Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 788 avis et 148 séries (Note moyenne: 3.16)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Celle qui réchauffe l'hiver  posté le 06/11/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
On dirait que la série des bonnes surprises continue !
Je suis tombé sur cet album un peu par hasard, et c'est le titre et cette couverture intrigante qui m'ont poussé à aller plus loin.

Bien m'en a pris ! Car cette plongée en terre inuit est réalisée de la plus belle des manières, tant narrativement que graphiquement. Pierre Place, à la fois à la plume et au pinceau, nous prend tranquillement par la main pour nous faire basculer dans une histoire où réalité et légendes s’interpénètrent. Le ton est plaisant, limite décalé avec ces inuits qu'on pourrait croire un peu loin de notre réalité, mais dont les dialogues très acérés et contemporains relèvent le récit et pimentent les interactions.

J'ai aussi énormément apprécié cette frontière floue entre légendes et réalité. Pour cela Pierre Place joue tant sur le fond que la forme. D'une part, son scénario amène ses personnages à croiser la route et les demeures de personnages légendaires, mais il accentue également cela en jouant sur sa façon de représenter les animaux et les divinités. Du coup, on se retrouve véritablement immergé dans cet univers, un peu comme si nous y évoluions avec un regard d'inuit, ce qui nous fait glisser sur les plus de 200 pages de cet album tout en douceur pour en pénétrer les subtilités et la rudesse.

Un très bon album dont je recommande chaudement la lecture !

Nom série  Le Sourire de Mao  posté le 03/11/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Et si... Oui, avec des "si" on en ferait des choses... Là, c'est la Belgique qui change de face. Après une séparation de ses états, elle bascule dans le communisme totalitaire, avec à sa tête un despote à la vision bien particulière du communisme...

A partir de ce postulat, Jean-Luc Cornette installe un scénario intéressant, mais avec quelques ficelles un peu grosses à mon goût par moment. Dommage, car ça fourmille de bonnes idées et de personnages intéressants, tout cela servi par une intrigue au rythme soutenu et une très bonne narration.
Le dessin de Michel Constant, que je découvre avec cet album, m'a un peu surpris au début, oscillant entre réalisme et une ligne claire épurée. Une fois rentré dans l'histoire, ça devient même plaisant et en parfaite adéquation avec l'histoire qu'on nous propose. Même si je ne suis pas d'habitude hyper fan de ce genre, j'avoue m'être laissé embarquer par ce coup de crayon et trouvé la colorisation de Béa Constant inspirée ; toute travaillée dans une dominante camaïeu de marron (Alix s'en serait inspiré pour notre merveilleux site de BDthèque), elle donne à l'album une ambiance particulière que j'ai beaucoup apprécié.

Alors, au final, avec toutes ces remarques, on referme un album au graphisme plaisant, qui déroule une idée elle aussi intéressante qui amène à réfléchir mais un peu gâché par des ficelles un peu grossières à certains moments clés de l'album.
A lire par curiosité plus qu'autre chose...

2.5/5

Nom série  Maori  posté le 31/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà que le célèbre romancier Caryl Férey, très remarqué pour ses polars "Haka", "Utu" ou "Zulu" se lance dans la bande dessinée. Comme dans ces deux premiers, Caryl Férey, grand voyageur, nous propose avec "Maori" un polar en BD dont l'action va se situer en Nouvelle-Zélande.

On est d'emblée confronté à l’ambiguë et torturé personnage principal de Jack Kenu. Tout policier de son état qu'il est, Férey est loin de nous embarquer dans un récit au manichéisme convenu. Les frontières légales ont vite fait d'être transgressées et donne à ce personnage une identité forte. Maori, flic et un peu paumé dans sa vie, ce Jack Kenu nous accroche rapidement et nous embarque dans une enquête sur le meurtre d'une jeune femme retrouvée morte sur une plage et qui n'est autre que la fille d'un des deux prétendant à l'élection présidentielle qui bat son plein...
Passer de la mort d'une inconnue à celle de la fille d'un des candidats va forcément changer la donne de cette enquête...
Un premier tome assez prenant, qui pose de très bonne bases à une intrigue qui peux sembler convenue, mais dont le cadre Néozélandais apporte une richesse culturelle intéressante et loin d'être fortuite dans la trame scénaristique. J'attends donc la suite et fin annoncée dans un second tome pour affiner ma notation, même si tout cela me parait assez bien parti. Tient au passage, on retrouve même Luc Brunschwig en soutient à l'écriture et au découpage

Du côté dessin, on retrouve l'auteur italien Giuseppe Camuncoli qui évolue par ailleurs pas mal Outre-Atlantique dans des parutions comics de chez DC ou Marvel, et ça fait plus que se sentir. C'est même plutôt agréable et ce trait un peu anguleux, aux lignes très marquées signe la personnalité de son dessin, loin d'y imposer rigidité ou un côté statique.

Alors, en attendant d'avoir le fin mot de ce thriller, "Maori" se révèle pour l'instant être un bon premier tome qui n'appelle qu'une conclusion à la hauteur des très bons jalons qui sont ici posés.

3.5/5 en attendant la conclusion...

Nom série  La Colère de Fantômas  posté le 30/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
BAMM !

Ahhh que j'aime ces petits moments de bonheurs intense où l'on sent qu'on est en train de lire quelque chose de vraiment formidable ! Trrrès bon feeling sur ce coup là, mon instinct ne m'a pas joué de tour. C'est en vadrouille au festival Quai des Bulles de St Malo le weekend dernier que je suis (re)tombé sur cet album et que je suis rentré avec. Je dis "re", car même sans avoir eu l'occasion de l'avoir en main, j'avais vu passer sur BDthèque cette couverture bien percutante et sa critique en me disant "Tient, ça à l'air bien sympa ça..."
Là, j'ai même eu la chance de pouvoir m'installer au stand Dargaud pour discuter avec les auteurs, Olivier Bocquet et Julie Rocheleau. Moment très agréable avec une très belle dédicace en prime

Restait à dévorer la bête, et voir ce que cette colère de Fantomas avait dans le ventre...

Et ma fois, c'est comblé que je referme le premier tome de cette série prévue en trois opus. OK, je partais avec quelques avantages en nature : Fantomas a toujours été un personnage qui m'a intrigué et dont je gardais de très bon souvenirs. Après, c'est comme tout, suffit pas d'avoir les bons ingrédients, encore faut-il savoir en faire quelque chose de digeste et présentable pour éviter le mal de tête et/ou l'indigestion.
Et là, on est plus que gâté ! L'esprit de Fantomas, "Maître du Crime", "Prince de l'Effroi" reprends corps ! Fini les plans au flan grand-guignolesques version Louis de Funès, Fantomas est ici méchant. Je dis bien MECHANT ! Il m'a un peu rappelé le Joker dans le Batman de Christopher Nolan : un être imprévisible, l'incarnation du chaos. Olivier Bocquet a su pertinemment digérer ce personnage machiavélique pour nous mitonner un récit aux petits oignons, tout en intensité, où intrigue et personnages (même secondaires) conjuguent corps et énergie de bout en bout. Impossible de lâcher cet album avant d'en arriver à son terme !

Et tout cela est servi de la plus belle des manières par le dessin de Julie Rocheleau, dont je découvre le talent avec cet album. Tout simplement sublime ! Y'avait longtemps que je n'avais pas pris une si bonne claque graphique. Rien que pour l'originalité et la personnalité de son dessin et de sa colorisation son album vaut le détour.
Difficile d'en définir le genre ou les influences, tant son trait et sa palette de couleurs sont particuliers. Ça m'a fait penser à du Lorenzo Mattotti passé à la moulinette Art-Déco... Oui, je sais ça doit pas vouloir dire grand chose, mais c'est ce qui me vient à l'esprit...
En tout cas, c'est vraiment le genre d'album que je peux ouvrir à n'importe quelle page et scotcher sur une case... apprécier ensuite la composition globale de la planche : cadrages bien pensés, des découpages pertinents, le tout toujours bien équilibré...

Puissant maléfice alchimique qu'ont su là nous concocter ce duo !

Il n'y a plus maintenant qu'à espérer que le suite annoncée soit du même tenant pour faire de cette série un must.

A lire sans modération à vous en faire péter la panse !

Nom série  Les Aphrodites  posté le 18/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Autant le dessin d'Emmanuel Murzeau est agréable et stylé, autant sa scénarisation de l’œuvre libertine d'Andréa de Nerciat "Les Aphrodites ou Fragments Thali-Priapiques" parue en 1793, rate son objectif à mon goût.
Je comprends qu'il ait voulu garder le phrasé de l'époque pour donner à sa série un certain côté authentique, mais du coup, c'est la narration qui prend cher... Loin d'être légère et fluide comme le devrait être ce genre d'ouvrage (sans rien y voir de péjoratif), on peine à avancer dans notre lecture...

Autre point faible de cette narration, la semi transparence de certaines bulles. Sans doute pensées ainsi dans un soucis d'adoucir leur présence, elles sont pour le coup parfois à peine lisibles, et le fléchage s'embrouille parfois au point de se demander qui parle...

Alors heureusement, le dessin est bon, avec ce style particulier en semi crayonné rehaussé d'une colorisation monochrome dans les tons bleu-gris qui donne son charmes à cette série. Emmanuel Murzeau connaît son anatomie, et donne ici libre cours à sa fantaisie pour nous mettre en image les parties de jambe en l'air les plus folles que savait organiser l'ordre des Aphrodites.
C'est bien fait, bien composé au niveau des planches et des cadrages et l'atmosphère libertine de l'époque transpire de ses pages .

Alors, dommage qu'un trait aussi singulier soit gâché par une plume que j'ai trouvé mal adaptée au format BD. Il aurait à mon sens mieux valu taillé dans le vif de cette écriture du XVIIIe et lui redonné un peu de fraîcheur pour rendre à la narration le souffle et la fluidité dont elle manque ici cruellement.

Nom série  Le Vaillant soldat de plomb  posté le 18/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Moi qui avait découvert Olivier Supiot avec Le Dérisoire dans la collection Carrément BD de Glénat (un régal), je le retrouve aujourd'hui dans cette collection de chez Bamboo que je découvre par la même occasion.

L'idée est en soi sympa : adapter un conte classique en BD pour les plus jeunes qui ne savent pas encore lire (BD muette), proposer d'apprendre à dessiner un personnage et finir par le conte originel.

Alors forcément, pas de surprise du côté de l'histoire, on respecte ici la trame d'origine. Et pour ce qui est du dessin, j'avoue avoir du faire face à une bonne dose de déception. Olivier Supiot qui avait su m'envouter par son coup de patte et sa mise en couleur dans Le Dérisoire, s'inscrit ici dans un graphisme minimaliste. Alors, oui on s'adresse à un public qui ne maîtrise pas forcément les codes narratifs de la bande dessinée, mais ce n'est pas une raison pour tomber dans le minima et les codes un peu clichés.

Dommage, car le talent de cet auteur n'est pas ici valorisé quand on sait de quoi il est capable.
Au demeurant, cette adaptation plaira peut-être aux plus jeunes, pour qui une palette un peu flashy est parfois très attrayante.

Nom série  Dent d'ours  posté le 18/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pas franchement un adepte de la BD historique, c'est plus par curiosité et attiré par la couverture du premier album de cette série que je me suis lancé dans cette lecture.

Au premier contact, j'ai apprécié le dessin fin et soigné de Alain Henriet. D'emblée cette scène de combat aéronaval dans le Pacifique nous plonge dans l'ambiance et la tragédie. Entre ce dessin efficace et le réalisme tranchant de cette guerre, l'entrée en matière est percutante et se révèle une accroche réussie.
Vient ensuite le premier flashback, qui va nous permettre de découvrir les trois protagonistes de cette série. Deux jeunes garçons, une jeune fille, habitants la Silésie, zone tampon et historiquement disputée par les états ; l'un d'entre eux est d'origine juive polonaise, et l'arrivée du nazisme va bouleverser leur quotidien fait de rêve de pilotage et d'aviation...
Si j'ai trouvé l'introduction et le postulat de départ intéressant, le reste m'a vite déçu. On va d'incessants aller-retour à coups de flashbacks n'avancer que très lentement dans une intrigue qui se révèle assez banale et qu'on voit venir de loin. 50 pages, pour en arriver là, c'est plutôt frustrant.
Espérons que le second tome de cette série brouille un peu des pistes trop balisées et que le suspens pointe un peu son nez...

un 2.5/5 pour faire honneur au belles planches de Alain Harriet, en espérant que le scénario finisse par décoller un peu au prochain album.

Nom série  Quintos  posté le 17/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Grand fan d'Andreas, je n'avais jamais eu l'occasion de lire ce one-shot réalisé avec Isa Cochet. Loin du fantastique omniprésent dans la plupart de ses BD, "Quintos" part de faits historiques, et plus précisément de la guerre civile espagnole, pour poser pas mal de questions...

Malheureusement, j'avoue ne pas avoir retrouvé l'engouement que les autres séries d'Andreas avaient pu me procurer. Ici, point de mystère, juste des questionnements, de la réflexion, sur le sens de la vie, sur l'engagement personnel, les valeurs... Quand je dis "juste", c'est que si ces questions sont distillées au fil de l'album en douceur, c'est au fur et à mesure de la disparition des protagonistes qui forment le groupe initial que nous suivons qu'on réalise l'importance (ou pas) que ces réflexions et motivations peuvent avoir.
Alors, oui, c'est subtil, on est loin des sermons sur l'engagement personnel, sur la stupidité des conflits et des personnes qui peuvent en tirer profit. Mais j'ai trouvé que le récit manquait un peu d'accroche et je l'ai surtout trouvé un peu court. On arrive vite en fin d'album, limite on se fait surprendre, et on reste un moment à se demander "C'est tout ?".
Commence alors la réflexion sur notre lecture, et tous les éléments semés en filigrane émergent petit à petit pour donner sens à ce récit, qui pourrait faire penser à une fuite en avant que chaque personnage vit, mais pour des raisons bien différentes...

Quant au dessin, rien à redire, on est bien dans le style qu'Andreas affectionne aujourd'hui, et sa collaboration avec Isa Cochet est ici intéressante ; j'ai énormément apprécié son travail de colorisation sur cet album, plus riche et nuancé que dans Arq par exemple.

Alors, au final, un bon 3.5/5 pour un album qui m'a surpris, de par son contenu et sa façon de traiter un sujet que je n'attendais pas chez Andreas. Une belle découverte, même si ce n'est pas dans ce registre que je le préfère.

Nom série  Frère Joyeux  posté le 17/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après avoir fort apprécié Abélard, Betty Blues et Le Jardin d'hiver, voilà que je tombe par hasard sur cet album de Renaud Dillies que je ne connaissais pas.
Amateur de son coup de patte et de conte en général, cette libre adaptation des frères Grimm partait plutôt bien pour me séduire.

D'emblée, j'ai aimé retrouver ce coup de crayon si particulier qui fait la marque de fabrique de Dillies. C'est fin, harmonieux, expressif, et son sens de la composition et du découpage, alliés à cette magnifique mise en couleur contrastée (cette utilisation et gestion du rouge !) nous font profiter de planches remarquables !

Alors pourquoi un simple 3/5 ? Car ce n'est pas tant l'histoire en elle même qui m'a déplu : on est dans le conte, des frères Grimm qui plus est, et le personnage un peu ambigu et loin d'être manichéen est intéressant.
C'est plutôt le déséquilibre entre les périodes de la vie de Frère Joyeux au fil du récit qui m'a gêné. On a une phase introductive assez longue ; ensuite LA rencontre importante qui permet à notre personnage de rentrer en possession de cet objet magique et comment il l'utilise ; puis le reste de sa vie revue en 2 planches ; enfin, la chute qui prend le temps d'une petite dizaine de planches pour conclure ce récit.
J'ai trouvé ça un peu bancal à ce niveau, dommage, car le reste de cet album est vraiment plaisant !
Encore un Renaud Dillies dont je conseille la lecture, malgré ce défaut de rythme, qui à mon goût fait perdre sa 4e étoile à cet album.

Nom série  Souris souris  posté le 17/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avec "Souris souris", la collection Petit Bonum de chez Milan continue à faire découvrir à nos plus jeunes lecteurs l'humour de façon assez originale.

Avec Capitaine de Henri Meunier, on abordait l'absurde de la plus belle des manières, là, avec Arnü WEST, on est plus dans le cynisme et l'humour décalé, le tout sans texte, marque de fabrique de la collection.
C'est plutôt réussi et assez inattendu, surtout pour une BD très jeune public !
Le dessin d'Arnü WEST est simple, expressif et dynamique : juste ce qu'il faut pour composer en 1 ou 2 planches de 6 cases un strip très lisible et compréhensible par nos loustics en herbe.

Nom série  Lola Cordova  posté le 14/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Baaammm ! Yeahhh ! Encore une bonne baffe comme je les aime !

C'est complètement par hasard que je suis tombé sur cette BD. On ne pourra pas dire que c'est la couverture qui m’ait cajolé la rétine, car de ce côté là, l'emballage de cet album est un peu comme le fumet d'un munster : mieux vaut ne pas s'arrêter à sa première impression si on veut en apprécier pleinement la saveur...
En fait, c'est le nom d'Arthur Qwak qui m'a interpellé. Au cours de l'interview que j'ai mené en début d'année de Riff Reb's à Angoulême, il m'avait parlé de leur collaboration et de l'atelier qu'ils avaient fondé (Asylum) où les rejoindront Cromwell, Edith et quelques autres... il ne m'en fallait pas moins pour titiller ma curiosité !

Et ceux pour qui la curiosité est un vilain défaut peuvent se la carrer en suppo' ! Merde ! Mais quelle BD ! Entre la narration et le dessin qui se jouent des lignes directrices induites par le scénario, on sent que môssieur aime conter, raconter, jouer, se faire plaisir, et à nous aussi forcément !
Ça part comme un vulgaire polar : dialogues de flics qui parlent carrosserie entre deux constatations sur une scène de crime, et sans vraiment imprimer ce qui nous arrive on va se retrouver 2/3 galaxies plus loin, accroché au string d'une Lola Cordova pas piquée des hannetons ! Dans le genre Rock'n Roll, j'aimerai croiser des personnages de BD aussi trempés et entiers beaucoup plus souvent !!!
Cru, mais pas vulgaire, l'histoire se permet de flirter avec le sexe, tout en restant au service de l'histoire de façon intelligente. On est loin des plans cul racoleurs que certaines BD voient fleurir, histoire de faire se trémousser le fond de calbute de quelques jeunes pré-pubères ou autre libidineux en mal de courbes.
Qwak pousse son personnage à fond, comme son scénario, et nous embarque dans une histoire aussi déjantée que son personnage. Le plus hallucinant (hé oui, avec ces pages tout le monde se doit d'avoir sa paille dans le nez et son taz sous la langue) c'est que malgré le départ tous azimuts, tout s'imbrique petit à petit pour se conclure d'une façon plus que satisfaisante. Car souvent, après un tel trip, la descente est plutôt grimaçante et on a les dents qui grincent... Là, rien de tout ça ! Bien au contraire...

Et ce qui fait qu'on en redemande page après page, c'est le délire graphique auquel se livre Qwak. Son Photoshop et sa carte graphique ont du fumer sec ! On sent l'homme de dessin animé qui porte à la narration l'attention la plus infime au moindre détail. Entre la composition des planches et ses découpages, ses trips de colorisation, on pourrait s'attendre à un cercueil vous ravageant la gueule en trois coups de cuillère à pot, mais non, rien de tout cela : ça fait plus que tenir la route et c'est un véritable feu d'artifice que nous sers Qwak !

Lola Cordova, un trip à ne surtout pas manquer !

Nom série  Karma  posté le 11/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà longtemps que je ne m'étais pas fait surprendre dans de si bons termes par une BD jeunesse !
"Karma", c'est avant tout une imagination débridée et un univers miroir qui permet aux auteurs de donner libre cours à leur imagination pour notre plus grand plaisir !

Car ici, ce sont plutôt les monstres "les gentils" et les anges "les méchants". Karma, notre petit héros aux allures de diablotin, se réfugie dans le monde du dessus dans le cirque Zombini (chez les humains) car sa famille a été décimée par les anges...
Mais il continue au fil des albums à naviguer entre les deux mondes, et Outrelieu révèle un bestiaire que j'ai particulièrement apprécié. entre délires graphiques et jeux de mots pour les nommer Jean-Louis Janssen au scénario et Borrini au dessin s'en donnent à cœur joie ! Ça fuse et c'est rythmé !
Et le dessin de Borrini très coloré et expressif donne corps à tout ça de la plus belle des façons.

Un très agréable moment de lecture qui plaira certainement tout autant aux plus jeunes qu'aux adultes curieux.

Nom série  Talijanska  posté le 11/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cela fait peu de temps que j'ai découvert cet auteur, mais j'avoue avoir énormément apprécié cet humour décalé et parfois absurde qui caractérise ses albums.

Ici, il ne déroge pas à la règle et nous propose un court album où chaque planche découpée en six dessins (pas de cases pour cloîtrer tout ça) avec une chute plus ou moins efficace. Car non, l'absurde et le cynisme ne font pas mouche à chaque fois, mais dans l'ensemble j'ai bien ri des situations toutes plus cocasses ou loufoques les unes que les autres.
Surtout que Fabcaro a su trouver sa marque de fabrique. Son trait expressif, un brin caricatural, donne l'élan et l'énergie nécessaire pour conduire chaque scénette à plus ou moins bon port pour nous faire marrer.
Continuez comme ça m'sieur Fabcaro !

Nom série  Prince Gédéon  posté le 11/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est plutôt mitigé que je sors de cette lecture.

Autant le graphisme et la narration m'ont plu, autant les dialogues et surtout l'humour proposé m'ont paru un peu lourdingues. Vous me direz, je suis loin d'être le lecteur visé par la collection Punaise que propose Dupuis, mais tout de même. A force de lire des albums jeunesse et de par mon boulot en médiathèque, je commence à avoir une vision assez large de la production actuelle.

Cette série fourmille pourtant de bonnes idées. Les personnages ou encore le parti pris assez contemporain donné à ce Moyen-Age dans lequel évoluent nos jeunes héros est plutôt bien vu et donnera peps et repères à nos jeunes lecteurs. Et puis le petit côté manga des créatures ne sera pas pour leur déplaire non plus.

Alors, malgré mes réticences liées aux dialogues et à l'humour, faites l'essai avec vos enfants, ils seront certainement meilleurs juges que moi à ce propos...

2.5/5

Nom série  Frank's Real Pa  posté le 11/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Encore un OVNI présenté par l'Association.

"Frank's Real Pa" surprend d'emblée par son graphisme si personnel et envoutant. Tout en noir & blanc, sans nuances, à partir de traits et d'aplats, il nous expédie sur les traces de personnages pour le moins surprenants.
On se laisse happer rapidement par ces 2 courtes histoires sans texte mais pourvues d'une imagination débridée et débordante ! Ne cherchez pas spécialement de logique à tout cela, seul le voyage compte.

Un petit précis de voyage cosmique sans avoir à taper dans votre réserve de LSD...
Avis aux curieux et aux amateurs de BD déroutantes mais aux grandes qualités graphiques.

Nom série  Le Vent des Cimes  posté le 11/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Étrange comment j'ai eu du mal à mettre une note à cet album...

On a pourtant un très bel objet en main, agrémenté d'une couverture très réussie, un dessin de Buche qui m'a plus qu'agréablement surpris (lui que je ne connaissais que par le biais de la série humoristique Franky Snow) et un Christian Perrissin au scénario dont j'avais plus qu'apprécié le travail dans Martha Jane Cannary et Kongo.
Alors quoi ? Ba justement je n'arrive pas à mettre le doigt dessus... Peut-être juste tout simplement un manque d’empathie envers les personnages, ce qui est quand même un comble vu la trame dramatique de l'histoire...

Alors, peut-être n'était-ce tout simplement qu'une histoire de "moment" et qu'il me faudra relire cet album pour en apprécier pleinement la subtilité. Mais de toute façon, rien que pour la qualité du dessin et de la colorisation - quelle lumière ! -(Wouaw, les premières planches dans la pénombre !) cet album vaut grandement le détour !

3.5/5

Nom série  Ni plus ni moins  posté le 11/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
"Ni plus ni moins" ? Je dirais surtout moins...

Jose Parrando dans un style ultra minimaliste tant dans le dessin, le décor que les quelques mots qui parsèment cet album, part dans un délire pas toujours très clair... A partir d'un petit bonhomme à priori narcoleptique, on se retrouve embarqué dans une suite d'aventures ni vraiment passionnantes ni drôles pour revenir à notre point de départ...
Déjà que ce style de dessin ultra simplifié n'est pas franchement ma tasse de thé, si le récit ne suit pas, n'est pas drôle ou ne nous embarque pas quelque part, j'avoue je lâche. Et à mon avis, le jeune lectorat, tout aussi bon public qu'il peut être aura aussi du mal à s'y retrouver. Surtout que ce récit qui pourrait sembler être un récit sans texte et du coup s'adresser à un très jeune public, se voit ponctué de mots censés faciliter la narration ou éclaircir certaines scènes... Sauf qu'avec par exemple un "Home sweet home" en bulle, je ne suis pas sûr qu'on y parvienne vraiment...

Bref, ennuyeux et pas si simple dans la narration à mon goût...

Nom série  Ils vécurent heureux  posté le 10/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
TAdaaamm ! Quand on aime on ne compte pas ! Et encore du Carabas, et de nouveau avec Amandine et Tomatias qui cette fois-ci, après Valentine et son amourette, s'attaquent au couple Prince & Princesse...
On retrouve un graphisme coloré, tout en rondeur qui sied parfaitement à leurs petites histoires, et les bulles illustrées sont plus qu'expressives ! Et oui, un Prince et une Princesse, passé la rencontre forcément due à une histoire d'enlèvement, de lutte et de dragon, ça retombe vite dans la routine et ça n'aspire pas forcément aux même choses... C'est drôle et bien amené. Y'a juste le passage où la Princesse s'est endormie et où elle rêve (?) qui ne me parait pas très clair.

Encore un bon petit album pour découvrir la BD quand on ne sait pas encore lire les mots...

Nom série  Le Mange-Couleurs  posté le 10/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Et je continue sur ma lancée Carabas et ses p'tit chats anguleux !
Ici c'est Dawid qui reprends le personnage qu'il avait illustré avec Mickaël Roux.
On se retrouve à suivre ce petit jardinier coiffé comme Sangoku qui se retrouve confronté à un drôle d'animal qui en plus d'absorber les couleurs de tout ce qu'il touche, les fait également dépérir...
Petite fable écologique sans texte, Le Mange-Couleur fait passer son message en douceur et ravira nos têtes blondes.
Et puis, le travail couleur/noir et blanc est intéressant, le découpage dynamique et le dessin simple mais franc de Dawid donne à l'ensemble une très bonne tenue !

Nom série  Valentine (Carabas)  posté le 10/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Encore un très bon album dans cette collection "Les petits chats carrés" que j'affectionne particulièrement.
Amandine et Tomatias nous narrent ici, toujours sans paroles (marque de fabrique de la collection oblige !) une idylle de cour de récré. Mais loin de tombé dans le gnangnan d'une courte BD jeunesse, c'est tout simplement frais, gai et réussi.
Narration et dessin sont très réussis, tout en simplicité pour donner à cette histoire une compréhension immédiate : du tout bon qu'apprécieront autant les plus jeunes que les adultes !

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque