Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD
Notre seul ami commun Fiche série - Histoire - Série - Galerie - Les Avis (5) Découvrez les immanquables du même genre  Discuter de cette série sur le forum  Les gens qui ont aimé cette série ont aussi aimé…  Afficher cette série dans la liste du menu  Editer cette série 
Cliquez pour lire les avis 1 étoile(s).
(0)
Cliquez pour lire les avis 2 étoile(s).
(0)
Cliquez pour lire les avis 3 étoile(s).
(2)
Cliquez pour lire les avis 4 étoile(s).
(2)
Cliquez pour lire les avis 5 étoile(s).
(1)
Nombre d'avis5
Note moyenne3.80 / 5
Pour l'achat80%

Commandez cette série sur Amazon France, la livraison est gratuite !
Commandez la BD Notre seul ami commun sur bdfugue.com ! Achetez cette BD en ligne sur Rakuten.com

Avis posté par Michelmichel Infos posteur le 11/02/2019 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Au risque de faire avoir une crise cardiaque à notre Jetjet national, je ne mets que 3 étoiles à cette série.

Le premier mot qui me vient à l'esprit pour la qualifier, c'est "ORIGINALITÉ". C'est un sacré pari, risqué, que l'auteur et l'éditeur ont tenté.
Tout vient bousculer les codes: le fait de raconter une autobiographie avec des animaux anthropomorphes, la colorisation, la dualité entre la vie réelle et le jeu vidéo, la mise en pages avec le chassé-croisé entre l'histoire de Boris, de Mouss' et de celle du cochon garagiste, le début de chaque chapitre, symbolisé par un objet du quotidien dont il est donné la définition, la façon d'imager les sentiments de l'auteur-personnage principal, par des dessins au style surréaliste. Il y a quelque chose de Kafkaïen là-dedans.

Pour l'histoire en elle-même, il semble qu'elle soit authentique, je me demande si la chute l'est vraiment. Si c'est c'est le cas, c'en est une sacrée, et on peut dire que Boris Mirroir a en effet pris de gros coups au moral...

Ma note reste positive, principalement pour le risque pris. J'ai lu cette série avec un certain plaisir, plutôt avec curiosité en fait. Je ne sais pas si je la relirai, par contre.

Avis posté par Erik Infos posteur le 10/06/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est la première fois que je lis du Boris Mirroir. Comme quoi, il y a toujours des auteurs qui restent à découvrir. J'avoue que je m'attendais à tout autre chose. Le style fait résolument dans le comics avec un dessin totalement épuré. Il y a également une simplicité apparente dans les situations et un rythme assez lent comme pour installer les personnages dans leur quotidien.

Au début, j'ai été assez circonspect puis au fur et à mesure de ma lecture, j'ai été gagné par l'émotion du dessin et du récit. Il faut dire que le crabe peut nous dévorer assez facilement. Perdre des êtres chers est une dure épreuve. Tomber en dépression suite à cela en est une autre.

J'avoue avoir été bluffé par la fin de ce récit où l'on découvre le rôle du cochon qui était apparu en filigrane lors de petit intermèdes entre les chapitres du récit de nos trois protagonistes principaux qui vont se lier d'amitié. Il y a un humour parfois trop grinçant et quelques redondances. La sobriété sera de mise. Au final, c'est tout de même une bonne découverte.

Avis posté par Pierig Infos posteur le 11/06/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voici un ovni dans le petit monde de la bd.

BenGrrr, je le connaissais comme coloriste, je le découvre maintenant comme dessinateur (même si j’avais déjà lu Zzzwük - Celui qui ressemble à un lapin sans pour autant en faire le rapprochement des pseudos à l’époque).

Il propose un récit autobiographique dont le premier volume m’a laissé perplexe même si le final était fort émotionnellement. Sans les avis enthousiastes de mes prédécesseurs, j’aurais certainement arrêté ma lecture prématurément. Il est vrai que ce triptyque ne prend toute sa dimension que si lu dans son intégralité. J’ai beaucoup apprécié la narration et la mise en page. L’auteur s’accorde pas mal de libertés (absence récurrente de bras pour Boris) et le souci du détail est très présent. Le symbolisme dont parle Spooky (composition des couvertures, choix des titres) est poussé très en avant. Ainsi, chaque chapitre est précédé par une définition d’un objet a priori anodin mais qui a une réelle signification pour le chapitre en question. Voilà un récit en marge des productions actuelles, riche en significations et émotions, qui porte un regard très personnel sur ses relations avec la vie, la mort, l’amitié. Et si tout était lié ? …

Une lecture déprimante mais intéressante qui a été, j’imagine, un bel exutoire pour l’auteur.

Avis posté par Jetjet Infos posteur le 22/03/2013 (dernière MAJ le 15/05/2013) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Il y a des choses qui vous prennent à la gorge et ne vous quittent plus pendant longtemps, cela fait partie du quotidien à tous, de notre quotidien.

Boris Mirroir, un auteur que je ne connaissais pas a souhaité exorciser le sien en couchant de façon pudique mais sans fards non pas son mal être mais son vécu, « son » histoire. Ce n’est jamais larmoyant ni pathétique, c’est tout simplement une tranche de vie terriblement humaine, banale et cruelle à la fois que je ne peux qu’être touché par l’humanité que l’on rencontre au travers des trois tomes de « notre seul ami commun » dont chaque partie foutrement bien chapitrée (les couvertures ainsi que les sous-titres ont leur importance…) se développe à l’aide d’une narration sans paroles ou presque mais avec une mise en scène incroyablement expressive.

Si Boris utilise un univers coloré et presque muet avec ce peuple animalier vivant les affres d’un quotidien à peine romancé, c’est pour mieux ouvrir la perception du lecteur à l’univers d’un jeune étudiant introverti préférant se réfugier dans l’alcool et les jeux video afin de s’exprimer et de surmonter la maladie de sa mère.

Au hasard d’une lecture limpide et agréable se tisse un drame d’une banalité sans égal mais pourtant bien réaliste. Boris rencontre l’amour charnel, trouve en Mouss un ami qui lui pardonnera tous ses excès, s’amuse, vit mais ne se lamente jamais…

Il me faut remonter jusqu’au chef d’œuvre de Darren Aronofsky, « Requiem for a Dream » pour retrouver un récit aussi poignant sur l’incommunicabilité des sentiments et le fossé qu’il engendre. Mieux, « Notre seul ami commun » se débarrasse de tout débordement trash ou malsain par des cases poétiques et des dessins expressifs pour finalement mieux coller à la réalité… Le découpage est à ce titre exemplaire, qu’il s’agisse des différents chapitres avec lexique d’un objet, de ces prologues colorés façon aquarelle ou de l’histoire parallèle du cochon dépanneur dont les seules dernières pages de la conclusion ne laissent aucun doute sur les destins croisés des différents protagonistes…

Les diverses références musicales (album Substance de Joy Division), jeux video (Super Nes permettant de « dater » le récit) ou cinéma (j’ai cru reconnaitre des dialogues anglais de Fight Club) ne laissent aucun doute sur l’uppercut que cette œuvre nécessaire et purement indispensable a opéré sur moi.

Merci à Spooky d’avoir fait la lumière sur ce récit sorti de nulle part et surtout à l’auteur d’avoir couché une œuvre aussi intime qui réussit pleinement le challenge de distraire autant que d’émouvoir. Un trésor caché que je ne peux que vous inviter à vous imprégner… Tout simplement indispensable et nécessaire.

Avis posté par Spooky Infos posteur le 09/03/2013 (dernière MAJ le 28/04/2013) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Boris Mirroir, alias la Tête X de chez Ottoprod ou encore Bengrrr (coloriste pour James) replonge dans plusieurs épisodes douloureux de sa jeunesse avec ce triptyque.

En partie romancé, animé par des personnages à têtes d'animaux, c'est une lecture symbolique et fantasmée de l'époque où le jeune homme perdit sa mère, victime d'une longue maladie, comme on dit. Boris sort de l'adolescence, boit des bières, joue aux jeux video, va vivre le stade terminal de la maladie de sa mère, essayer d'obtenir son diplôme des Beaux-Arts... Il va faire des rencontres, déterminantes ou pas... Bref, un parcours initiatique, avec ses moments heureux et ses moments tragiques.

Le récit est en partie muet, Boris traverse cet épisode dans un état second semble-t-il, et il y aurait sans doute beaucoup à dire sur l'aspect psychanalytique des images. La construction est elle aussi particulière, c'est un gaufrier en 3x2 cases, dont l'auteur sort parfois, et notablement à la fin du premier tome. Le style est assez simplifié, épuré, ce qui n'empêche pas Boris de mettre des détails un peu partout. Ses ambiances sont différenciées, apportant un support supplémentaire aux émotions.

Le récit est construit autour de trois personnages, dont deux se rencontrent dès ce premier tome, alors que le troisième apparaît de façon intermittente, avant de croiser la route des deux autres, séparément, dans le troisième. Dans le second tome il y a nettement plus d'émotion. En même temps que Boris essaie de construire sa vie de jeune homme, sa vie familiale bascule et son quotidien est immédiatement bouleversé. J'ai trouvé ce second tome plus prenant que le premier, et même si je l'ai lu plus vite, car imprégné de la technique de Boris Mirroir, je n'en ai pas moins apprécié sa lecture, qui me permet de réhausser ma note d'un cran. Le troisième est du même tonneau, là encore ça bascule, entre épisodes heureux et dramatiques. J'imagine que Boris a dû avoir beaucoup de mal à réaliser ces pages, même si cela a peut-être revêtu une forme de catharsis, près de 20 ans après les évènements. Et ce troisième tome se termine... d'une façon brute, si j'ose dire. De quoi finir sa lecture plutôt secoué...

On comprend dans le second tome (et encore plus dans le troisième) qui est ce seul ami commun dont parle le titre, ce personnage qui intervient de façon ponctuelle, rappelant à Boris l'ironie de la vie, les coïncidences malheureuses et sa propre mortalité.

C'est émouvant, l'auteur réussit à faire passer beaucoup d'émotion dans un récit presque muet. L'ensemble n'est franchement pas rigolo, ne lisez pas ça un jour de pluie. Mais la posture adoptée, une histoire en partie allusive et elliptique, permet à l'auteur, du moins on l'espère, d'évacuer ces traumatismes, et d'enfin entrer dans son âge d'homme.

Un petit mot sur les couvertures, qui ont leur importance. On y voit Boris dans la même attitude, dans l'attente -probablement entre anxiété et trouille mortelle-, tenant dans sa main une boisson, dont l'évolution n'est pas innocente : bière, whisky, café. Sur la troisième couverture, Boris n'a plus sa sempiternelle clope au bec. Les titres ne sont pas anodins non plus, ils indiquent, avec l'image symbolique d'un animal, le signe sous lequel est placée la période considérée. Gros travail sur le symbolisme donc.

Un triptyque que je n'oublierai pas de sitôt.

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque