Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1749 avis et 282 séries (Note moyenne: 3.09)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Dieu n'a pas réponse à tout (mais Il est bien entouré)  posté le 12/04/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Mouais. Un gros Bof. C’est à peu près tout ce que m’inspire cette série, dont je n’ai lu que le premier album.

Le point de départ recèle un bon potentiel. Mais je ne sais pas s’il a mal été exploité ou si c’était une fausse bonne idée, toujours est-il que je n’ai ri voire même souri à aucune des courtes histoires constituant cet album (ce qui est un comble pour une série « d’humour » !).

Pas drôle donc, et en plus rapidement répétitif. Cela aurait peut-être demandé à être plus délirant, plus second degré, je ne sais pas. En tout cas moins convenu et gentil que ce que j’ai lu.

Le seul point positif est le dessin de Nicolas Barral, dont j’avais déjà apprécié le travail en compagnie de Pierre Veys (sur Baker Street ou Philip et Francis (Les aventures de)). Cela ne suffit hélas pas à me donner envie de relire cette série, vraiment décevante.

Nom série  Quelques...  posté le 11/04/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Est-ce que c’est de la bande dessinée ? On pourrait se poser la question en lisant cette série (d’autant plus que Sempé lui-même n’était pas trop amateur de BD je crois)… Mais en fait on s’en contrefiche ! Parce que c’est bon, c’est frais, c’est drôle, et c’est intelligent !

Le dessin est reconnaissable entre tous, presque désuet, minimaliste. Proche de certains dessins de presse, mais la touche de poésie qu’insuffle Sempé distingue son travail des illustrateurs. Il ne commente pas l’actualité, il la transcende, la détourne, la rend respirable : quelle lecture reposante, et qu’est-ce que c’est rassérénant !

Avec ses dessins simples mais efficaces, et avec une économie de moyens incroyable, Sempé réussit quasiment à chaque fois à me faire sourire. Pas d’éclats de rire – mais ce n’est pas le propos ici, mais lire Sempé donne sacrément la pêche ! Une sorte d’humour à qui je ne trouve pas d’équivalent.

Et tous les albums de la série, que j’ai lus il y a pas mal de temps (et je viens de relire Quelques meneurs d’hommes ; Quelques manifestants et Quelques jours de congé) se sont révélés d’un niveau équivalent, c'est-à-dire très bons. On est sur les sommets, à respirer l’air pur du talent.

Nom série  Monsieur le Ministre  posté le 10/04/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce n’est pas une peinture au vitriol des mœurs politiques françaises, mais on tient quand même là une très bonne série qui dénonce le petit monde des « serviteurs de l’Etat ».

Sans trop exagérer le trait, Binet réussit à rendre poilante la carrière ministérielle de Lucien Grangarçon, benêt carriériste tout émoustillé d’être parvenu aux sommets du pouvoir. C’est souvent drôle : cynisme, népotisme, calculs plus ou moins foireux (des « politicards » mais aussi de la presse), tout y passe. On se surprend aussi à rire jaune, car finalement, tout poujadisme mis à part, on sent bien ici que la réalité n’est pas très éloignée de ce que Binet nous en montre.

Les apparitions des Bidochon sont assez bien vues et ajoutent au comique de l’ensemble. Et nous rappellent aussi que chacun a les dirigeants qu’il mérite…

Monsieur le ministre n’est peut-être pas un chef d’œuvre, et cela reste un humour finalement assez soft. Mais l’ironie de ces deux albums est suffisamment caustique pour que lecture et achat soient recommandés.

Nom série  Kid Lucky  posté le 09/04/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Après avoir découvert – et aussitôt oublié d’ailleurs ! Rantanplan, j’ai emprunté à ma bibliothèque deux albums de cette série, elle aussi dérivée de l’univers « Lucky Luke ».

Et bien ce serait presque pire ! C’est vraiment désastreux, et je n’ai absolument rien trouvé à sauver dans cette énième tentative commerciale sans âme et sans état d’âme.

A éviter absolument, pour mieux se concentrer sur les bons Lucky Luke, le vrai, le grand (c'est-à-dire les albums scénarisés par Goscinny).
Tirez-vous plus vite que son ombre !

Nom série  Lutin Spirix  posté le 08/04/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je suis généralement lecteur intéressé de ce que les éditions Vraoum publient, étant plutôt amateur d’humour con. Je me suis donc précipité pour découvrir l’un de leurs derniers nés, au n’importe quoi assumé, "Lutin Spirix".

Le héros éponyme est un hybride (que ce soit pour les dialogues et le visuel) de plusieurs des personnages phares de la bande dessinée franco-belge, c’est-à-dire Lucky Luke, Astérix, Tintin et Spirou : rien que ça ! Idem pour certains personnages secondaires de ces séries, ici mixés dans un foutoir pas possible (où apparaissent aussi entre autres des sortes de Schtroumpfs néo nazis…).

On est donc dans la parodie la plus complète, que poursuit et complète agréablement la quatrième de couverture, reprenant celle des éditions Dupuis (mais en parodiant le nom des personnages et en donnant des noms d’albums totalement improbables et poilants).

Pour ce qui est du contenu proprement dit, cet album à l’italienne enchaîne de petites histoires de quatre pages formant plus ou moins une histoire complète. C’est globalement drôle – même si inégal. Mais, et je me suis déjà fait la réflexion avec B-GNET, j’ai l’impression qu’il ne va pas au bout de son délire absurde, qui pourrait être encore poussé. Quand on choisit cet angle d’attaque, je pense qu’on ne peut pas se contenter de demi-mesure, et là je reste parfois sur ma faim.

Mais ça reste tout de même une bonne déconne à découvrir, et que l’on appréciera d’autant plus qu’on connaît les albums et personnages ici parodiés.

Nom série  Rantanplan  posté le 06/04/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Mon fils étant revenu de la bibliothèque avec 5 albums de la série, je les lui ai empruntés pour lire ce que je pressentais comme un four.

Et bien, n’attendant rien, je n’ai pas trop été déçu ! D’abord parce que très souvent les « sidemen » connaissent rarement le succès en devenant eux-mêmes les héros d’une série (il n’y a qu’à voir le Marsupilami par exemple). Ensuite parce qu’il n’y a plus Goscinny pour approvisionner en bonnes idées.

Je n’ai absolument pas accroché, et n’ai même pas lu tous les albums que me proposait mon fils. Deux – tout petits – sourires pour deux cents pages, ce n’est vraiment pas suffisant.
Bref, à éviter !

Nom série  Les Terres creusées  posté le 05/04/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Les terres creusées est un petit album intriguant qui se joue des classifications et reste difficile à présenter ou résumer.

Il n’y a pas de cases, et il m’a fallu un certain temps d’adaptation pour pouvoir suivre de manière fluide la narration. Mais une fois entré dans cet album, j’ai vraiment apprécié cette histoire jusqu’à son terme. Qui n’en est pas forcément un…

L’histoire se déroule dans un huis-clos souterrain et réunit trois personnages. Lecreux, un ouvrier dévoué, qui creuse, creuse, mais aussi fait la lecture au Général, qui lui est le donneur d’ordre, et semble être une sorte de dictateur du monde extérieur, comme de ce monde souterrain d’ailleurs. « Mademoiselle » complète la distribution, sorte de gros costaud soumis et obéissant sans rechigner aux ordres du Général.

Si l’histoire proprement dite est difficile à résumer – y en a-t-il vraiment une ?, on suit toutefois l’évolution du tunnel et/ou du puits creusé par Lecreux, mais aussi l’évolution de ses relations avec le Général. J’y ai vu une sorte de métaphore, une parabole sur la liberté, la dictature, la responsabilité. Et après deux lectures, je pense n’avoir pas encore épuisé le message de cet album, qui questionne le lecteur sur les relations de domination, de la prise de conscience de cette domination.

Album original donc – dans sa construction (textes et images), qui n’est pas forcément très « facile d’accès ». Il ne faut pas se laisser rebuter par un abord difficile, et prendre le temps de « le lire entre les lignes ».

Nom série  Maurice et Patapon  posté le 03/04/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est très con, mais c'est quand même souvent très bon !

Alors, c'est sûr que pour les amateurs de finesse, la lecture d'un album, voire même d'un strip doit être éprouvante, mais moi globalement, j'aime. Même si la lecture de tous les tomes d'un seul coup n'est pas recommandée ! Je pioche régulièrement dans les albums, par petites doses, des gags qui me font encore rire après plusieurs lectures.

Tous n'est pas drôle, et certains gags ne me font pas rire, mais Charb réalise avec cette série quelque chose de vraiment intéressant.

Le dessin est à l'image de l'ambiance générale, c'est à dire assez crade (une bonne partie des gags tournant autour du scato, du vomi et autre dégueugueu).

Proche de Vuillemin parfois, mais en plus percutant je trouve. Une série à connaître pour tout amateur d'humour noir et con à tendance trash. Sinon, à feuilleter avant d'acheter.
Note réelle 3,5/5.

Nom série  Sarajevo-Tango  posté le 03/04/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
On retrouve dans cet album le style graphique habituel d’Hermann, c'est-à-dire un très bon dessin (malgré un véhicule blindé totalement raté page 14, mais je chipote), mis à part comme très souvent chez lui les visages féminins.

Pour le reste, je suis très déçu par ce Sarajevo-Tango. Hermann l’a, dit-il, écrit en réaction aux crimes commis par les Serbes en Bosnie, et en particulier à Sarajevo. Et en réaction au sort d’Ervin Rustemagic, collègue et ami habitant Sarajevo.

Hélas, si le propos – dénoncer les exactions serbes et l’inaction de la communauté internationale – ONU en tête, est louable, le résultat est complètement raté je trouve. Sur exactement le même sujet (le sort de Sarajevo et d’Ervin), Joe Kubert a réussi avec son Fax de Sarajevo quelque chose d’autrement plus convaincant.

Ici, les passages pseudo ironiques/humoristiques sur l’ONU, son chef (« Boutroz Rallye »), avec jeux de mots à la clé, ne passent pas et sonnent faux (ils sont parfois proches du prêchi-prêcha), tout en dénotant avec le reste du récit.

Quant au fil rouge, c’est à dire la recherche pour extraction de la petite Maja, rien d’original ni de palpitant de ce côté, c’est du déjà-vu.

Sur le sujet, allez voir ailleurs. De même pour voir du bon Hermann !

Nom série  Mafalda  posté le 02/04/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Voilà une assez prolifique série de strips ayant pour personnages principaux une petite fille – Mafalda, sa famille et ses amis.
Etant donnés les sujets évoqués et les ressorts comiques employés, cela s’adresse plutôt à des adultes (ou alors à des « grands » adolescents). Je ne vois pas cette série comme une série spécifiquement jeunesse.

Mafalda fait souvent preuve de maturité. C’est d’ailleurs la teneur de ses propos (sur le monde, l’ONU…) et l’écart existant entre eux et son âge ou le sujet abordé par les autres protagonistes qui constitue le fil rouge de la série.

Je n’ai pas étudié l’espagnol, et n’ai donc pas eu l’occasion de découvrir cette série dans le cadre scolaire. Je ne l’ai découverte que récemment, en lisant les albums qui me sont tombés sous la main (les tomes 7, 8 et 10, même si j'avais eu l'occasion de lire quelques strips à droite et à gauche auparavant). J’ai franchement rarement rigolé, et ai trouvé Mafalda rapidement sèche, vaine. Je n’ai pas vraiment accroché à cette série.

En fait, la seule qualité que je suis prêt à lui reconnaître, c’est que l’auteur avait l’honnêteté et le courage d’aller à contre-courant de la dictature de Videla, en critiquant par la voix de Mafalda l’ordre de Washington (ce qui en soit n’est pas rien, mais ce n’est pas cela que j’évalue ici).

Il faut dire que Mafalda souffre de la comparaison avec certains autres strips nord-américains comme les Peanuts, mais surtout l’excellent Calvin et Hobbes.
Si vous voulez découvrir un Quino plus drôle, jetez plutôt un coup d’œil à ses one shots, en particulier « Panorama ».

Nom série  Dur-à-cuire  posté le 01/04/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà un petit volume paru aux éditions The Hoochie Coochie à très petit nombre (seulement 50 exemplaires !), et dont la couverture reprend l’esthétique de « La Série Noire », la célèbre collection policière de chez Gallimard.

Ce petit format nous narre les aventures, je dirais plus les mésaventures d’un homme à qui il arrive beaucoup de choses (diverses aventures féminines, il se retrouve mêlé aux conséquences d’un braquage), mais qui ne maîtrise pas les événements qui bouleversent son existence.

En effet, au milieu de péripéties qui s’enchaînent, il est plaqué par son amie – qui a de bonnes raisons de le faire, il est ensuite trahi par son meilleur ami, et il reçoit divers coups, projectiles et humiliations. Un looser pas trop flamboyant.

Ces aventures se laissent lire, mais il manque un je ne sais quoi pour que je m’enthousiasme davantage. Cela reste sympa à lire quand même.
A noter deux ou trois scènes de sexe dont une très explicite qui me font classer cette série en strictement pour adultes, même si globalement elle n’en relève pas vraiment.
Pour l’achat, vu le tout petit tirage, mon conseil peut paraître relatif…

Nom série  Opération Overlord  posté le 01/04/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Parmi le grand nombre de séries traitant de la Seconde guerre mondiale, cette « Opération Overlord » se situe dans une bonne moyenne.

En page de garde, une carte présente bien, et de manière synthétique, l’ensemble des opérations menées durant ce « Jour J » (et les quelques heures l’ayant suivi).

On suit dans cet album les largages des parachutistes américains dans la campagne côtière normande, cet album se concentrant sur la région du village de Sainte-mère l’Eglise, l’un des premiers villages à avoir été libérés (action que le film « Le jour le plus long » a immortalisée).

La violence des combats, mais aussi la désorganisation plus que relative des troupes américaines (suite aux erreurs de parachutages entre autre) sont assez bien rendus.

Pourtant je n’ai pas été emballé plus que ça par cet album. Peu de petites histoires pour nourrir la grande, et la narration est finalement peu dynamique.

Deux albums sont annoncés à paraître très prochainement pour poursuivre la présentation de cette opération militaire (la plus grande opération aéroportée de tous les temps). J’y jetterai peut-être un coup d’œil, mais je n’en ferai pas une priorité.

Nom série  Graines de sapiens  posté le 01/04/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Voilà un des rares créneaux que les éditions Bamboo n’avaient pas encore occupés, la préhistoire. Eh bien voilà qui est fait avec cette série regroupant des histoires courtes (une page, rarement plus).

On y retrouve deux jeunes hommes, Tahrn et Garoûn, chargés par le reste de leur tribu de ramener la pitance, et de faire leurs preuves comme chasseurs.

Chaque histoire est le prétexte de gags plus ou moins réussis, essentiellement autour des déboires à la chasse, les deux hommes revenant généralement bredouilles et ridicules.

J’avoue n’avoir pas souvent souri, et ne pas avoir trouvé l’ensemble très drôle (même si Olis essaye de varier les plaisirs). Je n’attends pas grand-chose d’éventuelles suites à ces gags convenus, et dont le ton est déjà vu ailleurs, dans d’autres séries se déroulant dans un cadre différent.

Les rares points réellement positifs sont le dessin, assez bon et dynamique, et le petit dossier en fin d’album, qui présente l’évolution des hominidés et plus particulièrement de Sapiens.

Nom série  Rocky & Hudson les cowboys gays  posté le 31/03/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La maison d’éditions espagnole Diabolo, que j’ai découverte récemment, semble se spécialiser dans la publication de strips gags. C’est très bien, et me permet de découvrir des auteurs étrangers.

On a là affaire à un auteur brésilien visiblement connu dans son pays où il publie des bandes dans de grands journaux.
Alors je ne sais pas comment ses strips ont pu être accueillis au Brésil, mais force est de constater que dans le paysage éditorial français – et dans le paysage français tout court, on a là un sujet à la fois original et provocateur, eu égard aux débats récents concernant le mariage homosexuel, voire au climat franchement homophobe développé dans certains milieux.

En effet, comme le titre l’indique, on a affaire à deux cowboys (les strips se déroulent tous dans un Far West indéfini – même si parfois quelques anachronismes distendent le facteur temporel), qui sont et s’affirment comme gays.
Le sujet, à la fois original et improbable – quoi que, est bien sûr traité ici différemment, et beaucoup moins subtilement que dans le film « Le secret de brokeback mountain ».

Ce sont des strips de trois cases généralement (sauf une histoire plus longue en milieu d’album), avec décor et intrigues quasiment inexistants. Le dessin n’est d’ailleurs pas extraordinaire, mais l’essentiel n’est pas là !

Le couple de cowboys (Rocky et Hudson donc) cherche à s’aimer au grand jour, et défie la société. Même s’il est vrai qu’il trouve ici souvent de la compréhension de la part d’autres personnages homosexuels, comme le sheriff par exemple. Le père de Rocky, franchement homophobe, est lui nettement moins compréhensif.

Rocky s’interroge aussi parfois sur sa « condition », s’essaye à la chirurgie esthétique pour devenir une femme, à la psychanalyse. Les deux personnages visitent deux « hauts lieux » présumés de l’univers gay, à savoir la Grèce antique ! et une marche gay. Je ne sais pas si l’auteur est lui-même homosexuel (et je m’en fiche complètement dans l’absolu), mais il use ici de tous les clichés attachés dans le grand public à l’homosexualité masculine.

L’ensemble est plutôt marrant. Inégal, mais pas mal de gags réussis, dans un humour à la fois con et bon enfant. Je reconnais aussi à l’auteur le choix d’un sujet pas facile : son achat, recommandé pour un lecteur lambda devrait l’être aussi pour certaines bibliothèques, histoire de vérifier si le pluralisme des idées, des goûts existe encore, et si une censure ou autocensure ne s’exerce pas (voir débats récents autour de livres « propageant » prétendument théorie du genre ou autres moulins, que des don Quichotte combattent au nom d’une morale obscurantiste.).

Nom série  Hors-d'oeuvre  posté le 30/03/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après Macadam Valley, premier album plutôt réussi, Ben Dessy nous revient avec cette nouvelle publication, toujours aux éditions Même Pas Mal, qui publient quelques perles d’humour noir depuis quelques années.

Cela reste dans la même veine que Macadam Valley, c’est-à-dire un humour con et noir. On flirte parfois avec le trash ou le scato, mais c’est généralement « seulement » con. C’est en tout cas quasiment toujours drôle, ce qui est quand même l’essentiel, non ?

Dans cet opus, au même format à l’italienne que son précédent, Ben Dessy détourne un grand nombre de personnages, réels ou imaginaires, dans de courts strips d’une à trois ou quatre cases (un ou deux sont un peu plus longs, dont le dernier, modèle de rupture amoureuse courageuse et honnête !). On a là en tout cas de quoi relire certains contes, ou revoir certains Disney, avec un œil moins complaisant !

Avec ce deuxième opus, Ben Dessy poursuit la publication des strips parus sur son blog. J’espère vraiment que le stock n’est pas déjà épuisé. Un auteur à suivre !

Nom série  Le Jardin d'Emile Bravo  posté le 30/03/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Les Requins Marteaux ont encore fait ici de la bel ouvrage, en regroupant dans un emballage classieux (couverture et papier épais) un ensemble de récits intitulé Le jardin d’Emile Bravo. Jardin pas si secret que ça d’ailleurs, puisque reprenant des récits publiés précédemment dans diverses revues (chez Spirou, Ferraille, Pilote, l’Association, etc…). Quelques affiches ou projets d’affiches complètent le recueil.

On y retrouve le style graphique habituel d’Emile Bravo, à la fois classique et original, et qui a déjà fait merveille avec ses aventures épatantes de Jules ou Les Sept Ours Nains entre autres. Alternent le Noir et Blanc et la couleur (du sépia aux couleurs tapantes comme sur la couverture).

Pour ce qui est des histoires je les ai quasiment toutes aimées, et presque toujours trouvées drôles. On y trouve quelques parodies de personnages comme Gaston (presque une hérésie, il est adulte, presque vieux, rangé et raisonnable !) ou Blake et Mortimer dans une version néo nazie. Un humour généralement tout public, mise à part une histoire plus longue – et réussie ! – publiée dans Spoutnik, dans laquelle Bravo utilise un procédé déjà employé ailleurs (par Lécroart par exemple) consistant à reprendre les mêmes cases en modifiant les textes : le langage de la deuxième version est alors nettement plus graveleux !

Même si j’ai moins apprécié la dernière histoire, j’ai trouvé l’ensemble très bon. Le ramage est au niveau du plumage donc, pour revenir sur la qualité du travail de l’éditeur (même si quelques fautes d’orthographe se sont glissées dans cette dernière histoire – décidément…). Le seul bémol concerne le prix, relativement élevé. Ce qui ne m’a pas empêché de l’acheter. Quand on aime, on ne compte pas…

Nom série  Dong Xoai, Vietnam 1965  posté le 27/03/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je vais commencer par ce qui m’a plu dans cet album, c'est-à-dire l’aspect graphique. Je trouve le dessin de Kubert vraiment très bon. Comme dans Yossel, il a opté pour un crayonné superbe, présentant des sortes d’esquisses au milieu de décors à peine évoqués. Vraiment très beau, efficace et prenant.

Pour le reste, je suis plus que mitigé dans mon avis. D’abord parce que je ne suis pas un grand fan du militaria. Ensuite parce qu’ici, Kubert nous sert un récit hagiographique sur cette unité d’élite de l’armée américaine, récit qui pourrait n’être qu’une œuvre de commande du Pentagone.

En effet, si dans Yossel ou Fax de Sarajevo la défense des opprimés dénonçait par contre coup toute geste soldatesque, l’héroïsme de la section américaine face aux « hordes » impersonnelles des bodoïs vietnamiens pose un réel problème : on en oublierait presque qui est l’agresseur. Quand bien même les Vietnamiens n’étaient pas des anges, on sait depuis longtemps (voir en particulier les nombreux écrits de Chomsky depuis cette époque, ou Une Histoire Populaire de l'Empire Américain de Zinn) comment le conflit est né. Sans parler des flots de Napalm et autres mines anti personnelles qui continuent encore à tuer dans cette région.

Bref, ma note reflète essentiellement ce malaise. Malaise accentué par le dossier qui suit l’histoire, clairement à la gloire de l’armée américaine. J’aurais apprécié une mise en perspective « objective », d’autant plus nécessaire que cet album s’inscrit dans l’histoire de la guerre du Vietnam, et semble exclure tout romanesque. C’est bien dommage, car le côté graphique est une brillante réussite.

Nom série  Bouyoul  posté le 26/03/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n’ai lu que Bouyoul en technicolor, mais cet album ne m’a pas vraiment emballé, et ne me poussera pas à découvrir la suite.

Il faut dire que si certains gags m’ont fait sourire (celui où il évalue mal la taille de l’élastique pour un saut d’un viaduc par exemple), j’ai vite été lassé par sa propension à massacrer quasi immédiatement – à coup de poings essentiellement - toutes les personnes croisant sa route.

Et ce n’est pas du tout ce côté trash ou absurde qui m’a gêné, mais à la fin, il n’y a plus aucune surprise, et ça n’est même plus drôle. C’est juste inutilement gore. Intéressant à toute petite dose, mais sur plusieurs albums...
Note réelle 2,5/5.

Nom série  Des Nouvelles d'Alain  posté le 20/03/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cet album est-il réellement une bande dessinée ? En effet, la question peut se poser, étant donné que les dessins n’occupent qu’une part minoritaire de l’album, au milieu de photographies et de textes en pleine page.

Mais ce serait vraiment chipoter. Car cet album est de toute façon une œuvre de salubrité publique. Une œuvre qui met des noms sur des termes génériques, qui nous montre l’envers d’un décor que les actualités évitent de mettre en avant faute de temps. La faute aussi à un certain nombre de préjugés, largement entretenus par un battage médiatique délétère et à de petits calculs électoralistes où le mesquin le dispute à la bêtise, sur fond de racisme.

Mais le racisme naît de l’ignorance, c’est bien connu. C’est pourquoi cet album est nécessaire pour en combattre les certitudes.
Les textes sont emplis d’humanisme et, par leur calme évidence, alliée aux rappels historiques et bibliographiques, tentent de mener un combat dépassionné au profit de ces éternels parias que sont les Roms (dont le génocide perpétré par les Nazis pendant la Seconde guerre mondiale n’a entraîné que peu de compassion – y compris en France).

Sur des images quelque peu désespérantes, le travail d’Alain Keler permet finalement de ne pas désespérer de certains hommes, même s’il remet en question la notion d’humanisme.
A lire !

Nom série  Les 4 Amies  posté le 19/03/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une série de trois albums racontant la vie intime (mais qui ne le reste pas vraiment longtemps) de quatre copines. Aucune d’entre elles n’est farouche, et chacune explore une vaste palette de fantasmes, mêlant les amours homo et hétéro sexuels, avec un nombre plus ou moins important de partenaires.

Si l’auteur fait un effort louable au niveau du scénario, force est de constater que les scènes de sexe s’enchaînent très rapidement. On retrouve aussi souvent – mais pas à chaque fois il est vrai – des femmes soumises aux désirs masculins (dont les sexes sont parfois d’un fort calibre !).

Mais bon, cette série s’inscrit plutôt dans une bonne moyenne dans un genre où la réussite n’est pas souvent au rendez-vous.
Le dessin est plutôt bon. Mais, réalisé par ordinateur j’imagine, avec une colorisation qui ne m’a pas vraiment séduit, ce dessin n’est pas de ceux que je préfère. Le visuel est quelque peu décevant, ce qui est quand même gênant pour ce genre de série...

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 88 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque