Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 2176 avis et 477 séries (Note moyenne: 2.95)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Les Chatiments de l'An Mil  posté le 10/02/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Une saga qui ne tient pas la distance …

En effet, le premier tome de ces Châtiments de l’An Mil partait sur de bonnes bases. Tous les éléments étaient réunis pour concocter un récit typiquement dans l’esprit médiéval. Deux bonnes idées (l’époque de ce récit et les yeux vairons du personnage central) venaient agrémenter un classique récit de vengeance.

Malheureusement, après ce bon premier tome, le scénario allait offrir quelques inepties de taille, dont la création d’une réserve d’eau dans le cratère d’un ancien volcan situé juste au dessus d’un château. Cet élément totalement absurde (quel idiot affaiblirait ainsi son propre château en offrant aux opposants pareille cible ?) est si artificiellement amené que la conclusion du récit est alors facile à deviner.

De même, et malgré les nombreuses péripéties émaillant le récit, un sentiment de lassitude est rapidement né de cette lecture tant l’absence d’une réelle progression se fait sentir. Le troisième tome a même une fâcheuse tendance à se trainer jusqu’à l’attendu et très prévisible dénouement final.

Dommage, mais cette prometteuse série se clôt sur une grosse déception.

Nom série  Les Campeurs  posté le 10/02/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une des bonnes séries humoristiques des éditions Bamboo. Rien de prodigieux mais le trait rond, expressif et dynamique de Maltaite allié aux gags bien construits quoique prévisibles de Dugomier donne vie à des albums plaisants à défaut d’être hilarants.

L’univers du camping y est bien exploité dans sa diversité ainsi que dans ses coutumes (dont l’incontournable apéro et son cérémonial). On n’échappe pas aux gags sexy faciles (étrange, la réputation des campeuses hollandaises …), mais l’ensemble demeure assez léger pour me satisfaire.

D’un niveau assez équivalent à celui d’un Cactus Club. A lire pour s’aérer le cerveau.

Nom série  Les Crossovers  posté le 10/02/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Achetés au culot dans une solderie, ces Crossovers m’auront fait passer un très agréable moment de lecture, même si, à la longue, elle perd de son charme et de son efficacité.

Parodie des histoires de super-héros, la série nous expose une famille particulière dont chaque membre illustre un courant scénaristique récurent dans ce style. Chaque personnage, bien entendu, ignore que son fils, sa fille, son père, sa mère, son mari, sa femme, son frère, sa sœur, etc … est, lui aussi un « spécialiste dans son genre ». Et, entre Superman, Buffy, le monde de Narnia et Independence Day, le délire est bien présent. J’ai bien aimé ce second degré de type brut de coffrage tel que les américains savent le faire. L’album a la subtilité d’un char d’assaut, déborde d’un humour à deux balles, mais se révèle en définitive plutôt efficace pour un lecteur dans mon genre, qui trouve déjà à l’origine ce genre de super-héros à la limite du ridicule (oui, j’ai vraiment du mal avec les super-héros qui se prennent au sérieux).

Malheureusement, comme je l’ai dit, la première surprise et les premiers quiproquos passés (comptez tout de même une bonne soixantaine de planches), l’aventure se mord la queue, et nous ressert les mêmes plats jusqu’à plus soif. Heureusement, un cinquième membre de la famille redynamisera le final, pour me laisser sur une bonne impression, en définitive.

L’aspect graphique de l’album fut une grosse surprise pour moi (pour ne pas dire « une fameuse claque dans le coin de la tronche »). Ignare que je suis, j’ignorais que Mauricet, un des bons dessinateurs humoristiques de Bamboo, était en réalité un artiste accompli, capable de s’adapter avec talent à d’autres styles que le franco-belge à gros nez. Et son trait inspiré du style Comic américain est d’une indiscutable qualité. Il convient très bien à ce genre de parodie tant il est universel. Pour une fois, ce léger manque de personnalité dans le trait de l’artiste se révèle être un atout !

Une très bonne affaire, donc, pour un investissement minime. Malheureusement, malgré ce très bon rapport qualité/prix, les passages creux m’empêchent d’attribuer plus qu’un pas mal, pas mal du tout. A découvrir, sans nul doute, et à acheter à bas prix si ce genre parodique vous inspire.

Nom série  Nationale Zéro  posté le 10/02/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Aux éditions Bamboo, rares sont les dessinateurs qui parviennent à me convaincre. Maltaite en fait partie. Il faut dire que l’artiste, qui a de qui tenir, n’en est pas à son coup d’essai. Il a eut l’occasion de faire ses armes dans le magazine de Spirou au travers d’un bien plaisant 421. Nationale Zéro fut, elle aussi, éditée dans le journal de Spirou mais ce sont les éditions Bamboo qui le publient sous la forme d’un album.

Qu’en dire ? Bof … La série propose de courtes histoires étranges alliant humour et fantastique. Malheureusement, si l’aspect fantastique ne manque pas d’originalité, l’humour est loin de faire mouche. Et le décalage entre cet humour très enfantin et ces histoires, qui se révèlent au final assez sombres, est tel que je ne peux pleinement apprécier cet univers.

Alors, une histoire courte dans un magazine proposant une lecture variée, d’accord. Un album entier de ce genre d’histoires, pas d’accord. L’album se révèle répétitif et peu amusant, même si l’idée de départ était loin d’être mauvaise.

Nom série  La Femme du magicien  posté le 10/02/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une histoire assez spéciale, à mi-chemin entre fable fantastique et drame intimiste avec quelques emprunts à l’univers délirant de son illustrateur, voici ce que m’a proposé la femme du magicien.

Certains passages sont très bons mais l’album propose également plusieurs temps creux qui viennent ternir ces bons moments. Parmi ces excellents passages, un début parodiant un univers de western dans lequel les cavaliers sont remplacés par des jockeys vieillissants. Parmi les moments creux, des scènes à la vulgarité gratuite, que j’ai trouvée totalement inadéquate.

Le dessin de Boucq est semblable à celui qu’il emploie sur « Jérôme Moucherot ». Ce style risque de ne pas plaire à tout le monde tant il est saturé. En effet, des rides des personnages aux couleurs employées, tout est accentué à l’excès. Mais si je ne suis pas grand fan de ce style, je l’ai trouvé adapté à cette histoire, et j’en ai même apprécié l’exubérance à plusieurs occasions.

Pas mal, donc, mais assez inégal dans son histoire et très « personnel » dans son style graphique.

Nom série  Jimmy Boy  posté le 10/02/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Série estampillée Spirou, ayant pour héros un jeune adolescent très débrouillard et pour cadre l’Amérique (au sens large) des années ‘20, ce Jimmy Boy se révèle en définitive très moyen.

Causes principales de mon ennui : une trop grande naïveté et un côté « gentille guimauve » peu emballant. Les tomes proposent chacun des histoires indépendantes même si un fil conducteur les relie entre eux. Chaque histoire permet à Dominique David de changer de décor, ce qui est plutôt un bon point. Malheureusement, ces histoires manquent cruellement d’originalité, et l’on se retrouve régulièrement devant des thèmes déjà souvent (et mieux) exploités.

La grande naïveté de ton est également un frein dans la reconstitution de l’époque. Les histoires, qui se veulent réalistes, deviennent franchement fantaisistes, et les moments les plus dramatiques perdent une grande partie de leur puissance de ce fait. Par conséquent, seuls les plus jeunes lecteurs pourront se plonger dans la série sans arrière-pensées.

Et si l’aventure est très prévisible et naïve, l’humour est plus que moyen. Du moins, il n’est pas à mon goût. Je n’ai que peu apprécié le personnage de l’aviateur-cascadeur, qui apparaît à partir du troisième tome et ne quitte plus la série par la suite. Les autres éléments comiques sont, à l’image de ce personnage, trop élémentaires, trop primaires pour me séduire réellement.

Seule éclaircie dans la brume, un quatrième tome à la présentation soignée et au contenu plus ambitieux. Ce tome n’offre malheureusement toujours pas un scénario très original mais il est, sans conteste, le meilleur de la série.

A emprunter ? Peut-être pour un jeune public.

Nom série  Opération Vent Printanier  posté le 10/02/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Dans la lignée de ses « Amours fragiles », Richelle exploite sa documentation pour nous servir un solide récit dont le théâtre est la France durant l’occupation allemande.

L’intrigue est bien menée. La plausibilité est grande, grâce à la qualité de la documentation employée. Les personnages ont des caractères agréablement diversifiés, et, souvent, un grand charisme. Le suspense est au rendez-vous, jusqu’à la dernière planche.

Graphiquement, l’œuvre est également de qualité. Le trait de pierre Wachs, dont j’aime la finesse, n’est cependant pas d’une grande originalité. A lui seul, il n’aurait pas suffit à susciter mon intérêt, mais, au service d’un tel récit, il en devient vraiment plaisant.

Une lecture très prenante, donc, que j’ai même finalement plus apprécié que les « amours fragiles » du fait d’un nombre d’acteurs plus réduit, et donc d’un récit mieux centré.

Nom série  Les Souvenirs de Mamette  posté le 09/02/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Mamette nous raconte sa jeunesse au travers de ce spin-off. Et c’est avec plaisir que j’ai retrouvé tous les ingrédients qui m’ont tant fait aimer cette gentille mémé.

Tout d’abord, une grande tendresse de ton, accentuée par la rondeur du trait de l’artiste et par le choix de ses chaudes couleurs. La colorisation est cependant un peu inférieure à la série mère, selon moi. Mais il s’agit sans doute de goût personnel plutôt que d’un réel déclin de qualité.

Ensuite, j’ai retrouvé avec plaisir beaucoup de petites notes d’humour, disséminées au cœur du récit. L’équilibre entre ces passages humoristiques, ces passages plus tendres et l’évolution de l’histoire est pour beaucoup dans ma bonne appréciation de l’ensemble. Ces trois éléments disposent de suffisamment d’espace pour s’exprimer pleinement sans qu’aucun des trois n’en souffre.

Car la série propose bel et bien une histoire avec une véritable intrigue. On en apprend un peu sur la maman de Mamette, dans ce premier tome. Et même si l’on imagine aisément beaucoup d’éléments, la certitude n’est pas totale et je ne peux m’empêcher de ressentir une certaine jubilation à l’idée de découvrir de futures révélations à la lecture des tomes suivants.

Enfin, cet univers campagnard idéalisé est de ceux qui m’ont toujours charmé, tant ils me rappellent ma propre jeunesse (oui, lorsqu’on a 5 ans, une poule, c’est fascinant et effrayant à la fois).

J’ai vraiment bien aimé !

Nom série  Interim Agency  posté le 09/02/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Et une série humoristique de plus, une ! Celle-ci a pour cadre les agences d’intérim et met en avant un duo incroyablement original : une fille super sexy et idiote, et sa collègue, nettement moins sexy mais pas beaucoup moins bête. En voilà, de l’innovation !

Cela n’aurait pas été trop grave si les gags avaient, eux, fait montre d’originalité et de créativité. Malheureusement, on tombe très fréquemment sur des idées éculées mille fois servies au travers de ce genre humoristique.

Reste le thème des boîtes d’intérim. Des boîtes que je n’ai que trop peu fréquentées que pour me reconnaître dans les mièvres profils proposés.

Ennuyant …

Nom série  La Malédiction de Bellary  posté le 09/02/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Pas terrible du tout, cette malédiction …

Tout d’abord, le concept même de la vengeance à travers les âges a déjà été si souvent employé qu’il aurait fallu à la série d’autres atouts pour parvenir à me convaincre. Malheureusement, hormis son basique scénario, elle n’a pas grand-chose à offrir. L’évocation historique est très secondaire, et le style graphique de Guillaume Martinez, s’il n’est pas mauvais, est trop passe-partout pour justifier à lui seul la lecture de cette saga.

Reste donc cette intrigue sur base de rancune immortelle, qui n’offre rien de réellement original et qui n’a pas le temps de se développer sur seulement trois tomes. En effet, le premier tome nous présente les différents protagonistes et les raisons de la malédiction et du châtiment des personnages principaux, le deuxième nous présente le concept de la série (l’histoire nous ressert les plats et un des protagonistes essaie de convaincre un autre d’adopter un comportement plus juste afin d’éviter cette répétition du châtiment, en pure perte, bien entendu), le troisième met un terme à cette malédiction non grâce à un subtil arrangement scénaristique mais bien parce que la personne responsable de cette malédiction s’est lassé de sa vengeance …

Je ne peux pas dire que j’aie détesté. L’histoire se laisse lire, la narration est bonne et le dessin est d’une très honnête qualité, mais les auteurs n’ont vraiment pas grand-chose à nous raconter.

Dernier détail. Un des protagonistes, d’importance, apparait défiguré dans les deux premiers tomes (c’est d’ailleurs le thème central de cette malédiction) … et offre un visage bien plus avenant dans le troisième volet sans qu’aucune raison ne soit donnée à cette miraculeuse métamorphose. Allez comprendre …

Nom série  Léon La Came  posté le 09/02/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voici une amusante satire sociale, très caustique et assez irrévérencieuse. Si le scénario est de qualité, ce sont surtout les différents caractères développés qui donnent toute sa valeur à cet album.

J’ai plongé à l’intérieur de ce récit grâce, entre autre, à une excellente narration, mais aussi à quelques péripéties du plus grand burlesque (comme le sort réservé par ce cher Léon à un prétentieux et arrogant publicitaire).

Attention, ces albums ne font pas dans la dentelle et certains passages risquent de choquer les lecteurs les plus prudes. Mais, dans le contexte, et étant donné que la morale est finalement sauve, je dois bien avouer avoir apprécié cette relative vulgarité.

Le trait extrêmement vif et expressif de De Crécy contribue grandement à la réussite de la série, tant il en magnifie et en dynamise le propos.

Une brutale réussite pour une série plutôt rentre-dedans. A noter que le premier tome (le meilleur, selon moi) peut se lire comme un one-shot.

Nom série  Mémoire de cendres  posté le 09/02/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voici ce que j’appelle une très bonne série historique alliant une solide reconstitution du contexte d’une époque et le souffle épique de l’aventure. Nul doute que Jarbinet s’est minutieusement documenté pour nous pondre pareille œuvre.

La grosse qualité de la série provient de l’équilibre trouvé entre le contexte historique et la part d’imagination de ces aventures. Je trouve que l’artiste a réussi à enchâsser son récit dans l’Histoire (avec un grand H) comme un orfèvre enchâsse un diamant dans un bijou. Le tout est affaire d’harmonie, de finesse et de talent.

La série en elle-même se scinde en plusieurs cycles (on peut clairement en distinguer trois) qui, chacun, nous offre leur part d’aventure. Personnellement, j’ai moins apprécié la partie se déroulant en Angleterre. J’ai, par contre grandement apprécié le dernier cycle, aux accents franco-italiens aussi divertissant qu’instructif.

Graphiquement, j’ai pu constater une grande évolution dans le trait de Jarbinet. Et si, au début, son style ne le distingue absolument pas de la masse des auteurs de la collection Vécu (tant elle est passe-partout), très rapidement, sa précision, sa finesse et son souci du détail vont en faire un auteur remarquable.

Une de mes séries préférées dans cette collection et une très agréable manière d’associer le divertissement d’un récit épique et l’enrichissement culturel d’une série à la rigueur historique indiscutable.

Franchement bien !

Nom série  Alim le tanneur  posté le 09/02/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voici une excellente petite série, qui débute sur un mode humoristique pour se terminer sur un mode dramatique et cynique.

De plus, la série développe le thème de la religion et du fanatisme d’une manière originale, divertissante et pertinente. Je trouve vraiment cette série intelligente dans les idées qu’elle développe et véhicule sur ce thème.

Graphiquement, rien à redire non plus. Le travail de Virginie Augustin est soigné. Le trait est dynamique, les décors sont suffisamment détaillés et les expressions de visages sont adéquates et plaisantes à l’œil.

Que des éloges, donc, pour une série d’aventure et de légende qui se distingue de la masse par son thème central (la religion et le fanatisme), par l’évolution de son ambiance (drôle au début, et bien plus dramatique dans sa conclusion) et par la qualité du trait et de la narration.

Un incontournable, selon moi. Franchement bien !

Nom série  Nina Tonnerre  posté le 09/02/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Très bonne petite surprise que cette Nina Tonnerre, série de gags en une planche manifestement destinée aux plus jeunes mais qui pourrait plaire à un assez large public, à mon avis.

La série se structure autour de Nina (qui l’eut cru ?), turbulente enfant, fan de Star Wars et de petites bestioles toute poilues, qui débarque dans une nouvelle école. Bien vite, son caractère et ses goûts particuliers la relègueront au ban de sa classe, où elle rejoindra deux autres cas, un intello aux goûts eux aussi assez particuliers et un autre petit nouveau aux cheveux verts dont les racines terrestres sont plus sujets à caution qu’autre chose.

A partir de ce trio, les gags concoctés par Laborde et Poinsot offrent une agréable variété, et si la série navigue dans les mêmes eaux qu’un Kid Paddle, la mer est vaste et il s’agit plus d’un certain état d’esprit que d’un vrai lien de parenté.

Le gag récurent est de rigueur … et bien maîtrisé, évitant ainsi le piège de la répétition.

Dernière agréable surprise : le trait de Marion Poinsot, qui m’a rappelé l’ancienne école franco-belge en offrant un trait fin, riche et rond.

Bien sympathique, ma fois. Certainement à emprunter à l’occasion … et plus si affinités.

Nom série  Thorgal  posté le 04/02/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Thorgal est sans nul doute l’un des personnages qui m’a le plus marqué dans l’univers de la bande dessinée d’aventure.

Déjà, cette série est un audacieux fourre-tout, qui combine une dimension historique (le peuple viking), une dimension fantastique (les dieux du peuple viking), une dimension issue de la science-fiction (un peuple venu des étoiles) et des éléments issus de l’héroïc-fantasy.

La cohérence de la série souffrira d’ailleurs quelque peu de la richesse de ce terreau (il suffit à cet effet de comparer les révélations faites dans « la magicienne trahie » et celles du « Pays Qâ » pour s’en convaincre), mais qu’importe ! L’essentiel n’est pas là, mais bien dans l’Aventure (avec un grand A) que nous fait partager ce grand garçon au cœur tendre.

Le style narratif de Van Hamme est d’une grande efficacité, et le ton emphatique ou mélodramatique souvent employé me fait invariablement penser à Greg. C’est vivant, prenant, épique !

Je tiens également à souligner la diversité des formats proposés par Van Hamme. En, effet, l’auteur passe de la courte nouvelle au format classique ou au récit à suivre tout au long de la série, sans que je puisse dire que l’un est inférieur à l’autre.

Rosinski est lui aussi pour beaucoup dans la réussite de la série. Son trait réaliste, tordu et fouillé dispose d’une grande personnalité. De plus, la qualité de ses couvertures est telle que plusieurs figurent parmi mes préférées (j’ai longtemps dormi avec l’enfant des étoiles accroché au dessus de ma tête).

J’avoue avoir profité du sacrifice (et de son changement de scénariste) pour abandonner la série, qui depuis pas mal de temps, souffrait tout de même d’une baisse de qualité. En fait, depuis « le Maître des Montagnes » (sans doute mon préféré), et malgré quelques bons moments (« Kriss de Valnor », par exemple), je n’ai plus retrouvé ce charme qui me rendait cette série si chère à mon cœur. Les tomes demeurent, en général, raisonnablement bons mais me donnent une impression de production industrielle trop bien rodée et dont l'enthousiasme des débuts aurait disparu.

L’encombrante famille du héros est pour beaucoup dans la chute de mon enthousiasme. C’est la raison pour laquelle je conseillerais à un nouveau lecteur de se concentrer sur la période allant du tome 4 au tome 15.

Un incontournable, qui m’aura fait voyager des années durant, et que je quitte aujourd’hui sans regrets (enfin, je relirai encore bien souvent certains tomes, hein).

Nom série  Quartier lointain  posté le 04/02/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sans doute attendais-je trop de ce récit. A moins que ce ne soit sa dimension fantastique qui m’aura dérangé. Toujours est-il que je sors de ce quartier lointain relativement déçu.

Le trait de Taniguchi est pourtant toujours aussi précis et agréable. Sa narration est toujours aussi fluide, mêlant réflexions introspectives et anecdotes légères. C’est donc bel et bien ce sujet, cette idée d’un japonais moyen revivant une tranche de son adolescence qui est la cause de mon ennui. Car je me suis souvent ennuyé durant cette lecture, ne ressentant pas les émotions des personnages avec autant d’empathie que dans « Le Journal de mon père ». De plus, je suis peu sensible à ces récits de type roman graphique, par essence très réalistes, qui intègrent un élément fantastique extérieur, totalement inexplicable et illogique.

En conclusion, et même si je comprends l’engouement de nombreux lecteurs, je me suis trop souvent senti « à l’extérieur » de ce récit que pour lui accorder autre chose qu’un « pas mal » bien plus basé sur sa qualité technique que sur sa qualité « émotionnelle ».

Nom série  Le Pavillon de l'aile ouest  posté le 04/02/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Adaptation en bande dessinée d’une pièce traditionnelle du théâtre chinois, elle-même adaptée d’un conte ancien, ce pavillon de l’Aile Ouest nous offre une histoire cousue de fil blanc.

Une jeune et belle aristocrate chinoise.
Un mariage arrangé … qui n’arrange pas la belle.
Un second prétendant aussi beau que noble et courageux.

Devinez avec qui elle se marie à la fin de ce récit.

Pas de surprise, donc, tant les belles histoires d’amour sont universelles. Cette romance est cependant plaisamment contée et aussi (et même surtout) joliment illustrée par une talentueuse artiste locale.

Oui, oui, vous avez bien lu. Moi qui critique plus souvent qu’à mon tour le style mangaka, je suis tombé sous le charme de Guo Guo (ou, du moins, de son trait). Pourtant, on n’échappe pas aux yeux disproportionnés ni aux expressions de visage caricaturales. Et pourtant, j’aime ce trait. Tout d’abord, les yeux ne me semblent pas si démesurés que cela. Ensuite, les expressions exagérées sont finalement rares et encore relativement mesurées. Mais surtout, la qualité de la colorisation est pour beaucoup dans mon appréciation. Cette colorisation en teintes douces apporte un réel plus au récit, réchauffant le décor autant qu’elle apporte de subtiles touches de raffinement aux costumes des divers acteurs.

Par contre, je reprocherai à l’artiste le fait que les couleurs employées dans ses tableaux ne sont pas identiques à ceux de ses planches. En effet, beaucoup de tableaux, servant d’introduction à un nouveau chapitre, nous montrent les protagonistes vêtus de telles ou telles couleurs, qui ne se vérifient pas à la lecture dudit chapitre. C’est aussi maladroit que déconcertant.

Pas mal, sans plus. A emprunter à l’occasion, mais trop traditionnel et trop naïf pour que j’en fasse l’achat. Je ne conseille donc pas l'achat en question.

Nom série  Mémoire de sable  posté le 04/02/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une petite série mêlant aventure et légendes contée de manière fluide et joliment servie par un trait agréablement lisible et expressif, cela ne se refuse pas. Et c’est ce que m’a offert cette mémoire de sable.

J’ai particulièrement bien aimé la rencontre entre cet univers ensablé et des légendes faisant référence à un océan perdu et à une mystérieuse sirène.

Les personnages principaux sont ceux auxquels on s’attend dans ce genre de série. Rien de surprenant, donc, mais rien de décevant, non plus. Le couple principal a son petit charme, et Isabelle Dethan fait preuve d’une relative créativité avec cette mémoire vivante, compagne d’aventure de nos héros.

Par contre, je regrette un peu que ce récit n’ait pas été prévu dès sa conception comme une série à suivre. En effet, à l’exception d’une conclusion ouverte quelque peu artificielle, le premier tome est vraiment conçu comme un One-shot, et même si l'auteure parvient joliment à regrouper des éléments de prime abord disparates dans la conclusion de l’aventure (au terme du troisième tome, donc), certains passages m’ont paru sinon artificiels du moins pas toujours très à-propos.

Je comprends cependant et j’aurais même tendance à approuver ce genre de structure. En effet, si la série avait dû être abandonnée après un tome unique, elle n’aurait pas laissé le lecteur dans un trop gros état de frustration. Malheureusement, il est difficile pour l'artiste d’éviter cet aspect quelque peu artificiel dans la relance de l’intrigue, dès que l’aventure se poursuit.

Dans ce genre très exploité, cette série n’atteint pas les sommets mais permet de passer un agréable et divertissant petit moment de lecture. A emprunter plutôt qu’à acheter.

Nom série  Petite mort en un acte  posté le 04/02/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Agréable petite farce très théâtrale que cette petite mort en un acte. Une ambiance anglaise, des ressorts comiques fort vaudevillesques, une narration plaisante, l’ensemble permet donc de passer un agréable petit moment de lecture … pourvu que vous soyez sensible à ce genre d’humour.

Du point de vue graphique, le trait de Paul n’était pas de nature à m’attirer, de prime abord, tant il me faisait penser à Loustal. Au fil des pages, et même si je ne suis pas fan du genre, je dois bien avouer que ce style convient bien au récit. Sa raideur et son aspect lisse sont en adéquation avec le style guindé des acteurs et participe donc au contraste entre ces personnages raides et ridiculement sérieux et ces situations vaudevillesques proches de l’absurde.

Divertissant sans être révolutionnaire, mais à découvrir car ce genre de vaudeville théâtral n’est pas monnaie courante dans la bande dessinée.

Nom série  Marée Basse  posté le 04/02/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’ai pour cette marée basse un faible indéniable et totalement subjectif.

Pourtant ce récit ressemble à un inextricable fourre-tout sans queue ni tête, dont les personnages totalement fantaisistes auraient pu, en d’autres circonstances, rapidement m’horripiler.

Oui, mais voilà ! Ce récit, qui se scinde en de multiples chapitres d’apparence très décousus, qui se divise en plusieurs périodes sans lien manifeste se révèle au final cohérent dans sa logique propre. Oui, Pecqueur nous mène dans de multiples directions, mais au final, il semblait bien savoir où il voulait aboutir. Et la performance est à souligner lorsque l’on songe que ce récit débute lors de la rencontre (la collision, pour être plus exact) entre une navigatrice solitaire et un couple de fous furieux désireux de mettre un terme à ce monde, et se termine en gondole à Venise avec un bambino passager de la (belle) Mort, qui prolonge son existence grâce à sa connaissance inextinguible d’histoires drôles.

Je vois des sourcils se relever, d’autres se froncer. Et pourtant, vous n’êtes pas au bout de vos surprises puisque je ne vous ai rien dit du couple central … et d’ailleurs je ne vous en dirai rien. Sachez juste qu’il est digne de cet univers délirant et poétique, fantasque et cohérent.

Et puis, cet album est magistralement servi par le trait envoutant de Gibrat. Certes, l’artiste n’est, alors, pas encore arrivé à totale maturité, mais son niveau est déjà proche de celui de « Le Sursis ». Ses personnages féminins sont, bien sûr, très séduisants, ses teintes sont riches de nuances et l’artiste combine déjà avec un grand talent traits caricaturaux et recherche de réalisme esthétique. L’artiste ne s’est cependant pas encore départi de son goût pour les lourdes poitrines féminines … ce qui, dans ce cadre délirant, n’est pas pour me déplaire (oui, j’ai honte, mais qu’importe, ne boudons pas notre plaisir à la vue de si parfaites rotondités).

Un bien agréable délire donc, dont l’univers étrange a trouvé en mon humble personne un lecteur enthousiaste quoique conscient que cet album déplaira à plus d’un.

M’en fout ! Moi, je me suis bien poilé …

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 72 80 90 100 109 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque