Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1681 avis et 269 séries (Note moyenne: 3.09)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Bouquet Bonheur  posté le 04/01/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voici un ensemble de 5 contes très cruels, que j'ai trouvés très beaux !

D'abord, il faut dire que les éditions Cornélius font vraiment du bon travail ! Et qu'elles sont ici à l'unisson du travail de Blanquet.
Les personnages et les décors sont uniquement des jeux d'ombres, avec des arrière- plan usant des nuances de vert, de mauve: c'est superbe je trouve.

Très peu de texte ici, mais chacun de ces petits contes se laisse lire très facilement. On y trouve tous les thèmes - j'allais dire les obsessions ! habituels de Stéphane Blanquet. Le difforme, le morbide, la noirceur y sont bien présents, mais comme atténués par les jeux d'ombres.

Plein d'influences, des Expressionistes (la "princesse en kit" du dernier conte me fait penser à la petite fille démantibulée de la "Prager Strasse" d'Otto Dix) au surréalisme, en passant par certaines créatures du cinéaste Tod Browning ("Freaks"). Mais Blanquet a bien construit un univers très personnel.

Cet album constitue, je trouve, une excellente entrée en matière pour qui ne connaîtrait pas l'oeuvre de Blanquet. Non pas fadasse, mais moins "brutale" peut-être et par la même plus facile d'approche.
Je reste admiratif de ce créateur, dérangeant, mais vraiment à découvrir !

Nom série  Trait de craie  posté le 04/01/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le dessin est vraiment très beau ! Comme souvent d'ailleurs chez Prado. Et là, contrairement à certains de ses albums regroupant des histoires courtes, pas de variations de style graphique.

Pour ce qui est de l'histoire, elle est plutôt bien foutue, toute en petits détails, distillés les uns après les autres. Comme une toile sur laquelle on ajouterait des touches de peinture jusqu'à ce que l'ensemble fasse un tableau. On a d'ailleurs souvent l'impression de voir une exposition de peinture, de marines...
Le seul bémol pour cette histoire, c'est la fin, assez brutale, et difficile à "comprendre". Même après avoir lu "l'explication" de Prado en fin de volume.

Finalement, malgré ses qualités, je ne mets que trois étoiles à cet album. Cela vient en fait pas mal de moi et de mes goûts: je ne suis pas vraiment fan de romans (qu'ils soient graphiques ou pas). Si par contre vous appréciez le genre, alors n'hésitez pas à lire ce "Trait de craie"...

Nom série  Y'a plus de justice  posté le 04/01/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ce recueil d’histoires courtes (trois ou quatre pages chacune généralement) est dans la veine de Quotidien délirant ou de Chienne de vie : il s’agit de dénoncer par l’absurde et un humour corrosif les travers de notre société.

Mais des trois, c’est celui-ci qui m’a globalement le moins convaincu. C’est ici gentiment corrosif, et l’absurdité des situations, soulignée par des dialogues volontairement ternes et décalés n’est pas toujours allée assez loin pour me faire rire. Le quelconque prend alors le dessus.

Alors, bien sûr, il reste quelques bons moments, où j’ai à la fois ri et dont le côté critique a fait mouche, à peine assez pour que je mette trois étoiles à cet album (note réelle 2,5 /5). Ma première petite déception pour cet auteur !

Nom série  La Citadelle Aveugle  posté le 03/01/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Regroupement très disparate d'oeuvres de jeunesse (en tout cas pour Moebius - même si au début apparaît encore Gir comme signature).

Plus que le dessin, qui évolue et progresse réellement, c'est surtout les univers décrits qui diffèrent.

Les scénarii, sont eux pleins de clins d'oeil. A l'actualité de l'époque, mais aussi aux centres d'intérêt de Moebius (on y voit même un cow-boy qui pourrait être Blueberry...).
Mais l'ensemble est assez décevant. Peut-être moins onirique, moins abouti que ce qu'il fera ailleurs...

Note réelle 2,5/5

Nom série  Icare  posté le 03/01/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le premier Taniguchi que j'avais lu (Sky Hawk) avait droit à une préface de Giraud, celui-ci a droit à un long entretien postface de Moebius ! Bon, il faut dire que le scénario est de lui...

Le dessin de Taniguchi est plutôt bon - même si ce n'est pas mon genre préféré. Il s'adapte très bien à l'histoire.

L'histoire, justement. Elle part d'un postulat intéressant, mais j'avoue avoir été plus que déçu par la fin, qui m'a paru fortement bâclée. L'entretien de Moebius avec Numa Sadoul qui clôt l'album en donne une explication, mais c'est quand même décevant.

Ca se laisse lire, mais ça ne m'a pas enthousiasmé. Il m'aurait plu de lire et de voir ce qu'aurait pu être l'oeuvre complète décrite par Moebius dans son entretien, avec un côté sexuel plus exacerbé...

Sympa, mais sans plus donc.

Nom série  Alerte sur Ooxia  posté le 03/01/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Bande dessinée offerte (en deux exemplaires !) il ya pas mal d'années à mes enfants, lors d’ un arrêt dans une station Total. Retrouvée au moment d'un tri dans une de leurs chambres, et lue avant de m'en débarrasser...

Que dire ? D'abord que je n'ai pas aimé les dessins, la colorisation. Et pas plus les dialogues et histoires, que j'ai trouvés sans intérêt (les rares tentatives d'humour tombent à plat).

Quelques noms "connus" se sont égarés dans cette mésaventure (Libon, Killofer, Pixel Vengeur), avec d'autres compères. Ils ont dû oublier cette expérience aussi vite que je vais le faire de cette BD. Rien d'affreux pourtant, j'ai juste trouvé cela sans intérêt.
De plus, l'idée d'utiliser plusieurs dessinateurs peut passer sur plusieurs albums (voir les séries comme Donjon monsters), mais dans le même album, cela me gêne et complique la lecture.

Enfin, c'est un livre d'entreprise, au service de la communication du commanditaire, Total, et donc sans aucune once de regard critiqu e: de la propagande plus ou moins intelligente.
Que la série soit abandonnée (ce tome est sensé être le 1- ) ne me fera pas verser trop de larmes.

Voilà de la place faite sur les étagères de mes gamins !

Nom série  Lone Sloane  posté le 03/01/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Lire Druillet est toujours fascinant !
Un dessin que je trouve superbe ! Et des couleurs qui "occupent" des cases – couleurs très 70’s, mais qui restent ici intemporelles… Je parle de cases, mais en fait il y a une totale déconstruction de la page, et des habitudes des lecteurs de l’époque. Ca part dans tous les sens, et le découpage est le pendant des couleurs "explosives" (je me demande quelle source d’inspiration pas forcément légale il a bien pu utiliser…). Quelle claque visuelle !

Ca ne se lit pas si vite (alors qu’il n’y a pas trop de texte : celui-ci "commente" ou décrit les images – que ce soit hors phylactère ou même dans certains dialogues). Cela ressemble je trouve à des albums concept, des livres d’art accompagnés de leur "guide de lecture", une performance graphique…

Pour ce qui est de l’histoire (ou des histoires qui s’enchaînent), on assiste à une sorte de long voyage, où Sloane affronte mille dangers dont il triomphe, tel un Ulysse moderne.
C’est clairement la partie la plus faible de l’œuvre, et ça devait déjà être le cas à sa sortie, car le ramage ne vaut pas le plumage.
Et il faut dire aussi que depuis, l’arrière plan mystique est franchement passé de mode… C’est ce qui me fait ne mettre que trois étoiles…

A lire donc (j’allais dire à voir…), pour le plaisir des yeux. Et aussi parce qu’on a là une œuvre qui était révolutionnaire en son temps, et qui a gardé quand même une force de frappe visuelle importante.

Nom série  Le Jeune Albert  posté le 02/01/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n'ai vraiment pas accroché.
Il m'a manqué un je ne sais quoi d'exagéré, ou alors de douce folie pour me rendre intéressantes les courtes histoires d'Albert.

Le dessin, trait ligne claire, est plutôt classique dans le genre, "vieillot", mais là aussi, rien qui ne m'attire plus que ça.

Un gros bof, donc. Rien de désastreux, mais rien d'enthousiasmant non plus. Découverte de Chaland pas concluante...

Nom série  Putain, c’est la guerre !  posté le 02/01/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Vraiment pas, mais pas du tout aimé. Franchement à éviter selon moi, et pour pas mal de raisons.

D'abord au niveau graphique, c'est très répétitif et plus que lassant, 4 ou 5 images étant réutilisées d'un bout à l'autre, seuls les "dialogues" dans les phylactères changeant. En plus, la seule couleur utilisée, le rouge, rend encore plus hideux à mes yeux ces dessins, par ailleurs quelconques.

Quant aux scénarii de ces petits strips, ils souffrent de plusieurs handicaps. D'abord, ils collent de très près à une actualité très datée dans le temps (l'après 11 septembre 2001), mais aussi dans l'espace. En effet, seuls les ferus de politique américaine de l'époque comprendront ce que l'auteur a voulu faire passer. A tout prendre, je préfère lire Le Monde Diplomatique ! Dont les articles, parfois franchement ironiques, sont beaucoup plus incisifs, compréhensibles, et drôles !
Et justement, à part un ou deux sourires, je n'ai jamais trouvé à rire dans ce petit volume à l'italienne, dont les dialogues, très vulgaires - je dirais ici inutilement vulgaires -, rendent les strips indigestes.

Bref, aussitôt emprunté à ma bibliothèque, aussitôt rendu !

Nom série  Après l'amour (Venin de femmes)  posté le 02/01/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je continue ma découverte de l’œuvre de Prado. Une œuvre protéiforme, car après les histoires absurdes et grinçantes et la science fiction, voilà une série d’histoires courtes relevant du roman graphique plus traditionnel.

Et comme dans beaucoup de ses albums, Prado use de styles graphiques différents. J’aime bien son dessin (à part celui de la première histoire, les corps m’ayant paru trop allongés et ressemblant trop à des esquisses de styliste de mode).

Pour ce qui est des scénarii, ils sont assez sombres, et on ne nage pas ici dans l’optimisme. L’album aurait d’ailleurs pu s’intituler « Ruptures »…
Ca se lit vite, plutôt agréablement, mais sans plus. Le ton, les couleurs, et cette répétition des situations, rien ne m’a emballé plus que ça. Je ne sais pas si je relirais cet album.

Par contre, je ne vois pas pourquoi il est réservé à un public « adulte » sur le site, car si les corps sont souvent nus, il n’y a pas ici de pornographie, ni même de scène « osée ».

Nom série  Genèses Apocalyptiques  posté le 01/01/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Petites leçons de chose plutôt amusantes, de la part d'un Trondheim philosophant gentiment à propos de grandes idées. Et dans de toutes petites cases.

Le dessin est minimaliste, mais cela convient ici très bien à ces petites historiettes. Ca ajoute même un côté humoristique. Sans être très drôle, l'ensemble est plutôt réussi, et Trondheim nous fait plus que sourire en lisant ses petites critiques de la société et de ses valeurs.

C'est assez vite lu, mais ça se laisse relire aussi facilement.

Nom série  Arzach  posté le 01/01/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
La première histoire en Noir et Blanc, La déviation serait donc la première marque laissée par Moebius dans l’univers de la bande dessinée ?

Je trouve le dessin superbe. Mais les phylactères sont trop remplis : c’est cette partie qui a le plus mal vieilli selon moi. Moebius se rattrapera ensuite avec les histoires qui complètent l’album, très économes en paroles !
Cette "Déviation" me semble puiser à des sources communes d’inspiration avec Mémoires d'autres temps de Bilal, écrites et publiées à peu près au même moment, dans l’ambiance Pilote. Peut-être moins de Lovecraft ici…

Et puis, après cette introduction en Noir et Blanc… la lumière fut ! On comprend pourquoi Druillet a insisté pour que Giraud publie de la SF. Il y a une parenté évidente entre eux pour moi dans cette profusion de couleurs.
Contrairement à certains avis, je les trouve très biens, ces couleurs, même si elles sont peut-être marquées par le temps. Elles font peut-être moins "jeune", moins nouveau, mais elles n’ont pas vieilli ! C’est juste que l’effet de surprise ne joue plus.
Les paysages sont nettement plus épurés que dans Blueberry (il n’y a qu’à voir ceux de la dernière histoire).

Les scénarii sont plus ou moins humoristiques, compréhensibles… Mais j’admets ici l’incompréhension, au bénéfice non du doute, mais de l’émerveillement. C’est un très bel album et une excellente entrée dans le monde de Moebius.

A noter que la boucle sera bouclée par la dernière œuvre de Moebius, Arzak, publiée peu de temps avant sa mort et qui revisite cet univers. Avec des décors à mi chemin entre ceux d’ "Arzach" et ceux de Blueberry je trouve. Tous les cycles sont des spirales…

Nom série  Fragments de l’encyclopédie des dauphins (Demain les dauphins)  posté le 25/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je poursuis ma découverte de l’œuvre de Miguelanxo Prado.
Jusqu’à présent, j’avais plutôt lu des chroniques courtes, où l’humour absurde et corrosif critiquait notre société.

"Demain les dauphins" (c'est sous ce titre que se présente l'exemplaire que j'ai lu) propose un univers très différent ! Pas de couleur, un dessin en Noir et Blanc très bon, et réaliste (au passage Prado a un excellent coup de crayon !). C’est aussi une seule et même histoire qui se développe dans cet album (même si découpée en une dizaine de parties). Dernière différence, et non des moindres, c’est la poésie, la rêverie surréaliste qui dominent ici, dans une œuvre de science fiction.

Mais il y a ici aussi une critique de la réalité sociale, peut-être moins frontale que dans Quotidien délirant ou Chienne de vie. Une critique qui affleure mais qui n’empêche pas l’histoire de se dérouler sans à-coup, sur plusieurs millénaires.
En tout cas, le darwinisme illustré par "Demain les dauphins" offre une chute amusante, même si l’humour n’est pas présent ici.

Nom série  Astérix  posté le 18/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Pour mon centième avis posté sur le site, j’ai eu envie de marquer le coup, symboliquement, en choisissant une série déjà multi-avisée, archi-connue, mais qui a gardé pour moi toute la fraîcheur de la nouveauté.

C’est aussi un hommage à René Goscinny. Qui a beaucoup fait pour sortir la bande dessinée du créneau d’édification bien pensante de la jeunesse où elle était souvent confinée. Qui a beaucoup fait pour faire connaître des auteurs très différents (et aussi très différents de ce qu’il faisait ou aimait) au travers du magazine Pilote. Qui a porté très haut la créativité de scénarii dans des séries très populaires – et à juste titre. Et qui a enrichi l’imaginaire de tout un chacun de personnages, d’expressions, qui le rendent inoubliable alors même que son nom s’estompe pour les générations actuelles.

Mais comme il ne s’agit pas ici de dresser des statues, mais d’aviser une série d’albums, entrons dans le vif d’un sujet toujours bien vivant : Astérix. La mère de toutes les lectures de bandes dessinées pour moi. Dont j’ai emprunté les premiers à ma bibliothèque municipale, le mercredi après midi, puis que j’ai lu, relu, rerelu après que mes parents me les aient tous achetés. Je suis donc tombé dedans quand j’étais petit et, comme Obélix, j’en redemande !
Le dessin d’Uderzo, qui a évolué comme d’autres grandes séries vers une forme plus "ronde" , plus aboutie et dynamique, est je trouve un très bon complément au texte. Une réelle symbiose entre les deux s’était établie.

En fait, ce qui fait le succès d’Astérix, c’est avant tout les scénarii de Goscinny – ce que sa disparition en 1977 a cruellement démontré, eu égard à l’affadissement total de la série qui semble parfois être « tombée sur la tête », pour paraphraser une des dernières catastrophes parues sous ce nom.
En effet, comme pour d’autres séries (Lucky Luke ou Iznogoud par exemple), Goscinny a emporté l’âme d’Astérix dans sa tombe…dans laquelle il doit se retourner régulièrement en voyant ce que « ça » donne…

Ces scénarii justement, bourrés d’allusions aux « people » (même si ce terme est anachronique), aux actualités, aux modes de l’époque, comment se fait-il que cinquante ans plus tard ils se révèlent encore « adaptés » à un lectorat qui s’est singulièrement renouvelé ? Et comment expliquer que le succès de ce héros franchouillard ait été presque équivalent en Allemagne ?
C’est que Goscinny, au-delà de quelques écarts, avait sans doute atteint à l’intemporel, à l’universel dans l’humour (comme on peut le dire et le vérifier, toutes proportions gardées, de Chaplin). Au passage, plus que d’aventure, c’est plutôt dans la catégorie humour que je rangerais cette série dans les « immanquables » du site…

En matière d’humour, Goscinny joue sur les anachronismes (qui sont autant de clins d’œil adressés au lecteur), sur la pseudo érudition expliquant l’étymologie de noms de lieux ou de personnes, sur les clichés ancrés dans l’imaginaire collectif… En fait, si Astérix a réussi à toucher toutes les générations, de 7 à 77 ans pour utiliser le slogan d’un grand concurrent, c’est aussi qu’il propose plusieurs degrés de lecture. C’est une mine dont on n’extrait les trésors qu’au fur et à mesure que nous avons à disposition les outils pour le faire.

Mes relectures s’espacent – j’espère toujours, sans succès, arriver à en oublier les histoires, pour pouvoir bénéficier à nouveau de la surprise d’un gag, d’une réplique, d’une situation. Mais si la surprise n’est plus là, le plaisir est lui toujours intact, et le rire aussi. C’est aussi pour moi la première lecture (et relecture !) que j’ai partagée avec mon fils, ce qui nous vaut régulièrement des fous rires alimentés par ce plaisir commun.

Sur le grand nombre d’albums, tous n’atteignent pas la note maximum que j’attribue à la série (je souhaite ne noter ici que la période Goscinny donc !). Mais franchement, on en est rarement loin.
Par contre, beaucoup de chefs d’œuvre du genre. La liste de mes albums préférés est bien longue, je n’en citerai que quelques uns, dans le désordre : « Astérix et Cléopâtre » (qui a permis à Alain Chabat de montrer qu’on pouvait - à condition d’avoir du talent, servir et renouveler l’œuvre sans la trahir) ; « Astérix aux jeux olympiques » ( qui a permis de montrer qu’on pouvait – à condition de ne pas avoir d’idée et/ou de talent, rendre insipide au cinéma un album très drôle et le trahir), « Le cadeau de César » ; « Le domaine des dieux » ; « Astérix et le chaudron » , « Le bouclier arverne », « Astérix en Corse », « Les lauriers de César », « La zizanie », « Le devin », etc … enfin bref, de quoi graver quelques titres sur le menhir d’Obélix !

Les personnages entourant le héros, même secondaires, sont excellents : les habitants du village, très typés et sources de gags récurrents (le village et ses « habitudes » étant lui-même une sorte de personnage), César (qui sur-joue)… Et dans chaque album, quelques créations savoureuses (les centurions d’ « Astérix légionnaire » ; Pépé ; Tullius Detritus…).
Quant au héros, Astérix, il n’a pas cette image de perfection, de sérieux qui colle à Tintin. Même si Obélix est là pour insuffler une part de folie, de surprise, Astérix garde assez de malice pour ne pas être un personnage trop fat.

A noter que, comme souvent, le cinéma n’a pas forcément rendu service à cette série. Les dessins animés « figent » les personnages et ne sont le plus souvent qu’une version « faibles » des albums (même si plusieurs ne s’en sortent pas si mal) – et « Les douze travaux d’Astérix » me laissent la même impression, quand bien même Goscinny et Uderzo l’ont eux-mêmes dirigé. Les films, celui de Chabat mis à part (je n’ai pas vu le dernier, « Au service de sa majesté »), sont navrants et on ne peut qu’espérer que les jeunes qui les voient passeront outre et liront quand même les albums si ce n’est pas fait avant. Ces films renforcent le marchandising, déjà important du temps de Goscinny, mais qui atteint quand même aujourd’hui des sommets. En cela le personnage d’Astérix (parc d’attractions y compris) est un réel concurrent du grand cousin Mickey.

Bref, je ferme cette longue parenthèse, et rajoute mes quelques lignes de louanges aux nombreux avis précédents. Malgré ses défauts (que j’ai probablement en partie occultés, même s’il est vrai qu’ils sont essentiellement concentrés dans les derniers tomes), cette série peut sans conteste être qualifiée de culte, et mérite évidemment de multiples lectures !

Bien reçue et notée 5/5 !

Nom série  La Bombe familiale  posté le 15/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est du non sens, une histoire absurde. En tout cas seul le lecteur trouve absurdes ces histoires de bombes dont les protagonistes s'accomodent pourtant facilement.

C'est une histoire en Noir et Blanc (comme toutes les Pattes de mouche), mais ici le Noir domine franchement. La dernière page, qui laisse en suspens la fin, n'est pas très optimiste.

En tout cas, si l'action est en suspens, ce n'est pas le cas de la réflexion: on en tire les conclusions qu'on veut, mais il y a là une vision noire et critique des sociétés qui ne savent plus trop à qui et pourquoi elles font la guerre, et dont les populations ne se posent plus de questions à ce propos.

Le "tiens la voilà" et les simili sourires que j'ai cru déceler sur les lèvres des personnages dans cette dernière page, font froid dans le dos, malgré le petit côté comique et décalé...

Un très bon David B !

Nom série  La Chute de l'Ange  posté le 15/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est une chouette rêverie que nous présente ici Stanislas, dans la collection Patte de mouche, dont le format est parfaitement adapté à ce court récit onirique et muet.

C'est une histoire simple, qui se lit vite, très vite, et qu'on relit aussi vite je trouve. Une belle découverte, et un coup de coeur pour ma première lecture de Stanislas !

Nom série  Lame Ryder  posté le 15/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est vite lu, c'est sûr, mais c'est quand même le principe des Pattes de mouche !

Dans une sorte de huis clos, et en quelques pages, Mahler trouve le temps d'abuser d'un grand nombre de clichés du genre western. Plus que des citations, ces clichés sont des clins d'oeil parfois ironiques...

Mais de toute façon, Lame Ryder ne peut être un vrai cow-boy, puisqu'il n'a pas de cheval ! Mais il est invincible. Quoi que, il se prend quand même une sacré phrase dans la gueule quand Lulu lui dit: "Je ne veux pas mourir dans ce trou... et pas dans tes bras..."

Nom série  Chienne de vie  posté le 15/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je venais de lire Quotidien délirant du même Prado qui, malgré un ensemble inégal, m’avait donné l’envie d’en lire plus du même auteur.
Bien m’en a pris ! En effet, on retrouve dans "Chienne de vie" les mêmes ingrédients que dans Quotidien délirant, c'est-à-dire une vision critique, humoristique et absurde de la société moderne et de ses travers.

Mais ici le niveau est plus homogène, comme le dessin d’ailleurs. J’ai aimé la quasi-totalité des histoires.
Et je les ai trouvées plus incisives, plus mordantes, l’absurde est poussé plus loin. De l’humour, certes, mais d’une noirceur qui appelle la réflexion.
C’est de la bande dessinée qui transcende les genres : dans quelle catégorie la classer ? Peut-être dans celle qu’on a envie de relire…

Note réelle de 3,5/5 et conseil de lecture très positif donc.

Nom série  Quotidien délirant  posté le 14/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C’est assez inégal. Dans la qualité – quoi que le minimum n’est ici jamais très bas -, mais surtout dans le ton. Cela alterne histoires surréalistes et ironie brûlante.
Je ne sais pas si c’est vraiment une bd d’humour. En tout cas, c’est assez grinçant. La critique des travers de notre société est hélas encore d’actualité, et est en tout cas bien faite.

J’ai eu l’impression en le lisant que cet album rassemblait des histoires écrites à différentes périodes. En effet, le dessin offre de très grandes variations, au point qu’on croirait y voir l’œuvre de plusieurs auteurs différents : c’est quand même agréable dans l’ensemble (je n’ai juste pas trop aimé le dessin de « Fumas » et cette histoire non plus d’ailleurs…).

Je découvre ici Prado et son imagination plutôt débordante. Cet album n’est pas forcément inoubliable, mais il m’a donné envie d’en lire d’autres du même auteur.

Nom série  Baker Street  posté le 13/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Bon, je m'enflamme sûrement un peu... Pas tellement sur le coup de coeur, bien réel, mais plutôt sur la note d'ensemble, qu'il faudrait peut-être minorer avec les tomes 3 et 4 qui, sans être mauvais, m'ont paru un ton en dessous.

Mais j'ai franchement été emballé par les deux premiers ! Le dessin est très bon et les mimiques des protagonistes, qui surjouent souvent leurs émotions, dynamisent le récit.

Il y a de vraies enquêtes policières, avec retournements improbables à la fin, comme dans pas mal de livres ou de séries télé du genre. L'amateur - dont je ne suis pas forcément, peut y trouver de l'intérêt.
Mais ce qui fait la force de cette série, c'est l'humour, plus ou moins décalé, qui injecte de la vie dans les intrigues.
La société victorienne, ronronnante, est bien rendue, et rend d'autant plus loufoques les analyses de Holmes et ses rapports parfois tendus avec son "ami" Watson et avec Scotland Yard (l'inspecteur Lestrade - ridicule à souhait). Et la logeuse, alcoolique et cuisinière improbable grossit le trait caricatural...

Bref, une découverte récente (je n'ai lu que les quatre premiers tomes, mais je compte les fréquenter à nouveau). Lecture franchement conseillée !

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 85 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque