Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophes BD




... a post 1915 avis et 346 sries (Note moyenne: 2.95)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos gots! Comparez vos gots !
Mes nouveauts Mes nouveauts
Mes trophes Mes trophes

Les coups de coeur de Mac Arthur

Page prcdente Page Prcdente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Page Suivante Page suivante 
Nom srie  Minas Taurus  post le 30/08/2012 Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
En couverture, un soldat grec, le regard inject de sang tandis quun dmon se reflte dans la lame de son glaive et tout est dit mais rien ne sera comme vous limaginez

Tout dabord, la technique employe pour raliser cette couverture diffre grandement de celle employe au sein mme de lalbum. En effet, David Cerqueira est ranger dans la mme mouvance quun Eric Liberge ou un Jean-Michel Ponzio. Comme eux, il emploie des dcors issus de photographies et retouchs par ordinateur sur lesquels il plaque ses personnages. Je reprocherai toujours ce procd le manque de naturel qui en rsulte, le ct fig des scnes daction et cette dsagrable impression davoir devant soi un collage et non une planche dessine. Ceci dit, pour peu quon apprcie ce style, David Cerqueira matrise son sujet. Les personnages sont bien poss (ils ne semblent jamais flotter au-dessus du sol), les dcors sont cohrents. Ce nest donc pas mon got mais cest bien fait.

Dautant plus que Thomas Mosdi use intelligemment de la narration en voix off pour attnuer cette impression dun dessin fig. Les dialogues, sils sont prsents, passent souvent au second plan face ce narratif et donc chaque case devient un instantan. Le ct dcousu, le manque de fluidit qui dcoule souvent de lemploi de ce type de technique est donc totalement annihil grce au savoir-faire du scnariste.

Passons ensuite au thme mme de la srie. Si nous sommes bien dans la Grce antique, comme nous le laissait croire la couverture, si le personnage prsent sur celle-ci est bien un farouche guerrier et le hros de ces aventures, la srie ne sera pas pour autant pleinement guerrire. En effet, nous dcouvrons le personnage alors quil a perdu la mmoire. Tout ce premier tome sera donc une qute didentit nourrie par des souvenirs furtifs surgissant au gr des actes de notre hros. Cet emploi de lamnsie est certes trs classique (faut-il vous parler de XIII ou de Jonathan ?) mais bien matris. Le profil de Minas Taurus (puisque tel est son nom) senrichit chaque souvenir et ne correspond pas, de prime abord, celui auquel je mattendais.

Enfin, ce reflet dmoniaque dans le glaive, qui nous laissait augurer dune dimension fantastique dans le rcit, sil trouve bel et bien un cho au sein de lalbum, influence le rcit dune toute autre manire que celle laquelle on aurait pu sattendre.

Je lavoue : jai entam ma lecture avec certaines apprhensions. Mais ds la premire page tourne, je nai plus su lcher lalbum. Le rcit est prenant et mme si, pour les auteurs, il sagit ici surtout de poser les bases de la srie, lalbum se rvle riche avec dune part ce profil psychologique qui se dessine au fil des pages et dautre part une premire aventure certes peu originale mais bien construite et plaisante suivre. Le ton dramatique employ et la qualit dcriture sont des matres atouts pour cette srie tandis que Minas Taurus, principal protagoniste de ce rcit, se rvle incroyablement charismatique tant sa personnalit peut tre contradictoire ( la limite de la schizophrnie).

Une trs agrable surprise ! Si le deuxime tome offre une aventure un peu plus complexe que ce premier rcit (o la majeure partie de lespace tait rquisitionn, justement, pour dresser le profil du personnage), il est fort possible que je remonte encore ma cote dun cran ! Mais rien que ce premier tome est dj pas mal du tout !!

Nom srie  Thoreau - La vie sublime  post le 27/08/2012 Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
A lire le rsum, cest le genre dalbum qui peut faire peur. Et pourtant

Et pourtant, moi qui ne suis pas plus quun autre fru de philosophie, je nai pu abandonner ma lecture avant la dernire page. Je dirais mme plus : avant la dernire phrase de linterview qui clt lalbum.

Jai en effet trouv en Thoreau (prononcez le th langlaise) un personnage tonnant, intressant et attachant (mme si certaines de ses facettes le sont moins). Mais surtout, sa vision de la vie et du rle de lindividu dans la socit est incroyablement moderne ! Lecture termine, je navais plus quune envie : en savoir plus sur ce personnage. Et cest l, je pense, lobjectif atteindre par ce type de biographie, tant il est clair quon ne peut rsumer une vie et une manire de lapprhender en si peu de pages.

Chapeau bas, donc, Maximilien Le Roy pour avoir russi structurer une biographie qui fait aussi bien comprendre au lecteur les motivations qui ont influenc la pense dun philosophe amricain relativement peu connu de ce ct de lAtlantique ! De plus, jamais je nai eu limpression dtre trop inculte pour pouvoir comprendre cette pense. Le travail de vulgarisation est donc, lui aussi, dune indniable qualit.

La mise en scne fait appel plus dun passage muet qui font ressortir le ct contemplatif du personnage. Jamais, dailleurs, les planches ne seront surcharges de textes, mme dans les passages les plus bavards (chose que je craignais quelque peu, je lavoue). Tout est clair, net et bien synthtis. Jamais rbarbatif, toujours matires rflexion.

Le dessin, hormis la couverture, nest pas de ceux qui mattirent dordinaire. Mais, dans le cas prsent, jai trouv quil convenait parfaitement au rcit. Simple, dpouill mais soign dans ses aspects naturalistes, il sappuie sur une colorisation trs tranche qui accentue encore la lisibilit de lensemble. Il est clair ici que le dessin sert lhistoire, et non linverse.

Une trs agrable surprise, donc, qui ma permis de dcouvrir un personnage sans doute trop en avance sur son temps (et plus dun point de vue, encore en avance sur le ntre, de temps). Et lire cet album, je comprends mieux les rfrences qui lui sont faites dans un film tel que Le cercle des potes disparus .

A dcouvrir, vraiment !

Nom srie  Down Under  post le 12/07/2012 Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Excellente surprise que ce premier tome de Down Under.

Loriginalit de la srie est cependant bien plus aller chercher dans sa localisation gographique que dans lintrigue centrale. En effet, Down Under est lAustralie ce que Far West est lAmrique. En clair, nous nous retrouvons au pays des kangourous la fin du XIXme sicle. Des pionniers dbarquent, dautres sont dj bien implants, tous font montre dopinitret et de caractre. Les aborignes remplacent les indiens mais sont toujours victimes de lhomme blanc.

Oui, mais voil ! LAustralie nest pas lAmrique et Nathalie Sergeef (un nom suivre si ses prochaines productions sont de la mme trempe que ce premier tome) exploite parfaitement ses particularits. Faune et flore naturelles, culture du rve chez les aborignes, particularits des pionniers (dont beaucoup taient des repris de justice), mme ce fameux lapin introduit par les europens et qui ravagea le continent nest pas oubli.

Lintrigue, elle, repose sur la rivalit entre un pauvre pionnier jeune et intrpide et une riche pionnire avide de richesses et sans scrupules. Ce nest pas trs original en soi mais toujours aussi efficace. Dautant plus que ces deux personnages ne manquent pas de charisme ! Mais autour de cette intrigue naissent diverses sous-intrigues. Les seconds rles ne sont pas que des faire-valoir et dj plus dun se dessine comme un futur protagoniste dimportance. Comme ce jeune orphelin recueilli par une tribu aborigne

Voil donc un premier tome extrmement riche et bien foutu, que jai lu avec dautant plus de plaisir que le dessin de Fabio Pezzi est dune indiscutable qualit. Dans un style raliste bien lisible, lartiste nous livre des planches soignes et maitrise parfaitement les deux lments principaux du rcit : les personnages et les dcors. Le trait est sec et fin, la colorisation cre une atmosphre poussireuse totalement adquate.

Un sans-faute et une suite que jattends dj avec impatience.

Nom srie  De Cape et de Crocs  post le 10/07/2012 Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Jaurais aim faire montre dautant de verve quAyrolles pour vous donner lenvie de lire cette magnifique srie mais je nai pas son talent

Aussi vais-je me contenter de vous en dcrire louverture. Sur la page de prsentation (vous savez, celle o lon renseigne les noms de auteurs), un petit dessin, comme il est de coutume, nous prsente une scne de thtre, rideau baiss. Premire page, le rideau se lve et trs rapidement nous allons avoir droit aux trois coups. Lun est assn sur scne tandis que les deux autres se donnent dans le public et rsultent de petites scnettes darrire-plan. Au terme de ces trois coups (auxquels on ne fait pas spcialement attention la premire lecture) apparaissent enfin les deux personnages principaux

Si a, ce nest pas de la construction scnaristique soigne, je ny connais rien !

Longtemps, la srie va tre limage de cette ouverture, emplie dhumour, de richesse en profondeur, de finesse dans la construction et lemploi de clins dil. Comment oublier lentre en scne dEusbe ? Comment ne pas savourer le second rle offert Bombastus (mieux connu de nous sous son nom de Paracelse) ? Comment passer sous silence ces pages bonus, divines surprises qui closent ou ouvrent ces albums ?

Bon, le passage sur la lune savrera un peu longuet. Certes on retrouve toujours les personnages avec plaisir mais laction vient manquer tandis que les clins dil ont alors parfois tendance touffer le souffle pique du rcit.

Mais le final arrive temps. Le dernier tome conclut magistralement la srie. Les fils se recoupent, comme dans le plus fin des vaudevilles.

Noublions pas non plus la belle part apporte par Masbou. Son dessin lch et sa colorisation trs lumineuse sont partie prenante dans la russite de la srie. Les personnages sont tous trs expressifs et sur-jouent avec justesse (ahhh, les scnes de pirates maudits !)

Et puis, il y a ce parti-pris de mler personnages animaliers et tres humains, un choix qui ma dconcert dans un premier temps, au point de me dissuader dacheter, dans un premier temps toujours, la srie. Mais cest tellement bien matris et exploit que les auteurs ont russi me convaincre de la pertinence dun tel choix (et pourtant, je suis dordinaire allergique ce procd).

Voil ! La srie est clbre et cet avis ne servira sans doute pas grand-chose mais il me permet toutefois de remercier messieurs les auteurs pour les nombreuses heures de plaisir que la lecture et les relectures de cette magnifique srie mont valu.

Chapeau bas

Nom srie  L'Invention du Vide  post le 13/06/2012 Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cet album a russi me donner le vertige !

Page 52 pour tre prcis. Une pleine page montrant nos valeureux alpinistes dresss sur un sommet. Jai failli en tomber dans lalbum mais jy tais dj immerg jusquau cou, ce qui ma probablement sauv.

Notez cependant que ce sentiment de vertige nest pas venu dune seule planche. Non, progressivement, insidieusement, il mavait envahi, encore en latence, certes mais bien prsent, grce ce trait singulier dun artiste unique : Nicolas Debon. Artiste unique car son style ne ressemble aucun autre mais aussi parce quil parvient grce celui-ci, pourtant caricatural voire pur, restituer une ralit tangible, immerger le lecteur que je suis dans cette ralit quitte lui donner le vertige. Et tout cela avec un trait plat

Ensuite vient la colorisation. Lauteur joue de la lumire, multipliant zones dombre et plages ensoleilles dans cet univers montagneux. Un coucher de soleil devient merveillement devant le temps qui passe. Un lever de soleil devient promesse de nouvelles conqutes. Versants ensoleills ou obscures crevasses, Nicolas Debon pare ses montagnes de reflets merveilleux autant que dangereux.

Puis vient la narration. Sinspirant de lautobiographie dun alpiniste anglais, lauteur use dun langage dsuet des plus charmants. Non content de nous plonger au cur des Alpes, il se complait encore nous baigner dans un autre sicle Et cest un rgal. Cette narration date, dsute, pleine de fraicheur et non dnue dhumour permet de restituer ltat desprit de ces alpinistes. Guides rudes la tche ou dandy alpiniste et intrpide, tous sunissent devant un mme objectif : poser le pied l ou aucun ne la encore fait.

Par-del le duo central, ce seront mille anecdotes sur les ascensions de lpoque qui nous sont contes. Avec rigueur mais non sans humour, comme cette msaventure survenue une quipe anglaise qui aprs moult difficults parvient au sommet dun pic pour se rendre compte quils se sont tromps de sommet.

Et pourtant, la dangerosit de la montagne nest jamais occulte. Tout le long de ma lecture, jai senti combien un pas mal assur pouvait savrer mortel. Loin de tout dilettantisme, ces alpinistes se montrent avant tout humbles devant la montagne mais aussi heureux de la ctoyer, voire de la dfier.

Jaurais pu mettre culte si je navais senti une petite baisse de rgime en milieu dalbum et si le trac de certaines ascensions mavait t mieux prsent. Ce sont l des dtails de moindre importance mais ils coutent la cinquime toile lalbum Les quatre autres sont quant elles amplement mrites !

Cette invention du vide est tout simplement un des plus grands albums consacrs lalpinisme et la montagne que jai pu lire.

Nom srie  Soraa  post le 14/05/2012 Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je sors peine de Ismahane que je retombe dans le mme type de rcit avec cette touchante Soraa.

Le rcit est trs dur, dautant plus dur que Renaud De Heyn le construit sans tomber dans le larmoyant. Je fais confiance lauteur pour la plausibilit de lhistoire et, surtout, des propos tenus par les diffrents protagonistes. Renaud De Heyn est un homme de terrain, lisez La Tentation pour vous en convaincre. Certains de ces propos mont choqu, notamment au niveau de lantismitisme primaire vhicul par le discours dextrmistes islamistes un discours qui rappelle normment celui tenu par les nazis en 1939.

Le rcit, bien construit, permet surtout lauteur de dresser un tableau de la situation actuelle au Maroc. Bien sr, il ne sagit pas de gnraliser mais les faits exposs ont de quoi faire rflchir et, aussi, bondir. Les personnages principaux manquent mes yeux de personnalit mais ils sont logiques dans lesprit du rcit : ils subissent, mme sils ne sont pas consentants.

Au niveau du dessin, jai bien aim les dcors, moins les personnages. Trop de traits sur les visages nuisent la lisibilit du dessin et au passage des motions. Mais Renaud De Heyn a une patte, un style qui le sort de la masse. Et a, cest plutt une qualit quun dfaut, mes yeux.

Un rcit lire, selon moi. Instructif, difiant sur certains aspects, il peut (au mme titre qu'Ismahane, dailleurs) servir de support dans le cadre dun travail scolaire. En tous les cas, il soulve des questions et interpelle.

Pour la cote, jhsite entre le pas mal et le franchement bien . Lalbum se lit vite et bien, il souffre bien de petits temps creux mais son ct instructif sans manichisme et une fin raliste et dure o le rve remplace lespoir mont vraiment bien plu. Le dessin me laisse un peu plus sur ma faim, puisque je nai pas trop aim la manire dont les visages taient dessins et que ceux-ci sont nombreux. Mais chapeau pour les aquarelles des dcors !

Bon ! 3/5 avec coup de cur

Nom srie  La premire lettre  post le 16/04/2012 Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Dans lunivers de la bande dessine destine la jeunesse, il est de ces uvres qui vous donnent envie dtre pre pour le simple plaisir de pouvoir les acheter sans devoir craindre le regard moqueur de votre libraire.

La premire lettre fait partie de ces uvres.

Adapt dun texte de Rudyard Kipling (dont jignorais lexistence (le texte, hein, pas Rudyard)), la premire lettre est une uvre fine et intelligente. Lauteur y traite autant des dangers de lignorance que du besoin de tolrance, et les niveaux de lecture sont multiples. A la premire lecture, cest le besoin davoir un langage commun qui ressort de la conclusion du rcit. Ensuite, lon se rend compte que ce langage commun ne pourra tre atteint quen respectant les autres. Enfin, lon se dira que soigner son langage est essentiel si lon veut tre bien compris. A chaque lecture, une finesse apparait dans le message transmis et chaque fois, lon se dit que lauteur a vu juste .

Mais si je me suis pench sur cet album, cest avant tout attir par son aspect visuel. Tout dabord, il y a un bleu lumineux, autant prsent sur la couverture que dans lalbum. Ensuite, il y a un trait expressif et joyeux, dynamique et immdiat. Et, en matire de colorisation, si cest le bleu qui a attir mon regard, lensemble des couleurs employes donne un ton frais, soign, artisanal (dans le bon sens du terme) et spontan chaque planche.

Enfin, n'oublions pas la gait qui mane de cette lecture. Lhumour est omniprsent mme sil nocculte jamais le fond le lhistoire.

Beau voir, fin, avec une morale retenir et des niveaux de lecture multiples qui garantissent la conservation de lintrt de cet album au fil des ans, cette premire lettre est un vritable coup de cur pour moi.

Des comme a, jen redemande.

Nom srie  Grumf  post le 30/03/2012 Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Grumf ou la premire bande dessine dvolutive

A nouveau (car cest une coutume avec ce duo dauteurs), lalbum est construit sur une excellente ide : et si lhumanit, dans sa grande sagesse, faisait marche arrire et dvoluait. Et si on en revenait des valeurs essentielles, au respect de la nature et de notre mre la terre. Et si, enfin, tous les peuples du monde adoptaient un langage commun.

Nous allons donc suivre pas pas cette dvolution. Ide de gnie : la dvolution propose par le scnario est accompagne par la dvolution du dessin, celui-ci devenant de plus en plus pur au fil des chapitres.

Cet album donne incontestablement rflchir. Les auteurs samusent pousser le concept jusqu labsurde pour en dmonter par l mme les limites. Les grandes ides cologiques sont mises mal et cest plutt culott par rapport la tendance actuelle.

Je dois cependant avouer tre quelque peu rest sur ma faim. Le dbut du rcit ma compltement emball mais, au fil des chapitres, le concept pouss lextrme a commenc mennuyer. Je comprends tout fait la logique des auteurs mais le fait de simplifier dessin, texte et proccupations des acteurs leur fait perdre chacun de leur intrt.

Pour lide, je mettrais sans hsiter 4 toiles, tant pour le scnario que pour son prolongement graphique.

Pour la pertinence du propos, l aussi, je serais sans hsiter enclin accorder 4 toiles.

Pour le plaisir de lecture, les premiers chapitres valent 4 toiles tandis que les derniers tombent pour moi dans le bof ennuyeux.

Me vla bien embt pour coter cet album dont tant lintention comme lide menchantent mais qui a fini par mennuyer Bon 3/5 avec conseil dachat et coup de cur mais jaurais bien aim mettre plus.

Nom srie  Une bien belle nuance de rouge  post le 13/03/2012 Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un conte romanesque pour adolescentes certes, mais dans le cas prsent je me suis dcouvert une me de jeune fille en fleur (jen entends rire au fond).

Cette trs belle nuance de rouge nous conte donc ltrange relation amoureuse qui se tisse entre une adolescente en pleine crise du mme nom et un vampire en pleine crise, non pas du mme nom mais existentielle.

Et si un truc comme Twilight me tape franchement sur le systme, cette variation, elle, ma totalement sduit. Pourquoi ? Tout dabord grce au ton employ : romanesque et lger la fois, avec une grosse louche de gothique dans lesthtique et de classique dans le narratif.

Le texte se lit facilement tout en parvenant intgrer quelques passages du rouge et du noir cher Stendhal : un pari audacieux relev haut la main (mais une seule, hein, sinon cest moins facile pour crire mais je mgare) par un Mauricet en grande forme !

Le dessin est soign et directement lisible. Cest du trs bon semi-ralisme. Les personnages sont bien typs et leurs looks sont soigns. les dcors ne sont pas ngligs et bien en phase avec l'univers voqu.

Non, rien redire, vraiment ! Sinon que je suis impatient de dcouvrir la suite. Une suite qui, cerise sur le gteau, cloturera la srie. Pas de guimauve rallonge, donc !

Enfin, pour convaincre les plus sceptiques qui ne verraient l quune uvre opportuniste surfant sur la vague des suceurs--grandes-canines-toujours-bien-coiffs-mme-si-ils-ne-se-voient-pas-dans-les-glaces, je citerais ce passage o la copine de lhrone lui propose une soire vido consacre Twilight. Notre Garance rejette la proposition, lui prfrant Gary Oldman. Si a, cest pas une preuve de bon got, je n y comprend plus rien !

Mon coup de cur du moment.

Nom srie  Pilules bleues  post le 02/01/2012 Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un album que jai dvor malgr un aspect graphique de prime abord peu engageant.

Jai particulirement apprci le naturel avec lequel des questions trs dlicates sont abordes. Le rcit se rvle alors aussi touchant quinstructif. Il ma en tous les cas ouvert les yeux sur certains aspects de la maladie que jignorais totalement malgr toutes les campagnes de prvention auxquelles jai eu droit.

Graphiquement, comme je lai dit, ce nest pas ma tasse de th. Je regrette de ne pas avoir toujours su interprter ce que certains dessins taient censs reprsenter. Cela mest certes arriv rarement, mais cest quand mme arriv et cest trs frustrant ! Pour le reste, ce style trs spontan, comme pris sur le fait, convient bien ce genre de rcit. Le propos y est mis en avant tandis que laspect esthtique reste en retrait.

Au final, pour sa dimension ducative ainsi que pour le ct touchant de cette histoire qui sent le vcu , je ne peux mettre que franchement bien ! Et jespre vous avoir convaincu de le lire mme si, comme moi, le trait de Frederik Peeters vous rebute quelque peu.

Page prcdente Page Prcdente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque