Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1681 avis et 269 séries (Note moyenne: 3.09)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  La Mort de Staline  posté le 22/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mon avis d'origine, qui ne portait que sur le premier tome, était très négatif. Ayant eu l'occasion de lire les deux tomes, je reviens le nuancer quelque peu ici.

Je ne suis en fait déjà pas fan des biographies en bd, le peu que j'ai pu lire m'ont souvent parues opportunistes (en termes mercantiles) et sans intérêt.
Mais bon, ayant eu l'occasion de lire ce diptyque, j'ai été voir ce que les auteurs avaient pu faire de ces instants où le panier de crabes s'agite. Lee dessin m'avait paru intéressant par contre dès le premier feuilletage.

C'est globalement une relative déception, et je n'est pas été trop embarqué par la version de l'histoire donnée par les auteurs.
En fait, sur un sujet "historique" aussi balisé, je m'attendais à des personnages à la psychologie peut-être plus creusée, mais aussi à un humour plus important, le cynisme et/ou le machiavélisme de quelques personnages (Béria, Kroutchev) pouvant donner matière à quelques morceaux de bravoure. Les éléments que les auteurs ont ajouté pour modifier la réalité n'ont pas été dans le sens attendu par moi.

Après lecture des deux tomes, je reste sur ma déception, mais je dois dire que la relecture m'a fait revoir à la hausse impression et notation. Même si c'est justement la période traitée dans ce diptyque (lorsque les membres du Politburo commencent à se placer dans l'après Staline) qui était potentiellement la plus riche pour un scénario qui aurait pu être autre chose que cette histoire que j'ai trouvé parfois un peu creuse...

J'ai par contre apprécié le dossier avec les esquisses, et les explication de la construction du scénario. C'est un réel plus.

Nom série  La Battemobile et autres aventures de Batteman  posté le 19/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
C'est de l'humour con et parodique. Je suis plutôt preneur, mais comme le sujet (caricature de super héros) a déjà été sacrément rebattu, il faut quand même une bonne dose d'originalité, dans le ton ou les propos, pour accrocher le lecteur que je suis.

Ici, je suis plutôt déçu. Je laisse de côté le dessin, les décors et la colorisation, tous minimalistes, et qui ne m'ont pas plus plu que cela.
En fait, cela commence plutôt bien au niveau de l'histoire, c'est plutôt drôle, mais cela ne tient pas la durée. Pochep aurait gagné à élaguer, pour éviter l'ennui, qui guette au fur et à mesure que le renouvellement des gags se fait attendre.
Elaguer aussi en étant plus percutant. Peut-être plus trash, je ne sais pas. Mais l'ensemble m'a paru bien trop long, dans tous les sens du terme.

Finalement, alors que j'étais plutôt parti pour une note de 3/5, je ne mets que 2/5. C'est dommage, car je reste persuadé qu'il y a de bons gags, voire des idées heureusement creusées. Mais il n'y avait visiblement pas matière à ces 118 pages (format à l'italienne).

Nom série  Une brève histoire de l'esclavage  posté le 19/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
C'est une toute petite histoire dans un tout petit format. Ceci impose bien sûr l'image coup de poing, l'ellipse synthétique.

L'auteur cherche ici à retracer, de la traite des Noirs au néocolonialisme, en passant par le KKK et les Blacks Panthers, les quelques siècles durant lesquels les Noirs, d'esclaves ou de citoyens de seconde zone, ont subi les mauvais traitements des Blancs (de certains d'entre eux sur la fin...).

Les dessins sont plutôt laids, et l'humour se voudrait plus présent qu'il ne l'est en réalité. Le gag des baffes, récurrent, ne saurait à lui seul dynamiser cette histoire qui se lit très vite, sans qu'on s'y accroche vraiment.

Bien sûr, le format interdit de comparer avec d'autres oeuvres sur le même thème. Encore que, dans un dessin encore plus minimaliste, mais en complet décalage humoristique avec un texte pugnace, la Petite histoire des colonies françaises de Grégory Jarry & Otto T. m'a bien plus convaincu, intéressé et fait rire.

Au final, malgré la bonne volonté de l'auteur sur un sujet aussi balisé, je n'ai pas trop accroché. Ma note véritable serait de 2,5/5.

Nom série  La Bête à cinq doigts  posté le 18/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Comme dans ce que j'ai déjà pu lire de Thomas Ott (73304-23-4153-6-96-8), c'est assez cruel et on a là une vision assez sombre de l' "humanité".

C'est ici un récit muet, où n'apparaissent que les mains des protagonistes. Le message - plutôt la charge ! véhiculé par cette petite "Patte de Mouche" est assez limpide.

Cela se lit vite ! Même si certains avis précédents reprochaient à l'auteur de diluer. Mais si Franquin dans ses Idées Noires s'attaquait au sujet en beaucoup moins de cases, je trouve que la lenteur et la relative "longueur" du déroulement ôte ici toute tentation de sourire (Franquin cherchait quand même à rire et/ou à faire rire). De la même manière, l'omniprésence des mains, au détriment des visages, renforce la critique de la peine de mort, en la "dépersonnalisant".

Petit album intéressant.

Nom série  Les Aventures de la Fin de l'épisode  posté le 18/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est un petit album tout à fait adapté au format des "Pattes de Mouche" !

L'histoire commence là où les intrigues répétitives de Scoubidou s'achèvent généralement : lorsque le méchant est démasqué.

Sauf qu'ici, c'est dans tous les sens du terme, et c'est assez délirant.
Car, si les masques tombent, les certitudes aussi. Et en fait, plus que de Scoubidou, c'est de Tex Avery que cela s'inspire, celui-ci ayant plusieurs fois utilisé ce gag (dans "Who killed who" entre autre, je crois).

A noter les aveux, convenus ou lyriques, qui s'ingénient à parodier les plus mauvaises séries Z.

A lire. C'est court, mais c'est plutôt bon.
Note réelle 3,5/5.

Nom série  La Mutation  posté le 18/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Nous sommes là en terrain connu: ces ministères qui contrôlent un univers urbain absurde, mélange de Brazil ou de Kafka. Un Noir et Blanc et une géométrie qui accentuent le côté froid de ce monde où les individus sont sans personnalité.

La "descente aux enfers" de monsieur Albert est glaçante, même si la chute entretient surprise et suspens. c'est dans cette dernière page, au fond du fond des sous-sols, que se trouve la seule ouverture - improbable, source d'interrogations.

Le format "Patte de Mouche" ne permet pas les développements des Julius Corentin Acquefacques, mais Marc Antoine Mathieu réussit quand même ici à bâtir un monde et ses rouages. C'est d'ailleurs plus "construit" que le poème planant du Le Coeur des ombres dans la même collection.

A lire, en complément des "Julius"...

Nom série  Le Coeur des ombres  posté le 18/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sans doute pas la meilleure bd de Marc-Antoine Mathieu, et on peut estimer qu'on est ici loin de l'univers de Julius Corentin Acquefacques...

Quoi que... On y retrouve la même humanité dépersonnalisée, le même décor urbain froid, absurde.

Le format des "Pattes de mouche" ne permet pas le développement délirant à l'oeuvre dans les bandes dessinées grand format des "Julius". Mais cette histoire m'a plutôt intéressé. C'est d'ailleurs plus un poème mis en images qu'autre chose, et il ne faut peut-être pas y chercher ce qui n'y est pas.

A lire donc (ce qui se fait vite il est vrai !).

Nom série  Pyrénée  posté le 17/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
J'ai été attiré par la couverture: le nom de Loisel et une maquette ressemblant fort à celle de La Quête de l'Oiseau du Temps (j'avais même cru reconnaître une petite Pelisse sur cette couverture...). Mais, contrairement à ce que je croyais, Loisel n'est qu'au scénario...

Des animaux qui parlent ? Pourquoi pas ! Mais ici rien du merveilleux qui aurait permis d'y "croire". Et rien pour l'expliquer (alors que la première page ne le présuppose pas).

D'ailleurs rien ne se passe, en fait. C'est insipide, les dialogues m'ont paru niaiseux. Et pourtant, ils ne semblent pas forcément s'adresser à un public très jeune ?

Ca se lit très vite, heureusement. J'avoue ne pas avoir aimé du tout. Ni compris grand chose... Si c'est le premier album de Loisel que vous lisez, dites vous bien qu'il a fait bien mieux ailleurs (au dessin et/ou au scénario).

Nom série  Mangas Coloradas  posté le 17/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avec Les Peaux-Rouges, Hans Kress a déjà dépeint la rencontre entre Indiens du Mexique et du Sud Ouest des actuels Etats-Unis et Blancs (conquistadors).
Quelques siècles plus tard (pour les Apaches), il retourne ici à ses amours. Si j'emploie ce terme, c'est qu'ici aussi on ressent l'empathie de l'auteur pour les Indiens.

Alors que Les Peaux-Rouges narraient la fin du début des contacts, "Mangas Coloradas"relate lui le début de la fin, pour des Indiens inadaptés aux valeurs des Blancs (Etats-Uniens, ici clairement différenciés des Mexicains) et qui défendent un territoire et une autre façon de le regarder.
Il est à noter d'ailleurs que Kress, avec cet unique album, s'arrête avant la défaite définitive des Apaches, leur massacre ou leur déportation dans des réserves (la génération suivante, celle de Geronimo par exemple ne pourra échapper au sort commun à toutes les tribus Nord américaines...).

En tout cas Kress s'est documenté pour réaliser Mangas Coloradas. Cette documentation est bien complétée par un dossier d'une dizaine de pages en début d'album, signé Rob van Eyck, présentant le peuple Apache et le travail de Kress.

Le dessin, assez original, est plutôt bon - et fidèle au style habituel de kress. La colorisation est parfois plus surprenante (couleur de peau de certains personnages, qui "jaunit"). Je regrette un certain nombre de coquilles dans le texte (erreurs de traduction, lettre oubliée).
L'intrigue est par contre plutôt bien menée et se laisse lire facilement.

A noter que d'autres oeuvres de Kress sur les Indiens existent, parues dans des revues néerlandaises mais non traduites en Français à ma connaissance.

C'est en tout cas une lecture recommandée, même si la rencontre de cet album n'est pas si courante que cela.
Note réelle 3,5/5.

Nom série  Andy Capp  posté le 16/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Détails, décors et dialogues minimalistes pour ces strips anglais centrés essentiellement autour d'un couple désuni par le mariage: Andy et Flo.

C'est une sorte de couple "Bidochon", mais quelque peu différent de ceux de Binet. D'abord , contrairement à Robert, Andy n'a pas d'ambition ni de théories fumeuses à avancer, c'est juste un glandeur plus ou moins alcoolique. Flo est elle moins résignée que Raymonde, mais sa situation n'en est pas moins cruelle: en elle aussi transparaît une Bovary de banlieue.

Tous les gags ne font pas mouche, mais c'est plutôt drôle à lire, ne serait-ce que pour savoir jusqu'où la mauvaise fois fainéante d'Andy peut aller. Lecture réjouissante recommandée, et achat itou si vous arrivez à rencontrer l'un des albums parus en français.

Nom série  El Gaucho  posté le 14/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Finalement, les collaborations entre Manara et Pratt donnent plutôt de bons résultats (voir Un été indien).

Le scénario de Pratt est bon - malgré quelques ellipses surprenantes (le début ???), et beaucoup moins planant que dans les Corto Maltese. Le dessin de Manara est toujours bon et s'accomode très bien d'accompagner un vrai scénario ! D'ailleurs, à propos de Manara, ça doit être la première fois que je ne trouve pas à mon goût les femmes qu'il dessine (question peu importante ici, mais...).

La tranche d'histoire qui sert de trame (les vues anglaises sur les colonies espagnoles argentines) est rarement traitée et peu connue (de moi en tout cas). En tout cas, elle habille très bien l'histoire d'amour qui est l'intrigue véritable de l'album.

Une ambiance moite et violente, pour une bande dessinée qui se lit très bien.

Nom série  Sky Hawk  posté le 14/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est la première fois que je lis une oeuvre de Jirô Taniguchi, et c'est un western (un de mes genres préférés). J'ai été attiré par la couverture à ma bibliothèque municipale. Des samouraïs chez les Indiens ? J'ai voulu en savoir un peu plus (la seule image qui me venait à l'esprit était le film "Soleil rouge", où le samouraï joué par Mifune cotoyait les cowboys Delon et Bronson - et l'improbable et peu farouche Ursula Andress), et j'ai plutôt bien fait.

La trame de fond ? Les années 1870, la fin de la liberté pour les grandes tribus des plaines (Lakotas, Cheyennes, Arapahoes...). C'est plutôt bien rendu, avec la présence de plusieurs chefs Sioux ou Cheyennes, les deux héros japonais devenant amis du Sioux Crazy horse.
Les décors sont plutôt bien dessinés, mais le visage de Crazy Horse, avec ses faux airs de Loup Noir, ne "fait" pas trop indien (remarque valable pour beaucoup des Indiens dans cet album, qu'ils soient Sioux ou Crows)...

Les deux Japonais, personnages centraux de l'intrigue, et "pièces rapportées" du scénario dans la trame réellement historique, me semblent traverser l'histoire sans y apporter une grande consistance. Rapidement, leurs aspirations, leurs personnalités sont effacées au profit d'un accompagnement du destin de leurs nouveaux frères d'armes indiens. Running Deer, qui les a introduits dans cette nouvelle fratrie est un personnage qui aurait pu avoir un traitement moins transparent, en particulier pour mieux différencier Hikosaburô (son "amoureux") et Manzô.

Enfin, il est amusant que Taniguchi, qui a essayé d'ancrer son récit et ses samouraïs dans l'histoire réelle ne l'ait pas fait à la fin. Sitting Bull (qui n'apparaît que furtivement vers la fin de l'album) est le seul grand "chef" (même si ce terme est inapproprié) à avoir fui les réserves vers le Canada, il aurait donc du accompagner nos deux héros...

Au final, malgré les remarques précédentes, j'ai plutôt passé un bon moment avec ce western venu du far east (les massacres - connus- qui s'enchaînent dans la deuxième partie captivent le lecteur, même si à part pour les deux héros on sait ce qui va advenir). Et j'ai aussi découvert un auteur intéressant...

Nom série  L'Homme de la Nouvelle Angleterre  posté le 13/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sur un décor déjà traité ailleurs, (Pratt, entre autres dans Fort Wheeling et Ticonderoga, Prugne dans Frenchman), Battaglia nous conte une aventure se passant dans ce Nord-Est de l'Amérique que Français et Anglais se disputaient, avec l'aide de tribus indiennes, par leur intermédiaire, et finalement à leur détriment.

Un dossier de quatre pages (intéressant) en fin de volume resitue le contexte historique dans lequel se déroule l'action, Battaglia s'étant inspiré d'un fait réel.
Mais le scénario en lui-même est plutôt "moyen" et ne m'a pas emballé plus que cela, pour un album qui se lit assez vite.

Quant au dessin, il m'a un peu surpris (c'est le premier livre de cet auteur que je lisais), et pas complètement convaincu non plus. En effet, outre les nombreux espaces blancs entre les différentes cases, les cases elles-même contiennent des "blancs", donnant l'impression que la colorisation du fond n'a pas été finie... Les personnages eux-même, plus que dessinés, me font parfois l'effet de papiers collés sur une page blanche. Ce n'est pas laid, mais cela ne compense pas le scénario faiblard (contrairement aux dessins de Prugne pour son scénario décevant).

C'est donc "pas mal" (note réelle 2,5/5), un peu décevant, mais je conserve assez d'indulgence pour en conseiller la lecture. Plutôt si vous avez l'occasion de l'emprunter...

Nom série  Chlorophylle  posté le 13/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est un univers manichéen, mais pas niais. De l'action, de l'aventure, la guerre (mais pour de rire). Quoi que, avec Anthracite et quelques autres méchants, les sentiments ne sont pas tous bons, et la guimauve ne coule pas à flot.

En effet, si la série est avant tout réservé aux plus jeunes, elle ne sombre pas dans la facilité. Les intrigues, sans trop de surprise quant à l'issu, sont plutôt bien bâties, le dessin est assez dynamique et les bestioles sont attachantes.

Et, puisque cette série jeunesse doit avant tout être jugée sur ce critère, il faut reconnaître que Macherot faisait là de la belle ouvrage ! Ce qui n'a pas toujours été le cas de ses successeurs. J'ai, en tout cas, plutôt des bons souvenirs de mes lectures enfantines.
A faire découvrir à vos enfants !

Nom série  Maus  posté le 13/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai vraiment du mal à noter cette bande dessinée, et pour plusieurs raisons.
Tout d'abord le sujet, qui nous pousse naturellement à l'empathie envers l'auteur et ceux dont il décrit le calvaire, c'est à dire son père et, plus généralement, les Juifs victimes des persécutions nazies. Ensuite à cause de l'aura qui entoure cette oeuvre, multi-primée, plébiscitée, même d'ailleurs par des gens ne l'ayant pas lue (comme j'ai pu le tester).

Si je me risque à une critique, je dois dire que le dessin ne m'a pas emballé. Je n'attendais pas trop d'esthétisme pour ce sujet très glauque, mais bon... Le Noir et Blanc, pour un sujet franchement plus noir que blanc est un choix qui par contre se justifie.
Raconter des faits horribles, de manière assez réaliste, mais en transformant les personnages en animaux, pourquoi pas ?

En fait, c'est une oeuvre bancale. si je souhaite lire un témoignage, je préfère "Si c'est un homme" de Primo Levi. Si je souhaite lire une analyse, les études d' historiens comme Raul Hilberg me conviennent mieux. Et comme le côté "bande dessinée" me laisse une impression mitigée, je reste sur une note honnête, mais assez moyenne.
A cause ou malgré ce que j'ai écrit au début, j'en conseille néanmoins la lecture. Après tout peut-être suis-je passé à côté de ce qui semble en faire un incontournable ?

Nom série  La mort de l'indien  posté le 11/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Bon, disons le tout net, les quatre histoires qui composent cette bande dessinée ne valent pas forcément toutes ces quatre étoiles. Mais je les mets sans état d'âme pour cet album de la très sympathique collection Pilote.

La première histoire, "Tecumtha", raconte en quelques pages la conquête de l'ouest et le vol des terres indiennes, au travers des visions d'un indien - qui finit mal !
La seconde traite de la trahison de soldats irlandais pendant la guerre contre le Mexique (sujet très peu traité, et pas seulement en bd !).
La troisième tourne autour du personnage de Cheval Fou, histoire plus connue.
Et la quatrième traite de Wounded Knee (dernier massacre de la conquête de l'ouest, en 1890 [Big Foot mort statufiée dans la neige apparaît deux fois dans l'album], après quoi la "Frontier" sera déclarée "finie" par les historiens américains) et de son surgeon de 1973, quand l'AIM occupa le site et le défendit les armes à la main face au FBI, et l'armée américaine.

Album très "daté", mais pas forcément dans le mauvais sens du terme. C'est un album à charge, militant. Peu de place pour l'argumentation, peut-être (faute de place ?), sûrement manichéen, mais qui me touche - d'où en partie la note.

Je trouve les dessins, en Noir et Blanc, très beaux. Ils rendent bien l'ambiance noire de l'ensemble et de ce qu'ils décrivent, le blanc étant pour la petite note d'espoir de la révolte de 1973.

A noter que la quatrième de couverture présente l'auteur, espagnol, en faisant clairement un lien entre ce qu'il écrit et ce qu'il vit sous le franquisme. Un peu comme les films "Le soldat bleu" et "Little big man", qui pouvaient être aussi "vus" comme des dénonciations des massacres perpétrés au Vietnam.

Album pas courant, mais à découvrir pour ceux qui s'intéressent à ce sujet, dans un traitement partisan qui nous change un peu de notre époque où l'engagement politique n'est plus aussi tranché.

Nom série  La Flemme  posté le 11/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
On m'a offert cette bande dessinée, ce qui m'a permis de la lire. C'est à dire que je ne l'aurais sûrement jamais achetée de moi-même !

En fait, la couverture déjà me rebute, et cela sent les séries produites au kilomètre et qui encombrent les rayons bd des supermarchés - au détriment d'autres publications moins commerciales. L'intérieur confirme la mauvaise impression, je n'aime pas les couleurs !
Les dessins sont plutôt corrects, mais passe-partout.

Quant aux textes, ils m'ont parfois fait sourire, mais l'ensemble est vraiment quelconque. Je ne suis vraiment pas le lecteur idéal pour ce genre d'album, dont je ne conseille pas l'achat !

Nom série  Si Doux Foyer  posté le 11/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
On n'est pas ici dans le politiquement correct, c'est sûr ! Et dès la couverture, on voit bien que l'auteur joue sur l'humour noir pour dérouler quelques histoires (d'une ou plusieurs pages) autour des SDF et de leurs petits tracas quotidiens. De leurs ambitions aussi.

J'ai souvent souri, parfois franchement rigolé, mais l'ensemble est inégal.
Le dessin (qui m'a fait penser à Reiser) ne m'a pas emballé plus que ça, mais dans ce genre de bd, ce n'est pas forcément de lui qu'on attend le plus. En fait du texte, j'attendais peut-être encore plus de noirceur. Des couleurs aussi. Peut-être un Noir et Blanc aurait-il été mieux venu.

En résumé, une lecture pas désagréable, sur un sujet qui l'est (mais ne cherchez pas ici de message politique, dénonçant les SDF ou les causes de la misère).

Nom série  Le Grand Pouvoir du Chninkel  posté le 10/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est une très bonne bande dessinée, qui recycle quelques vieilles histoires. Bien construit, avec un Noir & Blanc intéressant. Différent de Thorgal, des mêmes auteurs.

Je n'irai pas jusqu'à "culte", mais je garde un excellent souvenir de cette lecture, que j'encourage. Une version couleur est sortie, qui ne m'a pas semblé apporter grand chose quand je l'ai feuilletée.

Même si le rebondissement final peut s'anticiper, voilà une aventure "édifiante", une sorte d'"exempla" dont on peut tirer les leçons qu'on veut, mais qui ne laisse pas indifférent.

Nom série  Léonard  posté le 10/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Difficile de noter une série aussi prolifique, et qui souffre de redite et autre essoufflement de créativité. Ma note et le conseil d'achat qui l'accompagne sont donc essentiellement valables pour les premiers albums, souvent très drôles.

Car si je n'ai pas lu tous les albums, loin de là !, j'ai quand même pas mal rigolé avec Léonard et son disciple.
Grâce à pas mal de gags, mais aussi aux inventions absurdes, totalement inutiles du génie en question (une sorte de de Vinci déconnecté du principe de réalité ou d'utilité), mais aussi à sa mégalomanie.
Le meilleur gag, et il est récurrent, c'est le personnage du disciple, souffre douleur du génie, testeur d'inventions et son air du type qui a "la gueule du mec qui va s'en prendre plein la gueule"... et qui s'en prend d'ailleurs plein la gueule, explosé, écrasé, brûlé à longueur d'albums.
Et les réparties entre ces deux personnages principaux, lorsqu'elles sont réussies, sont vraiment très drôles.

Du très bon et du moins bon, donc, mais une série qui mérite largement d'être lue, même si ce n'est pas en totalité.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 82 85 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque