Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1025 avis et 356 séries (Note moyenne: 3.4)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Monstress  posté le 15/08/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La dark fantasy n’est pas mon genre de prédilection, mais la flopée d’Eisner Awards obtenus par cette série et ses auteures (7 en deux ans) et le dessin aguicheur m’ont convaincu de franchir le pas. Je ressors mitigé de ma lecture des 3 tomes parus à ce jour.

Le monde mis en place est vaste et passionnant. La galerie de personnages est riche, et certains sont vraiment attachants (je pense notamment à Kippa et Master Ren). Mais bon sang quelle lecture éprouvante. On patauge allègrement, bombardé de noms de protagonistes, factions, territoires, faits historiques, races, alliances, etc... le premier tome est particulièrement dense, et une double lecture accompagnée de quelques recherches sur le web est recommandée.

Et l’aspect graphique n’aide pas. Les planches sont certes magnifiques, mais la lisibilité en prend souvent un coup (personnages féminins clés trop similaires, scènes d’action confuses, enchaînements pas claires). Reste que l’esthétisme est impressionnant, et que chose rare dans le comics, Sana Takeda s’occupe du crayonnage, de l’encrage ET des couleurs.

Encore deux choses qui m’ont dérangé : j’ai trouvé l’héroïne principale antipathique au possible, avec son comportement ado mal lunée irritant au possible, et l’utilisation de nombreux jurons (dans la VO tout du moins) m’a semblé artificielle, et surtout ne colle pas selon moi avec une ambiance fantasy.

J’ai quand même réussi à m’accrocher, grâce notamment aux autres personnages, à l’intrigue il faut le dire prenante, et aux touches d’humour venant apporter un certain répit dans cette noirceur quasi-absolue. La race des chats est quand même sacrément bien vue... est-il sexiste de dire qu’il s’agit peut-être d’une touche féminine du duo d’auteures ?

Je lirai sans doute la suite, mais je vais laisser passer quelques tomes et tout relire depuis le début.

Nom série  La Croisade des Innocents  posté le 24/07/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je ne suis généralement pas friand d’histoires aux thèmes religieux, mais je n’ai pas pu résister aux charmes de cet album.

J’ai trouvé le ton très juste. Le récit se penche bien entendu sur le cas des religions organisées, sur leur hypocrisie et leurs mensonges. Mais l’auteur enrobe tout ça dans une tendresse et une naïveté enfantine qui fait chaud au cœur… d’autant plus que la vie de l’époque est dure, difficile de ne pas avoir de la peine pour nos croisés en culottes courtes. La narration est exemplaire, et si je note que d’autres posteurs se plaignent de certaines longueurs, moi j’ai avalé cet album d’une traite.

Le graphisme élégant et les couleurs grisâtres de Chloé Cruchaudet se marient parfaitement à l’histoire, et renforcent cette impression de pauvreté et de vie « à la dure ».

Un moment de lecture touchant et marquant.

Nom série  De l'autre côté  posté le 22/07/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ce bouquin m’a horrifié et passionné.

Horrifié parce que les horreurs de la guerre y sont montrées sans concession, ce qui rend la lecture éprouvante et traumatisante. Jason Aaron (qui a écrit plus récemment des blockbusters tels que Scalped ou Southern Bastards) n’y est pas allé de main morte. Il mêle réalité et fantasmes/hallucinations (avec ces cadavres morts-vivants, ces passages teintés de fantastique), ce qui retranscrit parfaitement l’état de fatigue constante et de cauchemar éveillé des combattants. A noter que les horreurs sont montrées des deux côtés, exterminations civiles communistes, armes chimiques américaines. Vraiment, quelle triste page de notre Histoire...

J'ai été passionné par cette approche narrative ingénieuse : suivre un combattant de chaque camp, jusqu’à leur rencontre inévitable. On observe deux cultures, deux doctrines, et pour quel résultat ? Je trouve qu’il est particulièrement ingénieux de mélanger les textes des deux protagonistes, au point qu’on se demande parfois qui parle. Cela renforce cette impression de gâchis universel.

La mise en image de Jason Latour est exemplaire, en parfait accord avec l’horreur onirique ambiante.

Il est intéressant de noter que Jason Aaron a puisé son inspiration chez son cousin Gustav Hasford, auteur du roman « The Short-Timers » sur lequel le film « Full Metal Jacket » est basé.

Un coup de cœur, et un coup de poing dans l’estomac.

Nom série  Marqué par le diable  posté le 22/07/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
« Marqué par le diable » est une suite indépendante de l’album Le Chemin du couchant. On y retrouve les mêmes auteurs, le même contexte historique (Le Canada de fin de 19eme siècle), et le même protagoniste principal, le sergent Kenneth Keller. Ce dernier se lance dans une nouvelle aventure remplie d’action, de grands espaces, d’éléments déchainés et de poursuites à cheval.

Mon avis est donc assez similaire. L’histoire est certes convenue, mais bien écrite et prenante. Le contexte historique est toujours intéressant, même s’il est moins présent dans cet opus. Et le dessin de Tisselli est toujours aussi magnifique et dépaysant, avec les mêmes petits soucis de lisibilité par moments.

Un album recommandable aux amateurs du genre.

Nom série  La Carte des jours  posté le 17/07/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’ai beaucoup aimé ce conte onirique qui mélange la réalité et les légendes.

Le début est certes très abstrait, mais les réponses arrivent rapidement, le mystère se dissipe (on reste quand même dans le fantastique un peu mystique), et j’ai beaucoup aimé le dénouement. Le ton est très poétique et empreint d’une certaine nostalgie.

Le dessin de Robert Hunter est épuré et élégant, et les couleurs vives apportent vraiment du cachet aux planches et contribuent grandement à l’ambiance générale de cet album. L’objet même est classieux, comme souvent chez ce petit éditeur britannique.

Une chouette découverte en ce qui me concerne.

Nom série  Face cachée (Toppi)  posté le 01/07/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Il reste encore des albums de Toppi inédits en France, que Mosquito se charge de traduire et publier, pour le plus grand plaisir des fans dont je fais partie !

« Face cachée » est une histoire au ton plus réaliste que les contes de cet auteur (Sharaz-De en tête), et contient tous les éléments qui caractérise Toppi : l’aventure, la nature et les éléments, et la confrontation entre l’homme « moderne » et les tribus primitives… le scenario est assez linéaire, mais rondement mené, et propose un dénouement intéressant et touchant.

Les mots me manquent toujours pour qualifier le dessin de Toppi, bien entendu magnifique, même si sur le coup le manque de couleurs pèse un peu sur l’ambiance tropicale du récit.

Un excellent moment de lecture.

Nom série  Gustave Courbet, une biographie (Le Rendez-vous d'onze heures)  posté le 29/06/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je découvre cet album avec la réédition chez Mosquito, et j’ai passé un excellent moment de lecture.

Le travail biographique est poussé, André Houot s’est clairement documenté (voir les nombreuses notes en bas de pages). Le ton est plutôt didactique, mais la narration est très fluide, et la vie de Gustave Courbet m’a beaucoup intéressé… j’ai d’ailleurs avalé les 72 pages d’une traite. Il faut dire que le dessin fait honneur à l’artiste, il est certes très classique, mais détaillé et maitrisé… j’ai notamment apprécié les nombreuses vues du Paris de l’époque.

Un album recommandable, qui m’a fait découvrir la vie et le travail d’un peintre dont je ne connaissais que le nom.

Nom série  Codine  posté le 25/06/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
L’histoire de cette BD est inspirée de la jeunesse de l’auteur du roman dont elle est tirée. Il s’agit d’une amitié improbable entre un gros dur et un enfant bien élevé, en Roumanie du début du 20eme siècle… et contrairement à Ro, j’ai trouvé la relation bien amenée, j’y ai vraiment cru.

Le ton est très misérable, le quotidien des protagonistes est fait de violence, alcool, bagarres, maladies, travail éreintant… la prose et les dialogues sont néanmoins remplis de poésie, et le sentiment d’amitié fort et inconditionnel entre Adrien et Codine fait vraiment chaud au cœur.

L’adaptation roman/BD est selon moi parfaite. Il n’y a aucun longueur textuelle (problème souvent constaté avec ce genre d’exercice), et la mise en image est en parfaite adéquation avec l’ambiance suscitée.

Un excellent moment de lecture.

Nom série  Chroniques de l'île perdue  posté le 24/06/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai beaucoup apprécié cet album, dont la thématique m’a beaucoup touché (ayant moi-même un frère plus jeune, mais aussi deux fils). L’auteur traite des marques indélébiles que peuvent laisser certaines expériences lors de notre petite enfance, notamment les « boutades » du grand frère.

Le traitement très onirique et rempli de symbolisme est assez difficile d’accès, et je dois avouer mal imaginer mes garçons de 7 et 9 ans lire cet album seuls, sans aide… mais une lecture accompagnée est peut-être ce que recherchait l’auteur ? Reste que j’ai moi-même eu du mal à suivre tous les méandres scénaristiques, surtout sur la fin. Je note que les autres posteurs ont aussi relevé ce petit souci.

La mise en image d’Anne Montel est vraiment sublime. Le trait est précis et fourmille de petits détails rigolos, et les couleurs aquarelles lumineuses apportent un esthétisme indéniable aux planches. Et puis alors, cette couverture, miam !

Un chouette moment de lecture, mais parfois éprouvant, surtout sur la fin.

Nom série  A travers  posté le 19/06/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’ai adoré le concept de cet album. L’histoire est certes banale, on découvre la vie d’un homme né en Alaska, de sa naissance jusqu’à sa mort : souvenirs d’enfances, université, travail, mariage, divorce etc. Pourtant certains passages ont réussi à me toucher par leur poésie et leur justesse, malgré le minimalisme de la narration mais aussi du graphisme.

Et on tient là LA grosse originalité de cet album : en le feuilletant, on a plus l’impression d’avoir affaire à un recueil d’illustrations plutôt qu’une histoire traditionnelle… et pourtant. Chaque double page contient deux illustrations relativement petites, représentant un moment clé de la vie du protagoniste. La page de gauche montre une vue à la 3eme personne, alors que celle de droite, une vue à la 1ere personne (donc ce que le personnage voit lui à ce moment-là – voir la galerie pour des exemples). Cette trouvaille narrative fonctionne parfaitement, et ajoute une dimension vraiment intéressante au récit.

Je conclus sur le graphisme, que je trouve magnifique et élégant, dans un style très épuré.

Un chouette moment de lecture, et un coup de cœur en ce qui me concerne.

Nom série  Kérosène  posté le 10/06/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Alain Bujak et Piero Macola avaient déjà collaboré sur l’album Le Tirailleur, que j’avais beaucoup apprécié, et qui parlait déjà d’injustice sur le territoire français. Ils reviennent à la charge avec « Kérosène », reportage BD/photographique sur le Camp du Rond, camp manouche situé près de Mont-de-Marsan.

L’ancienne équipe municipale a revendu le terrain sur lequel se trouve le camp à l’armée, et la nouvelle mairie décide de reloger les familles dans des nouvelles habitations modernes et confortables… une aubaine après avoir vécu pendant des années dans des conditions pour le moins insalubres… mais qu’en pensent les intéressés ? Et bien ils sont mitigés, partagés entre leurs traditions nomades et des valeurs plus modernes, ils se sentent exclus et déracinés… les mettre dans des maisons, certes, mais que vont en penser leurs nouveaux voisins ? Et quid de l’accès à l’éducation, au travail ? Le ton est très juste, très neutre, les différents témoignages nous en apprennent beaucoup sur cette population souvent incomprise.

Le dessin magnifique de Piero Macola est cette fois estampillé de superbes photographies du camp et de ses habitants, ce qui humanise vraiment le récit.

A noter qu’Amnesty International soutient cet album, au travers un logo sur la quatrième de couverture et une courte postface. Un documentaire passionnant, traitant d’un sujet très proche de chez nous géographiquement, et très actuel (l’intégration des « roms »).

Nom série  Gilets de sauvetage  posté le 05/06/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Alain Glykos nous raconte son séjour en Grèce, et plus précisément sur l’ile de Chio, située à quelques kilomètres à peine de la côte turc, d’où arrivent quotidiennement de nombreux réfugiés sur des embarcations improvisées. On « voit » donc la crise actuelle qui déstabilise l’Europe et divise les opinions (à l’heure où j’écris ces lignes, l’extrême droite en France vient de remporter un succès cinglant dans les élections Européennes).

L’auteur a choisi (judicieusement) d’inclure quelques photos dans ses planches, ce qui rajoute selon moi de la force à son propos (je vous ai mis des exemples dans la galerie). Il parle de ce qu’il voit, mais aussi de son histoire personnelle (son père est un immigré grec, chassé de Smyrne face au retour des turcs en 1922) et de la situation politique et économique actuelle de la Grèce. Il laisse aussi la parole à de nombreux habitants, ainsi qu’à certains migrants cloitrés dans un camp improvisé.

Une histoire très humaine, bien racontée et parfaitement mise en image, à recommander si le thème vous intéresse. A noter que les deux auteurs avaient déjà collaboré sur Manolis, chez le même éditeur.

Nom série  Phoolan Devi, reine des bandits  posté le 25/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Comme le dit Mac Arthur dans son avis, il est important de se rappeler que cet album est basé sur le journal de Phoolan Devi, et que tout est donc autobiographique (même si les propos sont rapportés par Claire Fauvel). Difficile en effet de croire qu’autant d’horreurs soient arrivées à une seule et même personne, une jeune fille dont la seule erreur fut d’être née à cet endroit (le nord de l’Inde), dans ces conditions (basse caste) et à cette époque (même si on se demande si beaucoup a changé aujourd’hui). La réalisation de l’album a dû être éprouvante par moment, notamment sur les scènes de viols infantiles. L’auteure n’a pas édulcoré les faits. Phoolan Devi est un être humain avec beaucoup de qualités, mais qui fait aussi des choix compliqués, et la ligne entre justice et revanche sauvage est parfois franchie.

Mon seul reproche serait que la fin de la vie de Phoolan (carrière politique, assassinat) ne soit pas vraiment racontée, à part quelques phrases en guise de conclusion. Il aurait été intéressant d’en dire un peu plus, ne serait-ce qu’au travers un mini-documentaire en postface. Bon, rien de grave, et j’imagine qu’il s’agit d’un choix de l’auteure, qui a voulu s’en tenir aux carnets de Phoolan.

Une lecture essentielle !

Nom série  Une île lointaine  posté le 20/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’aime beaucoup les albums de Vianello, grand ami de Pratt, avec qui il partage le goût de l’aventure.

« Une île lointaine » est une histoire maritime certes classique, mais rondement menée et prenante. Le capitaine Drake en verra de toutes les couleurs : magouilles, trahisons, arrestation, évasion… avant de se retrouver naufragé sur une île remplie de cannibales. Mais un geste anodin lors de son évasion viendra changer son destin en fin d’album… bien vu !

Le dessin en noir et blanc est sublime, pas de surprises de ce côté-là.

Un excellent (mais court) moment de lecture.

Nom série  Perceforest  posté le 20/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un album vraiment bluffant.

François Deflandre mélange habillement plusieurs contes (mais surtout la Belle au bois dormant) à une histoire plus moderne. La narration est très onirique, on navigue entre rêve et réalité (un peu à la Lewis Caroll - l’héroïne se nomme d’ailleurs Alice), sans jamais perdre le fil de l’intrigue (ou alors pas pour très longtemps), qui reste relativement cohérente. Le ton est noir, voire glauque par moments, et à ce titre on pense aux contes traditionnels de Grimm et compagnie.

Le dessin est original et sert parfaitement l’histoire. Le style ligne-claire, l’aspect déformé et les couleurs me rappellent un peu les albums d’Andreas (Arq etc.)

J’ai passé un excellent moment de lecture.

Nom série  La Partition de Flintham  posté le 19/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
La première chose qui marque en ouvrant cet album, c’est bien entendu le graphisme. Je conçois tout à fait qu’il ne sera pas du goût de tout le monde. Je n’arrive pas à saisir tous les détails de la technique employée. Il s’agit clairement d’aquarelle, mais retravaillée à l’informatique, au point que certaines cases ressemblent presque à des photographies retouchées. Mais bon sang, que c’est beau. Les planches sont magistrales, notamment la présentation de la campagne du Nottinghamshire, mise en valeur dans les nombreux passages muets contemplatifs. On retrouve des références à des peintres et peintures connus, mais le fait que ces « emprunts » ne soient référencés nul part dans l’album est un peu limite je trouve (je vous laisse comparer la 3eme case de la page 38, et le tableau « Saison d'octobre » de Jules Bastien-Lepage par exemple. Merci Chandre pour l’information).

L’histoire fait très « fable victorienne », dans le genre « Downton Abbey ». Le destin des deux sœurs, déchirées par le testament de leur grand-mère, est touchant au possible. J’ai trouvé le ton très juste, et la fin très belle, avec ce tout dernier sourire. Je note quand même quelques petits soucis de narration par moment, des enchainements un peu brusques, ou des phylactères agencés bizarrement et que j’ai lus dans le désordre (voir page 75, première case par exemple). M’enfin, rien de bien grave au final.

J’ai passé un excellent moment de lecture. L’histoire m’a beaucoup plu, et puis surtout j’adore le style graphique. Je feuillette l’album régulièrement depuis ma lecture, pour admirer les nombreux paysages.

Nom série  Maria et Salazar  posté le 18/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Au travers les souvenirs d’une personne de son entourage, Robin Walter parle de l’immigration portugaise vers la France de manière plus générale. Sur la fin de l’album, il étend même son analyse à l’immigration dans le sens large du terme, chose utile et nécessaire en 2019 sur fond de poussée de nationalisme dans le monde, de Brexit, et de construction de murs entre pays.

L’album alterne des passages « quotidiens » se déroulant dans le présent, des souvenirs de Maria et de sa famille, et des ajouts « encyclopédiques » (et un peu verbeux) venant expliquer le background politique des évènements. Au final, le message est universel et intemporel : partir de chez soi pour une vie meilleure n’est pas un crime. L’immigration est le résultat de difficultés économiques localisées, et déracine et divise souvent des familles, des couples… en tant qu’êtres humains, nous devrions voir ces immigrés pour ce qu’ils sont : des victimes, pas des voyous.

Un ouvrage intéressant, prenant et essentiel.

Nom série  La Vallée du Diable  posté le 11/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cet album fait suite à Le Sentier des Reines, que j’avais adoré. Quel plaisir de retrouver les mêmes personnages dans un contexte historique complètement différent, à savoir la Nouvelle-Calédonie coloniale.

J’ai eu un peu plus de mal à rentrer dans l’histoire (disons une vingtaine de pages), que je trouvais plus austère et sédentaire que les grandes escapades Alpines du tome précédent… et puis elle a fini par m’emporter, et je n’ai plus lâché l’album avant sa conclusion. Le dossier en fin d’ouvrage est toujours aussi intéressant et instructif, et présente la situation historique complexe qui sert de toile de fond à cette aventure.

Le dessin de Anthoby Pastor est toujours aussi beau, et sied parfaitement le ton calédonien pourtant très diffèrent de l’album précèdent.

Un excellent moment de lecture, qui m’a fait découvrir un épisode historique intéressant, en compagnie de personnages attachants et aux personnalités complexes et développées.

Nom série  Séverin Blaireau  posté le 04/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’ai lu cet album avec mes deux fils de 6 et 8 ans, ils ont adoré et on a passé un excellent moment de lecture.

Le personnage de Séverin est adorable, notamment sa résilience face aux caprices du pirate amnésique. Ses idées ingénieuses pour lui rendre la mémoire sont amusantes et font preuve d’une imagination débordante. J’aime le fait que malgré le ton jeunesse, il y a une logique méthodique, presque scientifique dans la démarche de Séverin (même si les résultats laissent souvent à désirer, pour le plus grand plaisir des lecteurs).

Mes enfants ont beaucoup rigolé sur certaines scènes (genre Séverin qui se fait éjecter par la fenêtre du bateau), ou sur certains détails rigolos (la dame qui tousse dans la boutique, les pense-bêtes collés de partout).

Le dessin est maitrisé et rempli de détails, et la mise en couleur superbe. La pleine page avec le bateau est magnifique (voir galerie).

Un excellent album jeunesse.

Nom série  Le Sentier des Reines  posté le 31/01/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Beaucoup d’avis parlent de « trop peu », mais moi, j’ai adoré cette grande épopée très « road movie ».

Je suis tout d’abord tombé amoureux du dessin, sur la couverture, mais aussi à l’intérieur. J’adore les visages des personnages, les grands paysages alpins, et le style hachuré qui renforce bien la dureté des éléments mais aussi de l’époque.

Et j’ai trouvé l’histoire très juste. Au travers ce qui aurait pu être une bête échappée, l’auteur nous révèle un contexte historique passionnant (voir le complément informatif en fin d’album) sur fond d’après-guerre et de féminisme naissant. La situation des femmes est consternante (« c’est bien gentil d’avoir bossé pendant la guerre, merci, mais maintenant il faut repeupler la France mesdames »). Blanca est un personnage fort, implacable, mais qui doute malgré tout, et flanche par moment… je m’y suis beaucoup attaché.

La fin m’a plu, une porte ouverte vers d’autres aventures (voir La Vallée du Diable). Un excellent moment de lecture en ce qui me concerne.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 52 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque