Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1598 avis et 76 séries (Note moyenne: 3.07)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Les Fils d'El Topo  posté le 17/03/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Heu, quoi , comment dire ? Alors ben c'est l'histoire de ...heu y a un type qui s'appelle El Topo et puis il a deux fils, Caïn et Abel et ils vont...

Obélix est tombé dans la marmite de potion magique, Jodorowsky dans celle des champignons magiques. Album inracontable qui est une sorte de synthèse des délires, obsessions de l'auteur. Attention ce type est dans son genre une sorte de génie, il nous a fait quelques scénarios de BD assez jouissifs. Mais là, alors qu'il se recentre sur lui, qu'il lâche la bride de son inconscient ça envoie du lourd.

Franchement j'ai rien compris et puis je me suis aperçu qu'il était vain de tenter de comprendre quoi que ce soit à la chose, sur cet album qui me semble bien être le premier tome d'un triptyque abandonné, mieux vaut se laisser porter par le dessin de Ladrönn qui porte en lui un je ne sais quoi de Moebius. C'est beau et joli.

Je ne sais pas si même les amateurs de Jodo apprécieront, à tester d'abord en emprunt me semble être la meilleure solution.

Nom série  Le Grand Duc  posté le 17/03/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ma note ne vaut que pour le dessin encore que certaines couleurs "photoshopées" soient assez hideuses, j'ai une image en tête, celle de la pilote russe fort dénudée dont les seins relèvent plus de la planche anatomique qu'autre chose!

Pour ce qui est de l'histoire ben comment dire ? Improbable est le premier mot qui vient à l'esprit, le pilote anti nazi, alors oui dans l'armée allemande tous et toutes n'étaient pas des fanatiques de la doctrine, mais bon cela me gêne un poil. Quant à l'aviatrice russe elle est beaucoup trop bimbo pour être crédible.

Et cette fin mes aïeux, il fallait un sacré coup de chance pour que ces deux là, dont on se doutait bien qu'ils se reverraient, se retrouvent dans ces circonstances. Je ris mais j'attends maintenant la suite: "Wulf et Lilya en Sibérie ". Bon ça va pas faire rire ceux qui ont beaucoup aimé mais que voulez vous tout bien que fort bien dessiné est un peu too much pour moi.

Nom série  Esclaves de l'île de Pâques  posté le 17/03/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Tout commence par une belle couverture colorée qui annonce d'emblée le propos avec les protagonistes de l'histoire. A noter également un dossier en fin d'album qui vient éclairer le propos.

Pratiquement à la moitié du XIXème siècle les premières déportations de pascuans ont lieu pour en faire des ramasseurs de guano en Amérique du sud. Quelques années plus tard c'est l'apparition des évangélistes catholiques qui malgré une population fort réduite trouve à y faire œuvre de civilisation.

C'est donc à la fin d'une civilisation millénaire que nous sommes conviés avec son cortège de raisons hypocrites; colonisation, évangélisation et appétits capitalistes.

Les auteurs nous offrent ici une BD très bien documentée mais largement méconnue, ici ce qui les intéresse c'est de nous montrer le processus brutal de l'apport des "bienfaits" de la civilisation et non pas quelques élucubrations sur l'érection des fameux moaïs de l'île de Pâques.

L'histoire est découpée en trois grands chapitres qui reprennent les grandes étapes de (finalement) la destruction d'une culture d'une manière de vivre. Des premiers colons à cet aventurier français qui débarque un jour avec pour but de faire de l'argent sans se préoccuper du sort des derniers habitants. Il épouse de force une fille de roi et du coup s'auto-proclame lui-même roi de l'île. Sans spoiler, sa fin fut à la hauteur des ignominies qu'il fit vivre aux pascuans.

Ce récit offre un dessin qui s'il n'est pas virtuose et s'apparente plus à ce que l'on peut voir en BD jeunesse, est pour autant coloré avec un découpage très bien vu.

Seul bémol pour moi c'est que ce récit n'est pas un pamphlet à charge, j'aurais aimé qu'il le soit plus, mais il prouve encore une fois que la colonisation n'a pas eu que des effets bénéfiques. Je conseille fortement l'achat pour cet album qui offre un autre visage que dans la même région par exemple, l'on nous montre avec de charmantes vahinés.

Nom série  James Healer  posté le 17/03/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Et bien voilà une petite série a priori abandonnée qui n'est pas mal du tout. En effet elle possède des atouts certains.

Tout d'abord un dessin plutôt très bon avec de beaux cadrages cinématographiques. Je ne connaissais pas ce dessinateur, il possède un style assez proche de ce que l'on peut trouver avec Largo Winch. Bref une colorisation idoine et des personnages, décors, voitures tout cela aux petits oignons.

Pour ce qui est du scénario il n'y a pas grand chose à ajouter à ce qu'ont pu dire mes prédécesseurs, c'est réglé au millimètre, pas d'ellipses saugrenues, un scénario prenant et divertissant.

Pourquoi seulement trois étoiles ? Car il n'y aura pas de suite ce qui est bien dommage, il y avait un personnage principal charismatique et à fort potentiel, pour autant l'achat en occas' est tout à fait envisageable.

Nom série  Gauguin et Van Gogh  posté le 09/03/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n'ai pas été passionné par la façon de raconter des bribes de la relation entre Gauguin et Van Gogh. Est-ce lié au dessin que je trouve finalement très froid, ce qui est un comble s'agissant de ces deux peintres ? Quand à la colorisation, et bien si elle est colorée cela n'a rien à voir avec ce qu'ont produit les deux hommes sur leurs tableaux respectifs.

En fait, j'ai trouvé la manière de raconter cette histoire assez froide. Toutes les scènes dans les cafés ou les bistrots manquent à mon avis de chaleur. Et que dire de celles ou Toulouse-Lautrec intervient dans les bordels ? C'est trop lisse, on ne ressent pas grand chose de l'atmosphère des lieux.

Dernier point qui peut expliquer mon sentiment sur cette histoire : je ne suis pas un grand connaisseur du monde de la peinture, par rapport à elle je suis un instinctif et mon instinct n'apprécie pas outre mesure les impressionnistes.

Nom série  Onna  posté le 09/03/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bien avant d'être un peintre officiel de la marine Jean Yves Delitte avait participé au dessin de cet album. Comme dirait l'autre je vous parle d'un temps que les moins de ....etc.. Alors qu'en est il ? La colorisation est typique de cette époque, pas franchement moche, le lettrage lui demande de bons yeux.

Pour ce qui est du dessin je ne vais pas m'extasier plus qu'il ne faut, déjà chez le dessinateur on voit bien que les visages ne sont pas son fort et puis j'ai quand même un gros souci , toutes ces histoires se passent bien au Japon non ? Ce pays fait bien partie de l'Asie et l'une des caractéristiques physiques des asiatiques c'est bien d'avoir ce que l'on appelle les yeux bridés ? Ici non, bizarre tout de même.

Après pour ce qui concerne les histoires pas grand chose de neuf à se mettre sous la dent. La dernière histoire "La déesse de la mer" était présente dans la collection Contes et Légendes aux éditions Fernand Nathan dans les années 1940/1950. Ici quelle drôle d'idée d'avoir situé la fin face au magnifique château de Fort la Latte ? Si j'étais pointilleux je dirais même que j'ai bien ri en voyant une des toutes dernières cases ou l'on voit un personnage observant le dit château depuis une plage proche. dans le coin y a pas de plage c'est de la falaise jusqu'au cap Frehel !!!

Nom série  Mandela et le général  posté le 09/03/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà une page de l'histoire sud africaine partiellement méconnue du grand public et il aurait été bien dommage de la taire. Ne vous attendez pas ici à une bête biographie de Mandela mais juste à la confrontation de deux hommes qui parviendront de justesse à éviter un bain de sang, une guerre civile en Afrique du Sud.

C'est passionnant en diable, instructif mais sans être chiant et surtout sans manichéisme, l'auteur John Carlin à effectué un véritable travail de documentaliste.

Les deux hommes qui nous sont présentés ici ont chacun une prestance et un caractère. Ce qui les oppose en fait c'est l'idéologie et finalement l'endroit où ils sont nés.

À la lecture de ce récit on tremble à l'idée que les groupuscules qui entouraient le général Viljoen aient pu être stoppés à temps, nous avions là un ramassis d'éléments de l'humanité que je n'aurais pas aimé rencontrer.

Une BD qui se lit comme un roman. C'est clair et limpide, il en ressort que la discussion est préférable aux actes violents. Il eut sans doute été bon que le général Viljoen ait été associé au prix Nobel de Mandela.

Nom série  Criminal Macabre  posté le 09/03/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Décidément j'aime bien le travail de Ben Templesmith. Après avoir découvert Bienvenue à Hoxford que j'avais également beaucoup apprécié, c'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé ici son trait si particulier. Ça, pour sûr, on est loin de la ligne claire. D'ailleurs je voudrais bien savoir quelle est la technique picturale du bonhomme. Quoi qu'il en soit, il en ressort un dessin qui ne peut laisser indifférent. Au niveau des visages par exemple ne cherchez pas un copier coller tout propre d'une case à l'autre. Au final, pas de problème cependant pour reconnaître les personnages.

Encore une fois dans ce Criminal Macabre nous évoluons dans un univers sombre peuplé de créatures que notre imaginaire n'a aucun mal à identifier. C'est tortueux avec un héros bien déglingué, alcoolique et drogué, c'est pas Derrick !!

Ben Templesmith nous propose une vraie ambiance qui mêle le gore et le fantastique avec bonheur. Personnellement, j'en redemande et vais m'empresser d'aller voir ses autres productions.

Nom série  Le Spécimen  posté le 08/03/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Quelque part en Sibérie un laboratoire secret accueille des condamnés à mort et les exécute. Juste avant l’exécution des médecins prélèvent une glande dans le cerveau des condamnés. Irina Denko est une jeune chercheuse qui fait partie de l'équipe de médecins. Chaque nuit elle fait de violents cauchemars. Dans l'un en 1880 une femme se désintègre à son contact, dans l'autre en 1840, un soldat la sauve d'une agression, enfin à Berlin en 1928 une partie de cartes s'achève par une émasculation.

Au cours de la mise à mort d'un homme particulièrement violent une coupure d'électricité survient. Quand tout rentre dans l'ordre le criminel a disparu et à sa place se trouve un homme inconnu apparemment mort dont les yeux sans pupilles sont vides. Au bout de quelques jours l'inconnu qui se fait appeler Joe se réveille mais il ne veut parler qu'à Irina. C'est un long face à face en huis clos qui débute, des questions se posent, toutes n'auront pas de réponses.

Sur un scénario de Walter Hill une belle adaptation de Matz qui construit entre thriller et thèmes chers à la SF une histoire en béton qui ne laisse finalement pas indifférent. Chacun des protagonistes possède sa complexité, sa part d'ombre que dans le cas d'Irina celle-ci aurait sans doute préféré laisser de côté.

En ce qui concerne le dessinateur Julen Ribas j’avoue que je ne connaissais pas mais la surprise est agréable avec un trait assez épuré qui sent bon son comics, la colorisation est aussi dans le genre précité.

Personnellement j'ai beaucoup apprécié ce one shot dont se dégage une atmosphère tendue distillant ses indices sur la personnalité des personnages de manière très adéquate. Qui est Irina mais surtout qui est Joe ? J'avoue j'avais pas vu venir le truc, d’où ma surprise, j'aime bien me faire piéger ce fut le cas, je conseille chaudement

Nom série  Mon traitre  posté le 08/03/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Comme mes camarades précédents je suis un poil déçu par ce récit qui en fait se concentre essentiellement sur une histoire d'amitié trahie. Quid du conflit irlandais ? Quid de la trahison ? A quoi fait elle exactement référence?

On sent l'auteur un peu empêtré par l'ampleur de la tâche, sûrement très amoureux (trop du roman de Sorj Chalandon il n'a pas le recul suffisant pour s'attaquer, expliquer les choses. Seul point fort du roman à mon sens l'évocation de la mort de Bobby Sands que la bonne Mme Tatcher (par ailleurs très copine avec Pinochet et sa famille) contrairement à ce qu'elle avait affirmé a laissé crever dans sa cellule. Il parait que des gens la regrettent en Angleterre. Je m'égare.

J'ai par contre apprécié le découpage et la colorisation assez neutre de cet ouvrage. Il est sans doute intéressant de lire cet album qui informe un peu sur un conflit sanglant et proche de chez nous.

Nom série  Moi ce que j'aime, c'est les monstres  posté le 05/03/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le moins que je puisse dire est que cette BD m'a posé un grave dilemme. En cours de lecture à plusieurs reprises j'ai été tenté de la reposer.

Et puis non que diable, quoi ! J'allais bêtement me punir et passer à côté de ce monument encensé par la critique, j'allais aller à l'encontre du respectable jury d'Angoulême qui avait porté au pinacle cette histoire, j'allais me fâcher avec les posteurs des précédents avis : trois "culte" et un "franchement bien". Que nenni, j'ai poursuivi ma lecture.

Allons à l'essentiel et commençons par le dessin. Oui c'est chiadé, il y a un véritable travail et le rendu de ces rayures n'est pas mal du tout, mais gros problème pour moi au final ce dessin a beaucoup trop tendance à ressembler à du R. Crumb ou du C. Burns et là c'est un peu rédhibitoire. Qui plus est et au risque de passer pour un affreux quand le marketing insiste sur le fait que l'auteure fut victime d'un AVC et qu'elle s'est scotchée un crayon dans la main pour dessiner, j'hésite entre les larmes et le rire sarcastique. (C'est très américain tout ça: Struggle for life ) Je sais que je vais en choquer plus d'un en disant cela mais soyons fous et assumons.

Une fois ceci dit il faut que je m’accroche aux branches pour trouver un brin de positif. L'histoire donc, si l'on réfléchit bien, rien d'impérissable ; une petite fille fascinée par les monstres en vient à se prendre pour l'un d'entre eux se prêtant ainsi aux quolibets et autres harcèlements dans la cours de récré. Ça ne gêne ni sa mère ni son frère sorte de Rudolph Valentino gominé du quartier. Y a des séances chez le psy qui se perdent. Mais je m'égare. J'ai trouvé que finalement cet aspect des choses n'était pas si exploité que cela.

S'ajoute à cela une pseudo enquête policière qui se poursuit avec un long flash back sur la vie à Berlin de la morte. Rien ne nous est épargné : jeune fille juive recueillie par un barbon bien pervers qui pour lui éviter la déportation l'envoie chez des illuminés et dans un bordel. Mouais, dernier acte de la tragédie retour en Amérique où nous retrouvons notre héroïne du départ qui poursuit son enquête.

Je finirais juste par une grande interrogation, certains des avis précédents font référence à l'humour sous-jacent de ce récit et la grande qualité littéraire de l’œuvre. Pour ce qui est de l'humour j'ai pas bien vu, pour la grande qualité littéraire faut pas déconner non plus c'est pas du... et là je vous laisse le choix de l'auteur que vous estimez grandiose.

Bon mon avis quoiqu'il paraisse n'est pas tranché, je pense qu'il faudra que j'y revienne un jour, pour l'achat c'est à voir, ce très gros pavé coûte tout de même 34 euros et des brouettes.

Nom série  Thésée et le Minotaure  posté le 05/03/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est un album instructif qui peut donner aux plus jeunes le goût de la mythologie grecque et à ce titre donc je conseille l'achat.

Après dans cette histoire fort bien dessinée il y a tout de même quelques failles. Ro l'a noté dans son avis, à mon sens le plus gros souci c'est justement le labyrinthe. Lorsque j'ai lu cette histoire dans ma jeunesse, c'est bien entendu cette partie du récit qui m'avait le plus frappé. Depuis d'autres lectures, des films m'ont familiarisé avec cette construction propice à une certaine angoisse, une peur même. Ici c'est presque ridicule de petitesse, d'étroitesse; que dire de plus de cette poignée de porte à laquelle Thésée accroche son fil,( z'avait pas d'autres modèles chez Casto ).

Pour finir j'avoue que la fin de l'histoire, la relation entre Thésée et Phèdre, puis Thésée et Hippolyte, cela m'a moyennement intéressé. J'étais là pour lire Thésée et le minotaure et pas les scènes de la vie quotidienne chez Monsieur et Madame dans la banlieue d’Athènes.

Allez je chipote un peu mais réellement je suis plutôt content malgré tout de ma lecture et surtout si elle permet d'être une porte vers la mythologie ou autres pour les jeunes générations.

Nom série  Le dernier dragon  posté le 03/03/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Personnellement j'aime beaucoup tout ce qui de près ou de loin ressemble à une uchronie. Ici nous évoluons dans ce qui est une fin de moyen âge début renaissance mais où existent encore des dragons, figures mythologiques emblématiques des peurs de cette période.

Les choses son habilement amenées, en fait l'on en viendrait presque à croire que tout cela n'est pas sorti de l'imaginaire du scénariste mais a bel et bien existé. J'ai trouvé les dragons plutôt bien faits, autre point positif les cavaliers ou plutôt cavalières n'ont pas les seins à l'air, l'on aurait pu redouter ce genre de chose dans un récit qui s'apparente à de la fantasy mais non et c'est très bien comme cela.

L'intrigue est prenante et ne demande qu'une suite que je lirais certainement, ne boudons pas notre plaisir pour une histoire fort divertissante.

Nom série  Léviathan (Casterman)  posté le 03/03/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Bien évidemment je ne peux mettre d'option d'achat puisque que cette série est abandonnée. C'est d'ailleurs fort dommage car après un premier tome d'introduction les choses se mettaient petit à petit en place dans un crescendo plutôt bien vu.

J'aime bien ce type d'histoire où nous suivons différents personnages dont on sait par avance que leurs destins à un moment ou un autre vont se rejoindre. Le seul inconvénient de ce genre de chose c'est que l'on se sent pressé de lire la BD tant l'on veut retrouver les personnages avec qui on a le plus accroché.

Comme le dit Spooky dans son avis ce n'est pas qu'une bête histoire de supposé monstre ou catastrophe, il y a derrière tout cela une étude de mœurs pas idiote à des lieues de certaines mièvreries cinématographiques dont chaque plan est hautement prévisible.

Dommage donc que tout cela doive s'arrêter. Pour autant, si vous trouvez les deux volumes en médiathèque, il n'est pas stupide de les emprunter.

Nom série  Vanikoro  posté le 24/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne sais pas trop pourquoi mais je suis moyennement emballé par cet album. Concernant le dessin de Patrick Prugne il n'y a pas grand chose à redire, encore que si je devais chipoter je trouve que ses visages ne sont pas extraordinaires. Passer d'une grande case genre la couverture à une autre donnant à voir les rescapés du naufrage en gros plan, ben ça me fait bizarre.

Pour ce qui est de l'histoire elle est traitée de manière didactique, s'appuyant sur les dernières découvertes, avec une partie romancée, cette histoire de trésor. Pour ma part je pense que les rescapés du naufrage se sont fait zigouiller par les "naturels", sans doute ont ils usé de leurs armes de manière un peu inconsidérée.

Pour certaines planches encore une fois magnifiques on peut acheter cet album, pour le traitement qu'il en fait, là il faut voir.

Très drôle d'apprendre qu'un certain Napoléon Bonaparte a été recalé pour faire partie de cette expédition. La face du monde en eut été changée.

Nom série  P.T.S.D.  posté le 23/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Mine de rien le Label 619 de chez Ankama est en train de prendre une sacré dimension. Après l'adaptation par un studio japonais de la BD Mutafukaz c'est au tour de cet album de Guillaume Singelin de bénéficier d'une sortie le même jour en France et aux États Unis. Excusez du peu.

Voilà en tout cas encore du tout bon, très bon même.

P.T.S.D. (Post Traumatic Stress Disorder), nous avons tous entendu parler de ce syndrome qui touche les anciens combattants au retour d'une guerre, les empêchant bien souvent de pouvoir vivre une vie normale. Le plus célèbre de ces malades fut sans conteste un certain John Rambo.

Ici nous suivons les pas de Jun ancienne tireuse d'élite dans une guerre imaginaire et qui se retrouve aujourd'hui à la rue, sa seule échappatoire c'est la drogue avec laquelle des dealers asservissent les vétérans comme elle. Pour retrouver peut être une vie normale elle obtient le soutien d'autres vétérans, d'une cuisinière aimable et la compagnie d'un chien.

Pour Jun c'est la difficile reconquête de son intégrité physique et psychique. L'air de rien l'auteur s'attaque à du lourd, il interroge le lecteur sur la notion de résilience, la capacité de Jun à résister face à un monde qui la rejette et à l'effondrement de ses valeurs et raisons de vivre.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore cet auteur disons que son style est très caractéristique, nous l'avons déjà vu à l’œuvre sur Doggybags et The Grocery. Ici il donne à son héroïne un look enfantin, comme la couverture le montre bien, qui sur le coup peut être déstabilisant mais à mon sens renforce le propos pour au final avec une colorisation très lumineuse qui vient en contre point de l'état mental de Jun et vient nous donner une perspective unique sur les effets de la guerre et sur la façon dont les individus doivent gérer le retour à une vie la plus normale possible.

Un grand Label 619 que je recommande chaudement.

Nom série  UN3 - Urgence Niveau 3  posté le 22/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Puissant et nécessaire
Voilà une œuvre qui met en lumière le travail du WFP (Programme alimentaire mondial) dans des zones de guerres. Sur ce coup là l'éditeur Bliss Comics en lien avec le WFP m'en bouche un coin, en effet il nous avait habitué à une galaxie de super héros à mille lieues de préoccupations bien terrestres et oh combien nécessaires.

Parfois l'on dit après avoir lu une BD, "J'ai pris une claque", mais là les amis je me rends compte à quel point cette expression a pu être galvaudéé. C'est pas une baffe mais un parpaing que j'ai pris dans la tronche. A moins d'être un cœur de pierre je pense que l'on ne sort pas indemne d'une telle lecture.

Pour cet ouvrage je n'ai pas très envie de me lancer dans un résumé quelconque qui malgré tout le soin que je pourrais y mettre ne pourra rendre compte de la force de ses planches.

Attention, rien d'une attitude voyeuriste dans le propos ou dans ce qui est montré. Simplement pourrait on dire des tranches de vie de gens normaux, si, si, qui à cause de la bêtise, de l'obscurantisme de certains vont tout perdre et donc la vie. Sans entrer dans un Grand Débat, on peut comprendre que certains humains cherchent à fuir leur lieu de naissance pour rejoindre des contrées a priori plus riantes ?

Il est dès lors un peu vain de s'attarder sur une construction scénaristique rigoureuse et impeccable qui s'apparente au documentaire avec un dessin qui fait le boulot. Précisons que les auteurs rencontrés à Angoulême sont allés sur le terrain.

J'invite vraiment le plus grand nombre à acquérir et lire cette BD, je pense même que les plus jeunes peuvent la lire (disons à partir de 12 ans), en même temps c'est pas pire que les infos.

Nom série  Les Métamorphoses 1858  posté le 22/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ce qui frappe d'emblée à la lecture de cet album c'est la virtuosité du dessin. Aux crayons et pinceaux Sylvain Ferret qui nous fait un vrai festival. Dessins en contre plongée, dessins à l'envers ou toute une case se reflète dans une flaque d'eau, grandes planches morcelées sur une vue de Paris, j'en passe et des meilleures, du coup dans des scènes plus intimistes d'intérieur le dessin semble presque "fade". Mais bon j'attige un peu. Un beau dessin n'est pas forcément gage d'une bonne BD.

Pour ce qui est du scénario mon camarade Paco a bien résumé les choses, une enquête dans laquelle il faut se donner la peine d'entrer avec magicien hypnotiseur et une société secrète de savants qui pour une fois n'ont pas l'air d'être fous. Tout cela est fort bien ficelé, personnellement je me suis fait une deuxième lecture qui permet de s'en remettre plein les mirettes pour une enquête très XIXème fort réjouissante.

Je plussoie encore mon prédécesseur pour dire que je serai de la suite.

Nom série  VilleVermine  posté le 21/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà du lourd!

VilleVermine, T1: "L'homme aux babioles".

Déjà le titre est tout un programme, alors pour ce récit réalisé par Julien Lambert il va vous falloir revoir certaines de vos certitudes pour une enquête un brin loufoque dans les rues de VilleVermine.

Cette cité c'est un poème, mais immonde, sale, les habitants y survivent grâce aux vols et à toutes sortes de trafics. Le héros c'est Jacques Peuplier un détective un peu particulier, genre balèze taiseux; son boulot, retrouver des objets du quotidien qui ont été perdus ou volés, facile pour Jacques puisqu'il possède un don bien étrange à savoir celui de communiquer avec les dits objets qui deviennent ainsi ses indics. Tout cela est bien joli mais ne nourrit pas forcément son homme aussi Jacques doit il s'atteler à une nouvelle mission, retrouver le fille de la reine des bas-fonds qui a été enlevée par de mystérieux hommes mouches pour le compte d'un savant forcément fou.

Dit comme cela vous vous dites que l'auteur aime à fumer plus que la moquette à l'occasion et peut être n'avez vous pas tort. Ce premier tome est un peu foutraque mais dans le bon sens du terme, c'est un délire assez jouissif: des hommes mouches qui volent, un savant fou, des libellules pourchassées, un chat Mauvais poil et bien sûr des objets qui communiquent avec le héros. Que du normal quoi!

A vrai dire il y longtemps que je n'avais pas lu une BD qui sache utiliser à ce point et avec un tel brio cet espèce de non sens mais qui sait toujours retomber sur ses pieds car au bout du compte c'est l'enquête qui prévaut.

Le graphisme lui aussi sort des sentiers battus et il fait son petit effet. Voilà donc un premier tome tout ce qu'il y a d'original dont j'attends la suite et fin avec impatience et dont je n'hésite pas à faire mon coup de cœur de ce début d'année.

Nom série  Milady ou Le Mystère des Mousquetaire  posté le 21/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Tout d'abord l'objet en lui même, une belle BD de plus de 100 pages en noir et blanc et avec une couverture que je trouve personnellement très réussie. Ajoutez à cela un long texte d'introduction qui resitue le cadre des recherches menées par les auteurs ainsi qu'un texte conclusif qui donne aux lecteurs d'autres clés pour bien comprendre le propos.

Sylvain Venayre affirme avec force dans cet album que, dans le roman d'Alexandre Dumas, c'est une héroïne qu'il faut trouver et non des héros (les Mousquetaires) qui sont restés dans l’imaginaire collectif.

Pour lui tout part d'un malentendu à savoir que Dumas a précisé que son titre le plus célèbre n'était pas un roman mais les mémoires du Comte de la Fère, plus connu sous le nom d'Athos. A partir de là il nous propose des clés, nous aide à voir ce qui dans le roman permet d'affirmer que le héros des trois mousquetaires est une femme, Milady. C'est astucieusement fait et ne demande pas une parfaite connaissance de l’œuvre de Dumas. Certains exégètes y trouveront sûrement à redire mais personnellement j'ai trouvé cette lecture plutôt agréable et dans cette période de recherche de la parité nul doute qu'un grand nombre de lecteurs ou plus exactement lectrices y trouveront leurs compte. Pour ma part je note tout de même que cette histoire débute de manière assez violente, par rien moins qu'un viol commis par un personnage qui dans tout le reste du roman mettra en avant ses qualités de gentilhomme !

Le dessin en noir et blanc réaliste de Frédéric Bihel se prête parfaitement à l'exercice. Voilà un récit original et puis j'aime assez quand on bouscule un peu les codes, que l'on remette en question ce que le plus grand nombre tient pour acquis.

Une belle production des éditions Futuropolis.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque