Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 2510 avis et 132 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Simon Francoeur  posté le 17/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai encore ramené ça d'Angoulême cette année, c'est le genre de BD sympathique des années 80 que j'avais zappée à l'époque car j'avais probablement d'autres préoccupations littéraires. C'est du petit western agréable, ou plutôt de l'aventure indienne, car ce n'est pas la période classique du western, puisque l'action se situe en 1750, époque où les Français et les Anglais se livraient une compétition implacable pour la possession de leurs colonies nord-américaines.

Au milieu de ces luttes farouches, les tribus indiennes autour des Grands Lacs ont souvent été manipulées par ces 2 grandes puissances qui les prenaient pour des sauvages sans se soucier si les terres leur appartenaient ; c'est ce que cette Bd démontre avec un peu moins d'acuité que d'autres Bd ayant pour décor cette Amérique et ce Canada du XVIIIème siècle. La bande reste surtout agréable pour son côté aventureux et son personnage principal ; elle ne fut hélas pas poussée au-dela de 2 albums.

Elle est dessinée par un Francis Vallès débutant qui possédait déjà un trait plus que correct (en dépit de plusieurs fonds blancs), annonçant sa maîtrise future. Une série très peu connue qui mérite de l'être. Achat facile et pas cher en occase.

Nom série  Rona  posté le 17/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Il y a longtemps que je pistais cette petite série, j'ai réussi à trouver quelques albums ; jusqu'ici, ils étaient assez durs à trouver (ou alors trop chers) car bien cotés au BDM, ça vient du fait que Ouest-France n'est pas un éditeur spécialisé dans les BD, et il n'y a qu'à Angoulême qu'on peut avoir un prix de festival chez FZ.

Diffusée à partir de 1984 dans le journal Ouest-France, la bande s'inscrit dans le ton des Bd des journaux Spirou ou Tintin des années 70, dont le héros Rona est un journaliste qui enquête sur des sujets très contemporains. Dégourdi, dynamique et ingénieux, il a pour amie une ravissante fille aux formes épanouies et généreusement suggérées ; un joli contraste avec les autres personnages masculins qui sont en général gros, laids ou grotesques, le graphisme de Malo Louarn ayant tendance à malmener les silhouettes. Seuls Rona et sa copine sont joliment dessinés, les autres sont toujours caricaturés.

Je connaissais le style de ce dessinateur breton découvert dans le journal Tintin en 1972 avec une petite série qui ne fit pas long feu : "Folklo et Goulven" ; son style est un combiné qui s'inspire un peu de Franquin et Fournier, c'est assez plaisant, ses cases sont bien remplies et truffées de détails. Les histoires ne sont pas transcendantes, plutôt classiques mais bien tournées et basées sur des préoccupations modernes et actuelles, avec un ton humoristique dominant. Une attachante série très peu connue.

Nom série  Johnny Congo  posté le 16/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après le succès de Luc Orient, Greg et Paape se retrouvent en 1992 pour lancer ce héros d'aventure. La bande renoue avec de vieux clichés des héros d'action de la grande époque des BD franco-belges du journal Tintin, tout en brassant des thèmes actuels. Le héros est également moins monolithique que les anciens baroudeurs de jungle des années 50 et 60, tout en étant aussi téméraire.

Bêtes sauvages, méchants patibulaires, faire-valoir comique, élément féminin, beaux paysages...on est dans un terrain balisé avec des éléments d'aventure au parfum d'exotisme, bref une histoire assez remuante au coeur de l'Afrique, où l'on retrouve l'humour ironique de Greg, et où Paape a musclé son dessin et sa mise en page plus aérée et moderne qui conviennent bien à ce type de récit. C'est très sympathique et sans prétention ; encore une Bd ramenée d'Angoulême cette année dont je ne regrette pas l'achat (à prix très modique en plus).

Nom série  Le Crépuscule des braves  posté le 16/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette année ma récolte de BD anciennes et semi-anciennes à Angoulême fut bonne, en voici un exemple avec cet album que j'avais repéré grâce à BDthèque.
Comme les autres volumes de cette collection Histoires de l'Histoire, l'album s'ordonne en courts chapitres présentant différents types de batailles (siège d'Orléans, pillages des Ecorcheurs, épisode d'Henri de Wurtemberg, duel de Bayard) et le rôle de l'artillerie qui changea le sort des combats, notamment ici lors de la guerre de Cent Ans.

La chevalerie est au coeur du sujet, ou plutôt sa fin, ses nobles vertus ayant conditionné la vie médiévale au coeur des batailles. Mais surtout, les auteurs s'attachent à illustrer non pas de grands faits d'arme, mais plutôt des épisodes moins connus et restés plus discrets dans la grande Histoire, dont certains m'ont rafraîchi la mémoire et que j'avais complètement oublié, tel celui de la dernière charge de chevalerie sur la plaine de Bulgnéville en 1431, où périt Barbazan, et qui rappelle la bataille funeste d'Azincourt. Il est intéressant aussi d'évoquer le personnage de Rodrigue de Villandrado, un des plus fameux chefs de soudards de ce temps.

Bref, je suis conquis par cet album où Giroud fait preuve de rigueur et rode déjà son style documenté et précis, ainsi que son goût pour le beau langage médiéval, tandis que le dessin de Tarral accuse un côté un peu statique, mais se révèle honnête. A cela s'ajoutent des pages éducatives qui renseignent sur les armures du XVème siècle, ainsi qu'un tableau chronologique situant les événements. Du bel ouvrage.

Nom série  les Inoxydables  posté le 16/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai découvert cette bande en N/B dans Charlie Mensuel vers 1982-83 ; c'est une série très rythmée qui va à 100 à l'heure, et pleine d'humour, avec un zeste d'érotisme conforme aux Bd du début des années 80 dans ce journal. Véritable référence aux Incorruptibles par son titre et son décor de Prohibition dans l'Amérique des années 20 (les fameuses "roaring twenties"), la série affiche un ton pas toujours sérieux qui est très plaisant, les scénarios de Mora étant plein de fantaisie.

L'époque est à peu près la même que celle de Les Mystères de Chinatown, précédente série de Parras, et la colorisation y est aussi chargée, sauf que là, c'est pas vu du côté d'un privé, mais du côté des gangsters, des bootleggers et des aventuriers dépassés par les événements que sont les 2 héros, qui subissent l'action plus qu'ils ne la créent.

Parras dynamise son trait, il est plus nerveux mais aussi épais que dans ses autres créations, et dessine des filles superbes pour un cocktail action/humour très réussi. De l'excellente lecture de détente passée à l'époque (presque) injustement inaperçue.
Les 5 albums sont assez faciles à trouver en occase.

Nom série  Corpus Christi  posté le 15/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai trouvé ces 2 albums en bouquinerie 6euros chaque lors d'un échange de BD ; vous pensez bien qu'un fou de western comme moi ne pouvait pas manquer ça.
En 1991 et 92, c'était encore l'époque où Soleil éditait des séries sans prétention avant qu'ils ne les virent pour mettre en place leurs collections axées sur le fantastique et la fantasy ; ils ont ensuite renié toutes ces séries sympas, comme aussi Zoulouland ou Vae Victis, c'est bien dommage.

C'est encore un western à la sauce spaghetti, avec la tête de Clint Eastwood pour héros, il y en a même 2 pour le prix d'1 ; c'est incroyable ce que ce bon vieux Clint a pu inspirer comme auteurs de BD. Ici, on est donc en plein dedans, c'est plein de références aux films de Sergio Leone : répliques lapidaires du style "tu brilles comme un lustre de bordel" (voir Mon Nom est Personne) et images repiquées dans les films de Clint, aussi bien ses westerns en Italie que ceux tournés à Hollywood après son retour, comme SierraTorride, Pendez-les haut et court ou encore Josey Wales hors-la-loi.

Il y a un bataillon de sales gueules, quelques gunfights sanglants, une ambiance Mex, plus quelques mots d'espagnol pour la couleur locale.
Le second album est moins rythmé, mais reste plaisant et fait suite au premier. Quant au dessin, c'est bon pour les décors et les vues d'ensemble, mais assez maladroit sur les personnages, certains visages sont parfois ratés ; ça s'inspire du style graphique de Ramaïoli qui ici sous le nom de Rocca se fait scénariste en utilisant des ficelles classiques pour un sympathique petit western très peu connu parce que passé inaperçu à sa sortie.

Un 3ème album annoncé n'est jamais paru. A découvrir pour le fun.

Nom série  Evanhouy  posté le 15/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il y a plusieurs mois, Roedlingen avait attiré mon attention en postant cette petite série que je n'avais pas lue dans le journal Tintin en 1981, parce qu'à cette époque, je ne le lisais presque plus, il allait devenir moribond et disparaître pour revenir sous le nom de Hello Bédé. J'ai trouvé par hasard le tome 2 Le Siège, dans une bourse de collectionneurs de ma région et j'ai pas hésité, même si l'option d'achat reste plutôt dispensable.

C'est de la BD médiévale de style humoristique, au trait caricatural qui ressemble beaucoup à une autre bande plus ancienne du journal Tintin : Korrigan de Franz, sauf qu'ici le sujet fait évoluer des personnages dans un contexte historique mieux identifié ; d'ailleurs, je ne saisis pas trop pourquoi les auteurs s'obligent à utiliser le roi Philippe le Bel en le ridiculisant par sa petite taille et son caractère teigneux, qu'est-ce qui les empêchait de dépeindre un XIIIème siècle avec un roi fictif comme dans Johan et Pirlouit ?

Sinon, les situations et jeux de mots sont amusants, ça ne vole pas très haut, mais l'ensemble dessin et humour n'est pas trop mal dosé, et l'aspect médiéval est respecté tout en étant parodié.

Nom série  Bidouille et Violette  posté le 14/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Dès son apparition dans le journal Spirou en 1978, cette série tendre et mélancolique qui reflète les rêves de l'enfance à travers ce petit couple adorable, va faire son trou auprès des lecteurs. C'est un conte de fée moderne, une sorte de Romeo et Juliette des années 80 qui surfe sur les premiers émois amoureux, et qui a su séduire une génération, malgré un évident côté fleur bleue un peu trop appuyé.

C'est une série certes jolie par son ton romantique, mais elle ne m'a pas touché parce qu'à l'époque où je l'ai découverte, vers 1983, je n'étais déjà plus un ado, je ne la lisais que de loin, préférant des Bd plus adaptées à mon âge, ou plus remuantes ; et en plus, le dessin ne m'accrochait pas tant que ça. Aujourd'hui, je la trouve idéale pour la Saint-Valentin... (si c'est pas de l'opportunisme ça..)

Nom série  Sark  posté le 14/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une série historique qui comporte un bon point de départ, avec la troupe des contrebandiers de Mandrin, et un intéressant personnage de femme de caractère. Le sujet paraît original, le personnage de Mandrin ayant été peu traité en BD ; la peur de cette image peu reluisante de bandit ? Pas sûr, car ce fut une figure très populaire parmi le petit peuple à qui il rendait l'espoir face aux nobles présomptueux et aux abus, et sa fameuse complainte fut chantée longtemps en France...

L'action démarre dès le 1er album par l'exécution de Louis Mandrin à Valence, puis on assiste aux tensions qui déciment le groupe. Mais la série s'englue totalement dans le second album en faisant intervenir les Camisards, car là, ça ne tient plus la route sur le plan historique ; en effet, cette révolte paysanne eut bien lieu dans les Cévennes, mais entre 1702 et 1705, or Mandrin est mort en 1755, et à cette date les Camisards étaient depuis longtemps oubliés.

Le scénariste bâtit donc un récit sur un anachronisme maladroit, et ça ne me convainc pas du tout, voila peut-être la raison de l'arrêt prématuré de cette série qui possède pourtant des qualités qui auraient pu être mieux exploitées, notamment on y évoque la fin de la royauté, prémisse de la Révolution. Sans compter que la fin me semble stupide.
Dommage, encore du gâchis, il y avait un décor, des personnages, une époque propices à conter une histoire intéressante, et un dessin soigné de Taduc qui me plaît bien. Oui, pas mal, mais un gros regret quand même.

Nom série  Siegfried  posté le 14/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Serais-je le seul à donner un avis nuancé sur cette série ? j'en ai bien l'impression quand je vois l'avalanche d'avis favorables. Bon, ben moi j'aime pas, voila !
Alice se sert de la légende nordique (qui au départ est germanique, d'où Wagner... d'où les nazis ayant récupéré ce mythe pour la pureté de la race aryenne etc..) et réinterprète la Tétralogie wagnérienne en récit d'heroic fantasy ; faut dire qu'à l'origine, cette légende était déjà un classique de la fantasy où Tolkien avait puisé ses sources pour son Seigneur des Anneaux.

Ce qui fait de "Siegfried" une trilogie à part, c'est l'ambition de l'auteur, car il se réapproprie complètement ce mythe en construisant un univers personnel à l'aide d'une mise en page très formelle et un style illustratif de toute beauté. Le 1er album s'ouvre comme un opéra en hommage à l'oeuvre de Wagner, qui rappelons-le se compose de 4 parties : un prologue, L'Or du Rhin, puis Siegfried, La Walkyrie, Le Crépuscule des Dieux.
Alice se livre donc à une mise en page époustouflante avec des images magnifiques et des pleines pages grandioses. Certes, c'est très beau et très pictural, mais même un dessin exceptionnel ne fait pas tout, il faut un semblant d'histoire ; ici, j'assiste à une succession de belles images au dessin travaillé qui en mettent plein la vue, c'est un leurre qui sert à cacher l'essentiel : une histoire cohérente. Car derrière ces beaux dessins, il n'y a rien, c'est sans signification, sans âme et surtout sans poésie, la narration est alambiquée, il ne s'en dégage aucune émotion, tout est froid, impersonnel. Et en plus, il y a des pages entièrement noires avec une seule petite bulle au milieu, je ne vois pas ce que ça apporte, mais ça fait cher la page.

Bon, Alice donne sa version, c'est son droit, je la respecte. Mais pourquoi un auteur de talent comme lui ne peut-il tenter une adaptation plus fidèle de cette magnifique légende germanique dont s'est servi Wagner pour écrire sa Tétralogie ? (voir le thème "l'Anneau de Nibelung").
Ayant eu le privilège d'assister au Ring à l'Opéra de Bordeaux dans les années 90 (pourtant l'opéra, c'est pas trop mon truc, mais c'était pour faire plaisir), j'en suis ressorti tout retourné et conquis par un vrai univers de fantasy germanique que je n'ai pas retrouvé dans cette Bd. Elle n'adopte pas une option classique pour conter cette histoire merveilleuse remplie de poésie romantique, ce qui manque tant ici.

Pour cette raison, je me sens plus proche de la série Le Crépuscule des Dieux chez Soleil Celtic, qui illustre la vraie légende, que de cette relecture épique qui n'a pour atout qu'un graphisme d'exception, et qui seul influe sur ma note, empêchant qu'elle soit plus basse.

Nom série  La Bête de l'Apocalypse  posté le 13/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album s'inscrit dans la série des Editions du Patrimoine qui a pour but de faire connaître les richesses de la France architecturale, en partenariat avec l'éditeur Glénat.
Ce récit qui utilise la célèbre Tenture de l'Apocalypse exposée dans l'enceinte du château d'Angers joue sur le mystère et l'ésotérisme à peine effleuré, tout en s'intégrant dans une enquête policière.

C'est intéressant de voir un aspect caché de ce château auquel le public n'a pas accès (si ce souterrain existe, ou s'il a existé). Je connais parfaitement ce château, il est superbe, je l'ai visité plusieurs fois, la dernière c'était en septembre 2013 lors des Journées du Patrimoine, j'avais encore des photos à y faire. L'idée de ce souterrain est excellente et plausible, le château étant très ancien et ayant subi de multiples transformations au cours des siècles.

Le sujet du scénario est suffisamment riche et idéal pour un récit policier passionnant où s'intègrent de brefs flash-backs historiques (à la manière de Le Triangle Secret) entre le roi Charles V et son frère Louis d'Anjou qui fit concevoir la tapisserie.
Le principal défaut de cette bande est son manque de rythme, compensé par les décors du château d'Angers qui sont bien conformes, les 2 auteurs ayant dû prendre un paquet de photos ou de croquis ; ce souci de vérité ajoute une crédibilité à cette histoire qui fera plaisir aux Angevins, mais à qui il manque aussi un dessin à la hauteur. Ce trait m'a paru parfois approximatif, le sujet méritait mieux ; c'est ce qui explique ma note plus proche de 2,5/5. Pour l'achat, ça peut se faire, tout dépend si on est réceptif au dessin.

Nom série  Sparte  posté le 13/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai acheté cette Bd les yeux fermés vu que j'ai toujours été plus attiré par la Grèce antique que par Rome, et en particulier Sparte qui m'a toujours un peu fasciné quelque part avec cet étrange goût pour la souffrance, l'endurance et la dureté destinées à servir la gloire et le bellicisme de cette cité. Ce que dit Mac Arthur sur l'homosexualité à Sparte est à priori fondé, même si elle était moindre qu'à Athènes où elle était presque une institution ; ici, on voit beaucoup d'hommes nus fiers de leur corps, car les Spartiates s'entraînaient ainsi comme la plupart des Grecs, mais l'homosexualité n'est pas évoquée.

Ceci étant dit, je me suis fait un peu avoir, cette Bd m'ayant laissé à demi satisfait, car je m'attendais à une histoire plus construite, mieux élaborée, et je me retrouve à lire un scénario sans trop de consistance, un récit sans histoire réelle, avec une unique scène de bataille assez tronquée, et du marivaudage de tragédie grecque. Même les personnages n'ont pas un réel intérêt.

La série ne tient la route que grâce à son superbe dessin de style classique à la Jacques Martin, c'est normal, Simon fut un de ses disciples et a dessiné Orion ; mais il a su s'en détacher par une mise en page plus moderne et des effets de style qui rendent un dessin bien léché et moins statique. Si j'ai acheté la série, c'est non seulement pour le sujet mais aussi en voyant son nom sur la couv et en visualisant rapidement quelques pages ; ma note reste plus généreuse qu'elle ne devrait l'être, uniquement pour son bel aspect graphique.

Nom série  Rani  posté le 13/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
De l'aventure romanesque au dessin lumineux et bien propre, c'est ce que j'aime, c'est un graphisme qui est tout à fait dans mes goûts.
Ce récit utilise des ressorts dramatiques et des ingrédients très classiques voire éculés, dans le genre des anciens feuilletons historiques du style Lagardère ou Thierry La Fronde qui ont fait les belles heures d'une certaine télé française. Van Hamme s'en est souvenu et en scénariste roué de ce genre de ficelles, il y puise des recettes éprouvées mais très habilement agencées et suffisamment prenantes pour qu'on s'y intéresse.

Passions, complots, trahisons, mensonges, vengeance, rédemption... il passe au crible le catalogue complet des sagas romanesques où les rebondissements rythmés et les personnages bien typés permettent d'attendre chaque album avec impatience. VH se joue des clichés caricaturaux en offrant un beau personnage d'héroïne ardente et fougueuse, piégée par un coup monté, opposée à son demi-frère, un salopard de première : bref le coup de la belle héroïne bafouée par un méchant de cette trempe, c'est vu et archi revu, mais c'est bien tourné et ça plaît encore tellement que la TV en a fait finalement un feuilleton à succès.

Comme je le disais au début, le dessin affiné de Vallès contribue à l'attrait de cette série, car il est clair que si le dessin avait été trop moyen, je m'en serais détourné ; il y dessine certains décors imaginaires inspirés par des architectures réelles, et se laisse aller à un peu trop de fesse, mais c'est parfois bien agréable. Une chouette série qui me replonge en enfance.

Nom série  Petite vicieuse  posté le 12/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'aime bien le graphisme d'Ardem, soigné, fin et léger qui met toujours en valeur ses filles sexy ; ici il ne déçoit pas de ce côté, et son héroïne a une plastique très avantageuse. Ardem prend pour sujet le dépucelage d'une jeune fille encore inexpérimentée, ça promet plusieurs scènes très débridées avec les garçons d'un patelin de vacances qui ne pensent qu'à se vider les burnes.

Le plus déplorable dans les Bd érotiques, c'est la minceur des scénarios et la stupidité des dialogues ; cet aspect n'est pas négligé non plus, les situations paraissent crédibles et bien vues, sans être transcendantes, malgré d'éternels lieux communs de ce type de bandes (soumission, fellations, sodomisations...) et certaines postures ou actes qui peuvent lasser.

Sans se hisser véritablement au niveau de certaines autres Bd érotiques, et sans faire preuve d'une réelle originalité, Ardem s'en sort bien avec cet album, je trouve que la qualité de l'ensemble est au rendez-vous.

Nom série  Le Long Voyage de Léna  posté le 12/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le récit pourrait sembler intimiste, mais c'est de l'espionnage qui sort des clichés et du formatage habituel d'action et de gadgets ; il y a aussi une grosse part de politique fiction. Pendant les 3/4 de l'album, Léna se rend dans de nombreux pays, rencontre plusieurs personnes et leur remet des objets anodins, mais le lecteur ignore le but de sa mission, tout est très mystérieux, les indices semés sont peu clairs. Il y a un manque d'action qui pourrait conduire à l'ennui et à la lassitude, mais étrangement on a envie de savoir ce qui va se passer, et tout l'intérêt réside dans ce choix de narration.

L'aspect géopolitique est plus affirmé dans le second album, avec un lien évident vers le terrorisme. Cet album ressemble un peu au précédent dans sa construction, c'est une longue suite de préparatifs et d'entraînement pour 3 femmes arabes à évoluer dans un monde occidental dont elles ignorent le mode de vie, puis le but ultime est atteint de façon très ou trop rapide ; encore une fois, le fin mot de l'histoire n'est révélé qu'aux dernières pages, c'est très habile. A cela s'ajoute Léna, un beau personnage de femme, habitée par la mélancolie.

Je ne sais pas si avec un autre graphisme, j'aurais accroché, mais j'ai bien aimé ces histoires éclairées par le dessin toujours aussi policé et pur de Juillard, un dessinateur que je prends toujours plaisir à retrouver justement pour son trait limpide.

Nom série  Après l'amour (Venin de femmes)  posté le 12/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Ces petites histoires ne m'ont pas laissé une grande impression, à part celle intitulée "Privilèges en or" qui est la plus cynique et la mieux tournée. Sinon, c'est des instants fugaces d'étreintes et d'après étreintes qui auraient pu avoir un potentiel intéressant en atténuant l'aspect déprimant. Le résultat est bien trop masturbateur de cervelle. En effet, c'est du dialogue amoureux désabusé et superficiel, du marivaudage désillusionné, du beau verbiage intellectuel plein d'amertume qui ne réussit qu'à vous coller un sérieux cafard.

La vie n'est pas toujours rose, je n'ai donc pas envie de lire une Bd de ce type pour me démoraliser encore plus. A cela s'ajoute le dessin de Prado avec un flou qui donne un certain style, mais trop sombre et avec des femmes peu jolies, ce qui accentue la tristesse de cet album.
D'autre part, je trouve qu'aucun des 2 titres n'est approprié : après l'amour, ça peut être aussi très bon, donc ici c'est trompeur puisqu'on a affaire à des ruptures, et le venin n'est pas l'apanage des femmes car certains hommes y sont autant venimeux.

Nom série  La Patrouille des Libellules  posté le 12/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n'ai pas trop lu la série dès son début en 1985 dans Circus, je l'ai prise en cours de route, au moment où les aventures de cette patrouille de filles délurées se poursuivent pendant la Seconde guerre mondiale. Je l'ai ensuite un peu feuilletée en bibliothèque mais sans m'y attacher ; cependant, j'en ai un souvenir précis parce que ça tranchait nettement avec les autres Bd d'humour de l'époque, Yann se lâchait à fond, ne s'interdisait rien et passait tout à la moulinette. Son humour noir provoc et le ton irrévérencieux de la bande me plaisaient assez, même si parfois ça débordait un peu dans une contestation libertaire et un fascisme primaire. Sans compter l'aspect un peu décousu en certains endroits.

Les caractères des filles qui sont loin d'être sages et respectueuses contrastent violemment avec l'esprit scout qu'elles sont censées incarner. Mais il fallait prendre tout ça au second degré, ça bousculait joyeusement les clichés historiques et les conventions, plaçant des figures célèbres comme De Gaulle (sans doute la plus savoureuse) dans des situations inhabituelles.

Le dessin nerveux et parfois brouillon de Marc Hardy ne me plaisait pas vraiment, c'est pourquoi je n'achèterais pas cette bande (qui en plus n'est pas finie), mais je la lirais en bibliothèque en me laissant à nouveau emporter par son ton mordant qui renouvelait de façon graveleuse les BD humoristiques.

Nom série  Les Gaulois contre César  posté le 10/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Etant friand de cette période historique et assez connaisseur, je me réjouissais à la lecture de cette bande. Le résultat global ne correspond pas tout à fait à mon attente sur le plan graphique.
C'est de la BD éducative soignée et moins romancée que dans Histoire de France en Bandes Dessinées (pourtant aussi éditée par Larousse), car elle est contée par Jean Markale, le grand spécialiste des Celtes, un historien renommé pour ses ouvrages sur la Bretagne, la Gaule et le monde celtique qui font autorité ; je suis un peu étonné qu'il se prête à cet exercice de scénariser une Bd, mais après tout tant mieux, parce que l'épopée des Gaulois pour repousser les Romains, est rigoureusement exacte, et en particulier Vercingétorix qui souhaite contrer César dans sa conquête de la Gaule (Markale insiste bien sur cet aspect).

Le lecteur peut ainsi avoir une vision autre que celle de la Guerre des Gaules (rédigée par César), longtemps considérée comme la seule source sur cette période ; un ouvrage de pure propagande destiné à se magnifier auprès du Sénat et lui prouver qu'il aurait besoin de sesterces et de soldats, bourré d'erreurs et de mensonges éhontés (César exagère sur le nombre des légions et diminue la légendaire ténacité des Gaulois), bref un beau chant de sirène qui est maintenant remis en question par de nouveaux historiens.

Car il s'en est fallu de très peu pour que le sort des Romains vacille. Je n'aime guère César car il fut assez faux-jeton dans cette affaire et ne fut pas magnanime et respectueux envers son ennemi Vercingétorix qui mit toute sa bravoure, ses forces et son intelligence dans ce combat.

Graphiquement, le dessin de Musquera n'est pas trop mal, mais certains visages ne sont guère jolis ; il rectifiera son trait plus policé lorsqu'il se lancera dans la BD érotique sous le nom de Chris. Pour résumer, cet album constitue une bonne approche pour ceux qui méconnaissent la conquête de la Gaule, la narration suit une progression précise et instructive.

Nom série  La Nuit  posté le 10/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Ce récit publié à l'origine dans Rock & Folk contient toute la noirceur et la dureté que je n'aime pas trouver en général dans une Bd ; c'est une science-fiction apocalyptique, désespérée et crépusculaire où Druillet présente un monde irradié par la pollution, et habité par une société mortifère.

Ce récit prouve qu'un auteur de bande dessinée peut exorciser ses démons intérieurs en éructant toute sa rancoeur, car c'est la douleur qui accouche de "la Nuit", suite au décès de la femme de l'auteur en 1975, qui le plonge dans une période de profond désespoir. Son désespoir est tel qu'il pousse ici un véritable cri de révolte contre la Terre entière, réussissant un opéra baroque et très sombre, une méditation sur la mort.

Malheureusement, si je reconnais à Druillet un talent graphique dans ces dessins surchargés à l'excès, je ne peux le suivre dans ce paroxysme morbide du chaos, c'est vraiment trop hallucinant et réservé à un public averti.
Une Bd à part dans l'oeuvre de Druillet, qu'il faut quand même feuilleter en bibliothèque, on ne peut pas l'ignorer.

Nom série  Jo Nuage et Kay Mc Cloud  posté le 10/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette parodie joyeuse des séries policières américaines est assez réussie, on y retrouve l'humour toujours aussi fin de Greg et le joli trait semi-réaliste de Dany, très habile à cette époque pour dessiner de jolies filles sexy (rappelons-nous Colombe Tiredaile). Les 2 compères ont déjà connu le succès avec Olivier Rameau, puis la reprise par Dany de Bernard Prince, et ici, leur complicité produit cet unique album à partir d'une série plus que sympathique qui était diffusée en 1975 dans l'éphémère Achille Talon Magazine, publication qui ne dura qu'un an, et par conséquent, ce récit n'eut pas de suite.

C'est bien dommage, car ces personnages tous très typés, avaient un potentiel qui aurait pu être intéressant, et on fait confiance à Greg qui n'était pas à court d'idées et qui aurait su développer des intrigues originales ; j'ai toujours été étonné que ça n'ait pas repris vie dans le journal Tintin. Déja dans cet album, Greg se livre à une sorte de parodie de son propre commando Caïman qu'il a mis en place dans une de ses séries phares de l'époque chez Tintin, Bruno Brazil ; les fans de cette série dont j'étais, ont encore en tête l'entraînement des Caïmans, sauf que là, Greg traite le sujet avec sa dérision coutumière.

Une Bd pas du tout connue, très souriante et détendante, qui mérite le détour, une sorte de petite perle rare.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 126 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque