Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD
Le Bleu est une couleur chaude Fiche série - Histoire - Série - Galerie - Les Avis (23) Découvrez les immanquables du même genre  Discuter de cette série sur le forum  Les gens qui ont aimé cette série ont aussi aimé…  Afficher cette série dans la liste du menu  Editer cette série 
Cliquez pour lire les avis 1 étoile(s).
(1)
Cliquez pour lire les avis 2 étoile(s).
(0)
Cliquez pour lire les avis 3 étoile(s).
(7)
Cliquez pour lire les avis 4 étoile(s).
(10)
Cliquez pour lire les avis 5 étoile(s).
(5)
Nombre d'avis23
Note moyenne3.78 / 5
Pour l'achat82%

Commandez cette série sur Amazon France, la livraison est gratuite !
Commandez la BD Le Bleu est une couleur chaude sur bdfugue.com ! Achetez cette BD en ligne sur Priceminister.com

Avis posté par pierig Infos posteur le 29/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Qui n’a pas entendu parler de cette bd ?
Personne sur BDT j’imagine. Pourtant, je ne l’avais jamais lue jusqu’à maintenant.

Je suis content qu’on m’ait donné l’occasion de le faire car la lecture en vaut la peine. J’ai toutefois un peu de mal avec le graphisme mêlant une pointe de semi-réalisme avec des tonalités inspirées du manga (expression du regard), le tout rehaussé par un trait esquissant quelques maladresses. C’est sans doute aussi ce qui fait son charme et en est la raison de son succès.

L’histoire, quant à elle, n’est pas joyeuse même s’il y est question d’amour entre deux êtres. Il ne s’agit pourtant pas d’un amour impossible, mais plutôt de sentiments complexes et compliqués. Il y est question de la découverte de soi, de l’acceptation de ce que l’on est et ressent avant de pouvoir s’épanouir et profiter pleinement de la vie. Mais les barrières sont nombreuses (aaaah, le regard d’autrui) et, finalement, Clémentine n’atteindra pas cet idéal. C’est quand même une vision pessimiste qui verse un peu dans le mélo. C’est un choix assumé de l’auteur même si j’aurais préféré plus de nuances.

Voilà, un sujet d’actualité traité sans fard mais avec un brin de noirceur.

Avis posté par Noirdésir Infos posteur le 24/04/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je n’ai pas vu le film adapté de cet album – même si je n’ai pas échappé au battage médiatique dont il a fait l’objet. Je ne sais donc pas si l’adaptation est fidèle.

Par contre, pour revenir à cet album, je dois dire qu’il est vraiment bien fichu, prenant, qu’on y entre facilement pour ne plus lâcher l’histoire, relativement vite lue malgré l’importante pagination (beaucoup de cases muettes, et peu de dialogues).

L’essentiel de l’histoire est un long flash-back, nous savons que l’héroïne vient de mourir, son amie prend connaissance de ses carnets intimes, et c’est donc au style indirect que nous est narrée cette histoire d’amour qui aurait pu être banale.

La narration justement est sensible, ne donne pas dans le pathos ni le simplisme qui aurait pu menacer un tel sujet. Les histoires d’amour finissent mal, en général, dit-on. Ici, elle n’a pas vraiment de fin, et c’est plutôt le début qui est difficile.

Il faut dire – et les excités de la « Manif pour tous » l’ont hurlé récemment dans tous les médias – que l’homosexualité n’est pas encore acceptée par une certaine frange de l’opinion. Et qu’il est parfois difficile de vouloir aimer au grand jour, lorsque le hasard a fait que cette personne aimée est du même sexe que soi.

Cet album est une belle réussite, avec une histoire qui prend le temps de s’attarder sur les frémissements, l’éveil à l’amour et à l’extériorisation des sentiments. C’est aussi une belle réussite graphique, avec un dessin qui rend la lecture fluide, avec ce bleu, qui matérialise certains battements du cœur de Clémentine.

Album à découvrir !

Avis posté par Sloane Infos posteur le 07/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Que les choses soient dites de manière ordonnée.

Vu mon "grand âge", il est évident que pour cette BD je ne suis pas dans la cible. Nonobstant ce point, il n'empêche que je peux apprécier ou non un scénario ou un style de dessin. Autre détail qui a sans doute son importance, je n'ai pas vu le film. A cela deux raisons qui peuvent paraître négligeables mais qui pour un grand fan de cinoche comme moi ont quand même un peu de sens.

Bien qu'ayant obtenu une palme d'or à Cannes (ce qui n'est en rien un gage de chef d’œuvre), je ne me suis pas déplacé dans les salles tant le battage médiatique me disant que j'allais voir un truc unique m'a tout de même un peu gonflé (Méfiance, méfiance !). Deuxième point, et bien que n'étant pas dans le secret des dieux, je trouve la démarche un brin cavalière de la part de Mr Kechiche de n'avoir fait aucune allusion ni aucun hommage à sa source principale, à savoir Mme Maroh.

Sur 20 avis, 6 sont moyennement conquis par cet album, et là je ne vais pas aller dans le sens du vent. Commençons par le dessin. Il est joli mais je n'irais pas jusqu'à dire qu'il est transcendant. Le côté pastel de l'ensemble est plutôt bien foutu mais certaines proportions corporelles et au niveau des visages pourraient être affiner. Je pinaille me direz-vous, vous avez raison et vous aurez donc compris que ma note n'est pas liée au dessin qui est très convenable vis à vis de cette histoire.

Revenons donc au fond, comme je l'ai dit plus haut mon âge est évidement une raison qui font que je suis en empathie, en vibration ou pas avec une histoire. Je suis un homme et donc fort loin des premiers émois amoureux d'une jeune fille en recherche de l'amour et finalement en découverte de l'homosexualité féminine. Cependant, ne jugeant pas être un total has-been ou ringard ou totalement à côté de la plaque (j'ai une fille de l'âge de l'héroïne), qui plus est, ayant fait quelques lectures, je ne peux m'empêcher de trouver tout cela fort convenu.

Le père est un gros nul, la mère découvrant l’homosexualité de sa fille n'est pas mieux, les potes de classe sortent tout droit d'un collège des années 50 et la copine d'Emma au look "camionneuse" juste comme il faut. Certes, certains garçons ou filles ont dû vivre de tel moments voire pire lorsqu'ils ont dû dire ou été découverts de manière fortuite dans leur homosexualité, il n'empêche qu'ici ces sortes de poncifs m'ont gâché le plaisir de lecture. Peut-être m'attendais-je à quelque chose de plus subtil, peut-être n'ai je pas su ressentir cette subtilité que d'autres y ont vu.

Quoiqu'il en soit, je reconnais à cette BD le fait qu'elle parle d'un sujet encore fort tabou dans notre société, et en cela elle ne peut qu'aider les garçons ou filles à cheminer et peut-être a pouvoir affirmer leurs "différences". A faire lire assurément, juste avec le recul nécessaire pour se dire que chaque histoire est unique et aussi mérite d'être vécue.

Avis posté par Le Grand A Infos posteur le 01/01/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Comme beaucoup d’avis ici, je pense qu’on tient là un immanquable du roman graphique. Le film m’avait bouleversé, j’ai donc eu envie de lire la bande dessinée de Julie Maroh pour voir si l’adaptation était fidèle à l’œuvre originelle, et mon cœur d’artichaut a cédé encore une fois.

J’avais trouvé la fin du film cruelle et en points de suspensions comme si une suite à venir était possible, mais la BD n’en laisse pas la place puisqu’on apprend dès le début que Clémentine (Adèle) décède à la fin. En cela je trouve la BD infiniment plus triste que le film. Abdellatif Kechiche a pris une grande liberté dans son adaptation mais les deux scénarios sont plutôt similaires. Une histoire d’amour, des balbutiements de l’adolescence au grand amour passionné, on ne peut que réagir positivement face à une telle histoire.

Le dessin est superbe également, tout en crayonné et rondeur et souvent juste dans le réalisme des expressions faciales. Le choix des couleurs est très judicieux comme de raconter le passé de Clémentine avec des tons sépia, puis d'ajouter plus de variances au fur et à mesure que le récit progresse et s’ancre dans le présent. Et le bleu des cheveux d’Emma reste la couleur dominante, distillée à droite à gauche.

C’est aussi un bien bel objet avec sa couverture souple et plastifiée. Plus de 150 pages de lecture dont on ne décroche toujours pas même parvenu à la toute dernière planche.

Avis posté par Michelmichel Infos posteur le 12/11/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une lecture très agréable, et, malgré un nombre de pages assez conséquent, j'ai réussi à tout engloutir en une nuit.

J'ai suivi avec intérêt les aventures sentimentales de notre petite Clémentine, qui est vraiment touchante, et on ne peut que ressentir de la compassion pour cette petite ado qui découvre que sa sexualité n'est pas "normale"...Cette homosexualité qui lui tombe dessus, sans qu'elle l'ait choisie, sans qu'elle comprenne pourquoi.
En dépit de ses efforts pour essayer d'être hétéro "comme tout le monde'', elle devra se rendre à l'évidence et suivre sa nature, au gré des moqueries et du rejet de ses camarades lycéens.

Non, vraiment, on ne sort pas de cette lecture indemne...

De plus, l'histoire se déroule dans ma région natale, plus précisément dans la ville de Lille que j'adore. On a de multiples indices à ce sujet là: Logo de Transpole sur un bus, tout au début, Transpole étant la société transport en commun de l'agglomération lilloise, Logo du métro lillois au niveau des bouches de métro; on sait par ailleurs que le petit ami de Clémentine fait ses études à Lille; on reconnait bien la grand place de Lille, et le style architectural des rues de la vieille ville.

J'ai tout de même quelques reproches à formuler:
Tout d'abord l'inconstance du dessin, qui reste globalement de très bonne facture. J'ai beaucoup apprécié ce crayonné noir et blanc avec son effet brouillon, et par moments les touches de bleu en aquarelle.
Malheureusement, ce dessin souffre parfois d'irrégularités avec quelques ratés dans les proportions (le médecin à la fin par exemple, qui a une stature bizarre), et certaines expressions qui rendent notamment Emma tantôt jolie, tantôt laide...ce qui n'est pas impossible dans la réalité mais sur 2 cases à la suite, ça fait bizarre.

Enfin, la mort de Clémentine est assez abrupte, comme s'il fallait vite clore l'histoire. (Je spoile pas, on apprend qu'elle meurt dès les premières pages!).
De plus, cette mort est assez peu crédible d'un point de vue médical: l'HTAP médicamenteuse existe, mais il parait tout de même peu probable qu'elle en meure aussi vite...

Au final, un beau roman graphique, touchant, à découvrir.
(264)

Avis posté par Superjé Infos posteur le 14/09/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Depuis sa sortie, je voulais lire ce roman graphique sur une histoire d'amour passionnelle (qui plus est, homosexuelle, même si je m'en veux un peu de le préciser, puisque je considère que c'est une forme de ségrégation , surtout que moi-même je l'ai juste lue comme une histoire d'amour, le côté homosexualité apporte juste au récit des enjeux d'acceptation de soi-même, ou dans la société).

Je trouve que le récit met pas mal de temps à se mettre en place. On remonte aux premières relations sentimentales adolescentes de la protagoniste, même si j'ai trouvé la phase "questionnement" intéressante. Par la suite, et même si de temps en temps, il y a quelques temps morts ou le récit est moins passionnant, j'ai trouvé que suivre l'ensemble de cette relation passionnée mais compliquée fut très touchant. Et bien sûr, vers la fin, avec ce crescendo dramatique, l'émotion fut à son apogée (avec les larmes qui montent aux yeux).
Alors il est vrai que, je ne trouve pas le récit exempt de clichés et autres maladresses (notamment dans les scènes avec les parents de la protagoniste), mais dans l'ensemble, les scènes poignantes et intéressantes/instructives l'emportent sur ces petits défauts.

Le dessin est loin d'être laid, le jeu sur la couleur aquarelle qu'est le bleu est intéressant, mais je trouve que, si, dans l'ensemble, le style de cette BD me plait, il est quand même encore trop immature, avec pas mal de petits défauts et ratés au grès des planches... C'est dommage, mais nulle doute que Julie Maroh s'améliora lors de ses prochaines productions.

Une lecture poignante...

Avis posté par dut Infos posteur le 17/06/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Alors je fais partie des lecteurs qui ont, ou qui vont découvrir cette BD grâce à la palme d'or obtenue à Cannes pour l'adaptation ciné, "La vie d'Adèle" et franchement je suis content car j'ai découvert une superbe BD !

Je m'arrête d'abord sur le dessin que j'ai trouvé magnifique, il y a un coté très Yslaire, très Sambre et vraiment j'adore, sauf qu'ici c'est le bleu qui est mis en avant, pas le rouge. Cette couleur est d’ailleurs très bien utilisé, du bon boulot et une belle maturité graphique pour cette jeune auteur !

Mais concernant l'histoire de Clémentine, j'ai vraiment été touché par la justesse et la sensibilité de cet album. Alors certes l'utilisation du journal intime à titre posthume, ça rend les choses tout de suite plus sérieuses, mais c'est bien fichu et pas larmoyant.

Le déroulement de l'histoire est aussi bien maîtrisé, on suit l'évolution d'une Clémentine, adolescente qui se cherche, qui évolue petit à petit au fil de l'album qui finalement s'accepte et accepte son homosexualité, et c'est cette évolution qui m'a plu, car étant très bien racontée, elle est vraiment crédible, et je me pose vraiment la question s'il n'y a pas un peu (beaucoup ?) de vécu dans cet album... (mais en fait, peu importe !)

Une histoire pleine de sensibilité, que je conseillerai volontiers !

Avis posté par Erik Infos posteur le 24/02/2013 (dernière MAJ le 27/05/2013) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
C'est incroyable que je sois passé à côté de ce roman graphique malgré toutes les bonnes critiques. Je pense qu'il s'agit d'un incontournable qui est presque passé inaperçu. J'ai été véritablement séduit par cette histoire d'amour qui traverse tous les préjugés. Cela a l'air tellement personnel qu'on se demande si l'auteure serait bien Emma.

J'ai rarement lu une bd aussi bien réalisée tout en douceur, en harmonie et avec une telle sensibilité jusque dans le graphisme. J'avais peur du bleu notamment du bleu marine, de cet océan où l'on peut se noyer. Cependant, le bleu est également une couleur chaude qui prend tout ce sens en lisant cette magnifique œuvre. J'ai eu la gorge nouée à la fin de cet album.

L'amour qu'elles ont éveillé a permis de continuer le chemin, et sans doute de faire comprendre à la société qu'on devait légaliser le mariage gay. C'est une grosse avancée sociale qui se justifie pleinement. Cette œuvre prend une autre dimension dans ce débat.

L'utilisation de la couleur bleue tout au long de l'album est franchement ingénieuse. Et pour un premier album, c'est un coup de maître ! Le talent à l'état pur, oui cela existe. Je suis heureux d'avoir découvert ce one-shot puissant et tendre à la fois. Note maximale car un sans faute !

Petit ajout :
Voilà que je vois que mon dernier 5 étoiles a été repris par un film qui s’est vu décerné la palme d’or lors du Festival de Cannes 2013 par mon réalisateur préféré qui était président du jury à savoir Steven Spielberg. Je me disais bien qu’il y avait de la matière pour un faire un très bon film. C’est un pied de nez magistral à ceux qui manifestent actuellement contre une loi qui donne des droits aux couples de personnes de même sexe qui s’aiment. J’en suis heureux car cela va faire parler de cette bd qui était passée un peu inaperçu et que j’ai découvert récemment par hasard. Pour ma part, cela faisait des années que je n’avais plus qualifié une œuvre culte. Pour une fois, j’ai eu du flair. Et je ne suis pas visiblement le seul. Le film aurait fait l’unanimité. Il convient maintenant de faire découvrir la bd.

Note Dessin: 4.5/5 - Note scénario: 4.5/5 - Note Globale: 4.5/5




Avis posté par Jérem Infos posteur le 30/06/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Quel beau coup de crayon !
J’ai bien apprécié le style graphique en dépit de quelques petites maladresses.
Faire un album sur le thème de l’homosexualité féminine est à la fois audacieux et salutaire car le sujet brille par son absence dans la BD franco-belge. Encore un bon point !

Par contre, si l’histoire et la narration sont agréables, le ton un peu mièvre et surtout la fin beaucoup trop mélodramatique ont un peu entamé mon enthousiaste.
L’auteure a succombé à la tentation de faire de son personnage principale une héroïne de tragédie. Du coup, je trouve que le caractère réaliste de l’histoire s’en trouve décrédibilisé.

Un beau premier album et une auteure à suivre.

Avis posté par gruizzli Infos posteur le 30/04/2011 (dernière MAJ le 20/05/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Petite réécriture de cet avis pour essayer de le rendre plus objectif :

Alors allons droit au but : cette BD ne mérite pas un 5/5. Non, Messieurs-Dames !

Et pour cause : la BD contient tout de même une histoire "bateau" qui à le mérite d'explorer un territoire assez peu connu de l'univers de la bande-dessinée (de ce que j'ai pu lire) : l'homosexualité féminine. Dans un cadre strictement réaliste.

Certes, cette originalité est méritante, et l'auteure arrive à en tirer quelque chose de franchement bien. On a un récit qui ne tombe pas dans la dramatisation, ni dans la dénonciation pure, simple et gratuite. C'est un récit sensible, qui se concentre à la fois sur les difficultés que connait le personnage avec elle-même, mais aussi avec son entourage. De ce côté là, le récit est franchement très bien fait.

Mais d'un autre, il reste tout de même dans des bases classiques : la trame est très linéaire, on a le dénouement tragique "classique" d'un drame, les ingrédients habituels (la perte de confiance, les retrouvailles ...), quelques clichés peut-être un peu maladroit (le meilleur ami gay, l'homophobe/le tolérant ....) mais qui ne sont pas du tout un frein à la lecture.


Mais alors, me direz-vous, pourquoi une note maximale ?

Et bien parce que j'ai été charmé par cette BD. Qu'elle m'a ensorcelé jusque dans mon cœur.

Les raisons sont diverses : mon attachement à cette cause, le dessin qui me parle totalement (je suis devenu un fan inconditionnel de l'auteure, chaque case est pour moi un ravissement total), l'histoire qui m'a touché, et surtout l'ensemble de l'émotion qui se dégage de l’œuvre et qui m'a touché au point de me chambouler ma vie (l'expression n'est pas désuète).

Donc OUI, cette BD à des défauts, OUI, elle n'est pas parfaite, OUI, on peut ne pas aimer, mais je trouve que pour une première, l'auteure à fait un gros carton.


Et puis, cette BD est importante pour moi !
Depuis cette lecture, je suis tombé dans le monde de la bande dessinée. Ce fut mon entrée dans ce monde dans lequel je me plonge avec délice le plus souvent possible.

Et rien que pour cela, je ne remercierais jamais assez l'auteure. Merci Djou !!!

5/5 totalement subjectif, c'est un petit chouchou de ma bibliothèque.

Avis posté par Tomeke Infos posteur le 28/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ce one-shot est pour ma part une excellente découverte. Je connaissais au préalable le sujet traité et je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Je ressors ému et satisfait de cette magnifique lecture.

Il y a dans cet album une très belle sensibilité et une sincérité émotionnelle qui m’ont conquis. Personnellement, je n’ai pas trouvé que le récit débordait de bons sentiments ou de clichés maladroits. J’ai vraiment ressenti le travail de l’auteur sur l’introspection de Clémentine et la découverte de soi. Adolescente - par définition en plein questionnement - elle découvre au fur et à mesure son identité sexuelle, les difficultés à l’accepter et, par la suite, les plaisirs mais aussi les douleurs liées à cet état de fait.

Le rythme du récit est doux et harmonieux. Cette histoire d’amour est prenante car, dès le départ, le lecteur en connaît la fin. Mais le développement est construit adroitement entre le journal intime qui fait office de narration et les dialogues entre les différents protagonistes.

Quant à l’aspect graphique de l’œuvre, c’est magistral. Le trait est maîtrisé, la colorisation est douce et fait ressortir par moment cette couleur bleu, caractéristique d’Emma, l’amour de Clémentine.

En conclusion, se laisser bercer dans cette histoire d’amour fut un excellent moment de lecture. C’est beau, doux et bien réalisé. Laissez –vous tenter par cette sincérité, vous ne le regrettez pas !

Avis posté par Gaston Infos posteur le 23/10/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Encore une bande dessinée sur les histoires d'amour sauf qu'ici l'histoire d'amour est entre deux lesbiennes et c'est raconté par une femme. Cela se voit car cette relation va un peu plus loin que "deux filles s'aiment et elles font l'amour afin d'émoustiller les lecteurs masculins'' comme on en voit parfois. La relation est crédible et les filles semblent avoir une vraie personnalité. Notamment celle qui a un peu peur d'être une lesbienne et qui apprend qu'il n'y a rien de mal à ça.

Toutefois, le scénario n'est pas sans défaut. Les personnages pleurent un peu trop et c'est particulièrement le cas pour Clémentine qui fait partie des personnages dont j'ai l'impression qu'ils aiment avoir une vie misérable en compliquant tout inutilement. Et puis vers la fin je me suis un peu ennuyé.

Je ne suis pas un fan du dessin, mais les couleurs sont bien utilisées. J'aime bien le fait que la couleur de cheveux d'Emma soit mise en valeur de manière intelligente.

Avis posté par pol Infos posteur le 16/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'avoue avoir pas mal hésité entre 2 et 3 sur 5. Ca ne m'a pas trop parlé comme BD.

Je ne suis pas trop fan du dessin. Rien à lui reprocher de particulier, c'est juste que ce n'est pas le style que je préfère. Ensuite cette histoire d'ado en quête de réponses sur son identité sexuelle ne m'a pas plus touché que ça.

Je ne me suis pas ennuyé, mais j'ai trouvé l'histoire assez convenue sur certains points. C'est vrai qu'il y a une certaine sensibilité dans l'ensemble, que les interrogations d'une jeune ado qui découvre son homosexualité sont bien rendues. Mais d'autres détails m'ont laissé un peu insensible. Le rejet par les camarades de classe qui la soupçonnent d'être lesbienne et qui ne veulent plus lui parler, même si ça doit se passer comme ça dans tous les lycées, j'ai trouvé ça bien cliché.

C'est vrai que pour une BD de plus de 150 pages je suis arrivé facilement au bout donc je ne peux pas mettre que deux étoiles, mais pour moi ce sera juste un 2,5.

Avis posté par Pasukare Infos posteur le 05/06/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette BD est un petit concentré de pudeur et de sentiments forts et contradictoires. L'auteure a vraiment réussi à rendre compte de la lutte intérieure, du déni et des questionnements de cette jeune fille face à la découverte de son homosexualité. Dès le départ on sait que la fin de l'histoire est tragique et personnellement j'ai longtemps espéré avoir mal interprêté les première pages de l'histoire, ce qui était un peu le cas en fin de compte.

La lecture est fluide et très agréable, l'équilibre est parfait entre la voix-off du journal intime et les dialogues, les absences de dialogues aussi, lorsque le dessin parle de lui-même et qu'il n'est pas nécessaire de retranscrire les paroles des personnages. Le trait et les couleurs sont très agréables à regarder, avec cette couleur bleue qui prend parfois le dessus dans ces souvenirs en noir et blanc (j'émettrais juste une réserve sur certains regards, mais c'est vraiment pour pinailler...).

Une belle surprise à tous points de vue, qui mérite bien le prix du public qu'elle a reçu à Angoulême.

Avis posté par Aurélien V Infos posteur le 17/04/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
« Le bleu est une couleur chaude » aborde deux thèmes : les rapports amoureux et la différence.

Clémentine a 15 ans, est en seconde littéraire, a de nombreux amis, bref est une fille sans histoires. Un jour, elle croise dans la rue une femme aux cheveux bleus et, à cause d’un simple échange de regards, sa vie bascule. Cette inconnue ne cessera d’obséder Clémentine, de hanter ses rêves et de l’attirer irrésistiblement.

Les histoires d’amour fictives qui me paraissent crédibles sont extrêmement rares. C’est cette même crédibilité qui fait de cette b.d. une œuvre touchante.

Accepter son homosexualité, accepter ses sentiments, s’accepter, c’est de cela qu’il s'agit. « Je sais ce que je veux. Mais l’assumer est une toute autre chose », écrit d’ailleurs Clémentine dans son journal intime.

‘Le bleu est une couleur chaude’ a récemment valu à son auteur un prix à Angoulême. Je viens de regarder une interview de cette dernière au cours du festival en question et voici ce que j’en retiens. Si Julie Maroh est elle-même homosexuelle, cet album n’est pas pour autant autobiographique. L’auteure reconnaît toutefois qu’il est inévitablement des phases que tous les jeunes appartenant une minorité ne peuvent manquer de traverser, phases qu’elle a donc elle-même connues et qui n’ont certainement pas manqué de l’influencer. La réalisation de cet album lui aura pris cinq ans. Elle reconnaît toutefois, très humblement, que son récit présente des failles et qu’elle n’a par exemple pas pu éviter certains clichés.

Graphiquement, l’album m’a semblé très délicat. Si je ne l’avais pas su, j’aurais inévitablement deviné qu’il est l’œuvre d’un auteur féminin.

Le seul bémol : la fin m’a paru précipitée. En effet, l’installation du récit prend 130 pages, alors que seules 25 pages sont consacrées à la chute.

Je ne suis pas un grand amateur de roman graphique. Mais je ne regrette pas une seconde de m’être penché sur celui-ci et je m’intéresserai plus que probablement aux prochaines œuvres de cet auteur au talent prometteur.

Avis posté par PAco Infos posteur le 25/02/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà longtemps qu'une BD ne m'avait pas autant ému !
Alors, oui, certes le sujet s'y prête volontiers (la disparition d'un être cher), encore faut-il réussir à faire passer l'émotion sous-tendue.

Et là, Julie Maroh, dont c'est la première BD, fait un travail admirable, tant dans la narration que dans la réalisation. Certes, certaines maladresses, anatomiques surtout, nous accrochent un peu la rétine, mais elles ne gênent en rien la lecture de ce récit réaliste prenant et poignant.
Car connaissant quelques personnes au parcours un peu similaire, traiter et rendre d'aussi bonne manière la découverte et l'acceptation de son homosexualité n'est pas donné à tout le monde. Je me demande même si cela ne sent pas le vécu (même si ça n'a pas vraiment d'importance de toute façon).

Ici, tant dans la forme (on joue avec les découpages et beaucoup avec l'utilisation parcimonieuse et réfléchie de la couleur) que dans la retranscription des sentiments et des impressions de Clémentine, Julie Maroh construit un long récit d'une grande charge émotionnelle. L'empathie était pour moi au rendez-vous comme rarement ce fût le cas dans mes récentes lectures. Un Prix du Public Angoulême 2011 très largement mérité !

Avis posté par fourmi Infos posteur le 18/02/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cela faisait longtemps que je n'avais pas pris de claque en BD. Voilà, c'est fait...
"Bleu est une couleur chaude" est d'une grande beauté graphique et narrative. Un dessin au trait fin parfaitement maîtrisé, un code couleur pour les flash-back. Vraiment, on s'en prend plein les mirettes !
Mais "Bleu est une couleur chaude" est avant tout une très belle histoire d'amour. Une histoire qui vous hape dès les premières pages. Une mort, un journal intime, une adolescente qui se cherche, qui se pose des questions, qui se trouve... qui trouve son âme sœur. C'est une femme, et alors...
Un album tout en sensibilité.
A lire, relire, faire découvrir...

Avis posté par Philou Infos posteur le 24/01/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Une très belle découverte...
J'ai tout d'abord été séduit par le dessin et le traitement des couleurs (pages en teintes de gris parsemées de bleu dans la majorité des planches). Puis, de fil en aiguille, je me suis laissé embarquer par l'histoire, qui s'enchaine très bien et sans temps morts.
Le sujet (la découverte de l'homosexualité chez une ado) est bien traité, et la longueur de l'histoire permet un développement assez étendu des différentes phases, le doute, l'acceptation etc et différentes relations avec les parents par exemple.

Un très bon one shot, vivement les suivants !

Avis posté par raistlin Infos posteur le 11/01/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Très agréable surprise que ce joli roman graphique traitant d'un sujet peu évident : la découverte et l'acceptation de sa propre homosexualité alors qu'on est adolescente. Certes quelques clichés sont présents mais je trouve qu'ils servent le récit. Et après tout il s'agit de l'adolescence, période souvent à fleur de peau, non ?
Je résume mon avis : 150 pages où l'on prend le temps de suivre les personnages et de s'y attacher (cf Quelques Jours Ensemble qui sur ce point n'avait pas réussi à me toucher suffisamment). Où le poids des préjugés et de ses propres conflits intérieurs est parfaitement retranscrit.
Un dessin très agréable, avec un jeu sur les couleurs que j'ai vraiment aimé. Une narration simple mais bien menée. Magnifique parfois même, je pense notamment à la scène de crise parentale : pas une bulle, juste des images, mais une violence immense qui en ressort, c'est parfaitement maîtrisé.
Des critiques ? La scène d'amour explicite ne me paraît pas forcément utile et les visages filles/garçons trop proches et portant parfois à confusion. Mais ce sont des points de détail, et je le répète, les états d'âme de l'héroïne sont très bien portés à mon sens, et la critique du regard extérieur sur ce sujet pertinente. J'ai été ému par ce récit, c'est donc pour moi une réussite que ce premier ouvrage. Auteur à suivre...

Avis posté par Ro Infos posteur le 01/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album raconte avec une sensibilité toute féminine une histoire d'amour entre deux jeunes femmes.
Clémentine est lycéenne. Un peu hésitante, elle ne se sent pas lesbienne mais n'éprouve pas d'envie pour le garçon avec lequel elle sort un peu par dépit. Elle est obnubilée par une fille aux cheveux bleus dont elle a croisé le regard dans la rue. Celle-ci, Emma, ouvertement homosexuelle et vivant en couple avec une femme, est plus âgée et traine régulièrement dans les bars gay avec ses amies. C'est l'histoire d'amour entre Clémentine et Emma que cette BD raconte, une histoire racontée avec réalisme et émotion.

Le graphisme manque encore d'aisance technique, son aspect s'approchant parfois du bon amateurisme notamment au niveau des anatomies et des angles de vue limités des visages. Il fonctionne beaucoup sur les jeux de couleurs puisque le bleu est sensé marquer le récit. Malgré ses légers défauts, je l'ai finalement trouvé efficace pour faire ressortir la sensibilité du récit.

Le scénario, pour sa part, est très crédible. Il est également touchant, surtout sur la fin. Car pour ce qui concerne le début, il m'est quand même apparu un peu long à se mettre en place. Certes, cette lenteur et les nombreuses tergiversations amoureuses des personnages sont parfaitement réalistes mais réalisme ne rime pas toujours avec lecture captivante.
Au final, ce récit nous ouvre les yeux sur une belle histoire d'amour qu'il y a peu encore beaucoup auraient traitée de contre-nature. Son réalisme permettra en outre peut-être à des lectrices féminines de se sentir concernées, de s'y retrouver.
En ce qui me concerne, après une longue entame un peu poussive et malgré une héroïne, Clémentine, assez charismatique, ce n'est que vers la fin que j'ai véritablement été touché par ce récit.

Avis posté par Ems Infos posteur le 27/07/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Superbe one shot tout en nuances sur le fond et la forme.
Et dire qu'il s'agit d'une première BD pour Julie Maroh !!!
Le scénario est cohérent et bien structuré. Tout coule de source, les évènements s'enchaînent avec une fluidité. La lecture en profite, c'est prenant et passionnant.
Les sujets abordés ne sont pas les plus simples à traiter. Le principal est avant tout l'homosexualité au travers d'un couple formé par une jeune lycéenne et une étudiante aux beaux arts.
Les idées sont traitées avec beaucoup de sensibilité et sans retenue. On sent la patte d'une femme dans cette narration douce et rythmée.
La mise en image n'est pas en reste, elle est tout simplement sublime, avec une mention spéciale pour les pages noir et blanc avec des touches de bleu (pages largement majoritaires et non représentées dans la galerie).
Tout n'est pas parfait mais j'ai adoré cette BD.
Au niveau reproche, je n'ai trouvé à redire que sur deux points : la couverture souple façon Vents d'Ouest n'est pas ce qu'il se fait de mieux, et une petite baisse de qualité dans le dessin sur la fin.
Au final, j'attribue la note maximum et un énorme coup de coeur.
Il s'agit d'un pur roman graphique, le ressenti est donc personnel et subjectif.
Des BD comme ça, j'en redemande tous les jours !!!

Avis posté par roedlingen Infos posteur le 20/04/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Ce genre de sujet se caractérise par la difficulté de différencier le fond et la forme de la BD du sujet en lui-même.

Le sujet parle d’une histoire d’amour entre deux femmes, ou disons plutôt entre une adolescente et une post adolescente. Après un drame celle qui reste va, au gré de la lecture d’un journal intime, retrouver toute leur histoire et ses étapes.

Graphiquement le trait de qualité ressemble à celui de Sambre, au détail près que le rouge n’est pas ici la couleur magnifiée : c’est le bleu ! Tout ce qui concerne la femme se trouve joliment croqué, surtout lorsqu’il s’agit d’un moment débordant de pathos et d’eros. Le dessinateur prend le parti pris de rendre joli tout ce qui touche à l’amour de ces femmes et laid (ou disons moins beau) ce qui vient l’entraver. La colorisation bleue qui parsème le récit lorsque notre héroïne s’épanouit permet de rêver, cela fait ensuite tout drôle de voir la vraie couleur de cheveu de son amie lorsque leur relation vit des moments délicats (elle est tellement plus belle en bleue !)

En revanche le scénario me fait complètement pitié : on nage dans le grotesque pathos dégoulinant de couches de bon sentiment et de clichés présentés avec un angle si partial qu’ils en deviennent indigestes. Si l’idée de base était intéressante : à savoir présenter le fait qu’une relation amoureuse peut aussi bien être particulièrement vivante et forte entre deux femmes, le rendu me parait grotesque. Les situations s’enchaînent au rythme du journal avec en guise d’interrupteurs entre les scènes mélodramatiques d’amour charnel intériorisé de superbes critiques acerbes sur l’intolérance du père qui vient de perdre sa fille. Outre les multiples clichés des attitudes de ce père vis-à-vis de l’aimée de sa fille, il n’y a pas la moindre once de nuance dans la fait qu’il vient de perdre sa fille… Une exclusion en répond à une autre. Le récit s’embourbe également dans une succession de pleurs redondantes et d’images sensuelles parfois racolleuses, dommage.

Comme souvent, lorsqu’il n’y a que « l’eros » comme moteur d’une relation cela peut être très fort mais ne peut résister au temps, « l’agape » que ces deux corps féminin ont oublié de construire manquera cruellement et la déchéance finale en sera le résultat, sorte de combustion interne due au désespoir de l’éros découvrant ses manques. Hélas tout ceci nous sera présenté comme un drame presque indépendant des protagoniste, pire comme une conséquence des différentes pressions sociales hostiles alors que dans ce cas présent il ne s’agit bien que de deux êtres ayant une très forte et très belle attirance sexuelle mais dont la situation finale leur est totalement imputable.

Hormis cette belle idée de départ sur la beauté d’un amour quelqu’en soient les parties, il n’y a donc qu’une succession de clichés et de situations moralisatrices complètement partiales et à mon sens omettant complètement la partie non sexuelle d’une relation. Dommage.

Avis posté par Mac Arthur Infos posteur le 20/04/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C’est un ensemble de thèmes très délicats qu’aborde Julie Maroh dans ce présent (et copieux) récit, et, même si tout n’est pas à mon goût, je trouve que, dans l’ensemble, elle s’en sort très bien.

Les points forts ? Tout d’abord un dessin qui m’a tapé dans l’œil. L’artiste réalise un très beau travail tant dans la sensualité du trait que dans l’humanité des regards mais, surtout, son travail sur la couleur est formidable (oui, je sais, je m’emballe). Dominances de gris et fulgurance du bleu dans les (très nombreux) flash-back, et couleurs d’une parfaite douceur pastelle dans l’époque présente. C’est du point de vue esthétique, tout à fait à mon goût.

Ensuite, aborder le sujet de l’homosexualité (ou plus exactement la recherche d’une identité sexuelle) est devenu un sujet bateau, mais l’artiste parvient à intégrer beaucoup de nuances dans son portrait (il est vrai qu’elle prend le temps de le développer, l’album comptant près de 160 planches).

Enfin, j’ai vraiment bien aimé la manière dont Julie Maroh traite du sujet de l’acceptation du regard de l’autre et de soi-même. La période de l’adolescence est une période on ne peut plus délicate durant laquelle le besoin de se trouver mais aussi celui d’être accepté(e) par les autres est essentiel (existentiel, même), et l’artiste parvient à bien faire ressortir tous ces questionnements.

Mais l’album contient également quelques gros points faibles. A commencer par les nombreux « bouhouhouh » présents dans ces planches. Est-il nécessaire qu’un pleur soit aussi sonore ? Au risque de me faire lyncher, je dirais qu’il s’agit là d’un défaut typiquement féminin. Le grave problème est que ce genre de scène (de larmes) m’exaspère bien plus qu’il ne m’émeut. Les personnages me semblent tellement dire « regardez-moi, comme je suis triste » que j’ai du mal à croire à la sincérité de leurs émotions, toute préoccupées que sont ces filles par la recherche d’attention de leur entourage (« je hurle pour qu’on me regarde et non parce que je suis triste »). Heureusement, d’autres scènes sont jouées en retenue, et fonctionnent bien mieux avec moi.

Ensuite, cette quête amoureuse nous offre un long passage de déchirures-réconciliations-déchirures-réconciliations-déchirures-réconciliations-etc… aussi répétitif que gonflant. Là, à nouveau, ma vision masculine de l’amour et de la relation amoureuse m’empêche de comprendre et de m’émouvoir à ces multiples hésitations. J’aime ou je n’aime pas – point barre. Et voir ces deux jeunes femmes dans l’incapacité de faire face à leurs sentiments énerve mon cerveau reptilien de mâle primitif.

Enfin, l’artiste y va franco dans ses passages sensuels et, sans tomber à aucun moment dans le vulgaire, flirte tout de même avec le racolage. Ceci dit, les scènes d’amour lesbien sont plutôt agréables à regarder et s’intègrent logiquement dans le récit (je ne suis pas convaincu que mon sentiment aurait été identique dans le cas d’amours gays).

Dans l’ensemble, et malgré les faiblesses évoquées, cet album me laisse donc une bonne impression. Mieux que pas mal mais pas encore tout à fait franchement bien. A découvrir par les amateurs du genre, et à éviter par les personnes qui s’attendent à tomber sur un récit érotique. Il s’agit bel et bien ici d’un portrait intime d’une jeune femme en quête d’elle-même.

Parce que cela semble être une première œuvre, je tranche pour la cote supérieure. Mon coup de cœur, lui, concerne la beauté graphique de l’ensemble.

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque