Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1509 avis et 68 séries (Note moyenne: 3.06)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  L'Executeur  posté le 25/02/2017 (dernière MAJ le 16/09/2018) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Au détour d'un stand à Angoulême j'ai été attiré par la couverture où ce personnage tout en noir sur un fond jaune me jetait un coup d’œil ; en feuilletant quelques pages mon choix s'est très vite fait et je n'ai aucun regret.

Harry Exton est un ancien mercenaire, tueur à gage et rangé des voitures. Depuis il végète un peu lorsqu'un ancien collègue lui parle du "jeu" où ses compétences sauront être appréciées à leur juste valeur. Le principe est simple. Des organisateurs anonymes, les "voix", parient de grosses sommes sur les "exécutants", tous d'anciens professionnels du meurtre, pour qu'ils s'affrontent dans des combats mortels. Harry y trouve son compte mais bientôt il souhaite sortir du "jeu", à priori une seule façon d'en sortir.

A l'origine cette histoire est sortie chez l'éditeur 2000AD et est scénarisée par John Wagner co-créateur du personnage du Judge Dredd, son roman graphique A History of Violence a été adapté au cinéma. Au dessin Arthur Ranson illustrateur entre autres de Judge Dredd et de comics chez Marvel.

Pour en rester au dessin j'avoue avoir pris une petite claque, en effet quel n'a pas été mon étonnement, alors que le Monsieur vient du comics de trouver un dessin plus proche d'un Rosinsky que de l'univers des super héros. Un dessin fouillé, loin de la ligne claire, une mise en page somme toute classique et des fonds de cases plutôt bien travaillés.

Pour ce qui est du scénario, celui-ci est bien foutu, dynamique, plein de rythme et personnellement je n'ai pas lâché la chose dès ma lecture entamée. Le héros de cette histoire est un tueur et entendons-nous bien il n'est pas question de cautionner ses actes, pour autant à partir du moment où il décide de quitter le "jeu" on ne peut s'empêcher d'être en empathie avec lui et la manière dont il se démène pour s'extraire de cette toile d'araignée.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser cette BD n'est pas "bourrine" et "testostéronnée", j'ai bien apprécié son côté inéluctable et j'en fais mon coup de cœur de la bulle des indépendants de cet Angoulême 2017.

A lire et à faire tourner.

Nom série  Negalyod  posté le 16/09/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Moebius sort de ce corps !!

Si un jour on m'avait dit que j'apprécierais une BD où les dinosaures parlent ! Voila un album que je considère presque comme un ovni dans le paysage des sorties de septembre.

Quel bonheur de se plonger dans cette aventure qui surfe sur les dégâts du réchauffement climatique et l'un de ses corollaires, le manque d'eau. Le visuel, celui-ci est tout bonnement superbe et l'on aime à se plonger dans ses multiples pages, près de 206, avant que de s'attaquer à la lecture proprement dite. Là surprise, un personnage humain qui échange des propos avec son dinosaure. Ce qui pourrait nous sembler complètement farfelu voir rédhibitoire ne l'est pas du tout, pour autant ce n'est pas une gentillette histoire de gentil petit dinosaure apprivoisé comme chez qui vous savez. Sous des dehors que d'aucun pourrait trouver simplistes nous sommes vite embarqués dans une quête afin de trouver un moyen pour sauver un monde, du moins une partie de celui-ci, qui se meurt par manque d'eau.

S'il n'y a que peu d'explication sur la construction de cette ville d'en haut le résultat est graphiquement et visuellement magnifique, j'en veux pour preuve la couverte de cet album.
Je ne reviendrai pas sur les diverses influences graphiques évoquées par Hervé dans son avis mais je plussoie. Quand à l'auteur Vincent Perriot il est quasi méconnaissable par rapport à son travail sur ses précédents travaux.

De la SF intelligente, une histoire prenante, que dire de plus, foncez !

Nom série  Le Peuple des Brumes  posté le 16/09/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Gentillet est le premier tome qui me vient à l'esprit pour qualifier le premier tome de cette trilogie annoncée.

Dans un décor de forêt très "dysneyenne", de jolies fées évoluent de ci delà et dont le seul travail consiste à butiner de fleurs en fleurs. Forcément ce monde idyllique ne saurait tourner parfaitement rond car l'une de nos jolies fées est plus attirée à découvrir les plaisirs du sexe avec de jeunes lutins, le propre du lutin n'est il d'ailleurs pas de lutiner ?.

L'ensemble est joliment dessiné, les couleurs sont belles sans être transcendantes bref une BD qui pourrait presque être pour tout public si ce n'est quelques scènes explicites qui sans tomber dans la pornographie sont malgré tout, ben un brin chaudes. Pour du Tabou cela reste tout de même assez soft.

C'est joli, léger, pas sur que cela reste dans les mémoires j'attends la suite sans impatience trop marquée.

Nom série  Mapple square  posté le 08/09/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Bienvenue à Mapple!

Cette petite ville est située aux États Unis plus précisément dans le Nebraska. Son titre de noblesse est qu'elle fut le lieu de fabrication des Mapples square, petits bonbons carrés au caramel et au sirop d'érable. Une rue principale poussiéreuse et des habitants tous plus dégénérés les uns que les autres. N'oublions pas le Mapple institute for criminally insane qui accueille son lot de pervers et autres psychopathes en tous genres.

Dans la région de mystérieuses disparitions ont eu lieu, c'est pourquoi deux agents du FBI arrivent en ville afin d'enquêter. Quelle galerie de personnages mes aïeux. Nos deux flics, un directeur d’hôpital qui n'a pas du avoir son diplôme de façon très régulière, un politicien bien véreux et surtout une ribambelle de faux jetons, de décérébrés du bulbe, j'en passe tellement la liste est longue et jouissive.

Encore une fois le Label 619 fait très très fort. Au scénario David Hasteda nous mitonne une histoire aux petits oignons dont les éléments s’enchaînent telle une mécanique bien huilée. Comme d'habitude avec ce genre de parution, des petits inserts viennent nous raconter la vie et l’œuvre de tueurs célèbres au rang desquels on retrouve Charles Manson, David Koresh et la tuerie de Waco, sans oublier ce bon pasteur Jim Jones. Signalons même une petite collection de stickers en fin d'album du plus bel effet.

Au dessin Ludovic Chesnotte vous dessine de ces gueules impressionnantes avec un style extrêmement dynamique, vif et acéré. Le classement de cette BD dans la catégorie Comics est plus lié à son format et sa construction en chapitres courts qu'à une colorisation qui ici renforce le climat et n'est en rien comparable à ce que l'on voit ailleurs dans le genre.

Parmi tous les personnages que nous rencontrons celui d'une des prisonnières de l'institut pour criminels de Mapple est celui de Verna Howell, celle par qui tout va se déclencher dans un déluge de vengeance bien sûr sanguinolent, Label 619 oblige.

Foncez braves gens, une petite baffe comme on aimerait en recevoir plus souvent. Personnellement c'est bien sûr un coup de cœur que ce pavé de 156 pages dont aucune n'est inutile.

Message perso, PAco c'est pour toi.

Nom série  Colonisation  posté le 02/09/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Comme Bouriket je ne m'attendais pas du tout à ça lorsque j'ai commencé ma lecture. en fait nous suivons une équipe de jeunes chargée d'aller récupérer des colons envoyé dans l'espace pour coloniser de nouvelles terres. Un rythme rapide puis dés le départ une plongée dans un monde virtuel, bref ça foisonne.

C'est de la BD pour ados, même si le deuxième tome nous conte une histoire mettant en scène des humains devenus cannibales, l'ensemble reste tout de même assez soft.

Le dessin est sympathique avec une colorisation qui colle bien à l'ensemble, gageons que cette série offre le potentiel de s'étaler sur un grand nombre de tomes, genre une mission par tome. Les personnages ne demandent qu'à approfondir leurs personnalités et sortir d'un petit politiquement correct que merde quoi!!

Gentil, divertissant, pas prise de tête, à suivre

Nom série  La Cathédrale des Abymes  posté le 02/09/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est chez un bon camarade de ce site que j'ai découvert cette BD. D'emblée ce qui m'a tapé dans l’œil c'est la couverture et je me suis dit, tiens Gimenez sort un bouquin. Un rapide feuilletage m'a convaincu de mon erreur et je me suis laissé happer par les planches dont je reconnais qu'il y en a de magnifiques.

Pourtant, hélas, mille fois hélas tout cela ne m'a pas emballé plus que ça. C'est comment dire certaines approximations aux niveau des visages, mais surtout un scénario bien ardu dans lequel se plonger. Deux arcs narratifs pourquoi pas mais c'est assez touffu et demande un brin de concentration. Encore une fois je laisse sa chance au truc, c'est tout de même un tome introductif et connaissant Jean Luc Istin nous voila partis pour quelques tomes!!.

Cette série possède du potentiel donc wait and see, la suite que j'irais voir nous dira s'il faut s'enflammer ou pas.

Nom série  Mac Coy  posté le 01/09/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Par les dieux que cela a vieillit. Pas tant les histoires mais bien le dessin. Avant de rédiger cet avis j'ai consulté ce que mes précédents camarades avaient pu dire. Tous louent le dessin et même la colorisation.

Je veux bien croire qu'à l'époque cela était novateur mais cette colorisation justement donne un rendu à l'ensemble qui fait que j'ai eu l’impression de voir trouble pendant ma lecture. Si, si je vous jure. Je me suis frotté les yeux, j'ai nettoyé mes lunettes et enfin j'ai demandé un avis extérieur. Le verdict à été sans appel: c'est trouble, c'est flou.

De plus le dessin très fouillé de Palacios l'est tellement qu'il en devient brouillon, les personnages sont parfois méconnaissables dans des ambiances très chargées.

Voila un western qui a sans doute ses aficionados dont je ne fait pas partie en cause des histoires qui ne m'ont pas passionné et un dessin qu n'est pas ma tasse de thé.

Nom série  Comanche  posté le 01/09/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
En fait je n'ai découvert "Comanche" que très tardivement, je crois même que c'est à l'époque ou Hermann l'avait déjà abandonné pour se consacrer à Jeremiah. C'est donc plus l'auteur que j'ai suivi que l'histoire, le western proprement dit. Du western je n'étais pas très féru, tout au plus avais je lu quelques Blueberry.

Ce qui ma vraiment plu dans "Comanche" c'est le dessin d'Hermann, je reconnais aux scénarios une belle inventivité dans cette unité de lieu qu'est le Triple Six. Pour le reste j'avoue ne pas en avoir gardé un souvenir impérissable.

Ma note reflète donc plus mon attrait pour le dessin, à ce titre je n'est jamais lu les aventures de "Comanche" dessinées par M. Rouge. Ceci dit une très bonne série pour découvrir la BD et le western

Nom série  Meto  posté le 01/09/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Soyons clairs, je trouve personnellement la couverture assez hideuse pour ne pas dire froide, bref le truc qui ne vous donne pas envie. Alors bêtement j'ai feuilleté un peu et l'intérieur n'a que peu de rapport.

En fait tout ça est assez addictif, le sujet d'abord avec cette maison sur une île ou une bande de garçons vont et viennent, sont éduqués!! par des plus vieux, pourquoi ? A l'issue de ce premier tome le mystère demeure. Une atmosphère oppressante pas très éloignée de Big Brother qui fait aussi penser à ce vieux film "If".

Le dessin de Nesmo vaut bien mieux que le couverture donc et l'histoire est assez prenante pour que je veuille connaitre la suite.

Nom série  Christ  posté le 01/09/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pascal Croci est un auteur à part. On déteste ou on aime , un peu , à la folie, etc...Ses personnages longilignes, évanescents, le côté parfois un peu morbide, pervers des situations. bref voila un auteur qui ne peut laisser indifférent.

Avec ce Christ nous sommes servis. Parabole ? Allégorie ? Prêchi-prêcha ? Personnellement je ne sais pas trop dire mon ressenti, si j'ai aimé ou pas. C'est sans a priori que j'ai débuté ma lecture et au final je me suis dit que j'étais quand même face à un recyclage de choses finalement déjà vues. Pour autant je laisse encore une fois à cet auteur le bénéfice du doute car il arrive tout de même à toucher chez moi je ne sais quelle fibre que des années de psychanalyse ne sauraient mettre à jour.

Une curiosité qui mérite un petit coup d’œil.

Nom série  TER  posté le 01/09/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Avec ce titre et ses deux premiers tomes parus j'ai l'impression d'arriver un peu après la bataille. Plutôt à l'affut des titres de SF qui sortent j'avais zappé celui ci. Découverte donc et une heureuse surprise. Tout d'abord le dessin de Christophe Dubois que j'avais déjà beaucoup aimé sur " Le cycle d'Ostruce", certains avis ont fait le rapprochement avec " Le cycle de Cyan", et oui ma foi il y a sur certaines planches des fulgurances, un je ne sais quoi de grandiose dans les perspectives.A ce titre les premières planches du tome un sont assez jouissives.

Pour ce qui est du scénario c'est vrai que les auteurs ont fait dans l'original avec cette société qui vit en dehors et doit aller vers l'intérieur. Je ne rentrerais pas dans la querelle de savoir si c'est vraiment plausible, toujours est il que visuellement c'est assez beau. Petit coup de mou effectivement en début de tome deux, il faut dire qu'après le cliffhanger du tome un il fallait faire fort.espère que les auteurs sauront nous ménager une fin digne de ce nom. Personnellement je suis preneur.

Seul bémol le personnage du gros balèze avec les dreads: pas copain, puis copain du héros la pilule est pas facile à avaler.

Nom série  La Mort vivante  posté le 01/09/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ici Olivier Vatine adapte un roman de Stefan Wul paru en 1958, auteur prolifique mais que je trouve un brin surannéet qui avouons le est un peu vieillot dans sa forme, en effet les races extraterrestres nous sont bien plus familières aujourd'hui qu'à l'époque de la sortie du roman.

Depuis la mort de sa fille Lise, Martha est inconsolable. Son seul espoir semble résider en la personne de Joachim, nanobiologiste de renom assigné à résidence sur Mars ou l'humanité a émigrée une fois la terre dévastée. Dans un premier temps contraint, le jeune chercheur y voit l'opportunité de poursuivre ses recherches afin de cloner Lise et d'en faire une réplique aussi parfaite que possible, tel qu'elle était au moment de sa mort.

Dans le roman de Wul les choses étaient traitées de manières vieillottes, un peu désuètes. Ici O. Vatine remet les choses au gout du jour. Une présentation rapide du contexte Martien et Terrien, puis l'histoire se focalise sur la relation Martha, Joachim dans un lieu unique, une citadelle inspirée des délires architecturaux de Louis II de Bavière.

Une ambiance victorienne de décors néo-gothiques et une galerie de personnages et de créatures issue des meilleurs contes macabres du XIX ème siècle.

Et puis il y a le dessin de Alberto Varanda et la mesdames et messieurs, attention c'est du très grand art. Il y a longtemps que je n'avais pas vue quelque chose du même niveau. Imaginons un mix entre le grandissime Bernie Wrightson et Gustave Doré qui auraient été aidé par F. Shuitten et Andreas.

Un dessin ou le clair obscur est parfaitement maitrisé que je n'hésite pas à qualifier de grandiose, personnellement je suis resté scotché devant certaines planches pendant longtemps.

Voila donc un one shot de très haute volée et de très haute tenue dont je fais mon coup de cœur du moment. Histoire gothique comme j'aime ambiance oppressante et puis j'ai un petit faible pour ces céphalopodes très Lovecraftiens.

Nom série  Ghost war  posté le 20/08/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ma foi voilà une petite série sympathique qui pourrait se comparer à un de ces films du dimanche soir, distrayant, pas prise de tête. On suit un petit groupe de personnages retranchés dans une petite ville suite à une attaque de Bots, sorte d'armure comparable à celle utilisée par Ripley dans le film que vous savez. Pour autant n'allez pas chercher de références trop précises, ce n'est qu'un premier tome.

Pour l'instant je réserve un peu mon avis et j’attends de voir la suite, ce premier tome pêchu n'en laisse pas assez voir pour se faire une opinion véritable et tranchée. Distrayant sans plus pour le moment.

Nom série  Gagner la Guerre  posté le 19/08/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Commençons cet avis en ne parlant pas tout de suite de la Bd mais bien du roman dont elle s'inspire, ou plutôt de la nouvelle. Pour tout amateur du genre qui se respecte il faut lire Jean Philippe Jaworski et plus particulièrement ce gros pavé tout sauf indigeste qu'est le roman "Gagner la guerre". Truculent, picaresque fort bien écrit, une intrigue complexe mais au combien addictive et des personnages que l'on n'oublie pas de sitôt.

Mais foin de critiques dithyrambiques c'est de la BD qu'il faut causer et ma foi c'est une très heureuse surprise. Quoi de plus difficile en effet pour un auteur que de se saisir d'un texte existant et de lui donner formes et vies, d'autant plus quand il s'agit d'une œuvre dont la publicité n'est plus à faire.

Frédéric Genêt se coltine donc les pinceaux pour nous dépeindre une cité, personnage à part entière, qui pourrait évoquer Venise au temps de sa splendeur. Point n'est besoin d'avoir lu le roman pour être plongé dans l'ambiance. C'est un dessin immergeant qui ne demande qu'à être regardé avec la plus grande attention. Si comme moi vous avez déjà lu le roman je crois qu'il n'est pas flatteur de dire que tout y est. Certes, un livre de 980 pages environ ne peut se résumer en 58 planches mais le condensé qui nous est proposé là est juste jouissif. Au risque de me répéter : quand la matière originelle est de qualité il faut vraiment le vouloir pour saboter le travail.

Voilà donc une histoire dont j'attends la suite avec impatience, notre héros crapuleux a encore fort à faire. Faites tourner sans modération.

Nom série  Red Sonja - L'autre Monde  posté le 19/08/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
En ces temps de dérèglements climatiques et de fortes chaleurs il est rafraichissant de lire les aventure de notre donzelle se trimballant à demi vêtue dans les rues de Manhattan en plein hiver surtout lorsque l'on connait les températures glaciaires qui règnent en ces contrées au mois de janvier.

Mais il n'y a pas que le froid qui se trimballe à New York en cette saison, il y a aussi le vilain Kulan Gath, et notre héroïne va devoir l'affronter avec sa fidèle épée.

Ici je me dois de faire une petite pause et avancer l'idée suivante. Un collègue se moque assez régulièrement de moi en affirmant que la BD c'est de la lecture pour ados boutonneux et décérébrés. Avec le "pitch" que je vous ai exposé ci dessus comment lui donner tort et vous comprendrez aisément que je ne suis pas prêt de convaincre l'ami en question. Pour autant il ne faut pas , tout jeter. Je pense ne pas être trop dans la cible visée. Vite lue cette petite bande, vite oubliée et à l'encontre de mon camarade PAco je n'irais pas voir la suite.

Nom série  Seven to Eternity  posté le 19/08/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ben oui je colle d'office une très bonne note à cette histoire. En effet pour une fois que dans le registre du Comics je tombe sur une vraie histoire avec qui plus est un véritable fond je ne vais pas me priver. Car l'univers ici présenté est riche, très riche, foisonnant.

Oui il faut s'accrocher un peu au démarrage car toutes les clés ne nous sont pas données d’emblée. Quoi il faudrait faire un petit effort, tout ne nous tombe pas dans le bec d'office, rhaa!! Bougre une BD qui offre un tel univers ça se mérite. Et puis pour aider il y a le dessin.

Oubliez ce que vous croyez savoir à propos des Comics. Si, si, vous savez ces couleurs trop souvent flashy-es qui vous obligent à incliner le livre pour tenter de trouver un angle où la lumière ne va pas trop se réverbérer. Respect donc au coloriste dont vous allez hélas vite oublier le nom: Matt Hollingsworth. N'oublions donc pas également le fabuleux dessin et je pèse mes mots de Jerome Opena qui après "Moonknight" franchit un cran.

Un tome deux vient de paraitre, inutile de vous dire que je vais faire chauffer un peu ma carte bleue.

Nom série  Skybourne  posté le 03/08/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
M’énerve le PAco, vl'a t'y pas qu'il me prête encore une BD et vl'a t'y pas que c'est encore du tout bon. D'abord un dessin nerveux mais également rond avec une jolie colorisation, tout cela un peu en opposition au contenu qui comme le dit mon camarade envoie du pâté.

C'est vrai il faut d’emblée accepter ce postulat. Un, Lazare est mort. Deux, il est ressuscité! Trois ses descendants forcément immortels sont chargés de lutter contre le Mal. Si je voulais persifler je dirais que dans la famille c'est quand même des manches, parce que depuis le temps et avec leurs pouvoirs il y a longtemps que tous ces vilains devraient être six pieds sous terre. Ouais mais c'est sans compter sur la puissance du dit Mal et les multiples visages qu'il prend, donc! Ainsi à notre belle époque ça bastonne encore.

Une belle héroïne qui disparait au bout de quelques pages, un frangin forcément réfugié au Tibet, à force d'accueillir tous les super héros à un moment donné ce pays devrait demander des royalties.

Mais allez, foin de galéjades voici une BD fort agréable et divertissante, rondement menée, parfaitement maîtrisée où l'humour est présent sans en faire des caisses. Voici l'occasion de dépenser quelques euros pour les vacances, faites tourner.

Nom série  Danger Girl - Opération Hammer  posté le 01/08/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une BD où effectivement vous n'allez pas vous cramer un neurone, pop corn, sans prétention, du moins c'est mon ressenti, mais tout cela se laisse lire agréablement. En cause un dessin aux couleurs un peu flashy mais plutôt efficace, c'est dynamique ça ne demande qu'à sortir des cases.

Après en ce qui concerne le scénario ça part un peu dans tous les sens, la fin devient même un peu grandguignolesque avec l'apparition de descendants du fuhrer. En fait cela m'a fait penser à un mix de "Drôles de dames" et du James Bond "Casino Royale", sans oublier un "Mission :impossible" où Tom Cruise aurait pris des amphets. Reste pour le public ado des femmes aux corps improbables qui en toutes circonstances gardent leur brushing et leurs ongles nickel.

Mettez le cerveau en pause et savourez, c'est pas la pire BD du monde, en ces temps de fortes chaleurs je dirais même que cela possède un côté rafraîchissant.

Nom série  Hillbilly  posté le 18/03/2018 (dernière MAJ le 31/07/2018) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ah qu'il est bon d'aller faire un tour dans la sombre campagne américaine peuplée de créatures qui n'ont rien à envier à nos monstres européens.

Pour moi l'auteur Eric Powell c'est avant tout celui de Big Man Plans. Avec cette lecture j'avais pris une petite baffe scénaristique et picturale.

Ici j'ai presque envie de dire que nous sommes en terrain connu, notre homme des bois mais pas que zigouille à tire larigot sorcières et créatures infernales à tour de hachoir. Le dit objet à de quoi faire pâlir de jalousie les guerriers d'héroic fantasy les mieux armés.

Le plus intéressant dans ce récit c'est en fait tout le background. Des personnages à trognes, rednecks dégénérés et consanguins, c'est vrai que "Délivrance" n'est pas bien loin. L'iconographie des créatures est elle aussi excellente. La construction en chapitre relativement court émaillée de quelques flashbacks opportuns dynamise le récit.

Nous avons donc la de la très bonne dark fantasy avec un dessin plus que correct, donc faite tourner,, nul doute qu'avec un deuxième tome dans la même veine nous aurons droit à un immanquable du genre.

---Tome 2--

Ben les aminches nous voila en terrain connu, surtout pour ceux qui auront lu le tome 1. Personnellement je suis un peu mitigé car ici l'effet de surprise ne fonctionne plus trop et j'ai eu l'impression de lire une succession de petites histoires qui ne m'apprennent pas grand chose sur le personnage principal. Encore une fois rien à dire sur le dessin d'une grande fluidité et parfaitement maîtrisé. Mais c'est quoi cette expérimentation de dessin 3D qui il est vrai sans les lunettes ad hoc n'apporte pas grand chose.

A vrai dire je trouve que ces histoires finissent par tourner un peu en rond, sans jeu de mot avec le nom de notre sorcières killer. Je verrai pour la suite mais rien n'est moins sûr.

Nom série  Les Traqueurs  posté le 15/09/2017 (dernière MAJ le 22/07/2018) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
De la belle et bonne aventure comme j'aimerais en lire plus souvent

Et bien, et bien qu'il est rafraichissant de retrouver le souffle de la grande aventure.

Certains esprits chagrins pourraient me rétorquer que tous les poncifs sont au rendez vous. Et alors ?

Que l'on en juge: En ce milieu du XVII ème siècle la guerre fait rage entre l'Angleterre et la Hollande pour le contrôle des routes maritimes. Depuis la mort de son père le jeune Jonas vit avec son oncle et s'adonne aux joies de la Botanique. Quand son oncle lui demande de le suivre pour une expédition au Yucatán le jeune homme y voit une occasion de vivre enfin une grande aventure. Il y a la belle Mara qu'il ne pourra jamais aimer car mariée au capitaine Toledano. Le but de la quête du petit groupe ? Capturer une bête mythique créée par les divinités mayas et gage d’invincibilité pour ceux qui pourront la conquérir. Une griffe de la bête a été ramenée par un homme mystérieusement assassiné, le "cerbère des Dieux" est cependant convoité par d'autres groupes.

Au chapitre des poncifs vous voyez donc que nous sommes gâtés, un jeune premier un peu naïf, une belle inaccessible aux yeux de braises, un capitaine pirate à cheval sur les principes et fortement jaloux, des vaisseaux, un abordage, une jungle moite et hostile et bien sûr des indiens farouches et vindicatifs. Moi je dis génial, j'en redemande même.

David Muñoz au scénario et Tirso Cons au dessin déjà rencontrés sur Le Manoir des Murmures franchissent ici un cap, feuilletant le susdit album je ne peux qu'applaudir ici au fantastique travail de ces deux auteurs. Concernant le scénario celui-ci lorgne franchement vers le fantastique mais il n'est pas prégnant, il faut attendre une dernière planche hallucinante de maîtrise et de beauté qui laisse présager du grandiose pour la suite. Certes tout cela reste assez classique mais dépaysant; de l'Angleterre au Yucatán en passant par les Indes la narration n'en reste pas moins fluide émaillée de flash back. Ce premier tome place l'intrigue sur ses rails, l'approfondissement des personnages reste à venir, (l'oncle présente des cicatrices qui si elles sont du plus bel effet n'en cachent pas moins un soupçon de mystère).

Le dessin de Tirso Cons est particulier dans ce sens où il a tendance à allonger les visages, cela n'est pas gênant, les fonds de cases sont travaillés avec un découpage virevoltant et original. A mon sens l’intérêt principal réside dans la colorisation de Felideus juste parfaite qui donne à l'ensemble une atmosphère en adéquation totale avec le récit.

Un scénario pas le plus original du monde mais où souffle le parfum de l'aventure avec un grand A, que demander de plus ? Quand s'y ajoute un trait plus que virtuose l'on s'approche de la note maximale. Ah cette dernière planche elle promet du lourd.

Majoration après la sortie du tome 2

Avec la sortie de ce deuxième tome ma note ne varie pas. Je persiste et signe c'est de la bonne aventure. C'est sympa, divertissant, rondement mené et le dessin mais particulièrement la colorisation sont au top. Moi je suis preneur de ce genre d'histoire qui certes reprends certains poncifs vu ici ou la mais dés l'instant ou l'ensemble est bien tricoté pourquoi bouder notre plaisir.

Autre point que je mets en avant se sont ces "Clifhangers". Déjà à la fin du premier tome je disais tout le bien que je pensais de cette dernière planche qui promettais du lourd. Que dire ici aussi sur la dernière planche qui pourrait laisser supposer une autre histoire sous d'autres cieux, mais ne soyons pas trop gourmand et faisons bosser notre imaginaire. Et une histoire en diptyque c'est plutôt bien non ?

Pas de changement de note donc et une grosse incitation à ce que le plus grand nombre aille y jeter un œil.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 76 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque