Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 779 avis et 145 séries (Note moyenne: 3.16)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Excalibur - Chroniques  posté le 24/08/2012 (dernière MAJ le 29/09/2013) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Et voilà que je me fais rattraper par la mythologie celtique et les légendes arthuriennes...
Après y avoir, il y a quelques années, passé "quelques heures" de lecture et de recherche, à naviguer entre Jean Markal, Marion Zimmer Bradley et Chetien de Troyes, j'avais un peu contenté ma curiosité sur le sujet. Non pas que j'en ai fait le tour, mais bon, les passions, ça va ça vient, et puis un jour ça vous rattrape.

C'est donc avec curiosité que je me suis lancé dans la lecture de cet album, heureux de retrouver un univers qui m'est cher.
Première impression à l'ouverture, chouette dessin ! Alain Brion que je découvre avec cette BD a beaucoup de talent ! Ses personnages ont de la gueule, ses décors fourmillent de détails qui rendent son univers vivant, et ses paysages comme ses scènes de batailles sont majestueux !
J'ai juste été gêné par la colorisation sur certaines cases, quand Morgane, Uther ou Ygerne apparaissent. Leur cheveux orangés contrastent souvent trop avec le reste de la case et en cassent l'harmonie. Cela m'a surtout sauté aux yeux en comparaisons d'autres planches (dont certaines en pleine page) sont complètement maîtrisées tant dans la composition que dans la colorisation. On sent que le sieur s'est inspiré du travail de Frazetta.

Alors pourquoi un simple 3/5 me direz-vous ? Et bien à cause de deux points qui ont perturbés ma lecture.
Tout d'abord, j'ai été gêné dans ma lecture par la voix off qui fait office de fil conducteur à ce récit. Elle n'arrive pas à s'intégrer pleinement au récit, qui en devient un peu haché. Ça peine à trouver son rythme et la fluidité du récit s'en ressent. Rien de bien grave pourtant.
Ce qui m'a le plus déconcerté venant de la part de Jean-Luc Istin au vu de sa bibliographie sur le sujet, c'est les libertés qu'il a pris par rapport à la légende arthurienne.
La ruse de Merlin pour faire entrer Uther dans la forteresse de Gorlois et s'unir à Ygerne qui donnera naissance à Arthur, est ici remplacée par tout autre chose ! On suggère la référence, mais en la transformant sans raison valable... Perplexe le PAco sur ce coup là...
Enfin, dernier détail, au vu du titre de la série, je m'attendais plus à ce que l'épée de légende serve de prisme et de pivot au récit. Et bien non, pas vraiment. Même si bien sûr elle en assure quand même la trame, cela reste ténu et pas plus valorisé que cela.

Alors espérons que la suite de cette saga très bien illustrée et mise en page se poursuive, mais sans écorcher plus avant les événements clés de cette saga arthurienne.

**** Après lecture du tome 2 ****

C'est donc sur une meilleure impression que je referme ce second tome. Les réticences et les quelques points qui m'avaient gêné lors de ma première lecture ont vite été oubliés. J'ai même enchaîné la lecture de ces deux tomes avec grand plaisir, et j'en attends maintenant la conclusion avec une certaine impatience.

C'est donc sur cette bonne impression que je remonte ma note à 4/5, principalement pour deux raisons.
Tout d'abord, le traitement personnel que propose Jean-Luc Istin de cette saga arthurienne m'a beaucoup moins dérangé qu'à ma première lecture. La transposition qu'il en fait, apparait avec ce second tome plus cohérente et tient vraiment la route. Ses personnages prennent de la profondeur et l'univers qu'il campe, à cheval entre légende et Histoire, fonctionne finalement très bien.
C'est ensuite la narration qui gagne en fluidité avec ce deuxième tome. La voix off qui m'avait un peu dérangé dans le premier tome par son omniprésence, est ici beaucoup plus discrète ; du coup les dialogues rendent le récit plus fluide et vivant.
Quant au dessin d'Alain Brion, il est toujours aussi efficace et magnifique. Je me suis même habitué à sa colorisation parfois assez tranchée, qui rends au final à merveille les ambiances qu'il crée. Ses compositions de planche restent également très bien pensées et donnent l'élan nécessaire pour mettre en valeur l'intensité des moments clés du récit.

Bref, un très bon second tome qui je l'espère donnera lieu à un dernier opus sorti du même tonneau pour conclure cette trilogie en beauté

Nom série  Un printemps à Tchernobyl  posté le 26/09/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Wow ! Attention, bijou ! Avec "Un printemps à Tchernobyl", Emmanuel Lepage signe ici une des meilleures BD documentaire qu'il m'ait été donné de lire.

Traitement graphique, sujet abordé, façon de le traiter, "omniréflexion" sur ce qu'il est en train de vivre et la retranscription qu'il doit en faire, les doutes qui jalonnent son aventure : tout ici concoure à la réalisation de cette œuvre intelligente, subtile et d'une grande force.

Car, comme Emmanuel Lepage, Tchernobyl reste pour beaucoup d'entre nous, LA triste image d'Epinal de la catastrophe nucléaire. Fukushima est passé par là depuis, mais Tchernobyl, en tant que "premier" accident nucléaire civil ayant eu de graves conséquences, a marqué notre époque, tout en restant quelque chose d'assez flou, plus ou moins lointain, dont on ne percevait pas vraiment les réelles conséquences pour ce qui nous concerne, et encore moins pour les gens qui continuent à vivre aux abords de cette zone sinistrée.

Et c'est là l'un des intérêts majeur de cette BD. En partant là-bas, Emmanuel Lepage, emmenait avec lui tout cette imagerie de la catastrophe nucléaire et tout un tas d'autres préjugés. La confrontation va être rude. Car, loin de s'épargner, il met à nu ses réflexions, ses doutes, ses peurs et tout ce qu'il ressent.
C'est cette sincérité qui donne sa force à cet album. On le sent petit à petit se libérer du poids de ses contraintes et de ses questionnements, et retrouver l'équilibre nécessaire à la réussite de ce projet : sa main se libère aussi. Celle qui l'avait lâché juste avant son départ, allant jusqu'à compromettre sa participation à ce projet, "reprends vie" et permet à Emmanuel Lepage de nous le rendre de la plus merveilleuse des façons avec cet album.
Très noir, gras et sombre au début, son graphisme s’enrichit de notes de couleur au fil de l'album, pour en arriver à ces sublimes planches toutes en couleur digne des Fauves du début du XXe, nées de son ressentit face aux lumières printanières qui illuminent la nature de ces lieux.
Paradoxe suprême qu'il exprime très bien, car derrière cette beauté, le danger fait plus que persister... Attention de ne pas s'oublier...

Vous l'aurez compris, c’est à mon sens un album d'une rare sincérité est tout simplement magistral. Car loin du catastrophisme qu'on aurait pu appréhender pour le traitement de ce genre de sujet, il réussit graphiquement et à travers les nombreuses interrogations qu'il soulève à faire passer émotions, les bonnes questions et les bouts de réponse qui en valent vraiment la peine.
Tout simplement à lire.

Nom série  Burlesque Girrrl  posté le 20/09/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Baigné dans la BD et le Rock'n Roll, cette série ne pouvait que finir par me passer entre les mains ! Complètement passé à côté du premier tome, c'est en découvrant la sortie du second que j'ai rapidement saisi l'occasion et que j'ai plongé dans la lecture de cette série complète en deux tomes.

Première chose remarquable : le graphisme et le soin porté à ces deux albums. Franchement, je suis fan. J'adore quand un éditeur nous propose un objet qui, rien qu'en soi, Ça a vraiment de la gueule, et le style bien particulier de François Amoretti colle à merveille à l'univers Rockab' qu'il met en scène. Si son trait peut parfois sembler un peu "maladroit" pour ses personnages, je le vois plus comme un parti pris, comme les grands yeux qu'il dessine. Surprenant au premier contact, tout ça prends petit à petit sa place pour construire un univers très personnel d'où se dégage quelque chose de puissant, qui finit par éclater sur les pleines pages qu'il s'amuse à distribuer au fil de ses albums, comme de bons vieux solos de guitare qui vous forgent un tube.

Car au final, c'est ça qu'il nous reste, la vision de ce monde bien particulier du Burlesque et du Rockab' transposé sur le papier de la plus belle des manières. On en saisit le sens, l'esthétique, la passion qui transpire de cette Violette si sexy' et fiers de ce qu'elle est, et ça fait du bien par où ça passe !

Alors, même si l'histoire aurait pu être un peu plus profonde et les personnages secondaires un peu plus travaillés, j'ai vraiment aimé cette série. Et puis, quelques cerises viennent agrémenter ces deux albums, entre les hommages d'auteurs à notre Violette et les quelques interviews de personnes (stars du milieu, tatoueurs, etc.) qui renforcent la cohésion et la découverte et ce petit monde, on est vraiment gâté.

Du tout bon !

Nom série  L'Homme truqué  posté le 20/09/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Petite faille spatio-temporelle qui nous fait replonger dans l'univers si riche et réussi de La Brigade Chimérique...

Serge Lehman et Gess reprennent effectivement du service pour nous proposer, non pas de rechausser les guêtres de notre Brigade, mais de remonter encore dans le temps pour nous narrer les aventures, ou plutôt les mésaventures de cet Homme Truqué.
Juste le temps de prendre une grande inspiration, et c'est parti ! Pas de temps mort, faut que ça déroule ! Serge Lehman qui peut avoir tendance dans certaines de ses productions à creuser quelques chemins de traverses alambiqués trace ici le sillon d'un récit efficace. L'adaptation qu'il réalise du roman de Maurice Renard fonctionne parfaitement. Narration et fluidité impeccables, tout en gardant les clins d’œils et références plus ou moins discrètes qui fleurissent au fil de l'album, pour le bonheur des plus curieux et assidus de cet univers si particulier. Ça fuse ! Car nos personnages centraux - Marie Curie et le Nyctalope - vont nous sortir le grand jeu pour percer le mystère de ce fameux "Homme Truqué".
Rebondissements, péripéties en tout genre, croisé des mondes, d'univers et de personnages... cette folle accélération de particules joue pleinement son office, tant pour le plaisir des yeux (merci m'sieur Gess) que des amoureux de cette période un peu folle que dépeint Lehman.

Seuls regrets à la fermeture de cet opus : comment ça c'est déjà fini ???!!! Une lecture intense mais vite envoyée... Seconde frustration, le mystère sur les responsables de la transformations de l'Homme Truqué reste entier... Un appel pour une suite à venir j'espère...

Nom série  Les Derniers Jours de Stefan Zweig  posté le 09/09/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Cette adaptation du récit du même nom que nous proposent Guillaume Sorel et Laurent Seksik me sera complètement passé au dessus de la tête.

Non pas qu'elle soit mauvaise, mais le rythme narratif qui s'étiole sur 90 pages pour arriver à une conclusion attendue n'a pas réussi à m'accrocher et/ou à faire vibrer ma corde sensible.
Dommage, car le travail graphique tout en aquarelle de Guillaume Sorel et son coup de crayon réaliste et dynamique avaient attisé ma curiosité.
Mais voilà, pour que je m'y retrouve dans mes lectures, remplir mes mirettes d'étoiles ne suffit pas, il faut aussi que je m'y retrouve dans l'histoire et là ce ne fût pas le cas. Encore une fois, c'est plus une question de goût, que de qualité. C'est le genre de BD dont le traitement ne laissera pas indifférent : soit on adhère, soit on ne rentre pas dedans. Je rentre malheureusement dans cette dernière catégorie.
Trop posé pour moi, le personnage torturé de Stefan Zweig m'a un peu insupporté...

Bref, je retenterai peut-être une relecture plus tard ; ce n'était peut-être pas le bon moment pour cet album assez négative dans le ton...

Nom série  Fulù  posté le 09/09/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ma critique de cette série porte sur l'intégrale petit format de chez Glénat. Donc pour moi, pas de couleur, juste du noir & blanc, et sans avoir eu l'occasion de voir ce que valaient les tomes édités en couleur, je ne m'en porte pas plus mal.

Car le dessin de Trillo se caractérise par un trait semi réaliste parfois minimaliste, qui tend parfois à la caricature. Tout cela est rehaussé d'aplats noirs qui donnent à l'ensemble un semblant de Comès par moment, sans en avoir la force ni être aussi épuré. Tout cela nous donne au final un coup de crayon très personnel que j'ai apprécié, mais qui reste parfois inégal dans le rendu de certaines planches.

Quant à l'histoire de cette femme noire au destin tragique, si l'ensemble est plutôt plaisant et bien mené, certains passages sont moins intéressants. Il n'en reste pas moins que ce récit qui commence s'ancre au début dans la tragique période de la traite des noirs, va petit à petit, par touches de fantastique et du vaudou, nous tracer le sillon du destin de cette femme que rien n'arrêtera. Ajoutez à cela une touche d’exotisme et un personnage central très sensuel, et cette série se révèle au final très agréable à lire.

3.5/5

Nom série  La Dernière Femme  posté le 08/09/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'avais adoré Droit du sol de Charles Masson, qui derrière un coup de crayon assez brut, tout en noir et blanc avait su me conquérir avec un récit et des personnages forts, prenants et sans concessions.
J'attendais donc de "La dernière femme" quelque chose du même tenant. (Marrant d'ailleurs le petit clin d’œil qu'il glisse à propose de Droit du sol dans cet album )

Malheureusement, je n'ai pas autant apprécié celui-ci. Sans doute la faute à un personnage peu attachant... Non pas que je demande à ce que les personnages principaux de mes lectures soient des modèles, mais là, il est plutôt antipathique, sa vie amoureuse laisse assez perplexe et tout cela devient vite assez répétitif et plus ou moins ennuyeux. On avance dans le récit sans réelle surprise. On sait que la suite de l'histoire va tourner autour de sa conquête suivante... Car si l'idée de l'abécédaire féminin de ses conquêtes peut sembler intéressante au début, l'histoire ne sort malheureusement pas de ce fil conducteur et se fait prendre à son propre piège ; elle est prisonnière de cette trame et le lecteur aussi.
Et ce n'est malheureusement pas le second personnages principal de l'histoire qui arrivera à briser cela. Surtout que le mystère qui l'auréole est assez vite éventé...

Bref, un peu longuet et sans réels rebondissements qui permettraient au récit de rebondir et de sortir de cette voie de chemin de fer toute tracée dès le début.

2.5/5

Nom série  Chapeau Melon et Bottes de Cuir  posté le 08/09/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Grand fan de la série TV, c'est avec curiosité et une certaine attente que je me suis lancé dans la lecture de cet album qui est composé de deux récits parus au début des années 90' aux USA et donc réédité cette année par Soleil, dans sa collection US Comics.

Première impression, un bel objet de plus de 140 pages avec une couverture qui accroche bien l’œil : notre duo de choc en noir & blanc sur un fond d'Union Jack en couleurs. Reste à découvrir ce que la suite nous réserve...
Au premier coup d’œil, on se dit que finalement, le dessin de Ian Gibson n'a pas trop vieilli. Son dessin tout en noir & blanc est propre et oscille entre le semi réalisme et la caricature. Cela donne à ses personnages beaucoup d'expressivité. Ses compositions de page et ses découpages sont plutôt dynamiques et insufflent le dynamisme nécessaire à cette série. Quelques imprécisions au niveau des visages (surtout pour Emma Peel et Steed) sont quand même regrettables...

Mais c'est surtout au niveau des scénarios que ça coince. D'une part la narration est assez brouillonne et expéditive, mais surtout, malgré les touches de fantastique qui jalonnent ces histoires, on a du mal à retrouver l'ambiance qui a fait le succès de cette série TV. Et puis la traduction française n'est pas folichonne. On sent que le passage de l'anglais au français est parfois trop littéral.

Dommage, car l'intention est bonne, des qualités pointent aussi, mais on n'est pas à la hauteur du monument télévisuel qui fit la joie de mes jeunes années devant mon poste.

2.5/5

Nom série  La Petite Famille  posté le 08/09/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Petite précision, ma critique concerne l'édition intégrale.

Si je le signale c'est que ces 3 tomes lus séparément doivent sembler bien courts (surtout les 2 derniers), alors que présentés en intégrale, cela donne un récit complet et assez bien pensé. C'est la deuxième série de ce duo d'auteurs que je lis. Je les avais découverts avec "L'Enfant cachée" où j'avais apprécié la simplicité et l'efficacité de leur travail.
On retrouve ici leur savoir faire mais dans un tout autre registre, tout en restant dans une thématique difficile à aborder avec des enfants : les relations intergénérationnelles et la confrontation avec la mort d'un membre de la famille.
Sans tomber dans le larmoyant et sans tourner autour du pot, cette petite série permet de mettre des mots et des images sur des situations pas toujours faciles à expliquer aux enfants.
Le seul reproche que je pourrais faire à cette série, c'est que c'est dans l'ensemble un peu vite envoyé, et que cette trilogie aurait très bien pu faire un seul album.

3.5/5

Nom série  Sanctuaire  posté le 04/07/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Grand amateur du genre, voilà un moment que cette série me faisait de l’œil. Et puis avec Bec au crayon et Xavier Dorisson à l'écriture, on se dit qu'on va partir sur du lourd.

Mais voilà, trop d'attente et la déception est à la hauteur de ce que l'on avait pu projeter... Ou plutôt, grande frustration à cause des inégalités qui balisent ce triptyque.
On passe en effet du très bon, que ce soit la trame de l'histoire qui propose une colonne vertébrale robuste ou les doubles pages somptueuses, à des choses très brouillonnes. Passé le premier tome, j'ai vraiment eu un soucis avec la narration, et la ressemblance des personnages ou l'ambiance très sombre imposée par le récit n'a pas arrangé les choses...
Du coup, l'irritation pointe, avec cette impression de gâchis par moment, et d'émerveillement à d'autre...
C'est quand même dommage de passer si près du but en se tirant subitement des balles dans le pied...

Bref, au final, j'ai adoré le fonds de l'histoire, mais j'ai vraiment été gêné par des problèmes de narration. Une bonne série quand même.

Nom série  Batchalo  posté le 04/07/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Pas spécialement porté sur les récits historiques, j'avoue être tombé sous le charme du coup de patte d'Arnaud Betend. La qualité de l'histoire proposée par Mickael Le Galli fait le reste et la différence.

En effet, le récit qu'on nous propose évite les travers didactiques de ce genre d'histoire. Loin de nous faire la leçon et de nous faire le catalogue complet du parfait petit rom, on plonge ici par le biais d'une sorte d'enquête dans l'univers tzigane.
Et c'est là une des forces de cet album, tout est ici source de découverte ou de mise en lumière. Que ce soit cette Europe centrale du milieu du XXe siècle, ce peuple libre et fiers porteur de tous les fantasmes, et enfin leur extermination pendant la seconde Guerre Mondiale, tout se construit en douceur et intelligemment en un récit riche et équilibré.

Ajoutez à cela le dessin et la mise en couleur sepia d'Arnaud Betend, et vous obtenez un album qui se dévore et nous rappelle in fine un pan souvent trop méconnu et oublié des atrocités et horreurs commises par les allemands lors de ce conflit.

A lire absolument.

Nom série  Chemin perdu  posté le 04/07/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Dernier sorti dans la collection Métamorphose de chez soleil, "Chemin perdu" ne déroge pas à la règle, et nous en met plein les yeux !

L'amour du beau livre et le soin porté à l'objet continuent à faire leur petit effet et le talent graphique d'Amélie Fléchais fait le reste. Car la bougresse a du talent ! Cela faisait bien longtemps que je ne m'étais pas fait surprendre par un univers graphique si riche et personnel. A la frontière de l'illustration, elle tisse les pans d'un univers à la croisée du rêve, du conte et de la réalité, en piochant très librement dans les cultures et références du monde entier, tant dans la tradition du conte que celle du dessin animé.
Entre modernisme et traditionalisme, couleur et noir et blanc, les contrastes s'imposent et achèvent de donner à cet album sa force et sa stabilité.

Car même si, comme ces trois mômes perdus dans cette sombre forêt, nous sommes un peu désorientés en début de récit, tout s'assemble et prend sens petit à petit pour la traversée de cette sombre parenthèse onirique. Une auteure à suivre...

Nom série  Dolorès  posté le 04/07/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Etrange et rapide lecture avec cet album...
J'ai même un peu de mal à définir mon ressenti au sortir de cette lecture. C'est pas mal, ni plus ni moins... Assez plat et convenu en fait.
Car si le graphisme de Anne Baltus très marqué par l'emprunte de Schuiten est bon, il n'en reste pas moins assez figé. Alors oui, ça colle à la période où se situe l'histoire, mais, du coup ça manque de relief et de chaleur pour donner à l'ensemble l'étincelle qui manque pour donner à cette BD le petit quelque chose qui lui manque.
Du côté du scénario, idem, de bonnes idées, mais dont on devine rapidement le sens de la pente et où tout cela va nous mener. Pas de surprise à attendre.

Bref, un album qui se lit tranquillement, voire trop tranquillement, et qui ne laisse pas un souvenir impérissable, malgré des qualités certaines.

Nom série  Kongo  posté le 28/06/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Excellent album que ce "Kongo" ! Les deux auteurs que j'avais déjà découvert dans des registres assez différents (Christian Perrissin au scénario avec Martha Jane Cannary et Tom Tirabosco dans Sous-sols) unissent leur talent pour nous proposer le récit biographique de l'écrivain Joseph Conrad.

D'emblée on est marqué par le graphisme marqué et si personnel de Tom Tirabosco (C'est d'ailleurs ce qui m'avait séduit dans l'album Sous-sols dont je parlais précédemment). Son utilisation charbonneuse du noir et blanc restitue ici à merveille les difficiles conditions du voyage de Conrad au Congo et l'état d'esprit dans lequel il évolue.
Et posé sur le récit taillé par Christian Perrissin, tout cela fonctionne à merveille. Déjà dans Martha Jane Cannary, j'avais adoré sa façon de traiter le personnage, et le graphisme particulier de Matthieu Blanchin passait comme une lettre à la poste. Ici, la combinaison des deux devient envoutante et nous suivons ce personnage étonnant, presque anachronique poursuivre son périple à travers un monde qui fait tout sauf lui ressembler.

Cela donne au final un récit d'une grande force et qui aura également réussi le tour de force de me donner envie de me plonger dans les œuvres de Joseph Conrad. Encore une belle réussite de chez Futuro' !

Nom série  Lastman  posté le 14/06/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un peu de fraicheur dans un monde de brutes ! A moins que ce ne soit le contraire...

En tout cas, "Lastman" est le genre de BD qui se laisse lire toute seule et qu'on ne lâche qu'une fois la dernière page tournée.
Dépouillé graphiquement avec une prédominance du style épuré de Bastien Vives, c'est dans le rythme narratif et les personnages qu'on s'y retrouve. Allant pêcher dans tout un tas de références assez hétéroclites mais bien senties, cette histoire de tournoi d'art martiaux somme toute banale, nous embarque très rapidement. L'empathie pour le jeune Adrian est facile, et tous les personnages qui s'installent petit à petit finissent par tisser une toile qui prend rapidement de la consistance.
Ajoutez à cela toute une série de questions et de petits mystères qui restent en suspens, et on se prends à espérer une suite rapide pour cette série.

Pari réussi donc pour ce trio d'auteurs qui avec ce premier tome pose les bases solides d'une série qui s'annonce très bien. Reste à voir ce que la suite nous réserve !

*** 2nd tome***

Un second tome tout aussi efficace, toujours aussi axé sur le dynamisme et l'élan narratif imposé ; l'humour n'est pas en reste, et malgré quelques ficelles et fil de trames qu'on voit venir de loin, on arrive à se faire surprendre par quelques rebondissements qui maintiennent notre curiosité en éveil et appellent une suite qu'on attend avec impatience.
Un deuxième tome qui transforme l'essai ; espérons que la suite soit toute aussi bonne.

Nom série  L'Heure la plus sombre vient toujours avant l'aube  posté le 14/06/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est avec un ressenti mitigé que je sors de cet album.

D'un part Moynot a un réel talent pour composer avec la misère humaine et la noirceur des ambiances, mais j'ai d'autre part été gêné par d'autres aspects de son travail.
Tout d'abord, au niveau de la narration : J'ai par moment trouvé ça très confus au point de me demander qui parlait de JC ou Nouria, un comble ! Obligé de me raccrocher à la conjugaison pour essayer de ne pas perdre le fil narratif. Et puis, j'ai été déçu par cette fin qui ramène tout le monde à sa petite banalité après avoir tout mis par terre.
Parti pris évident, et j'aurai encore été plus déçu avec une happy end, mais là, cette fin tombe pour le coup un peu à plat et nous laisse sur notre faim.

Heureusement, sorti de ces remarques j'ai énormément apprécié son travail graphique ainsi que les personnages qu'il pose. Sa colorisation est tout simplement somptueuse et pose littéralement l'ambiance nécessaire à son récit et renforce l'âpreté des personnages.

Alors, équilibre précaire et semi réussite, si cette BD vaut le coup d'oeil et brille par son graphisme et l'ambiance qu'il impose, la narration ne m'a pas pleinement convaincu.

Nom série  Temudjin  posté le 11/06/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Baaaaffff !!!! Oulalalalalala... 3 semaines que je suis tombé sur cette BD et que je l'ai lue dans la foulée... et c'est maintenant que j'arrive à régurgiter ce que j'ai pris en pleine poire ! Le duo d'Antoine (Carrion au dessin et Ozanam à la plume) que j'avais déjà trouvé convainquant dans L'Ombre blanche parue il y a peu chez Soleil explose ici pleinement pour nous offrir un one-shot plus que bluffant, tant sur le récit que graphiquement.

Petite perle perdue au milieu de la désertique steppe mongole, ou BD noyée sous la tsunamiesque production mensuelle, cet album a failli échapper à ma curiosité et ne doit son "salut" qu'au bon goût d'un libraire que je ne visite pas plus que ça d'habitude. Comme quoi, changer de crèmerie, ça peut aussi avoir du bon
Interpellé par le nom d'Ozanam, j'ai mis un temps à retrouver pourquoi ce duo d'auteurs me disait quelque chose... et j'ai ouvert l'album... [BAMMM]

C'est là que le talent d'Antoine Carrion vous claque. J'suis pas spécialement le genre à tendre l'autre joue, mais là j'avoue, j'me la suis joué SM histoire d'en reprendre plein la gueule !
Rhaaa, rarement un album one-shot m'aura envouté à ce point ! C'est même la première fois que je mets un 5/5 à un album tout frais sorti.
Une fois réussi à s'extirper de l'hypnotique couverture, le coup de crayon, le découpage et la magnifique colorisation vous choppent au colbac pour vous transporter entre steppes, monts et vallées, transes, rêves et cruelle réalité avec en filigrane les traces laissées par l'autre Temudjin, plus connu sous le nom de Gengis Khan. Je n'en dirais pas plus sur l'histoire, je vous laisse tout comme moi le plaisir de la découvrir, comme une nouvelle contrée qu'il va vous falloir traverser...

C'est donc cette fantastique épopée, la naissance de cet autre Temudjin que nous allons suivre. Et Antoine Ozanam le fait avec talent. Cette aventure où le fantastique s'invite par le biais du chamanisme et des légendes, nous immerge dans cette autre planète des steppes mongoles et son mode de vie si éloigné du notre. Mais loin d'être perdu dans ce récit assez intemporel où Légende et Histoire se tirent la bourre, on se sent presque chez soi à courir derrière cette vitale soif de liberté.

Merci donc aux auteurs pour ce GRAND bol d'air pur, d'aventure, de transe et de voyage et cette magnifique invitation à la réflexion sur la prédestination. Je n'oublie pas non plus l'excellent travail de l'éditeur : grand format, qualité de papier et petit supplément sous forme de conte illustré qui clôt à merveille ce petit bijou.

A lire sans faute !

Nom série  Les Amis de Pancho Villa  posté le 07/06/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je sors de cette lecture un brin déçu. Non pas qu'elle soit mauvaise, mais j'avais tellement été captivé par cette couverture aux couleurs hypnotiques que j'en attendais sans doute un peu trop.

Et si graphiquement, je n'ai rien à redire à l'adaptation que nous propose Léonard Chemineau, le récit a peu à peu perdu de sa superbe pour prendre un rythme assez lancinant et peu roboratif. On finit par tourner en rond, et la douce descente aux enfers de Pancho Villa et de sa clique finit par laisser assez indifférent.
Est-ce la faute à une adaptation manquée ou justement à un trop bon ajustement à un roman qui manque de force et d'énergie pour mettre en exergue cette fougue et cette folie qui caractérise ces hommes et ces révolutions ? Je ne saurais le dire, n'ayant pas eu connaissance du roman de James Carlos Blake.

Alors, oui, ça se laisse lire ; on apprend des choses ; mais le rythme assez haché du récit et son traitement ne m'ont pas plus emballé que ça.

Nom série  Foot 2 Rue - Ligue 1  posté le 31/05/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Pouf Pouf, on prends (presque les mêmes) et on recommence. Foot 2 Rue sors ici simplement de son cadre habituel, mais que les amateurs de la série se rassurent, on est loin d'être dépaysé pour autant.

Les codes graphiques sont les mêmes et toujours aussi "efficaces", l'équipe de nos héros reste la même, on change juste ici les adversaires et les conditions de jeu : on s'attaque cette fois aux "as" de la Ligue 1. Si un semblant d'intrigue semble pointer son nez en fin d'album, tout cela sent le téléphoné.
Cela sent à mon goût le produit commercial qu'on avait déjà bien essoré mais qui est relancé cette fois avec la coproduction de la Ligue de Football Professionnel et Tele Image. Merchandising et Marketing : [ON]

Bref, rien de neuf sous ce Soleil. Cette série n'a pour moi pas d'intérêt.

Nom série  Foot 2 rue  posté le 31/05/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
"Foot 2 Rue", c'est le genre de BD avec lequel j'ai la fâcheuse tendance à entamer ma lecture emprunt d'un apriori plus que négatif.
Déjà que les transpositions dessin animé / BD sont rarement des réussites, là, il s'agit d'une série jeunesse très marquée graphiquement sur le thème du football. Rien de transcendant pour moi là-dedans... Mais comme on dit, ceux qui n'essayent pas ne se trompent qu'une seule fois.

Coup de sifflet, c'est parti ! Ligne claire épaisse, couleurs flashy, composition dynamique et rythmée, graphiquement, tout est fait pour nous en mettre plein les yeux et facilite la lisibilité. Décors minimalistes, et personnages archétypaux : tous les ingrédients sont là... mais l'aïoli ne prends pas.
Je trouve l'histoire convenue, les personnages attendus et rien ne vient nous surprendre au fil de cette série.

Bref, lecture à réserver aux amateurs du dessin animé en manque...

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 39 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque