Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1633 avis et 262 séries (Note moyenne: 3.08)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Andy Capp  posté le 16/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Détails, décors et dialogues minimalistes pour ces strips anglais centrés essentiellement autour d'un couple désuni par le mariage: Andy et Flo.

C'est une sorte de couple "Bidochon", mais quelque peu différent de ceux de Binet. D'abord , contrairement à Robert, Andy n'a pas d'ambition ni de théories fumeuses à avancer, c'est juste un glandeur plus ou moins alcoolique. Flo est elle moins résignée que Raymonde, mais sa situation n'en est pas moins cruelle: en elle aussi transparaît une Bovary de banlieue.

Tous les gags ne font pas mouche, mais c'est plutôt drôle à lire, ne serait-ce que pour savoir jusqu'où la mauvaise fois fainéante d'Andy peut aller. Lecture réjouissante recommandée, et achat itou si vous arrivez à rencontrer l'un des albums parus en français.

Nom série  El Gaucho  posté le 14/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Finalement, les collaborations entre Manara et Pratt donnent plutôt de bons résultats (voir Un été indien).

Le scénario de Pratt est bon - malgré quelques ellipses surprenantes (le début ???), et beaucoup moins planant que dans les Corto Maltese. Le dessin de Manara est toujours bon et s'accomode très bien d'accompagner un vrai scénario ! D'ailleurs, à propos de Manara, ça doit être la première fois que je ne trouve pas à mon goût les femmes qu'il dessine (question peu importante ici, mais...).

La tranche d'histoire qui sert de trame (les vues anglaises sur les colonies espagnoles argentines) est rarement traitée et peu connue (de moi en tout cas). En tout cas, elle habille très bien l'histoire d'amour qui est l'intrigue véritable de l'album.

Une ambiance moite et violente, pour une bande dessinée qui se lit très bien.

Nom série  Sky Hawk  posté le 14/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est la première fois que je lis une oeuvre de Jirô Taniguchi, et c'est un western (un de mes genres préférés). J'ai été attiré par la couverture à ma bibliothèque municipale. Des samouraïs chez les Indiens ? J'ai voulu en savoir un peu plus (la seule image qui me venait à l'esprit était le film "Soleil rouge", où le samouraï joué par Mifune cotoyait les cowboys Delon et Bronson - et l'improbable et peu farouche Ursula Andress), et j'ai plutôt bien fait.

La trame de fond ? Les années 1870, la fin de la liberté pour les grandes tribus des plaines (Lakotas, Cheyennes, Arapahoes...). C'est plutôt bien rendu, avec la présence de plusieurs chefs Sioux ou Cheyennes, les deux héros japonais devenant amis du Sioux Crazy horse.
Les décors sont plutôt bien dessinés, mais le visage de Crazy Horse, avec ses faux airs de Loup Noir, ne "fait" pas trop indien (remarque valable pour beaucoup des Indiens dans cet album, qu'ils soient Sioux ou Crows)...

Les deux Japonais, personnages centraux de l'intrigue, et "pièces rapportées" du scénario dans la trame réellement historique, me semblent traverser l'histoire sans y apporter une grande consistance. Rapidement, leurs aspirations, leurs personnalités sont effacées au profit d'un accompagnement du destin de leurs nouveaux frères d'armes indiens. Running Deer, qui les a introduits dans cette nouvelle fratrie est un personnage qui aurait pu avoir un traitement moins transparent, en particulier pour mieux différencier Hikosaburô (son "amoureux") et Manzô.

Enfin, il est amusant que Taniguchi, qui a essayé d'ancrer son récit et ses samouraïs dans l'histoire réelle ne l'ait pas fait à la fin. Sitting Bull (qui n'apparaît que furtivement vers la fin de l'album) est le seul grand "chef" (même si ce terme est inapproprié) à avoir fui les réserves vers le Canada, il aurait donc du accompagner nos deux héros...

Au final, malgré les remarques précédentes, j'ai plutôt passé un bon moment avec ce western venu du far east (les massacres - connus- qui s'enchaînent dans la deuxième partie captivent le lecteur, même si à part pour les deux héros on sait ce qui va advenir). Et j'ai aussi découvert un auteur intéressant...

Nom série  L'Homme de la Nouvelle Angleterre  posté le 13/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sur un décor déjà traité ailleurs, (Pratt, entre autres dans Fort Wheeling et Ticonderoga, Prugne dans Frenchman), Battaglia nous conte une aventure se passant dans ce Nord-Est de l'Amérique que Français et Anglais se disputaient, avec l'aide de tribus indiennes, par leur intermédiaire, et finalement à leur détriment.

Un dossier de quatre pages (intéressant) en fin de volume resitue le contexte historique dans lequel se déroule l'action, Battaglia s'étant inspiré d'un fait réel.
Mais le scénario en lui-même est plutôt "moyen" et ne m'a pas emballé plus que cela, pour un album qui se lit assez vite.

Quant au dessin, il m'a un peu surpris (c'est le premier livre de cet auteur que je lisais), et pas complètement convaincu non plus. En effet, outre les nombreux espaces blancs entre les différentes cases, les cases elles-même contiennent des "blancs", donnant l'impression que la colorisation du fond n'a pas été finie... Les personnages eux-même, plus que dessinés, me font parfois l'effet de papiers collés sur une page blanche. Ce n'est pas laid, mais cela ne compense pas le scénario faiblard (contrairement aux dessins de Prugne pour son scénario décevant).

C'est donc "pas mal" (note réelle 2,5/5), un peu décevant, mais je conserve assez d'indulgence pour en conseiller la lecture. Plutôt si vous avez l'occasion de l'emprunter...

Nom série  Chlorophylle  posté le 13/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est un univers manichéen, mais pas niais. De l'action, de l'aventure, la guerre (mais pour de rire). Quoi que, avec Anthracite et quelques autres méchants, les sentiments ne sont pas tous bons, et la guimauve ne coule pas à flot.

En effet, si la série est avant tout réservé aux plus jeunes, elle ne sombre pas dans la facilité. Les intrigues, sans trop de surprise quant à l'issu, sont plutôt bien bâties, le dessin est assez dynamique et les bestioles sont attachantes.

Et, puisque cette série jeunesse doit avant tout être jugée sur ce critère, il faut reconnaître que Macherot faisait là de la belle ouvrage ! Ce qui n'a pas toujours été le cas de ses successeurs.
A faire découvrir à vos enfants !

Nom série  Maus  posté le 13/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai vraiment du mal à noter cette bande dessinée, et pour plusieurs raisons.
Tout d'abord le sujet, qui nous pousse naturellement à l'empathie envers l'auteur et ceux dont il décrit le calvaire, c'est à dire son père et, plus généralement, les Juifs victimes des persécutions nazies. Ensuite à cause de l'aura qui entoure cette oeuvre, multi-primée, plébiscitée, même d'ailleurs par des gens ne l'ayant pas lue (comme j'ai pu le tester).

Si je me risque à une critique, je dois dire que le dessin ne m'a pas emballé. Je n'attendais pas trop d'esthétisme pour ce sujet très glauque, mais bon... Le Noir et Blanc, pour un sujet franchement plus noir que blanc est un choix qui par contre se justifie.
Raconter des faits horribles, de manière assez réaliste, mais en transformant les personnages en animaux, pourquoi pas ?

En fait, c'est une oeuvre bancale. si je souhaite lire un témoignage, je préfère "Si c'est un homme" de Primo Levi. Si je souhaite lire une analyse, les études d' historiens comme Raul Hilberg me conviennent mieux. Et comme le côté "bande dessinée" me laisse une impression mitigée, je reste sur une note honnête, mais assez moyenne.
A cause ou malgré ce que j'ai écrit au début, j'en conseille néanmoins la lecture. Après tout peut-être suis-je passé à côté de ce qui semble en faire un incontournable ?

Nom série  La mort de l'indien  posté le 11/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Bon, disons le tout net, les quatre histoires qui composent cette bande dessinée ne valent pas forcément toutes ces quatre étoiles. Mais je les mets sans état d'âme pour cet album de la très sympathique collection Pilote.

La première histoire, "Tecumtha", raconte en quelques pages la conquête de l'ouest et le vol des terres indiennes, au travers des visions d'un indien - qui finit mal !
La seconde traite de la trahison de soldats irlandais pendant la guerre contre le Mexique (sujet très peu traité, et pas seulement en bd !).
La troisième tourne autour du personnage de Cheval Fou, histoire plus connue.
Et la quatrième traite de Wounded Knee (dernier massacre de la conquête de l'ouest, en 1890 [Big Foot mort statufiée dans la neige apparaît deux fois dans l'album], après quoi la "Frontier" sera déclarée "finie" par les historiens américains) et de son surgeon de 1973, quand l'AIM occupa le site et le défendit les armes à la main face au FBI, et l'armée américaine.

Album très "daté", mais pas forcément dans le mauvais sens du terme. C'est un album à charge, militant. Peu de place pour l'argumentation, peut-être (faute de place ?), sûrement manichéen, mais qui me touche - d'où en partie la note.

Je trouve les dessins, en Noir et Blanc, très beaux. Ils rendent bien l'ambiance noire de l'ensemble et de ce qu'ils décrivent, le blanc étant pour la petite note d'espoir de la révolte de 1973.

A noter que la quatrième de couverture présente l'auteur, espagnol, en faisant clairement un lien entre ce qu'il écrit et ce qu'il vit sous le franquisme. Un peu comme les films "Le soldat bleu" et "Little big man", qui pouvaient être aussi "vus" comme des dénonciations des massacres perpétrés au Vietnam.

Album pas courant, mais à découvrir pour ceux qui s'intéressent à ce sujet, dans un traitement partisan qui nous change un peu de notre époque où l'engagement politique n'est plus aussi tranché.

Nom série  La Flemme  posté le 11/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
On m'a offert cette bande dessinée, ce qui m'a permis de la lire. C'est à dire que je ne l'aurais sûrement jamais achetée de moi-même !

En fait, la couverture déjà me rebute, et cela sent les séries produites au kilomètre et qui encombrent les rayons bd des supermarchés - au détriment d'autres publications moins commerciales. L'intérieur confirme la mauvaise impression, je n'aime pas les couleurs !
Les dessins sont plutôt corrects, mais passe-partout.

Quant aux textes, ils m'ont parfois fait sourire, mais l'ensemble est vraiment quelconque. Je ne suis vraiment pas le lecteur idéal pour ce genre d'album, dont je ne conseille pas l'achat !

Nom série  Si Doux Foyer  posté le 11/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
On n'est pas ici dans le politiquement correct, c'est sûr ! Et dès la couverture, on voit bien que l'auteur joue sur l'humour noir pour dérouler quelques histoires (d'une ou plusieurs pages) autour des SDF et de leurs petits tracas quotidiens. De leurs ambitions aussi.

J'ai souvent souri, parfois franchement rigolé, mais l'ensemble est inégal.
Le dessin (qui m'a fait penser à Reiser) ne m'a pas emballé plus que ça, mais dans ce genre de bd, ce n'est pas forcément de lui qu'on attend le plus. En fait du texte, j'attendais peut-être encore plus de noirceur. Des couleurs aussi. Peut-être un Noir et Blanc aurait-il été mieux venu.

En résumé, une lecture pas désagréable, sur un sujet qui l'est (mais ne cherchez pas ici de message politique, dénonçant les SDF ou les causes de la misère).

Nom série  Le Grand Pouvoir du Chninkel  posté le 10/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est une très bonne bande dessinée, qui recycle quelques vieilles histoires. Bien construit, avec un Noir & Blanc intéressant. Différent de Thorgal, des mêmes auteurs.

Je n'irai pas jusqu'à "culte", mais je garde un excellent souvenir de cette lecture, que j'encourage. Une version couleur est sortie, qui ne m'a pas semblé apporter grand chose quand je l'ai feuilletée.

Même si le rebondissement final peut s'anticiper, voilà une aventure "édifiante", une sorte d'"exempla" dont on peut tirer les leçons qu'on veut, mais qui ne laisse pas indifférent.

Nom série  Léonard  posté le 10/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Difficile de noter une série aussi prolifique, et qui souffre de redite et autre essoufflement de créativité. Ma note et le conseil d'achat qui l'accompagne sont donc essentiellement valables pour les premiers albums, souvent très drôles.

Car si je n'ai pas lu tous les albums, loin de là !, j'ai quand même pas mal rigolé avec Léonard et son disciple.
Grâce à pas mal de gags, mais aussi aux inventions absurdes, totalement inutiles du génie en question (une sorte de de Vinci déconnecté du principe de réalité ou d'utilité), mais aussi à sa mégalomanie.
Le meilleur gag, et il est récurrent, c'est le personnage du disciple, souffre douleur du génie, testeur d'inventions et son air du type qui a "la gueule du mec qui va s'en prendre plein la gueule"... et qui s'en prend d'ailleurs plein la gueule, explosé, écrasé, brûlé à longueur d'albums.
Et les réparties entre ces deux personnages principaux, lorsqu'elles sont réussies, sont vraiment très drôles.

Du très bon et du moins bon, donc, mais une série qui mérite largement d'être lue, même si ce n'est pas en totalité.

Nom série  Mordillo  posté le 10/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un dessin tout en rondeur et répétitif, des albums qui se lisent très vite, des couleurs très datées et sans nuance.

Et pourtant, c'est souvent drôle. Non pas d'un humour de rentre dedans, au forceps, mais au contraire fait de poésie, de désuet et d'absurdité revendiqués.

Si les albums de Mordillo, qui jouent toujours sur un gag visuel, peuvent paraître lassants, j'y vois moi une créativité toujours renouvelée.

Je possède les Opus et d'autres "thématiques" ("Mordillogolf"; "Mordillo football"). Je ne les relie pas tous les jours ni en intégralité dans la foulée, mais j'en relis souvent des extraits, et toujours avec plaisir.
Il y a là un ton, intéressant et original, que je n'ai pas retrouvé ailleurs.

Note réelle: 3,5/5

Nom série  Santa Riviera  posté le 10/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce n'est pas un chef d'oeuvre, et ma note exacte serait plutôt 2,5/5.

Mais l'album m'a quand même fait rire plusieurs fois. Par sa caricature des soaps américains (que j'aurais aimée plus déjantée et/ou cruelle), les histoires étant entrecoupées, comme souvent chez les Requins Marteaux, par des pubs, très souvent poilantes (c'est entre autre grâce à elles que je conseille quand même l'achat).

On s'amuse à reconnaître des têtes connues dans les personnages principaux, et surtout du gag récurrent de la princesse Diane, régulièrement et méthodiquement démolie dans des accidents successifs tout au long de l'album.

Un honnête délire, qui aurait pu être plus percutant.

Nom série  Raymond Calbuth  posté le 10/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Alors que Robert Bidochon ose des commentaires assurés et définitifs devant son poste de télévision, Raymond Calbuth rêve d'être de l'autre côté de l'écran.

C'est un aventurier du dérisoire, quelqu'un qui vit dans ses rêves, mais qui a des rêves sans horizon. Hélas sa femme est son seul public, et ses aventures héroïques, en peignoir et charentaises ne feront jamais la une des journaux.

Par contre, elles suffisent pour faire de Raymond le héros d'un certain nombre d'albums assez poilants, dans un quotidien tout à fait anodin: Raymond Calbuth, aux confins du possible !

Nom série  L'Art et le sang  posté le 10/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà un criminel qui ne s'embarrasse pas de scrupules, mais se veut artiste du crime.

Benoit Preteseille utilise le mythe de Fantomas, créé par Allain et Souvestre, et qui avait tant séduit les surréalistes (Desnos en avait fait un long feuilleton radiophonique et Breton adorait les versions ciné de Feuillade). On y trouve d'ailleurs d'autres points communs avec l'univers d'André Breton (l'évocation du musée Gustave Moreau entre autre) et du surréalisme, qui inerve cet album.

A noter la fin, qui démarque le "tu seras un homme mon fils" de Kipling, dans une version moins consensuelle...
A découvrir, c'est un univers original !

Nom série  Jerry Stobbart  posté le 10/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n'ai rien contre l'humour con, navrant et puéril, à condition qu'il y ait de l'humour !
Or ici, c'est plutôt juste con, et cela ne m'a pas fait beaucoup rire.

Donc, si par hasard un deuxième tome sort (celui-ci est noté 1-), ce sera sans doute sans moi...

Nom série  Gestes, prouesses, propos et traits d'esprit de Bardin le Superréaliste  posté le 10/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Difficile de décrire cet album.
L'Association a fait ici un bel ouvrage, pour cette traduction d'un auteur espagnol que je ne connaissais pas.

Dès la première page, on découvre le monde surréaliste dans lequel vont évoluer le personnage et le livre, avec un dessin proche d'Yves Tanguy ou de Dali, et avec des termes faisant allusion à Dali, Magritte ou Bunuel, voire aux cadavres exquis surréalistes.

Pour ce qui est des histoires proprement dites, il faut rentrer dedans, ce qui n'est pas toujours aisé. En effet, l'auteur semble aussi tourmenté que le personnage de Bardin.
Et, comme pour beaucoup d'oeuvres surréalistes, le rationnel ou l'argumentation linéaire ne sont pas mis en avant !

Une sorte d'ovni, très loin de tout ce que j'ai pu lire avant.

Nom série  Un monstre par semaine  posté le 10/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cela aurait pu n'être qu'un brouillon, un carnet de dessins rassemblant les essais, idées et autres rebus d'un génial créateur.

Cela aurait pu n'être que le défouloir d'un être aigri, coincé entre "Gaston"/ "Spirou" et "Les idées noires", hésitant entre positif et négatif (mais y il n'y a jamais de négatif absolu chez Franquin, pas plus que de béatitude niaise d'ailleurs).

C'est peut-être tout ça. Mais c'est aussi et surtout du Franquin. Un coup de crayon absolument fabuleux, le sens de l'expression, du mouvement, au service d'une imagination inépuisable.

Avec son complice Yvan Delporte (mais aussi parfois de lecteurs du journal Spirou, appelés à donner vie à ces créatures) pour les textes, il a créé un bestiaire très enfantin. Poilant, urticant même parfois... Toujours surprenant en tout cas, comme ce "Caméléophage éructateur" !
A lire, il y a ici une part de l'univers de Franquin à (re)découvrir !

Nom série  La Jeunesse de Blueberry  posté le 10/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Difficile de noter cette série, et pour plusieurs raisons.
Tout d'abord parce qu'elle est forcément comparée avec la série "mère", dont les deux auteurs ont placé la barre très très haut !

Surtout parce que c'est plutôt une licence utilisée par de multiples scénaristes et dessinateurs, hétéroclites. En soi cela pourrait être intéressant et fonctionner (c'est un peu ce qui a été fait sur certaines séries comme Donjon monsters), à condition de garder quand même une ossature commune, une ambiance, et quelques traits forts du personnage principal, au moins...

Or ici ce n'est pas du tout le cas. Je trouve les dessins pas toujours dynamiques et trop différents du point de départ de Giraud (et en plus souvent nettement moins bons !). Dans les 3 premiers tomes réalisés par Charlier et Giraud, le dessin de Giraud était volontairement différent de Blueberry, pour marquer la différence (de série, d'époque), mais la qualité était là !

C'est surtout en matière de scénario qu'il y a maldonne. Beaucoup moins inventifs et originaux que ceux de Charlier, ils ont surtout statufié Blueberry, en lui ôtant ses défauts, sa part d'ombre qui faisait le charme de la série originelle. Le comble est que "La Jeunesse de Blueberry" était essentiellement là pour éclairer cette part d'ombre, les félures du personnage, ici totalement gommées, pour en faire une sorte de Lucky Luke infaillible - l'humour en moins.

Bref, grosse déception. J'aurais été tenté de ne mettre qu'une étoile, mais j'en mets finalement deux, uniquement pour les 3 premiers tomes de Charlier et Giraud, nettement meilleurs que le reste, qui méritent d'être lu, et qui prouvent aussi la capacité des deux auteurs à se renouveler sans se renier. A part ces 3 tomes, je ne conseille pas l'achat du reste qui, s'il ne mettait pas Blueberry sur la couverture, aurait sûrement moins de succès.

Nom série  Le Coup du lapin  posté le 09/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Poilant ! Voilà un auteur qui n'a pas eu peur d'user un gag jusqu'à la corde (pour se pendre) !

Voir le lapin se suicider une centaine de fois de suite peut évidemment lasser, et émousser notre capacité à rire, mais les moyens utilisés pour en finir avec la vie (on se demande quel ragout, quelle moule en chocolat pouvaient menacer ce pauvre lapin au point de lui faire perdre tout espoir...) se renouvellent continuellement.

Et c'est fou ce que ce lapin veut à ce point mourir après avoir épuisé son stock d'idées ! Et quel extrémiste dans le morbide ! Quel artiste aussi, qui met en scène sa mort comme d'autres leur vie.

En tout cas, après avoir vu tous ces suicides déjantés, et s'être marré du début jusqu'à la fin,on reprend sacrément goût à la vie.
Lecture rapide, mais fortement recommandée !

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 82 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque