Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD
Julius Corentin Acquefacques Fiche série - Histoire - Série - Galerie - Les Avis (51) Découvrez les immanquables du même genre  Discuter de cette série sur le forum  Les gens qui ont aimé cette série ont aussi aimé…  Afficher cette série dans la liste du menu  Editer cette série 
Cliquez pour lire les avis 1 étoile(s).
(3)
Cliquez pour lire les avis 2 étoile(s).
(2)
Cliquez pour lire les avis 3 étoile(s).
(4)
Cliquez pour lire les avis 4 étoile(s).
(15)
Cliquez pour lire les avis 5 étoile(s).
(27)
Nombre d'avis51
Note moyenne4.20 / 5
Pour l'achat88%

Commandez cette série sur Amazon France, la livraison est gratuite !
Commandez la BD Julius Corentin Acquefacques sur bdfugue.com ! Achetez cette BD en ligne sur Priceminister.com

1 2 Page Suivante Page suivante 
Avis posté par Agecanonix Infos posteur le 10/01/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Alors d'accord, c'est une Bd très surprenante et peu ordinaire, surtout en 1990 lorsqu'elle apparaît ; l'absurde y est cultivé pleinement, c'est totalement surréaliste, c'est une histoire de fou qui joue à fond cette carte... mais encore une fois, je ne comprend pas cet engouement généralisé, je trouve tout ceci exagéré, et je n'ai pas envie de verser dans l'admiration béate ou excessive.

Je conçois que la bande a des atouts, le noir & blanc aide à accepter cet univers de Bd dans la Bd, qui utilise complètement toutes les facettes de l'absurde, c'est amusant par certaines situations, mais tout ne me fait pas sourire, c'est surtout un exercice de style intéressant, une mise en abyme vertigineuse, mais ça va bien un moment, je me lasse assez vite d'un monde rempli de paradoxes, un monde que je ne maîtrise pas ou dans lequel je ne peux pas rentrer. L'humour est sarcastique, certaines situations vont très loin, et les expériences graphiques et formelles de l'auteur sont originales, comme la succession d'escaliers, de colimaçons, de cases, de murets, de compartiments, d'architectures imposantes, de perspectives géométriques, de spirales, y compris la partie en relief, les pages déchirées, les pages blanches, les cases noires, la case découpée etc...

Bref tout ceci fait que les albums se valent, avec un petit avantage au tome 1 qui démarre tout, mais je trouve cet univers froid, impersonnel, et pas du tout poétique comme peut l'être une autre Bd absurde telle que Philémon. A la rigueur, ces idées mirifiques auraient fait l'objet d'un one-shot ou d'un diptyque, j'aurais trouvé ça génial par son côté incongru inspiré de Borgès ou son influence kafkaïenne, mais 6 albums là-dessus, c'est trop.

J'avais tellement entendu parler de cette Bd, je m'attendais à autre chose, on est plus dans la prouesse graphique et narrative qui reste inventive et intéressante, mais ce n'est pas le genre de Bd qui me captive, d'autant plus que le personnage de Julius Corentin n'est pas forcément sympathique, et que le dessin est assez quelconque. Je ne regrette pas cependant de l'avoir lue, au moins je suis fixé.

Avis posté par Noirdésir Infos posteur le 05/11/2012 (dernière MAJ le 06/08/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
A l’occasion de la lecture du sixième opus, « Le décalage », je reviens mettre à jour mon avis sur cette série extraordinaire (dans tous les sens du terme !), pour crier – que dis-je ? pour hurler au génie, et éventuellement tenter de lui mettre une sixième étoile !!!
Car c’est encore et toujours le même émerveillement qui est au rendez-vous. Et c’est – encore et toujours ! – surprenant. Il y a là l’humour noir qui attirait André Breton ou Marcel Duchamp. Quelle claque ! De celles qui réveillent en donnant la pêche !

En effet, voilà le type même de bande dessinée qui courait le risque de tomber dans la prise de tête intello, la performance accessible aux happy few capables d’en saisir les tenants et aboutissants, et par là-même d’être inintelligible. Et ce du fait même que l’auteur s’impose des contraintes, plus ou moins fortes, dans la construction de chaque album de la série.

Dans la lignée de l’oubapo, M.A.M. donne à réfléchir sur ce qu’est une bande dessinée, un espace, le temps… C’est une des plus fortes et brillantes réflexions sur le médium BD, ses possibilités. Et une merveilleuse démonstration du potentiel de cet outil au service d’une imagination débordante !

Mais la véritable performance, ce qui est somme toute bluffant, c’est qu’en plus de l’exploit « technique » (différent et réussi pour chacun des albums de la série), les qualités de conteur de M.A.M. sont indéniables. L’histoire n’est pas sacrifiée, loin de là.

Julius évolue dans un univers oppressant, au milieu d’une architecture et d’une « domotique » fonctionnelles, fascisantes (ou staliniennes) et fascinantes. On y retrouve l’univers de « 1984 », de « Brazil » ou de Kafka, Julius ajoutant à ce côté absurde mais angoissant une faculté à ne pas dévier du chemin tracé pour lui par d’autres. Il est fonctionnaire – dans toute l’acceptation caricaturale que l’on donne souvent (à tort !?) à ce terme, un rouage d’un monde qui traque les grains de sable.
Si certaines histoires m’ont un peu plus emballé que d’autres, j’ai vraiment beaucoup aimé l’ensemble des albums de la série, qui se renouvelle, qui surprend toujours – et agréablement.

C’est brillant, cela donne à réfléchir, c’est à lire absolument (chaque tome est indépendant des autres). Culte, oui, pour l’ambition, et pour sa réalisation, qui « donnent à voir », au sens où l’entendaient Eluard et les surréalistes.

Avis posté par Jul Infos posteur le 25/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Julius Corentin Acquefacques, une œuvre culte de la bd franco-belge ne ressemblant à aucune autre. Déjà ce nom Julius Corentin Acquefacques (artefact ?) ... Marc Antoine Mathieu a vraiment tissé un monde jamais vu ailleurs, ni avant ni après et pousse le format bd et le langage de celui-ci jusque dans ses ultimes retranchements, analysant, démontant et maniant cet outil avec une créativité et une imagination débordantes.
C'est très kafkaïen (un peu de "Brazil" également) alors qu'en fait non c'est autre chose.
Boucq ou Schuiten et Peeters se sont rapprochés par moment de cet espèce de ''sortie" hors des cases ("Point de fuite pour les braves" et "L'Enfant penchée") mais Marc-Antoine Mathieu pousse le truc beaucoup (extrêmement) plus loin. C'est vraiment à chaque fois le thème central de la bd. Le questionnement sur ce langage et à chaque fois une véritable mise en abime.
A chaque album il va encore plus loin que le précédent utilisant ce media comme personne. De véritables prouesses " techniques" à chaque album.
Une bd se divisant en 2, les 2 parties commençant devant et derrière (je sens que je vais avoir du mal à m'expliquer et je vais m'emmêler les pinceaux) et se rejoignant au milieu, le personnage se croisant avec lui même sans rien comprendre.
Un autre album fournit des lunettes 3d au beau milieu de l'album. Il fallait y penser.
D'autres nous font littéralement sortir des cases, le héros se baladant sur le dessus comme sur un mur dans l'espace. Un autre truc dont je me souvienne c'est à un moment du récit, le héros rencontre un mec qui lui prédit ce qui va se passer tout en lui montrant la page dessiné (qu'on verra plus tard). Et tout cela ce sont juste les trucs les plus voyants dont je me souvienne.

Les albums sont un vrai condensé de tout ce qu'on peut imaginer (jeux avec la perspectives, avec la dramaturgie, le temps, l'espace, l'auteur en train de dessiner, le format du bouquin, le papier...) en dégradant ou en transformant littéralement l'objet (la bd). Cela doit être un truc bien prise de tête pour l'imprimeur. J'ai rarement vu ça.

Et la prouesse c'est que cela reste ludique et bd, ce n'est jamais trop intellectuel. C'est limpide et passionnant (contrairement à Andreas que j'adore cela dit en passant). Cela nous vrille la tête mais avec douceur et limpidité. Marc Antoine Mathieu est un génie.

Je met un **** avec un coup de cœur plutôt qu'un ***** car je réserve cette note pour des œuvres plus "charnelles" nous projetant dans une œuvre romancée se situant à l'intérieur d'un monde fantastique (ou pas), chose que je préfère dans la bd. Mais bon Julius Corentin peut prétendre sans problème à un *****.

Avis posté par Mac Arthur Infos posteur le 26/03/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Difficile de coter cette série mais cela ne m’empêche pas de la trouver « culte » pour la bonne et simple raison qu’elle a réussi à concilier lisibilité et univers kafkaïen tout en démontant les mécanismes du support utilisé, à savoir la bande dessinée et en rendant hommage à certaines des œuvres majeures de la dite bande dessinée.

Et en clair, ça donne quoi, me direz-vous ?

Univers kafkaïen : l’absurde semble régner en maître dans cette série. Pourtant, une profonde logique transparait dans chacun des tomes. Simplement, les hypothèses de départ sont faussées par le simple fait qu’il s’agit de bande dessinée, et donc d’une interprétation de la réalité. Marc-Antoine Mathieu joue avec ce principe de réalité relative pour nous entrainer dans un monde parallèle… qui n’est autre que celui de la bande dessinée.

Lisibilité : avec ce genre de concept, le risque d’être obscur pour beaucoup de lecteurs était grand. Pourtant, chaque tome se lit facilement. Le dessin en noir et blanc reste toujours bien tranché. La narration semble naturelle et s’il nous faut de temps à autres opérer un petit retour en arrière, cela n’entache en rien le rythme de la lecture.

Le thème de la bande dessinée : le héros évolue dans une bande dessinée. En partant de cette évidence, l’auteur développe un monde très original dans lequel des règles fondamentales comme, par exemple, l’ordre des planches ou les points de fuite d’un dessin peuvent être chamboulées.

Les hommages : le plus marqué est celui rendu à Little Nemo puisque chaque tome comprend au moins une chute de lit de notre héros suite à un rêve étrange. On notera également au passage un petit hommage aux Cités Obscures lorsqu’il s’agira de parler de mondes parallèles.

Reste que certains tomes m’ont laissé dubitatif, et principalement « la q… » Mais je ne saurais dire si c’est moi qui suis passé à côté ou si c’est l’auteur qui n’a pas su pleinement exploiter une bonne idée de départ.

Mais bon, franchement, vous en connaissez beaucoup, vous, des albums dans lesquels le fait qu’il manque une case devient prétexte à un saut temporel ? Des albums qui explorent l’univers de la trois D ? Des albums qui incluent une spirale au centre d’un tome ? Des albums qui se lisent à moitié dans un sens et à moitié dans l’autre ? Personnellement, je ne connais que cette série pour nous offrir autant de passages aussi originaux et je demeure admiratif devant l’accessibilité d’une œuvre aussi intellectuellement travaillée.

Chapeau bas !

Avis posté par Blue boy Infos posteur le 10/03/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Cela faisait pas mal de temps que je voulais découvrir cette série et je peux affirmer haut et fort qu’elle est largement à la hauteur de mes attentes.

Le dessin en noir en blanc sans transition de gris traduit parfaitement cet univers dérangeant avec ses aplats noirs qui semblent toujours sur le point d’engloutir les personnages aux visages grimaçants, seul celui de Julius restant inexpressif en toutes circonstances. L’imagination débridée de l’auteur rend le scénario difficilement racontable mais celui-ci reste fluide grâce à une ligne claire traduisant une certaine rigueur. Comme le lecteur, Julius se voit à son insu entraîné dans un tourbillon de péripéties plus délirantes les unes que les autres. Avec toute la poésie dont il est capable, Mathieu révèle tout le potentiel extraordinaire de la bédé, explose les conventions, expérimente et joue avec les formes, avec le papier qui de support devient lui-même un personnage ou un paysage, construit des ponts entre les différentes réalités, entre le dessin et la photo, entre la science et la philosophie, recourt à des mises en abyme vertigineuses, provoque des chocs visuels et mentaux, on va de surprise en surprise, c’est tout simplement bluffant.

Cette BD, en plus de susciter une réflexion philosophique, n’est rien de moins qu’une porte ouverte vers une autre dimension. Et ouvre le champ des questionnements : où commence le rêve, où finit la réalité ? La réalité n’est-elle pas pire que le rêve ? Mathieu nous adresse-t-il une invitation au rêve ou une mise en garde contre la folie ? Aucune réponse n’est fournie… mais quel trip !

Je relirai sans aucun doute ce chef d’œuvre complexe et d’une grande richesse, certain du fait que pas mal de choses m’ont échappé en première lecture. Votre bédéthèque mérite largement cette série culte qui confère à son auteur le statut de maître du 9ème Art !

Tome 1 – L’Origine
Tome 2 – La Qu…
Tome 3 – Le Processus
Tome 4 – Le Début de la fin/La Fin du début
Tome 5 – La 2,333e dimension
Tome 6 - Le Décalage

Avis posté par goubet Infos posteur le 07/02/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
La première fois que j'ai eu ce livre en main les dessins m'ont fait reculer tant ils n'avaient rien d'attirant.
Puis, je demande à la bibliothécaire jeunesse ce qu'il y a d'intéressant à lire.
Là, elle me dit il y a le nouveau Marc Antoine Mathieu qui vient de sortir (La 22 millième dimension).
Ne connaissant rien de l'auteur je lui dis oui je vous suis.
Horreur ! Elle me ressort l'un des livres de la série vu juste dix minutes avant !
Bon, puisque le destin veut que je le lise je le lirai.
Et là je me prends une belle claque, la dernière était celle de mon père en primaire.
Je me dis mon Dieu ce type est un génie.
Pour moi c'est un dieu !
Ces livres m'ont beaucoup fait réfléchir, et je crois influencent notre psychologie.
Je suis fier aujourd'hui d'admirer ses dessins moches.
Les gens superficiels passeront à côté de cette merveille, bien fait pour eux.
Il y a quelque chose de beau dans la façon de penser de l'artiste.
Marc Antoine Mathieu était je crois ce qu'il manquait à la bibliothèque des bandes dessinées.
Le seul point faible est qu'après avoir lu ces bds, les ouvrages qui nous surprennent sont devenus encore plus rares.

Avis posté par Gaston Infos posteur le 27/12/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
2.5

Décidément, j'ai du mal avec cet auteur. L'univers qu'il a créé est très original, c'est rempli de bonnes idées et j'aime quand Marc-Antoine Mathieu joue avec le format bande dessinée, mais il y a un petit quelque chose qui fait en sorte que je ne suis pas passionné par ce que je lis. Je me dis 'Hé ! C'est bien trouvé comme idée !', mais sans plus.

Je crois que c'est à cause du dessin. Je le trouve froid et sans âme. Ça me fait penser qu'un jour j'ai lu quelqu'un comparer Fred et Mathieu. Et bien je pense que si l'auteur avait le même style poétique que Fred et ben j'aurais mis 5 étoiles sans hésiter.

Je conseille toutefois la lecture (mais pas nécessairement l'achat) pour tous les bdphiles qui se respectent car c'est une expérience unique en bd. Il n'y a que le tome 4 qui est réellement décevant et je n'ai pas compris l'intérêt de cet album.

Avis posté par Seb94 Infos posteur le 03/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ça, c’est de la série concept originale, qui sort du lot et affiche sa propre identité, loin des stéréotypes et des copiés collés qui regorgent dans le petit monde de la B.D !

J’ai été enthousiasmé par la créativité qui se dégage de cette série et la virtuosité de la technique. Chaque album aborde une idée différente, certains sont plus passionnants que d’autres, mais ils sont tous intéressants et laissent souvent songeur par rapport aux questions abordées.

L’univers de Julius me fait fortement penser à l’excellent film « Brazil », une administration omniprésente qui veut tout régenter pour limiter au maximum les libertés individuelles, une ville froide aux immeubles imposants, qui semble écraser l’humain, ne reste plus que le rêve comme seule porte de sortie.

Surprenant, enthousiasmant et intelligent. Je découvre cet auteur et je suis complètement sous le charme.

Avis posté par pewi Infos posteur le 01/05/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Si jamais vous aimez lire les bds originales, si vous aimez les auteurs qui accrochent une idée et qui la déclinent en d'innombrables facettes, si vous aimez les clins d'œil mathématiques, alors ces histoires sont faites pour vous.

Le premier tome exploite à fond le concept d'auto-référencement. (Si vous aimez ce thème, je vous conseille le très bon Gödel Escher Bach Les Brins d'une Guirlande Éternelle de Douglas Hofstader).
Le deuxième exploite l'absurdité sociale.
Le troisième utilise les ficelles des précédents en développant le thème du paradoxe spatiotemporel.
Le quatrième brode sur le thème de la réversibilité.
Le cinquième est construit autour de la notion de dimension.

Ces bds sont techniquement bien faites avec des approches originales sans cesse renouvelées et exploitées en profondeur.
Hélas le scénario est soporifique et n'a réussi à stimuler ma curiosité que pour les clins d'œil mathématiques qui parsèment les tomes.

Avis posté par Thaugor Infos posteur le 31/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Julius Corentin Acquefacques est un anti-héros qui évolue dans un univers imaginaire qui permet d'aborder pas mal de thèmes philosophiques sur notre position (en terme de dimension), sur le temps (le futur est-il déjà écrit ?)... et bien d'autres sujets. Après la lecture du premier tome, je me suis dit « cet auteur est génial ». Il a en effet une façon très particulière et très simple d'aborder des sujets compliqués, et après chaque lecture d'un tome, je me suis posé pour réfléchir à la façon de voir de l'auteur.

Chaque tome peut être lu indépendamment des autres (car les histoires ne sont pas liées) et aborde un thème principal (le temps, la 3D, la couleur, etc) mais toujours dans l'univers imaginaire de Julius et avec une originalité particulière dans la conception de la bd.

De plus, l'univers dans lequel vit Julius est une satyre de notre monde sur bien des points intéressants où le vice est poussé jusqu'à son extrême : la crise du logement qui atteint un summum ou l'administration qui développe des principes absurdes. J'aime beaucoup cette façon de faire.

Quant au dessin, le noir et blanc, les jeux d'ombre et le trait épais renforcent le côté mystérieux et bizarre de ce monde.

Pour moi, c'est vraiment un incontournable. Il est vrai que c'est très particulier, donc on aime ou on n'aime pas, mais il faut l'avoir lu. Une vrai découverte !

Avis posté par Totoro Infos posteur le 13/01/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai prêté il y a quelques années le tome 1 à un ami qui m'a dit après l'avoir lu: "C'est trop formel, un peu artificiel à mon goût."

Déjà, Mc Kay, au début de la BD, avait enfermé Little Nemo dans une page et ce dernier, pour ne pas mourir de faim, mangeait le titre de la planche et se mettait à gonfler (le titre étant écrit à l'encre). Fred, bien plus tard, imaginait que les planchers des cases pouvaient s'effondrer et des personnages aussi rigoureusement identiques que perplexes, dans un désordre inextricable de corps emmêlés, se battaient alors pour savoir qui était vraiment "moi".

Tout art, plus largement, peut mener une réflexion sur sa forme, c'est-à-dire sur l'ensemble des conventions matérielles arbitraires qui le composent. Ainsi Godard dans le cinéma (avec Pierrot le Fou par exemple), etc.

Il y a chez M-A. Mathieu la même interrogation de la forme (l'idée franchement drôle de l'anti-case), mais cette interrogation, qui peut en effet ennuyer certains, est doublée ici d'une réflexion existentielle émouvante sur l'angoisse, l'absurde et la mort. Mais, loin d'être pesant de gravité, c'est également très drôle ! Kafka avait paraît-il le sens de l'humour et se marrait en lisant ses histoires à ses amis. Il aurait donc sans doute apprécié l'hommage de M.A. Mathieu.

Le tome 1 est ainsi franchement indispensable pour tout amateur de bd un tant soit peu éclairé. Les autres tomes sont, ma foi, moins intéressants.

Avis posté par Mirluc Infos posteur le 12/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un point de fuite qui disparaît, la couleur qui fait l'objet d'une quête, des anti-cases, un ministère de l'humour, ...
Julius Corentin nous emmène dans son monde, un univers abracadabrantesque mélange de rêve et de réalité.

Chaque tome propose sa propre histoire avec ses propres aberrations mais avec toujours le même point de départ : notre ami Julius qui tombe de son lit dans son espace réduit qui lui sert d'appartement.

Un BD vraiment inclassable pour un très joli résultat, tant sur le point du scénario que du graphisme tout (ou presque) en noir et blanc.

Avis posté par Erik Infos posteur le 19/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je déteste éperdument l'absurde. Avec Julius Corentin Acquefacques fonctionnaire au Ministère de l'Humour, je suis plutôt bien servi ! Pourtant, j'ai aimé cet univers farfelu... On peut quelquefois dépasser le stade d'un genre qu'on n'apprécie pas. Pour cela, il faut que le résultat soit réellement à la hauteur.

Or, j'ai été un peu abasourdi par autant de virtuosité. Pour moi, cet absurde me parle et m'interroge sur le sens de la vie ou de la création. C'est surprenant à souhait. Voilà une bande dessinée les plus étonnantes et les plus créatives de ces dernières années. L'expérimentation dans le domaine de l'absurde peut faire naître un univers de philosophie. A méditer !

Avis posté par Chéreau Infos posteur le 21/05/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Bravo pour l'ambiance, qui me fait furieusement penser à Epépé, de Ferenc Karinthy, plus encore qu'à l'inévitable Kafka.

Les astuces des personnages confrontés à une sorte de crise du logement extrême et permanente sont très drôles. Les tirades pontifiantes des membres de la commission d'homologation des blagues également.

Le scénario est peut-être un poil simple et linéaire et arrive un peu vite à sa conclusion. Mais je n'ai lu que le tome un.

Bravo tout de même pour l'imagination de l'auteur. Et je pèse ce dernier mot : JC Acquefacques est une catégorie à lui tout seul, un univers neuf et original, loin de ces séries qui semblent parfois des copies de copies de copies.

Avis posté par Jetjet Infos posteur le 01/01/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Lu d'un bloc les 5 opus qui constituent la quête d'absurde auquel est confronté au quotidien Julius Corentin Acquefacques et soufflé par l'expérience prodigué par ces aventures hors normes...

Il est utile déjà de mettre en garde toutes les personnes s'attendant à lire une énième série classique avec ses héros, ses codes et ses bases car ce n'est pas le cas, si les tomes peuvent éventuellement se lire dans le désordre (ce que je ne recommande pas pour quelques menus détails dont MAM tient compte) ici tout est ouvert et propice à l'Imagination avec un grand I majuscule et surtout une utilisation de support (la bande dessinée en l'occurrence et ses techniques en arrière plan) mais au service d'une réelle histoire au délicieux parfum d'humour noir et de prédestination chère à Calvin.

Séduit par les petits ouvrages d'Etienne Lecroart parus à l'Association ainsi que du film Brazil de Terry Gilliam, MAM a su réunir tous les petits ingrédients de l'Oubapo au sein d'une société orwellienne où nul espoir de fuite n'est permis si ce n'est dans le rêve...

Le rêve, Julius Corentin commence chaque histoire par une chute de son lit dans son petit studio de 6 m² dont il partage l'armoire en sous location (c'est la crise du logement partout !) mais justement, rêve t-il encore ?

Chaque album parle d'une particularité dont les dernières pages révéleront à chaque fois leur logique implacable. Ici, on retire une case, là on ajoute une spirale quand il ne faut pas tout simplement retourner l'album pour en lire la suite, couleurs noir & blanc inversés tout comme le cours de l'histoire. Et ne parlons pas non plus du dernier tome et ses pages en relief !!! Seule la Qu... m'a laissé un peu de marbre et encore...

Jeux de mots et calembours fusent dans cette société grise remplie de murs normes et de ministères tout aussi aberrants les uns que les autres...

Le découpage est tout aussi admirable, je me suis pris en pleine évasion lorsque notre Julius Corentin emprunte vélos et wagonnets pour se déplacer sur des circuits absurdes où le vide côtoie le non sens tout comme les moments magiques où il s'échappe des pages que l'on retrouvera plus tard sortant véritablement du livre telle une mise en abime plongeant le lecteur dans des illusions d'optique de toute beauté...

Car de quoi parle t-on ici ? d'absurde et de liberté et en cela tout sera utilisé pour le manifester, ma préférence allant de l'origine au chef d'oeuvre de la série : Le Processus, indispensable à lire pour mesurer toute la folle créativité de son auteur...

Difficile de parler des sensations éprouvées lors de ces lectures, mieux vaut s'allonger pour lire et se laisser littéralement happer car la sensation de vertige et d'onirisme n'est pas loin...

Une expérience sans nulle autre équivalence pour un résultat bluffant et démontrant bien qu'avec de bonnes idées on peut s'aventurer très loin hors des stéréotypes actuels...

Le seul reproche serait peut être une lecture très (trop ?) rapide mais la relecture ne me semble pas vaine, tous comme les multiples interprétations qui conjurent à la série complète une aura quasi mystique...

Le travail effectué est plutôt monstrueux et MAM retombe à chaque fois sur ses pattes, chapeau bas, l'auteur !

A conseiller à toute personne rêveuse et désireuse de se laisser emporter loin du quotidien...

Avis posté par sky doll Infos posteur le 03/05/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Voici un univers hors du commun, un véritable ovni de la bande dessinée !

Pour les amoureux des concepts philosophiques tirés par les cheveux et des théories métaphysiques alors cette BD est faite pour vous.
On découvre ici un univers complètement déjanté où la réalité se mêle au rêve à travers les péripéties du héros Julius.
Dans un monde où le manque de place fait loi, il réussit à tirer son épingle du jeu en s'évadant astucieusement par... par quoi déjà ? Par son subconscient...

Alors oui, bien sûr, il faut aimer les idées farfelues de l'auteur, mais elles se rapprochent tellement de tout ce qu'on a pu voir en cours de philo au lycée ; eh bien avec ce récit moi ça passe tout seul. C'est de cette manière que les profs devraient aborder les théories sur conscient et subconscient selon moi. Une bonne approche qui nous fait réfléchir tout en nous divertissant avec des touches humoristiques (jeux de mots).

Un vrai coup de cœur qui ravira je pense tous les fans de scénarios déjantés mais réfléchis !

Avis posté par Sejy Infos posteur le 22/01/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
L’imaginaire débridé de Marc Antoine Mathieu ne semble pas avoir de limites. Son talent non plus d’ailleurs. Car s’il a des idées (et des idées originales, c’est le moins que l’on puisse dire), c’est avec maestria qu’il leur donne corps. Découvrez et savourez ses géniales élucubrations et son brin de folie dans cette oeuvre conceptuelle où les planches introspectives démantèlent les ressorts et rouages de la bande dessinée tout en faisant la part belle au rêve et à l’humour. Dévoilant une lecture à multiples dimensions, c’est une composition ambitieuse qui offre un plaisir éclectique intense et puise sa source dans une étrange scénographie.

Un monde paradoxal qui oscille entre un fantastique (voir fantasmatique) et une réalité dont la filiation à l’univers kafkaïen va bien plus loin que le nom du héros (relisez-le attentivement). Une société triste, dépersonnalisée, prisonnière du carcan d’un système bureaucratique jusqu'au-boutiste et de son décorum loufoque. En occultant l’individu (jusqu’à tenter de réfréner ses rêves), ce microcosme expose des accents totalitaires très terre-à-terre et, parallèlement, un surréalisme troublant quand il affiche la conscience de sa virtualité et de son éphémère. Un théâtre, dont on pourrait s’inquiéter qu’il soit obscur ou oppressant, mais qui s’avère en vérité intellectuellement et émotionnellement vivifiant, burlesque et avant tout ludique.

En effet, les méandres des escapades oniriques de Julius Corentin Acquefacques sont autant de prétextes pour jouer avec le média. En transgressant les codes et en aplatissant les conventions, l’auteur propose une exploration de l’art séquentiel qui suggère une vision au-delà des horizons (au propre comme au figuré). Par une mise en abîme permanente, riche d’étonnantes trouvailles narratives ou graphiques, il expérimente et manipule la forme, miroir sans tain qui tout en renvoyant l’image d’une histoire en train de se fabriquer laisse transparaître les coulisses de sa genèse. Une déconstruction de l’album, expérience intrigante et jubilatoire, qui s’autorise même quelques modulations mystiques. Par ce démontage du processus créatif, on pénètre un peu plus dans l’atelier et la pensée du « Créateur », excitante intrusion dans le domaine immatériel des « dieux ».

Tout cela paraît un peu compliqué. Mais rassurez-vous. Si, au-delà des protagonistes et des pérégrinations du personnage principal, c’est bien une réflexion d’envergure que l’on perçoit (chacun pouvant l’appréhender à sa manière), l’ensemble demeure ouvert et accessible. Pas de messages formatés ou de prises de tête. Les questionnements métaphysiques maquillés d’un absurde récurrent et les autres clins d’œil scientifiques ne sont là que pour le ravissement de l’esprit et la détente des zygomatiques. Enfin s’il est difficile d’éprouver une réelle empathie pour ce bon Julius, on pourra néanmoins le gratifier de quelque sympathie ; il nous fait simplement, et si merveilleusement, rêver.

Un beau voyage spirituel en noir et blanc dont la ligne, géométrique, incisive et limpide ne s’encombre pas de fioritures. Froide et inexpressive, elle va droit au but, sa puissance évocatrice ne servant exclusivement que le récit. Cette colorisation manichéiste est également bénéfique dans le sens où elle ne parasite pas les perceptions. Le lecteur peut ainsi remplir les éventuels « blancs » du propos par sa seule imagination et se métamorphoser en acteur à part entière.

Vous hésitez ? Devant de telles perspectives, point de fuite ! La seule ligne de conduite à suivre c’est de franchir le pas.

Avis posté par Arno Infos posteur le 31/08/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Je suppose que l'auteur a cru faire quelque chose de spirituel et de littéraire. Genre critique de moeurs, genre récit à la première personne du gars qui réfléchit tout seul dans un monde absurde. Genre "le voisin est bête hi hi hi", "un bâtiment officiel c'est froid ho ho ho", "un parlementaire a une tête de gorille ha ha ha"...

J'en suis désolé pour lui.

De mon côté, j'ai tout trouvé trop simple, trop simplet, non spirituel, décevant, vide de sens, non pertinent, rapide, non surprenant, non intéressant.

Peut-être que sans un dessin annonçant des vérités oniriques et politiques j'aurais mieux supporté l'absence de vérités oniriques et politiques.

Vous voyez Monsieur Bidochon déambulant dans une cité kafkaïenne et privé de parole ? Vous imaginez Ulysses de Joyce avec rien que des platitudes au lieu des aphorismes et des références ? Vous imaginez votre voisin le plus banal vous refusant le bonjour après avoir mal digéré et mal dormi ? Vous imaginez Lagaf' (celui de TF1) se lançant dans la critique des moeurs politiques ? Ben c'est un peu ça.

Avis posté par L'Ymagier Infos posteur le 26/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Une série où l'on pourrait trouver Kafka, l'univers de l'écrivain George Orwell ou celui du britannique Terry Gilliam et "son" Brazil...

Curieuse série d'ailleurs, au postulat qui pourrait se résumer par "le meilleur des mondes... où la liberté de décision et d'expression est totalement exclue".

Le "héros" ?... une sorte de personnage lunaire, plutôt spectateur que réellement acteur.
Un personnage qui, via l'auteur, m'a entraîné dans une série de fausses pistes, de chausse-trapes ; dans une sorte d'explosion des "codes" de la BD.

***SPOILER***
En effet, chaque album se distingue par une particularité technique : une case découpée dans l'un, la recherche de la couleur dans un autre, l'utilisation de la photographie, une paire de lunettes pour une partie d'un tome en 3D...
***FIN SPOILER***

Faut aimer..
MOI PAS !..
Mais je reconnais néanmoins la grande qualité du travail graphique et narratif. Très original, vraiment, pour le "nouveau" lectorat.
Peut-être suis-je un peu trop vieux pour avoir compris ?...

Avis posté par Polette Infos posteur le 21/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
DE-SO-LEE !!
Je suis désolée mais je l'affirme haut et fort : je n'ai vraiment pas aimé Julius Corentin Acquefacques et son monde de rêves (même si je suis vraiment la seule dans ce cas là).
Oui, c'est original. Oui, c'est unique en son genre. Mais ça ne suffit pas pour faire une bonne bande-dessinée...

Je me suis ennuyée d'un bout à l'autre de tous les tomes, même si les petites surprises cachées dans chaque BD sont de jolies trouvailles.
Côté dessin, ce n'est pas beau et ce graphisme en noir et blanc est très pesant.
Le personnage central, J-C A, n'est pas du tout attachant, lent et sans émotion.
Côté scénario, c'est de la masturbation de cerveau pure et c'est assez redondant.

Il faut de tout pour faire un monde, et je me sens comme dans un rêve de Julius-Corentin : en décalage par rapport à vous tous...

Avis posté par picado Infos posteur le 30/12/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Cette bd est un OVNI. Je me suis éclaté à lire cette oeuvre, qui est une merveille d'invention, une merveille de dessin et une merveille de scénario.

L'inventivité dans le traitement graphique, dans toutes ces petites astuces qu'on ne voit pas venir (l'anti-case est un must, à mon sens).

Le dessin : alors que le trait avait plutôt tendance à me rebuter de prime abord, j'ai trouvé ce dessin très bien construit, notamment dans tout le travail sur la perspective.

L'inventivité dans le scénario : à mon sens on a deux grandes forces.
La première est la cohérence qu'il y a dans le monde de Julius Corentin Acquefacques : ce monde surpeuplé avec ses ministères et ses savants est réellement bien construit. Ce travail sur la surpopulation est captivant et m'a fait réellement sourire. Ce travail autour des ambiances sur le ministère de l'humour, sur les tâches de Julius Corentin Acquefacques, sur les discussions entre les personnages est invraisemblable. C'est monstrueux d'avoir une telle imagination.
La seconde est le dialogue qu'il y a entre le monde du dessinateur et le monde dessiné. On a des passages totalement hallucinants : la fin du premier tome, notamment. On assiste à une sorte de distanciation sur le travail du dessinateur qui m’a amené à beaucoup de réflexion. Ca m’a fait penser un peu à du Brecht quand il introduit des scènes où le spectateur est amené à s’interroger sur le théâtre, sur la morale. Marc-Antoine Mathieu m’a réellement poussé à m’interroger sur les formes de la bd.

Le scénario : c’est tout bonnement captivant. Je n’ai pas décroché de mon canapé et j’ai souvent été mort de rire.
Une seule petite déception : le quatrième tome qui m’a laissé un peu sur ma faim. Mais alors l’ensemble des cinq tomes est une merveille.

Avis posté par pol Infos posteur le 28/12/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Marc Antoine Mathieu est un génie, et je crois que son talent s’exprime pleinement à travers Julius Corentin Acquefacques. Cette série est incroyablement originale et son univers est vraiment unique. Je suis complètement fan du monde dans lequel se passe les aventures de Julius.

Un monde victime de surpopulation extrême, avec ses embouteillages humains, ses appartements minuscules, le coup de l’ascenseur, le contrôle d’unité d’espace vitale… enfin tellement de détails irrésistibles et géniaux. J’aime aussi beaucoup les touches d’humour et les jeux de mots présents dans l’histoire.
Et enfin que dire des « trouvailles » qui font le génie de MAM ? Ces inventions qu’on ne peut voir nulle part d’autre que dans une de ses BDs. L’anticase ? J’adore. Le processus ? Un truc de fou.

Je vais aussi nuancer un peu cet enthousiasme car je trouve que dans les tomes 4 et 5 l’histoire n’est plus qu’un prétexte aux délires de l’auteur. Et ces tomes ne nous surprennent plus que par une invention de l’auteur, et non par leur humour ou leur scénario un peu léger malheureusement.

Si le dessin un peu spécial vous rebute à vous lancer dans la lecture de cette série, n’hésitez plus, foncez !

Avis posté par Doña Hermine Infos posteur le 16/12/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une série unique en son genre.
M-A. M exploite de façon optimale le média BD en mettant à contribution le langage de la BD et le support papier (découpage, “boucle temporelle” grâce à une astuce matérielle, etc...) dans le déroulement du scénario.
D’ailleurs, je trouve dommage que certains avis précédant le mien dévoilent la surprise que M-A. M nous réserve à chaque tome. En effet, pour ma part j’ai eu la chance de découvrir chacune d’entre elles, au cours de ma lecture, au détour d’une page, et ce fut toujours un vrai bonheur de bédéphile.
M-A. M illustre son exercice de style d’un noir et blanc assez classe, mais d’une rare froideur, avec une prédilection pour les effets d’ombre et de perspective.

Quel est son propos, au fond ? Nous parler de la déshumanisation et de la solitude dans les grands centres urbains ? de la dictature générée par une bureaucratie toute-puissante ? Ou tout simplement, nous dire que la bande dessinée est un média merveilleux dont on n’exploite pas tout le potentiel expressif ?

C’est donc une lecture parfois assez aride, parce que les personnages sont traités de façon minimaliste, ce sont plus des archétypes que de réels êtres de fiction, mais c’est surtout une démonstration d’une intelligence rare. C’est peut-être un plaisir d’intello, en tous cas c’est de la BD expérimentale comme je l’aime !

Avis posté par carottebio Infos posteur le 06/10/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Très difficile de poster son avis car cette BD sous un premier abord classique, est simplement exceptionnelle à la lecture. Quelle leçon pour nous lecteurs ! Eh oui, nous pouvons encore être surpris par la virtuosité d'un auteur/artiste.

J'ai eu un bonheur immense, comparable à un gamin qui lit son premier bouquin, à découvrir cette histoire hilarante ET métaphysique (ou pataphysique, je ne sais plus).

Allez vite lire car aucun avis ne peut retranscrire ce que vous découvrirez !

Avis posté par Ems Infos posteur le 09/08/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Est ce encore de la BD, tant le support ne semble plus avoir de limites ? A la fois cartésiennes et irrationnelles, ces BD ne ressemblent à nulles autres. L'imagination nous submerge, l'histoire en passerait presque au second plan !!!
Pour passer à côté de ces monuments, il faut vraiment être limité au premier degré et mettre de la mauvaise volonté.
Ma note en dit long sur l'estime du travail fourni.
Un grand respect pour ce qui s'approche du génie !!!

Avis posté par Thierry T Infos posteur le 21/09/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Cette série est vraiment remarquable.
L'univers de l'auteur qui confine au surréalisme, à la science-fiction et à l'insolite nous apporte un véritable plaisir de lecture, toujours renouvelé.
Marc-Antoine Mathieu est vraiment pour moi un auteur jubilatoire.
Chapeau bas, Messieurs, c'est un génie !

Avis posté par sagera Infos posteur le 04/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Incontestablement, cette série est un sommet de la bande dessinée. J'aurais tant à dire sur les qualités graphiques, sur l'aspect original et totalement surréaliste des histoires que je ne sais véritablement par où commencer. Je voudrais juste communiquer la jubilation que j'ai ressentie durant toute ma lecture. Voila un auteur qui vous prend, qui vous installe dans un univers incroyable et qui ne vous lâche, qu'après avoir joué au sens le plus noble du terme avec votre imagination et vos confortables repères habituels.
En lisant les aventures de Julius, on prend une claque. Si on croit savoir ce qu'est la bd, si on considère qu'elle se résume à des dessins et des bulles de texte, on est contraint de changer d'avis. Les règles d'un art qu'on croit connaître, volent vite en éclat, et quand parfois elles paraissent rentrer dans le rang au hasard d'une planche, elles sont vites transcendées par les idées incroyables d'un auteur à l'audace tout simplement géniale.
Géniale, c'est le mot ! Cette bd est géniale en le disant j'ai tout dit et ce n'est certainement pas un qualificatif que j'utilise à la légère.

Avis posté par Guillaume.M Infos posteur le 08/02/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une chose est sûre, l'auteur de "Julius Corentin Acquefacques" a du talent, beaucoup de talent.

L'ambiance est vraiment très particulière mais diablement bien pensée. Je me sens presque mal à l'aise quand je lis un album. Le scénario de chaque album est très complexe et très spécial avec des évènements tous plus étranges les un que les autres.

Le dessin est exactement comme le scénario : bizarre... Il sert cependant bien le scénario.

La conception des albums est tout simplement fantastique. Chaque tome a une particularité très intéressante (une séquence en 3D, un trou dans une page, un tourbillon de papier, un passage en couleur ou encore un album que l'on peut lire dans les deux sens...). C'est à mon avis à coup sûr le point fort de cette série.

Enfin voilà pour ma perception de cette BD. Je ne vais répéter ce que tous les autres ont déjà dit. Une chose est sûr, tout comme Alix, je pense que cette BD est vraiment unique mais je ne veux pas mettre le 5/5 pour 2 raisons :

- la qualité des albums est assez variable (les meilleurs tomes sont le 3 et le 5 alors que le tome 2 est très moyen).
- je suis assez terre à terre alors là c'est un peu trop spécial pour moi.

Avis aux amateurs donc.

Avis posté par Alix Infos posteur le 16/11/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Unique.

Jamais je n’ai lu une oeuvre aussi originale, utilisant aussi bien le support BD. Chaque tome innove techniquement, et on ne peut qu’être admiratif, nous pauvres lecteurs, devant tant de maîtrise et de trouvailles (ah, le trou dans la page). A ce titre le 3eme tome, « Processus », est effectivement époustouflant.

Alors oui, techniquement, c’est parfait. Mais l’histoire alors ? Sert-elle de prétexte à une avalanche de prouesses techniques ? Oh que non. L’univers mis en place est original et loufoque à souhait, l’humour très présent, et l’histoire elle-même passionnante, c’est bien simple, j’ai lu les 5 tomes d’affilé (les tomes se lisent assez rapidement).

Le dessin, lui, est très fin, très détaillé. Je m’arrêtais souvent sur une case pour en observer tous les détails, notamment les cases représentant la chambre de Julius.

Bon la qualité varie selon moi au cours des tomes (je vois que je ne suis pas le seul à avoir été moyennement passionné par le tome 4). Mais je pinaille. C’est une série incroyable, à lire pour découvrir et comprendre le potentiel énorme de ce media encore trop souvent en quête d’identité : la bande-dessinée.

Avis posté par Altaïr Infos posteur le 23/07/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Julius Corentin Acquefaques c'est beau, malin, poétique, intelligent, original, amusant, intéressant... bref, c'est une série qui sort très nettement du lot, unique en son genre, dont il serait dommage de passer à côté.
Comme il l'a déjà été mentionné plus bas, les tomes 1, 3 et 5 sont très nettement plus réussis que les 4 et 2. Ils sont tout simplement géniaux.

Idée amusante : faites lire le 5eme tome à un ami, et surveillez le discrètement pendant qu'il découvre l'oeuvre. Attendez qu'il arrive au "bon" moment de la BD pour prendre une photo bien compromettante... attendez vous à des portraits d'anthologie ^_^ (testé et approuvé !)

Avis posté par toto duchnok Infos posteur le 22/06/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ca y est, ce bon vieux Julius m'est enfin passé entre les mains, et après avoir eu des avis divers sur cette série au fil des tomes, je me suis mis d'accord avec moi-même en refermant le cinquième.
En effet, les différents opus de la série sont assez inégaux : le premier tome exploite une idée tout bonnement géniale, mais j'ai eu quelque peu l'impression que l'auteur se reposait sur l'originalité facile de son fil conducteur. Toutefois, tant de trouvailles font de "L'origine" un excellent album. Le deuxième tome n'a malheureusement fait que confirmer l'impression du tome 1 : MAM exploite à fond l'univers décalé qu'il a créé, sans s'intéresser assez, ici, à ses personnages. Le tome 3, lui, est clairement incontournable ; alors que l'on pense avoir compris le petit jeu de l'auteur, il bouscule toutes les règles d'un monde sans règles, et la fin cyclique déconcerte tant on se rend compte de la cohérence parfaite de l'oeuvre. Le tome du miroir est très intéressant, ne serait-ce que pour l'intérêt de l'exercice de style, mais je n'ai pas vraiment pris de plaisir à le lire, le déclic n'a pas fonctionné pleinement.
Le dernier tome, tout récent, est quant à lui tout à fait indispensable, à l'égal du tome 3, autant par son scénario (point de fuite et consorts sont brillamment utilisés pour fabriquer un scénario prenant malgré son absurdité brute) que par les petites surprises (forcément plaisantes) qui parcourent l'album, tel que le passage en 3D, avec lunettes et tout (la classe).
Bref, Mathieu est incroyablement doué, même si j'ai eu l'impression (peut-être pleine d'espoir) qu'il pouvait encore faire beaucoup mieux si l'originalité primait moins sur les personnages et le scénario.

Avis posté par Scram Infos posteur le 26/05/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Tout d'abord un immense merci à mon libraire qui m'a encouragé à lire (et par la même occasion à acheter bien sûr!) cette série. Je ne connaissais pas du tout cet auteur et je suis épaté par son inventivité. A chaque lecture d'un tome de Julius C. je me demandais où il allait chercher ces idées. Ca tient du génie (je suis très enthousiaste quand je parle de cette série). On a l'impression d'être à la fois dans et hors de la BD, l'histoire se passe sur plusieurs plans (il faut le lire pour comprendre). Je ne parle pas de l'histoire, ce serait gâcher la découverte. Il faut plonger dedans et se laisser porter par toutes les trouvailles de l'auteur. Il mène son histoire d'une main de maître. Chaque tome a sa particularité (par exemple un tome a plusieurs planches en 3D). Et ce qui est fort c'est que cette particularité a toute sa place dans l'histoire, ce n'est pas gratuit.
L'univers dans lequel évolue le héros est proche de 1984 et Brasil. C'est un monde décalé et absurde. Le dessin en noir et blanc renforce cette ambiance étrange.
Finalement la seule chose qui pourrait gêner dans cette BD, c'est son originalité. Je suis rentré tout de suite dans l'univers de Julius Corentin mais comme nous ne sommes pas tous sensibles aux mêmes choses, certains pourraient trouver cela ennuyeux et embrouillé. Quoi qu'il en soit, il faut absolument essayer cette série, moi j'ai passé un très très bon moment.

Avis posté par bens Infos posteur le 22/05/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Je n'ai pour l'instant acheté que le 3ème tome ("Le processus") mais je pense courir acheter les autres très prochainement.

Il est tout bonnement génial. C'est un livre qui m'a émerveillé!

A chaque page que je tournais, j'écarquillais mes petits yeux avec un sourire en banane. En effet, chaque carré de page dévoilait une idée originale et même grandiose. Le dessin noir et blanc colle tout à fait avec le style de la BD.

Que du bonheur chez votre libraire préféré!!!

Avis posté par Ro Infos posteur le 22/10/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette série contient quelques idées grandioses, notamment sur la surpopulation dans la ville et sur la façon dont les habitants doivent vivre dans des espaces étroits, ou bénéficier d'un grand appartement mais à condition d'y déménager tout toutes les 5 minutes pour laisser passer l'ascenceur.
Puis les scénarios en eux mêmes et les idées qu'ils contiennent sont très bons, notamment l'Origine et le Processus.
J'ai beaucoup moins accroché au Début de la Fin, néanmoins.

Quant au graphisme, certaines planches sont très belles et le N&B y est bien mis en valeur. J'aime moins les visages et surtout celui de Julius Corentin lui-même mais ce n'est pas l'essentiel.

En résumé, tous les albums ne sont pas du même niveau, mais les idées, leur originalité et leur présentation dans la mise en page (cases trouées, spirales de papier collé, etc...) font de cette série une curiosité presque indispensable pour amateur de BD et de reflexion portant sur le support de la BD en elle-même.

Avis posté par le poulpe Infos posteur le 30/06/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le talent au service de l'imagination... et l'originalité en plus, ce qui ne gâche rien !

Un univers à mi-chemin entre Terry Gilliam ("Brazil" notamment) et Franz Kafka ("Le procès", "La métamorphose", "La colonie pénitentiaire"...)

5/5 pour les tomes 1 et 3
4/5 pour les tomes 2 et 4

Avis posté par Don Lope Infos posteur le 22/04/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Bon, je reconnais que je n'avais pas saisi la puissance de cette série lors de mes premières lectures du tome 1 et 4. J'avais bien aimé mais je ne sais pas pourquoi, je n'étais pas complètement rentré dans l'univers et puis le tome 4 m'avait un peu déçu. En reprenant les choses à zéro et dans l'ordre, force est de constater que cette série est tout bonnement incroyable. Je suis même devenu assez fan du graphisme pourtant assez froid et rectiligne de Marc-Antoine Mathieu ; il est de plus parfaitement adapté à ces histoires très "géométriques" où la forme a autant d'importance que le fond.

Et si beaucoup parlent des innovations formelles du support (une case manquante, de la couleur par ci par là, une spirale etc...) moi ce qui m'a le plus soufflé c'est cette mise en abyme perpétuelle, dangeureuse et au final parfaitement maitrisée.

Tome 1: 5/5
Ou comment Julius Corentin Acquefacques voit que son histoire est écrite à l'avance. Il devient dès lors le personnage central de son monde. Epoustouflant, maitrisé à un point qui en est presque énervant. La fin est géniale.

Tome 2: 4/5
Une très bonne première partie mais une suite qui laisse sur sa faim. Très bon mais moins marquants que les tomes 1 et 3.

Tome 3: 6/5
Je reste sans voix tant ce tome est fantastique. C'est peut-être parce que je ne l'avais pas lu que j'avais moins accroché. Mathieu réinvente l'Histoire (où selon certaines thèses, tout n'est que cycle et recommencement) et nous mène dans sa barque jusqu'à la fin, grandiose. Un scénario quasi-chirugical et une maitrise de tous les paramètres font de ce tome un sommet.

Tome 4: 3,5/5
Assez décevant comparé aux trois autres. Formellement, c'est très fort puisqu'on se retrouve face à une sorte de palyndrome graphique. Par contre niveau scénario, j'ai eu la désagréable impression de n'avoir rien compris à l'histoire en refermant le livre, à la différence des trois autres tomes. C'est pas forcément un défaut (je suis bien fou amoureux du cinéma de Lynch) mais là il y a eu comme une impression de vide.

Tome 5: 5/5

Un des meilleurs tomes, à la hauteur des premier et troisième. Julius Corentin Acquefacques est à la recherche d'un point de fuite qui a disparu et qui plonge le monde quasiment en 2D. Une histoire complexe et cyclique comme souvent dont la fin se termine en relief. Absolument génial.

Avis posté par cac Infos posteur le 07/11/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
C'est tout simplement génial !! Super original. Le noir er blanc sert très bien cet univers complètement loufoque et vraiment marrant. On se demande où l'auteur va chercher tout ça. J'hésite entre le 4 et le 5 mais après réflexion la note maximale me semble justifiée. Si vous ne connaissez pas encore, ruez vous dessus.

Le 26/04/2004.
Lors de la sortie du tome 5 (ultime tome ? espérons que non), j'ai pu acquérir le petit coffret comprenant les 5 tomes - je les avais lu en bibliothèque.
Ce fut l'occasion de me relire la série et franchement je reste sur le même avis. Je trouve le tome 4 moins bon même si l'originalité est toujours de mise. Il n'y a pas de vraie chute en fait.

Le tome 5 se révèle très bon avec cette histoire de perspective perdue, de point de fuite à rechercher etc. Bref c'est une fois de plus bien pensé, et c'est encore une merveille sur le plan graphique. Quelques pages sont en 3D avec lunettes dans la bd (qui d'ailleurs sont sacrément bien collées, faire gaffe de pas déchirer sa page en les enlevant).

Personnellement j'adore les histoires absurdes et j'adore les histoires qui jouent avec le support même qu'est la bd. JCA combine les deux et c'est génial. Incontestablement une de mes séries culte, à avoir dans sa bibliothèque personnelle.
Et si vous aimez ce que fait MAM, lisez les oeuvres d'Etienne Lécroart

Avis posté par JBT900 Infos posteur le 24/10/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Je ne saurais dire qu'une chose : foncez!
J'aime le noir et blanc mais là ça atteint des sommets!

Le dessin tout simple sert un scénario grandiose et là je rejoindrai la critique de Steril sur les rapprochements avec des pointures de la littérature telles que Queneau. L'univers Kafkaïen et le talent de crayonneux de Marc Antoine Mathieu font de lui un auteur génial.

J'ai lu la semaine dernière "Mémoire morte", ça n'atteint pas la série des Julius mais on retrouve quelques planches très fortes.

Tiens, j'ai relu les 2 premiers tomes de Julius ce vikainde et je me décide enfin à mettre la note maximale à une BD...
Non franchement, y'a vraiment rien à dire, c'est top sans défaut!

Avis posté par demainlesdauphins Infos posteur le 11/10/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Quelle originalité, quel plaisir que de se plonger dans l'univers truculent de Julius ! Une bande dessinée imprévisible, au "découpage" surprenant et aux histoires loufoques et pourtant parfaitement maitrisées. On est vite pris par la "spirale" infernale de la vie en "monochrome" de cette héros "renversant".

Avis posté par Cassidy Infos posteur le 08/09/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Arrrrrrgh... Ca m'embête un peu d'être d'accord avec ma chère fourmi, mais sur ce coup-là, je peux difficilement faire autrement. Mis a part le tome 4, qui m'a un peu déçu, j'adore cette série. C'est à la fois sérieux, noir, un peu intello, et en même temps, c'est drôle et même ludique, grâce au "gadget" différent à chaque épisode (le trou de matière, la qu..., le vortex en 3D, l'histoire qui se lit dans les deux sens).

1 2 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque