Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1070 avis et 264 séries (Note moyenne: 3.18)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  La Malédiction de Gustave Babel  posté le 13/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà un auteur que je suis depuis pas mal de temps et qui ne finit pas de me surprendre. Avec ce nouvel album Gess nous offre un écrin magnifique pour une histoire envoutante.

Gustave Babel nous raconte en effet la vie d'un tueur à gage au service de la Pieuvre, organisation mafieuse parisienne de la fin XIXe début XXe qui a le don de parler toutes les langues ; pratique quand on est assassin d'un pays à l'autre !
Sans rien dévoiler, l'album s'ouvre sur la mort de Gustave, et c'est toute son histoire qui va se décanter petit à petit. Lui qui était devenu ce qu'il était en ayant perdu la mémoire, nous donne au compte goutte au fil des différents chapitres tous les éléments qui vont recomposer petit à petit son histoire.

C'est ce récit mais surtout l'ambiance qu'a su donner Gess pour donner vie à une tripotée de personnages aux surnoms tous plus éloquents les uns que les autres qui m'a conquis. L'originalité de ce ton volontairement mélancolique colle parfaitement à cet assassin hors norme qui se retrouve pour la première fois confronté à l'échec (ses cibles meurent avant que lui ne les tue) ; tout cela va précipiter sa chute mais lui permettre de retrouver son intégrité et sa mémoire.

Le dessin et la mise en couleur de Gess concourent parfaitement à l'ambiance qu'il a imaginé pour ce récit et donnent à l'ensemble une cohérence que j'ai trouvé des plus réussie et qui je l'espère donnera naissance à d'autres albums dans cet univers de la Pieuvre.

Nom série  Mars Horizon  posté le 11/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avec cette nouvelle collection, Delcourt profite du succès ambiant de la BD à caractère documentaire pour faire son nid, et c'est plutôt réussi avec ce "Mars horizon" scénarisé par Florence Porcel (journaliste scientifique) et mis en image par Erwann Surcouf que je découvre avec cet album.

Prenant le parti de mêler fiction et données scientifiques, nous sommes donc projetés 60 ans dans le futur pour suivre l'arrivée de la première mission humaine sur Mars pour y établir une base permanente. Fan de conquête spatiale, j'ai trouvé cet album intéressant, mettant en avant tous les soucis physiques et psychologiques auxquels une telle équipe pourrait être confrontée. C'est plutôt bien vu dans l'ensemble, même si quelques passages m'ont semblé moins pertinents pour le format BD.
Le dessin d'Erwann Surcouf très simple mais efficace n'est pas spécialement ce que j'affectionne le plus, mais il assure très bien son rôle et je m'y suis plutôt bien accoutumé.

Alors, pour les curieux de la conquête spatiale, "Mars horizon" est un album plutôt sympathique qui devrait intéresser les curieux et ceux qui ont toujours un peu la tête dans les étoiles.

Nom série  Seraphin Cantarel  posté le 01/10/2016 (dernière MAJ le 10/03/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je poursuis dans ma lancée des adaptations de romans en BD avec cette fois une nouvelle série policière tirée de l’œuvre de Jean-Pierre Alaux.

Je ne connaissais pas les romans de cet auteur, mais l'originalité du personnage principal a titillé ma curiosité. En effet, loin des privés classiques ou flics véreux qu'on recycle à toutes les sauces, notre enquêteur est quant à lui conservateur en chef des Monuments nationaux dans les années 70'.
Ce premier tome de cette série se déroule donc du côté de Royan où notre conservateur accompagné de son collaborateur Théo viennent inspecter le vieux phare de Cordouan qui domine l'embouchure de la Gironde. A l'occasion de cette visite, ils vont se retrouver malgré eux plongés dans une sombre histoires de meurtres...

Si l'ensemble est plutôt de bonne facture, j'ai quand même eu un peu de mal à me faire embarquer dans cette histoire. Et si il y a bien quelque chose que je n'aime pas dans les histoires policières, c'est de rester en retrait d'une enquête et de ne pas y trouver un attrait particulier.
Là, le dessin loin d'être mauvais, n'est simplement pas ma tasse de thé et manque de régularité dans le traitement des personnages surtout. D'autre part, le côté patrimonial du récit qui nous retrace l'historique du phare prend à mon goût trop de place dans la narration et casse le rythme de l'enquête dans ce format BD. Enfin, la résolution de l'enquête est à mon sens un peu trop facile tout comme la reconstitution des événements que trace Théo pour résoudre ces deux meurtres.

Bref, une BD qui part d'une bonne idée mais qui à mon avis perd de sa puissance après être passée à la moulinette de l'adaptation.

(2.5/5)

*** Tome 2 ***

Cette fois-ci nos deux conservateurs et enquêteurs à leurs heures per... ah ba non c'est sur leur temps de travail... se retrouvent au Mont Saint Michel pour permettre la reconnaissance au patrimoine mondial de l'UNESCO de cet îlot singulier et ainsi permettre le financement de la restauration de l'archange St Michel qui domine l'édifice.

Bien évidement, il tombent sur un premier cadavre auquel vient s'ajouter un second meurtre, et nos compères vont résoudre cette enquête avec le flaire et la chance qui leur semble coutumiers.
Si j'ai trouvé moins fastidieux la mise en valeur du site que dans le premier tome, voire plus subtile, je ne suis toujours pas convaincu par la façon "finger in ze noze" dont nos acolytes s'en sortent pour trouver les coupables. Tout cela reste très capilotracté et peu crédible.
Alors, reste le dessin, qui, s'il n'est pas vraiment ce que je préfère en BD, est agréable et réussi ; le découpage et la narration sont efficace aussi ; enfin, le scénario, et là, moi je n'adhère pas.

Je ne suis pas sûr de pousser plus loin dans ma lecture de cette série.

Nom série  Des espaces vides  posté le 09/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avec "Des espaces vides" Miguel Francisco nous livre un récit plus ou moins autobiographique sur sa famille. Ou tout du moins essaye-t-il. Car ce sont justement ces vides, ces trous de son histoire familiale qu'il va essayer de combler.

L'auteur en se mettant en scène, nous montre comment l'absence de paroles et de discussions sur le parcours laborieux de sa famille à travers l'histoire mouvementée de l'Espagne du XXe siècle lui pèse. C'est pour mieux se comprendre, son père, ainsi que son grand-père qui fuira même jusqu'en Amérique du Sud, qu'il tente de reconstituer ce puzzle afin d'éviter de reproduire les malaises que lui ressent face à cette absence d'histoire.
Pour cela, on suit notre personnage dans son histoire de dessinateur qui part s'installer et travailler en Finlande. Entre quotidien, flashbacks sur sa jeunesse et sa quête de souvenirs, l'histoire se recompose petit à petit en pointillés, avec les regrets de ne pouvoir combler ces trous pour parfaire cette mémoire fragile.

Pour une première BD, je dis chapeau, le tout est plutôt assez bien maîtrisé même si je n'ai pas vraiment réussi à ressentir une réelle empathie ; dommage quand on traite un tel sujet, avec pour toile de fond la guerre civile espagnole et la dictature qui a suivi.
Reste que le dessin, semi réaliste est très bien géré, avec une petite touche personnelle qui pointe déjà son nez ; la mise en couleur un peu surprenante au début, ajoute encore à son originalité.

Alors, sans avoir vraiment réussi à me toucher, il n'en reste pas moins que Miguel Francisco a du talent et que je vais suivre avec attention ses prochaines productions.

Nom série  Puta Madre  posté le 04/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avec Puta Madre, Run et Neyef nous replongent dans l'univers que j'avais tant aimé de Mutafukaz. Sauf qu'ici, fi de Vinz et Angelino, nous découvrons la jeunesse d'un des personnages secondaires de la série : Jesus.

Jeune latino de 12 ans vivant dans un bled paumé des Etats Unis, son père a délaissé le foyer dès sa naissance, et sa mère s'occupe tant mal que mal de lui et de son très jeune frère. Le corps du jeune frère est un jour découvert sans vie, et tout concours pour désigner Jesus comme le responsable de cette mort... et vu le système judiciaire américain, en cas de crime, les enfants finissent aussi en prison...

C'est donc le récit de son entrée en prison et de son adoubement par le gang de latino local que nous proposent le duo Run/Neyef. On retrouve l'idée du format proposé par Doggybags, mais en plus condensé encore, une trentaine de pages environ. C'est d'ailleurs le seul reproche que je ferais à cette nouvelle parution : c'est lu et digéré en un rien de temps ! Mais bon, le prix modique de cet opus (3.90€) permet de relativiser, même si c'est mettre notre patience à rude épreuve pour connaître la suite de ces aventures.

Car notre duo a su garder les ingrédients qui ont fait la réussite de Doggybags et de Mutafukaz : tension, énergie et dynamisme. Ajoutez à cela leur coup de crayon qui fait la caractéristique de l'univers si particulier de Mutafukaz ou encore de Doggybags présente (South Central Stories de Neyef) et les inconditionnels comme moi ces séries seront comblés malgré ce format court.

Reste à espérer que la suite sortira vite et sera du même tenant !

(3.5/5 en attendant de voir ce que donne la suite)

Nom série  Contes Arabes en bandes dessinées  posté le 01/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Autant j'ai été séduit par les Contes asiatiques de la même collection chez le même éditeur, autant je reste plus réservé et un peu déçu au sortir de cette lecture.

Tout d'abord au niveau mise en forme. J'avais apprécié que chaque conte asiatique soit présenté comme un conte de tel ou tel pays, ici rien de tel. Ensuite, l'autre album se terminait par une double page documentaire sobre et suffisamment longue. Là, cela varie jusqu'à 6 pages et je trouve que cela casse le rythme de lecture entre chaque conte et je ne suis pas sûr qu'un enfant prendra le temps de lire toutes ces informations pourtant intéressantes et adaptées à un jeune public.

Ensuite, si j'ai apprécié de retrouvé des personnages de contes arabes connus tels que Nassredin, j'ai trouvé que la plupart des contes étaient traités plus rapidement, étant parfois même plus courts que les pages documentaires qui suivent.

Enfin, si j'avais vraiment apprécié le dessin de certains contes asiatiques, j'avoue que dans ce recueil, aucun ne m'a véritablement enthousiasmé. C'est simple et les histoires sont lisibles, mais tout ça manque tout de même de caractère.

Nom série  Contes Asiatiques en bandes dessinées  posté le 28/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les éditions Petit à Petit nous proposent de (re)découvrir des classiques des contes asiatiques issus des principaux pays de ce continent. Chine, Japon, Inde, mais aussi Népal, Mongolie ou Vietnam, voilà l'occasion de plonger dans les contes traditionnels asiatiques qu'on ne connait que trop peu.

Cette dizaine de contes assez courts scénarisés par Olivier Petit est dessinée par des auteurs différents. Dans ce genre d'exercice, la disparité est forcément de mise avec ses quelques faiblesses également. Si certains dessins m'ont moins touché, j'ai trouvé l'ensemble de très bonne tenue, avec quelques perles graphiques qui m'ont beaucoup plu. J'ai par exemple adoré le trait d'Odile Santi pour illustrer le conte tibétain "Le singe et le crocodile". Son dessin et sa colorisation contrastés collent parfaitement à ce petit conte et révèlent un coup de patte très personnel que j'ai adoré.

Chaque conte se termine par une double page sur un sujet documentaire du pays concerné, et moi qui ne suis pas spécialement un fan de ce genre de choses, j'ai trouvé que c'était plutôt bien amené et instructif, sans être pesant dans la lecture, le tout accessible pour n'importe quel public.

Alors, si l'envie vous prend de plonger dans l'univers des contes asiatiques, cet album devrait faire votre bonheur !

3.5/5

Nom série  Birthright  posté le 11/02/2016 (dernière MAJ le 21/02/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une nouvelle bonne surprise chez Delcourt du côté Comics !
Avec cette nouvelle série "Birthright" et son premier tome Le Retour, Joshua Williamson au scénario et Andrei Bressan au dessin ont su titiller ma curiosité.

Côté rythme, on a pas vraiment le temps de souffler. D'emblée, le jeune Mikey disparait alors qu'il est train de jouer avec son père dans un parc... Cette disparition va faire éclater le reste de la famille, jusqu'à ce que, un an plus tard, celui-ci réapparaisse, mais sous les traits d'un adulte taillé comme un Conan, avec les attributs guerriers qui vont avec...
Commence alors un va et vient entre le récit de sa disparition dans un monde où sorciers, dragons et autres créatures maléfiques pullulent, et le présent. Car notre "nouveau" Mikey n'est pas spécialement rentré pour se la couler douce auprès de sa famille retrouvée, mais semble plutôt avoir des objectifs bien précis et plus en accord avec son nouveau costume. Mais forcément, se la jouer à la Conan de nos jours, ça passe pas inaperçu...

Si l'histoire concoctée par Joshua Williamson n'est pas des plus novatrice (le coup de la porte vers un autre monde fantastique n'est pas nouveau), c'est le retour du personnage devenu adulte en l'espace d'un an qui est intéressante. Car il permet à l'auteur de développer une narration en ping pong en passant d'un monde à l'autre, avec un temps dans le présent, et un autre nous racontant ce qui est advenu du jeune Mikey quand il a franchi cette "porte".

Le dessin d'Andrei Bressan porte parfaitement ce récit avec des créatures impressionnantes dans cet autre monde, et un semi réalisme réussi quand l'action se passe de nos jours. Si les cadrages ne sont pas des plus originaux, le découpage est quant à lui très efficace, avec de magnifiques pleines pages par moment qui renforcent l'intensité de certaines scènes.
Par contre, si dans son ensemble la colorisation est assez réussi, je ne suis pas fan des effets oranges ou bleutés pétants qu'on retrouve trop souvent à mon goût dans les comics.

Au final, un premier tome d'introduction qui démarre sur les chapeaux de roue et qui m'a donné envie de lire la suite, qui ne saurait d'ailleurs tarder. A suivre donc !

(3.5/5 en attendant de voir comment évolue la suite)

**** Tome 2 ****

Avec ce tome 2, on suit nos deux frères devenus fugitifs. Et Lore l'esprit maléfique qui cohabite en Mickey ne simplifie pas les choses... Car en dehors des autorités locales, d'autres créatures également sortie de ce monde mystérieux se sont mises en chasse pour faire échouer ses plans.
Dans ce nouvel opus l'histoire avance et les enjeux aussi. Brennan, le frère de Mickey se retrouve de plus en plus impliqué dans une aventure dont les enjeux le dépassent.

Mais il reste encore beaucoup de points d'ombre dans cette aventure... J'espère que la suite apportera son lot de réponses sur ceux-ci.
Le dessin d'Andrei Bressan reste très bon et efficace, par contre je suis moins fan de la mise en couleur d'Adriano Lucas, dès qu'il s'agit de traiter les lumières (feu, magie, coups de feu, etc.) ; on retombe dans ces bleus et oranges flashis dont je ne suis pas vraiment fan. Dommage car le reste est plutôt de très bonne facture.

Je reste donc sur une note de 3.5/5 en attendant la suite


**** Tome 3 ****

Et c'est reparti ! Cet 3e opus va quant à lui essentiellement se passer dans notre univers, mais on va découvrir que certains personnages ne sont pas ce qu'ils semblent être... Ce sont ces mêmes personnes que Mickey veut retrouver pour mener à bien sa mission.

L'intrigue avance bien et le rythme reste soutenu de bout en bout, avec cette série on n'a pas vraiment le temps de bailler et les révélations vont bon train !
Le dessin d'Andrei Bressan reste toujours aussi appréciable et ses découpages suivent parfaitement le dynamisme de la narration.

Alors, on ne boude pas son plaisir, et les amateurs de fantastique et d'aventure seront servis.
Voilà un troisième tome qui attise ma curiosité et dont j'attends la suite impatiemment.


**** Tome 4 ****

Après les révélations du dernier tome, voici venu le temps des confrontations, ou tout du moins des règlements de compte entre les sorciers ayant fuit leur monde pour éviter le pire... Et ça cogne !
Cette série joue sur l'intensité du rythme ce qui lui sied à merveille pour de la fantasy. Le dessin quant à lui reste du même tenant et assure parfaitement le boulot.

Je reste sur 3.5/5 en attendant de voir la conclusion que nous proposeront les auteurs.

Nom série  Neska du clan du lierre  posté le 21/03/2016 (dernière MAJ le 17/02/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Après avoir découvert Kanopé de la même auteure, c'est avec curiosité que j'attendais la sortie de ce nouvel album. On change un peu de registre, tout en gardant en fil rouge ce goût pour la nature et les animaux.
Ici point de monde post-apocalyptique où l'Amazonie est devenue sanctuaire, mais plutôt une histoire de fantasy où des créatures minuscules, regroupées en clans, essayent de vivre en harmonie avec la nature et les animaux qui les entourent et leur permettent de survivre. L'enlèvement de la mère de Neska, seule détentrice restante du secret permettant au clan de s'allouer les faveurs des escargots qui ont façonné le mode de vie de son clan va mettre celui-ci en grand péril... Avec son père et sa sœur, ils partent donc au Marché des Coccinelles pour essayer de trouver de l'aide ou une solution...

Avec le premier tome de cette série, Louise Joor pose tranquillement les jalons d'une série qui semble bien foutue. C'est tout à la fois frais et riche en rebondissements, servi sur un univers fourmillant mais bien pensé qui n'appelle qu'une chose : partir à sa découverte. Et c'est ce qui nous est proposé en suivant les pieds espiègles et innocents de la jeune Neska.

Le dessin sied quant à lui parfaitement à cette série jeunesse ; tout en ligne claire, rehaussé de couleurs très "nature", tout concorde à cette petite harmonie naturelle que cherche à faire transpirer l'auteure, tant dans son récit que graphiquement. Et cela fonctionne plus que bien ! J'ai vraiment été séduit par ce premier tome, et j'avoue attendre la suite avec une certaine impatience.

*** Tome 2 ***

C'est avec plaisir que j'ai replongé dans ce petit univers singulier que nous a concocté Louise Joor. Car, même pour l'adulte que je suis, j'ai apprécié la subtilité et la sensibilité qui transparaissent dans ces deux tomes.

Ce deuxième opus nous plonge dans une histoire initiatique où Neska et certains des personnages que nous avons déjà croisés dans le premier vont devoir s'affronter pour désigner la prochaine voix et la personne qui guidera les clans jusqu'au prochain rituel.
Même si tout ça n'est pas d'une fulgurante originalité, c'est l'efficacité et la fluidité du récit allié à cette sensibilité qui font les qualités de cette série.

J'attends donc de voir où tout cela nous mènera, et je maintiens ma note à 4 en attendant la suite/fin de ces aventures.

Nom série  Le Jardin des Souvenirs  posté le 14/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Malgré une couverture inédite française plutôt moche à mon goût, ma curiosité avait pris le dessus et je me suis lancé dans la lecture de cet thriller dont le pitch m'avait bien accroché.

En effet, un mystérieux personnage s'est donné pour mission de découvrir le passé et le nom de ceux qui ont été injustement assassinés et enterrés dans ce "jardin des souvenirs" situé sur une île au large de New York. Ce cimetière où les plaques de ces défunts inconnus ne portent que des numéros retrouve petit à petit quelques noms gravés au burin par cet étrange John Doe qui à l'aide d'un réseau d'agents agissant hors des circuits traditionnels et qui ne se connaissent pas pour redonner leur dignité à ces morts.
Ce petit côté "cold cases" revu et corrigé en plus noir était des plus alléchant mais m'a laissé au final un peu le cul entre deux chaises. Le personnage central est intéressant malgré tout ces mystères qui l'entourent, le dessin un peu gras de Paul Azaceta colle parfaitement à l'ambiance du scénario de Mark Waid et malgré quelques maladresse, le découpage et l'encrage tranché donnent le ton à ce thriller de façon efficace.
En fait, ce sont ces deux épisodes qui appelleraient une suite dont je n'ai pas compris si elle existe ou pas qui m'a le plus frustré en arrivant à la dernière page. Car des questions importantes restent en suspens et je n'ai pas l'impression qu'une relecture même si elle sera intéressante, répondra à toute ces interrogations.
Alors, à moins d'une suite qui viendra éclairé ma lanterne, je resterai sur la note de 3/5.

Nom série  R.U.S.T.  posté le 13/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà une autre série étonnante rayon SF chez Delcourt ! Une agréable surprise qui tient autant au caractère des personnages principaux qu'à l'originalité graphique de certains aspects de cette série.

Si le scénario n'est pas une révolution en soi et va piocher chez pas mal de mondes diverses références, c'est bien le caractère chaotique des personnages et leur imprévisibilité qui donne tout le piment à cette série.
En effet, le monde s'est pris une sérieuse branlée par des créatures gigantesques étant apparues brusquement sur Terre ayant obligé les survivants à se réfugier dans douze cités souterraines. Après des années de lutte vaine, ils parviennent à créer des R.U., créatures mi-robot mi organiques, pilotées par des humains ayant une compatibilité suffisante. Sauf que les derniers pilotes compatibles meurent et que les seuls personnes compatibles restantes sont de dangereux psychopathes...
Si l'idée n'est pas nouvelle elle n'en est pas moins très bien traitée et extrapolée dans cet univers. Leur personnalité est plutôt bien travaillée et galvanise le récit de la meilleure des manières jusqu'à la fin des 3 tomes.

Mais ce que j'ai le plus apprécié c'est le côté organique de ces R.U. et des S cats qu'ils doivent combattre. Wow ! Quelles créatures !!! Ce gigantisme allié à ces morphologies complètement démentes donnent lieu à des combats anthologiques. Et si parfois cet côté organique ne facilite pas la lecture tant ces masses et ces formes se choquent et entremêlent, le rendu n'en est que plus titanesque et bluffant !
Je rajouterais un coup de chapeau à la colorisation que j'ai adoré. Car si le dessin parait un peu raide au début et reste simple dans l'ensemble, la colorisation donne toute sa force au récit en imposant des ambiances très réussies, surtout justement quand il s'agit de traiter ces S Cats.

Alors au final, si la trame globale de Luca Blengino sent un peu le déjà vu, l'ensemble tient très bien la route et l'originalité de ses créatures nous fait oublier cette impression. Surtout que le dessin de Nesskain sublime tout ça de façon très réussie.

Nom série  Astronauts in trouble  posté le 08/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Petite déception en refermant ce oneshot qui pourtant m'inspirait plutôt de prime abord.

Un bon récit de SF, ça me manquait. Retrouver le trait de Charlie Adlard et son noir et blanc était également motivant, surtout qu'il s'agit là d'une œuvre réalisée avant qu'il ne se fasse mondialement connaître avec Walking Dead.

Malheureusement, j'avoue n'avoir pas été vraiment convaincu par cette édition intégrale française regroupant l'ensemble des épisodes parus aux Etats Unis. Certes, l'objet est plutôt réussi avec cette belle couverture, une préface de Robert Kirkman et un dossier final conséquent et intéressant, mais c'est le récit qui n'a pas su me tenir en haleine. J'ai l'impression d'avoir dû attendre la moitié du récit pour que le côté épique que j'attendais prenne enfin vraiment toute sa place... pour retomber somme toute assez vite car les derniers épisodes se situent après l'action principale de l'histoire.
Ce déséquilibre narratif plombe le rythme et n'a pas su trouver l'élan nécessaire à ce genre de récit d'aventure pour me convaincre.

Dommage, car le noir et blanc de Charlie Adlard est intéressant. Plus épuré et pas aussi libéré qu'aujourd'hui, on y sent pourtant déjà toute la force et le contraste qui commencent à s’installer dans son trait.

Un album qui a mon sens est plus à réserver aux curieux de l'évolution du travail d'Adlard que pour les amoureux de la conquête spatiale et du côté épique qu'on peut attendre de ce genre de récit.

Nom série  Le Capital  posté le 03/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je poursuis dans ma découverte des classiques de la littérature adaptés en manga avec cette collection de chez Soleil, mais je crois que je ne pousserais pas plus loin.

Une nouvelle fois, malgré l'intérêt suscité par la vulgarisation d'un texte essentiel et complexe, j'avais dans l'idée d'apprendre beaucoup plus que ce que nous ressert cette libre adaptation. La préface d'Olivier Besancenot était pourtant de bonne augure et apportait un crédit certain à ce manga, mais j'ai vite déchanté.

D'une part on plonge rapidement dans la caricature sans jamais en sortir. Par ailleurs, je n'ai rien vraiment appris de neuf que je n'ai survolé dans mes maigres cours d'économie dispensés pendant mes études de sociologie. Enfin, le dessin est aussi pauvre que la retranscription de l'essence du texte original de Marx ici... Vulgariser je suis pour, dénaturer pas vraiment. Du coup, je ne pense pas que cet adaptation apporte grand chose ou donne envie de pousser plus loin la curiosité d'un potentiel lecteur.

Nom série  Les Savants  posté le 19/04/2016 (dernière MAJ le 02/02/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le Postulat de départ est pourtant intéressant : prendre des scientifiques importants de leur temps et construire une intrigue autour. Dans ce premier tome c'est Copernic qui est mis à contribution, avec pour cadre l'université de Ferrare en Italie, en 1512. Ajoutez-y un personnage plus turbulent et sulfureux, le jeune Paracelse porté sur les recherches autour de l'alchimie, et vous avez un duo hétéroclite qui se tire la bourre pour résoudre l'enquête de ces morts mystérieuses survenues dans cette université.

Le soucis, c’est que je n’ai pas réussi à éprouver suffisamment d’empathie envers les personnages qu’on nous propose de suivre. J’ai trouvé qu’il manquait une petite étincelle de vie qui crée l’attachement nécessaire. Du coup, cette malgré un dessin agréable de Stefano Carloni, je n'ai pas vraiment réussi à rentrer dans cette histoire.

Un album qui se laisse lire, mais qui ne me laissera pas grand souvenir

*** lecture du Tome 2 ***

Si le premier tome de cette série ne m'avait pas vraiment emballé, j'aime laissé leur chance à des séries qui commencent. Et j'ai bien fait !

Car ce deuxième opus va nous proposer de suivre un nouveau duo d'éminences : Galilée et Kepler.
Nos deux savants sont conviés sur l'île de Ven appartenant au royaume du Danemark et Norvège où fut érigé Uraniborg, un château abritant les sommités scientifiques de l'époque. C'est là-bas que d'étranges crimes ont été commis et remettent en question les sommes astronomiques investies par le roi Frederic II et que nos deux scientifiques vont mener l'enquête.

L'intrigue de Luca Blengino est plutôt bien construite et je me suis laissé prendre par cette histoire dans un cadre atypique proche du huis clos. Rien d’extrêmement original, mais cette enquête avec des faux airs d'Agatha Christie et les révélations finales d'Hercule Poirot est bien construite et permet au dessin de Stefano Carloni de s'exprimer pleinement avec certaines planches très réussies. Quelques cases présentant des personnages sont à mon sens un peu ratées, dommage.

En tout cas, ce deuxième tome m'a réconcilié avec cette série et je remonte donc ma note à 3 en attendant de voir ce que donnera la suite.

Nom série  Les Echos invisibles  posté le 02/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est en trainant mes guêtres du côté du stand du groupe Paquet à Angoulême cette année que je suis tombé sur l'intégrale de cette série initialement sortie en 2 tomes. Ayant vraiment beaucoup aimé l'autre titre de Grazia la Padula, "Jardin d'hiver" je me suis donc laissé tenté !

Ce fut tout d'abord un plaisir de retrouver ce graphisme si singulier qui fait la marque de fabrique de Grazia la Padula. Ce trait un peu maladroit et difforme qui pourtant donne tout son caractère à ces planches à la colorisation si subtile. Ajoutez à cela une touche de fantastique que vient insuffler Tony Sandoval, ce qui est loin de me déplaire, et on a avec tout ça une tripotée d'ingrédients qui mettent l'eau à la bouche !

Et au final ça donne quoi ? Et bien une histoire qui se laisse lire tranquillement, qui pose pas mal de petits cailloux qui se perdront malheureusement un peu au fil de notre lecture. Dommage car l'ensemble s'il est bon aurait pu donner quelque chose d'encore meilleur si ces éléments avaient été plus exploités pour donner encore davantage de corps au récit et aux personnages.

L'album reste tout de même des plus agréable à lire, et j'en conseille même l'achat et la lecture pour ceux qu'un graphisme si particulier ne rebutera pas.

Nom série  Champs d'honneur  posté le 15/07/2016 (dernière MAJ le 02/02/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
A l'origine pas spécialement fan du genre historique en BD, j'aime aller faire mon curieux de temps en temps, et par la même occasion aller taquiner la frise dans le sens du poil, histoire de remettre un peu d'ordre dans ce qui est souvent bien trop flou pour moi au niveau Histoire.

Cette nouvelle série reprend donc cinq batailles essentielles de notre Histoire avec pour objectif d'illustrer ce qu'est "être français". Objectif ambitieux je dirais, mais fort louable en ces temps plutôt troubles où patriotisme est trop souvent confondu avec nationalisme.

L'angle du récit choisi par Thierry Gloris est intéressant, car plutôt que de nous jeter tête la première dans la mêlée, il part bien en amont, histoire de nous planter un décor social, politique et intellectuel de cette période en plein chamboulement.
Mais le soucis avec cette approche, c'est que j'ai trouvé la narration un peu hachée. A force de préciser dates, lieux, personnages, le récit manque de souplesse et m'a un peu perdu dans ce torrent d'informations pour le piètre historien que je suis. La bataille finale de Valmy n'en est que l'exemple le plus flagrant, car entre les intrigants de tous bords et les uniformes qui pour moi se ressemblent trop, je ne savais plus qui était qui...

Bref, une lecture un peu laborieuse pour moi due, soit à un trop grand condensé d'informations en trop peu de pages pour permettre une plus grande lisibilité de ces grands moments de l'Histoire de France.

*** lecture du tome 4 Camerone ***

Cette fois-ci c'est la fameuse bataille de Camerone qui forgea la légende de la Légion française qui est ici traitée. Ce massacre d'une poignée de légionnaires retranchés face à une armée mexicaine très supérieure en nombre le 30 avril 1863 dans un trou perdu du Mexique construira ce mythe de l'esprit guerrier et du sens du sacrifice.

C'est toujours Thierry Gloris qui nous construit un récit amenant à cette terrible bataille finale avec cette fois-ci Joël Mouglier au dessin. Son trait semi réaliste et sa colorisation chaude joue beaucoup pour la réussite de cet album que j'ai préféré à "Valmy". La chaleur lourde du Mexique se ressent dans chacune de ses planches et donne à la bataille finale toute son intensité. Et j'avoue que sans être un adepte de ce genre de récit militaire et de tout ce qui a tendance à la glorifier, j'ai trouvé cet album plutôt réussi même si ce n'est pas spécialement ma came. Les adeptes du genre historique y trouveront certainement plus mon compte que moi, c'est pourquoi je remonte ma note globale à 3.

Nom série  Perfect crime  posté le 02/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Petite déception pour ce manga qui pourtant paraissait plutôt prometteur.

En effet, le pitch de départ était fort alléchant avec cette histoire de crimes parfaits, un personnage principal mystérieux à souhait, une ambiance sombre et plutôt crue qui n'est pas pour me déplaire dans ce genre et un dessin travaillé et intéressant.

Sauf que l'ensemble manque à mon goût d'étoffe. Notre mystérieux assassin Tadashi Usobuki le reste trop sur l'ensemble de ce premier tome. Qui est-il ? Comment parvient-il a manipuler ses victimes pour réussir ses crimes parfait ? Pas l'once d'un indice à se mettre sous la dent ce qui au final est assez frustrant.
La construction en courtes histoires (une par chapitre) sans qu'une véritable trame générale ne se dégage du tout amplifie cette impression d'une succession de petits meurtres, certes parfaits, sans réel fil conducteur si ce n'est ce personnage d'une froideur sans pareil : exécuteur sans pitié, malgré ce qu'il sait des personnes qui l'ont engagé et qui se conclue par ce sempiternel "Ce que les humains peuvent être stupides...".

Alors je lirais sans doute le prochain tome pour voir si cette première impression peut être rattrapée, mais sans une évolution marquée du scénario je ne pense pas que la suite sera pour moi car pour l'instant on est très loin de la perfection...

Nom série  Jojo's bizarre adventure - JoJolion  posté le 11/01/2017 (dernière MAJ le 16/01/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est avec ce nouvel opus de l'auteur Hirohiko Araki dans cet univers si particulier que je découvre cette saga aux multiples facettes. Et le moins qu'on puisse dire c'est que cela m'a vraiment donné envie de découvrir le reste de cette fresque si singulière.

On se retrouve plongé d'emblée dans cette ville de Morio où d'étrange excroissances appelées "murs aux yeux" sont sorties de terre obligeant la ville à s'adapter à cette nouvelle topologie. Ce tome s'ouvre sur la découverte d'un garçon évanoui qui semble prisonnier de la terre. La jeune et pimpante Yasuho Hirose va s'évertuer à le sortir de cette mauvaise passe. Sauf qu'une fois cet étrange personnage sorti d'affaire, le mystère ne fait que s'installer. Celui-ci ne se rappelle quasi de rien, ni surtout de son identité. Commence alors une quête à travers cette ville pour retrouver son identité qui va plonger nos protagonistes dans un piège des plus mortel...

Outre l'intrigue des plus surprenante et ces personnages intrigants, le dessin de Hiroki Araki nous entraine dans un univers très singuliers, à la limite du dérangeant par moment. On retrouve là tout le goût que la culture japonaise peut porter pour ce qui peut déranger et flirter avec le malsain. Mais tout cela se digère ici très bien tant le coup de crayon de l'artiste donne à tout cela une cohérence et une esthétique originale. Ajoutez à cela des découpages et des cadrages très cinématographiques, qui donnent à la narration le coup de fouet nécessaire, et vous avalez votre lecture sans vraiment vous en rendre compte !

C'est donc avec curiosité que j'irais jeter un œil aux autres volets de cette saga si singulière, et j'attends la suite avec impatience !

*** lecture du Tome 2 ***

Ce deuxième tome reste complètement dans la lignée du premier. Cependant, la découverte de l'univers concocté n'est plus à faire, et il est ainsi plus simple de replonger dans cette ville si étrange.
On reprend donc la quête d'identité de notre cher Josuke. Après avoir échappé au piège mortel qu'on lui avait tendu, le voilà accueilli dans une famille, le temps de retrouver qui il est... Sauf que dans cette ville, les personnages sont tous plus psychopathes les uns que les autres, et qu'entre la fille, les fils et le père, on ne sait qui est le plus dangereux derrière leurs airs très cool ! D'autant que certains possèdent des pouvoirs redoutables !

Ce deuxième tome assoie donc cette étrange histoire en nous confortant dans cette ambiance particulière. Le dessin garde sa facture singulière et confine à l'ensemble ce qui en fait sa qualité et son originalité. Vivement la suite !

Nom série  Orgueil & préjugés  posté le 11/01/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bon ba voilà voilà… je ne sais pas si se confronter à l’œuvre de Jane Austen par le biais de ce manga était la meilleure idée que j’ai eu pour découvrir cette auteure, classique parmi les classiques, mais c’est fait !

Et pour tout dire, n’ayant pas lu le texte original, cette adaptation a au moins eu le mérite de me faire rire ! Pas sûr que ce soit l’effet escompté, mais j’en retiens au moins ça !
Car ce doux mélange entre Maupassant et les feux de l’amour, ces deux références n’étant évidemment pas ma tasse de thé, ma lecture a oscillée entre ennui et fou rire… La grandiloquence de certaines scènes marquées par les réflexions en voix off et le dessin sauce manga ont, au lieu de donner du poids et de la consistance à ces moments importants, virés au vaudeville cartlandien !

Pourtant on sent que les auteurs y ont mis du cœur et qu’ils sont des adeptes de l’œuvre de l’auteure. Malgré un dessin plutôt soigné, c’est cette intrigue qui a à mon sens soit trop vieillit, soit été dénaturé dans cette adaptation, ou alors c’est moi qui ne suis vraiment pas fait pour cette littérature… voire un peu des trois.

En tout cas, j’ai fait l’effort de terminer ce one shot, mais je ne pense pas me relancer dans la lecture d’autres adaptation de Jane Austen s’il s’en fait d’autre, celle-ci m’aura suffit.

A réserver aux inconditionnels de l'auteure ou aux lecteurs sensibles aux romans à l'eau de rose...

Nom série  Dans la forêt sombre et mystérieuse  posté le 06/01/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Plutôt fan du travail de Winshluss, c'est avec une grande curiosité que j'attendais de lire cet album cette fois-ci orienté jeunesse...

Curieux... et intrigué devrais-je dire. Car ce qui fait à mon sens la marque de fabrique de Winshluss, c'est bien cet humour noir et trash que j'avais découvert avec son adaptation de Pinocchio (Winshluss) et ensuite avec l'hilarant et décapant In God We Trust. Le premier marquait déjà l'intérêt de l'auteur pour le conte, et du coup ce nouvel album jeunesse ne semble pas si illogique que ça au final.

Alors oui, l'univers de Winshluss est bien là, avec ce jeune Angelo qui, oublié par ses parents sur la route en allant rendre une dernière visite à sa grand-mère mourante. Son trait si particulier, sa mise en couleur, sa narration si explosive, et l'humour toujours mordant, même si album jeunesse oblige, on reste dans le "politiquement correct". L'imagination de Winshluss et son sens de la narration font le reste ; on se laisse prendre dans cet univers farfelu où animaux, monstres et autres bizarreries se tirent la bourre pour notre plus grand plaisir.

Si ce n'est pas l'album de cet auteur que je préfère, ça n'en reste pas moins un excellent album, qui pourra par exemple permettre aux plus jeunes de découvrir une facette de l'humour qu'ils ne connaissent pas forcément

A lire !

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 54 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque