Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1145 avis et 307 séries (Note moyenne: 3.18)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Le Jardin de Minuit  posté le 11/12/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà quelques temps que je voyais cet album me passer devant le nez sans que je trouve le temps de le lire... c'est maintenant chose faite, et ce fût une belle surprise.

"Le jardin de minuit" c'est comme une petite douceur qu'on se garde pour le dessert. C'est doux, tout en rondeur, plein de malice et de poésie avec juste un zeste de fantastique. Cette adaptation du roman de Philippa Pearce par Edith est vraiment une réussite. On en oublie même qu'il s'agit d'une adaptation de roman ; point de passages verbeux ou de voix off palliant à une transposition négligée, tout ici concoure à une narration fluide et délicate pour nous restituer cette belle histoire de la meilleure des façons et pour notre plus grand plaisir.

Le coup de crayon faussement enfantin de Edith rehaussé d'une colorisation maîtrisée en fonction des moments et des ambiances finit de charpenter cet album fort réussi dont je conseille fortement la lecture, et pas seulement pour nos petites têtes blondes.

A (re)découvrir !

(3.5/5)

Nom série  Les Ogres-Dieux  posté le 07/11/2016 (dernière MAJ le 10/12/2018) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !) Découvrez toutes les séries « coup de coeur du moment » de BDTheque! Coup de coeur
Se lancer dans la lecture des "Ogres-Dieux" c'est retrouver le plaisir ambigu des contes cruels de notre enfance. Et quel plaisir ici, tant l'univers proposé est riche, tant dans le contenu que dans la forme !

En effet, la collection "Métamorphose" de chez Soleil cultive l'art du bel objet, et cette série ne fait pas exception à la règle. Il n'est qu'à voir le format de ces albums ! Rien ne semble assez grand pour faire rentrer ces ogres-dieux dans les cases. Ensuite, le trait remarquable de Bertrand Gatignol et sa somptueuse gestion des noirs donne à cette série toute la force et la noirceur nécessaire pour parfaire ces sombres histoires. Enfin, le découpage narratif en chapitres entrecoupés de courts récits écrits nous relatant l'histoire ancienne de personnages ayant eu un rôle important dans cet univers apporte encore un plus à cette série en étoffant de manière originale l'histoire de ces ogres tout puissants.

A ce jour deux tomes constituent cette saga dantesque. "Petit", le premier tome, piochait allègrement du côté du Petit Poucet avec l'histoire de ce fils d'ogre qui nait "tout petit" et dont le père veut se débarrasser. Tous les ingrédients sont déjà là, du graphisme soigné aux décors majestueux où s'égayent ces ogres-dieux consanguins tous plus ou moins dégénérés à la cruauté sans pareil. Après un tel premier tome, la suite se faisait forcément attendre au tournant, et "Demi-sang" relève allègrement le pari de faire encore plus fort que "Petit". En effet, on retrouve ces décors démesurés alliant baroque et gothique qui confère à cet univers toute la noirceur et la grandeur, tout en attachant encore plus d'importance à la psychologie des personnages que l'on découvre ici, notamment celle de Yori, le personnage principal. Si le scénario est à mon sens encore plus affuté que le premier, le dessin n'est pas en reste et gagne lui aussi en puissance.

Tout cela conjugué nous donne au final une série d’une rare richesse et puissance graphique comme on en lit trop peu souvent à mon goût. Un "must have" qui frise à mes yeux la perfection ; si la suite prévue est du même tenant, cette série basculera sans aucun doute dans mon petit panthéon des séries cultes.

*** tome 3 ***

Et bien voilà ! L'attente fût longue mais en valait vraiment la peine ! Quelle claque encore mes amis ! Avec ce troisième tome "Le Grand Homme", Hubert et Gatignol confortent pour ma part l'immense talent qui est le leur.

Construit sur le même principe que les deux tomes précédents en alternant des chapitres de planches introduits par quelques pages de texte à la façon d'un conte, ils nous emmènent cette fois sur traces de Lours, un personnage qui n'a pas été sans me rappeler sans trop savoir pourquoi le Grands-Pas du Seigneur des Anneaux. Coutelier itinérant à la tête d'un groupe de résistants, il s'impose par son abnégation et son sens de la stratégie. La chute de la dynastie des Ogres va bouleverser tout ce petit univers et obliger Lours à faire face aux démons de son passé et soumettre sa résilience à rude épreuve.

J'ai littéralement été happé par cet album qui monte progressivement en puissance. A chaque chapitre l'intrigue révèle un nouveau pan de l'histoire qui prend une profondeur impressionnante et d'une rare richesse. Wow !!! Quel background ! Quelle claque !
Bertrand Gatignol est quant à lui au dessin de plus en plus à l'aise avec cet univers et nous régale de planches toujours aussi sublimes dans un noir et blanc d'une rare élégance. Voilà un duo qui maîtrise parfaitement son sujet et nous régale d'un troisième album des plus aboutit !

Une cinquième étoile des plus méritée ! Bravo messieurs ! (Et vivement la suite !!!)

Nom série  Le Troisième Fils de Rome  posté le 19/02/2018 (dernière MAJ le 10/12/2018) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Si le genre historique n'est pas celui que je préfère, ma curiosité l'emporte souvent et je me laisse tenter par ce genre de récit qui parfois me permet de faire la découverte de petites perles. Mais là, ce fut loin d'être le cas.

Si le dessin de facture très classique est correct, c'est l'intrigue qui ne m'a pas passionné du tout. On part du postulat voulant que la mère de Romus et Romulus (les fondateurs de la ville de Rome selon la légende) aurait eu un troisième fils issu d'un viol. De cette naissance apparaîtra la secte du Troisième Fils de Rome dont les objectifs me sont restés assez abscons après ce premier tome.

Ce premier tome voit donc l'affrontement de Martius et d'Hannibal. Hannibal cherche à faire chuter Rome, Martius à maintenir la grandeur de l'empire Romain et la secte du Troisième Fils... à foutre le bordel entre tout ça faut-il comprendre... Vu que chaque tome mettra le focus sur des personnages principaux différents en ne gardant pour fil conducteur que cette secte il faut espérer que la suite apportera quelques clés ou des éclaircissements car pour l'instant tout cela est plutôt brouillon.

A suivre donc, en espérant que la suite soit plus efficace car pour l'instant je ne suis pas vraiment motivé pour attaquer la suite.

*** Tome 2 & 3 ***

Bon et bien je crois que je n'irais pas plus loin dans cette série ! Ce troisième opus aura définitivement forgé mon opinion sur celle-ci : ce n'est pas pour moi. Même si le rythme est plus soutenu que les autres j'avoue m'y être rapidement perdu entre les personnages et les factions romaines qui se foutent sur la gueule, sans vraiment bien comprendre pourquoi... Quelle idée de faire se battre des romains contre des romains... et pour clore le tout je n'ai toujours pas saisi ce que voulait cette satanée secte du troisième fils de Rome !

Bref, la suite se fera sans moi.

*** Tome 4 ***

Bon ba reçu le tome 4 alors je l'ai lu. Ma curiosité me perdra des fois...
Rien de neuf sous le soleil de romain si ce n'est que ce quatrième opus va essentiellement se dérouler en Gaule. On est donc loin de Rome et c'est Vercingétorix, personnage emblématique de l'histoire de France que nous allons suivre, ou comment une fois de plus raccrocher les événements historiques existant à cette triste secte des Troisième fils de Rome. Si le côté stratégique et les déchirements des gaulois me sont apparus intéressants, j'ai pas vraiment compris le rapport à la secte, qui mis à part tirer la couverture à soi dans cet élément historique véridique m'a paru très tiré par les cheveux et sans réel intérêt...

Bref, je reste sur ma piètre appréciation de cette série.

Nom série  Les Damnés de la Commune  posté le 07/12/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà un moment que cet album avait tendance à redescendre régulièrement en bas de ma pile de bouquins à lire à cause du côté un peu aride de son illustration à base de gravures. Non pas que je n'aime pas ces dernières, bien au contraire, mais bon, on a parfois tendance à me laisser porter par la facilité. Prenant mon "courage" à deux mains je me suis enfin lancé dans sa lecture cette semaine et grand bien me fit !

Car d'une, la Commune de Paris est une de mes périodes historiques préférées, ensuite parce que son traitement tellement original par Raphaël Meyssan est une vraie réussite. Car il fallait oser et surtout réussir à composer quelque chose de vivant narrativement parlant et de cohérent en n'utilisant que des gravures d'époque. Ce fut également très instructif, (d'autant plus en cette période un peu insurrectionnelle chez nous) et moi qui pensais avoir une vision assez large de la Commune je me suis surpris à découvrir beaucoup de choses et d'en apprendre des vertes et des pas mûres sur nos chers dirigeants, toujours si prompts à vendre et trahir tant qu'ils peuvent en tirer profit ou sauver leur peau. Rien que ce cher Jules Ferry adulé pour avoir instauré l'éducation gratuite et obligatoire fut en réalité une belle ordure. Maire de Paris à ce moment tragique de l'histoire de notre capitale assiégée par les prussiens, il fit tirer sur la foule !

Voilà donc un premier tome des plus réussis et très documenté qui devrait ravir les amateurs d'Histoire, de gravures mais également les curieux de notre histoire souvent édulcorée que nous renvoient ces chers manuels scolaires... Ce sont bien les vainqueurs qui écrivent l'histoire, soulever le voile sur quelques vérités est parfois salutaire.

Nom série  Les souris du Louvre  posté le 07/12/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après le succès de ses "Carnets de Cerise", Joris Chamblain nous revient avec une nouvelle série jeunesse co-éditée par Delcourt et le musée du Louvre.

Celle-ci prend donc forcément place au Louvre et nous raconte l'histoire du jeune Milo, 10 ans, fils de la conservatrice en chef du musée. Il connait l'édifice comme sa poche, ou tout du moins c'est ce qu'il croyait jusqu'à ce qu'Henryck, un ancien gardien de nuit, lui révèle un étrange secret. Le Louvre est aussi un lieu où cohabitent et complotent différentes tribus de souris dont les us et coutumes fluctuent en fonction des salles d'exposition du musée. On y trouve donc les égyptiennes, les grecques, les romaines, etc. Tout ce petit monde invisible le jour manigance et s'affronte la nuit !

Le scénario de Joris Chamblain est plutôt intelligent et inventif, évitant les pièges de ce genre de production un peu promotionnelle. Le dessin de Sandrine Goalec est tout à fait raccord avec cette histoire pour la jeunesse, avec un trait fin et dynamique. S'il reste sobre pour les humains et les souris, j'ai apprécié son sens du détail dès qu'il s'agissait de la bâtisse ou des œuvres du musée. Seul reproche, la faible pagination : 30 pages. Même s'il s'agit d'une BD jeunesse, vu qu'il s'agit d'un premier tome, je trouve décevant de couper court si rapidement au récit alors qu'une suite est prévue.

Sorti de cela, voilà un bel album prometteur pour cette nouvelle série.
A suivre, donc !

Nom série  La Bande à Renaud (Renaud - BD d'enfer)  posté le 06/12/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les éditions Delcourt remettent le couvert et rééditent dans un seul tome l'ensemble de ces chansons illustrées par des grands noms de la BD déjà éditées en 1986 et 1988, agrémentées de trois nouveaux titres.

Au delà du personnage grand amateur de BD, cet exercice de la mise en image est plus ou moins réussi selon les auteurs qui auront selon l'inspiration pris plus ou moins de liberté ou simplement collé aux textes des chansons. Il est vrai que la brochette d'auteurs ici réunie est impressionnante ; Cabane, Loisel, Margerin, Vicomte ou encore Boucq pour ne citer qu'eux, s'en donnent à cœur joie, chacun dans son style, et rendent un hommage réussi au grand amateur et collectionneur de BD qu'est Renaud.

L'album se lit tranquillement, et s'apprécie d'autant mieux quand on connait déjà les chansons. Un achat à conseiller aux amateurs du chanteur ou aux curieux.

Nom série  Le Secret de Zara  posté le 05/12/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien) Découvrez toutes les séries « coup de coeur du moment » de BDTheque! Coup de coeur
Oh, un Benjamin Flao ! Pour la jeunesse ? Qu'à cela ne tienne ! Surtout avec un Fred Bernard au scénario, voilà de quoi éveiller ma curiosité de sale gosse !
Et c'est du tout bon ! Quelle fraicheur dans cet album, quelle énergie ! Que ce soit cette petite Zara que rien n'arrête dans son élan créateur ou le graphisme de Genjamin Flao, un vrai feu d'artifice !

Zara, très jeune demoiselle a les meilleurs parents du monde : ils tiennent un magasin de matériel pour artistes ! Quoi de mieux quand on adorrree dessiner et peinturlurer, surtout quand ça déborde ! Mais bon voilà, les bêtises créatrices et envahissantes de la miss font tourner ses parents en bouriques. Seule solution, remiser les pots de peinture sur des étagères hors de portée, en attendant qu'un semblant d'âge de raison prenne le pas sur cette imagination débordante... Mais bien sûr notre artiste en herbe ne l'entend pas de cette oreille...

C'est frais, pétillant, une vraie ode à la créativité et à l'imagination, le tout servi par un dessin magnifique dont a le secret Benjamin Flao. Seul (gros) regret, que cette BD de seulement 24 pages (et oui, un court album jeunesse) ne soit pas plus longue pour nous entrainer dans l'imagination débridée de cette petite Zara.

Nom série  Les Aventuriers du Mékong  posté le 05/12/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La collection Pataques de chez Delcourt nous sort ici le grand format pour un grand voyage ! Fi des strips et des gags en une page, avec "Le aventuriers du Mékong" scénarisé par Marc Pichelin et illustré par Guillaume Guerse on part pour du voyage au long cours.

Collection Pataques oblige, on reste dans l'humour décalé avec pour trame de fond deux auteurs de BD en mal de succès qui cherchent désespérément à trouver le bon filon pour se faire éditer et faire un carton. Nos deux losers croient trouver le Graal avec "le truc qui cartonne" : la BD reportage. Les voilà donc partis pour le Laos afin de de concrétiser leur rêve. Mais leur conscience professionnelle va vite être dépassée par leur caractère fêtard de pilier de comptoir... Ajoutez à cela une fumeuse histoire de canard sacré et vous avez un savant cocktail plus ou moins détonnant à siroter à la paille.

Alors oui, le ton décalé permet à nos auteurs des loufoqueries plus ou moins drôles et des clins d’œils appuyés du côté de Tintin et de ses pérégrinations autour du globe. Oui certains gags m'ont bien fait marrer, mais j'avoue que tenir la barre haut sur 105 pages pour faire marre les gens, c'est pas ce qui se fait de plus simple. Et là, par moment ça s’essouffle et on a quelques longueurs. Pourtant le style graphique de Guillaume Guerse se marie parfaitement à ce périple imaginé par son comparse ; c'est frais, dynamique et expressif à souhait, la colorisation est aussi adéquate... C'est juste pour moi un voyage peut-être un peu trop long et qui s’essouffle sur la longueur.

En tout cas, voilà une façon originale de jeter un petit pavé dans la profession (belle auto-dérision) et de découvrir le Laos (je vous conseille quand même le Routard, hein...)

Nom série  La Montagne invisible  posté le 05/12/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà bien des années que je ne m'étais pas lancé dans la lecture d'un album de Makyo, ses dernières productions ne m'ayant pas plus attiré que cela. Quant à Leomacs, le dessinateur, je ne connais pas son travail.

Avec "La Montagne invisible" nos deux auteurs partent sur les traces d'une légende ancienne faisant état d'une montagne dissimulée au Népal qui cacherait bien des pouvoirs. C'est en tout cas ce que laisse à penser un disque d'argile vieux de 3000 ans découvert en Inde et qui permettra à celui qui arrivera à en déchiffrer les inscriptions d'y accéder.
Zacharie Kahn, ancien boxeur devenu philosophe et Gunther Gruber, informaticien allemand vont faire connaissance dans de tragiques circonstances et se lancer dans cette quête dans l'espoir de sauver la sœur de Gunther. Celle-ci est entre la vie et la mort après s'est pris une balle dans la tête. Seul le père de Zacharie, chirurgien de renommée internationale serait en mesure de l'opérer pour lui sauver la vie. Sauf que son père a aussi disparu, parti sur les traces de cette fameuse montagne invisible au Népal...

S'il fut un temps où ce genre de thriller ésotérique m'était plaisant j'avoue m'en être un peu lassé. Oui le IIIe Reich a toujours eu un penchant pour ce genre de recherches afin de s'assurer la victoire, et oui ce genre d'illuminés courent encore les rues. Mais bon, même remis au goût du jour j'avoue ne plus être aussi bon public et certaines ficelles sont dans ce tome un peu grosses. Malgré cela, ça se laisse lire, sans grande conviction certes, mais c'est un bon thriller divertissant prévu en deux tomes. Le dessin réaliste de Leomacs au trait un peu épais est plutôt bon et colle parfaitement à ce genre de réalisations.
Je lirai le second tome plus par curiosité que par conviction.

Un petit 2.5/5 en attendant de lire la conclusion

Nom série  Catherine de Médicis, la Reine maudite  posté le 03/12/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est que je vais finir par prendre goût à l'Histoire moi avec ces reine sanglantes ! Voici venir Catherine ! Mais si LA Médicis. Même moi qui suis plutôt piètre historien, je garde en mémoire l'importance de ce personnage dans une Europe des plus complexes à comprendre en pleine moitié du XVIe siècle.

Avec ce premier tome les auteurs nous ramènent loin dans le jeunesse de cette aristocrate milanaise qui ne sait encore rien du destin qui l'attend (normal me direz-vous) ni de la dangerosité et de la férocité du pouvoir en ces années troublées. Ce premier tome s'ouvre sur les grands troubles qui secouent l'Italie ne cette année 1527. Les Lansquenets (les Gilets jaunes de l'époque ?) saccagent Rome pour s'emparer du Pape, tandis qu'à Florence les Médicis se font chasser de la ville ; Les Guerres d'Italie, c'est pas fini ! La jeune Catherine va l'apprendre à ses dépend. Capturée, elle manque d'être lynchée par la foule mais finira captive dans un couvent qui ne porte pas sa famille dans son cœur, loin de là ! De son côté le Pape réussira à s'enfuir et continuera ses arrangements avec le roi de France François Ier pour contrecarrer la toute puissance du roi d'Espagne Charles Quint sur l'Europe. C'est ainsi que notre "petite" Médicis va forger son destin pour ensuite infléchir celui de la France.

C'est plutôt bien réalisé, et malgré la difficulté et la complexité de cette période historique j'avoue avoir réussi à m'y retrouver globalement. Ok, il y a bien eu l'attaque de Gavinana où j'ai été un peu largué entre toutes les différentes forces en puissances, les factions et les intérêts de chacun. Mais bon, j'ai repris le fil un peu plus loin sans que cela ne me perturbe plus que ça dans ma lecture.
Car c'est là tout le talent des deux scénaristes Arnaud Delalande et Simona Mogavino que d'avoir su rendre intelligible l'imbroglio de cette période historique qui m'a toujours parue incompréhensible, tout en nous captivant par la jeunesse de ce personnage qui a marqué l'histoire de France : Catherine de Médicis. Le trait du dessinateur argentin Carlos Gomez n'y est pas pour rien non plus ; dans un style très réaliste qui fonctionne très bien pour de la BD historique, j'ai surtout apprécié l'expressivité qu'il a su donné a ses personnages.

Encore une belle réussite que cette nouvelle série dans la collection Reines de Sang. Les passionnés d'histoire devraient s'y retrouver facilement et les novices comme moi comprendre un peu mieux cette période trouble de l'histoire de l'Europe.

Nom série  Des plumes & elle  posté le 03/12/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Étrange album tout en contraste que celui-ci...

Séduit par le soin apporté à l'ouvrage, qu'il s'agisse de la présentation ou encore du papier épais utilisé, et curieux de voir ce que Paul Solomone pouvait proposer en solo (moi qui avait beaucoup apprécié L'Homme qui n'aimait pas les armes à feu scénarisé par Wilfrid Lupano), je suis un peu parti la fleur à la bouche dans cette lecture.

Malheureusement, malgré un graphisme des plus travaillé, à l'aulne du soin apporté à l'album, j'ai été refroidi par deux choses. D'une, le personnage principal avec sa tête de chouette, très cartoon, ne colle pas avec le reste très réaliste, et deuxièmement, je n'ai pas du tout accroché au texte narratif. S'il se voulait poétique, je l'ai trouvé pompeux et verbeux ; impossible pour moi d'y trouver une narration plaisante et j'avoue que sans la qualité graphique du travail de Paul Salomone concernant ce Paris du début XXe et de ses belles danseuses du Moulin Rouge j'aurais rapidement refermé l'ouvrage sans même le finir.

Dommage donc, car si l'écrin est magnifique, le choix narratif et ce personnage de la chouette me sont passés complètement au dessus de la tête.

Nom série  Les Riches au tribunal  posté le 02/12/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ayant fait des études de sociologie, j'ai toujours apprécié le travail de Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon sur les classes dominantes. Avec cet album ils tentent de nous vulgariser leur travaux ou tout du moins de toucher une frange plus large de public en passant par le medium BD, ce qui me semble une bonne idée. Car si je suis plus ou moins familiarisé aux concepts qu'ils développent et aux inégalités reproduites par les élites de notre société, c'est loin d'être perçu par un large public.

C'est donc tout le mérite que j'ai trouvé à cet album, qui au travers de l'affaire Cahuzac, alors ministre du Budget en charge de la lutte contre l'évasion fiscale sous François Hollande, démonte les rouages de nos oligarchies pour se maintenir au pouvoir et se soustraire aux lois censées s'appliquer à tous. Liberté, égalité, mon cul !

Si l'ensemble de la démonstration est assez réussie et devrait être accessible à tout un chacun, certains passages pour nous expliquer les montages financier hallucinant pour se soustraire aux impôts restent quand même compliqués à suivre. Cela n'empêche pas de comprendre le sens général de l'embrouille que Jérôme Cahuzac et sa femme ont mis en place à l'époque.
C'est plus au niveau du dessin que j'ai eu du mal. Ce côté caricatural des personnages ajouté aux gags pas toujours très judicieux mais sans doute placés pour alléger le propos ne m'a pas vraiment emballé ; on dirait des marionnettes.

Mais sorti de cette dernière remarque, l'album n'en reste pas moins très efficace dans son propos. En 120 pages les auteurs font le tour d'une affaire complexe en en démontant les rouages et ses implications. C'est là qu'on voit tout l'intérêt de la sociologie

Nom série  RIP  posté le 02/12/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Vous pensiez avoir le boulot le plus chiant ou difficile du monde ? Cette BD est faite pour vous !

Avec RIP, bienvenue chez les nettoyeurs de la mort ! Derrick et ses potes passent vider les maisons des personnes décédées sans famille de leurs effets personnels pour les vendre ensuite aux enchères. Travail de merde, vie de merde et collègues/potes qui suivent la même tangente : Derrick survit sa vie jusqu'au jour où lors d'une de ces journées de taff il tombe sur une bague de grande valeur, il décide de la voler... Et là, tout dérape...

Ce premier tome de RIP est plus qu'une agréable surprise, tant au niveau graphisme que scénaristique. Julien Monier au dessin nous propose un coup de patte très personnel qui insuffle au récit concocté par Gaet's une atmosphère générale très réussie. Que ce soient les tronches des personnages ou les ambiances en fonction des lieux et de l'action, tout cela se tient et nous accroche au bout de quelques pages pour nous tenir en haleine jusqu'à la dernière page. Et la suite c'est pour quand ???!!! Car là, grosse frustration en refermant ce premier tome ! On veut savoir !!!

Vous l'aurez compris, voilà un premier tome très réussi et qui n'appelle qu'une suite du même acabit pour nous ravir !

Nom série  La Tête dans les nuages  posté le 28/11/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
"La tête dans les nuages" nous replonge dans ces complexes années de transition, à l'âge où l'on finit ses études et que les choix cornéliens de son futur deviennent concrets. Fini les "on verra ça plus tard", là il faut soit faire le grand plongeon dans le monde de l'art ou se trouver de quoi subsister à l'aide d'un boulot plus ou moins plaisant et valorisant.

Pour Seth Fallon, le personnage principal de cet album, la transition est rude. Pas question de renier son travail qui peine pourtant à percer et il doit donc jongler entre les petits boulots, que ce soit chez un artiste comme assistant, ou encore comme serveur dans un fastfood. A côté de ça, ses amis s'en sortent différemment, chacun créant ses réseaux au fil des nouvelles rencontres, des soirées festives, des vernissages ou des amis respectifs.

Derrière cette apparente insignifiance, Joseph Remnant nous brosse le portrait de jeunes adultes en devenir, pétris d'idéaux ou déjà emprunts de désillusions, à un moment charnière de leur existence. On sent derrière ce regard acéré celui de quelqu'un qui connait bien le milieu de l'art, ce qui lui permet de ne pas donner dans l'indulgence et de nous restituer une tranche de vie très réaliste grâce à son personnage principal un brin acerbe et désabusé. Un peu comme son dessin en noir et blanc d'ailleurs. Car derrière un trait faussement lâche on sent une maîtrise et une finesse, surtout dans les visages et leurs expressions, ce qui donne au final une narration impeccable des plus appréciable.

Un auteur à suivre, car pour un premier album, c'est une grosse réussite.

Nom série  Walking Dead - Negan  posté le 28/11/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Dans la famille spin-off je demande Walking Dead !

Avec ce court album dédié essentiellement au personnage emblématique de Negan, Adlard et Kirkman nous proposent de découvrir son passé immédiat, juste avant que le monde ne devienne un vaste champ où s'égayent ces zombies si mal élevés et mal sapés ! On aura aussi le droit à de très courts récits sur Michonne, le gouverneur et Tyreese.

Si l'histoire de Negan vaut le coup d'oeil et le détour, les autres sont d'un intérêt tout relatif au vu de leur faible pagination. On reste plutôt sur sa fin pour ces dernières.
Côté dessin, pas de surprise, on est dans du Walking Dead, avec ce noir et blanc à l'encrage marqué qui fait la marque de fabrique de Adlard.

Un album qui contentera donc les curieux et les aficionados de la série.

Nom série  Cléopâtre, la reine fatale  posté le 13/09/2017 (dernière MAJ le 28/11/2018) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Dans la collection "Les Reines de sang" voici venir Cléopâtre. La famille Gloris et leur goût prononcé pour l'histoire leur font continuer l'aventure avec ce nouveau grand personnage historique féminin, avec cette foi-ci au dessin Joël Mouclier que je découvre.

Ce premier tome installe tranquillement ses pièces sur l'échiquier autour de notre grande reine d'Egypte. Car c'est qu'il y en a du monde à évoluer autour d'elle, à commencer par son jeune frère Ptolémée, avec qui les tensions familiales vont monter crescendo. Ajoutez à cela un empire romain lui aussi déchiré entre Pompée et César mais qui tient l'Egypte par les bourses et vous allez pouvoir sortir le pop corn pour profiter d'une partie pas toujours fine qui ne donnera pas forcément dans la dentelle...

Ce qui marque d'emblée c'est l'ambiance qui nous est retranscrite de cette Egypte du Ier siècle avant J.C. Joël Mouclier a le don de nous immerger dans cette période historique grâce à la qualité de son dessin et de sa mise en couleur. Faste, chaleur, architecture démesurée, chatoyance des maquillages ou des décors, on s'y croirait.
Mais derrière les fards, c'est aussi une période sans pitié où la mort et les complots ponctuent le quotidien de ces grands de l'Histoire. Et c'est tout cela que notre Cléopâtre va polariser autour d'elle, menant sa barque tant bien que mal dans ce vortex dangereux.

Les grandes lignes sont maintenant posées avec ce premier opus, reste à suivre dans les prochains tomes l'évolution de cette femme bien trempée !

*** Tome 2 ***

Voici donc venir le deuxième opus de cette série qui aura réussi à me réconcilier avec la BD historique. Toujours aussi chatoyant et intense, le personnage historique de Cléopâtre a, il faut l'avouer quelques atouts pour nous prendre par la main et nous tenir en haleine.

Car il s'en passe des choses dans cette suite. Cléopâtre trouve un moyen radical pour assoir son pouvoir, elle donne a César le fils qu'il attendait et lui fait la surprise de la rejoindre à Rome pour le lui présenter... Sauf que les surprises ne sont parfois pas du gout de tout le monde et Cléopâtre si à l'aise chez elle, va vite déchanter et se rendre compte que le faste de Rome est peut-être rutilant vu de loin, mais qu'il n'est pas aussi éclatant et intéressant au quotidien. Surtout que César ne semble plus aussi impatient de revoir sa belle maintenant qu'elle lui a donné ce qu'il attendait...
C'est donc toujours aussi bien construit, mêlant habilement l'Histoire et les intrigues de couloir pour nous servir une narration soutenue. On ne lâche l'album qu'en le refermant, ce qui est révélateur de sa qualité.
Je monte donc déjà ma note à 4 et j'attends la suite avec impatience.

Nom série  Les Trois Julia  posté le 28/11/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Toujours aussi rétif à me lancer dans la lecture de séries historiques, il faut croire que je dois être un peu maso (ou curieux ?) avec toutes ces noucelels séries sorties dans la collection Les Reines de Sang chez Delcourt.

En tout cas je ne partais pas conquis, loin de là avec celle là, tant j'ai du mal à m'y retrouver dans la période antique et romaine. Avec "Les trois Julia" nous sommes catapultés dans la partie moyen-orientale de l'empire romain en 217 après J. C. L'empereur romain Caracalla vient de mourir en campagne contre les Perses, sa mère suite à cette tragédie mets fin à ses jours, signant ainsi la fin de la lignée des Bassianus sur le trône de Rome. Mais sa soeur n'entend pas en rester là. Depuis la Syrie elle conspire pour reconquérir le trône et installer son propre fils à la tête de l'empire romain.

J'avoue avoir du me concentrer et prendre un peu sur moi au début de l'album pour ne pas me faire larguer, mais ça en valait la peine. La volonté et le jusque-boutisme de cette femme sont impressionnants ! Rien ne semble en mesure de lui résister pour parvenir à ses fins. Il faut dire que son intelligence teintée d'une certaine perfidie et un sens stratège aïgu vont lui permettre de tracer une voie romaine bien sanglante pour rester au desssus de la mélée.
Le dessin de Carlos Gomez, très classique dans sa forme, est plutôt agréable, tant dans les riches décors architecturaux de l'époque que pour les divers protagonistes de l'album.
Je lirais donc la suite avec curiosité.

Nom série  Doggybags - Mapple squares  posté le 15/11/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ahhhh ba voilà du bon Doggybag comme je les aime !!! Si j'avais apprécié les derniers opus sortis sous le label 619, il me manquait la petite fièvre et l'étincelle qui font la différence que je retrouve enfin avec délectation dans cet album ! 150 pages de bon gros délire chez les tarés de l’Amérique profonde, ça vaut son pesant de Mapple Square, ces caramels collants qui firent la richesse et la renommée de ce bled paumé américain.

Suite à de nombreuses disparitions, deux agents du FBI sont donc dépêchés sur place pour mener l'enquête. Commence alors un défilé de personnages tous plus hallucinants les uns que les autres ! Entre le garagiste à qui je ne confierais pas ma trottinette, le tenancier du bar qui doit être le cousin pas si éloigné de Jabba the Hutt, et son frère en cuisine dont je ne voudrais même pas serrer la main, on se demande qui est le plus inquiétant du lot ! Et encore je ne vous ai pas parlé du shériff...
Bref, notre duo de choc va rapidement tomber sur un os (voire plusieurs) et tout va rapidement partir en couille ! Mais de la couille maîtrisée môôôssieur ! On sent le doigté, on sent le savoir faire et le travail rondement mené de nos deux auteurs !
Que ce soit la trame narrative que nous pose sur des rails David Hasteda ou le dessin singulier et cartoonesque de Ludovic Chesnot, nous sommes comblés ! Dur de lâcher l'objet qu'on nous donne à ronger tel un os tant on est embarqué dans ce récit hypnotique et barré ! Alors oui, les références sont nombreuses et multiples, oui l'histoire pourrait ressembler à d'autres, mais ce petit grain de folie inhérent à cet album est juste jubilatoire ! Alors si vous êtes du genre adepte du Label 619, sachez que vous tenez là un de leurs meilleurs albums !

A lire !

Nom série  Résilience  posté le 14/11/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Bon, c'est joli, bien mené et tout le toutim, mais il m'en faut tout de même un peu plus pour m'extasier. L'auteur, Augustin Lebon nous propose une série de SF écolo où le monde est dominé par les firmes agro-alimentaires qui ont privatisé et la main mise sur l'agriculture, l'élevage et l'eau. Autant dire qu'ils sont les maitres du monde. Heureusement une bande d'irréductibles a pris le maquis pour préserver le savoir faire de l'agriculture. Forcément notre héros est fils de résistants et va prendre leur flambeau à leur mort... Quant à la firme Diosynta qui mène le monde, elle compte bien réduire cette poche de rebelles à néant.

Voilà pour le pitch, qui pour un lecteur aguerrit de BD et de SF comme moi fait un peu léger et resucée. Alors oui, ça se laisse lire tranquillement, la narration est fluide, le dessin et bon, clair et maitrisé, mais l'histoire est un peu trop manichéenne à mon goût, tout du moins dans ces deux premiers tomes. Et pour ce qui est du suspens, on sent venir les rebondissements et les trahisons à 10kms.

Bref, un bon téléfilm divertissant si on veut trouver une comparaison, mais ça casse pas des briques non plus.

Nom série  Mandela et le général  posté le 14/11/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
John Carlin et Oriol Malet signent avec cet album une des biographies les plus intéressantes qu'il m'ait été donné de lire depuis longtemps. Tout du moins, c'est une biographie partielle dont il s'agit plutôt, mais qui traite de l'un des moments clés de la vie de Nelson Mandela : sa libération en 1990 et les tractations qu'il va devoir alors mener pour éviter à l'Afrique du Sud de basculer dans une guerre civile.

Car si la libération de Nelson Mandela en 1990 résonne pour beaucoup comme la fin de l'apartheid en Afrique du Sud, il faudra encore cinq ans au pays pour sortir de ce système discriminatoire de la pire espèce. Cet ouvrage nous permet d'appréhender toute la finesse et la diplomatie que Nelson Mandela va devoir déployer envers le général Viljoen.
Ce dernier, issu d'une famille d'afrikaners, va faire carrière dans l'armée et monter les échelons pour finir général ; il prend finalement sa retraite et se retire dans sa ferme familiale. C'est là que les chefs d’extrême droite des différents milices qui ont commencés à se former mais sont divisées vont venir le chercher pour lui proposer de prendre la tête de cette pseudo armée pour empêcher que l'apartheid ne tombe. Le pays est alors prêt à exploser, avec d'un côté cette armée de type néo-nazi et de l'autre des radicaux noirs qui veulent aussi en découdre pour gagner le pouvoir.
Malgré tout cela, Nelson Mandela réussira au fil de rencontres discrètes avec le général Viljoen à lui faire comprendre que l'intérêt supérieur du pays réside dans le fait d'empêcher l'affrontement d'avoir lieu. Reste à ce dernier à faire passer le message dans son camps ce qui ne fut, on l'imagine, pas chose aisée.

John Carlin, grand reporter international pour le quotidien espagnol El Pais nous propose un récit limpide et saisissant de ce moment clé de l'histoire de l'Afrique du Sud. Etant correspondant de presse pour le journal The Independant à l'époque, c'est sur le terrain et en ayant eu la chance d'interviewer Nelson Mandela qu'il tire sa matière pour nous restituer l'essentiel. La narration est impeccable, et le trait singulier de l'auteur espagnol Oriol Malet est juste parfait pour nous rendre compte de cette période charnière. Son trait et son encrage épais est mis en valeur par une colorisation déroutante au début mais d'une grande subtilité. En effet son noir et blanc est juste colorisé d'aplats de gris, de rouge ou d'orange qui mettent en valeur les détails importants de certaines scènes et de certaines cases.

Voilà donc un album que je recommande chaudement pour tous les curieux de l'histoire de ce pays, de ce grand bonhomme que fût Nelson Mandela et cet inconnu que fût aussi le général Viljoen, mais sans qui l'Afrique du Sud ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 58 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque