Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1747 avis et 282 séries (Note moyenne: 3.08)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Yakari  posté le 10/07/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une série vraiment bien faite!
Si sur la durée on a forcément de petits écarts de niveau, l'ensemble reste tout de même de bonne facture, et, sans être mièvre, est une bonne porte d'entrée dans l'univers des Amérindiens.

C'est aussi une bonne porte d'entrée vers la bande dessinée pour le jeune public à qui cette série est destinée. Et même si la lecture est plus "difficile" pour un adulte, les jeunes de 8-12 ans y trouveront largement leur compte.
Les histoires sont variées, parfois édifiantes - mais pas trop ! (moins que Rahan!) et sont très efficaces.

On y retrouve les thématiques souvent traitées par Derib. Même si Yakari utilise différemment l'univers western et l'exaltation de la nature que dans Buddy Longway par exemple. Dessin et ses scénarios doivent s'adapter aux différents publics.

En tout cas Yakari passe mal la barrière de l'âge et c'est en ayant gardé âme et souvenirs d'enfant que je l'avise...

Toujours est-il que c'est une lecture recommandée pour vos bambins.

Nom série  Les Mangeurs de Cailloux  posté le 26/06/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Sympathique album que cette petite histoire ! En Noir et Blanc, elle raconte un pays où les gens mourraient jeunes avec de grises mines… Un de ces "pays noirs" déjà d’un autre temps, depuis que les mines ont fermé.

Au travers des yeux d’un enfant, l’auteur lui-même visiblement, on découvre une vie quotidienne faite d’angoisses et de plaisirs simples.

On découvre aussi un auteur, capable d’enchanter un quotidien plutôt réfractaire en la matière. Dans un langage simple – la seule difficulté pour un lecteur parisien comme moi est l’emploi de formulation "chtis" (mais sans que cela n’ait vraiment gêné ma lecture), Jean-Luc Loyer revisite la banalité, la dureté de la vie, mais aussi et surtout l’incroyable potentiel de l’imagination pour changer le charbon en or : voilà un alchimiste qui décore de merveilleux les "moments nuls de la vie".

En fait, le Noir et Blanc s’impose ici, comme s’impose l’incroyable capacité du jeune héros à croire – dans tous les sens du terme, à la vie, à ce que les adultes lui disent, alors même que tout semble n’être qu’illusion, que douleur. L’optimisme de la jeunesse, voilà ce qui est exalté ici. Et donc, au milieu de toute cette noirceur, cet album est une pépite. Issu d’un filon inépuisable, et qu’aucun principe de réalité ne saurait condamner.

Un vrai coup de cœur et une lecture grandement recommandée !

Nom série  Fennec  posté le 23/06/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C’est un chouette album. Et le dessin de Yoann y est pour beaucoup je trouve : "joli", simple, frais, assez proche de certains albums pour enfants.

Les histoires – ou plutôt l’histoire, puisque c’est une longue histoire qui nous est ici contée, voilà l’autre charme de cet album. C’est plutôt rigolo, gentiment rigolo.

Plutôt positif donc, même si au final je n’ai pas non plus été retourné par l’album, qui se lit très vite (peu de pages en fait), et qui me semble avoir hésité entre les strips à base d’humour noir et vraiment vachard, et les historiettes pour jeune public.

Nom série  La souris  posté le 22/06/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une petite histoire qui se lit assez rapidement, visiblement inspirée d’un fais divers réel (je ne sais pas jusqu’où l’auteur a utilisé la réalité, mais je n’avais pas entendu parler de ce genre d’aventure…).

C’est entièrement en Noir et Blanc, ce qui ici renforce l’atmosphère étrange, le malaise, qui accompagnent l’évolution des relations entre Daphné et – entre autres !, Calgary. Ils se sont rencontrés : le coup de foudre. Un coup de foudre qui déclenche un incendie dans lequel ils n’en finissent pas de se consumer.

C’est du Noir et Blanc, mais c’est en fait le Noir qui domine. Pour le décor d’abord, puisqu’on passe rapidement d’une boîte de nuit, la nuit, à la prison. Noir aussi et surtout pour les références aux romans et aux films noirs, puisque tout y ramène : le langage argotique, le côté poisseux de l’ambiance et du héros, la « pépé » qui s’en amourache et abandonne tout pour lui, s’abandonne à lui…

C’est une passion dévorante qui annihile toute réflexion qui naît entre Daphné et Calgary. Et Etienne, le gardien, lui qui fantasme aussi sur Daphné, ne saura ou ne voudra pas faire de sacrifice. Le titre du dernier chapitre (« Jail blues ») offre, par delà le jeu de mots, une clef pour le comprendre, lui qui n’était pas fait pour comprendre Daphné, qui n’était pas fait pour aimer quelqu’un comme Daphné.

Pour revenir sur le dessin, il est sobre et plutôt bon, même si pas toujours très lisible. Une édition couleur existe visiblement, mais je pense qu’elle convient moins bien que le Noir et Blanc à cette histoire. A lire.

Nom série  La Dernière cigarette  posté le 20/06/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une histoire à la fois simple et complexe, au cœur d’une période peu propice aux nuances à priori : la reconquête de l’Europe de l’Est par l’Armée rouge face à la Wehrmacht et aux SS, de 1943 à 1945.

C’est l’histoire d’une rencontre improbable, entre un officier allemand et un commissaire politique soviétique, tout deux se posant des questions sur l’absurdité de la guerre, et cherchant finalement la part d’humain qui réside en chacun.
Surtout dans une ambiance de fin du monde entretenue par le commentaire sur les massacres des Nazis – même si la découverte des camps d’extermination n’est qu’effleurée, et sur les viols et massacres perpétrés par les Soviétiques.

On a là une vision noire et critique de cette guerre, mais aussi de toutes les guerres, y compris celle qu’on appellera froide, évoquée par certains dialogues entre le personnage principal et un soldat américain. Désabusé, vraiment noir !

Cela se lit rapidement, l’album n’est pas très épais ! La seule chose qui m’a gêné finalement, c’est le dessin. Ce n’est pas qu’il est laid, au contraire, mais le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’est pas très lisible, et qu’il n’y a pas que les détails qu’on a du mal à discerner, souvent.

Mais ce sont quand même une lecture et un achat recommandés !

Nom série  Toxic planet  posté le 19/06/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C’est parfois drôle, sans être jamais hilarant.

Le postulat de départ – vivre dans une extrême pollution, avec en permanence des masques à gaz, peut amener de nombreux gags. Mais ici cela ne va pas trop loin dans la critique, qui reste « rigolote ».

En fait, passées les premières pages, on s’habitue au décor cancérigène, et les trois tomes me paraissent traîner en longueur.

Une lecture par petites doses donc, et un achat pas forcément indispensable.
Note réelle 2,5/5.

Nom série  Dans mon Open Space  posté le 18/06/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C’est une critique humoristique du monde de l’entreprise, de ses codes et de ses valeurs.
Un nouveau venu, d’abord stagiaire puis finalement embauché, sert de Candide dans cet univers qui ressemble énormément à la savane ou la jungle pour ce qui est des rapports entre les différentes personnes qui s’y côtoient. Ici, seuls les plus forts ou, pour être fidèle à Darwin, seuls les plus adaptés au système survivent. Et le patron gère ce panier de crabes, avec la tranquille assurance de celui qui sait être dans le camp des gagnants (et du côté du pouvoir, économique entre autres…).

C’est souvent bien vu, et on y retrouve forcément tous quelques clichés connus. On imagine certains de nos collègues et/ou supérieurs dans cette galerie de portraits – animaliers – dessinés par James.

Sympa, amusant, mais pas hilarant. J’ai souvent souri, mais rarement rigolé. C’est que la critique reste au final un peu convenue, peut-être pas assez corrosive, méchante – jusqu’à la mauvaise foi, pour déclencher le rire.
Quelques bons mots quand même, mais c’est loin d’être une critique au vitriol ! Certains sketchs des Guignols (sur la World Company) sont plus incisifs.

Les trois tomes se lisent facilement et se prêtent à une relecture, donc éventuellement à l’achat.

Nom série  L'Ecrin  posté le 11/06/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C’est bien dessiné et bien mené ! Une histoire relativement courte: une vingtaine de pages seulement sur les suites d’un braquage, qui réservent quelques surprises aux protagonistes, et au lecteur aussi d'ailleurs.
Avec une économie de moyens, Vallée nous raconte agréablement cette histoire de gangsters qui ne veulent pas partager.

**************SPOILER************************************
Le seul bémol : c’est ce vieillard qui ne se déplace qu’en fauteuil, et qui se retrouve tout d’un coup debout et en pleine forme pour frapper avec une pelle son adversaire. Peu crédible pour moi…

*************FIN DU SPOILER*******************************

Un scénario pas forcément très original, peut-être, mais bien mené donc. Avec des rebondissements, et une morale qui ne l’est pas forcément.
Si la fin ne justifie pas les moyens, elle explique ici le titre de l’album…

Nom série  Le Steak Haché de Damoclès  posté le 05/06/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C’est de la BD un peu intimiste, qui relate les petits riens de la vie de l’auteur. Avec une bonne dose d’autodérision.

Mais cette autodérision ne va pas trop loin. Pas assez, en fait, pour me faire franchement rire. Mais assez quand même pour que le sourire accompagne la lecture de cet album. Vite lu, mais qui donne envie d’y revenir.

Par petites touches, Fabcaro se raconte donc, et on s’attache au bonhomme, comme je finis par m’attacher à l’auteur au fur et à mesure que je découvre ses albums.

Nom série  Berceuse assassine  posté le 22/05/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Raconter une même histoire successivement et selon plusieurs points de vue peut s’avérer une bonne idée scénaristique lorsque c’est bien fait. Ce qui est plutôt le cas ici.

Cela dynamise le récit. Surtout que le point de départ, un couple désuni par les liens du mariage, qui nourrit une haine réciproque de toutes les rancœurs nées d’une vie vécue comme un échec, est assez glauque. Et pas forcément original.

C’est donc trois tomes qui se lisent bien, même si j’avoue avoir trouvé l’ensemble un peu long. Le troisième tome m’a paru le plus intéressant dans l’absolu, même si plus décalé par rapport aux deux premiers.

Au final, sur une trame banale, une histoire dont je vous recommande la lecture. Pour méditer sur les vertus du divorce…

Nom série  Le Transperceneige  posté le 13/05/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
On est entraîné dans cette aventure et dans ce train malgré l’improbabilité de certaines situations, voire même de cette voie de chemin de fer infinie, où seul un train circule encore. Ou deux, mais c’est tout comme…

Le premier tome aurait pu se suffire à lui-même et n’être qu’un très bon one shot. Mais les auteurs ont su avec les deux suivants relancer la circulation d’un train et l’intérêt de cette histoire originale.
Un peu plus de concision dans les deux derniers tomes aurait par contre dynamisé le récit. Surtout dans une série qui utilise pas mal l’ellipse, les zones d’ombre (pour ne pas parler de grande nuit !). Un seul tome supplémentaire aurait suffi à mon sens, pour réanimer une série qui explore pas mal de thèmes – même si elle n’en approfondit pas beaucoup : qu’en est-il de la vraie vie des passagers des deux trains ?

Dans ce huis-clos en mouvement, plusieurs thèmes sont mêlés, revisités, et souvent habilement.
Tout d’abord la lutte des classes, dans tous les sens du terme, puisqu’on est dans un train, et que les troisièmes classes (ou du sud) rêvent d’intégrer les nantis des premières classes (ou du Nord).
Ensuite, il y a là une intéressante présentation critique des moyens utilisés par l’oligarchie dirigeante pour se maintenir au pouvoir, garder – cachés ! – ses privilèges : le côté abrutissant des jeux, la religion – qui illustre bien ici « l’opium du peuple » dénoncé en son temps par Karl Marx…

Le malthusianisme affiché par cette société sclérosée, ajoutant aux frustrations (espace, libertés restreints) et censé retarder l’échéance, enclenche en fait un compte à rebours pour la petite société emportée dans son voyage sans fin.

Bref, du déjà vu, mais pas forcément comme ça, qui brasse pas mal d’influences de la SF (les voyages virtuels, le monde post apocalyptique, la fusion homme-machine…), mais qui ne les utilise généralement que comme décor.
La trame, une fois planté – ou effacé ce décor, est alors classique, même si elle est intéressante.

L’utilisation du Noir et Blanc est convaincante et va très bien avec le sujet. Le dessin est pas mal, sans plus, ceci étant valable pour les deux dessinateurs successifs.

En conclusion, une bonne série de SF, avec une note réelle de 3,5/5. Un achat conseillé, même si l’on peut facilement se contenter du premier tome, le meilleur, les deux autres n’apportant finalement pas plus de réponses aux questions qu’on se pose à la lecture de "L’échappé".

Nom série  Ils sont moches  posté le 12/05/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est du Reiser tout nouveau tout neuf, à ses débuts, mais déjà pointent certains des thèmes et des traits qui en feront "son" style.

Par contre, si, comme toujours chez lui, l'ambiance est à l'humour noir, c'est nettement moins trash que certains albums postérieurs. Le dessin aussi diffère de la suite, ici assez proche de Sempé (le côté moins trash et plus poétique - même si ce terme est peut-être abusif) renforce cette proximité.

J'ai apprécié cet album, que j'ai trouvé assez équilibré. Sûrement moins bon que Mon Papa, c'est sûr, mais finalement plus facilement lisible que certaines outrances futures.
En tout cas, si on le replace dans son contexte et son époque, on ne peut qu'admirer la volonté de Reiser de ne pas s'en laisser compter par la censure, le bon goût et autres stérélisateurs de l'esprit. Et Hara Kiri de le publier.
C'est cette mise en perspective qui donne encore plus de valeur à ce genre de publication.
Note réelle 3,5/5.

Nom série  Long John Silver  posté le 04/01/2013 (dernière MAJ le 30/04/2013) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je suis plutôt amateur de récits de pirates. Et redoute souvent de découvrir ce que certains scénaristes ont pu faire de ce genre de trésor.

J'ai donc longtemps hésité avant de lire cette série, préférant rester sur mes impressions de lecture de bons bouquins. L'occasion s'est présentée, et j'ai donc franchi le pas, emprunté la série et lu les trois premiers tomes de cette série. Il est vrai attiré par les dessins des couvertures.

Pour ce qui est du dessin, c'est effectivement globalement bon. Mais plus dans les décors et plans larges que dans certains détails ou gros plans. Par contre, dans l'édition que j'ai eu sous la main, plusieurs pages du tome trois ont visiblement eu des problèmes d'encrage: écriture dans les phylactères dédoublée et donc illisible, couleurs "décalées": horrible et faisant mal aux yeux !

L'histoire en elle-même est assez classique au départ, mais le troisième tome m'a un peu déçu. En effet, il semble y avoir un mélange des genres avec une greffe qui peine à prendre. Ou alors quelques incohérences du scénario ?

Bref, impression mitigée. J'attendais de lire le quatrième et dernier tome, espérant que Dorison efface un peu les mauvaises impressions ressenties à la lecture des précédents.
Hélas, ce dernier tome ne m'a pas franchement convaincu. Certaines scènes sont grandguignolesques, avec un dessin peu clair. On est parfois plus proche d'Indiana Jones et le temple maudit que de L'île au trésor. Pourquoi pas ? Mais je n'y ai pas trouvé mon compte.

Je laisse ma note (note réelle 2,5/5) mais ne conseille toujours pas l'achat.

Nom série  La Saison des Amours  posté le 28/04/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
C'est une suite de gags en une page où l'auteur semble être un petit peu monomaniaque. Pour le dire plus simplement, c'est une suite de scènes de sexe plutôt crues, ici entre animaux.

Bon, quelques uns de ces dessins m'ont fait sourire. Mais cela manque quand même sacrément d'humour je trouve pour les faire passer pour autre chose qu'une obsession triste et stérile.

L'auteur semble s'être trouvé ici "le cul entre deux chaises", pour filer une métaphore adaptée au thème, et on a ici quelque chose qui n'est pas très drôle, pas poétique, et même pas si provocante que ça.

Une lecture donc dispensable !

Nom série  Gladiatorus  posté le 18/04/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bamboo s’est fait depuis pas mal de temps le spécialiste des séries d’humour "à thème", avec visiblement l’intention de ne laisser passer aucun créneau, et d’exploiter chacun de ces créneaux jusqu’à épuisement de la mine, voire au-delà.

Même si on a ici une sorte d’histoire, avec des personnages récurrents, et un personnage principal, qui a donné son nom à la série, on reste dans la même veine : la série aurait pu s’intituler Les Gladiateurs - mais je crois que l’idée avait déjà été prise par un éditeur concurrent.
Et c’est ici le prolifique auteur maison Cazenove qui s’y colle…

Bon, autant le dire tout de suite, je ne suis pas du tout fan de ce genre d’humour, et Bamboo n’est pas pour moi gage de qualité. Et je n’ai pas aimé cet album, premier d’une série dont je ne lirai probablement pas la suite.

Si le dessin, classique pour le genre passe, l’humour lui a été oublié ! Je ne dois pas être le cœur de cible, certes, et la série est à réserver aux plus jeunes. Mais tout de même, je n’ai quasiment jamais souri ! Et jamais ri non plus.
J’ai trouvé cela très lourd, jamais surprenant. "Ceux qui vont mourir de rire te saluent" lit-on en exergue sur le site de l’éditeur. Ceux qui n’ont pas ri te disent au revoir serais-je tenté de répondre.

Nom série  La Terre sans mal  posté le 17/04/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
On se laisse entraîner assez facilement dans cette aventure, mais on en ressort avec une impression mitigée.

J'ai trouvé le dessin plutôt bon, et la trame de départ, sans être extraordinaire, est tout de même bonne.

Mais j'ai traversé cet album comme l'héroïne a traversé la forêt amazonienne : sans trop savoir à quoi cela rimait, ni si tous ces personnages n'étaient pas là que pour le décor, finalement interchangeables car n'influençant pas trop l'histoire.

Je reste donc sur ma faim, et ne sais pas si je retournerais voir cette Terre sans mal.

Nom série  Saison brune  posté le 17/04/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un gros pavé de 470 pages, qui se lit finalement plutôt bien et (relativement) vite. Il faut dire qu’on en a pour son argent ! Et je ne fais pas ici référence uniquement au nombre de pages. Je pense aussi aux questions qu’il donne envie de creuser, aux lectures qu’il donne envie de faire. Bref, un album agréable à lire et qui pousse à lire !

Un livre qui fait réfléchir, qui fait se poser des questions. Que l’album de Squarzoni soit le résumé d’un travail de recherche partiel, partial m’importe peu ici. Ses lecteurs sont adultes et libres de confronter les sources. En tout cas il soulève des questions que d’autres – comme Allègre, n’ont de cesse de faire oublier.

L’album en lui-même s’écarte des canons habituels de la bande dessinée. Sorte de monologue illustré, par un dessin extrêmement rigoureux et précis, avec des collages de photos, des reconstitutions de films célèbres et des digressions poético-biographiques de l’auteur. Un air de détournement situationniste, en moins radical.

Ecrit juste avant Fukushima, Squarzoni n’évoque évidemment pas cette catastrophe, qui apporte hélas de l’eau à son moulin : sur les risques consécutifs à la montée des océans, sur l’aveuglement concernant le nucléaire (voir les mensonges et autres omissions de Tepco, avant, pendant, et après les explosions). Concernant aussi l’action d’Allègre, qu’on a vu en boucle à l’époque sur les plateaux télé pour dire qu’évoquer l’arrêt du nucléaire au Japon et/ou chez nous relevait de l’indécence, qu’il fallait attendre que les Japonais pansent d’abord leurs plaies, etc… Et bien sûr, aujourd’hui, plus aucun débat n’est envisagé, lui et ses commanditaires ont réussi à noyer le poisson.
La poignée de mains entre Sarkozy et Khadafi nous rappelle aussi quelques vérités oubliées, et donne une bonne touche d’humour involontaire, dans un album par ailleurs plutôt austère.

Un livre intéressant, militant donc. Pour en prolonger certaines analyses, je vous recommande la lecture du livre "La stratégie du chaos" de Naomie Klein. Pour voir que toutes les catastrophes ne sont pas naturelles, et qu’elles ne sont pas catastrophiques pour tout le monde.

Nom série  Saint-Etienne Lyon  posté le 14/04/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'avoue avoir eu du mal à entrer dans cette BD. Le début faisait penser à "Y a-t-il un pilote dans l'avion ?", mais en moins rythmé et en moins loufoque et déjanté.

Mais finalement, je trouve cet album pas mal. Il ne m'a pas fait hurler de rire, mais c'est quand même plutôt drôle. Absurde, con, mais drôle.

Les strips s'enchaînent assez bien, pour former une histoire cohérente - même si je m'aperçois que cet adjectif est ici incongru !
Le rythme reste finalement assez lent - petit reproche... Mais même gentil, ce délire se lit facilement. Essentiellement pour les dialogues, souvent hors de propos ou volontairement stupides. Le dessin quant à lui ne m'a pas vraiment emballé: mais ce n'est pas central dans ce genre d'album.

Cette version détournée des détournements, cette vision indépendante des indépendantistes est donc à lire...

Nom série  Rémi Gaillard emmerde la télé  posté le 13/04/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Rémi Gaillard m'a beaucoup fait rire avec ses petits films vus sur le net. Son humour absurde, très con et basique, ainsi que son culot: j'avoue avoir été assez fan de ses productions. Aller comme lui jusqu'au bout d'une idée, d'un gag, apporte une certaine jouissance pour nos zygomatiques.

S'attaquer à l'abrutissement des médias, et à la télévision en particulier, je n'ai vraiment rien contre, bien évidemment.

Et pourtant, là, c'est tellement à la fois peu subtil et absolument pas drôle, que ce n'est pas la télé mais moi, pauvre lecteur, que Rémi Gaillard a emmerdé ! J'ai même dû me forcer pour ne pas arrêter la lecture avant la fin.

Pas drôle du tout, et si vous voulez lire une critique du monde télévisuel et médiatique, allez voir ailleurs !

Nom série  Vater und Sohn (Père et fils)  posté le 11/04/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Voilà un album où l’auteur vaut mieux que son œuvre. En effet, l’attitude de Plauen face au nazisme mérite le respect, et on ne peut qu’avoir de l’empathie pour l’une des victimes de l’ordre brun.

Par contre, j’avoue n’avoir pas trop accroché à ces strips qui, s’ils touchaient le public allemand dans les années 1930, ont sacrément mal vieilli.
A part un ou deux sourires, j’ai lu – rapidement, cet album, qui ne me laissera pas un souvenir impérissable.

Le Seuil comptait visiblement publier d’autres albums, mais a semble-t-il dû abandonner cette idée. Je ne peux hélas que comprendre leur décision.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 88 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque