Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1641 avis et 85 séries (Note moyenne: 3.08)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Alexandrin ou l'art de faire des vers à pied  posté le 12/06/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
La vie fait parfois curieusement les choses, il y a environ une heure je postais un avis sur une BD, Snotgirl où le langage SMS est roi. J'y disais toute ma nostalgie de ce temps où les élèves avaient encore la possibilité de découvrir des auteurs, des poètes qui ne sont plus à la mode aujourd'hui.

J'ai trouvé cette BD très jolie et émouvante. Mine de rien elle nous dit beaucoup de choses sur notre monde moderne, fait de rapidité et d'instantanéité.

Et oui la lecture n'est pas difficile, d'ailleurs pourquoi le croirait-on ? Parce qu'à un moment ou un autre, on aurait entendu un rimailleur tenter de jouer au poète, un professeur rebutant à l'école.

J'invite le plus grand nombre à lire cette BD, elle prend tout son sens à l'heure actuelle, dégageant une certaine mélancolie mais sans tristesse. Elle prouve qu'avec quelques mots arrangés de belle manière l'on peut dire des choses importantes. Du dessin se dégage également une ambiance qui sur certaines planches incite à la rêverie.

Nom série  L'Art de mourir  posté le 12/06/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un polar de plus mais au risque de plagier mes prédécesseurs je dirais qu'il ne révolutionne pas le genre. Le dessin bien ligne claire avec ses bâtiments tirés à la règle qui donne l'impression que Barcelone est une jolie ville de l'ère soviétique et ce lettrage dans les bulles qui donne l'impression de lire un vieux Blake et Mortimer.

Après l'histoire n'est pas mauvaise en soit mais étant un grand amateur de polars en BD si je compare à d'autres lectures, ben y a pas photo (cf mes avis sur ces dites lectures).

Au final je ne me suis pas ennuyé mais j'aurai vite oublié ma lecture. Par contre, je trouve la couverture très chouette.

Nom série  Snotgirl  posté le 12/06/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
What the fuck! comme ils disent.

Cette note de "bof sans plus" c'est en fait parce que je n'en ai un peu rien à foutre des blogueuses qui officient sur internet pour donner des conseils de au choix, alimentation, habillage, maquillage, comment cuisiner le tofu pour qu'il soit encore meilleur, j'en passe, aux jeunes filles du monde entier. Mais bon je m'emballe si grâce à ça certains ou certaines se sentent mieux.....

Et puis que voulez vous ? Pour un mec qui à été dans sa scolarité biberonné à La Fontaine, Baudelaire, et consorts, j'avoue que le langage SMS c'est pas ma tasse de thé. Oui, il faut aller vite pour communiquer des fois que pendant qu'on écrit "normal" la troisième guerre mondiale soit déclarée.

Bon clairement je ne suis pas dans la cible de cette BD dont le dessin et la colorisation ne sont pas des meilleurs et puis que c'est verbeux. Emprunté en médiathèque, si j'aperçois un jour le tome deux je le laisserai gentiment à sa place.

Nom série  Cercles de mystère  posté le 10/06/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
La suite de ce "Cercles de mystères" est paru et se nomme donc "Les Cercles de lumière". Du mystère à la lumière je dois dire qu'à l'issue de ma lecture je n'y vois pas beaucoup plus clair. En effet alors que le sujet m’intéresse un peu je pensais trouver là un récit à la limite du fantastique mais hélas je suis tombé sur un récit très verbeux et qui tend vers un ésotérisme new age auquel je n'adhère pas mais alors pas du tout.

Ce ne pas le dessin de Mr Laval qui sauve l'affaire, il est fort correct mais personnellement je le trouve trop lisse, bref sans âme.

A mon sens une lecture fort dispensable ou alors par un jour de long ennui où il pleut.

Nom série  Sang de Sein  posté le 10/06/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un écrivain très en vue décide d'écrire le roman policier ultime. Pour décor il choisit le phare d'Ar-Men au large de l'île de Sein. Il invite dans le phare pour l'aider à écrire ce roman une réalisatrice revenue de tout, un auteur aigri, un historien spécialiste d'Agatha Christie, un inspecteur de police à la retraite et un ancien gardien du phare.

Dès lors ces personnages vont devoir, sans moyens de contact avec l’extérieur, vivre ensemble pendant trois jours et deux nuits. Les tensions s’exacerbent entre ces fortes personnalités et la mort de l'un d'entre eux ne tarde pas à survenir.

Grâce à une narration impeccable, le scénariste fait fuser les propos entre les protagonistes,tandis qu'au dehors la tempête approche. Les événements se précipitent jusqu'à un final auquel on pouvait s'attendre mais si l'intrigue reste basique en un bel hommage à Agatha Christie cela reste plaisant à lire.

Le dessin est basique dans un style réaliste, il ne faut pas y chercher des références au sublime Ar-Men d'Emmanuel Lepage.

Un polar sympathique mais pas l'ultime.

Nom série  Quitter Brest  posté le 10/06/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Briac, quel peintre!!

Lecteurs de cet avis soyez certain que celui ci ne sera pas d'une objectivité redoutable, et oui il se trouve que je connais ce Mr Briac, invité d'honneur ayant fait l'affiche d'un petit festival cher à mon cœur. D'autres rencontres avec ce colosse Brestois, un ou deux whiskies, de l'humour potache et surtout des bandes dessinées utilisant une technique de couleurs du feu de Dieu, il n'en fallait pas plus pour me faire aimer ce type et son travail.

"Quitter Brest" donc. Ce titre est un hybride, en effet il s'agit d'un album qui regroupe une histoire de Briac et deux nouvelles illustrées par le même de l'auteur Yvon Coquil. quel que soit le titre choisit il se dégage de l'ensemble un je ne sais quoi de nostalgique sur une autre époque, non pas pour dire c'était mieux avant mais pour y trouver des réminiscences du temps d'avant, se rappeler des moments des gens, des rencontres improbables. Comme le dit son ami Arnaud Le Gouëfflec en fin d'album, Briac est un être entier qui peint dans l'urgence aux heures ou les autres dorment. Des cases qui n'ont ni fin ni début sans échappatoire et c'est normal puisque Briac est le peintre de Brest, qu'il n'en sort pas, comme ses "héros" plongé dedans jusqu'au cou. Chose amusante qui peut illustrer ce propos, il n'est pas rare de le voir à la fin d'une journée de dédicaces les mains maculées de son mélange d'encre et d'acrylique, jusqu'au cou vous dis je.

C'est le cas pour la première histoire qui voit à Brest en 1966 un universitaire qui profite d'une conférence à laquelle personne ne vient pour revoir la ville ou il n'est pas revenu depuis l'enterrement de ses grands parents, tués pendant les bombardements. Devant la gare reconstruite il se souvient de ce jour de 1935 ou il croisa une femme au charme dévastateur.

Deuxième histoire d'après Yvon Coquil, intitulé" Pari Brest", non non il n'y a pas de faute, est illustré de main de maitre tantôt de manière lumineuse, tantôt plus sombre.

Enfin des deux mêmes auteurs "Les Hespérides", récit désanchanté mais d'une grande force encore une fois magnifié par le trait de Briac.

Est il vraiment utile d'aller plus loin ? C'est beau, c'est fort, déchirant, triste nostalgique..c'est beau..ad lib.

Nom série  La Vampire de Barcelone  posté le 09/06/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Nous sommes face au récit d'un fait divers authentique qui a bouleversé l'Espagne entre février et avril 1912. C'est la nouvelle du naufrage du Titanic qui fera que la presse ne s’intéressera plus à cette affaire alors que l'enquête n'est pas close.

La jeune Terésita est enlevée dans une rue de Barcelone, aussitôt l'opinion publique se mobilise et met la pression sur le juge De Prat. Au bout de quinze jours la fillette est retrouvée chez une femme qui déclare qu'elle ne l'a pas enlevé car c'est sa fille. Le juge De Prat y voit un mensonge et pense que des commanditaires hauts placés sont à l'origine de l’enlèvement, et si ce n'était pas le seul ?

Ce thriller dans le Barcelone du début du XXème siècle est fort bien documenté sans doute d'ailleurs un peu trop. En effet il m'a été compliqué de m’immerger dans cette histoire assez touffue ou j'ai mis du temps à savoir qui était qui, la fille de qui, etc... Sur la forme c'est classique, rien de révolutionnaire.

Le dessin n'est pas mauvais mais je lui trouve un côté un peu grossier, avec une colorisation informatique sans doute qui est informatique quoi, s'y ajoute pour les enfants de grands yeux genre manga, bon...

Quant à la vampire du titre ici point d'effusion de sang la vilaine n'en buvait pas elle se contentait d'utiliser le sang de ses victimes pour fabriquer des philtres de toutes sortes.

Nom série  La Malédiction de Gustave Babel  posté le 09/06/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Génial, grandiose

Voila une œuvre protéiforme qui nous entraine bien au delà de ce qu'une lecture rapide pourrait laisser supposer, mettant en scène un assassin professionnel au service de La Pieuvre, organisation maffieuse qui sévit dans les bas fonds de Paris au début du XX ème siècle. Cet assassin se met un jour à rêver après qu'il ait raté un contrat, en fait la personne qu'il devait tuer est morte juste avant qu'il arrive. Dés lors des souvenirs de son enfance, de son embrigadement par la Pieuvre se mettent à refaire surface et nuisent fortement à ses missions.

Dans une construction qui n'est qu'un très long flashback l'auteur Gess nous offre un personnage qui est bien plus qu'il n'y parait, celui ci évoluant sur le fil du rasoir entre réalité, par l’utilisation d'un Paris de début du XX ème siècle et l’onirisme, grâce aux rêves de Gustave.

Celui ci n'est pas qu'un tueur froid, il possède un côté attachant, finalement très humain rehaussé par son amour pour la poésie de Baudelaire dont les extraits de poèmes émaille le récit.

Pour ce qui est du dessin nous avons affaire là a du grand art avec un graphisme particulier qui sait créer des ambiances rehaussées par une colorisation au tons ternes mais bougrement efficace.

Balançant entre thriller, poésie, étude de mœurs ce récit tendu ou nonchalant reste de bout en bout captivant, le tout dans une édition d'une grande richesse avec cette couverture en relief et son beau dos toilé. A lire d'urgence et à compléter par la lecture d'un autre ouvrage de l'auteur dans le même univers Un destin de trouveur.

Nom série  Les 4 Amies  posté le 09/06/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Et bien oui je me lâche et j'attribue cette note de franchement à cette série qui dans le genre de la BD érotique, ou plutôt porno ici, ne manque pas d'atouts.

Disons que dans le genre il y a une esquisse de scénario, bon pas révolutionnaire non plus, mais scénario tout de même, les jeunes femmes qui nous sont présentées sont ma foi fort croquignolettes et encore une fois sans tare physique qui pourrait nous empêcher de les regarder à outrance.

Mon bémol principal provient de la colorisation informatisée qui pique un peu parfois, de même les décors ne sont pas les plus beaux qui soient.

Pour autant je recommande ce titre et si à l'occasion je tombe sur les suivants j’achèterais bien moi.

Nom série  Esprit du vent  posté le 09/06/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Amateur occasionnel de western c'est en consultant la page des immanquables que je me suis décidé à faire l’achat de cette série. Bien m'en a pris, seul bémol la couverture dont la colorisation fait un peu datée. Pour le rest c'est que du bonn , du très bon même.

Le dessin de Mr Manfredi est une vraie tuerie, son utilisation du noir et blanc est quasi parfaite, finesse du trait, précision des détails, maitrise des jeux d'ombre et de lumière, qu'ajouter de plus.

Le scénario quand à lui sait faire preuve d'originalité dans un genre pourtant ultra codifié, notamment grâce au personnage principal avec ses pouvoirs de shaman, mais sans que ceux ci ne viennent faire basculer le récit vers un fantastique quelconque.

J'invite les amateurs de westerns à se procurer cette série pour ma part je vais me mettre en quête des épisodes suivants ce tome un.

Nom série  Guernica  posté le 09/06/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Bruno Loth est un dessinateur que j'ai la chance de bien connaitre et ce qui le caractérise avant tout c'est sa profonde humanité. Cette humanité transparait dans chacune de ses œuvres, j'en veux pour preuve ce dernier opus ou une fois encore il traite son sujet au niveau des gens dans une trivialité qui n'est pas feinte mais au plus proche de la vie.

Quoi de plus beau lorsque l'on sait le sujet traité, son trait aidé en cela par une sobre colorisation de son fils Corentin devient le contre point de la sauvagerie de la légion Condor et des forces italiennes que l'on oublie trop souvent (celle là même dont les descendants voterons pour de grands humanistes j'ai nommé Mrs Berlusconi et Salvini ).

Ajoutons à l'ensemble un beau cahier graphique fort éclairant, un format à l'italienne élégant, voici une BD qui se doit d'être lue.

Nom série  The Killmasters  posté le 09/06/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Fort sympathique ma foi cette petite histoire qui ne se prend pas le chou, c'est efficace, il n'y a pas de zombis assoiffés de chair humaine bien que la créature qui sorte du camion ne soit en rien fréquentable.

Or donc, en Norvège en 1995 un groupe de métalleux "The Killmasters" rentre d'un concert à bord de son mini van. Devant roule un camion dont s'écoule du sang, le groupe décide alors de le suivre. Peu de temps après le dit camion est arrêté sur le bord de la route et nos musiciens décident d'aller y voir de plus près, c'est le moment que choisissent une bande de chasseurs pour arriver sur les lieux. L'un deux fort en colère ouvre la porte arrière du camion d’où s'échappe alors une monstruosité qui commence par sauter sur tout se qui bouge. Nos métalleux s'enfuit à bord de leur van et trouvent refuge dans un petit village que n'aurait pas désavoué Stephen King. Mai ét c'était couru d'avance la méchante bestiole les a suivit.

Moi je trouve tout ça jubilatoire, d'abord les différents personnages des musiciens dont l'un d'entre eux amadoue les enfants de la famille chez qui ils ont trouvé refuge en lisant une mignonne petite histoire. La communauté des chasseurs avec leurs petits côtés red neck, tout ça roule c'est bien divertissant pas de prise de tête en vue.

Le dessin est quand à lui nerveux avec une colorisation ou le rouge vient souligner la présence de la bête.

Dans une suite à priori prévue j'aimerais que l'on revienne sur l'apparition de cette bête dont la venue est juste esquissée, quoiqu'il en soit j'attire votre attention sur les deux pages de gardes qui rendent à merveille ce que peut être l'énergie d'un roupr de métal en plein conccert.

Nom série  El Gaucho  posté le 09/06/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
L'association de ces deux grands noms de la BD ne pouvait donner que du bon. C'est ici le cas ce qui me fait dire qu'il existe malheureusement de nombreuse BD réalisées par de très grands dessinateurs qui au final auraient mérité un véritable scénariste, il arrive hélas trop souvent que ces talentueux dessinateurs s’exonèrent d'un scénariste pour je ne sais quelle malencontreuse raison et cela donne du joli dessin mais c'est bien tout. Mais je m'égare.

Je n'ai pas grand chose à dire du dessin de Milo Manara sinon qu'il est toujours aussi beau, ici dans une version noir et blanc qui sublime son trait.

Le scénario d'Hugo Pratt est bon très même, nous sommes embarqués ici dans une histoire rarement évoquée en BD, à savoir la conquête par les anglais des terres argentines en Amérique du Sud. Pour ma part je n'y connaissais rien, si ce n'est l'épisode de la guerre des Malouines, comme quoi tout n'était pas réglé entre ces deux peuples.

L'histoire d'amour est bien amenée elle occulte parfois les évènements historiques sur lesquels j'aurais aimé plus de détails mais au final je ne boude pas mon plaisir. A lire.

Nom série  Zaroff  posté le 09/06/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien) Découvrez toutes les séries « coup de coeur du moment » de BDTheque! Coup de coeur
Quel bonheur anticipé quand il y a quelques temps j'ai vu que les éditions du Lombard s’apprêtait à publier "Zaroff". Pour moi ce nom faisait écho au film de 1932 de Irving Pichel et Ernest Schoedsack ( ce dernier plus connu pour avoir réalisé le premier "King Kong" ). Souvenir du cinéma de minuit....

A l'arrivée ce "Zaroff" se veut être une sorte de suite au film.

Le général Zaroff ayant fui la Russie au moment de la révolution bolchevique est un homme cultivé qui cite Marc Aurèle. C'est également un homme passionné de chasse qui s'est construit un petit paradis sur une île au large du Venezuela ou il peut s'adonner à son sport favori. Sa forteresse est décorée de ses multiples trophées mais depuis quelques temps Zaroff apprécie de chasser une autre espèce, celle des bipèdes. Il y a peu il a tué le chef d'un des gangs irlandais de Boston. Son héritière Fiona Flanagazn ayant le sens de la famille, elle kidnappe la sœur de Zaroff et ses enfants et les place dans l'île au cœur de l'affrontement.

Dans ce récit ce qui est particulièrement intéressant c'est l'inversion des rôles le chasseur devient chassé et le chassé devient chasseur, les protagonistes ne sont pas forcément ce qu'ils sont censés être, les uns et les autres se déchirant. Quand la nature s'en mêle peuplée de crocodiles, des jaguars qui rôdent et si en plus la tempête arrive tout concours à nous donner une histoire cruelle et violente ou chacun sort transformé de l'affrontement. A ce titre il faut rendre hommage au scénario de Sylvain Runberg que l'on ne présente plus.

En ce qui concerne le dessin et la colorisation, là aussi c'est du tout bon avec François Miville-Deschênes déjà rencontré sur Millénaire et Reconquêtes. Sa représentation de la jungle et des animaux qui l'habite est tout simplement exceptionnelle. Et cette couverture ou le comte nous fixe avec cet air de cruauté et de grande classe. N'oublions pas la couleur qui joue un rôle d'importance dans le récit, ce fascinant parallèle entre la chevelure de Fiona et la robe de chambre du comte dans les sous-bois de la jungle est d'une grande pertinence.

Personnellement j'ai bien du mal à rester objectif tant le travail de ces deux auteurs me plait, avec un petit zeste d'avantage au dessin de F. Miville-Deschênes.

Forcément un coup de cœur et faites tourner.

Nom série  Savage (Valiant)  posté le 09/06/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est en lisant dernièrement l'avis d'Erik que je me suis souvenu avoir lu ce titre et puis je l'avais bêtement oublié sur la pile des avis à écrire. Le moins que je suis puisse dire est que cette BD ne m'a pas laissé un souvenir impérissable, il a même fallu que je la relise pour bien avoir les éléments en tête.

Franchement je ne sais trop quoi penser, en fait il faut faire preuve d'une grande imagination pour adhérer à l'histoire totalement improbable. Un couple riche et célèbre et leur nourrisson s'écrasent sur une île pas déserte mais peuplée de dinosaures et d'individus mangeurs de chair humaine. Il y a aussi une sorte de portail donnant sur... par ou arrive parfois des choses utiles à ceux qui vivent sur l'île.

Il semble qu'une suite à cette mini série composée pour l'instant de quatre chapitres verra le jour, j'ai presque envie de dire tant mieux car pour l'instant concernant les explications c'est nib de nib.

Le scénario n'est pas mal fichu entre passé et présent mais il est très rapide et survole des moments qui auraient pu être intéressants. Le dessin est dans le genre comics, de ce côté aucune surprise. Au final une histoire qui est du pur divertissement, pas d'option d'achat pour l'instant pour moi et j'avoue une petite envie pour voir notre Mowgli dans La Jungle des villes comme le laisse supposé le final. Dés l'instant ou on ne me sortira pas un "Crocodile Dundee".

Nom série  Révolution (Younn/Grouazel)  posté le 19/05/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Grandiose et essentiel

Si un jour l'on m'avait dit que je lirais quasi d'une traite une BD de près de 320 pages sur une histoire de la révolution française j'aurais bien rigolé.

Mais quelle somme, cet ouvrage prévu en trois tomes est une véritable tuerie sans jeu de mot. Mettons d'abord en avant la prouesse graphique tant le dessin de Florent Grouazel est exceptionnel de richesse de détails. c'est tout bonnement incroyable la minutie qui est apporté aux décors, aux costumes et la vision d'un Paris ou se mêle les classes sociales en ces jours d'incertitudes.

Pour ce qui est du scénario disons le d’emblée il est touffu ce qui ne veut pas dire illisible, l'on suit plusieurs personnages réels ou fictifs qui nous entraine à leurs suite dans le tourbillon des évènements de janvier à octobre 1789 au jour du vote de la loi martiale par l'assemblée nationale. Notons d'ailleurs que tout ces personnages sont rendus attachants par les auteurs. Pas de parti pris, nous vivons en temps réel les évènements; séances à l'assemblée balbutiante, tractations ou complots divers dans les salons dorés de la noblesse ou les arrières salles des cafés.

Chose amusante ou pas il est assez fascinant de lire les discours d'alors qui ont un écho avec notre époque et les évènements actuel dans notre beau pays, je fais référence au mouvement des gilets jaunes, mais pas que, d'autres voix sont à coller sur des noms bien connus.

Pour ma part cette BD parfaitement documentée et moderne dans son approche devrait faire date elle est hautement recommandable.

Nom série  Durandal  posté le 12/05/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'histoire des premiers âges de la Bretagne est fort confuse et le peu que l'on en enseigne n'aide pas le pékin moyen à s'y retrouver, si en plus vous y ajoutez un soupçon de mythologie celtique alors là ça devient la catastrophe absolue. Il faut en premier lieu rendre grâce à Nicolas Jarry au scénario pour nous avoir expliqué les choses de manière sommes toutes assez claire. Pour ma part le dessin de Gwendal Lemercier n'est pas le plus lisible qui soit même s'il propose des planches de toutes beautés. Faudrait il alors mettre en cause une colorisation informatisée qui gâche les chose et rend l'ensemble un poil sombre sur certaines planches, alors oui les épées brillent dans la nuit mais pas le reste...

Après à lire ce genre d'histoire je ne boude pas mon plaisir, rendons même hommage aux auteurs grâce à qui les gens feront la différence entre Excalibur et Durandal.

Ayant rencontrer G. Lemercier sur un petit festival qui m'est chèr, j'ai eu l'occasion de discuter avec lui de cette histoire de colorisation et son prochain projet autour de Nemo ( pas le poisson) et de Cthulhu possède tous les atouts en ce qui concerne la dite colorisation pour être vraiment à la hauteur d'un dessin virtuose.

Personnellement je vais aller voir la suite en espérant que les petits défauts cités par mes camarades précédents s'atténuent, ma not ne pourra que progresser.

Nom série  La Jeune Fille aux Camélias  posté le 12/05/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'on m'avait vendu cette BD en insistant sur le fait qu'elle faisait partie de la catégorie "Trash", je ne dis pas que je salivait d'avance afin de contenter mon côté obscur mais le résultat n'a pas été à la hauteur de ce que j'imaginais.

En fait qu'est ce qui dérange ici ? C'est je crois le destin de la jeune Midori qui subit les outrages d'une bande de pervers vivant dans un cirque qui n'est pas sans rappeler celui de "Freaks". Si l'on prend suffisamment de recul tout cela ce laisse finalement lire plutôt gentiment grâce à un joli dessin que je trouve très aéré. Après c'est comme si l'auteur avait lâché la bride à tout ses bas instincts ou plus exactement à tout ses fantasmes. Chacun son truc..

Je sors donc de ma lecture un peu déçu, ne conseille pas l'achat, tout au plus un coup d’œil en emprunt bien que je doute que nos chères médiathèques policées possèdent ce genre de BD en stock.

Nom série  Dans le tête de Sherlock Holmes  posté le 12/05/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ben mes aïeux!

Le terme de claque est habituellement fortement galvaudé, disons donc que la c'est une grosse baffe tant scénaristique que picturale.

Avant d'entrer dans le vif du sujet permettez moi encore une fois de faire l'éloge des éditions Ankama qui du Label 619 à cet opus font dans le grandiose. L'album en lui même mériterait de ne pas être rangé comme il se doit avec la tranche bien visible mais exposé de face afin d'admirer toute la richesse de la couverture. Couverture en trompe l’œil grâce à une découpe qui donne accès aux bibliothèques mémorielles du détective.

Voici donc une BD d'un genre nouveau qui offre une manière de lire qui s'inspire du déroulement de la pensée, de l'enchainement des idées de Sherlock Holmes.

Le docteur Fowler est retrouvé au petit matin errant dans les rues de Londres, légèrement blessé et un brin amnésique. La découverte de poudre sur ses vêtements et d'un ticket un peu particulier pour un spectacle incite Sherlock Holmes à penser que le médecin n'est pas l'unique victime de ce qui pourrait être un complot d'un plus grande envergure. Les représentations d'un magicien Chinois y sont sans doute pour quelque chose.

Comment ne pas s'extasier devant un scénario millimétré qui reprend tous les ingrédients des polars de ce temps là Conan Doyle ou Agatha Christie. On y retrouve avec délectation l'esprit Victorien, le petit poil, enfin pas si petit que cela de racisme avec la communauté chinoise forcément fourbe et sournoise. Cyril Lieron le scénariste connait son Conan Doyle sur le bout des doigts et la logique vertu cardinale du grand détective est ici à l'honneur, c'est un plaisir que de décrypter avec lui les indices qui s'enchainent mathématiquement, logiquement.

Et que dire du dessin de Benoit Dahan, des traits pour les personnages qui s'approchent de la caricature mais sans que le ton puisse y trouver à redire tant ils sont justes. Sherlock possède un visage anguleux mais qui correspond bien au personnage que l'on imagine bien un brin cassant et péremptoire. Et la mise en page, l'espace s'y trouve comme déstructuré mais garde grâce au petit fil rouge une logique évidente.

Ajoutons à cette diatribe la présence avec l'album d'un journal, numéro du "London Chronicles" qui reprend des éléments de la BD ainsi qu'une petite interview des deux auteurs.

Magnifique vous dis je, lisez et vous comprendrez l'évidence de mon coup de cœur.

Nom série  Rome West  posté le 12/05/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'adore les uchronies et suis très preneur de ce type de récits qui réécrit l'histoire. Et ici l'idée est particulièrement jubilatoire.

En l'an 323 de notre ère une flotte romaine arrive sur les côtes américaines un millier d'années avant Colomb. Bien loin de chez eux les légionnaires survivants du naufrage devront faire la paix avec les autochtones. Bien évidement cette rencontre entre deux peuples ne peut qu'influencer le cours de l'histoire. Le récit se focalise sur l'un des survivants Lucan Valerius et c'est sur ses descendants que ce centre l'histoire sur plus de deux milles ans.

Cette série était à l'origine prévue pour le web puis Jungle Comics l'a adapté en bande dessinée. Sans doute est ce la raison de ce découpage si particulier qui provoque le défaut de ses qualités. Je m'explique: pas de héros dans cette histoire puisque nous y suivons les membres d'une même famille au cours des siècles et du coup le propos en est atténué, en fait tout va trop vite, il faut que le lecteur fasse une gymnastique mentale pour s'accrocher aux différentes époques évoquées. Se focaliser sur un plus petit nombre de périodes n'aurait pas nuit à la chose.

Passé cet écueil cela à été pour moi un vrai bonheur que de vagabonder à travers les âges de cette nouvelle histoire américaine, je pense en particulier au gigantesque conflit avec l'empire aztèque. Cela en grande partie au dessin d'Andréa Mutti qui passe d'une époque à l'autre avec un égal bonheur. C'est d'ailleurs le dessin qui aide à la continuité du récit plus que le scénario comme expliqué plus haut.

Pour ma part une belle surprise que j'incite à lire.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 83 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque