Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 1908 avis et 344 séries (Note moyenne: 2.95)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  El Gaucho  posté le 11/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album a, pour moi, deux énormes qualités. D’une part, le dessin séduisant de Manara, qui nous régale de quelques plans sensuels plutôt émoustillants. D’autre part, la qualité de l’évocation historique de Pratt, qui nous replonge dans une époque trouble de la colonisation amérindienne.

L’histoire ne manque pas de rebondissements et aura retenu mon attention tout du long. Mais une attention finalement relative, tant je regrette le caractère très prévisible de quelques unes de ces péripéties. De plus, les héroïnes de Manara sont si troublantes qu'elles m'auront, à plus d'une reprise, distrait de ma lecture.

La conclusion de l’album est également trop classique pour réellement m’émouvoir.

La colorisation de Manara est une de celles qu’il a le mieux réussies, et a étonnamment bien résisté aux outrages du temps.

Finalement, j’hésite entre « franchement bien » et simplement « pas mal ».

Nom série  Les Chevaliers de la Cloche  posté le 11/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les Chevaliers de la Cloche, une série scénarisée par Didier Convard (Neige, Finkel) et illustrée par Juvin, n’a rien à voir avec le film éponyme de 1937, mais met en scène les aventures de deux enfants des rues dans un Paris de la fin du XIXème.

J’aime vraiment bien le deuxième tome de cette série trop vite abandonnée.

Le premier tome pêche par excès de dialogues, mais propose cependant une intrigue bien construite et riche en rebondissements. Le second conserve les qualités du premier tout en proposant une intrigue originale, un cadre étrange et une narration fluide quoique par moment encore assez maladroite (les monologues du clown).

Le dessin de Juvin est assez passe-partout mais très lisible. Sa colorisation, par contre, a mal vieilli. Ce dernier point n’est cependant pas suffisant pour gâcher mon plaisir.

"Les chevaliers de la cloche" aurait pu donner naissance à une série agréable se déroulant à une époque romanesque par essence (la fin du XIXème) et menée par un jeune duo plutôt sympathique. Il n’en fut rien, mais, si vous en avez l’occasion, n’hésitez pas à jeter un œil sur ce Clown à la Hache bien plaisant sans être révolutionnaire.

Nom série  Les Chroniques de l'Impossible  posté le 10/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une petite série découverte au fond d’un bac dans une solderie, et qui m’aura apporté bien plus de satisfactions que je n’en espérais.

Les histoires tournent autour d’intrigues fantastiques teintées d’ésotérisme et ont pour cadre différentes villes de France et de Belgique (dans l’ordre : Bruges, Saint-Malo, Strasbourg) et leurs environs.

Je ne connais pas Strasbourg, mais, manifestement, les auteurs se sont documentés avec soin sur le lieu de leurs intrigues. Cette rigueur participe d’ailleurs grandement au plaisir de ma lecture (que plaisir de voir la belle place de Veurne (Furnes, pour les francophones) apparaître dans une bande dessinée).

L’état d’esprit des auteurs est à chercher du côté du franco-belge de la grande époque. Ils nous mitonnent, en effet, des intrigues fantastico-policières généreusement saupoudrées d’un humour gentillet (un état d’esprit finalement assez proche d’un « Jérome K Jérome Bloche »).

Si elles pêchent par moment par un excès de naïveté et certains raccourcis maladroits, ces histoires ont néanmoins à mes yeux le mérite d’être relativement originales et agréablement construites.

Ne vous attendez cependant pas à des chefs-d’œuvre, la série reste dans une honnête moyenne mais accumule tellement de poncifs qu’elle risque d’en dégouter plus d’un.

Le dessin de Claude Laverdure n’est pas le plus abouti que je connaisse, et certains personnages auraient vraiment mérité un plus grand soin. Cependant, lorsqu’il s’applique, cet artiste réussit de très beaux portraits féminins, et sa colorisation, directement issue d’une boîte métallique de crayons (du moins, c’est l’impression qu’elle me donne), a un charme certain.

Si la dernière histoire est très moyenne, les deux autres atteignent un niveau tout à fait acceptable. 3/5, par conséquent (et achat recommandé si vous trouvez ces albums en solderie).

Nom série  Hate Jazz  posté le 10/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Album emprunté sur l’unique base d’un aspect visuel, ma fois, plutôt tentant, ce « Hate Jazz » s’est finalement révélé bien anodin.

L’histoire des membres de ce groupe de jazz new-yorkais se déroule peu avant un 11 septembre devenu référentiel. Chaque musicien bénéficie de sa propre petite histoire (mais une histoire commune pour la section rythmique composée de deux frères). Au cours de ces aventures, les musiciens montrent leur vrai visage, fidèle reflet de leurs façons d’aborder la musique. Nous avons donc droit à un pianiste lâche et sans personnalité, à un saxophoniste passionné et torturé et à un couple batteur/contrebassiste très lié.

Cette approche originale aurait été intéressante si les aventures en question avaient été plus inventives. Malheureusement, leur développement est linéaire et sans surprise.

Au niveau graphique, le trait de Jorge Gonzàlez est plutôt séduisant. C’est un « jeté » impulsif qui convient bien à ce type d’univers, merveilleusement servi par une mise en couleur très lumineuse. L’artiste parvient à rester très lisible malgré le côté très brouillon de certaines planches. Je crains cependant que ce style, pour le moins spontané, ne plaise pas à tout le monde.

3/5, quand même, l’album se laisse lire et son graphisme a accroché mon attention. Mais, au final, ce « Hate Jazz » m’aura bien plus plu par son graphisme particulier et lumineux que par son intrigue trop banale.

Nom série  Guerrero - La flèche et le feu  posté le 10/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
En règle générale, je reproche aux récits historiques leur caractère scolaire trop prononcé, leurs nombreux raccourcis, leur manque de nuances. Cet album évite ce piège (du moins dans sa première partie) du fait qu’il se centre sur un seul événement : l’affrontement de Montezuma et de Cortès, influencé par la participation de Guerrero. De plus, grâce à une synthèse introductive bien écrite, le profane que je suis (je n’ai rien d’un historien) comprend les tenants et aboutissants du conflit.

J’ai, par contre, nettement moins apprécié la seconde partie de ce récit, qui retrace, vite fait bien fait, le parcours de Guerrero sur le continent américain. J’y retrouve, en effet, tous les défauts que je mentionnais ci-dessus.

Dans l’ensemble, l’album souffre également d’une narration peu passionnante et très « datée ».

D’un point de vue graphique, je trouve l’album plutôt réussi. Le trait est simple mais très lisible, les décors me semblent fidèles à la réalité de l’époque, et les planches représentant les différents protagonistes me semblent réalisées avec toute la rigueur que l’on est en droit d’attendre de ce genre d’opus.

Un bon album, donc, dans une catégorie que je n’affectionne guère. 3/5 est donc une cote objective, là où ma subjectivité m’aurait plutôt poussé à ne mettre qu’un 2/5. La réalité se situe peut-être finalement entre les deux

Nom série  Grimion gant de cuir  posté le 07/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Dieu, que cette lecture m’est devenue pénible !

« Grimion gant de cuir » est l’exemple type de la série qui a mal vieilli. Si, déjà à l’époque son dessin très gras et sa colorisation très terne m’avaient laissé sur ma faim, la relecture que je viens d’effectuer me laisse un goût amer en bouche. En cause : le ton très grandiloquent employé par Makyo. L’artiste n’hésite pas à étaler généreusement la confiture sur les accents dramatiques du récit. Les multiples personnages qui peuplent la série prennent tous des airs d’acteurs de la Comédie Française lors de la représentation d’un drame antique. Dieu ! Que c’est lourd …

L’idée de départ de Makyo demeure intéressante, et l’évolution de Grimion pourrait encore fonctionner aujourd’hui, mais cette volonté de créer un drame digne de l’antiquité rend l’album aujourd’hui très pénible à mes yeux.

Je n’aime plus du tout …

Nom série  Les Démons d'Alexia  posté le 07/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Après le premier cycle de 4 tomes :

La série semble surfer sur le succès de Harry Potter, mais a le mérite de nettement s’écarter de l’univers de ce dernier. Pas d’école de sorciers ici, mais une étrange fondation au financement occulte et multinational, destinée à combattre les forces diaboliques grâce à une équipe de « scientifiques » aux dons particuliers (nécromancie, exorcisme et autres joyeusetés au menu).

Nous avons donc à faire avec Alexia, une jeune femme mi-sorcière, mi-exorciste, nouvellement engagée par ce fameux centre, et opposée aux forces du mal. Mais le mal n’est pas toujours là où l’on pense. Ce principe récurent permet de jouer sur l’ambigüité de l’univers dans lequel se meut la jolie donzelle. Les démons ont parfois de bonnes raisons de l’être, les forces du bien se conduisent parfois bien mal, et l’héroïne même n’est pas une sainte, tiraillée qu’elle est entre ses aspirations d’exorciste et son héritage de sorcellerie.

Si chaque histoire propose une intrigue qui lui est propre, la série est vraiment « à suivre », car une énigme commune relie les différents tomes : le mystère de la zone 85.

Si la série s’adresse aux adolescents, elle ne prend pas ces derniers pour des crétins. L’univers est riche, dense et des termes techniques peu courants sont utilisés (je songe à la prophylaxie, notamment) et expliqués. Certains regretteront peut-être ce côté démagogique, mais c’est l’effet inverse chez moi, tant je trouve les séries adolescentes fréquemment vides de références culturelles. Ce genre de série me fait du bien !

La série se veut gentiment angoissante, mais n’est pas vraiment effrayante. Pas de monstres hideux mais l’horreur se cache parfois là où l’on ne pensait pas la trouver. C’est bien fichu, et la rareté des notes d’humour permet de conserver cette ambiance stressante.

Tout n’est cependant pas parfait. La série a parfois tendance à user de grosses ficelles et d’une certaine emphase pour créer ou conserver son climat. Certains personnages sont très caricaturaux (mais ils sont moins nombreux que dans bien des séries), certaines explications sont simplistes et certains passages n’apportent rien à l’intrigue.

Mais ce que je retiens avant tout, c’est le positif. J’ai vraiment aimé cette manière d’opposer le bien et le mal, cette ambigüité constante, cette faculté à créer des personnages ni tout blancs ni tout noirs, à faire fréquemment évoluer les acteurs dans des directions inattendues.

Le dessin est bien dans la lignée de la maison Dupuis. Il découle du franco-belge de la grande époque, mais est plus proche du style réaliste, et fait montre d’une finesse bien séduisante. Il convient bien à l’esprit de la série, se révèle dynamique, très lisible et donc accrocheur. La richesse des planches est cependant variable, mais la qualité est en moyenne d’un très haut niveau pour ce genre de production.

A noter : le dossier présent à la fin du quatrième tome. Un dossier troublant qui tend à prouver que ce fameux centre de recherche et de lutte contre le paranormal n’est pas si fantaisiste que cela.

Voici la preuve que l’on peut profiter d’un courant à la mode (la sorcellerie et l’opposition du bien et du mal avec une frontière mal définie, à l’image de Harry Potter) pour créer une série tout à fait originale tant dans son univers que dans son intrigue. Du bien bel ouvrage !

Du fait de certaines longueurs, j’hésite entre le « pas mal » et le « franchement bien ». Allez ! Cette série présente trop de qualités pour que je m’attarde sur ses défauts.

Nom série  Le Jardin des glaces  posté le 07/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Alain Hubert est une célébrité en Belgique. Inquiet de l’évolution de notre planète, très concerné par les modifications climatologiques, il est un habitué des pôles et dirige la nouvelle mission belge en Antarctique (une mission cent pour cent écologique à l’empreinte environnementale réduite à 0). Cet aventurier des temps moderne a inspiré à Jean-Claude Servais ce "jardin des glaces". Mais on est loin d’une biographie. Cet album est une pure fiction, bien dans l’esprit de ce grand amoureux de la nature qu’est Jean-Claude Servais.

J’ai adoré toutes les planches qui concernent le jardin bio du personnage central. Cette chronique est simple, vivante et merveilleusement illustrée. Intéressé par ce domaine, j’ai été heureux de retrouver plusieurs grands principes de cette conception de la culture jardinière. Ce (très grand) jardin est celui de mes rêves, et je remercie l’auteur de m’y avoir promené une saison durant.

Mais cet album ne se résume pas à une chronique jardinière. Il propose aussi, et surtout, un portrait d’un vieil homme rongé par la maladie et par le pénible souvenir d’un drame survenu lors d’une tentative de traversée du Pôle. Si Servais structure intelligemment son récit, et distille les révélations avec finesse, son académisme rend ce récit peu surprenant et très moralisateur.

D’un point de vue graphique, comme je l’ai dit, les planches illustrant le jardin sont, à mes yeux, tout simplement admirables (dans le sens où je peux les admirer des heures durant). A contrario, je trouve les planches illustrant la traversée du Pôle peu agréables à l’œil. Servais conserve tout son académisme et sa précision, mais je trouve que cet univers ne se prête pas à son dessin, si riche de multiples détails, si plein de vie. De plus, se déroulant en partie dans la pénombre, ce passage du récit ne bénéficie pas de la chaleur des couleurs du jardin. Il y a certainement une volonté de la part de l’auteur de créer ce décalage entre la luxuriance du jardin et la froide aridité du désert de glaces, et il y parvient parfaitement, mais cet univers désolant n’est pas ce que je préfère, et je lis avant tout les albums de Servais pour son dessin.

En résumé : un bon album, trop prévisible à mon goût, mais qui propose certaines planches tout simplement magnifiques.

PS : personnellement, je trouve la couverture hideuse, avec ce personnage au regard torve et diabolique, qui ne cadre absolument pas avec l’esprit de l’album.

Nom série  Poulain mon ami  posté le 06/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette ancienne œuvre de Derib (réalisée il y a 25 ans) est destinée aux jeunes lecteurs. Enfin… aux très jeunes lecteurs. Enfin… aux lecteurs tellement jeunes qu’ils ne savent peut-être pas encore lire (mais leur papa se fera un plaisir de les accompagner au fil de ces pages).

Vous l’aurez sans doute compris à la lecture de cette introduction, cet album est très naïf. Mais, dans le genre, il est plutôt réussi. Cette histoire d’amitié entre un enfant et un poulain, qui entraînera les deux camarades dans un dangereux périple plaira à coup sûr à plus d’un jeune lecteur.

Une bonne part de son charme provient de la qualité de dessinateur de son auteur. Derib laisse, en effet, une nouvelle fois éclater son talent dans un style à la fois précis et épuré, à l’encrage épais et à la lisibilité incontestable. Une colorisation harmonieuse apporte la touche finale à ce beau travail.

Le scénario tient en peu de choses, et ne satisfera pas le lecteur adulte. Bien fait pour lui, il n’avait pas besoin de le lire, cet album ne lui étant pas destiné. Je suis, par contre, convaincu qu’il séduira au plus haut point un(e) jeune lecteur(rice) féru(e) d’équitation.

Dans sa catégorie ? Franchement pas mal !

Nom série  Les Croisées du Temps  posté le 06/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai été agréablement surpris par cet album.

Pourtant, sa couverture me laissait craindre le pire, son style se rapprochant fortement du dessin d’animation. Mais, une fois le livre ouvert, j’ai découvert un style à mi-chemin entre le franco-belge (sans les gros nez) et les vieux cartoons américains (Betty Boop en tête).

L’histoire ? Etrange … elle propose deux périodes qui présentent d’étranges similitudes sans qu’aucune ne puisse logiquement se raccrocher à l’autre. En clair, une équipe d’archéologues va connaître une aventure assez proche de celle que vécurent les deux momies qu’elle a découvertes. Cette structure en « canon » (un terme que je vole au domaine musical, mais qui traduit bien l’idée) est l’atout principal de l’album. Pour le reste, les personnages sont très conventionnels et les péripéties assez prévisibles. De plus, énormément de personnages interviennent dans cette aventure, et il est difficile de les développer d’une manière adéquate en seulement 48 pages.

Enfin, si l’ambiance générale est plutôt légère, la conclusion de l’album a des accents dramatiques assez surprenants. Plus surprenant encore, cette conclusion, pour dramatique qu’elle soit, ne semble pas dramatiser ces acteurs. Il y a là une disharmonie quelque peu étrange.

Ceci dit, grâce à son graphisme et à sa structure en « canon », cet album m’a fait passer un agréable moment de lecture. Je dirais donc : « plutôt pas mal ! »

Nom série  Histoires alarmantes  posté le 06/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce recueil de courtes nouvelles étranges est, en moyenne, plutôt agréable à lire, même si l’une ou l’autre histoire est plus que dispensable. D’autres, heureusement, sont tout simplement excellentes, et remontent le niveau d’ensemble. La première nouvelle, tout particulièrement, m’aura séduit.

Le trait particulier de Cossu est pour beaucoup dans le charme étrange qui se dégage de l’album. Un trait qui m’a toujours fait penser à Tardi, mais avec moins de profondeur et un encrage plus fin que ce dernier. Je regrette cependant le peu de détails que certaines planches proposent. Avec un peu plus de richesses et de profondeur, elles auraient à coup sur encore gagné en puissance.

Les histoires imaginées par le duo Cossu-Jamsin sont, comme je l’ai dit, plutôt bien réussies dans l’ensemble. Certaines vous rappelleront l’ambiance étrange d’une série télévisée telle que « la Quatrième Dimension ». D’autres favorisent l’humour noir. Mais toutes (même les moins réussies) parviennent à créer cette ambiance particulière en un minimum de planches. Et ça, c’est un réel exploit, tant l’art de la nouvelle est un art délicat !

A me relire, je me rends compte que j’ai à plusieurs reprises utilisé le mot « étrange ».
Comme c’est étrange …

A découvrir.

Nom série  Yoko Tsuno  posté le 06/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
L’héroïne de Roger Leloup fut, durant des années, l’une de mes préférées de la bande dessinée destinée au grand public.

En alternant enquêtes « terrestres » et aventures « cosmiques », l’auteur était parvenu à éviter le piège de la lassitude. J’avoue avoir toujours préféré les aventures qui se déroulent sur notre bonne vieille terre (« l’Orgue du Diable », « Message pour l’éternité » ou le superbe « la Frontière de la Vie », entre autres), dans lesquelles le souci du détail de Leloup assurait une assise solide, tant historique que technologique.

Mais, par la qualité de ses inventions, Roger Leloup parvient également à rendre crédible ses aventures extraterrestres, avec pour résultat que les récits de science-fiction du début (« la forge de Vulcain », « les Titans ») figurent parmi mes préférés du genre (tous styles confondus).

Au fil du temps, des histoires exploitant les possibilités d’une machine à voyager dans le temps ont fait leur apparition. Hormis les deux premières, je dois bien avouer que celles-ci me plaisent moins. Pourtant, et à nouveau, Roger Leloup se montre extrêmement rigoureux quant à la plausibilité de ses intrigues, et sa recherche de documentation est d’une incroyable rigueur. Mais le caractère très conventionnel de ces aventures ne satisfait pas mon besoin d’émotions (le dépaysement ne rimant pas toujours avec la surprise).

Mais la principale qualité de la série réside dans le trio formé par Yoko, Pol et Vic. Il n’est pas si fréquent d’avoir comme héroïne une personne de l’envergure de Yoko. Courageuse, audacieuse même, sensible, intelligente, intuitive, inventive, sportive, elle aurait de quoi dégouter plus d’un lecteur si Pol ne lui apportait pas une contrepartie humoristique, et si Vic ne tempérait ses emportements par moment bien trop impulsifs. C’est cet équilibre entre ces trois personnages qui assure la solidité de la série.

Le trait de l’artiste est à l’image de ses scénarios : d’une extrême rigueur et d’une superbe précision. Si l’on excepte les deux, trois premiers tomes, durant lesquels l’artiste fait évoluer son style d’un franco-belge humoristique (la série dérive de « Jacky et Célestin », deux héros dont Leloup assurait à l’occasion les aventures), la précision dont fait preuve l’artiste à tous niveaux (décors, bâtiments, véhicules, avions) est incroyable. Ce dessin figure parmi ceux qui, à mes yeux, combinent le mieux lisibilité, précision et souci du détail.

Avec le temps, Yoko va se retrouver « encombrée » d’une petite famille qu’elle ne peut se résoudre à abandonner. Cette smala est un frein au souffle épique de la série. Selon moi, depuis que Yoko s’est retrouvée dans la peau d’une mère, ses aventures ont connu une grosse baisse de qualité au niveau de son souffle épique. La risque-tout des débuts se doit d’être raisonnable, ce qui ne lui convient pas.

Jusqu’au quinzième tome, la série aurait mérité un « franchement bien ». Depuis lors, la moyenne se situe plutôt au niveau du « pas mal », avec certains tomes vraiment plus que moyens (« les exilés de Kifa », « la porte des âmes »).

Je conserve ma très bonne appréciation d’ensemble, mais je pense que Roger Leloup devrait songer à clore sa série avant de commettre l’album de trop. Yoko m’aura accompagné durant de longues années et mérite à mes yeux une retraite heureuse (même si c’est un arrache-cœur que de parler ainsi).

Nom série  La Gloire d'Albert  posté le 06/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Inférieur à « Le Réflexe de survie » et « Le Constat », la Gloire d’Albert figure néanmoins dans les bons crus des productions humanistico-policières de Davodeau.

Humanistico-policières ?

Policières avant tout, car, comme dans les deux œuvres précitées, nous nous trouvons au cœur d’une histoire de meurtre. L’intrigue est bien construite, relativement crédible. Le suspense n’est toutefois pas des plus haletants car les révélations sont tout de même assez prévisibles.

Humaniste aussi, car la galerie de personnages proposée par l’artiste est, comme à l’accoutumée, riche en humanité. Ces acteurs sont loin d’être parfaits, et c’est ce qui les rend si proches de nous. J’ai pris ce pauvre Albert en pitié car il y a dans la description de son comportement une sincérité que je ne retrouve pas toujours chez d’autres auteurs. Et même les « méchants » me paraissent humains. Nous n’avons pas à faire avec des monstres sanguinaires, sans âme ni conscience, mais bien à des êtres humains avec leurs faiblesses, leurs forces et leurs lâchetés.

Ajoutez à cela que la conclusion du présent album est, à mes yeux, plutôt bien réussie (quoique très classique) et vous comprendrez pourquoi je considère cet album comme un des bons crus de l’artiste.

Nom série  Les 1000 pattes  posté le 06/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Dans la série « ces métiers si amusants », les éditions Bamboo nous proposent ici celui des camionneurs. Aux commandes, deux habitués de la maison : Sulpice aux scénarios de ces courts gags, et Jenfèvre au dessin. Et manifestement le sujet n’aura inspiré ni l’un ni l’autre.

Les gags sont fades, répétitifs, ennuyeux et plus d’un aurait pu servir à un autre sujet que celui des camionneurs. J’ai d’ailleurs l’impression de les avoir déjà lus dans d’autres séries scénarisées par le gaillard (dans « Les Gendarmes », entre autres). Sous une autre forme, certes, mais la trame humoristique est totalement identique !

Jenfèvre, dont le style dynamique et spontané peut à l’occasion me séduire, travaille à l’économie sur cette série. Son trait est peu soigné, ses décors se résument à peu de chose.

Je ne peux pas dire que j’ai détesté, mais à partir du moment où une série humoristique ne parvient qu’exceptionnellement à me faire sourire, j’ai du mal à dire autre chose que …

BOF !

Peut-être un lectorat (beaucoup) plus jeune y trouvera t’il son compte, mais j’en doute …

Nom série  Trent  posté le 06/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Trent est une série qui se consacre au western d’une manière assez originale. Tout d’abord, au lieu de se retrouver dans le far-west, nous migrons vers le grand Nord canadien. Ensuite, l’accent est bien plus mis sur l’humanité du personnage central que sur la dimension mythique de l’univers dans lequel il se meut.

Certes, on retrouve tous les ingrédients habituels au genre (des truands, des lignes de chemin de fer, des indiens, …), mais la complexe histoire d’amour qui lie notre dévoué héros à l’objet de ses pensées occupe une bonne part de ces aventures. En fait, de par la narration, le lecteur partage souvent les pensées de Trent, des pensées qui se dirigent souvent vers son aimée. C’est par ce biais, principalement, que la romance est omniprésente, car chaque tome propose bel et bien une aventure digne de l’Ouest sauvage.

Les tomes sont de valeurs inégales, oscillants entre le « bof » insipide et le « franchement bien » enthousiaste, avec une majorité de « bons » albums. Je dois cependant avouer que l’extrême présence de l’histoire sentimentale du héros m’aura, à la longue, franchement fatigué. Je préfère donc les premières aventures aux suivantes (avec un réel coup de cœur pour « le Kid », une histoire foutrement bien fichue !)

Le dessin de Léo était moins abouti qu’actuellement … ce qui n’est pas une mauvaise chose à mes yeux. Ses paysages sont déjà très bons et ses personnages n’ont pas encore ce masque de cire qui me rebute au jour d’aujourd’hui. Il est cependant clair que les expressions du visage ne sont pas ce que l’artiste réalise le mieux (du fait, à mon avis, d’une trop grande tendance à l’exagération (les yeux) et à un profond manque de nuances (les rides du visage)), et ce défaut se retrouve déjà ici.

Finalement, Trent était un petit western sympathique, dont l’humanité des premiers tomes devrait plaire aux amateurs du genre. Un emprunt se justifie donc pleinement, mais sans doute pas l’achat, malgré la belle intégrale parue récemment.

A propos de cette dernière, sa troisième partie est enrichie d’une fausse interview du personnage qui aurait inspiré le héros. Après un début de lecture difficile, j’ai franchement bien aimé cette manière originale de clore la série, car elle rappelle toute l’humanité de ce sensible lieutenant de la police montée.

Nom série  Secrets : L'écharde  posté le 06/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Au début de ce « Secrets : l’écharde », le dessin de Marianne Duvivier ne me plaisait guère. Il était certes élégant et très lisible, mais manquait cruellement de profondeur et de détails. Heureusement, la qualité allait aller crescendo pour atteindre un niveau tout à fait appréciable à la fin du second tome.

Au niveau du scénario, il faut bien avouer que ce secret ne m’a guère semblé mystérieux, tant les révélations étaient prévisibles (surtout sur les prétendus liens de parenté des deux héroïnes). Il n’empêche que l’album est plaisant à lire, grâce principalement au soin apporté par Giroud à son scénario. La narration est très fluide, les flash-back sont limpides, l’enquête est en constante évolution. C’est incontestablement un travail soigné, à défaut d’être original.

Au final, ce diptyque fut agréable à lire, mais guère surprenant. Pas mal, quoi …

Nom série  Le Constat  posté le 06/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’éprouve avec Etienne Davodeau le même problème qu’avec Jean-Claude Servais lorsque je rédige un avis sur une de ses productions, tant ses qualités sont évidentes, et ses défauts récurrents.

Mais c’est bien là le seul point de comparaison entre ces deux talentueux auteurs, car lorsque le second nommé me charme par son trait académique et son évocation de l’Ardenne d’autrefois, le premier me ravit dans son évocation des rapports humains et la relation de ces petites anecdotes qui constituent sinon le sel du moins l’herbe de Provence de nos existences.

Le Constat est l’œuvre qui a révélé Davodeau au grand public. Et c’est bien mérité, tant cet album est prenant. En créant trois personnages (et quelques seconds rôles) charismatiques en diable, l’artiste m’hypnotise : je veux absolument savoir ce qui va leur arriver ! De plus, le scénario est assez dense (à défaut d’être vraiment crédible), et chaque planche apporte son lot de révélations.

La fin ouverte en chagrinera sans doute certains, mais, personnellement, c’est le genre de fin que j’adore !

Au niveau des défauts de Davodeau, on soulignera le côté parfois très caricatural de ses personnages. Mais cet aspect des choses ne m’a pas dérangé dans cet album. On notera encore un certain manque de crédibilité dans l’intrigue centrale, mais emporté dans mon élan, je n’y ai pas trop fait gaffe.

Enfin, le dessin de l’artiste est ce qu’il est : simple, tendre et au service de l’histoire.

Un très bon cru !

Nom série  Les Mots contre les Maux  posté le 06/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Avec ce premier album, Gregdizer prouve qu’il y a moyen de créer une œuvre originale à partir des paroles de chansons. A une époque où bien des productions se servent de la renommée d’un chanteur pour écouler des œuvres à l’intérêt littéraire discutable, je pense que l’effort est à souligner, et devrait faire réfléchir certains responsables de l’édition.

Ceci dit, cet album n’atteint quand même pas les sommets du monde de la bande dessinée. Cette petite chronique amoureuse met en scène trois couples qui s’entrecroisent autour de billets d’un concert de M au Zénith. Le premier couple est sur le point de rompre, le deuxième n’en est qu’au stade des préliminaires, et le troisième est formé d’un frère complexé et renfermé sur lui-même et de sa sœur, qui essaye de le sortir de son trou, mais dont on ne sait finalement pas grand-chose. Les paroles de M apparaissent de ci de là, sous la forme de guide des pensées des différents protagonistes.

C’est original, mais très superficiel ! Aucune relation n’est vraiment approfondie, aucune psychologie n’est analysée. En fait, lorsque l’on retire les artifices des paroles de M et du style graphique de Gregdizer, on a l’impression de se retrouver devant un roman-photo.

A propos du graphisme, l’artiste est incontestablement doué. Toutefois, il devrait vraiment veiller à conserver une qualité constante, car certains de ses visages sont carrément ratés, alors qu’en général, ils sont plutôt bien réussis. Et, comme le portrait semble être le domaine de prédilection de Gregdizer (la mise en page les favorise au détriment des paysages et des vues d’ensemble), il est encore moins pardonnable d’en rater autant !

Toutes ces raisons justifient ma sévère cote. Mais j’insiste sur la sincérité de l’auteur, ainsi que sur l’originalité de la structure qu’il nous propose ici.

PS : je ne suis pas fan de M, et mon jugement s’en ressent sans doute.

Nom série  Mise en bouche  posté le 06/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
A la fin de cette lecture, je demeure dubitatif. Etait-ce réellement une bonne idée de chercher à combiner la naissance d’un nouvel amour avec une prise d’otages ? Si, par moments, le charme opère, si l’on peut comprendre que dans un climat de tension extrême, le trouble des sentiments trouve un terreau favorable, je trouve que certaines séquences sont réellement ratées. En cause, une narration trop présente. Je doute fort qu’un couple se lance dans un débat sur l’opportunité d’une nouvelle liaison au moment où un fou ceinturé d’explosifs les menace, eux et leurs enfants, d’une mort pour le moins violente.

Ce n’est donc pas le fait qu’une idylle se forme, que certaines barrières inhibitives tombent qui me choque, mais bien la manière dont les auteurs nous font partager ces événements. Plus de non-dits, plus de regard en lieu et place de cette (par moment trop) lourde narration auraient été les bienvenus.

Pas un échec, mais pas concluant, non plus.

PS : graphiquement, je n’ai rien de spécial à dire. Ce style devient habituel pour ce genre de roman graphique. C’est bien réalisé, propre, très lisible, mais le trait de Jean-Philippe Peyraud ne dégage pas de véritable personnalité.

Nom série  Irish Melody (Lester Cockney Jeunesse)  posté le 06/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Sous prétexte d’illustrer la jeunesse d’un de ses héros les plus célèbres (« Lester Cockney »), Franz nous invite à un voyage romanesque dans une Irlande rebelle et sauvage.

Et c’est magnifique …

Les aventures du jeune Lester combinent souffle épique, chronique paysanne et mélancolie, tout en reposant sur une solide base historique. L’opposition entre catholiques irlandais et anglais protestants est très présente et rythme ces nombreuses péripéties. La présentation de cette opposition est simplifiée, mais correspond cependant assez bien à la réalité historique. L’Angleterre occupe alors le territoire irlandais, et la gestion des terres est confiée à des Lord à la réputation souvent discutable, que la couronne d’Angleterre préférait éloigner des coulisses du pouvoir.

Le théâtre de ces aventures permet à Franz d’étaler toute sa maitrise. Paysages, chevaux, moues expressives, tout est tout simplement superbe. La colorisation du premier tome accentue encore la magnificence de cet album, et il est regrettable que le second opus ne bénéficie pas de la même luminosité. Entendons-nous ! La colorisation de « Shamrock Song » demeure très bonne, mais elle pâti de la comparaison avec « Irish Melody » du fait d’un choix de teintes plus neutre, plus terne.

La galerie des personnages est très réussie et combine acteurs pittoresques et rôles incontournables. Avec ce casting de choc, je me suis vraiment senti happé par cette histoire.

Incontestablement, une superbe ballade irlandaise !

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 72 80 90 96 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque