Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD
Deux Frères Fiche série - Histoire - Série - Galerie - Les Avis (5) Découvrez les immanquables du même genre  Discuter de cette série sur le forum  Les gens qui ont aimé cette série ont aussi aimé…  Afficher cette série dans la liste du menu  Editer cette série 
Commandez cette série en V.O. sur Amazon France, la livraison est gratuite !
Cliquez pour lire les avis 1 étoile(s).
(0)
Cliquez pour lire les avis 2 étoile(s).
(1)
Cliquez pour lire les avis 3 étoile(s).
(0)
Cliquez pour lire les avis 4 étoile(s).
(4)
Cliquez pour lire les avis 5 étoile(s).
(0)
Nombre d'avis5
Note moyenne3.60 / 5
Pour l'achat60%

Commandez cette série sur Amazon France, la livraison est gratuite !
Commandez la BD Deux Freres sur bdfugue.com ! Achetez cette BD en ligne sur Priceminister.com

Avis posté par Jérem Infos posteur le 27/09/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’avais beaucoup aimé Daytripper et c’était avec pas mal d’attentes que je me suis lancé dans cet épais album des mêmes auteurs.
El là, surprise, les dessins sont complètement différents de leurs autres ouvrages ; du noir et blanc au trait épais, des cases souvent très épurées et un style assez proche de l’esquisse. C’est très loin d’être aussi joli que d’habitude (soyons franc) mais ça donne un genre sympa à l’album en plus d’une lecture claire et d’une grande expressivité aux personnages.
J’ai beaucoup apprécié l’histoire de ces deux frères aux caractères opposés, jaloux et rivaux, de cette gémellité destructrice s’étalant sur presque une vie. Les personnages, à la psychologie profonde et soignée sont très intéressants et donnent beaucoup de force à ce récit qui m’a happé de bout en bout. Je ne suis pas étonné que les auteurs, jumeaux eux-mêmes, aient eu envie d’adapter ce roman.
Deux frères est un beau roman graphique.

Avis posté par Erik Infos posteur le 15/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je vais encore me démarquer mais j'assume entièrement. je n'ai pas franchement été emballé par cette histoire de deux frères jumeaux dont l'un est jaloux de l'autre au point de détruire sa famille. On va vite se perdre dans les méandres de ce scénario un peu alambiqué. J'avoue ne pas avoir très bien compris mise à part la querelle sentimentale.

On sent un lien très fort avec la mère qui souhaite la réconciliation. Par ailleurs, le thème de l'exil n'est pas très bien mis en valeur.

Des mêmes auteurs, j'avais pourtant adoré "Daytripper". Là, même le dessin a changé pour du noir et blanc. La narration est omniprésente et vampirise tout. L'originalité et l'inventivité font vraiment défaut.

C'est vrai que cela fait sérieusement penser à des soap brésiliens. Cette sombre histoire de famille ne m'a absolument pas convaincu et c'est le moindre que je puisse dire. Je me suis ennuyé ferme.

Avis posté par Canarde Infos posteur le 03/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà un livre dont on se souvient.

D'abord, son graphisme en noir et blanc réussit à être novateur : une grande économie de traits toujours de la même épaisseur, des visages où la caricature et l'expression voisinent avec une beauté graphique peu habituelle. Parfois des traits blancs sur des surfaces noires parfois l'inverse, des mouvements de corps tellement stylisés qu'on dirait une esquisse cubiste.

Cette image très contrastée, où chaque page fait figure d'un enchevêtrement de yin et de yang en plein mouvement semble le symbole de la relation fraternelle racontée entre Yaqub et Omar. Un va-et-vient incessant entre deux pôles opposés par une mère inconsciente.

En feuilletant l'album très épais (228 lourdes pages) on voit peu de dialogues et on se dit que ce sera vite lu. Eh bien ce n'est pas le cas, c'est très long. La voix off (souvent présente dans les adaptations de roman) accentue les silences. Ces deux vies qui s'entredéchirent sous les stratagèmes avortés de la mère, Zana, sont racontées par plusieurs personnages, le père Halim, le demi-frère, Naël. Je dis tous ces prénoms parce qu’ils font comme une musique de fond au même titre que le décors de la ville de Manaus. Ils encrent l'histoire dans des relations familiales anciennes, dans celles à venir, bref c'est riche par bien des aspects.

Donc c'est une tragédie, un poème, un tableau mais c'est tellement triste et la mère a tellement le mauvais rôle que je n'ai pas vraiment envie de le relire...Mais lisez-le une fois c'est une belle expérience!

Avis posté par KanKr Infos posteur le 09/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Jeu de mains, jeu de frangins !

À l'instar de leur précédent ouvrage, L'Aliéniste, l'adaptation graphique de roman devient décidément une habitude pour Gabriel Bá et Fábio Moon. Ils nous livrent, dans leur dernier one shot, un autre regard sur celui de Milton Hatoum, Deux frères, dans une interprétation dessinée parée du même titre. Des frères jumeaux qui collaborent pour nous faire vivre, en B.D., les péripéties de deux frères aussi jumeaux que rivaux, l'idée ne manque pas de piment ! Un concept digne d'une mise en abîme dans un roman aux antipodes de la relation qu'ils partagent dans la sphère privée ou professionnelle. Fils d'une famille d'origine libanaise installée au Brésil, nés de l'amour d'Halim pour Zana, Yaqub et Omar sont des frères que, à contrario des auteurs, tout oppose. Le premier, studieux et respectueux des règles, a réussi alors que le second, oisif et impertinent, enchaîne les petites magouilles.

C'est toute l'attention de la mère dévolue à Omar qui entraînera un déséquilibre familial accentué par la suite d'une rivalité grandissante de la fratrie, courtisant le même cœur, menant à leur séparation à l'âge de 13 ans. Une dernière dispute scellera à tout jamais leur destin, laissant sur le visage de Yaqub une cicatrice, empreinte de la rupture. Exilé au Liban, Yaqub ne reviendra dans sa famille que cinq années plus tard. Entre amour, coups bas, vengeances, secrets de famille, le narrateur, fils illégitime de la servante indienne en quête d'identité, dépeint l'ombrageux portrait d'une famille sur le déclin suivant les vicissitudes de la ville dans laquelle évolue l'action : Manaus. Au rythme de ses départs et de ses retours, Yaqub devient progressivement le chef d'orchestre du déroulement de cette aventure extraordinaire par ses intrigues ordinaires.

Bien que fictif, le récit croise la réalité du contexte historique brésilien du XXe siècle ancrant ainsi les scènes dans une période que le lecteur peut identifier. Les nombreux protagonistes, tous porteurs d'une histoire dans l'histoire, se mêlent aux événements de l'époque : immigration libanaise, évolution et développement socioculturel rapide du pays bousculé par des changements politiques et touché par la dictature militaire, etc.

Le choix d'opter pour le noir et blanc se révèle judicieux. Il accompagne la lenteur du récit, l'intensité de l'intrigue et l’alternance des sombres souvenirs et des brefs moments de bonheur procurés par les retrouvailles. Force est de constater que les auteurs maîtrisent encore une fois leur sujet et que leur reconnaissance internationale dans le monde de la bande dessinée est loin d'être galvaudée. Alimentés de café noir, fort et sans sucre, carburant essentiel de leurs travaux, Gabriel Bá et Fábio Moon nous tiennent en haleine de la première à la dernière page. Puisant dans leurs racines et dans l'œuvre de leur compatriote brésilien, ils cultivent la curiosité du lecteur qui enchaîne les onze chapitres ponctués de flashbacks, impatient de dénouer les fils de cette intrigue.

Avis aux amateurs de télé-réalité ou autres indigences cathodiques, avides de petits secrets et de grands maux, éteignez vos écrans et procurez-vous cet ouvrage !

KanKr

Avis posté par Mac Arthur Infos posteur le 30/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’avais découvert ce duo d’auteurs brésilien via l’intrigant Daytripper (au jour le jour) et, je l’avoue, j’étais tombé sous le charme tant du trait que de l’originalité du récit et de la clarté de la narration.

Je retrouve avec plaisir Gabriel Bá et Fábio Moon dans un exercice toujours périlleux : l’adaptation d’un roman (en l’occurrence, le roman éponyme de l’écrivain brésilien Miltom Hatoum : Deux Frères). Et je peux le dire haut et fort : les jumeaux réussissent l’épreuve haut la main !

Ce qui marque dès les premières pages, c’est le style graphique. Un noir et blanc épuré, élégant et empli de vie. Le trait est parfois volontairement peu fouillé mais le charme et la lisibilité qui s’en dégagent font de chaque page un plaisir pour l’œil. J’ai été sensible à ce style rond et en noir et blanc à un tel point que je me suis parfois surpris à m’attarder sur certaines planches, plongé dans des pensées mélancoliques nées de ce trait.

Mais adapter un roman, c’est aussi et surtout parvenir à traduire un texte en un assemblage de dessins et de mots, sans que l’un ne prenne le dessus sur l’autre. Et c’est peut-être à ce niveau que l’exploit est le plus retentissent. A aucun moment, je n’ai senti qu’il s’agissait d’une adaptation… et à chaque instant, j’ai senti que cette œuvre était avant tout littéraire… tout en m’attardant souvent sur son dessin. Un équilibre parfait dans lequel chaque élément atteint un niveau tel qu’il en devient centre d’intérêt.

Outre cette réussite technique, il fallait encore que l’histoire en elle-même m’intéresse pour que je parvienne au terme de ce copieux récit. Retracer le parcours de jumeaux brésiliens depuis l’entre deux-guerres jusqu’aux années ’70 peut s’avérer fastidieux. Mais Miltom Hatoum a intelligemment nourri son récit, qui propose ainsi de multiples centres d’intérêt.

Le thème de la gémellité en est le pilier. Ces deux frères qui vont s’entredéchirer par jalousie nous offrent un portrait sensible de fraternité dévastatrice. Le récit s’en va crescendo, les origines du mal nous sont dévoilées via d’autres personnages et gagnent en nuance à chaque témoignage. Rien n’est évident, rien n’est simple et au terme du récit on en vient à se dire qu’il n’y a dans ce drame que des victimes et non des coupables. Et si ces deux frères focalisent l’attention, c’est à un portrait de famille, serviteurs inclus, que l’on a droit ! Du père au fils illégitime, chaque personnage apporte sa pierre à l’édifice.

Mais par-delà cet aspect, les auteurs nous offrent également le portrait d’une ville, Manaus, de sa splendeur et de son déclin, échos de la splendeur et du déclin de la famille dont ces deux frères sont issus. Il y a une belle symbiose entre le lieu et les personnages, qui fait que j’aurais du mal à imaginer ce récit en un autre lieu.

Enfin, ce récit fictif s’inscrit dans un contexte historique intéressant. Depuis l’immigration libanaise (dont sont originaires ces deux frères) jusqu’à la dictature militaire des années ’60-’70 au Brésil, chaque élément historique nourrit le récit pour nous le rendre plus authentique.

Ce récit est un pur roman graphique. L’action y est pour ainsi dire exclue. Tout son intérêt réside dans ses non-dits et dans la qualité d’écriture de la retranscription des états d’âme des acteurs. Sensible mais lent (il faut aimer le genre pour apprécier cet album), c’est une belle réussite dans le genre.

Un grand coup de chapeau également pour la traduction, qui permet de garder l’essence littéraire du roman. Certaines phrases sont d’une justesse et d’une finesse splendides. Seul petit bémol : ce livre, lourd et volumineux, a émis des bruits de craquement lors de la lecture qui me font craindre que sa reliure ne résistera pas au poids des ans.

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque