Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 2517 avis et 132 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Notre Mère la Guerre  posté le 20/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
D'emblée, ça ne me plaît pas tellement ; comme s'il n'y avait pas assez de morts dans cette boucherie organisée de 14-18, il faut qu'il y ait aussi des assassinats de femmes. Là-dessus, ce premier album est lent, ça traîne trop...mais bon je fais un effort, je lis la suite. Le dessin n'est pas terrible par endroits, il n'est pas d'un style qui me convient, et puis j'ai essayé de passer outre ce sentiment parce qu'ailleurs, il est assez joli, dans un style aquarelle.

Hormis la richesse du texte et la personnalité du lieutenant Vialatte, cette série permet heureusement de voir l'atrocité d'une guerre que tout le monde connaît maintenant, à travers une galerie de personnages bien typés, avec toujours ce franc-parler des poilus que j'aime bien, de pauvres gars sacrifiés pour satisfaire la gloire et l'avancement d'officiers stupides, de baudruches galonnées dont les ordres relèvent de l'aberration la plus totale. C'est ça qu'il faut retenir aussi de cette guerre, et que cette Bd démontre en jetant un regard autre que celui de Tardi qui s'en est fait une spécialité.

Finalement, je ne suis pas complètement conquis car j'ai l'impression que cette enquête est un leurre pour attirer le lecteur, et pour aborder la gravité de la guerre ; ma note reste cependant à 3/5 parce que la bande contient quand même assez d'éléments qui présentent de l'intérêt.

Nom série  Polonius  posté le 20/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Il est assez surprenant de voir Tardi s'écarter autant de ses thèmes favoris avec ce péplum étrange et cruel. C'est une fable sur le pouvoir qui corrompt, avec un air un peu fellinien inspiré de Satyricon, à l'érotisme bestial et à la violence sordide ; à l'époque où la bande a été dessinée, c'était peu courant ce genre de sujet traité ainsi.

Il y a aussi un mélange d'époques et de genres ; en fait, on n'est pas dans un vrai péplum, ça y ressemble mais la ville de Ru est imaginaire, et le fantastique surgit de façon impromptue. En plus, le dessin est peu soigné et paraît bâclé, mais il y a surtout un gros manque de consistance dans cette Bd qui ne m'a pas du tout convaincu ou que je n'ai pas su voir.

Nom série  La Beauté à Domicile  posté le 20/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Il est sûr que ce n'est pas la meilleure Bd de J.C. Denis, et ce n'est pas avec cet album qu'il faut aborder cet auteur sensible et singulier ; en cela, je comprends la déception de Paco.
C'est une étrange histoire d'amour qui m'a laissé perplexe parce que je ne vois pas vraiment où ça mène et ce qu'a voulu raconter l'auteur.

C'est un chassé-croisé entre les 3 personnages de Jeff, de Philippe et d'Angela en forme de ménage à 3 complexe, une sorte d'errance sans trop d'intérêt dont la fin est presque laissée vacante et inachevée. Car à ce stade, on ne sait toujours pas pourquoi Angela a 2 facettes, quelle est la raison de son changement d'humeur. Non vraiment, mis à part le dessin, plus épuré que dans les Luc Leroi, mais qui reste agréable, j'ai du mal à adhérer à cette Bd et je l'oublie bien vite..

Nom série  Barbara Wolf  posté le 19/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je trouve l'avis précédent trop sévère, voici un autre son de cloche.
Ce polar démarre bien : meurtre, incendie, effacement de traces, liquidation des assassins, organisation méthodique... tout ça est étrange et mystérieux, et on a envie d'en savoir plus et d'avancer. En plus, l'action se passe à Saint-Malo, j'adore cette ville avec ses remparts. A chaque fois que les auteurs répondent à une question, ils en posent une autre plus tortueuse qui conduit à différentes pistes.

Au fil des albums, des rebondissements un peu théâtraux décrédibilisent légèrement le récit, mais ils sont compensés par un final plutôt surprenant. Les personnages sont bien sentis, seule Barbara est un peu conne, mais dans l'ensemble, c 'est un très bon petit polar bien ficelé.

Le dessin est plutôt banal et manque de finition et de précision, même s'il est réaliste et honnête. Une lecture idéale pour la détente, destinée à ne pas se prendre la tête, mais qui n'est finalement pas indispensable à l'achat, la collection Bulle Noire comptant des titres plus costauds. Un bon moment en bibliothèque.

Nom série  Le Poids de l'ombre  posté le 19/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Une sorte d'errance un peu mystique voire métaphysique, un conte étrange qui ne signifie pas grand chose, et pour lequel manifestement je n'ai pas trop compris où les auteurs voulaient en venir.
La seule chose que j'ai appréciée, c'est un beau dessin de rochers dans le désert et de palais orientaux, avec des cadrages insolites en rond et en triangle, mais la narration assez verbeuse qui ennuie plus qu'elle n'éclaire ne m'a pas permis d'adhérer au sujet qui pour moi reste confus.

Nom série  C'était la guerre des tranchées  posté le 17/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
L'expo Tardi à Angoulême cette année m'a bouleversé et ému au point que j'ai eu envie de me replonger dans cet album que je n'avais pas relu depuis très longtemps ; je l'ai donc emprunté en ayant sans cesse à l'esprit le film Les Sentiers de la Gloire de Stanley Kubrick, qui lui fait écho. Ce brûlot antimilitariste qui n'a été distribué en France que 18 ans après sa sortie tant ça dérangeait, est le réquisitoire le plus féroce sur l'absurdité de la guerre. Cette année 2014 va commémorer le centenaire de cette guerre 14-18, c'est une raison supplémentaire pour lire cet album.

La préface de Tardi avertit le lecteur du contenu, elle est claire et nette, on sait ce qu'on va y trouver. Les mots sont crus, le dialogue de la Bd aussi, accentuant le ton pathétique. Je ne peux m'empêcher de ressentir une profonde amertume en lisant ces pages, on en sort essoré, étrillé, démoralisé et finalement heureux de retrouver sa femme, ses gosses et sa vie quotidienne, quand on sait que tous ces pauvres gars ont eu leur vie bousillée. Tardi transmet tout son dégoût de la guerre dans cette Bd dont on ne ressort pas intact, et qui démontre avec une acuité rare la vanité de ce conflit qui ne fut qu'un gigantesque abattoir humain ; c'est un témoignage poignant mais nécessaire pour son devoir de mémoire.

Le choix de ne pas faire un recueil historique sur les événements connus de Verdun ou des autres champs de bataille est très bon ; Tardi préfère raconter de petites histoires qui sont des instantanés d'un quotidien du poilu bien plus authentique, parce que tous ces épisodes sonnent vrai, Tardi les a sûrement recueilli dans des Mémoires de soldats. Chacun met en exergue l'aspect dérisoire que rencontrent les protagonistes. Pour la même raison, il n'y a pas de héros central, car chaque acteur de ces saynètes tragiques est un héros anonyme, surtout que Tardi ne montre pratiquement aucun gradé imbécile, que des pauvres gars sortis de leurs faubourgs ou de leurs cambrousses, et que la machine de guerre a broyé sans pitié.

Parfois les images sans dialogues sont plus parlantes, elles sont le reflet constant d'un vécu abominable, d'un enfer où ces poilus ont enduré horreur, privations, maladies, froid, rats, odeurs de pisse et de merde, odeurs de cadavres, et surtout une immense souffrance ; on ressent tout ça par des dessins criants de vérité.

Une immense tristesse s'empare aussi de l'esprit quand on parcourt ces pages, je pense particulièrement à ces images atroces où Tardi montre ces gars accrochés dans les barbelés ou agonisant la bouche ouverte dans la boue des trous d'obus...des visions difficiles à oublier.
Le N/B de Tardi prend ici toute sa signification, soulignant l'horreur et le désespoir. C'est une oeuvre magistrale, d'une intense émotion, à lire absolument, même si on ne s'intéresse pas à cette guerre (c'est mon cas), car on doit tous savoir ce qui s'est passé dans ces tranchées.

Nom série  Ian Kaledine  posté le 17/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Quelle étrange idée d'associer aventure, historique et fantastique ; je me souviens des débuts de cette série dans le journal Tintin en 1977, je l'avais écartée parce que je ne la sentais pas, et bien des années plus tard, j'y suis revenu lorsque j'ai pu lire tous les albums. Je ne sais pas trop quoi penser, c'est un dosage insolite de genres dans une Europe de début de siècle (1908 ) pour une Bd dont les ingrédients sont multiples mais aux ressorts un peu flous, Vernal brassant un peu de tout. En même temps, il y a un trio de héros sympathique.

Le tome 1 reste plutôt dans un contexte aventure historique qui peut rappeler un peu Lester Cockney, et où tout va assez vite (peut-être un peu trop), puis la série vire carrément au fantastique, avec d'étranges créatures, et évolue de façon bizarre ; certains éléments dans chaque album sont intéressants, mais l'ensemble reste très inégal et pas réellement passionnant. Je suis un peu déçu de la part de Vernal d'habitude plus rigoureux, il n'y a qu'à voir ce qu'il faisait chez Tintin avec les conquérants du mexique ou Jugurtha...

Quant à Ferry, il s'était fait connaître chez Tintin en 1974 avec " Cédric ", une série intéressante où le surnaturel, l'alchimie et les sciences occultes s'invitaient au Moyen Age, mais dont Le Lombard oublia l'édition en album. Ici, son dessin est correct mais un peu maladroit par endroits, des visages sont déformés, et il y a des erreurs anatomiques par-ci par-là ; sinon, son style hésite entre Franz et Fahrer, et sa mise en page est moderne pour une Bd de la fin des années 70, avec des cadrages encore peu courants.
Bref, une Bd imparfaite, où mon ressenti est partagé, et dont certains albums peuvent être achetés.

Nom série  Simon Francoeur  posté le 17/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai encore ramené ça d'Angoulême cette année, c'est le genre de BD sympathique des années 80 que j'avais zappée à l'époque car j'avais probablement d'autres préoccupations littéraires. C'est du petit western agréable, ou plutôt de l'aventure indienne, car ce n'est pas la période classique du western, puisque l'action se situe en 1750, époque où les Français et les Anglais se livraient une compétition implacable pour la possession de leurs colonies nord-américaines.

Au milieu de ces luttes farouches, les tribus indiennes autour des Grands Lacs ont souvent été manipulées par ces 2 grandes puissances qui les prenaient pour des sauvages sans se soucier si les terres leur appartenaient ; c'est ce que cette Bd démontre avec un peu moins d'acuité que d'autres Bd ayant pour décor cette Amérique et ce Canada du XVIIIème siècle. La bande reste surtout agréable pour son côté aventureux et son personnage principal ; elle ne fut hélas pas poussée au-dela de 2 albums.

Elle est dessinée par un Francis Vallès débutant qui possédait déjà un trait plus que correct (en dépit de plusieurs fonds blancs), annonçant sa maîtrise future. Une série très peu connue qui mérite de l'être. Achat facile et pas cher en occase.

Nom série  Rona  posté le 17/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Il y a longtemps que je pistais cette petite série, j'ai réussi à trouver quelques albums ; jusqu'ici, ils étaient assez durs à trouver (ou alors trop chers) car bien cotés au BDM, ça vient du fait que Ouest-France n'est pas un éditeur spécialisé dans les BD, et il n'y a qu'à Angoulême qu'on peut avoir un prix de festival chez FZ.

Diffusée à partir de 1984 dans le journal Ouest-France, la bande s'inscrit dans le ton des Bd des journaux Spirou ou Tintin des années 70, dont le héros Rona est un journaliste qui enquête sur des sujets très contemporains. Dégourdi, dynamique et ingénieux, il a pour amie une ravissante fille aux formes épanouies et généreusement suggérées ; un joli contraste avec les autres personnages masculins qui sont en général gros, laids ou grotesques, le graphisme de Malo Louarn ayant tendance à malmener les silhouettes. Seuls Rona et sa copine sont joliment dessinés, les autres sont toujours caricaturés.

Je connaissais le style de ce dessinateur breton découvert dans le journal Tintin en 1972 avec une petite série qui ne fit pas long feu : "Folklo et Goulven" ; son style est un combiné qui s'inspire un peu de Franquin et Fournier, c'est assez plaisant, ses cases sont bien remplies et truffées de détails. Les histoires ne sont pas transcendantes, plutôt classiques mais bien tournées et basées sur des préoccupations modernes et actuelles, avec un ton humoristique dominant. Une attachante série très peu connue.

Nom série  Johnny Congo  posté le 16/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après le succès de Luc Orient, Greg et Paape se retrouvent en 1992 pour lancer ce héros d'aventure. La bande renoue avec de vieux clichés des héros d'action de la grande époque des BD franco-belges du journal Tintin, tout en brassant des thèmes actuels. Le héros est également moins monolithique que les anciens baroudeurs de jungle des années 50 et 60, tout en étant aussi téméraire.

Bêtes sauvages, méchants patibulaires, faire-valoir comique, élément féminin, beaux paysages...on est dans un terrain balisé avec des éléments d'aventure au parfum d'exotisme, bref une histoire assez remuante au coeur de l'Afrique, où l'on retrouve l'humour ironique de Greg, et où Paape a musclé son dessin et sa mise en page plus aérée et moderne qui conviennent bien à ce type de récit. C'est très sympathique et sans prétention ; encore une Bd ramenée d'Angoulême cette année dont je ne regrette pas l'achat (à prix très modique en plus).

Nom série  Le Crépuscule des braves  posté le 16/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette année ma récolte de BD anciennes et semi-anciennes à Angoulême fut bonne, en voici un exemple avec cet album que j'avais repéré grâce à BDthèque.
Comme les autres volumes de cette collection Histoires de l'Histoire, l'album s'ordonne en courts chapitres présentant différents types de batailles (siège d'Orléans, pillages des Ecorcheurs, épisode d'Henri de Wurtemberg, duel de Bayard) et le rôle de l'artillerie qui changea le sort des combats, notamment ici lors de la guerre de Cent Ans.

La chevalerie est au coeur du sujet, ou plutôt sa fin, ses nobles vertus ayant conditionné la vie médiévale au coeur des batailles. Mais surtout, les auteurs s'attachent à illustrer non pas de grands faits d'arme, mais plutôt des épisodes moins connus et restés plus discrets dans la grande Histoire, dont certains m'ont rafraîchi la mémoire et que j'avais complètement oublié, tel celui de la dernière charge de chevalerie sur la plaine de Bulgnéville en 1431, où périt Barbazan, et qui rappelle la bataille funeste d'Azincourt. Il est intéressant aussi d'évoquer le personnage de Rodrigue de Villandrado, un des plus fameux chefs de soudards de ce temps.

Bref, je suis conquis par cet album où Giroud fait preuve de rigueur et rode déjà son style documenté et précis, ainsi que son goût pour le beau langage médiéval, tandis que le dessin de Tarral accuse un côté un peu statique, mais se révèle honnête. A cela s'ajoutent des pages éducatives qui renseignent sur les armures du XVème siècle, ainsi qu'un tableau chronologique situant les événements. Du bel ouvrage.

Nom série  les Inoxydables  posté le 16/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai découvert cette bande en N/B dans Charlie Mensuel vers 1982-83 ; c'est une série très rythmée qui va à 100 à l'heure, et pleine d'humour, avec un zeste d'érotisme conforme aux Bd du début des années 80 dans ce journal. Véritable référence aux Incorruptibles par son titre et son décor de Prohibition dans l'Amérique des années 20 (les fameuses "roaring twenties"), la série affiche un ton pas toujours sérieux qui est très plaisant, les scénarios de Mora étant plein de fantaisie.

L'époque est à peu près la même que celle de Les Mystères de Chinatown, précédente série de Parras, et la colorisation y est aussi chargée, sauf que là, c'est pas vu du côté d'un privé, mais du côté des gangsters, des bootleggers et des aventuriers dépassés par les événements que sont les 2 héros, qui subissent l'action plus qu'ils ne la créent.

Parras dynamise son trait, il est plus nerveux mais aussi épais que dans ses autres créations, et dessine des filles superbes pour un cocktail action/humour très réussi. De l'excellente lecture de détente passée à l'époque (presque) injustement inaperçue.
Les 5 albums sont assez faciles à trouver en occase.

Nom série  Corpus Christi  posté le 15/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai trouvé ces 2 albums en bouquinerie 6euros chaque lors d'un échange de BD ; vous pensez bien qu'un fou de western comme moi ne pouvait pas manquer ça.
En 1991 et 92, c'était encore l'époque où Soleil éditait des séries sans prétention avant qu'ils ne les virent pour mettre en place leurs collections axées sur le fantastique et la fantasy ; ils ont ensuite renié toutes ces séries sympas, comme aussi Zoulouland ou Vae Victis, c'est bien dommage.

C'est encore un western à la sauce spaghetti, avec la tête de Clint Eastwood pour héros, il y en a même 2 pour le prix d'1 ; c'est incroyable ce que ce bon vieux Clint a pu inspirer comme auteurs de BD. Ici, on est donc en plein dedans, c'est plein de références aux films de Sergio Leone : répliques lapidaires du style "tu brilles comme un lustre de bordel" (voir Mon Nom est Personne) et images repiquées dans les films de Clint, aussi bien ses westerns en Italie que ceux tournés à Hollywood après son retour, comme SierraTorride, Pendez-les haut et court ou encore Josey Wales hors-la-loi.

Il y a un bataillon de sales gueules, quelques gunfights sanglants, une ambiance Mex, plus quelques mots d'espagnol pour la couleur locale.
Le second album est moins rythmé, mais reste plaisant et fait suite au premier. Quant au dessin, c'est bon pour les décors et les vues d'ensemble, mais assez maladroit sur les personnages, certains visages sont parfois ratés ; ça s'inspire du style graphique de Ramaïoli qui ici sous le nom de Rocca se fait scénariste en utilisant des ficelles classiques pour un sympathique petit western très peu connu parce que passé inaperçu à sa sortie.

Un 3ème album annoncé n'est jamais paru. A découvrir pour le fun.

Nom série  Evanhouy  posté le 15/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il y a plusieurs mois, Roedlingen avait attiré mon attention en postant cette petite série que je n'avais pas lue dans le journal Tintin en 1981, parce qu'à cette époque, je ne le lisais presque plus, il allait devenir moribond et disparaître pour revenir sous le nom de Hello Bédé. J'ai trouvé par hasard le tome 2 Le Siège, dans une bourse de collectionneurs de ma région et j'ai pas hésité, même si l'option d'achat reste plutôt dispensable.

C'est de la BD médiévale de style humoristique, au trait caricatural qui ressemble beaucoup à une autre bande plus ancienne du journal Tintin : Korrigan de Franz, sauf qu'ici le sujet fait évoluer des personnages dans un contexte historique mieux identifié ; d'ailleurs, je ne saisis pas trop pourquoi les auteurs s'obligent à utiliser le roi Philippe le Bel en le ridiculisant par sa petite taille et son caractère teigneux, qu'est-ce qui les empêchait de dépeindre un XIIIème siècle avec un roi fictif comme dans Johan et Pirlouit ?

Sinon, les situations et jeux de mots sont amusants, ça ne vole pas très haut, mais l'ensemble dessin et humour n'est pas trop mal dosé, et l'aspect médiéval est respecté tout en étant parodié.

Nom série  Bidouille et Violette  posté le 14/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Dès son apparition dans le journal Spirou en 1978, cette série tendre et mélancolique qui reflète les rêves de l'enfance à travers ce petit couple adorable, va faire son trou auprès des lecteurs. C'est un conte de fée moderne, une sorte de Romeo et Juliette des années 80 qui surfe sur les premiers émois amoureux, et qui a su séduire une génération, malgré un évident côté fleur bleue un peu trop appuyé.

C'est une série certes jolie par son ton romantique, mais elle ne m'a pas touché parce qu'à l'époque où je l'ai découverte, vers 1983, je n'étais déjà plus un ado, je ne la lisais que de loin, préférant des Bd plus adaptées à mon âge, ou plus remuantes ; et en plus, le dessin ne m'accrochait pas tant que ça. Aujourd'hui, je la trouve idéale pour la Saint-Valentin... (si c'est pas de l'opportunisme ça..)

Nom série  Sark  posté le 14/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une série historique qui comporte un bon point de départ, avec la troupe des contrebandiers de Mandrin, et un intéressant personnage de femme de caractère. Le sujet paraît original, le personnage de Mandrin ayant été peu traité en BD ; la peur de cette image peu reluisante de bandit ? Pas sûr, car ce fut une figure très populaire parmi le petit peuple à qui il rendait l'espoir face aux nobles présomptueux et aux abus, et sa fameuse complainte fut chantée longtemps en France...

L'action démarre dès le 1er album par l'exécution de Louis Mandrin à Valence, puis on assiste aux tensions qui déciment le groupe. Mais la série s'englue totalement dans le second album en faisant intervenir les Camisards, car là, ça ne tient plus la route sur le plan historique ; en effet, cette révolte paysanne eut bien lieu dans les Cévennes, mais entre 1702 et 1705, or Mandrin est mort en 1755, et à cette date les Camisards étaient depuis longtemps oubliés.

Le scénariste bâtit donc un récit sur un anachronisme maladroit, et ça ne me convainc pas du tout, voila peut-être la raison de l'arrêt prématuré de cette série qui possède pourtant des qualités qui auraient pu être mieux exploitées, notamment on y évoque la fin de la royauté, prémisse de la Révolution. Sans compter que la fin me semble stupide.
Dommage, encore du gâchis, il y avait un décor, des personnages, une époque propices à conter une histoire intéressante, et un dessin soigné de Taduc qui me plaît bien. Oui, pas mal, mais un gros regret quand même.

Nom série  Siegfried  posté le 14/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Serais-je le seul à donner un avis nuancé sur cette série ? j'en ai bien l'impression quand je vois l'avalanche d'avis favorables. Bon, ben moi j'aime pas, voila !
Alice se sert de la légende nordique (qui au départ est germanique, d'où Wagner... d'où les nazis ayant récupéré ce mythe pour la pureté de la race aryenne etc..) et réinterprète la Tétralogie wagnérienne en récit d'heroic fantasy ; faut dire qu'à l'origine, cette légende était déjà un classique de la fantasy où Tolkien avait puisé ses sources pour son Seigneur des Anneaux.

Ce qui fait de "Siegfried" une trilogie à part, c'est l'ambition de l'auteur, car il se réapproprie complètement ce mythe en construisant un univers personnel à l'aide d'une mise en page très formelle et un style illustratif de toute beauté. Le 1er album s'ouvre comme un opéra en hommage à l'oeuvre de Wagner, qui rappelons-le se compose de 4 parties : un prologue, L'Or du Rhin, puis Siegfried, La Walkyrie, Le Crépuscule des Dieux.
Alice se livre donc à une mise en page époustouflante avec des images magnifiques et des pleines pages grandioses. Certes, c'est très beau et très pictural, mais même un dessin exceptionnel ne fait pas tout, il faut un semblant d'histoire ; ici, j'assiste à une succession de belles images au dessin travaillé qui en mettent plein la vue, c'est un leurre qui sert à cacher l'essentiel : une histoire cohérente. Car derrière ces beaux dessins, il n'y a rien, c'est sans signification, sans âme et surtout sans poésie, la narration est alambiquée, il ne s'en dégage aucune émotion, tout est froid, impersonnel. Et en plus, il y a des pages entièrement noires avec une seule petite bulle au milieu, je ne vois pas ce que ça apporte, mais ça fait cher la page.

Bon, Alice donne sa version, c'est son droit, je la respecte. Mais pourquoi un auteur de talent comme lui ne peut-il tenter une adaptation plus fidèle de cette magnifique légende germanique dont s'est servi Wagner pour écrire sa Tétralogie ? (voir le thème "l'Anneau de Nibelung").
Ayant eu le privilège d'assister au Ring à l'Opéra de Bordeaux dans les années 90 (pourtant l'opéra, c'est pas trop mon truc, mais c'était pour faire plaisir), j'en suis ressorti tout retourné et conquis par un vrai univers de fantasy germanique que je n'ai pas retrouvé dans cette Bd. Elle n'adopte pas une option classique pour conter cette histoire merveilleuse remplie de poésie romantique, ce qui manque tant ici.

Pour cette raison, je me sens plus proche de la série Le Crépuscule des Dieux chez Soleil Celtic, qui illustre la vraie légende, que de cette relecture épique qui n'a pour atout qu'un graphisme d'exception, et qui seul influe sur ma note, empêchant qu'elle soit plus basse.

Nom série  La Bête de l'Apocalypse  posté le 13/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album s'inscrit dans la série des Editions du Patrimoine qui a pour but de faire connaître les richesses de la France architecturale, en partenariat avec l'éditeur Glénat.
Ce récit qui utilise la célèbre Tenture de l'Apocalypse exposée dans l'enceinte du château d'Angers joue sur le mystère et l'ésotérisme à peine effleuré, tout en s'intégrant dans une enquête policière.

C'est intéressant de voir un aspect caché de ce château auquel le public n'a pas accès (si ce souterrain existe, ou s'il a existé). Je connais parfaitement ce château, il est superbe, je l'ai visité plusieurs fois, la dernière c'était en septembre 2013 lors des Journées du Patrimoine, j'avais encore des photos à y faire. L'idée de ce souterrain est excellente et plausible, le château étant très ancien et ayant subi de multiples transformations au cours des siècles.

Le sujet du scénario est suffisamment riche et idéal pour un récit policier passionnant où s'intègrent de brefs flash-backs historiques (à la manière de Le Triangle Secret) entre le roi Charles V et son frère Louis d'Anjou qui fit concevoir la tapisserie.
Le principal défaut de cette bande est son manque de rythme, compensé par les décors du château d'Angers qui sont bien conformes, les 2 auteurs ayant dû prendre un paquet de photos ou de croquis ; ce souci de vérité ajoute une crédibilité à cette histoire qui fera plaisir aux Angevins, mais à qui il manque aussi un dessin à la hauteur. Ce trait m'a paru parfois approximatif, le sujet méritait mieux ; c'est ce qui explique ma note plus proche de 2,5/5. Pour l'achat, ça peut se faire, tout dépend si on est réceptif au dessin.

Nom série  Sparte  posté le 13/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai acheté cette Bd les yeux fermés vu que j'ai toujours été plus attiré par la Grèce antique que par Rome, et en particulier Sparte qui m'a toujours un peu fasciné quelque part avec cet étrange goût pour la souffrance, l'endurance et la dureté destinées à servir la gloire et le bellicisme de cette cité. Ce que dit Mac Arthur sur l'homosexualité à Sparte est à priori fondé, même si elle était moindre qu'à Athènes où elle était presque une institution ; ici, on voit beaucoup d'hommes nus fiers de leur corps, car les Spartiates s'entraînaient ainsi comme la plupart des Grecs, mais l'homosexualité n'est pas évoquée.

Ceci étant dit, je me suis fait un peu avoir, cette Bd m'ayant laissé à demi satisfait, car je m'attendais à une histoire plus construite, mieux élaborée, et je me retrouve à lire un scénario sans trop de consistance, un récit sans histoire réelle, avec une unique scène de bataille assez tronquée, et du marivaudage de tragédie grecque. Même les personnages n'ont pas un réel intérêt.

La série ne tient la route que grâce à son superbe dessin de style classique à la Jacques Martin, c'est normal, Simon fut un de ses disciples et a dessiné Orion ; mais il a su s'en détacher par une mise en page plus moderne et des effets de style qui rendent un dessin bien léché et moins statique. Si j'ai acheté la série, c'est non seulement pour le sujet mais aussi en voyant son nom sur la couv et en visualisant rapidement quelques pages ; ma note reste plus généreuse qu'elle ne devrait l'être, uniquement pour son bel aspect graphique.

Nom série  Rani  posté le 13/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
De l'aventure romanesque au dessin lumineux et bien propre, c'est ce que j'aime, c'est un graphisme qui est tout à fait dans mes goûts.
Ce récit utilise des ressorts dramatiques et des ingrédients très classiques voire éculés, dans le genre des anciens feuilletons historiques du style Lagardère ou Thierry La Fronde qui ont fait les belles heures d'une certaine télé française. Van Hamme s'en est souvenu et en scénariste roué de ce genre de ficelles, il y puise des recettes éprouvées mais très habilement agencées et suffisamment prenantes pour qu'on s'y intéresse.

Passions, complots, trahisons, mensonges, vengeance, rédemption... il passe au crible le catalogue complet des sagas romanesques où les rebondissements rythmés et les personnages bien typés permettent d'attendre chaque album avec impatience. VH se joue des clichés caricaturaux en offrant un beau personnage d'héroïne ardente et fougueuse, piégée par un coup monté, opposée à son demi-frère, un salopard de première : bref le coup de la belle héroïne bafouée par un méchant de cette trempe, c'est vu et archi revu, mais c'est bien tourné et ça plaît encore tellement que la TV en a fait finalement un feuilleton à succès.

Comme je le disais au début, le dessin affiné de Vallès contribue à l'attrait de cette série, car il est clair que si le dessin avait été trop moyen, je m'en serais détourné ; il y dessine certains décors imaginaires inspirés par des architectures réelles, et se laisse aller à un peu trop de fesse, mais c'est parfois bien agréable. Une chouette série qui me replonge en enfance.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 126 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque