Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 615 avis et 153 séries (Note moyenne: 3.54)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  In God We Trust  posté le 29/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Bien sûr, il ne faut pas essayer de comparer ce dernier ouvrage de Winshluss avec le très réussi Pinocchio ( en 2008 ), primé à Angoulême en 2009. D'ailleurs, dans un premier temps, j'avais soigneusement laissé cette bande dessinée sur la pile, après en avoir parcouru quelques pages, la jugeant digne de peu d'intérêt. Il aura fallu attendre que l'on me l'offre pour me plonger dans la lecture de cet album fort controversé (prix, intérêt, déception de beaucoup de lecteurs....).

Ce livre humoristique, composé de saynètes, plus ou moins réussies, est seulement destiné à faire rire, et sur ce point,le pari est gagné. Seule l'histoire avec Superman m'a laissé assez dubitatif. D'autres comme l'idylle de Dieu avec Marie, la mort de Jésus sont vraiment bien trouvées. Quant à la scène finale, elle est particulièrement soignée !
"Les requins marteaux" ont, une de fois de plus, soigné l'édition avec une couverture "classieuse", en total opposition avec le dessin irrévérencieux de Winshluss.
Je ne suis guère un adepte des BD humoristiques,relevant plus de blagues de potaches que d'autres choses, mais là, j'avoue avoir passé un bon moment de lecture avec St Franky, le narrateur, patron des amateurs de houblon et de BD.
Cette lecture underground de la Bible est certes à mettre en parallèle avec l'adaptation très sage voire quasi religieuse qu'en avait fait Crumb, autre dessinateur underground, en 2009, avec La Genèse .

La Bible fait encore l'objet d'inépuisables sources d'inspiration puisque Geluck, lui aussi, avec son célèbre Chat, nous offre sa propre interprétation.

Nom série  Le Banni  posté le 16/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après 3 années d'attente, nous avons enfin le droit de connaître la suite des aventures d'Hector La Muraille, dit le Banni.

En 2010, sur les conseils avisés de mon libraire, je m'étais procuré le tome 1 de cette trilogie. J'avais, en effet, cédé devant la beauté des planches dessinées par Tarumbana.
Entre le style de Rosinski et celui des jeux vidéos, le dessin est véritablement époustouflant. Pourtant, je ne suis guère porté sur ce style d'histoire, relevant de l'univers de l'héroïc-fantasy, comme chacun le sait. Mais là, je m'étais incliné devant le talent.

A présent, je découvre ce second tome qui, derrière une magnifique et très réussie couverture, augure d'une très bonne série. D'ailleurs, dans le pauvre paysage des séries abandonnées, il faut souligner le courage des éditions "Le Lombard" de ne pas avoir lâché ses auteurs en cours de route après 3 années de silence.... Dans ce second tome, nous en savons plus sur le bannissement d'Hector par le roi Alester le Vaillant.
L'histoire de Henscher est certes classique mais revêt un intérêt particulier grâce au dessin de Tarumbana.

Ce second volume est très sanglant, très noir, et avec enfin l'apparition des transcendants, il présage d'un tournant pour le dernier volume, qui parait-il est déjà bien avancé.
Encore une fois, je suis un peu las de l'héroïc-fantasy (seules quelques séries trouvent encore grâce à mes yeux) mais je suis et je reste subjugué par le dessin qui magnifie l'histoire.

Bref, un très bon moment de lecture

Nom série  Le Dahlia noir  posté le 01/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je n'avais jamais lu le roman éponyme de James Ellroy, ni vu l"adaptation cinématographique que Brian de Palma en a tiré.
C'est donc sans a priori que j'ai découvert cette bd.
J'ai tout de suite été séduit, voire impressionné par le dessin de Miles Hyman. Certes, on peut parfois regretter que certains visages soient parfois figé mais je me suis régalé à chaque page.
J'ai d'ailleurs pris pas mal de temps pour lire cet ouvrage de 166 pages, tant le scénario est complexe.
Mais le découpage de Matz, aidé par David Fincher (excusez du peu) en six chapitres permet au lecteur de reprendre son souffle dans une histoire qui aurait pu être confuse. L'ambiance des années 40 est très bien restituée (costumes, chapeaux, voitures et uniformes...tout y est)et outre une galerie de personnage assez importante,la véritable héroïne de cette intrigue, c'est la ville de Los Angeles , avec ses flics corrompus, sa mafia,mais surtout son industrie cinématographique, objet de toutes les convoitises.
Matz, scénariste du "Tueur" est d'ailleurs un amateur de polar (il en a écrit) et n'en est pas à sa première adaptation. En effet, il avait co-signé il y a deux ans, je crois, le scénario d' "Adios Muchachos", toujours chez "Rivages/Casterman", collection qu'il dirige.
Mais revenons au "Dalhia noir" avec qui j'ai passé d'agréables moments (bédéphilement parlant, évidemment). Je vous conseille, si vous en avez l'opportunité d'acquérir la version "tirage de luxe", cartonnée et enrichie d'un cahier graphique.
Il s'agit d'un ouvrage qui mérite une lecture soutenue, de prendre son temps et que je relirai avec le même plaisir à la prochaine occasion

Nom série  Victor Hugo, Aux frontières de l'exil  posté le 30/09/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai attendu que les éditions canalbd sortent enfin ce tirage de luxe pour me plonger dans cette aventure.
Il s'agit là certainement de l'un des albums les plus intelligents et remarquables qu'il m'ait été donné de lire en cette rentrée.
Explorant les failles de Victor Hugo (son désespoir après la mort de sa fille, Léopoldine, son goût des séances de spiritisme, son aversion contre l'Empire), Esther Gil nous propose un scénario finement ciselé, très éloigné d'une biographie classique. En effet, c'est une véritable énigme policière que l'on suit tout au long de ces 93 pages, énigme policière ponctuée d’événements et d'autant de personnages qui alimenteront l’œuvre de l'écrivain. On y croise en effet,Gavroche, Vidocq (qui deviendra Javert sous la plume de Victor Hugo) mais nous assistons également à la célèbre scène de fuite dans les égouts de Paris que l'on retrouvera dans Les Misérables mais aussi en toile de fond, nous découvrons l'histoire de John Charles Tapner, dont s'inspirera Victor Hugo pour son pamphlet "le dernier jour d'un condamné à mort". Et l'auteur ose même une explication assez personnelle du port de la barbe par le Poète.
Cet album s'inscrit dans la droite ligne du combat de Victor Hugo contre Napoléon III, avec un empereur plus vrai que nature sous les traits de Laurent Paturaud.
Car la force de cet album réside sans doute dans les magnifiques planches de Laurent Paturaud, aussi à l'aise pour nous décrire la cour de l'Empereur, que les bas fonds de Paris.Mais il excelle dans les personnages, surtout les personnages féminins, qui sont de toutes beautés sous ses pinceaux. Il suffit pour s'en convaincre de vous plonger dans la cahier d'esquisses, qui est presque trop court!
Pour les amateurs, je vous conseille les éditions canalbd qui proposent un dossier historique (en plus des esquisses) reprenant les personnages et événements présents dans cet album.
Bien sûr, vous ne pouvez refermer ce livre sans découvrir ce poème que tout les écoliers ont appris, sous un autre angle:
"Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends
...."

Nom série  Universal War Two  posté le 25/09/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
7 ans après la fin de Universal War One, Denis Bajram nous revient avec un nouveau cycle de 6 volumes. Je sais cela va être long mais, même pour un lecteur comme moi qui a décidé d'arrêter l'achat de série à rallonge, il est difficile de résister à la tentation.
On retrouve l'univers de UW1, avec le fameux Wormhole, les CIC et l'ombre de Kalish, omniprésent dans l'album.
Mais cette fois, c'est autour d'une fille, Théa, descendante de Kalish que semble évoluer ce nouveau cycle.
Et il démarre sur les chapeaux de roues : attentat impressionnant, apparition de triangles mystérieux (voir sur la couverture) et d'autres phénomènes encore qui font de cet opus un véritable "film catastrophe".
C'est bien amené, toujours découpé par chapitre reprenant, en incipit, la fameuse Bible de Canaan.
Que dire du dessin de Bajram qui, avec des mises en pages audacieuses, est toujours aussi bon, dans la droite ligne du précédent cycle. D'ailleurs il a conservé sa technique du dessin réalisé à la palette graphique.
Me voici donc reparti pour un nouveau cycle, et cela avec mon plus grand plaisir.

Nom série  Pawnee  posté le 08/09/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Après avoir relu Frenchman, je me suis plongé dans le dernier ouvrage de Patrick Prugne, "Pawnee". Car s'il est annoncé comme un one shot, cet opus n'est ni plus ni moins que la suite de Frenchman, reprenant la destinée des principaux protagonistes huit ans plus tard.

Mais ce qui retient l'attention à première vue, c'est la beauté des planches de Prugne. J'ai pris beaucoup de temps à découvrir cet album, tant les paysages y sont magnifiques (et je ne vous parle pas des doubles pages, ni du cahier graphique imposant que nous offrent les éditions Daniel Maghen)
Par rapport à Frenchman, le rythme est plus soutenu et le scénario plus dense, nous amenant parfois des surprises.
Peut-être un peu cousu de fil blanc, les dernières pages sont somptueuses, et teintées d'émotion. D'ailleurs, dans un de ses commentaires dans le cahier graphique, Patrick Prugne écrit "je crois bien que je voulais dessiner le silence", eh bien le pari est réussi dans les dernières pages (pages 72 et 73) où tout est dit, presque sans dialogue.

Un album à lire mais surtout à relire, en prenant son temps.

Nom série  Deadline  posté le 08/09/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Après le très réussi et remarqué Terra Australis - une de mes meilleures lectures de 2013 -, LF Bollée nous revient avec un western haut en couleurs, illustré par Christian Rossi, à qui l'on doit déjà la série W.E.S.T.

Ce qui frappe en premier, c'est évidemment le dessin et les couleurs de Rossi, qui sont tout simplement magnifiques, même si l'option prise par Rossi est telle que les premières pages, inondées de lumières sont parfois déconcertantes et à contrario, certaines scènes se déroulant de nuit ressemblent à de véritables photographies. C'est étonnant, déstabilisant mais cela donne des planches superbes (en outre la mode étant au cahier graphique, on en prend plein la vue dans le supplément proposé).

Côté scénario, je m'attendais plus à une histoire sur les camps de prisonniers qu'à cette vengeance que l'on suit sur plusieurs années. Même si le thème de l'homosexualité est assez inédit dans le monde du western, LF Bollée nous le dilue dans l'Histoire des Etats-Unis, celle de la guerre de Sécession, du Ku Klux Klan et de la désolation des Etats du Sud.

Un très bel album donc, qui mérite vraiment le détour pour cette rentrée.

Nom série  L'Entrevue  posté le 25/07/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'avais découvert Manuele Fior avec le formidable Cinq mille kilomètres par seconde, primé à Angoulème il y a quelques années.
Avec ce dernier album, nous sommes à milles lieues de son précédent album.
Avec une histoire se déroulant en 2048, et le tout en lavis noir et blanc, Manuele Fior rompt complétèment avec son dernier succès. Graphiquement, rien à dire, les dessins sont superbes, les sous entendus entre les pages 94 et 97 , repris plus explicitement à la fin du récit (vers les pages 162/163) sont fort bien construits et j'avoue que le style m'a vraiment conquit dans l'achat de cet album.
Cependant malgré deux lectures attentives, j'ai l'impression d'être passé à côté de quelque chose. Bien sûr , l'histoire du couple de Raniero m'a tout de même ému mais l'histoire avec du psychologue avec Dora, tout deux témoins de phénomènes extra-terrestres m' a beaucoup moins convaincu.
Entre science fiction et roman graphique, j'avoue avoir du mal à me faire une opinion définitive sur cet album.
Malgré des approches graphiques audacieuses, je n'ai pas réussi à rentrer dans cette histoire.

Nom série  Mi-anges, mi-démons  posté le 24/07/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'aime beaucoup le style d'Olson qui se rapproche de celui de G. Levis, un des maîtres de la bande dessinée érotique contemporaine, à mon humble avis.
Les éditions "dynamite" nous offrent ici les trois volumes de "mi anges, mi démons", parus en 1994 dans la collection 'Le Marquis' de Glénat....toute une époque.
Avec une prédominence donnée aux aventures lesbiennes de Wanda, interprète internationale, et de Cory, esthéticienne-toutes deux dotées de poitrines opulentes- ce récit reste sensuel, parfois pornographique mais dessiné de telle manière que cela apparait rarement vulgaire. L'auteur certes garde une vision le plus souvent consentante de la femme face aux désirs des hommes, ce qui ne correspond pas du tout à la réalité mais aux fantasmes des lecteurs masculins et d'une forme de cinéma érotique de la fin des années 1970. Cette soumission de la femme peut paraitre dérangeante (voir l'épisode du tailleur)mais cela illustre un certain état d'esprit de l'époque.
Olson renoue, en outre,avec la dernière histoire, avec le mythe de la belle et la bête,comme il l'avait déjà fait avec "Julia", publié dans "BédéX".

Un album de qualité, servi par un scénario tout de même construit pour ce genre de récit.

Nom série  Terra Australis  posté le 14/07/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Mais quelle épopée que cette aventure où nous entrainent LF Bollée et Philippe Nicoux.

Je ne m'attendais pas à une telle lecture en commençant ce pavé. Littéralement, nous sommes proches d'un récit digne de l'Odyssée avec des personnages emblématiques comme le colosse Caesar ou le freluquet John Hudson, sans oublier le gouverneur Phillip et le romantique lieutenant Ralph Clark.

Ce récit qui m'a vraiment surpris est mené de main de maître. Au cours des premières pages nous découvrons les principaux protagonistes de cette fantastique aventure : les déportés constitués de bagnards et forçats dans un Londres du XVIIIème parfaitement reconstitué par le dessin sublime de Philippe Nicoux,-avec de magnifiques planches consacrées aux fameux pontons et à la prison de Londres- et les marins de sa royale Majesté, le Roi Georges.

Cette aventure sur plus de 500 pages nous retrace non seulement le voyage maritime vers la future Sydney mais aussi un reportage sur ces futurs colons, condamné(e)s à des peines diverses et qui peupleront le nouveau continent.

En composant des pleines planches superbes, Philippe Nicloux nous offre un récit en noir et blanc d'une beauté à couper le souffle, le tout servi sur un scénario en béton de LF Bollée, dont je suis la carrière depuis plusieurs années.

Ouvrage imposant s'il le faut, assez cher également, mais qui a su, aux dires de l'éditeur, conquérir un public assez large.

Pour le moment, il s'agit pour moi, d'une des meilleures bandes dessinées que j'ai lues depuis ce début d'année.
Dépaysant, instructif, intéressant et surtout bien dessiné.

Que demandez de mieux ?

Nom série  Une petite tentation  posté le 26/04/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Parue initialement sous le titre du "Sourire de la baby-sitter" chez Soleil il y a trois ans -avec seulement 2500 exemplaires vendus-, la première partie de ce récit a entièrement été refondue et nous retrouvons, cette fois-ci, sous le label de Vent d'Ouest, le récit complet sous un format assez original et surprenant avec cette fois 148 pages d'une histoire complète.
Avec ce nouveau découpage et un nouveau rythme, les auteurs espèrent trouver un nouveau public. Pari réussi, car si j'étais passé à côté de la précédente édition à l'époque (j'achète de moins en moins de série -même courte- et je privilégie les one shot), cette histoire m'a tout de suite séduit.

Depuis quelques années, je suis de près les bd signées Jim (Petites éclipses et surtout Une nuit à Rome figurent dans mon Panthéon des bd inoubliables) et, avec cet album, Jim nous offre une histoire amusante, originale et surtout rafraichissante.
J'ai littéralement dévoré les aventures de Calista et d'Anna qui se lancent un défi de taille : celui de virer la femme de Jean, chez qui Calista fait du baby-sitting, pour s'emparer de l'appartement de 160m2, accessoirement du mari, et de la belle vie attenante...

Avec ce scénario certes classique, on pourrait s'attendre à une bd classique mais Jim sait doser les surprises, et elles ne sont pas les moindres dans ce récit. Je ne vous en dit pas plus.
Sur un dessin assez proche de l'univers du manga, vers lequel je ne suis pourtant pas porté, cette bd se lit avec grand plaisir et se dévore avec délice.
Que demander de mieux ?
Pari réussi, donc, pour les auteurs.

Nom série  Sherman  posté le 21/04/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je retrouve dans cette série, le Desberg de Black Op, c'est dire si cette série m'a vraiment séduit.
J'ai lu les six tomes d'une traite tant je voulais connaitre la suite des mésaventures de Sherman. Passionnant de bout en bout, j'ai suivi ce polar qui couvre plus d'un demi siècle de l'histoire des USA avec frénésie.
En effet, malgré les nombreux flash-back qui ponctuent le récit (les années 30, la seconde guerre mondiale, l'ascension de Sherman...), la lecture reste fluide grâce à un scénario bien ficelé, et des codes couleurs par époque. En outre, le résumé des épisodes précédents est bien intégré dans chaque volume.
On pourrait voir dans l'histoire de cette famille de Sherman, une réminissence de celle du clan Kennedy (avec ses relations avec la mafia, le régime nazi, l'espoir mis dans son fils pour atteindre la magistrature suprême...) mais Desberg amène ici un souffle nouveau à travers une véritable chasse à l'homme sur six volumes.
Une série réussie, malgré quelques approximations au niveau des dessins parfois (des visages non dessinés dans le tome 3, des personnages que l'on a du mal à reconnaitre sur certaines cases) mais cela est sans doute la conséquence d'une parution assez rapide et rapprochée entre les volumes.

Nom série  Vito  posté le 10/04/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Très bon début pour cette nouvelle série d'Eric Stalner.
On rentre dans le vif du sujet dès les premières pages, et ce premier volume se lit avec plaisir, sans aucun temps mort.
Même si la couverture de l'album nous donne une idée du monde fantastique dans lequel Guiseppe Amarino, le projectionniste ambulant, va se trouver confronté, le récit se déroule dans la Sicile de l'immédiat après guerre.
Il faut d'ailleurs souligner la beauté des dessins d'Eric Stalner, qui nous offre des décors siciliens somptueux.
Même si les mystères sont assez nombreux dans cet opus (qui est Vito, qui a filmé le court métrage fantastique, quelles sont les motivations de ses poursuivants...?), l'histoire reste linéaire.
Un bon album qui j'espère, augure d'une bonne série.

Nom série  On dirait le sud  posté le 16/03/2010 (dernière MAJ le 04/04/2013) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Tome 1

Très bonne petite surprise de l'année.
Un dessin et une colorisation surprenants mais une intrigue finement amenée. L'ambiance des années 70 est parfaitement retranscrite.
D'ailleurs, rien n'y manque : des chansons de Joe Dassin, au méga-tube "porque te vas", jusqu'aux voitures (ne serait-ce pas des photos? voir la page 31 de sortie d'usine) ou encore les vêtements (le mythique T-shirt de l'AS St Etienne -allez les Verts !!- est même en couverture). J'avais 7 ans en 1976, et je me reconnais dans l'atmosphère décrite.

Sur fond de crise sociale et de drame humain, Cédric Rassat, à qui l'on doit déjà La Frontière et William Panama, nous offre un univers quasi familier avec des situations cocasses (le quasi running gag du capitaine de gendarmerie).

Un premier opus de présentation très riche et qui, dans ses dernières pages, laisse augurer un développement plus dramatique.

Bref un album intéressant à plus d'un titre et qui mérite vraiment d'être découvert surtout pour les dessins.

Longtemps, je suis passé à côté de cet album et il a fallu la pugnacité de mon libraire pour me décider, tout d'abord à l'acheter (mais je suis faible) mais surtout à le lire.

Sans aucune publicité aucune (je n'ai lu encore aucun article dans la presse spécialisée), je crois savoir que cet opus commence à trouver son public. Et c'est bon signe pour son dessinateur, Raphaël Gauthey qui, par son style (faut-il parler de dessin, tant l'on s'approche de la photo), illumine cette histoire, somme toute assez sombre.

Un régal pour les yeux,
un scénario plus qu'intéressant,
bref une bd originale dans un paysage éditorial assez morne, en ce semestre, à mes yeux.

Tome 2

Après 3 ans d'attente, je découvre enfin la seconde et dernière partie de cette aventure.
J'avoue que le dessin y est toujours aussi excellent voire remarquable. La couverture de cet album reprend en outre les mêmes personnages que ceux figurant sur le premier volume, mais dans des postures fort différentes.
J'ai retrouvé dans cette seconde partie, toute l'atmosphère des années 70: la canicule de 76, le célébre "pull over over rouge", les années Giscard, les syndicats, le débat sur la peine de mort, la conduite sans ceinture de sécurité.
J'avoue tout de même avoir été assez déboussolé par cette fin ouverte.
Mais ce dipthyque vaut surtout, je le rappelle, par le formidable dessin, lumineux, explicite, et surtout très réaliste de cette ambaince des années 70 (regardez les pages 58 à 60 qui sont formablement ancrées dans cette époque)

Je pense que cet album devrait recueillir les suffrages des lecteurs nés dans les années 70

Nom série  Lastman  posté le 22/03/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je ne suis guère un inconditionnel des ouvrages de Vivès (seuls trouvent grâce à mes yeux Polina et l'irrésistible Les Melons de la colère), pourtant avec "Lastman", cosigné par Balk et Sanlaville, j'ai pris une véritable claque.

D'une part, il s'agit d'un formidable divertissement, comparé à tort dans la presse spécialisée à un manga (les magazines Zoo, DBD et CaseMate consacrent ce mois ci de longs articles sur cette nouvelle série). Le ton adopté est drôle, enlevé et enjoué (le personnage de Richard Aldana est riche en bons mots et possède un caractère d'un véritable ours), et j'avoue avoir passé un excellent moment à la lecture de ces presque 200 pages.

D'autre part, le dessin, même s'il n'est pas signé par Vivès, l'étoile montante de la bd actuelle, s'apparente à son style si particulier.

Avec ce premier volume, de nombreuses intrigues peuvent se développer avec le temps : d'où vient Richard Aldana? Comment vont évoluer ses rapports avec la très belle Mme Valba ? Comment va réagir le Maître Jansen ? Qui est ce mystérieux personnage s'intéressant au tournoi ?

Bref un premier volume prometteur et innovant dans la production franco-belge actuelle, qui mérite vraiment toute votre attention (le tirage initial étant prévu à 30 000 exemplaires, Casterman prévoit tout de même un succès éditorial) et qui sera suivi dans l'année 2013 par la parution des deux prochains volumes.

J'attends donc la suite avec impatience.

Nom série  Hot dreams  posté le 06/03/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Longtemps, je tournais autour des livres de Varenne sans pour autant en acquérir un. Et puis avec Hot Dreams, j'ai sauté sur l'occasion et j'ai succombé à l'achat.
Je connaissais de loin l'oeuvre de Varenne et j'avoue que son trait réaliste et surtout élégant m'a séduit.
Derrière une superbe couverture volontairement suggestive, "Hot Dreams" regoupe autour de cinq thèmes (Rêveries, Libertinages, Découvertes, Rencontres et Vagabondages) près de 60 histoires coquines de 5 à 6 pages , publiées dans le mensuel "Union" entre 2001 et 2007, bref 320 pages dédiées au sexe. (Si vous voulez des révélations sur les débuts de ce journal, reportez-vous à un roman d'Alexandre Jardin, qui en dit long sur les débuts éditoriaux de ce mensuel pour adultes).
D'ailleurs, les scenarii sont signés Adam de Lichnana, actuel patron du journal "Union"
Malgré des scènes très explicites, le dessin de Varenne, de par son trait, est plus versé vers l'érotisme que vers la pornographie. Varenne ne décrit pas la même chose que Bruce Morgan ou encore qu'Ardem.
Certaines histoires relèvent d'ailleurs plus de l'humour ( je pense notamment à "Hot menhir" ou encore "Love cérébral record" voire "Hot Cap") que de la pornographie.

Il faut aussi souligner la très belle qualité éditoriale de ce livre, publié par "Page 69".

Nom série  Souvenirs de l'empire de l'atome  posté le 03/03/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Un véritable Ovni que cette bd intitulée sobrement "Souvenirs de l'Empire de l'Atome", de Thierry Smolderen (à qui l'on doit déjà cette superbe série Ghost money) et A. Clérisse, dont je découvre le dessin.

Tout d'abord, un objet éditorial de grande qualité édité étrangement par Dargaud alors que le format le rapprochait plus des albums en provenance de Futuropolis.

Découpée en plusieurs chapitres, qui vont dans le désordre de 1926 à l'an 110 000 dans le futur, en passant par l'année charnière 1958, cette histoire peut paraître confuse, voire compliquée mais elle bénéficie d'un scénario en béton qui en fait une lecture très fluide et très agréable. Bref, cette bande dessinée est un véritable régal, voire la révélation de l'année 2013.

Véritable hommage aux thèmes de science-fiction developpés dans les années 50 (et inspiré apparemment d'un fait divers réel), cet album réconcilie à la fois le franco-belge (avec l'exposition universelle de Bruxelles de 1958 ) et l'inspiration des bd américaines de science-fiction. On y croise d'ailleurs un André Franquin et une rousse plantureuse et incendiaire issue de Mad Men, un clone de Zorglub, et certainement d'autres références (une Ford T, un Georges Bush Sr) qui mériteraient une seconde lecture.

Ouvrage fort riche et à plus d'un titre intéressant, qui, s'il le fallait, est encore réhaussé par le magnifique dessin décalé d'Alexandre Clérisse qui donne à cet album à la fois cet aspect désuet des années 50 et toute sa modernité. Un comble, non ?

Bref, s'il ne fallait conseiller qu'un seul livre à lire depuis ce début 2013, ce serait sans nul doute celui-là.

Nom série  Thermae Romae  posté le 22/02/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'avais emprunté les quatre premiers volumes de Thermae Romae et devant de bonnes critiques dans les journaux, je m'attendais à lire quelque chose d’intéressant.
Que nenni !
On tourne en rond, le premier volume est répétitif avec ce Geo Trouvetout des bains douches qui ne cesse de se noyer dans son bain pour réapparaitre dans le futur, pour enfin ramener dans son époque (vous suivez?) une création du futur (pomme de douche, baignoire...)
Je me suis un peu lassé de cette histoire.
Le début du tome 2 est plus prometteur car on s'attache plus au personnage et à son époque (avec l'empereur Hadrien) qu'aux thermes romains. Hélas, on revient encore dans ce travers avec alternance d'histoire antique et "retour vers le futur" japonais.
J'ai arrêté ma lecture à ce tome 2 et je n'irai pas au-delà.
Ce n'est pas demain la veille que je me réconcilierai avec les mangas.

Nom série  Le Beau Voyage  posté le 19/01/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une petite pépite teintée d'émotion que ce "Beau Voyage" signé Springer & Zidrou.

Hasard ou pas, je viens de lire coup sur coup Les Folies Bergère et La Peau de l'ours de Zidrou, auteur que je découvre donc tardivement.

J'éprouve aussi une certaine admiration depuis des années pour le dessin de Benoit Springer, qui depuis Volunteer, a bien évolué.

C'est une histoire tout en finesse qui nous est présentée, avec des rapports père-fille difficiles , des incompréhensions mutuelles, sur fond de drame familial que l'on découvrira vers la fin. Si le thème de la mort est souvent abordé en bande dessinée, (Les Funérailles de Luce, par exemple signé d'un certain... Springer), Zidrou le traite en parallèle avec des scènes de sexe assez suggestives tout de même.

Après une première lecture, des scènes très fortes ressortent : l'enterrement, "l'accident" mais surtout la superbe page émouvante du répondeur (page 48 ).

Mais cet album mérite surtout d'être relu, gage de qualité.

Présentée en sept chapitres, cette chronique familiale entrecoupée de flashes-back est une belle surprise en ce début d'année 2013.

Une bd intimiste, sensible et émouvante.

En un mot... superbe !

Nom série  Chantages  posté le 08/01/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tome 1

Le dessin d'Ardem est toujours aussi bon, aussi cru pour ce genre de bd.
L'histoire est très violente, voire souvent insupportable : comme souvent dans les bd d'Ardem, le thème de la soumission des femmes est très (voire trop) présent.On peut certes regretter que le scénario donne lieu à une scène quasiment insoutenable où Hélèna subit les assauts répétés de plusieurs mâles en rut dans les toilettes des hommes.
Ardem choisit de décrire des femmes le plus souvent passives devant le joug de la gente masculine, c'est parfois dérangeant, souvent humiliant mais, je dois le dire, parfaitement mis en image par Ardem, qui reste pour moi, un des meilleurs ilustrateurs de la bd porno actuelle.
Au final, on aimerait qu'Hélèna ait plus de caractère -elle est tout de même cadre supérieure- pour se rebeller face à ce chantage qui n'était pas si insurmontable (la réponse est dans le tome 2).
Certes, le trait d'Ardem est toujours aussi fin, et les scènes très soignées mais j'avoue que la perversité de certaines actions est assez difficile à lire.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 31 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque