Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 4854 avis et 1882 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Cage of Eden  posté le 17/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce manga reprend une trame scénaristique très usée : celle d'un groupe de personnes se retrouvant projetées dans un endroit mystérieux où elles vont devoir survivre au milieu de dinosaures ou autres créatures dangereuses .
Ici, nous sommes dans le cadre d'un avion qui se crashe (ou se retrouve téléporté, le mystère reste entier) sur une île déserte du Pacifique. Ses passagers, en majorité les élèves d'un lycée japonais de retour de vacances, vont devoir affronter les dangers représentés d'une part par un mélange de prédateurs énormes venus d'espèces animales théoriquement disparues depuis des milliers ou des millions d'années, et d'autre part par une partie des autres passagers devenus fous car la situation nouvelle a déclenché leurs instincts meurtriers ou dominateurs.

Ce n'est pas crédible du tout.
La folie de certains personnages parait complètement téléphonée, artificielle et surtout trop rapide pour être crue. On est dans les gros clichés et les déjà-vus. Il y a un certain nombre de facilités quoiqu'elles restent relativement acceptables. Et il y a de grosses invraisemblances comme la batterie de l'ordinateur de l'intello qui ne se vide jamais ou encore le même intello qui récite les noms scientifiques des animaux rencontrés au premier coup d’œil.
Il faut ajouter à cela une bonne dose de fan services avec des personnages féminins très sexy et très souvent dénudés ou la culotte à l'air.

Bref, on est loin d'un chef d'oeuvre d'originalité.
Néanmoins, cela reste un shonen très lisible.
Les personnages sont plutôt bien réalisés, avec des personnalités assez intéressantes. Le héros et son amie d'enfance notamment sont attachants.
Les graphismes sont de belle qualité. Les décors sont soignés. Les personnages sont bien reconnaissables et les filles jolies (trop jolies pour être vraies, certes, mais bon...). Il n'y a que lors de certaines scènes d'action, quand l'auteur abuse de lignes de vitesse, que cela devient un peu confus. Le reste du temps, les planches sont bien foutues et agréables.
La narration est bonne et la lecture est divertissante.

Du coup, malgré les nombreux déjà-vus et les facilités, c'est une série de divertissement et d'action assez plaisante sur le thème de la survie dans un endroit mystérieux et dangereux. Mais de là à en faire une série en 21 tomes, j'ai de gros doutes sur son intérêt sur la longueur...

Nom série  Mâle occidental contemporain  posté le 16/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai eu à la lecture de cette bande dessinée un très gros sentiment de déjà vu.

Elle met en scène un trentenaire urbain célibataire qui tente de draguer toutes les filles qu'il rencontre et se prend râteaux sur râteaux, déceptions sur déceptions, tout en découvrant à quel point le féminisme a renversé la donne sociétale. Il se retrouve ainsi écrasé sous la personnalité de femmes complètement libérées qui se retrouvent en position dominante et le traitent facilement en tant qu'homme-objet.

De tels sujets sont abordés depuis plus de 30 ans en BD, avec notamment les œuvres de Martin Veyron (L'Amour Propre et autres) mais aussi pas mal d'albums de la "Nouvelle BD" des années 90-2000, dans la lignée du tandem Dupuy-Berberan.
Qu'apporte de nouveau cet album du romancier Bégaudeau et du dessinateur de Aya de Yopougon ? Pas grand chose hélas. Si ce n'est peut-être une adresse vraiment directe du sujet de la perte de repère de certains hommes dans la société d'aujourd'hui.
L'ennui, à côté de ça, c'est que la manière dont est abordée la façon dont les femmes se sont émancipées a eu à mes yeux des relents de vision de vieux beau des années 70-80, une vision démodée d'un homme qui se croyait dominateur et qui a peur de se faire voler sa virilité. Pourtant François Bégaudeau est à peine plus âgé que moi, c'est surprenant que j'ai ressenti ainsi l'effet de lire une oeuvre d'un autre temps.

Je n'ai pas accroché, je n'ai pas trouvé ça drôle, j'ai trouvé cette vision de la société caricaturale et peu parlante. Bref, je me suis un peu ennuyé à la lecture de cet album qui n'a pas su me surprendre ni m'amuser.

Nom série  Franky & Raoul  posté le 16/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Franky & Raoul, ce sont des gags en une page dans une ambiance de jungle où tout peut arriver, à la manière de la série La Jungle en folie. Les héros animaux y parlent de tout et de rien, même si le thème de l'écologie revient assez régulièrement. Le ton est à l'humour tous publics pour être lisible par les jeunes.
Le graphisme est dans un style un peu brouillon, qui peut faire penser à du Reiser. Ce n'est pas trop ma tasse de thé.
Mais surtout c'est l'humour qui m'a déçu. Les gags tombent complètement à plat à mon goût. Ce n'est tellement pas drôle que je n'ai pas réussi à lire l'album en entier, me sentant forcé d'aller voir un peu plus loin si les gags évoluent ou pas. Pourtant les thèmes abordés sont variés et dans ce genre très usité de la BD humoristique animalière, on pouvait s'attendre à quelques originalités. Mais non, c'est une lecture qui m'a vraiment déçu.
Peut-être pourra-t-elle plaire un peu plus aux jeunes lecteurs qu'à moi...?

Nom série  La Boîte à Bulles en images  posté le 14/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pour bien expliquer cet album assez particulier, je suis obligé de reprendre la présentation officielle : durant ses premières années d'existence, la Boîte à bulles et son fondateur, Vincent Henry, avaient l'ambition de créer une planche dessinée pour présenter chacune de leurs publications. "Le principe : se mettre en scène avec humour pour présenter le livre aux journalistes, en faisant dessiner ladite page par un auteur différent de celui de l'album. L'initiative a tourné court à la 10e fiche..." Et 10 ans plus tard, l'initiative a été reprise pour les 10 ans de la petite maison d'édition afin d'en faire un album anniversaire de 48 pages à petit prix.

Là où c'est un album particulier, c'est donc qu'il mélange à la fois un objectif qu'on pourrait considérer comme publicitaire et un objectif historique. D'un côté, il s'agit de pages promotionnelles pour présenter tels ou tels albums édités par la Boite à Bulles. Et d'autre part, par le biais de ces présentations mais surtout du contexte de chaque époque mises en scène, ces pages permettent de découvrir la situation, les bonheurs et les difficultés de l'éditeur année après année.

La partie promotionnelle m'a ennuyé. Les 10 premières planches, notamment, écrites à l'époque avaient surtout cet objectif en tête et relativement peu la part historique, donc elles sont peu captivantes. A peine ai-je été motivé par la curiosité de voir présentés des albums que j'ai lus il y a longtemps pour me les voir remis en mémoire.
La partie historique est plus intéressante. On y suit de près l'évolution de cette maison d'édition initialement fondée par un seul homme passionné. On y voit à quel point les premières années ont été dures et que l'abandon aurait pu avoir lieu à n'importe quel moment. Et puis finalement on est content de voir que les choses ont l'air d'aller mieux désormais même si l'entreprise semble bien toujours très fragile.
C'est amusant aussi de voir les différents dessinateurs se succéder pour présenter à leur manière l'oeuvre d'un autre auteur.

Bref, à titre instructif pour ceux qui s'intéressent au monde de la BD et des éditeurs, c'est une lecture intéressante même si le côté promotionnel le masque un petit peu. Pour les autres lecteurs, par contre, c'est nettement plus dispensable. Mais après tout, pour un si petit prix, pourquoi pas ?

Nom série  Couette  posté le 10/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'aime bien le graphisme mignon et coloré de cette BD. La couverture, notamment, est attirante. Et l'intérieur est agréable à l'oeil.
Malheureusement, le contenu, les histoires et personnages, ne m'ont pas charmé. Il s'agit d'un récit en grande partie muet à la thématique vraiment très guimauve. C'est l'histoire d'une petite fille magique tombée d'une goutte de pluie qui amène la couleur et la joie autour d'elle. C'est "'cro mignon"... mais c'est aussi très plat. Trop sirupeux pour un adulte, les histoires (car l'album mélange histoires longues, gags en une planche et strips) sont sans guère de saveur et prévisibles. Même mes enfants, qui auraient pu accrocher, ont été indifférents à cette lecture qui leur a coulé dessus sans les intéresser.
C'est mignon mais trop convenu et sans surprise.

Nom série  Asgard  posté le 07/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ralph Meyer et Xavier Dorison sont deux noms de la BD qui me laissaient espérer le meilleur de leur association. Mais au final, cette série n'est certes pas mal mais elle ne m'a guère captivé.

J'apprécie son décor viking soigneusement mis en scène. Il est vivant, dynamique et assez bien représenté même si j'ai quelques doutes sur la crédibilité historique du vieux jarl à moitié nu et des gros ports ou comptoirs sur pilotis au pied de falaises. Cela donne une touche un peu plus médiéval-fantastique au récit.
J'apprécie aussi les personnages et leurs fortes personnalités.
Et enfin je trouve le dessin d'excellente qualité.

L'histoire par contre ne m'a pas tellement enthousiasmé. J'attendais bien davantage d'une telle association d'auteurs, d'un tel décor, de tels personnages et d'un tel talent d'écriture et de dessin.
On se retrouve juste avec un bête affrontement entre les héros et un monstre marin, sans plus d'envergure. Le monstre en question m'est apparu peu charismatique et apparaissant n'importe où de manière trop artificielle. Cela manque de crédibilité et cela rend cette chasse au monstre assez bancale et peu captivante à mes yeux.

Bref, mon intérêt n'a jamais réussi à décoller malgré les qualités graphiques et narratives de cette bande dessinée.

Nom série  Achab  posté le 06/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Note : 3.5/5

Je n'ai pas lu Moby Dick mais comme nombre de personnes, j'en ai beaucoup entendu parler et je connais globalement son concept. Avec la lecture de cette bande dessinée, j'étais curieux de découvrir la jeunesse du personnage du capitaine Achab et de sa relation avec le cachalot blanc. Je craignais juste de manquer une partie de l'impact de ce récit du fait de ma méconnaissance de l'oeuvre de Melville.

Mais dès le premier tome, j'ai accroché. La vie dans l'île de Nantucket au tout début du 19e siècle, alors que toute la population ne vit que pour et par la chasse à la baleine, est très intéressante. Le récit du jeune Achab est dense, complexe et prenant. La narration est impeccable et m'a vraiment collé au récit. D'autant plus que le dessin est agréable et soigné.
Dans le second tome, on le voit entamer sa véritable vie de chasseur de baleine et c'est toujours aussi instructif et prenant. On suit l'évolution de la psychologie d'Achab et comment son âme s'assombrit lentement mais sûrement.
Le troisième tome le voit plus âgé et il commence à devenir difficile de rester attaché à Achab, surtout quand on voit où le mène (déjà) sa fixation sur le cachalot blanc.
Le dernier tome nous emmène bien des années plus tard, presque juste avant le roman de Melville. Et malheureusement, là, j'ai décroché. Non seulement, Achab n'y est plus du tout attachant. Mais surtout j'ai trouvé que le récit dénaturait l'image forte que je me faisais de l'histoire du Moby Dick. Après l'avoir lu et du fait des révélations qui y sont faites, j'ai le sentiment que je ne prendrais pas le plaisir que je pensais avoir à lire un jour Moby Dick car ce qui faisait sa force dans son esprit y est légèrement modifié, corrompu.

En résumé, j'ai vraiment beaucoup aimé le début de cette série et elle pourrait presque se suffire à elle-même. Le troisième tome offre un final satisfaisant à mes yeux, par exemple. Par contre, j'ai un avis bien plus mitigé sur le quatrième et dernier tome dont le scénario n'a pas su me plaire et a dénaturé un peu l'image que je me faisais du récit et de Moby Dick.

Nom série  Blaise  posté le 31/05/2010 (dernière MAJ le 06/12/2013) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Note : 3.5/5

C'est étonnant. J'ai lu le premier tome la première fois en 2010 et je n'avais pas trouvé ça drôle. Puis récemment, je l'ai relu tout en lisant le second dans la foulée et j'ai été beaucoup plus réceptif à l'humour. J'ai apprécié la causticité et le léger côté politiquement incorrect des gags. J'ai été bien plus sensible à la critique qui y est faite de la société et j'ai rigolé, en fait plus sur le premier tome que sur le second car l'effet de surprise se tasse un peu.

En lisant la première planche où l'auteur joue la carte de l'humour à contre-sens, je me suis dit que si tout était du même acabit, j'allais rapidement m'ennuyer car la sauce serait très prévisible. Au final, je ne me suis pas tant ennuyé car les types d'humour varient tout de même de page en page.

Globalement, il s'agit d'une satire au vitriol du milieu urbain, plutôt bobo. Les parents avec des œillères qui ne pensent qu'à leur boulot et à l'image qu'ils rendent d'eux-mêmes auprès de leurs proches tandis qu'ils en oublient leur enfant qui demande un peu d'attention.
Il y a aussi une critique de la société de consommation et des médias, notamment par le biais de l'horrible idole marketing Dabi Doubane.
Sans parler de la charge sans grande finesse contre la politique d'un Sarkozy fictif remplacé ici par un dictateur militariste qui ne cache rien de ses idées de conquête et de pouvoir.

Sans être novatrices, quelques idées abordées ne sont pas mauvaises et sont assez proches de la vérité.
A côté de cela le dessin à base de photos assemblées et retouchées, volontairement kitsch, est assez original mais n'est quand même pas ce que je préfère en matière de graphisme.
Mais ce que j'ai finalement surtout apprécié, je crois, c'est la causticité de l'ensemble, le côté rentre-dedans de l'humour qui a su faire écho à ma sensibilité sociale actuelle.
Je trouve que l'humour fait souvent mouche et j'apprécie cela.

Nom série  Emma (Mori)  posté le 06/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'avais découvert Kaoru Mori par le biais de sa série Bride Stories qui m'avait plu par son souci du détail, sa documentation visiblement riche et son graphisme soigné. Avec Emma, je retrouve certains de ces éléments, si ce n'est qu'au lieu de nous faire découvrir des peuples d'Asie Centrale plutôt méconnus des lecteurs européens, c'est un décor nettement plus proche de nous qui est mis en scène ici : l'Angleterre Victorienne. Mais là aussi, on ne peut que féliciter l'auteur par son souci de réalisme, sa documentation historique et son étude des moeurs de l'époque. La retranscription en manga est très bien réalisée.

Par le biais d'une histoire d'amour complexe et théoriquement impossible entre un gentleman et une servante, on découvre l'Angleterre de la fin du 19e siècle, aussi bien par le point de vue des personnes aisées, nobles ou riches bourgeois, que de celui de leurs serviteurs. Voilà qui rappelle un peu la série TV Downtown Abbey même si, dans ce manga, le cadre du récit ne se borne pas à un seul lieu et si la situation des protagonistes ne reste pas figée.
Ces derniers, justement, sont très crédibles et leurs comportements sont réalistes et mesurés. On s'y croirait.

Pourtant, je ne suis pas franchement tombé sous le charme. Tout est certes crédible et bien mené, mais je n'ai pas trouvé l'histoire captivante. Le rythme est lent à la manière des deux héros qui sont très réservés et peu expansifs. Je ne les ai pas trouvés très attachants et leurs histoires, si elles ne sont pas désagréables, ne m'ont pas tellement accroché. Globalement, je pouvais en décrocher à chaque instant sans réelle envie de lire la suite, ou alors juste pour passer le temps et par légère curiosité.

Bref, c'est un beau manga, bien documenté, mettant en scène de manière réaliste et intéressante l'Angleterre Victorienne et la vie de certains de ses habitants à l'époque, mais au-delà de ça, je n'ai pris qu'un plaisir mitigé à le lire car son intrigue ne m'a pas captivé.

Nom série  Room paradise  posté le 26/11/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ce shojo est une histoire romantique d'un grand classicisme.
Elle met en scène une jeune femme qui s'installe dans un résidence qui tient un peu de la pension/colocation où tous les habitants se retrouvent le soir dans le salon commun. Dès les premières pages et la rencontre avec un grand brun ténébreux et un peu arrogant, on sait comment les choses vont tourner : il l'énerve, elle croit le détester et puis finalement ce sera le grand amour, après maints revirements, prises de bec et autres malentendus.

L'ensemble prend la forme d'un shojo moderne très typique du genre. Le dessin des personnages est assez androgyne et uniforme, avec guère plus que les coiffures pour reconnaître des visages tous identiques. Les décors sont le plus souvent vides. Et on a le droit à tous les artifices graphiques du genre, à base de petites étoiles, petites fleurs et autres tramages à profusion.

La lecture commençait en outre mal pour moi car le fameux brun ténébreux est rendu particulièrement impoli et sans gêne dès ses premiers échanges avec l'héroïne et tout l'entourage de cette dernière a un comportement extrêmement pénible. Heureusement, le comportement de l'héroïne elle-même est nettement plus crédible et naturel, ce qui m'a permis de ne pas lâcher l'affaire dès le premier chapitre. Et puis le comportement des protagonistes s'arrange au fil des pages.

Il n'empêche que ce fut une lecture assez ennuyeuse. Outre une narration parfois assez confuse, il ne se passe rien que du prévisible et il n'y a aucune originalité dans cette intrigue romantique déjà vue et revue. Il faut vraiment aimer ce genre de récit pour y trouver un intérêt. Ce n'est pas mon cas. Heureusement, les deux personnages principaux finissent par devenir relativement attachants, mais ça ne suffit pas.

Nom série  Alter Ego - Saison 2  posté le 20/11/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voici la saison 2 de la série Alter Ego. Celle-ci m'avait marqué par son originalité et sa qualité technique et narrative. Il s'agissait en effet de suivre 6 histoires en parallèle qui se recoupaient au long de 6 albums simultanés mais pouvant être lus indépendamment, avant de se réunir toutes dans un septième album conclusif. Non contente d'être très agréablement dessinés, chaque histoire était intéressante et bien menée et l'ensemble formait un tout très intéressant.
Avec la saison 2, les auteurs reprennent le même concept en légèrement moins ambitieux puisque seulement 3 albums parallèles vont se dérouler avant un quatrième conclusif.

L'histoire se passe 3 ans après les événements de la première saison. On retrouve quelques-uns des personnages de cette dernière mais les auteurs laissent la place à de nouveaux protagonistes principaux. L'intrigue est en quelque sorte un développement de celle de la première saison, la continuité de ce qu'il peut bien se passer 3 années après la révélation qui est faite au monde entier à la fin d'Alter Ego.

Ces nouveaux albums reprennent le même concept que la première saison et l'ambiance des récits est très proche donc il n'y a plus le même effet de surprise et d'originalité. J'ai même ressenti un léger sentiment de recyclage d'une recette qui a bien marché, avec la crainte d'un essoufflement.
Pourtant la qualité reste au rendez-vous. Le dessin est toujours aussi agréable, la narration toujours aussi impeccable. L'intrigue, si elle est un peu mollassonne au départ, prend de l'amplitude au fil des pages et le suspens grandit doucement.
Pour le moment, le premier tome publié m'est apparu sympathique mais moins marquant que ceux de la première saison. Mais j'attends de voir les autres albums puisqu'ils donneront probablement davantage de profondeur au scénario et à la saison dans son ensemble.

Nom série  Silas Corey  posté le 17/11/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Silas Corey, ce sont des enquêtes d'espionnage et d'aventure dans le cadre de la France de la Première Guerre Mondiale. Cela ne se passe pas sur le front mais à Paris pendant que les soldats se battent au loin.

Je ne suis pas très amateur d'histoires d'espionnage. J'ai tendance à m'y perdre dans leurs circonvolutions et dans les motivations de chacun des protagonistes, et du coup je décroche en général assez facilement de l'intrigue. Or, même si on retrouve dans Silas Corey un scénario complexe de ce type, la narration a réussi à me faire suivre les tenants et aboutissants, à quelques légers écueils près car il faut quand même avoir l'esprit aux aguets pour bien tout suivre.

La part action/aventure et surtout les personnages ont su m'accrocher et me rendre la lecture agréable.
Silas Corey lui-même est relativement original par son comportement assez arrogant, un peu mystérieux et un peu profiteur. Mais il y a aussi son acolyte et serviteur asiatique qui est très sympa. Leur paire me fait un peu penser au Green Hornet et son valet Kato, eux aussi doués pour la bagarre même si Silas et Nam sont un peu plus orientés vers l'enquête et la discussion. Et les autres protagonistes, quelque soit leur camp, sont également assez originaux et réalistes.
A côté de cela, il y a le décor et le contexte de Paris et des Français durant la Première Guerre Mondiale qui est très bien rendu.
Il y a aussi une petite touche d'humour, notamment via le personnage de Nam. "Puis-je suggérer à monsieur une petite pipe ?"
Et pour finir, le dessin est très agréable. Il est maîtrisé, frais et dynamique, donnant une touche moderne au récit.

Bref tout cela pour dire qu'en se basant sur un genre qui n'aurait pas dû tellement me plaire, les auteurs ont su réaliser une oeuvre très sympathique et qui tient la route de bout en bout, accumulant les qualités. J'en conseille donc sans hésiter lecture et achat.

Nom série  L'Entrevue  posté le 16/11/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Décidément je n'accroche à l'univers des œuvres de Manuel Fior. Ce que j'ai lu de lui partageait une même ambiance de roman graphique au rythme lent, avec beaucoup de non-dits et de situations émotionnelles spéciales. Ils partagent aussi des personnages très humains, insistant sur leur réalisme tant physique (ils sont souvent laids) que moral (ils sont souvent torturés, ou du moins très pensifs).

J'ai un peu plus accroché à cet album qu'à Cinq mille kilomètres par seconde car la touche de science-fiction qui l'imprègne est plus proche de mes goûts personnels. Mais j'y suis quand même resté bien hermétique. Je n'aime pas son graphisme et notamment la représentation des personnages. Je n'ai éprouvé aucune empathie envers ces mêmes personnages dont les préoccupations étaient très éloignées des miennes. Quant à l'intrigue en elle-même, elle a un peu titillé ma curiosité mais j'y suis resté assez indifférent et elle m'a même légèrement ennuyé. Et surtout la fin m'a laissé complètement sur ma faim.

Bref, une note très moyenne car la lecture n'est pas si désagréable mais je n'en conseille pas l'achat et la lecture seulement si par curiosité.

Nom série  Sai: Taker  posté le 15/11/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sai: Taker est un spin-off de la série Re:Birth - The Lunatic Taker. Mais elle peut se lire indépendamment, se contenant de se situer dans le même univers.
Heureusement d'ailleurs puisque je n'ai pas lu la série de base. Mais son contexte est expliqué dans les toutes premières pages du manga. Ce contexte est un petit peu indigeste sur le moment mais il se révèle relativement simple pour la façon dont il est utilisé dans la suite des événements.

Là où Re:Birth - The Lunatic Taker est à priori un shonen d'action et de fantastique assez sérieux, Sai: Taker est toujours un shonen (reconnaissable à ses très nombreux fan services lourdement appuyés) mais nettement plus léger et axé sur l'humour. Son décor est très classique puisque très vite on se retrouve dans le cadre d'un lycée un peu particulier avec ses classiques clubs et tentatives du petit nouveau de s'intégrer.
Sauf que le nouveau en question est plus ou moins une nouvelle. Plus ou moins car théoriquement c'est un garçon, mais sa synchronisation avec un artefact magique le transforme en fille quand il est à son contact. Le souci étant que s'il n'est plus à son contact, il perd sa vie très rapidement et pourrait en mourir en quelques instants. Il lui faut donc vivre sa nouvelle vie de fille en patientant jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée à sa situation.
Autre particularité, le lycée où il/elle arrive accueille les élèves Sai: Takers, des jeunes surdoués disposant d'un outil magique qui leur permet d'aller "récolter des vies" dans un monde parallèle et d'invoquer des créatures fantastiques quand il s'agit de combattre. Invocation de créatures pour des combats ? Oui, il y a bien un petit Pokemon et autres mangas du même genre.

Intrigues lycéennes, confrontations entre clubs, changements de sexe, combats façon Pokemon, univers parallèle magique, fan service, tout cela forme un gros melting-pot avec pas mal de stéréotypes de l'univers du manga. Néanmoins l'ensemble est plutôt agréable à lire, avec parfois un humour qui frappe assez juste. Les personnages sont assez caricaturaux mais ils sont plutôt attachants et parfois assez originaux. Le graphisme pour sa part est impeccable. Et le rythme de lecture est tel qu'on ne s'ennuie pas.
Bref, c'est un divertissement sympathique, pas quelque chose qui marquera par son originalité et sa force narrative mais un manga plaisant à lire.

Nom série  Jade  posté le 13/11/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Jade est un petit cocktail d'aventure et de spiritualité que j'ai trouvé relativement mal équilibré.

Son décor est original. Il s'agit du Tibet de 1959 en pleine invasion Chinoise. Il y a deux héros. Tom Harry, jeune aventurier Britannique, en quête d'une femme aux pouvoirs magiques, la fameuse Jade. Et Pema, prisonnier Tibétain que Tom va libérer et emmener de gré ou de force dans sa quête. Le premier est fougueux et violent, ultra déterminé. L'autre est plus fin et sensible, presque plus éduqué.
Par le biais de cette aventure mouvementée, on va découvrir une petite partie du Tibet et de sa spiritualité bouddhique grâce aux tentatives un peu vaines de Pema de les faire comprendre à Tom.

Cela aurait pu être sympathique mais je n'ai pas réussi à entrer dans le récit. Le dessin oscille entre deux chaises, entre des visages presque enfantins et caricaturaux, et des scènes d'action souvent sanglantes et morbides. Les personnages sont peu attachants, entre l'occidental borné et brutal et le Tibétain dont on a du mal à croire à son esprit aussi moderne et à son anglais aussi parfait. A l'écouter, on dirait plutôt que c'est l'auteur qui parle par sa bouche, s'offusque de l'ignorance des Européens de l'époque et nous présente le Tibet et le bouddhisme comme un jeune français bien éduqué pourrait le faire de nos jours. Ça sonne artificiel.
En un peu plus de 80 pages, l'intrigue se développe relativement peu et se termine un peu trop vite. Au final, ce n'est pas beaucoup plus qu'une grosse course-poursuite avec beaucoup de coups de fusils et un peu de visite touristique et historique. Et même si la narration est fluide et la lecture plutôt plaisante, c'est un récit qui file entre les doigts de la mémoire et s'oublie relativement vite à mes yeux.

Heureusement, le dossier de quelques pages en fin d'album, qui présente le Tibet de l'époque en textes et en sympathiques illustrations redonne un peu plus d'intérêt et de profondeur à l'ensemble. Mais pour le reste, cela manque d'émotion et de force narrative. Peut-être un manque de maturité à vrai dire, en tout cas à mes yeux...

Nom série  Nanja Monja  posté le 27/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Nanja Monja est un seinen au ton doux et poétique. On nage en pleine ambiance Miyazaki, rappelant parfois Totoro, Chihiro ou encore Arrietty, malgré une intrigue légèrement plus adulte.

Le décor est celui d'une petite île japonaise dominée par un arbre géant et un peu magique. A ses pieds, un village très agréable où les habitants vivent paisiblement en bonne entente, quelque soit la génération, malgré les étranges disparitions de personnes s'étant déroulées aux alentours du fameux arbre. Le héros principal, un adolescent un peu mélancolique qui vit seul dans l'épicerie de son grand-père récemment disparu. Les autres protagonistes sont ses amis du village, les adultes qui veillent affectueusement sur eux, mais aussi cette jeune fille venue d'ailleurs... étrangement réduite à la taille d'un petit lutin depuis qu'elle est tombée de l'arbre magique. Mais est-elle la seule à qui cette mésaventure est arrivée ?

Nanja Monja est une lecture douce, entrecoupée d'un petit peu d'action, un zeste de romance et de beaucoup de mystère. L'ambiance est très agréable et les personnages attachants. J'ai été un petit peu gêné par l'absence de réponse du début. En effet, ce n'est qu'au fil des tomes qu'on comprend le contexte, les lieux et les motivations des personnages. Et on se demande souvent au cours du premier tome pourquoi le héros n'interroge pas tout de suite Sora, la fille réduite, sur ses origines, pourquoi elle était là et ce qu'elle sait de l'arbre et de son pendentif. Il y a aussi un petit passage du tome 1 qui reste inexpliqué à mes yeux : l'histoire de l'accident de minibus de l'épicière blonde...

Avec le bouleversement de la fin du tome 4 et la nouvelle donne du tome 5, je pensais que la série allait continuer sur la longueur. Aussi la fin dès le tome 6 (à priori due à une baisse de succès de la série au Japon) parait-elle un peu abrupte et un peu moins poétique qu'espérée. Mais ce n'est pas très grave.
C'est une lecture agréable et un manga plutôt original.

Nom série  La Terre des vampires  posté le 24/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un récit post-apocalyptique où les vampires chassent les rares humains survivants sur une Terre plongée dans une nuit éternelle. Au milieu de cela un petit groupe de rescapés, en majorité des enfants, tentent d'atteindre un abri et ont bientôt l'aide d'un allié inattendu.
Voilà une trame relativement peu originale.

L'ambiance est bien posée et la lecture est fluide, mais on navigue plus ou moins en terrain connu, même si quelques légers mystères agrémentent le récit. Le dessin est réaliste et bien foutu. La narration est agréable, le rythme juste bon comme il faut.
Bref, cela se lit bien, mais c'est un récit qui ne marque pas vraiment car il est un peu trop convenu et brasse des thématiques un peu stéréotypées.

La série est prévue en 3 tomes (en espérant qu'elle ne soit pas abandonnée avant cela), cela promet donc un ensemble divertissant et pas désagréable, mais de là à en conseiller l'achat... j'ai besoin de davantage d'originalité, personnellement.

Nom série  La Somnambule  posté le 20/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
L'histoire d'une femme qui a plus ou moins perdu la mémoire 2 ans auparavant et qui souffre depuis de somnambulisme, comme si elle devenait une autre personne au cours de la nuit. Le tout dans un décor des années 70, dans une colocation aux personnages troubles et peut-être dangereux.

L'idée de départ de ce polar n'est pas mauvaise mais je n'ai pas aimé sa narration. Le récit est confus, avec un rythme décousu, des personnages auxquels il est presque impossible de s'attacher, et au final un scénario dans lequel je n'ai pas réussi du tout à rentrer. On sent que l'adaptation du roman originel passe mal, que l'auteur a eu beaucoup de difficulté à faire rentrer son contenu dans un album de bande dessinée.
Le graphisme non plus ne m'a pas plu. Il est sombre, peu agréable, et il utilise des trames qui rendent l'ensemble encore moins lisible à mon goût. Le style semble faire écho au côté embrouillé de l'intrigue.
Puis vient la révélation finale de toute l'histoire, comme une explication de texte à la fin d'un Ric Hochet ou d'un Agatha Christie qui révèle au lecteur toutes les clés du récit. Elle tient moyennement la route à mes yeux, mais surtout comme je n'étais pas du tout entré dans l'histoire avant d'y arriver, elle m'a laissé complètement de marbre.

Bref, un polar très moyen à mon goût et surtout assez mal raconté.

Nom série  Echo  posté le 20/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Echo est un comics d'action thriller/fantastique/science-fiction à l'américaine avec comme originalité la petite touche féminine et émotionnelle de l'auteur de Strangers in Paradise. C'est un récit tout en rythme, fait pour tenir en haleine, avec de multiples rebondissements, beaucoup de personnages, des gentils et des méchants, des courses poursuites, des complots gouvernementaux et une super arme futuriste entre les mains d'une jeune femme qui n'avait rien demandé.

Ce n'est pas très original comme concept mais le tout est bien mené et agréable à lire. Les personnages sont assez attachants, avec, je le souligne encore, une forte sensibilité féminine les concernant (ça discute souvent soutien-gorges et envies de faire pipi notamment...).
Le graphisme est celui de Terry Moore. C'est-à-dire qu'il est doué pour représenter les visages, féminins et masculins, même si certaines de leurs caractéristiques sont assez récurrentes (plusieurs personnages se ressemblent pas mal). Par contre, certains décors et certaines scènes d'action sont simplement ratés. On voit que ce n'est pas du tout son domaine d'expérience (je pense en particulier à l'attaque à l'hélicoptère à la fin du tome 3).

Ce qui refroidit un peu mon appréciation sur cette série, c'est la somme de facilités scénaristiques dont elle fait preuve. Alors certes c'est un simple divertissement mais c'est parfois vraiment trop convenu, trop facile. Et il y a certains personnages que je n'ai pas aimé, notamment Hong Liu et tout ce qui tourne autour de lui. C'était aussi le cas du méchant Caïn mais je l'ai trouvé un peu plus intéressant vers la fin.

C'est donc une lecture sympathique, pas prise de tête et divertissante, même s'il ne faut pas en attendre des miracles.

Nom série  Le Fils de la Perdition  posté le 17/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
A la vue du titre et des premières pages, je craignais de retrouver dans cette bande dessinée ce que je n'aime pas dans la majorité des dernières œuvres de Christophe Bec : du sensationnalisme à grand spectacle avec une surabondance de références ésotériques et présages d'apocalypse qui me lasse très vite. Et dans les faits, elle n'en manque effectivement pas.
Mais le scénario évite cette fois l'action Hollywoodienne à gros budget pour se focaliser sur un cadre nettement plus humain, à la manière d'un thriller psychologique noir mettant en scène un héros tourmenté par la mort d'une femme sous les roues du métro qu'il conduisait. Cet événement et les hallucinations dont fait ensuite preuve le héros font écho aux innombrables catastrophes qui frappent le monde au même moment : tout cela annonce-t-il la venue de l'Antéchrist ? La profusion de présages et de citations prémonitoires qui émaille cet album le laisse en effet croire. A moins qu'il ne s'agisse que du stress post-traumatique subi par le héros ?...

Ce récit n'a pas su m'absorber. Le graphisme réaliste et sombre n'est vraiment pas ma tasse de thé. Outre ses ficelles narratives un peu trop grosses et convenues, son rythme est lent et répétitif. Arrivé vers la fin de l'album, j'avais eu le sentiment qu'il ne s'était quasiment rien passé, rien que de très ennuyeux en tout cas. Et j'ai été surpris de découvrir alors un fin abrupte, presque en queue de poisson, sans comprendre où l'auteur avait voulu en venir avec toutes les tergiversations des pages précédentes.
Même si je ne suis pas mécontent qu'il ne s'agisse pas d'une série à rallonge, je reste sur une grosse impression de "tout ça pour ça".

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 243 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque