aucun doute que ce sont des rappeurs basketteurs...

Des relations de voisinage aux conflits raciaux, de jeux d'enfants aux progrès technologiques du monde moderne en passant par Star Wars, Aaron Mc Gruder nous offre une vision caustique, simple, frappante, lucide et très rafraîchissante des problèmes de la société actuelle.
C'est vrai que les gags font souvent référence à des évènements ou des individus peu, pas ou mal connus par les non-américains, ce qui parfois nuit forcement à l'humour qu'on devine incisif et grinçant. Malgré tout, des notes abondantes et détaillées permettent de suivre facilement le propos de Mc Gruder sur tous les niveaux de réflexion.

Le graphisme, un peu particulier au début, fait merveille. Très efficace, coloré, sympathique, il donne beaucoup de force au comique de situation et parvient à créer des personnages authentiques et très attachants.

Avec Aaron Mc Gruder, le rire est subtil et intelligent, et il serait dommage de s'en priver.

Nom série  Alice 19th  posté le 23/05/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pour un premier tome, je suis un peu déçue. J'attendais un peu mieux de la fantastique Watase.
L'histoire se met en place doucement et c'est dommage que l'enjeu réel ne soit pas expliqué. "Maître du Lotis" et ça veut dire quoi, au juste ? Parce que là, on reste un peu sur sa faim.
Pour la première fois, Watase met en scène une héroïne un peu fragile, pas une forte personnalité, ni un caractère belliqueux et combatif. Elle est un peu gnan-gnan, Alice. Dans ses bla-blas (pour ceux qui ne lisent pas de Watase, ce sont des encarts dans le volume où l'auteur raconte sa vie et autres trucs marrants), Watase avoue même qu'elle doutait de l'accueil qui allait être fait à Alice par le public. Apparemment, au Japon ça passe. Pour ma part, il faudra plus que ce premier tome pour me convaincre... L'histoire est somme toute très enfantine, beaucoup moins sérieuse que celle d'Ayashi. On y parle de lapin magique, du pouvoir des mots... Simpliste, mais efficace tout de même.

En revanche, les dessins de Watase sont toujours aussi réussis. Une mise en page très claire, très aérée rend la lecture agréable. Et pour le coup, dans ce premier tome, Watase est meilleure dessinatrice qu'auteur.

Un truc surprenant. La série est publiée en France chez Glénat (les précédents Watase sont chez Tonkam) qui enrichit sa collection Shojo. La tranche du volume est super moche avec un vieux rectangle rose, histoire de rappeler que oui, vous lisez bien un truc pour fille. Par contre, à l'intérieur... Les pages sont vraiment épaisses, je ne me rappelle pas avoir déjà vu ça pour un manga. C'est très bien, on dirait presque du 90g, bien blanc et tout, vraiment chouette.

En résumé, pour les fans (les habitués), ça va plaire, et ce premier tome laisse présager de belles choses. Pour les autres, il faut attendre un peu plus que le premier tome et manque de bol, le délai de parution des tomes est un peu long...

La série en est maintenant au cinquième tome. C'est toujours aussi frais, et d'une grande qualité graphique, comme tous les travaux de Watase. Les dessins sont très soignés, et la mise en page bien réalisée.
L'histoire en revanche souffre d'un manque de profondeur, ou "d'envolée"... En effet, certains personnages ont des répliques furieusement répétitives, et certains éléments du scénario se répètent en boucle. C'est un peu dommage. Malgré tout, le cinquième tome introduit deux nouveaux personnages, qu'on est bien content de voir arriver. Un point positif de cette série est les touches d'humour qui sont relativement présentes et qui rendent la lecture agréable.
Alice 19th est donc un manga de bonne qualité, mais dont la simplicité de l'histoire (je dirais parfois la "niaiserie"), le réserve à un lectorat peu exigeant en matière de scénario béton, ma soeur de 14 ans adore.

Nom série  Boule et Bill  posté le 15/05/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Boule & Bill...

[arret momentané de mon objectivité]

C'est vraiment chouette. Je garde plus que d'excellents souvenirs de Boule & Bill, puisque j'ai appris à lire avec cette BD. J'avais un manuel de lecture avec des petits mots découpés pour faire des phrases du type "Bill / Se / Cache / Dans / Le / Terrier / Du / Lapin". Et en six mois, j'avais tous les albums disponibles dans ma bibliothèque. J'aime beaucoup, je ne m'explique pas trop pourquoi, il y a quand même une certaine fraîcheur, une naïveté agréable aussi. Pouf (j'ai toujours adoré ce gars là), Caroline, Noisette, Bill, Papa, Maman, Boule, l'agent de police... le poisson volant, les vacances à la plage, les jeux d'indiens... une des meilleures BD jeune public à mon avis.
Les dessins sont vraiment chouettes, de belles couleurs, même si les tous premiers tomes sont d'une qualité un peu moindre.

[retour de mon objectivité]

Bien sûr, c'est stéréotypé, c'est dépassé aussi, voire carrément ringard, c'est sûr qu'aujourd'hui ça ne passionne plus les enfants, qui préfèrent Titeuf ou Kid Paddle. Mais tout de même, ça reste vraiment une bonne série, avec beaucoup de charme.

Mention très spéciale pour le tome 19 "Globe-Trotters" qui est vraiment extra.

Nom série  Le Territoire  posté le 14/05/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le vrai problème avec des premiers tomes...ben, c'est que ce sont des premiers tomes ! Et qu'ils ont souvent du mal à intéresser ou à accrocher le lecteur. Et c'est tout à fait vérifiable avec Nécropsie. J'aime bien le titre (le même qu'un polar gore et sanglant américain des 90's) et aussi les images du Territoire. Mais, quand même...ce premier tome est un peu décevant. Disons que je trouve inutile de le lire sans avoir la suite à portée de main, car à part présenter de (trop) nombreux personnages et un tout petit début d'intrigue, il ne se passe pas grand chose quand même...
On apprend juste que Kirstie n'est pas vraiment elle et que ses problèmes ne sont pas d'ordre psychiatrique comme tout le monde semble disposé à le croire...et aussi que le héros plaque sa femme et sa maîtresse et aussi ses amies pour essayer de la sauver. Bien. Soit. Et ? Et rien, justement. Là est le problème.
Les dessins ne me plaisent pas trop. Assez communs, pas toujours très corrects (certaines bizarreries anatomiques un peu trop présentes), c'est pas mal, mais pas du tout original. Je trouve les couleurs trop peu nuancées, un peu trop froides par moments.

Honnêtement, je pense qu'à moins de lire le tome deux dans la foulée, la lecture de ce premier tome n'apporte rien du tout. Pourvu que la suite soit bonne...

Nom série  Alix  posté le 14/05/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
A une époque, je "m'émerveillais" devant l'impression que j'avais en ouvrant un de ces albums. Purée, tu sais même pas où mettre les yeux tellement ça déborde de partout. Du texte (parfois beaucoup trop) dans tous les sens, des cases d'une précision malaisée...la lecture est difficile, c'est le moins qu'on puisse dire. C'est dommage, mais vraiment, ouvrir un tome d'Alix donne tout de suite envie de le refermer, de le reposer et de l'oublier dans un coin...
Quand on persévère un peu, on voit pourtant qu'Alix ce n’est pas trop mal, tout de même. Les dessins sont plus ou moins bien, je les trouve plus adaptés au genre que pour Lefranc. Ils sont un peu vieillot, un peu figés, mais si les personnages sont moyens, les décors et paysages sont plutôt chouettes.
Les histoires...ça dépend. Une grande majorité reste assez classique, très manichéenne, très convenue. L'aspect historique est là, certes, mais ça ne fait pas tout. Un peu trop de personnages parfois.
Néanmoins, pour moi quelques tomes se détachent du lot, je leur mets 3/5 : L'Ile maudite, Le dieu sauvage ou l'empereur de Chine.
Donc, Alix est très loin de ma conception de la BD idéale, ce n'est pas le genre de truc qu'on lit pour se détendre, ou pour se changer les idées. Plutôt pour s'abrutir un bon coup en période de déprime intense. On dort mieux après.

Nom série  Mars  posté le 09/05/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n'ai lu pour l'instant que les deux premiers tomes, les seuls parus. Il est vrai que l'histoire n'a rien d'original, on pourrait même dire qu'elle reprend tous les clichés et banalités du genre : le beau gosse tombeur et rebelle et la fille timide un peu associale... Bref, ce n'est pas un concept novateur, loin de là. Pourtant, le résultat est bien meilleur que ce que à quoi je m'attendais. Bon, ce n'est pas le manga du siècle, hein, ça reste un peu léger malgré tout, un peu cucul aussi, quelquefois assez crétin. Mais force est de reconnaître que ce n'est pas si mal que ça. C'est un shojo de qualité et quand on ne cherche pas plus loin, le contrat est respecté. On passe un bon moment. Les dessins sont pas mal, un peu embrouillés par moment, ce qui gène le déchiffrage de l'action, mais les personnages sont suffisamment différents (physiquement, j'entends) pour que l'essentiel soit compris (et comme l'essentiel n'est pas non plus immensement compliqué...).

Par contre, avec un titre pareil et un résumé tel qu'il est écrit je m'attendais à ce que le dieu "Mars" (d'où vient le nom du manga) soit un peu plus developpé qu'un vague buste dans une scène de deux pages. Peut-être cela viendra-t-il plus tard.

Bref, amateur de shojo, c'est du bon. Pour les autres, c'est plus interessant que certains titres phares du genre, mais c'est largement dispensable.

Nom série  Peach girl  posté le 09/05/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Mille pardons pour les fans, mais franchement...franchement, quoi!
Je ne supporte pas ce manga. Je ne pense pas être particulièrement fermée à ce genre là, bien qu'il ne m'attire que très peu (en général en périodes de crises existencielles), mais, là, je bloque très sérieusement. Les couvertures sont monstrueuses, des personnages assez moches, des couleurs atroces, des fonds vichy plus que douteux... Vive le noir et blanc de l'intérieur, quoi. Je n'aime pas les dessins, je trouve que les gars sont effeminés au possible, et surtout je trouve toutes les bouches des personnages particulièrement laides. L'histoire...hum. Bon, ça ne me plait pas. Avec un point de départ pareil, on aurait pu faire trois bons tomes, mais là, diluer ça sur plus de onze tomes, c'est de l'acharnement pur et simple. C'est vraiment trop niais pour rester intéressant, à un point assez elevé quand meme. Et vas-y que ça se dispute pour un mec, et puis ça se fait et puis ça casse et puis l'autre est là pour réconforter mais en fait il était amoureux d'une autre sans le savoir... Non, y a pas à dire, je trouve ça chiant. Les personnages ne me paraissent pas du tout crédibles, ils sont stéréotypés, à l'image de Momo (v'là le prénom bizarre...) bronzée, très belle, mais intègre, sincère et honnète et pourtant d'une crétinerie assez rare.

Peach girl, c'est pas du tout un truc pour moi et le pire, c'est que je le savais avant de le lire.

Nom série  L'héritage d'Emilie  posté le 06/05/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'Héritage d'Emilie...un manoir enchanté pleins de mystérieux habitants, où le temps s'écoule selon des règles étranges et où la nuit, tout prend une autre couleur, l'air vibrant de sons disparus...
Cette histoire, qui commence plutôt de manière conventionnelle prend une direction étrange et intrigante au fur et à mesure où les pages somptueuses (et le mot n'est pas trop fort, loin de là...) défilent devant les yeux; la direction d'un chemin qui conduit à la féerie, à la mythologie, au rêve.
Les deux tomes constituent un moment de lecture vraiment agréable, et prenant...On découvre en même temps qu'Emilie l'Irlande et ses mystères, et le voyage de son ancêtre dans un monde inconnu, celui de la magie.
Les personnages sont très attachants, des "forains" en roulotte à la vieille dame du château en passant bien sur par la belle Emilie.
L'ambiance et l'atmosphère de ces deux tomes est très sympathique. Le contexte début du siècle aussi pour la première partie du tome 1, mais rien n'est comparable au plaisir qu'on prend avec le deuxième tome.
Les dessins de Florence Magnin sont magnifiques, et les couleurs vraiment très belles.
J'attends la suite et la fin avec une grande impatience.

Nom série  Le Journal de mon père  posté le 06/05/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Je commencerai par le petit bémol, pour évacuer vite fait le seul défaut de cette œuvre superbe. Effectivement, comme l'ont indiqué les posteurs précédents, la lecture est rendue difficile par moments, à cause du problème d'adaptation en version française, certaines cases doivent être relues plusieurs fois, c'est un peu comme les jeux débiles où il faut remettre les bulles dans le bon ordre. Ce n'est pas vraiment très gênant ou handicapant, juste un peu frustrant, et cela brise parfois le rythme du récit.
A part ce problème, qui reste mineur en regard de l'immense qualité de l'ensemble, je n'ai rien à reprocher à cette magnifique série. Je n'ai jamais été déçue par tout ce que j'ai lu de Taniguchi et encore une fois, la magie opère très bien. "Le journal de mon père" est peut être une de ses œuvres les plus personnelles, les plus bouleversantes, et celle que je préfère, celle qui me touche le plus.
C'est en lisant la postface que l'on se rend compte de tout ce qu'il révèle de lui, et que l'on prend vraiment conscience du plaisir que l'on a eu à lire ces trois tomes. Je les ai dévorés d'un coup, très rapidement (trop ?). L'histoire est plus qu'agréable ou apaisante. J'y ai trouvé autre chose. Un mélange d'émotions, de paix, de sérénité, quelque chose de très purifiant. J'aime énormément les cases sans textes, juste quelques instantanés d'une vie ordinaire, heureuse ou non. Le découpage en chapitre suit celui des souvenirs de Yochan, des récits de son oncle et de sa famille par laquelle il apprend ce qu'il n'a jamais voulu vraiment comprendre, qui était cet homme silencieux et austère qu'il appelait papa. Tous les personnages sont formidables d'authenticité, de réalisme et de profondeur.
Les illustrations, tout en légèreté, expriment très bien un esthétisme permanent et un sens du beau peu commun dans sa simplicité. Je me sens toujours très concernée par les histoires de Taniguchi, et celle là ne fait pas exception, et confirme l'immense respect que j'ai pour son auteur.

Nom série  Spirale  posté le 15/04/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Spirale...Ce sont de très beaux bouquins (en tant qu'objet), les couvertures me plaisent assez, et les introductions en couleurs ne sont pas trop mal.
Les dessins pour commencer. Vraiment magnifiques. Ils ont un style très particulier à la fois très beau et aussi très dérangeant. Ils conviennent à la fois pour illustrer les passages de folie furieuse (la transformation en limac'homme avec les antennes qui sortent des yeux m'impressionne beaucoup) et ceux un peu plus normaux (quand même assez rares)... Kirié est une des plus belle héroïnes de manga que je connaisse, et j'aime beaucoup Tanizaki (volume 3), vraiment canon, au moins au début (parce qu'à la fin, il n'est plus tellement aidé le pauvre...)

L'histoire est complètement dejantée... Elle peut paraitre ridicule, stupide... Je la trouve fascinante (la malédiction de la spirale, peut-être...). J'aime assez le principe des chapitres indépendants des deux premiers volumes, qui expliquent les différentes manifestations du phénomène, tous plus atroces les uns que les autres. Ils ne sont pas forcément reliés par une certaine logique outre celle de la Spirale, et donnent lieu à des délires plutôt variés... Je retiens particulièrement la bataille des cheveux (complètement barjo, ce truc, mais vraiment hallucinant) et aussi les femmes vampires dans l'hôpital (la trouille de ma vie)...

Mais ce qui fait la force et tout l'intérêt de Spirale c'est l'ambiance générale et l'atmosphère lourde, étouffante, malsaine qui se dégage des trois volumes... Elle se manifeste bien sûr par la bizarrerie des scénarii mais surtout par quelques détails disséminés dans le dessin, comme la forme des nuages, le ciel très bas, très chargé qui devient peu à peu écrasant, les brins d'herbe qui s'enroulent tout seul, les cyclones dévastateurs... Et plus on progresse dans le récit plus on se sent confiné et piégé...
Pour ma part, les réactions des personnages, qui ne paraissent pas effrayés outre mesure ou franchement affolés, ne m'ont pas choquées, elles sont les même que celles de n'importe quel héros de film d'horreur. De toute façon, on comprend bien, à la fin de l'histoire que toute fuite est impossible, physiquement. La Spirale converge, emmenant avec elles la raison des habitants de la ville et puis leur corps... La Spirale converge... mais vers quoi ? Sans doute vers un des meilleurs mangas du genre, vraiment prenant et fascinant, me laissant tourner autour comme un papillon de nuit qui est irrémediablement attiré par la lumière brillant dans la nuit... papillon, dont l'appendice buccal est une spirale, cela dit en passant...

Nom série  Ghost World  posté le 10/04/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Epatant, hallucinant, fantasmagorique, caustique, ironique, fabuleux... Qu'est-ce que c'est chouette... Je comprend que cela ne plaise pas à tout le monde, que ce ne soit pas interessant pour certains... Il se trouve que j'adore, tout simplement.

Peut-être parce que ces filles pourraient être parmi mes meilleures amies...Peut-être parce que certaines de leurs réactions ou de leurs discussions me sont vraiment familières...Peut-être parce que d'une certaine manière je me sens proche d'elles...de leur manière de vivre, de s'exclure en quelque sorte du monde qui les entoure...De se donner cette impression d'être uniques et différentes par de petits actes anodins...

Il s'agit en fait d'une sorte de recueil, d'une succession de chapitres, qui sont autant de tranches de vie, de moments d'existence de Rebecca et Enid...Le tout est cependant très cohérent, et il se dégage de l'ensemble une atmosphère presque surréaliste liée à l'étroitesse de la ville, au confinement forcé dans ces lieux où la marginalité constitue un échappatoire vers un "ailleurs" au même titre que la ligne de bus n°5...

Le graphisme est vraiment idéal et extremement adapté à l'histoire. Je n'imagine pas du tout un autre style, ou même une colorisation différente. Cet épurement, ce dépouillement du trait et des couleurs (ou plutôt des non-couleurs...) permet de faire passer de nombreux sentiments, et réflexions de manière très intelligente. Les personnages ne sont jamais "parfaits", ils ont tous une humanité apparente, ce sont des gens ordinaires, ni des modèles, ni des anti-héros, juste des êtres normaux, comme on pourrait en croiser au coin de la rue.

Ghost World, le monde fantôme, celui où on ne peut vivre ni avec les autres, ni sans eux, celui où malgré tout on reste prisonnier d'un système, sauf quand on est deux, et qu'on est deux "barges", socialement parlant, se construisant une vie plus belle que celle qui nous est destinée, en faisant de l'ordinaire un extraordinaire perpetuel, en faisant de la monotonie une aventure, en faisant du quotidien un certain moment de rêve.

Nom série  L'Ennemi  posté le 09/04/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
C'est typiquement le genre de BD que je n'acheterais jamais...
C'est sur, ça se laisse lire, mais vraiment... L'histoire est somme toute "classique", je veux dire qu'elle reste relativement prévisible, qu'elle n'est pas originale, et que ces histoires de mouches ne nous mènent pas très loin pour le moment...
Je trouve que le dessin n'est pas très soigné...et plus généralement, le style est un peu trop "simpliste" à mon gout...personnages archi-caricaturaux et stéréotypés, postures limite ridicules, certaines expressions assez...étonnantes... bof, ce n'est pas vraiment un point positif...
Je pense lire la suite, par curiosité, mais à la lecture de ce premier tome je reste sur un "ah, bon...". Je pense qu'il y avait le potentiel pour développer un peu plus le scénario mais bon, les dessins ne me plaisent pas de toute façon.

Nom série  Al'Togo  posté le 09/04/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Al'Togo est une BD relativement interessante, pour qui aime ce genre, entre poursuites et conflits de famille, flics gentils et marrants et personnages influents un peu méchants... L'histoire de ce premier tome se suffit à elle même, et l'ensemble est de bonne qualité.
Les illustrations servent un scénario prenant, et rendent les personnages très chaleureux, très "personnifiés", je veux dire que le dessin de Savoia leur donne un aspect très vivant qui est bien agréable.
Le contexte de la série est selon moi moyennement original et promesse d'histoires certes mouvementées mais peut-être un peu déjà vues... J'apprécie quand meme les quelques touches d'humour qu'on retrouve ça et là (les tribulations de la ford Ka, par exemple) et j'ai bien aimé les personnages des deux fillettes (aux noms évocateurs et poétiques...Nuevla et Lavreijne...) très crédibles, mais c'est à peu près tout ce qui me reste de cette lecture...et ce n'est pas beaucoup !

Nom série  La Geste des Chevaliers Dragons  posté le 09/04/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bon... j'aurais bien mis un 3/5, évidemment pour les dessins de Varanda... OH, C'EST SUPER BEAU !!! Vraiment, graphiquement magnifique, que ce soit en noir et blanc ou en couleur... Superbe à tous points de vue. Personnages sublimes, décors hallucinants (comme l'a dit dut, la double page présentant la cité est époustouflante...). Un régal visuel...

MAIS, force est de constater (avec un certain desespoir...) que le scénario ne suit pas... En tout cas je n'ai pas vraiment aimé, à cause de la fin surtout. L'idée de départ est prenante et très accrocheuse, avec une histoire qui apparement repose sur des bases solides... J'ai été deçue, mais déçue par la fin...Ça vient trop vite et c'est "baclé" en deux pages...Là ça va pas du tout...une histoire avec un tel potentiel aurait gagné à être developpée sur plusieurs tomes à mon sens, où au moins dans une version allongée afin de recevoir une fin digne de ce nom...Parce que là, je trouve ça un peu facile de terminer le récit de cette manière aussi rapide, fulgurante et dévastatrice qu'un coup de griffe de dragon... Dommage...

Nom série  Midnight Nation  posté le 04/04/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
"Si un quidam, vous voyant lire Midnight Nation, ose vous lancer un méprisant « En train de lire un comics ? » , qu’il crève." Jean-Pierre Fuéri

Midnight Nation, c'est autre chose, je crois que c'est vraiment une des histoires les plus atypiques qu'il m'a été donnée de lire. Bien sur c'est un comics et pourtant il se démarque de la production américaine que je connais
pour de multiples raisons.
Midnihgt Nation, c'est l'histoire de David, homme ordinaire, qui se retrouve forcé, un jour, de contempler ce (et ceux) que tout le monde refuse de voir...Ceux, qui n'ayant personne à aimer, personne de qui être aimé se retrouvent dans le lieu intermédiaire, ni morts, ni vivants. Dans ce monde où la solitude et l'abandon sont des généralités, des créatures appelées les Marcheurs ont fait leur apparition. Ils passent librement d'un monde à l'autre, semant misère et désolation sur leur passage...
Midnight Nation, c'est l'histoire de Laurel, guide mystérieux dans ce no man's land où tout le monde semble la connaître, la respecter ou la craindre, qui doit accompagner David dans un voyage de 5000 kilomètres. Un voyage qu'elle a déjà accompli un grand nombre de fois, mais qui la mène toujours à la même souffrance...
Midnight Nation, c'est l'histoire de tous ceux dont personne ne se souviendra jamais, de tous ceux qui ne resteront dans aucune mémoire.
Midnight Nation, c'est un voyage à la recherche d'une âme, à la reconquête d'une identité perdue, à la poursuite d'une destinée, c'est un cheminement physique à travers l'Amérique et aussi un cheminement moral vers une humanité oubliée.

Midnight Nation, c'est une prouesse scénaristique (pour ceux qui ne l'avaient pas encore compris...) mais surtout une prouesse graphique. Franck a ce don de faire passer dans un regard bien plus que tout un discours... Des dessins somptueux donnent à cette histoire des allures de road-movie faisant de David un cowboy solitaire cheminant auprès de Laurel qui est ce que personne n'imagine... Des couleurs magnifiques, tout simplement, des cadrages très efficaces et un découpage mettant en valeur à la fois les scènes d'action et les passages plus intimistes.

Midnight Nation, à lire sans hésiter, ne serait-ce que pour se rendre compte du génie de Franck et Straczynski, mais surtout pour regarder le monde autrement.

Nom série  Le combat ordinaire  posté le 02/04/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Aucun doute là dessus, Le combat ordinaire est une BD qui se lit avec plaisir... On partage pendant 52 pages, la vie d'un gars un peu paumé qui ne sait plus trop quelle est sa place dans le monde qui l'entoure... Le ton de l'album est très intimiste, installant une relation priviligié entre le lecteur et le personnage de Marco (meme sans s'identifier à lui...).
Le style des illustrations permet à la fois de faire passer des moments durs, de grosses crises de rire (la scène avec son père est proprement géniale), et aussi des doutes et des interrogations. C'est un bel album, qu'il faut lire.
Cependant, je ne mets que 3/5 car la fin de l'histoire me déplait. Sans parler de la part de réalité ou de fiction, sans savoir si c'est autobiographique ou pas, simplement au niveau du scénario je dois dire que je n'ai pas du tout aimé la réaction de Marco face à son voisin, au moment où il découvre sa véritable identité... Je trouve que cette violence est tout ce qu'il y a de plus hypocrite et surtout infondée. Le vieil homme est ce qu'il est, il a fait ce qu'il a fait, et pour le coup la réaction de Marco me parait completement déplacée... Je ne comprend pas l'agression et j'aurais aimé autre chose...un comportement peut-être un peu plus...positif...
Le tome 2 m'a plu, j'ai passé un bon moment à le lire sans pour autant le trouver démentiellement extraordinaire. Pas mal, sympa, pas exceptionnel.

Nom série  Nicolas Eymerich Inquisiteur  posté le 01/04/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une très bonne surprise... J'ai vraiment bien aimé cette histoire très originale et hors du commun. Le mélange des deux époques et des deux genres ne me gène pas du tout au contraire, en séparant ces deux moitiés le résultat aurait été, à mon sens, beaucoup moins intéressant. C'est vrai que le passage un peu abrupt d'une période à l'autre est un peu perturbant, mais tout est perturbant dans cette BD et c'est justement ce qui me plait. Les dessins sont très sombres, très noirs, presque malsains parfois (la scène de l'interrogatoire de l'aubergiste est atroce, eurk, le coup de la langue, il fallait oser quand meme...). Mais ils créent admirablement une ambiance oppressante et étouffante qui correspond tout à fait au personnage d'Eymerich, inquisiteur jeune et quelque peu arriviste ainsi qu'à l'année 1352 où tout est sale, ravagé par la peste noire, où de maléfiques découvertes viennent boulverser la communauté... Que sont ces images dans le ciel, et qui sont ces femmes qui pratiquent un culte étrange aux conséquences "diaboliques" ? Le style graphique est aussi bien adapté à la période futuriste, très froid, comme le métal du grand vaisseau qui lui aussi dissimule son lot de mystères et d'horreurs, conduisant un équipage entier dans un voyage dans le temps, à la recherche de quoi exactement ? Ou plutôt de qui ?

Vraiment, un moment de lecture très agréable, des pages magnifiques mais dans un style si particulier que cela ne plaira pas à tout le monde, pour ma part, j'ai hate de lire la suite...

1 2 3 4 5 6 7 8 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque