Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1013 avis et 353 séries (Note moyenne: 3.4)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Phoolan Devi, reine des bandits  posté le 25/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Comme le dit Mac Arthur dans son avis, il est important de se rappeler que cet album est basé sur le journal de Phoolan Devi, et que tout est donc autobiographique (même si les propos sont rapportés par Claire Fauvel). Difficile en effet de croire qu’autant d’horreurs soient arrivées à une seule et même personne, une jeune fille dont la seule erreur fut d’être née à cet endroit (le nord de l’Inde), dans ces conditions (basse caste) et à cette époque (même si on se demande si beaucoup a changé aujourd’hui). La réalisation de l’album a dû être éprouvante par moment, notamment sur les scènes de viols infantiles. L’auteure n’a pas édulcoré les faits. Phoolan Devi est un être humain avec beaucoup de qualités, mais qui fait aussi des choix compliqués, et la ligne entre justice et revanche sauvage est parfois franchie.

Mon seul reproche serait que la fin de la vie de Phoolan (carrière politique, assassinat) ne soit pas vraiment racontée, à part quelques phrases en guise de conclusion. Il aurait été intéressant d’en dire un peu plus, ne serait-ce qu’au travers un mini-documentaire en postface. Bon, rien de grave, et j’imagine qu’il s’agit d’un choix de l’auteure, qui a voulu s’en tenir aux carnets de Phoolan.

Une lecture essentielle !

Nom série  Une île lointaine  posté le 20/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’aime beaucoup les albums de Vianello, grand ami de Pratt, avec qui il partage le goût de l’aventure.

« Une île lointaine » est une histoire maritime certes classique, mais rondement menée et prenante. Le capitaine Drake en verra de toutes les couleurs : magouilles, trahisons, arrestation, évasion… avant de se retrouver naufragé sur une île remplie de cannibales. Mais un geste anodin lors de son évasion viendra changer son destin en fin d’album… bien vu !

Le dessin en noir et blanc est sublime, pas de surprises de ce côté-là.

Un excellent (mais court) moment de lecture.

Nom série  Perceforest  posté le 20/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un album vraiment bluffant.

François Deflandre mélange habillement plusieurs contes (mais surtout la Belle au bois dormant) à une histoire plus moderne. La narration est très onirique, on navigue entre rêve et réalité (un peu à la Lewis Caroll - l’héroïne se nomme d’ailleurs Alice), sans jamais perdre le fil de l’intrigue (ou alors pas pour très longtemps), qui reste relativement cohérente. Le ton est noir, voire glauque par moments, et à ce titre on pense aux contes traditionnels de Grimm et compagnie.

Le dessin est original et sert parfaitement l’histoire. Le style ligne-claire, l’aspect déformé et les couleurs me rappellent un peu les albums d’Andreas (Arq etc.)

J’ai passé un excellent moment de lecture.

Nom série  La Partition de Flintham  posté le 19/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
La première chose qui marque en ouvrant cet album, c’est bien entendu le graphisme. Je conçois tout à fait qu’il ne sera pas du goût de tout le monde. Je n’arrive pas à saisir tous les détails de la technique employée. Il s’agit clairement d’aquarelle, mais retravaillée à l’informatique, au point que certaines cases ressemblent presque à des photographies retouchées. Mais bon sang, que c’est beau. Les planches sont magistrales, notamment la présentation de la campagne du Nottinghamshire, mise en valeur dans les nombreux passages muets contemplatifs. On retrouve des références à des peintres et peintures connus, mais le fait que ces « emprunts » ne soient référencés nul part dans l’album est un peu limite je trouve (je vous laisse comparer la 3eme case de la page 38, et le tableau « Saison d'octobre » de Jules Bastien-Lepage par exemple. Merci Chandre pour l’information).

L’histoire fait très « fable victorienne », dans le genre « Downton Abbey ». Le destin des deux sœurs, déchirées par le testament de leur grand-mère, est touchant au possible. J’ai trouvé le ton très juste, et la fin très belle, avec ce tout dernier sourire. Je note quand même quelques petits soucis de narration par moment, des enchainements un peu brusques, ou des phylactères agencés bizarrement et que j’ai lus dans le désordre (voir page 75, première case par exemple). M’enfin, rien de bien grave au final.

J’ai passé un excellent moment de lecture. L’histoire m’a beaucoup plu, et puis surtout j’adore le style graphique. Je feuillette l’album régulièrement depuis ma lecture, pour admirer les nombreux paysages.

Nom série  Maria et Salazar  posté le 18/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Au travers les souvenirs d’une personne de son entourage, Robin Walter parle de l’immigration portugaise vers la France de manière plus générale. Sur la fin de l’album, il étend même son analyse à l’immigration dans le sens large du terme, chose utile et nécessaire en 2019 sur fond de poussée de nationalisme dans le monde, de Brexit, et de construction de murs entre pays.

L’album alterne des passages « quotidiens » se déroulant dans le présent, des souvenirs de Maria et de sa famille, et des ajouts « encyclopédiques » (et un peu verbeux) venant expliquer le background politique des évènements. Au final, le message est universel et intemporel : partir de chez soi pour une vie meilleure n’est pas un crime. L’immigration est le résultat de difficultés économiques localisées, et déracine et divise souvent des familles, des couples… en tant qu’êtres humains, nous devrions voir ces immigrés pour ce qu’ils sont : des victimes, pas des voyous.

Un ouvrage intéressant, prenant et essentiel.

Nom série  La Vallée du Diable  posté le 11/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cet album fait suite à Le Sentier des Reines, que j’avais adoré. Quel plaisir de retrouver les mêmes personnages dans un contexte historique complètement différent, à savoir la Nouvelle-Calédonie coloniale.

J’ai eu un peu plus de mal à rentrer dans l’histoire (disons une vingtaine de pages), que je trouvais plus austère et sédentaire que les grandes escapades Alpines du tome précédent… et puis elle a fini par m’emporter, et je n’ai plus lâché l’album avant sa conclusion. Le dossier en fin d’ouvrage est toujours aussi intéressant et instructif, et présente la situation historique complexe qui sert de toile de fond à cette aventure.

Le dessin de Anthoby Pastor est toujours aussi beau, et sied parfaitement le ton calédonien pourtant très diffèrent de l’album précèdent.

Un excellent moment de lecture, qui m’a fait découvrir un épisode historique intéressant, en compagnie de personnages attachants et aux personnalités complexes et développées.

Nom série  Séverin Blaireau  posté le 04/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’ai lu cet album avec mes deux fils de 6 et 8 ans, ils ont adoré et on a passé un excellent moment de lecture.

Le personnage de Séverin est adorable, notamment sa résilience face aux caprices du pirate amnésique. Ses idées ingénieuses pour lui rendre la mémoire sont amusantes et font preuve d’une imagination débordante. J’aime le fait que malgré le ton jeunesse, il y a une logique méthodique, presque scientifique dans la démarche de Séverin (même si les résultats laissent souvent à désirer, pour le plus grand plaisir des lecteurs).

Mes enfants ont beaucoup rigolé sur certaines scènes (genre Séverin qui se fait éjecter par la fenêtre du bateau), ou sur certains détails rigolos (la dame qui tousse dans la boutique, les pense-bêtes collés de partout).

Le dessin est maitrisé et rempli de détails, et la mise en couleur superbe. La pleine page avec le bateau est magnifique (voir galerie).

Un excellent album jeunesse.

Nom série  Le Sentier des Reines  posté le 31/01/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Beaucoup d’avis parlent de « trop peu », mais moi, j’ai adoré cette grande épopée très « road movie ».

Je suis tout d’abord tombé amoureux du dessin, sur la couverture, mais aussi à l’intérieur. J’adore les visages des personnages, les grands paysages alpins, et le style hachuré qui renforce bien la dureté des éléments mais aussi de l’époque.

Et j’ai trouvé l’histoire très juste. Au travers ce qui aurait pu être une bête échappée, l’auteur nous révèle un contexte historique passionnant (voir le complément informatif en fin d’album) sur fond d’après-guerre et de féminisme naissant. La situation des femmes est consternante (« c’est bien gentil d’avoir bossé pendant la guerre, merci, mais maintenant il faut repeupler la France mesdames »). Blanca est un personnage fort, implacable, mais qui doute malgré tout, et flanche par moment… je m’y suis beaucoup attaché.

La fin m’a plu, une porte ouverte vers d’autres aventures (voir La Vallée du Diable). Un excellent moment de lecture en ce qui me concerne.

Nom série  Le Voyage de Marcel Grob  posté le 29/01/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cet album traite avec beaucoup de subtilité du sujet des « malgré-nous », terme désignant les Alsaciens et Mosellansa incorporés de force dans l’armée allemande durant la Seconde Guerre Mondiale.

On suit avec horreur les pressions exercées par l’armée allemande sur les jeunes Français et leur famille, puis le trajet de Marcel Grob jusqu’en Italie où il participera à un des pires massacres de civils de cette période sombre de l’histoire.

La réalisation de l’album est parfaite, le ton est très humain, la lecture est fluide et la mise en image pertinente. On « croit » vraiment en ce personnage, on comprend ce qui l’amène à se retrouver dans des situations pourtant incompréhensibles et inexcusables. L’ouvrage se conclut sur un petit topo historique bien utile, quoique un poil indigeste selon moi.

Un chouette album, qui apporte une pierre utile à l’édifice des horreurs de la Seconde Guerre Mondiale, dans le sens où le cas particulier des « malgré -nous » n’est pas souvent traité en BD.

Nom série  Le Journal d'Anne Frank  posté le 14/01/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n’ai jamais lu le journal d’Anne Frank, que je découvre donc en format BD, et je ressors mitigé de ma lecture.

Ce qui m’a finalement le plus surpris, c’est le côté presque anecdotique du contexte historique. Certes, la persécution des juifs est bien présente et racontée, mais la majorité du journal se préoccupe plutôt des soucis adolescents d’Anne, des problèmes relationnels avec les autres occupants de la cache, et de ses désirs amoureux. Ce n’est pas vraiment un reproche, mais disons que ce n’est pas spécialement le genre de sujets qui me passionne.

L’autre (bonne) surprise vient de la maturité de cette jeune femme, surtout sur la fin du récit. Dans la postface les auteurs avouent également leur surprise, et révèlent que cette maturité qui grandit au fil des pages explique les extraits textuels plus présents en fin du récit. Ils se sentaient incapables de retranscrire la prose d’Anne en dessin, c’est dire !

Difficile pour moi de parler de l’adaptation même (n’ayant pas lu le roman), mais je note quand même que le dessin est très inventif, et retranscrit à merveille l’humour cynique de l’adolescente, avec des trouvailles graphiques vraiment bien vues.

Un bon moment de lecture, mais certaines élucubrations adolescentes m’ont paru un peu longues.

Nom série  La Plus Belle Femme du Monde - The Incredible Life of Hedy Lamarr  posté le 04/01/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une biographie fascinante d’une star d’Hollywood victime de sa beauté, si l’on peut dire, à une époque où les femmes étaient encore cantonnées dans des rôles et des vies bien encadrés et définis souvent par… des hommes. A ce titre cet album rappelle un peu le documentaire « Sois belle et tais-toi » de Delphine Seyrig, qui s’intéressait à ce sujet dans le contexte du cinéma français.

Hedy Lamarr est avant tout une actrice glamour, sur écran mais aussi dans la vie (6 mariages quand même). Mais elle est aussi inventrice, passion héritée de son papa… au point de co-inventer un système de communication cryptée pour usage militaire, qui sera complètement ignoré par l’armée américaine. Ces derniers lui conseillent plutôt d’utiliser sa beauté pour rallier la population à la cause guerrière. Ce n’est qu’a posteriori que son invention sera reconnue par plusieurs récompenses, mais aussi utilisée dans certaines technologies modernes dont… le Wifi !

L’album même est parfaitement réalisé, avec William Roy au scénario (voir aussi son excellent De père en FIV chez le même éditeur) et Sylvain Dorange au dessin (voir aussi Sanseverino est Papillon, entre autres). Le medium de la BD est parfaitement mis à profit. La narration est fluide et légère, la mise en image superbe et souvent inventive, comme dans les courts passages cinématographiques par exemple.

Une lecture intéressante et instructive, et un album à recommander !

Nom série  Fêtes Himalayennes : Les derniers Kalash  posté le 02/01/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cet album, publié à l’occasion de l’exposition « Fêtes Himalayennes, les derniers Kalash » présentée au musée des Confluences à Lyon, raconte les multiples séjours de 2 ethnologues et 1 photographe français chez ce peuple méconnu dans les années 70 et 80. Les trois mille derniers Kalash de l'Himalaya tentent de préserver leur culture et leurs traditions ancestrales, menacées par l'islamisation de la société́ et le monde moderne.

On y découvre un peuple simple, souvent illettré, dont la vie est rythmée par les récoltes, l’élevage, et surtout les multiples croyances et célébrations païennes qui ponctuent le calendrier. Il est fascinant d’y retrouver des similarités avec nos célébrations de Noël (les vraies, avant que les chrétiens ne décalent la date de naissance de Jésus pour coïncider avec le solstice d’hiver), la signification originale des cadeaux, de la bouffe, des lumières sur le sapin etc.

A noter que l’adage « c’était mieux avant » montre ici ses limites. On retrouve avec fascination (mais aussi un peu de dégout) des traditions quand même bien arriérées (ségrégations des femmes, considérées impures, sacrifice de pauvres bêtes pour apaiser les dieux, chasses aux sorcières). Nos 3 aventuriers ne jugent pas (ou peu) pour autant, et font de leur mieux pour s’intégrer et apprendre la langue et les traditions indigènes.

La mise en image d’Hubert Maury (auteur de l’excellent Le Pays des Purs, dans un genre similaire et toujours chez La Boîte à Bulles) est exemplaire. Le dessin est maitrisé et lisible, et agrémenté de superbe photographies et dessins fournis par l’équipe originale (Jean-Yves Loude, Viviane Lièvre et Hervé Nègre), un peu dans le style de la référence du genre photo-dessiné : Le Photographe. Les photos sont superbes, souvent en couleurs, et ajoutent vraiment une dimension émotionnelle au récit (je pense notamment aux portraits magnifiques).

Un album fascinant.

Nom série  20 000 lieues sous les mers  posté le 22/11/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’adore certains romans de Verne (« Voyage au centre de la Terre » étant sans doute mon préféré), mais je n’ai jamais réussi à dépasser la moitié de « Vingt mille lieues sous les mers », que je trouve d’une lourdeur encyclopédique effroyable. Un format BD est a priori parfait pour adapter cette aventure… et bien le pari est réussi !

Gary Gianni a fait un travail d’adaptation admirable. Il a eu le courage de couper les longs catalogages de poissons et autres crustacés qui avaient miné ma lecture du roman, et a su conserver l’intrigue, le monde sous-marin fascinant, et les personnages charismatiques, à commencer par Nemo. Certains enchaînements narratifs semblent un peu soudains, mais dans l’ensemble l’histoire se lit bien, malgré des textes parfois un poil trop présents.

La mise en image est magnifique. Le style « hachuré » colle parfaitement à l’histoire, ainsi que les couleurs. Certaines pleines pages sont à tomber par terre. Dommage que de nombreuses cases à l’intérieur du Nautilus soient dépourvues de décors (économie de temps j’imagine).

Mais je chipote. J’ai passé un excellent moment de lecture, et je jubile d’avoir enfin pu lire ce classique jusqu’à son dénouement. Miam !

Nom série  Tempête sur Bangui  posté le 01/10/2015 (dernière MAJ le 21/11/2018) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
(MAJ pour la sortie du tome 2)

Une série remarquable, et une histoire édifiante qui m’a fortement marqué – j’ai mis une bonne demi-heure à me calmer après ma lecture.

La situation politique en Centrafrique est instable depuis un certain temps, mais les choses ont « dérapé » en 2013, avec le renversement du président Bozizé. Didier Kassaï, jeune auteur africain, témoigne dans le premier tome des horreurs qui ont accompagné la transition vers un nouveau gouvernement : exécutions arbitraires, exterminations religieuses, destructions d’églises, humiliations, pillages, que d’horreurs, qui nous sont racontées ici justement, sans trop en faire, mais sans nous épargner non plus. L’auteur fait preuve d’une remarquable maturité, il ne se pose jamais en héros de son histoire, et nous relate les évènements de son mieux.

Le second tome s’intéresse à la période de transition très compliquée, orchestrée par le nouveau chef d'état autoproclamé Djotodia, avec au programmes des conflits inter-religieux terribles, et une intervention française pas forcément très utile.

Comme toujours dans ce genre de « révolution », la situation est compliquée, les différentes factions sont nombreuses, leurs motivations pas toujours claires, les noms et sigles fusent. Heureusement les notes de bas de pages nous permettent de ne pas décrocher. Le texte d’Amnesty en fin de premier tome enfonce le clou et renforce le propos de l’auteur.

La mise en image est exemplaire, les planches fourmillent de détails, et les couleurs retranscrivent parfaitement l’ambiance « locale ». De plus l’auteur trouve encore une fois l’équilibre parfait, il nous dépeint les horreurs commises, mais sans trop en faire, sans verser dans le lugubre (pourtant il y avait de quoi faire !)

Une série fortement recommandable, qui m’a profondément ému.

Nom série  Le Signe de la Lune  posté le 16/11/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Tiens, je ne suis pas le seul à avoir préféré la première partie de ce récit : un conte noir, enfantin, et cruel (surtout sur la fin). Cette première partie aurait fait un chouette one-shot.

La deuxième partie est loin d’être mauvaise, et se déroule plusieurs années après les évènements du premier chapitre. A ce titre, il s’agit vraiment d’une suite, presque d’un tome 2. L’histoire reste belle, mais plus classique, voire un peu convenue. Les personnages sont un peu « clichés », même si je dois avouer que la toute fin a réussi à me toucher.

Cet album fut avant tout pour moi un coup de cœur graphique. La couverture m’a interpellé et un feuilletage rapide m’a convaincu d’investir, sans en savoir plus sur l’histoire. Et de ce côté-là je ne suis pas déçu : j’adore le style, le noir et blanc avec des touches de couleur, et les personnages, que je trouve très beaux.

Un chouette album, un peu plus classique sur la deuxième partie. A conseiller aux amateurs de contes un peu noirs.

PS : ceci est mon 1000ème avis

Nom série  Saveur coco  posté le 16/11/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’adore les albums de Renaud Dillies. Il faut cependant avouer qu’il commençait à se répéter un peu… quel plaisir, donc, de le voir se renouveler, avec une aventure loufoque, presque onirique. Malheureusement je me retrouve plutôt dans l’avis de Pol, et je ressors un peu déçu de ma lecture.

Le dessin reste magnifique, et Renaud se fait vraiment plaisir avec cet univers déjanté, avec un style déformé, et des mises en page vraiment originale. La poésie est toujours de mise, dans le dessin, mais aussi dans les textes, également remplis d’humour.

Mais… je n’ai pas trop accroché à l’histoire. Je l’ai trouvée sympathique, amusante, intrigante… mais pas vraiment passionnante. La faute au côté loufoque (dont je ne suis pas spécialement fan) mais surtout au fait qu’il s’agit plus d’une série d’historiettes vaguement connectées, plutôt que d’une seule histoire longue et cohérente. Du coup je ne me suis pas vraiment pris au jeu.

Une lecture rigolote, mais pas vraiment marquante en ce qui me concerne. Pas mal, sans plus.

Nom série  Antarès  posté le 06/07/2007 (dernière MAJ le 13/07/2018) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je mets mon avis à jour après lecture de l’intégrale de la série, et je baisse ma note d’un point.

Ce troisième cycle des mondes d’Aldébaran nous ressert tout ce qui horripile les détracteurs de Léo : des personnages figés graphiquement parlant, des dialogues relationnels très ados à la limite du supportable, et un manichéisme marqué (les « méchants » sont faciles à repérer, ils sont têtus et froncent des sourcils à longueur de journée).

Quel plaisir, pourtant, de retrouver Kim dans de nouvelles aventures. J’ai adoré les deux 1er cycle, Aldébaran et Bételgeuse (même si ce dernier était un peu trop gnian-gnian par moment), et ce 3ème cycle reprend la même formule, ce qui devrait ravir les fans.

La nouvelle planète est superbe, remplie d’animaux en tous genres et d'une végétation plus délirante que jamais, un vrai plaisir pour les yeux (à condition d’aimer le style un peu particulier de Leo, bien entendu). L’intrigue politico-religieuse est un peu simpliste, mais intéressante et souvent bien vue.

Mais voilà, le dénouement m’a laissé dubitatif. Il parvient au moins à fournir des explications satisfaisantes aux étranges phénomènes rencontrés lors de la lecture du 6 albums… mais j’ai trouvé la toute fin trop grosse, mal amenée et peu réaliste. Du coup j’ai un peu décroché, ce qui m’a laissé un gout amer dans la bouche. Dommage.

Nom série  Le Petit Poucet (Le Hir)  posté le 01/05/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Louis et Jean-Louis Le Hir m’avaient déjà enchanté avec leur adaptation du conte Hänsel et Gretel. Le duo papa-fils remet ça avec cette adaptation du conte de Perrault « Le petit Poucet ».

L’histoire se retrouve transposée à l'époque de Jeanne d'Arc, mais à part ça l’adaptation est relativement fidèle. Le message de fond, la morale du conte, est intacte, et l’histoire intemporelle se lit toujours avec plaisir.

Le dessin ajoute une certaine noirceur à l’ensemble (au sens figuré, mais aussi au sens propre, avec une couleur noire omniprésente sur de nombreuses planches). Certaines pleines pages m’ont vraiment décollé les rétines (je pense notamment à celle du pont en arche).

Un excellent moment de lecture.

Nom série  Paco les mains rouges  posté le 26/04/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je suis d’accord avec les autres avis : l’histoire est tellement bien écrite qu’on a l’impression qu’elle est autobiographique. Fabien Vehlmann est vraiment au sommet de son art, ses personnages sont parfaitement développés, et la narration maitrisée.

L’histoire est prenante, malgré sa lenteur et son coté introspectif (ce qui n’est absolument pas un reproche), et je trouve sa longueur parfaite (bouclée deux tomes). Le cocktail violence/homosexualité/viol/maladies a de quoi choquer, mais j’imagine que tout est vrai et documenté… J’ai adoré la façon dont ces hommes condamnés trouvent un peu d’amour et d’espoir dans cet enfer sur Terre.

Le dessin d’Eric Sagot est très joli, même si j’aurais préféré un peu plus de couleur (choix personnel).

Un chouette diptyque.

Nom série  La Ballade des dangereuses  posté le 24/04/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce bouquin illustre parfaitement le cycle infernal dans lequel se retrouvent coincés de nombreux détenus : un évènement déclencheur (dans le cas présent, un abus physique), les conséquences psychologiques, les moyens palliatifs pour les supporter (alcool, drogues), puis la dépendance, et la nécessité de commettre un crime pour y subvenir financièrement.

On suit donc la (lente) remise dans le droit chemin de Valérie Zézé, au travers le quotidien de sa vie carcérale… rien de bien nouveau si vous avez déjà lu ce genre d’histoire, mais un rappel utile que les prisons ont un rôle à jouer dans la réinsertion des criminels.

Une histoire vraie, donc forcément touchante. Le petit reportage en fin d’album permet de mieux connaitre Valérie Zézé… A découvrir !

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque