Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD
Le Dernier Atlas Fiche série - Histoire - Série - Galerie - Les Avis (4) Découvrez les immanquables du même genre  Discuter de cette série sur le forum  Les gens qui ont aimé cette série ont aussi aimé…  Afficher cette série dans la liste du menu  Editer cette série 
Cliquez pour lire les avis 1 étoile(s).
(0)
Cliquez pour lire les avis 2 étoile(s).
(0)
Cliquez pour lire les avis 3 étoile(s).
(2)
Cliquez pour lire les avis 4 étoile(s).
(1)
Cliquez pour lire les avis 5 étoile(s).
(1)
Nombre d'avis4
Note moyenne3.75 / 5
Pour l'achat75%

Commandez cette série sur Amazon France, la livraison est gratuite !
Commandez la BD Le Dernier Atlas sur bdfugue.com ! Achetez cette BD en ligne sur Rakuten.com

Avis posté par Erik Infos posteur le 11/07/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Quand j’ai commencé cette bd, l’action se situait en plein désert algérien puis on a enchainé avec une autre scène qui se passe certainement à Paris mais ce n’était pas précisé et du coup, j’étais perdu dès le début de ma lecture. Il est en plus question d’un gros caïd qui revient au pays. Bref, un peu de précision n’aurait pas fait de mal pour ma compréhension.

Par la suite et pour corser le tout, je n’ai pas réalisé tout de suite qu’il s’agissait d’une uchronie sur la situation de notre pays face à l’Algérie. C’est tout à la fait qu’il y a un dossier qui explique le déroulé de cette uchronie. Dommage de ne pas avoir pu bénéficier de cette information auparavant.

Vous aurez compris que la lecture a été plutôt délicate. On peut faire mieux voir beaucoup mieux. On m’a souvent reproché mon manque de compréhension dans ce que je lis en mettant presque en doute ma probité et mon honnêteté. Une autre solution consiste à penser qu’on n’est pas assez intelligent pour comprendre malgré un Bac+5. En ce qui me concerne, c’est la troisième voie à savoir le manque de construction logique et précis dans un récit. Si on ne pose pas de bons jalons, on peut perdre une partie du lectorat.

Ceci dit, je resterai indulgent dans ma notation car j’ai tout de même passé un bon moment de lecture avec cette histoire plutôt originale où les hommes ont construit des robots géants avant d’arrêter leur fabrication.

Avis posté par Ju Infos posteur le 01/06/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Bon, je vais un peu contre les avis précédents. Mais autant le dire tout de suite, je ne suis pas forcément le public visé. Je ne lis quasiment pas de science fiction, et quasiment jamais de récit d'uchronie. Et le peu de récits que j'ai lu dans ces veines ne m'ont pas beaucoup plu.

Néanmoins, ici, il faut reconnaitre que l'uchronie est plutôt légère : les auteurs partent du postulat qu'un ingénieur algérien aurait inventé les Atlas, robots géants fonctionnant grâce à une pile atomique et permettant de construire des ponts, des immeubles de grande taille, etc. Cela aurait, entre autres, eu pour effet de décaler la guerre d'Algérie de 20 ans, ainsi que certains événements politiques notamment en France. Ainsi, Mitterand n'est pas élu en 1982 mais dans les années 70. Pour le reste, le monde ressemble au notre, même s'il subsiste quelques différences (Nantes a l'air un peu archaïque, par exemple). Par contre, ce qui m'a un peu plus dérangé, c'est la référence à des événements survenus dans cette réalité là, et qui sont donc inconnus pour nous, sans explication supplémentaire. Mais peut être cela viendra-t-il dans les tomes supplémentaires.

En ce qui concerne l'histoire en elle-même, elle est plutôt prenante. Le héros Ismael Tayeb est plutôt agréable à suivre, et on est tenu en haleine. Cela ne manque pas de mystères, et de rebondissements. Il y a pas mal de personnages et ils sont plutôt bien amenés. Après, personnellement, si j'ai bien accroché au début, j'ai eu un peu de mal avec l'aspect science fiction que prenait le récit. Mais ça, comme je l'ai dit, ça vient aussi du fait que je ne suis pas un consommateur fréquent de SF.

Je n'ai pas été totalement convaincu par certains aspects du récit non plus. Le personnage de "Dieu le père" m'a semblé assez peu crédible, notamment dans la première scène. J'ai aussi trouvé certaines situations un peu lourdes ou trop abruptes (quand Ismael convainc les anciens militaires par exemple, cela manquait un peu de développement). Cela ne pénalise pas non plus excessivement la lecture.

Dernier point, le dessin. Je suis assez friand du style. C'est rond, semi réaliste, agréable à l'oeil. Je suis moins fan de la réalisation. Le trait n'est pas super assuré, et la tête d'Ismael, en particulier, change un peu de forme à chaque case. On reconnait quand même les personnages car ils ont des caractéristiques très particulières, mais ce n'est pas, graphiquement parlant, très beau. Pareil pour les décors, si la créature du désert et l'Atlas sont impressionnants et plutôt réussis, ils ne fourmillent pas forcément de détails. Après, il ne s'agit que d'un premier tome, et certains petits défauts seront sûrement corrigés.

En définitive, je n'ai pas été totalement conquis par ma lecture. Pas de quoi me faire sauter au plafond et me réconcilier avec la SF. Mais je conseille quand même l'achat car la lecture reste assez prenante, et que j'ai envie de connaitre la suite.

Avis posté par herve Infos posteur le 14/05/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Depuis un moment, mon libraire insiste pour me faire lire « le dernier Atlas », une pépite selon lui. Je l’ai feuilleté puis reposé. Cela ne me disait rien. Et puis, je suis tombé dessus à la médiathèque et j’ai commencé à le lire pour vraiment m’en faire une idée et je ne l’ai plus lâché !
Le début de cette histoire est pourtant assez banal : un petit truand de Nantes, Ismael Tayeb qui magouille dans les machines à sous. On pourrait facilement tomber dans le polar avec une guerre des gangs, que nenni ! De mystérieuses migrations d’animaux dans le désert algérien viennent bouleverser la vie de Tayeb.
Autour de Tayeb, gravite une galerie de personnages assez étonnants : Martin et Jean Legoff pour la pègre, Françoise, l’ancienne journaliste au « canard enchainé », sans oublier les anciens du « George Sand », le dernier Atlas, robot hors norme dédié à la construction.
Sur les conséquences de la fin de la guerre d’Algérie, cet album nous entraine en fin de compte dans une uchronie française étonnante, qui finalement nous est révélée dans le dossier présent à la fin de l’album.
J’ai suivi avec une certaine fascination l’histoire de Tayeb, qui au fil des chapitres, s’affirme de plus en plus et finit par s’émanciper de la pègre nantaise. Ce premier opus de cette série (qui en comptera 3) est littéralement addictif. J’en ai pour preuve que mon fils m’a emprunté, à son tour cet album, et lui qui lit rarement des bd, l’a dévoré d’une traite. Les auteurs confirmés (Vehlman, de Bonneval, Tanquerelle & Blanchard) nous livrent là une histoire digne des meilleures séries TV : aucun temps mort, on passe d’un personnage à l’autre, d’un continent à l’autre avec une facilité déconcertante de lecture.
Après avoir lu ce premier opus dans sa version standard (en couleur), j’ai finalement acheté la version noir et blanc , en tirage limité, de canal bd. Cette version est splendide (ce qui n’enlève rien au travail remarquable de la coloriste, Laurence Croix) et met en valeur le dessin d’Hervé Tanquerelle, que je rapproche ici du dessin de Frédéric Peeters, période RG, comme le souligne également Jérôme Briot dans le magazine Zoo (mars/avril 2019). J’ai lu que canalbd allait continuer à éditer les deux volumes suivant en noir et blanc, je m’en réjouie d’avance.
Cet album est une des meilleurs sorties de ces derniers mois, et tranche avec la production actuelle.
Dépaysant, original et addictif, bref une réussite.

Avis posté par Ro Infos posteur le 12/03/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le Dernier Atlas est une BD étonnante, mêlant dans un cocktail très réussi de nombreux genres.

A la base, il s'agit d'une Uchronie. Les auteurs imaginent un monde où un ingénieur algérien, du temps de l'Algérie française, a permis la création au milieu du 20e siècle de robots géants fonctionnant avec une pile nucléaire, servant pour des grands projets de travaux publics et ayant permis un développement urbain amélioré de la France et de l'Algérie. Ce développement a retardé de 15 ans la guerre d'Indépendance algérienne mais au final ces robots ont pratiquement tous été démantelés suite à un accident nucléaire. Ces fameux robots sont la clé de voûte du récit. Il faut admettre qu'il sont fascinants dans leur taille, dans ce qu'ils dégagent et dans leur forme qui rappellera forcément celle du robot géant du dessin animé le Roi et l'oiseau, auquel une référence directe est faite dans les premières pages du récit.

A ce concept de science-fiction finalement assez discret s'ajoute un récit de polar très prononcé. Le héros principal est en effet un petit gangster Nantais, suffisamment doué dans ce qu'il fait pour attirer l'attention d'un vrai gros bonnet dangereux. Cela va l'amener à travailler à une échelle internationale, entre France, Algérie et Inde. L'ambiance mafieuse, avec hommes de main, guerres de territoires et règlements de compte, est ce qui compose l'essentiel de la structure du récit du premier tome actuellement paru.

Et finalement, à ce cocktail vient s'ajouter une touche de fantastique avec une menace mystérieuse et très originale qui prend forme en plein cœur du désert algérien. Et seule la difficile remise en état de l'un de ces fameux Atlas semble pouvoir être en mesure de l'arrêter, sans qu'on sache encore vraiment pourquoi ni comment.

C'est un récit dense, complexe et très prenant. Il fourmille de bonnes idées et de concepts originaux amplifiés par la façon dont les genres s'y mélangent. Il fonctionne à la manière d'un feuilleton qui tient le lecteur en haleine et implique peu à peu de plus en plus de protagonistes, chacun avec des personnalités marquées et intéressantes.
L'ambiance d'uchronie légère est très bien rendue, avec notamment une large mise en avant d'une Algérie légèrement différente de celle qu'on connait de nos jours, et surtout d'une indépendance acquise différemment. Et j'aime l'aura qui se dégage de ces robots titanesques au look assez désuet, très mécanique.
Le dessin de Hervé Tanquerelle est efficace. Il est soutenu par le design de Fred Blanchard qui a notamment contribué à l'aspect des fameux Atlas et j'imagine aussi à celui de l'étrange menace qui pèse sur le monde. Si la narration graphique est impeccable, le trait du dessin m'a tout de même paru légèrement hésitant. Pour une histoire d'une telle envergure, je lui aurais préféré un style plus net et précis.
Mais c'est un regret qui disparaît assez vite tant le récit est captivant et original. Arrivé en fin de premier tome, après plus de 200 pages qui ont coulé comme du bon vin, on demande vraiment à savoir la suite !

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque