Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 397 avis et 7 séries (Note moyenne: 2.9)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Les Racines du chaos  posté le 11/09/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une oeuvre très intéressante, mais malheureusement pas exempte de scories.

Comme indiqué dans les avis précédents, le dessin est assez "amateur". Les traits sont ciselés, assez grossiers.Certaines cases sont franchement réussies et d'autres brouillonnes. La mise en couleur assez terne, sépia, pose également problème. Pourquoi? Parce que le récit est touffu, parce qu'il est dense et bavard. Parce que le background historique est fort, intéressant mais qu'il faut s'accrocher à la lecture pour tout en retirer.

Les auteurs ont par contre réalisé un vrai gros travail de fond, qu'il faut souligner. Car c'est honnête, fort, documenté, et que cela éclaire une période particulière et une zone géographique qui a secoué le 20e siècle de bien des soubresauts.

Alex, chimiste londonien d'origine serbe va être la victime malgré lui d'une machination politico-terroriste prenant naissance à l'assassinat/accident de sa mère, internée. Nous allons progressivement découvrir les implications qu'ont eus les traités de Versailles sur les Balkans, les différentes factions, serbes, croates, des liens entre celles-ci et les principaux mouvements de l'entre deux guerre puis du second conflit mondial. On va y comprendre les liens avec le régime nazi, Staline, le "protectorat" britannique sur la zone grecque. Puis on suivra encore les implications avec l'Ira, avec Franco. C'est foutrement intéressant, et le thriller se retrouve malheureusement propulsé en second plan de ce pan d'histoire. J'ai pris plus de plaisir à me pencher sur l'Histoire que sur ce qui arrive à Alex, d'autant que le rythme assez lent et l'importance du texte.

Bref, une lecture à réserver aux fondus d'Histoire.

Nom série  Deadline  posté le 02/09/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Diable, un bouquin que j'ai ouvert avec envie, avec gourmandise et qui malheureusement m'a glissé des mains.

Graphiquement, c'est très joli. Des planches à la limite de la peinture, certaines cases sont tout bonnement sublimes. Malgré tout, il y a une inégalité dans le traitement graphique. Par exemple, le jeune prisonnier noir est magnifié à l'extrême alors que certains personnages sont grossiers. De même, certaines planches sont impressionnantes et impactent le lecteur quand certaines semblent rapidement croquées.

Ensuite l'histoire, elle est intéressante, démarre bien avec cette vengeance qui amène à une explication par flashback. Et on va progressivement aller à la rencontre des mobiles de celle ci. Malheureusement, l'utilisation abusive à mes yeux des changements d'époques diluent le propos et complexifie inutilement celui ci. De même, je n'ai pas réussi à l'intéresser longtemps au jeune Paugham, malgré tout ce qui lui est arrivé. Enfin, j'aurais aimé un souffle plus "épique" quand on invite au banquet l'un des fondateurs du KKK, la Sécession, le sort des prisonniers. Mais finalement je suis resté sur ma faim.

Nom série  Les Déchaînés  posté le 02/09/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
On a ici un bouquin inégal, mais que j'ai plutôt apprécié.

Graphiquement, ce n'est pas exempt de défaut, comme évoqué sur l'avis précédent. Pour autant, il est élégant, la mise en couleur est douce et rend bien hommage à ces terres d'outre-mer. Le trait fin et naïf permet d'adoucir le propos et d'accompagner le côté enfantin des protagonistes.

L'histoire prend corps dans une de ces plantations caraïbes où malgré l'abolition, l'esclavagisme perdure à des milliers de kilomètres de la métropole. Le noir continue de trimer pour avoir juste le droit de vivre, sa femme et sa fille peuvent servir au bon plaisir du Monsieur et tout est fait (absence de scolarisation / punitions / pressions) pour maintenir ce statu quo. Où le Bounty servira à surveiller ses frères contre quelques gratifications.

Un garçon, fils de Mr et une jeune fille noire vont découvrir ensemble l'amour, le bonheur, le besoin de faire bouger les lignes, fomenter une révolte locale avant de le payer de leur vie.

Si l'histoire est bonne, on est presque déçu par le traitement trop léger et certains manques dans la narration. On en voudrait plus, on voudrait du plus fort.

Malgré tout, c'est encourageant et c'est une lecture intelligente. Donc oui.

Nom série  De beaux moments  posté le 02/09/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le problème de ce genre de pot pourri, c'est l'inégalité dans la qualité des historiettes. Certaines sont bonnes, d'autre moyennes et quelques unes dispensables.

Quand en plus le postulat de base est un peu gnian gnian, on a une oeuvre qui pour moi n'a pas d'intérêt profond.

Graphiquement c'est très réussi. C'est joli, les femmes sont belles et Jim se plait à les dénuder et/ou les sexualiser. Malgré tout il y a une forme de classicisme qui engonce encore plus les histoires.

Une lecture qui ne me laisse aucun souvenir lorsque l'album se referme.

Nom série  L'Ogre amoureux  posté le 29/08/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je rejoins grandement l'avis de Gaston. L'ouvrage est par trop inégal. Et c'est fort dommage.

Tout part bien avec ce duo improbable d'un renard hâbleur et d'un ours pleutre. La capture, la découverte de cet ogre ni grand ni gros, stupide et glouton, et sa requête "particulière" sont un excellent point de départ. La première partie de la quête est drôle, elle nous offre d'ailleurs des situations inattendues (le sort réservé à notre ours).

Puis la quête de l'âme soeur part un peu en quenouille, la faute principale en revenant aux deux personnages principaux. Ils sont caricaturaux et ne peuvent sortir de leurs "caractères". Les situations deviennent moins maîtrisées et surtout moins intéressantes. Le bal est traité sur de nombreuses planches alors qu'il n'a qu'un intérêt limité sinon l'arrestation de l'ogre. Celle ci tombe à plat, tant Barback semble effrayé par quelques mousquets alors qu'il mange tout sur son passage. Et la fin tombe comme un cheveu sur la soupe.

Graphiquement c'est excellent. LE trait proche de l'enfantin et de la caricature fonctionne à merveille. Le rythme est plutôt bon, les dialogues parfois savoureux.

On passe très prêt du culte. Mais on ressort un peu déçu. Encouragement du conseil de classe.

Nom série  Namibia  posté le 08/07/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
On prend les mêmes (qualités et défauts) et on recommence... ou presque

Démarrer un cycle de Leo, c'est trouver un bestiaire bizarre, des évènements surnaturels, des liens politiques et/ou sectaires, une héroïne brune à forte poitrine, des seconds rôles qui arrivent comme un cheveu sur la soupe et un dessin figé. Et surtout un scénario qui part bien et qui n’amène à rien.

Alors déjà, sur ce dernier point, le fait d'avoir laissé le crayon permet de s'affranchir de ce défaut majeur sans renier l'original. Autre point à noter, la nudité se fait plus rare et pour une fois plus "à propos". Le dessin a clairement franchi un palier.
Après, sur les autres points, la filiation est là.

Le point de vue géopolitique de l'immédiat après-guerre dans l'Afrique coloniale, est mieux trouvé pour moi que les sempiternelles sectes fondues des Mondes d'Aldebaran. Ici on a un poste nazisme encore marqué dans une colonie germanique, un colonialisme raciste britannique, des services secrets "crédibles". Viennent les évènements surnaturels, qui démarrent ici par un bestiaire digne des films d'épouvante, entre des vers géants, des chenilles obèses, des fourmis gigantesques et un "dragon d'insectes volants". Puis l'apparition d'un cadre nazi mort après Nuremberg...... On arrive aux personnages secondaires qui interviennent comme un cheveu sur la soupe. Mc Donald, le dandy métis, le vieil africain sur son arbre, le retour du ruskof amoureux de Cathy etc... Et ça s'enchaîne ainsi à qui mieux mieux. Chez Léo, on n'hésite toujours pas à amener de manière fortuite, à tuer un personnage, à ressusciter celui-là etc....

Reste toujours la manie de partir bien pour finir moyennasse. L'idée de ce Goering revenu d'entre les morts et de ces monstrueux insectes nous met en appétit. Ajoutons les épidémies de vieillissement. Tout cela met l'eau à la bouche. Las, il ne s'agira que d'une guerre intersidérale où l'humanité fait office de future exterminée. Affrontement de 2 peuples d'ET, un qui vient nous exterminer, l'autre qui vient pour les en empêcher mais comme ils ont une charte de bonne conduite, ils s'en remettent aux bons soins d'une nana, de quelques seconds couteaux et de camions des années 30 quand eux ont une avance technologique de dingue.... Tout ça pour ça.

Comme souvent, on ne s'embarrasse pas de détails ni de problèmes scénaristiques pour arriver où on veut. Au risque de rendre caduque le début du récit.

Bref, encore une fois c'est non.

Nom série  La Guerre des Amants  posté le 08/07/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une trilogie très sympathique.

Le dessin est de qualité, il sert parfaitement l'histoire et les personnages. Une belle réussite.

Le scénario est ambitieux. Il nous fait suivre sur 28 ans l'évolution des relations amoureuses entre un jeune fils d'ambassadeur américain et une révolutionnaire, rencontrés par hasard en 17. Leur amour de l'art va d'abord les rassembler, avant d'être le fil qui va les lier tout en reprenant du mou ou en resserrant les relations. Le pari de mêler l'histoire, l'Histoire et l'histoire de l'Art est une super idée. Elle est plutôt bien exploitée même si cela manque parfois de puissance et de muscle.

Le premier tome va nous faire découvrir les prémices de l'art moderne, au contact d'artiste importants de cette époque, de Kandinsky à Chagall en passant par Malevitch. L'histoire d'amour naissant va être confrontée à la fois aux difficultés de transformation de la révolution pour le bonheur du peuple et aux différents mouvements et personnages qui vont se présenter comme tenant de la vérité révolutionnaire.

Le second tome va lui nous présenter les prémices du Bauhaus sur fond de montée du nazisme. La trame se fait similaire, nous allons découvrir les liens que l'art, sa politisation et ses méandres vont avoir sur les liens amoureux des protagonistes.

Enfin, le dernier volume va avoir pour fond les services de traque des oeuvres d'arts, Monument Men d'un côté, Mission Trophée de l'autre. S'il est intéressant aussi, il est plus artificiel quant aux liens des personnages.

On apprend beaucoup de choses (pour le béotien que je suis) sur l'art, sur certains liens avec l'histoire. Je reste malgré tout assez hermétique à ces courants mais au moins j'ai fait des liaisons intéressantes.
L'histoire des protagonistes est irrégulière et manque parfois de souffle. Mais c'est globalement bon.

Nom série  Haarmann, le boucher de Hanovre  posté le 08/07/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Comme souvent dans cette collection, nous avons là affaire à un vrai bon bouquin.

Partir à la découverte d'un tueur en série n'entre pas dans la rubrique "lecture légère" et une fois refermé le livre, c'est clairement le malaise qui reste.

Déjà par la cruauté et la folie de cet Haarmann, mais surtout par la légèreté des services de police sur ces enquêtes (à rapprocher de ce qu'on entend aujourd'hui sur les violences faites aux femmes). Et l'aspect "commerce de viande" dans ce contexte historique d'extrême pauvreté renforce encore le sentiment de dégoût.

La BD est bien réalisée, le dessin sépia, les trognes, les attitudes, tout fonctionne. Le livre n'est pas trop long, les auteurs ont évité l'erreur d'additionner les meurtres et disparitions pour se concentrer sur l'homme, ses relations aux autres, sa folie et aussi les agissements autour de lui (police, médecin, clients....).

Et c'est vraiment bon. A conseiller.

Nom série  Le Coeur des Amazones  posté le 21/05/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Graphiquement, c'est superbe. Mais je n'ai pas apprécié la lecture de cette oeuvre.

Le scénario ne m'a pas intéressé plus que cela. Je n'ai pas réussi à m'immerger, les personnages m'ont semblé peu fouillés, ils ne m'ont pas convaincu. La narration, parfois lente, parfois ultra rapide pour passer d'une scène à l'autre et certains côtés bavards m'ont perdu.

Le dessin, certes somptueux, associé à des teintes sépias m'a aussi souvent fait perdre le fil car le personnage ne ressortait pas.

Cela se lit, mais je n'ai pas pris un gros plaisir dans ma lecture.

Les thématiques homme/femme, la dénonciation de la domination masculine etc, perdent de leur force dans le récit à mes yeux.

Nom série  Oink le boucher du Paradis  posté le 19/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une oeuvre intéressante.

A lecture du précédent avis, il existe plusieurs versions de ce bouquin. C'est la version De luxe de Delirium que j'ai lue.

Graphiquement, c'est très réussi. Le dessin est beau, parfois plus encore. Il est sombre, il dépeint à merveille ce monde glauque et malsain. Il donne du coffre et de l'épaisseur à cette dictature religieuse basée sur l'esclavage, l'abaissement de certains au profit d'une caste et est une vision bien noire mais non dénuée de réalisme de nos sociétés.

Le propos et la critique sont présent, forts, mais manquent pour moi de consistance sur la durée. Ça tourne au bien bourrin, ça s'enchaîne trop vite et puis voilà, fin. Que se passe-t-il entre le moment où Oink part vers l'anarchie et son exécution, combien de temps, quelles sont ses évolutions, ses rencontres. ... Je suis par trop resté sur ma faim.

Un propos exploité complètement aurait débouché sur une oeuvre forte. Dommage.

Nom série  Lowlifes  posté le 19/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je m'attendais à un one shot et je pensais que c'en était un mal fini avant de lire le post précédent. Une fin bien troussée permettra peut-être de relever la note.

Je vais paraphraser l'avis précédent car j'ai le même ressenti. Ca part pas mal, sans grosse originalité mais dans le style polar noir US années 80. Ce flic qui va devoir passer la frontière du pourri pour se venger de l'agression subie par sa femme. Le problème c'est que cette trame tourne court, les identités des braqueurs du caïd sont rapidement connues, les protagonistes sont trop vite refroidis.

C'est classique et dans ce classique, il y a déjà eu mieux que ce soit en littérature, BD ou ciné.

Le dessin n'est pas mauvais malgré quelques erreurs d'angle/perspective dans les visages.

A voir aux tomes 2 et 3

Nom série  Tatiana K.  posté le 04/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Je ne vais pas revenir en long en large et en travers sur tout ce qui a été dit. Une série bien inutile.

Je ne suis jamais opposé à une case ou deux un brin sexy, coquine mais là ça frôle l'indigestion. Tatiana en bleu, Tatiana sous la douche, Tatiana en actrice x, et surtout Tatiana qui doit toujours être en string pour bien se battre. Et ce toujours dans des postures dignes de Playboy et avec une justification digne de....ben de rien.

Les personnages sont tous creux, leurs justifications tirées par les cheveux (l'agent inutile mais c'est le seul disponible, tome après tome parfaitement inutile). L'agence de protection de l'environnement grandement risible. Bref du bon ridicule.

Le scénario et la narration sont aussi mauvais que le reste. Corteggiani veut à tout prix nous montrer qu'il s'est documenté sur toutes les agences et les services, du coup on a droit à chaque tome à une explication parlée car impossible à intégrer tout ça... C'est inutilement bavard, une double planche du dernier tome est même déséquilibrée à l'extrême.

L'histoire enfin, est sans queue ni tête, fourre tout et pas maîtrisée.

Indigestion.

Nom série  Dead Body Road  posté le 29/01/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je rejoins fortement l'avis de Jetjet, d'une part ce sont les mêmes promesses qui m'ont fait lire ce bouquin et ce sont les mêmes écueils que j'y ai trouvés.

Je suis friand du régressif assumé, de ce genre de récit plein de testostérone, d'une action puissante et sans arrière pensée.

Finalement je me suis ici un peu ennuyé. Étrange. Mais je pense que le héros manque de charisme et surtout il n'est pas capable d'assumer son opération plombage. Dès le dinner, il va se voir voler la vedette par Rachel qui sera réellement la pièce forte. Ce duo, associé à un ex flic psychopathe dont les réactions sont parfois bizarres, va affronter donc une quinzaine d'ennemis, braqueurs puis bikers mais en multipliant les erreurs. Notamment pourquoi se retrancher dans un endroit trop vaste pour être défendu à 3 sans chercher à l'optimiser et à réduire la zone de combat? S'ajoute à cela une narration trop linéaire et manquant de tiroirs et de méandres.

Le dessin est de bonne facture, aiguisé, racé. J'aime.

Malheureusement une bd dispensable et qui ne tient pas ses promesses. J'attendais du Tarantino, j'ai eu du Bruckheimer.

Nom série  Al'Togo  posté le 29/01/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Aïe Aïe Aïe.

Il est des séries que l'on aimerait mieux noter. Mais là, ça n'est vraiment pas possible. Pourquoi ?

D'abord parce que la crédibilité de cette EuroPolice et surtout des protagonistes n'est pas au rendez-vous. Déjà parce que les "characters" sont outranciers (la nympho, le gay, l'ex mafieux), leurs actions sont par trop "amatrices". Ils ont des outils dingues mais semblent à chaque mission être des bras cassés. Enfin le principal personnage, Al'Togo ou plutôt son frère jumeau............... La crédibilité absolue d'un novice qui arriverait à remplacer son frère au GIGN ou au RAID???? Bref du grand n'importe quoi.

Ensuite, dans le et les scénario(s). Les 4 premiers tomes sont des one shots façon feuilleton où nous voyons qu'il y a un fond sur le personnage d'Al'Togo qu'on devrait progressivement découvrir. Ce mystère est la seule tension réelle dans le script. Chaque petite histoire est irréaliste.

Le premier tome a pour fond un ministre de la culture suédois, ancien ambassadeur en Espagne fraîchement divorcé, qui va pêter un cable, assassiner sa femme et enlever ses filles. Comme de par hasard il va croiser la route d'Al'Togo qui doit intégrer l'EuroPolice qui va le filer avec sa Twingo. Ce tome dont l'enquête est inutile, sert juste à créer le lien entre le héros et le groupe.

Deuxième tome, un forcené transporte une mallette remplie de gaz VX dans le Thales et menace de la faire se répandre dans la gare de Bruxelles. S'ensuit une course poursuite risible entre les super policiers qui semblent plus être de bons amateurs que des spécialistes et des malfaiteurs étrangement professionnels eux et qui finalement verra que le VX est de la vulgaire cocaïne, le tout devant une équipe de TV US (c'est bien connu que tous les services d'élite ouvrent leurs portes aux journalistes à visage découvert). C'est sans queue ni tête.

3e opus, on va aller en Pologne, à la poursuite de braqueurs de convois sévissant partout en Europe. Et on va tomber dans un conflit entre mafia locale et soldats nostalgiques de l'époque disciplinée de la dominance soviétique. Là encore, l'équipe de l'EuroPolice est une bande de gamins (et de pantins) dans ce jeu trop grand pour eux.

4e tome, cette fois un gourou philosophe grec manipule (et est manipulé) les masses pour lutter contre les médias aux mains des gouvernements. Là encore, les pseudos superflics sont contrés par un groupuscule de 2nde zone. Et accessoirement, on va avoir droit à un cliffhanger étrange car il arrive trop tôt.....

Le dernier tome semble être créé car la série allait être sabordée. On a le droit à l'explication post mortem de ce mystère du héros sous forme de compte rendu de l'enquête de la journaliste US. Outre le procédé grossier et mal narré qui arrive comme un cheveu sur la soupe (voir cliffhanger ci dessus), cela ressemble vraiment à un tome pour "boucler" le scénario originel, sur fond de scandale d'état.


Le dessin n'est pas mauvais mais il est trop typé nouvelle bd jeunes (foot2rue) pour moi, et pas assez qualitatif pour ressortir un peu la série.

Bref, une série ambitieuse mais où tous les éléments tombent à l'eau.

Nom série  Rebels  posté le 17/01/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
On retrouve dans Rebels les mêmes erreurs que j'ai trouvées dans Northlanders.

Un postulat qui aurait pu et du nous offrir une saga épique et profonde sur cette période forte des USA puisque fondatrice. Mais ici les histoires sont peu intéressantes, elles n'épousent que trop peu la Grande Histoire et surtout sont très linéaires et tellement centrées sur un personnage qu'elles se perdent.

La partie principale, celle de Seth Abbott, est très significative. Elle démarre pas trop mal, est développée sur une longueur suffisante pour l'étoffer et créer l'empathie sur les personnage mais ici l'équilibre intime/histoire est mal gérée. La partie bluette, qui va se tendre progressivement est sans intérêt à mes yeux. Les auteurs abordent des éléments initiaux de la révolte mais de manière trop brouillonne et pas assez développée. Certaines missions prennent de l'importance mais pas assez proches et surtout pas assez ancrées dans la grande Histoire.

Les courts scénarios suivants ne trouvent pas mon intérêt, certain frisant l'inutile.

Comme pour Northlanders, on part de quelque chose d'extrêmement intéressant et prometteur mais la réalisation ne suit pas.

Nom série  Nailbiter  posté le 17/01/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà ce que j'appelle un très bon comics.

L'histoire de base, cette petite ville de l'Oregon, toujours sous les trombes d'eau, est tristement célèbre pour être le berceau de 16 serial killers. Une agent du FBI enquêtant sur cette "anomalie" suite au non lieu de l'un d'eux va disparaître et plonger son ami, agent de la NSA à sa recherche.

Celui-ci va s'associer avec la shérif locale pour résoudre cette enquête.

Les personnages sont intéressants, de Finch, spécialiste es torture pour la NSA, attendant son procès pour avoir malencontreusement tué son dernier patient, à Crane, shérif(e) acariâtre qui a entretenu une liaison avec l'un d'eux, en passant par tous les protagonistes qui disparaîtront progressivement avec leur folie et leurs secrets.
C'est très bien conduit, la narration est efficace. On est entre Seven pour le côté serial killers et Walking Dead pour les personnages barrés et le côté survival.

Le dessin est typique comics mais très bien réalisé. Les ambiances sont bonnes. Un poil plus de détail dans les décors aurait pu donner une plus grande immersion. Mais ne boudons pas notre plaisir, c'est du tout bon.

Je mets un tout petit bémol, je trouve les enquêteurs trop souvent surpris et presque naïfs alors qu'au moins Finch devrait être aguerri. Une facilité pour dérouler le scénario, pas trop gênante pour autant.

Les auteurs nous tiennent en haleine jusqu'au bout.

Nom série  Northlanders  posté le 07/01/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
AAAhhhh, quelle tristesse de ne pouvoir mieux noter cette série. Parce qu'elle avait tout (à mes yeux) pour tenir le haut du pavé.

D'abord la thématique sur les Normands au sens large, ensuite un bon gros pavé (trois en fait) recensant des mythes et légendes fondatrices ou des histoires soulignant la grande, celle avec un H.

J'aime la forme, ces 3 livres conséquents, ces différentes histoires prises par des auteurs différents, cette organisation géographique qui a du sens justement au regard de l'histoire. Le dessin est plutôt plaisant à mes yeux, il peut parfois manquer de détails paysagers mais il sait rendre la dynamique attendue.

Mais hélas, le fond est par trop laissé de côté. En effet, les différentes histoires/légendes sont trop souvent trop intimistes, mal utilisées ou narrées. Bref on passe à côté de quelque chose de top et c'est vraiment dommage. Je retiens par exemple dans le livre Saxon la première histoire sur le saccage de Lindisfarne où le sort de ce garçonnet mal dans sa peau n'est que trop fade, de celle dans le livre européen de la Peste, intéressante mais trop longue, comme l'est celle dans le livre Islandais sur le mode de construction clanique, pour le coup très intéressante mais trop longue et mal orientée à mes yeux.

Il y avait tellement de matière, entre les pillages de la Brittannia, le commerce sur les zones baltes, le mercenariat bizantin, les découvertes au long cours. Trop de possibilités de faire une oeuvre plus complète et épique à la fois pour accepter ce trop peu dans trois pavés aussi conséquents.

Nom série  12 Heures Plus Tard  posté le 15/11/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je suis totalement passé à côté de ma lecture.

Je ne connaissais pas cet auteur, j'ai pris cette bd à la médiathèque, intrigué tant par l'histoire de zombie, tendance depuis la succès Walking Dead, que par cet auteur inconnu.

L'histoire part plutôt pas mal, de manière assez distanciée avec les classiques du genre. Les personnages sentent le 100% geek et ne me sont donc pas sympathiques au sens que je ne peux me reconnaître en eux. A l'exception du "personnage marrant" ici campé par un sanglier à la libido sans fin, je n'ai pas pris de plaisir à suivre leurs pérégrinations.

Je n'ai pas su lire l'intérêt des explications de l'auteur pour situer son quartier et l'importance qu'il a à ses yeux. Il verse dans une sorte d'autobiographie déguisée.

D'ailleurs l'histoire tourne rapidement en rond et ne mène nulle part. C'est donc plus à une introspection au milieu de zombies que je me suis retrouvé convié. Et ces personnages sont vains à mes yeux.

L'histoire du coma dont on aura une explication dans les dernières planches ne sert à rien sinon à créer une forme de narration qui facilite certaines explications. J'ai donc eu l'impression d'une sorte de fourre-tout sans queue ni tête, dont je n'ai su trouver l'intérêt.

Le dessin, un mix entre BD traditionnelle et manga est assez symptomatique des oeuvres destinées aux ados aujourd'hui. S'il n'est pas mauvais, il renforce l'impression que je ne suis pas du tout dans la cible d'une BD de geek pour les geek.

Nom série  La Piscine de Micheville  posté le 15/11/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le moins agréable de Baru que j'ai lu.

Ici il invite ses souvenirs et sa mélancolie de ses jeunes années semble-t-il, dans la cité ouvrière en Lorraine.

Nous avons le droit à une suite de courts récits à l'image d'un strip. Mais si j'ai adhéré à cette peinture sociale de l'époque, les personnages et les situations m'ont laissé de marbre. Même si j'ai grandi avec ce type d'iconographie (les polards français des 70/80's), on rentre trop dans le souvenir.

Le pire à mes eux, c'est que Baru ne nous présente que des personnages antipathiques, quand ils ne sont pas sans intérêt. Le format ne permet pas de les suivre, du coup on a droit à une assertion sur les soeur Gallus, sur Mémé Bassualdo, le temps d'une boum, d'une sortie piscine...... C'est trop personnel et il y a un mélange de mélancolie mais de distanciation également.

Le dessin spécifique de Baru ne rend pas ici service à ses personnages. Son trait "arrondi" qui sied parfaitement aux adultes quarantenaires plutôt costauds rend obèses quasiment tout le monde ici et du coup, la gironde Marie n'est sexy que dans sa tête. Les personnages ne sont donc gâté ni dans la psychologie, ni dans l'intérêt ni dans le dessin.

Raté pour moi. Dispensable.

Nom série  Fais péter les basses, Bruno !  posté le 15/11/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Histoire plus courte mais néanmoins moins réussie et aboutie que L'autoroute du Sud. Baru, ici, s'éloigne un peu de la Lorraine industrielle mais reprend le concept du livre chorale avec un certain nombre de personnages qui vont se croiser et se retrouver dans une histoire de braquage.

Sauf qu'ici il montre une moins bonne maîtrise pour amener les situations et celles ci sont plus artificielles et moins bien construites. Les réactions des personnages sont incompréhensibles. Les liens entre eux sont moins naturels, leurs interactions parfois incompréhensibles, notamment le personnage de Zinedine qui outre flinguer ses sbires à peine sorti de prison va immédiatement monter un coup avec un papy braqueur (on invite un peu Lino Ventura ici) pour mieux chercher à l'arnaquer le coup à peine fait. C'est pas que c'est impossible, mais ça passe mal. Tout comme la rencontre avec le jeune africain footballeur. Disons que Baru ne s'encombre pas de pincettes pour faire avancer son histoire.

On retrouve le rythme efficace mais c'est plus court donc on essaie de faire encore plus dense et ça passe moins.

Le trait est lui toujours aussi bon. Il cadre bien, permet de suivre efficacement les personnages. Le rythme s'en trouve bien accompagné.

A lire, ça reste bon malgré tout.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque