Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD
Il faut flinguer Ramirez Fiche série - Histoire - Série - Galerie - Les Avis (7) Découvrez les immanquables du même genre  Discuter de cette série sur le forum  Les gens qui ont aimé cette série ont aussi aimé…  Afficher cette série dans la liste du menu  Editer cette série 
Cliquez pour lire les avis 1 étoile(s).
(0)
Cliquez pour lire les avis 2 étoile(s).
(0)
Cliquez pour lire les avis 3 étoile(s).
(0)
Cliquez pour lire les avis 4 étoile(s).
(5)
Cliquez pour lire les avis 5 étoile(s).
(2)
Nombre d'avis7
Note moyenne4.29 / 5
Pour l'achat100%

Commandez cette série sur Amazon France, la livraison est gratuite !
Commandez la BD Il faut flinguer Ramirez sur bdfugue.com ! Achetez cette BD en ligne sur Priceminister.com

Avis posté par Erik Infos posteur le 14/09/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un bon aviseur doit savoir reconnaitre une bonne bd sinon ce n’est pas un bon aviseur. Il faut savoir faire preuve de discernement pour déceler le meilleur du médiocre. Après, on peut toujours essayer d’atténuer que le mauvais n’est pas aussi mauvais que cela etc… et faire un peu dans la langue de bois afin de préserver les intérêts des auteurs et des éditeurs. Je réserve pour ma part ce langage aux politiciens.

L’auteur que je ne connaissais pas à tout compris à la bande dessinée. Il sait introduire son histoire de manière plus que surprenante. Il sait maintenir un suspens. Il arrive même à nous faire aimer son héros qui ne prononcera pas un seul mot dans toute la bd ce qui est en soi un exploit. Bref, il possède tout les talents car il maitrise toutes les techniques cinématographiques avec un découpage parfait.

Je suis toujours étonné de voir des auteurs accomplis qui n’ont toujours rien compris au bout de la 5ème bd qu’ils réalisent et qui sont toujours aux commandes quand on voit ces talents émergés et qui possèdent déjà tout en eux au bout de leur 1ère bd. Là encore, il faut du discernement. Mais que faites-vous les gars ?

Effectivement, si on aime Les 4 As et Bob et Bobette au point d’accorder 4 étoiles (j’aurais pu citer d’autres exemples), on aura sans doute un peu de mal avec cet univers. Et pourtant, c’est bien la reproduction des années 80 des USA non sans malice et humour. J’ai adoré les affiches publicitaires et les manchettes de journaux. C’était un véritable régal. Superbe travail. Que dire de plus ? C'est magistral pour ne pas dire flinguant.

Avis posté par JJJ Infos posteur le 21/08/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
"Oh non il achète le dernier Ramirez", s'est-elle exclamée quand j'ai saisi ce bouquin pour le feuilleter. J'étais venu pour ça, mais c'est toujours bon d'être conforté dans ses choix par les libraires dont j'aime les goûts.
Et oui j'ai acheté Ramirez, je l'ai lu, feuilleté, relu et encore relu. Je l'aime ce Ramirez, je l'ai savouré et c'est au moment où les glaçons fondent gentiment dans mon deuxième pastis que je prend la plume pour t'en parler un peu.
Au fil des cases on peut y voir du Tarantino, du Pekinpah ou d'autres, ouais bon, que ce soit pour la virtuosité des dialogues, pour la sécheresse ambiante, on peut y voir mille références et autres influences et même s'amuser à en chercher (y a des choses fendardes à dénicher lors des scènes en bagnole, tu verras si tu lis).
Au delà de tout ça, Ramirez c'est simplement une très bonne BD. Pour le vieux lecteur que je suis devenu, il est de plus en plus difficile de prendre du plaisir et m'extasier à chaque BD, j'ai des plaisirs bien sûr, j'en lis toujours des tonnes, mais l'extase qui est de découvrir un album auquel il ne manque rien se fait bien rare. Ramirez est de ceux-là. Le scénario captive, rien de compliqué hein, mais assez de roublardise et de fluidité pour que les farfelues fantaisies passent toutes seules, tout en nous donnant envie de plus au fil des cases. Il n'y a pas de temps mort et les ajouts d'éléments narratifs pages après pages font la maille sans jamais alourdir, pourtant Ramirez c'est du lourd.
Quant aux dessins, c'est à l'appréciation de chacun, c'est un style qui ne paye pas de mine, pas le genre à me faire vibrer quand je le découvre, mais parfois l'amour se crée sans coup de foudre, entre moi et les vignettes illustrées de Ramirez ça a été ça, ça à prit le temps... de tourner quelques feuilles entre mes doigts. Je dirais que le style est faussement froid au départ puis se révèle plein d'une belle maîtrise. Et j'aime les moustaches et les Renault 5 jaunes.

Je vais me servir un troisième pastis, je viens de poser Ramirez, j'ai hâte du tome deux. Si ce n'est déjà fait je te conseille d'acheter ou d'emprunter le premier.

Ramirez, ils veulent tous le flinguer, je te conseille de le lire.

JJJ

Avis posté par PAco Infos posteur le 10/08/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ah Ramirez, Ramirez, Ramirez !!!

Tout le monde semble t'en vouloir et prêt à te payer un aller simple ad patres, mais moi j't'invite à la maison !!! Mais si, mais si ! Autant joindre l'utile à l'agréable ! Tu verras, tu pourras me faire tes démos d'aspiro de la mort tant que tu veux, moi et ma moitié on sera ravis, mes chats vont raffoler de ta moustache et de ta moumoute et en prime j'ai un paquet de connards que je serai ravi de te présenter pour que tu leur fasses ton numéro de crucifix à
ressort histoire que je puisse enfin profiter de mes grasse mat' sans me faire réveiller à coup de lapidaire !

Bref, j't'ai à la bonne et je sens qu'on va être copains tous les deux ! Parce que là, je sens bien que tu commences à tourner en rond et à t'ennuyer dans cette boîte d'aspirateur où tout le monde te prend pour un branque. Alors qu'avec toi, derrière tes airs de sainte nitouche, on n'est pas près de s'ennuyer ! Y'a qu'à voir l'aimant à embrouilles et à poulettes que t'es (quand c'est pas les deux ensemble) !!! Entre tes faux-cul de collègues, le cartel mexicain qui te court après et le remake de Thelma & Louise dans lequel tu te retrouves embarqué malgré toi, c'est tous les jours la fête du slip !

Allez quoi Jacquot, fais pas la fine bouche, j'te propose une p'tite place bien en vue sur ma bibliothèque, peinard, bien tranquille, et je suis sûr qu'en cherchant bien je peux même te trouver un vieil aspiro à réparer !

La biz, à très vite dans le tome 2, j'te garde une place bien au chaud !

Avis posté par pol Infos posteur le 08/07/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cela fait un moment que je n'avais pas été autant emballé par une BD, voilà une lecture qui fait vraiment plaisir ! C'est simple, il y a tout dans cette BD. Un dessin en tout point excellent, des cadrages dynamiques au possible, un scénario aux petits oignons, des touches d'humour, de l'action juste ce qu'il faut, un personnage principal énigmatique qui est une merveille d'originalité à lui tout seul.

Imaginez donc, le meilleur réparateur d'aspirateur de sa firme, installé dans cette ville paumée d'Arizona. Employé modèle, prêt à tout pour satisfaire les exigences de son boss, jamais un mot plus haut que l'autre... Bon normal notre bonhomme est muet :-)
Sauf que ce portrait est une façade derrière laquelle se cache un ancien homme de main de la mafia mexicaine qui n'a pas trouvé mieux comme couverture. Autant dire qu'il est hautement recherché par ses anciens collègues. Et quand 2 d'entre eux vont croiser sa route, cela va faire quelques étincelles.

Clairement j'avais l'impression de lire du très bon Tarantino. Un polar à tendance loufoque, des enchainements de scènes aux rebondissements aussi improbable que bien vu. Quelques personnages secondaires truculents pour venir compléter le décor. Une juste dose d'action, des dialogues excellentissimes qui amènent par moment une touche d'humour décalé. Un découpage efficace de l'histoire, quelques excellentes fausses pubs viennent se glisser aussi ça et là dans l'album... Bref, j'ai beau cherché je ne vois pas un défaut à cet album.

Bravo monsieur Pétrimaux pour cet univers génial, j'applaudis des deux mains et j'attend la suite avec impatience.

Avis posté par Noirdésir Infos posteur le 12/06/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Bon, je serais sans doute moins enthousiaste que Jetjet mais, comme mes deux prédécesseurs, je dois reconnaître que cet album introductif possède de réelles qualités.

Ce qui saute aux yeux dès la couverture et un rapide feuilletage de l'intérieur (et la lecture confirme ce ressenti), c'est l'habillage très fin 70's/80's. Très série (à la Starsky et Hutch par exemple), très ciné, que ce soit pour les cadrages, le rythme, les codes graphiques et scénaristiques (un peu de Tarentino, du Thelma et Louise aussi avec les deux pétroleuses, etc.). Le dessin est intéressant, les couleurs assez pétantes, mais je n'aime pas trop la colorisation, à l'ordi. Mais bon, l'album est un bel objet, et il y a de la lecture, avec plus de 120 pages !

L'histoire est à la fois facile et difficile à résumer. On est quand même surpris au départ par le héros, le Ramirez en question donc, simple vendeur d'aspirateur !, muet et souffre douleur de son chef. On est loin du tueur traqué par les mafieux, et pourtant...

Démarrage étonnant donc, puis l'intrigue se met en place, et le rythme accélère crescendo, pour finir en mode GTA, avec explosions, poursuites de voitures (dont une Renault 5 ! Si si, j'ai dû aller vérifier que c'était possible aux Etats-Unis à cet époque, mais oui) et fusillades à gogo.

Ramirez garde tout son mystère (et l'apparition finale d'un comparse, en forme de cliffhanger, si elle éclaire certains faits, ne règle pas toutes les facilités scénaristiques: les deux mafieux dézingués dans leur bagnole, la bombe dans le coffre...), les mafieux sont à la fois méchants et cons (ils ajoutent une touche d'humour à ce défouloir rythmé), deux donzelles délurées et pas très finaudes non plus raccrochent le wagon: bref, il y a encore de quoi faire !

Entre les chapitres, l'habillage est complété par des pubs bien fichues. On a donc là un album de genre sympa. Pas un chef d'œuvre, mais une lecture recommandable pour un bon moment de détente. Cela passera-t-il la relecture, la suite gardera-t-elle le même rythme et le même mystère plus ou moins éventé, qui est donc Ramirez ? On a en tout cas envie d'avoir les réponses à ces questions.
Note réelle 3,5/5.

Avis posté par Le Grand A Infos posteur le 07/06/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Musique : AC/DC - Back in Business

Dans les remerciements de fin d’album, Nicolas Pétrimaux rend hommage à quelques grands noms de la bd comme Lupano et Dorison, des auteurs qui ont déjà bourlingué dans le même registre que Il faut flinguer Ramirez. J’ai souvenir d’une bande-annonce déjantée so 70’s de Xavier Dorison pour la sortie du mitigé Red Skin ; l’histoire de Ramirez par Pétrimaux qui est ici auteur complet se situe un peu dans la même veine des récits hommages à une décennies et toute la culture populaire qui s’y rattache.

Ici on baigne en plein dans les folles années 80, beaucoup y ont vu une influence tarantinesque dû à la violence du récit avec des fusillades « en veux-tu en voilà » traitées avec une certaine légèreté et un humour de soudards qui ponctuent leurs phrases à coup de punch lines parodiques (MDR le flic qui se la joue Horacio Cane des Experts : Miami), mais personnellement j’y ai davantage perçu des accointances avec l’univers des frères Coen. Cela se déroule quelques part entre un Big Lebowski pour l’imbroglio autour de l’identité réelle de Jacques Ramirez qui est recherché par des mafieux chicanos dont la connerie frôle parfois celle des teubés de la salle de gym du film Burn after Reading, et le plus sérieux No Country for old men dans lequel on aurait introduit le nettoyeur (c’est le cas de le dire) ultra-efficace, Léon.

J’ai trouvé cela vraiment très cool, bourré de références et clins d’œil qui vont de Thelma et Louise à Magnum et bien d’autres trop longs a énumérer, et en même temps intelligemment écrit puisqu’on est capable d’allier l’agitation effrénée des action-movies des John McClane et Martin Riggs à la connerie ambiante des bureaux façon The Office et Caméra Café. De plus le discours n’est pas dénué de fond puisque l’auteur ne se gêne pas pour se foutre des masses qui cours après un consumérisme excessif déshumanisé (aujourd’hui Ramirez bosserait au S.A.V. de chez Apple), les grosses pointures de WallStreet qui se goinfre du système soutenu par des pantins médiatiques qui se prétendent journaliste (oui, oui, il y a aussi de tout ça dans Ramirez).

Graphiquement ce n’est pas spécialement ma came de premier choix mais la mise en page hyper cinématographique (rien que la couv’ on dirait une affiche de ciné) avec le nombre de pages nécessaires à ce genre de projet (plus de 120), les couleurs éclatantes ainsi que le découpage explosif, ont fini par emporter mon adhésion. Franchement on tient quand même entre les mains un livre-objet de qualité on ne va pas faire les fines gueules.

Le récit se conclue sur un twist des plus intriguant, c’est le moins qu’on puisse dire. Du suspens, de l’action, de jolies pépés, des courses-poursuites à la GTA, de la loufoquerie, une violence décomplexée, des questionnements et une suite d’ores-et-déjà très attendue…il y a même une histoire d’amour en filigrane quoi ! Please, ne flinguez pas le pauvre Ramirez, lisez-le plutôt.

Avis posté par Jetjet Infos posteur le 01/06/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Résumer "Il faut flinguer Ramirez" à Tarantino, Peckinpah (dont le titre fait écho à Alfredo Garcia) ou Rodriguez comme l'annonce fièrement Glénat serait une erreur...

Résumer l'oeuvre de Nicolas Pétrimaux à un revival des eighties à la mode Néon Rétro en serait une également...

Car si Ramirez puise autant dans les références passées, c'est davantage dans l'humour nonsensique d'un Fabcaro qu'il faudrait regarder en y ajoutant un soupçon de Tom et Jerry pour les courses poursuites haletantes.

"Il faut flinguer Ramirez" n'est ni plus ni moins qu'un gros coup de coeur, précisément la pépite sortie de nulle part en cette fin de semestre 2018 tant elle cumule les références classiques des mondes évoqués plus haut pour s'achever (provisoirement) sur un ovni fun et rafraichissant tout à fait original.

Cette traque par la mafia mexicaine d'un réparateur d'aspirateur au visage "particulier" et aussi bavard que Bernardo dans Zorro n'est qu'un prétexte pour dessiner des ambiances veloutées à la Miami Vice pour les quadras ou GTA Vice City pour les trentenaires avec une mise en scène rythmée qui n'aurait rien à envier aux autres média du grand comme du petit écran.

S'appropriant les codes en rigueur de cette époque pour mieux se les réapproprier (Coucou la Renault 5), Pétrimaux ne livre ni plus ni moins qu'un divertissement intelligent en se jouant la plupart du temps des clichés même si on n'évite pas un cast féminin sexy et bad ass.

Non il ne faut pas flinguer Ramirez car ce petit bonhomme muet et doué possède de quoi divertir longtemps le lecteur en attente d'autres titres aussi funs et mis en scène.

L'objectif de satisfaction est coché à toutes les catégories, fun, dessin, scénario, action et humour sans céder aux facilités gore, cul, vulgarité.... Monsieur Pétrimaux nous vous tirons notre chapeau.

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque