Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1633 avis et 262 séries (Note moyenne: 3.08)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Les Petites Vicieuses  posté le 25/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Je n’ai pas du tout été emballé par les trois albums de cette série.

Même si dialogues et scénarii ne sont pas toujours au rendez-vous dans ce genre de publication, je trouve qu’ici ils sont particulièrement pauvres : les histoires – de quelques pages chacune, ne sont pas très très intéressantes, sauf exception.

Quant au dessin, je ne l’ai pas trouvé très bon non plus. Encore que j’ai plus apprécié celui du premier tome, en Noir et Blanc, alors que les deux suivants ont des dessins affreux je trouve, avec des couleurs criardes qui ne font qu’aggraver les défauts de l’album.

Bref, une série à priori très dispensable de mon point de vue.

Nom série  Varlot soldat  posté le 24/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà un album qui se lit assez vite. Peu de pages, peu de dialogues, et seulement deux images par page.

Pourtant, c’est une histoire qui donne à réfléchir. Se situant dans les tranchées, durant l’une des périodes les plus noires de la Première guerre mondiale, en 1917, durant laquelle l’écœurement, les mutineries se développent. La « Chanson de Craonne », défi lancé par les survivants du Chemin des dames et autres boucheries à la face de leurs gradés est d’ailleurs l’un des rares moments de calme, sa musique pourtant noire contrebalançant celle des obus qui déchiquètent les poilus autour du héros.

C’est donc noir, et le dessin de Tardi rend bien l’atmosphère désespérante qui sert de décor au calvaire de Varlot et de ses copains en sursis.

Moins développé que d’autres ouvrages de Tardi sur le même thème (comme C'était la guerre des tranchées par exemple), mais quand même une lecture intéressante et recommandée.

Nom série  Like a steak machine  posté le 23/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà un opus dans la veine des albums autobiographique que Fabcaro fait paraître chez La Cafetière, celui-ci faisant suite à Le Steak Haché de Damoclès.

Il s’agit ici d’anecdotes d’une page, ayant pour point commun d’être liées à des morceaux de musique.
On a donc droit, en plus de portraits de l’auteur au cours de sa jeunesse puis de son adolescence, à une bande son assez éclectique.

J’ai moins bien aimé cet album que le précédent. Peut-être que les détails biographiques sont ici moins « détournés », moins « intéressants ». C’est sympa, mais sans plus, et donc pas forcément indispensable à l'achat.

Nom série  Fables de Bosnie  posté le 22/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le déchirement de la Yougoslavie, et les guerres civiles qui l'ont accompagné, avec leur cortège d'horreurs ont donné lieu à une littérature abondante, et plusieurs auteurs de bande dessinée s'en sont inspiré, souvent à propos des événements se déroulant en Bosnie.

La dizaine d'histoires qui constituent cet album approchent le conflit "par la bande", en en montrant le côté absurde. il n'y a pas le réalisme de Sarajevo-Tango d'Hermann ou de Fax de Sarajevo de Kubert, ni les délires poétiques qui jalonnent Le Sommeil du Monstre de Bilal. Non, ici, ces historiettes, sortes de petits contes, ou fables, avec des animaux constituant parfois un décor fantastique, dénoncent un mal être plus que des faits. L'absurdité de cette guerre, et son horreur aussi, avec le silence du gamin dans l'avant dernière histoire, quand il est au milieu de la rue, que le temps est suspendu au délire d'un éventuel sniper...

Le dessin quant à lui est bon, avec un Noir et Blanc bien maîtrisé. A lire, mais plutôt en l'empruntant, parce que les histoires ne m'ont pas accroché plus que ça...

Nom série  Charles Charles, profession Président  posté le 22/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une série de strips ou histoires courtes (de deux pages chacune généralement), qui constituent une grosse vingtaine de petites histoires tournant autour de la personnalité d’un président de la République, qui ne brille pas forcément par son intelligence et sa culture.

Comme souvent dans ce genre d’album, c’est assez inégal. Mais, sur un sujet finalement assez rebattu – surtout depuis le quinquennat de Nicolas Sarkozy, cet album s’en tire pas mal je trouve.

J’ai souri pas mal de fois (en fait la plupart du temps), et rigolé trois ou quatre fois, c’est donc un bon « pas mal ». Sans plus, certes, mais c’est quand même une lecture assez réjouissante.

Cela reste toutefois assez soft. On aurait pu y mettre plus de méchanceté, pour rendre l’humour plus percutant, en (mal)traitant l’actualité de manière plus corrosive.

Cela reste ici parfois trop gentil et manque de surprise dans les gags, qui jouent surtout sur les dialogues et les « blancs » des personnages après une parole déplacée ou débile (souvent du président Charles il est vrai).

Visuellement, c'est du classique pour le duo James (dessin) et Larcenet (couleurs).

Bref, une lecture sympathique quand même, et un achat recommandé (je l'ai déjà relu par petites touches deux fois depuis l'achat).

Nom série  La Voiture symétrique  posté le 22/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Voilà ma première réelle déception après la lecture d’une œuvre de Marc-Antoine Mathieu !

Et même s’il a souvent placé la barre très haut et que le « moins bien » peut ainsi souffrir de la comparaison, il faut reconnaître que je n’ai pas trouvé grand-chose d’intéressant dans cette « voiture symétrique ». Pas d’onirisme, et peu de surprise dans ce petit opuscule – il s’en est beaucoup mieux tiré avec ses autres Pattes de mouche.

Même si le prix est modique, je ne vous conseille pas vraiment l’achat. Mais si c’est votre première – mauvaise – expérience de cet auteur, n’hésitez pas à aller découvrir ce qu’il a fait de bien meilleur ailleurs !

Nom série  Balade au bout du monde  posté le 20/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai lu il y a déjà pas mal de temps les deux premiers cycles, et feuilleté le troisième partiellement. Mais j’avoue n’avoir relu que le premier, le seul qui m’a franchement accroché. Il faut dire que l’effet de surprise ne jouait plus pour les suites.

C’est donc la relecture de ce premier cycle qui me pousse à aviser cette série assez originale, et mon avis porte essentiellement sur celui-ci (note réelle 3,5/5), et c’est donc le seul dont je vous conseille lecture et achat.

L’idée de départ de Makyo paraît abracadabrante, mais elle fonctionne parfaitement, et on est happé par cette aventure improbable oscillant entre rêve et cauchemar.
Le huis clos du début, dans la prison, est vraiment prenant, avec les clans de prisonniers sombrant plus ou moins dans la folie, et on ne sait où va nous mener cette aventure. Même si finalement l’intrigue devient un peu plus conventionnelle ensuite, avec rivalités entre châtelains, les deux plans sur lesquels se déroule l’intrigue s’emboîtent plutôt bien.

Le dessin de Vicomte est aussi un plus pour ces albums. Classique, mais très bon, il rend aussi bien l’immensité absconse du cachot que les visages – en particulier féminins…

Par contre, il faut reconnaître que les intrigues développées dans les autres cycles, avec changement de dessinateur, me semblent moins indispensables, contrairement à ce premier cycle (qui vaudrait bien 4 étoiles), vraiment à découvrir si ce n’est déjà fait.

Nom série  MangeCoeur  posté le 20/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C’est un joli conte et une belle réussite que cette série.

Ce triptyque se lit très rapidement (beaucoup de cases sont sans parole), mais agréablement. L’histoire est assez sympa, avec un univers qui s’inspire de pas mal d’influences. Le tout est « bien fait ».

J’ai surtout apprécié le dessin d’Andreae, vraiment chouette : une belle découverte pour moi.

C’est une lecture que je vous recommande, avec ce petit plus qu’elle peut être faite à tout âge : voilà une bande dessinée « familiale » au sens où l’on peut la partager avec ses enfants, pour construire ensemble une partie de notre imagination.

Nom série  Silence  posté le 19/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Malgré les indications permettant de situer l’intrigue dans l’après Seconde guerre mondiale, c’est une histoire quasi intemporelle que nous présente ici Comès. Cela aurait pu se passer au Moyen-âge, et d’ailleurs cette absence d’ancrage clair dans le temps est constitutive du charme exercé par cette histoire.

Et Comès a un indéniable talent de conteur. On entre dans les secrets, les tabous qui lient cette petite communauté villageoise très facilement. Et on suit l’ouverture au monde et à lui-même de Silence, dans une ambiance saturée de haine, de non dit et de bêtise.

En plus d’être un bon conteur, Comès a aussi des talents de dessinateur, et son trait, en Noir et Blanc, joue aussi un rôle non négligeable pour faire de cet album une grande réussite.

Cela faisait quelque temps que je voulais lire Silence, que je n’ai déniché que récemment. Et cela a été un grand plaisir. Les nombreux prix reçus par cet album sont bien mérités.

Nom série  Impasse et Rouge  posté le 19/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà un album qui parle d’une des grandes horreurs du XXème siècle – qui n’en a pas été avare !, et qui aborde l’histoire d’une région martyrisée par l’Histoire (les idéologies de la guerre froide, les Français et les Américains y prenant leur part).

L’auteur a « vécu » ces événements, et cela se sent, se voit.
Le dessin est très beau je trouve, avec toutes les nuances de Noir et Gris pour contrebalancer le peu de Blanc qui s’y trouve. Un dessin beau, mais pas forcément toujours très lisible, ceci étant accentué parfois par un découpage à mon avis imparfait. Mais visuellement, c’est quand même réussi.

L’histoire ne raconte que certains événements de 1975, les quelques jours qui ont précédé l’arrivée des Khmers rouges au pouvoir. La tension monte, l’air est comme privé d’oxygène, on ressent la catastrophe, qui elle n’est évoquée qu’à la fin, de manière lapidaire. L’auteur a semble-t-il traité la suite – le génocide, dans d’autres albums.
Si cela se lit vite, l’histoire n’est pas marquante, et si la lecture est agréable, elle n’appelle pas forcément de relecture. Mais le dessin, et le sujet méritent quand même un détour.

Le dossier qui clôt ce petit album (j’ai lu la version parue chez Rackham) est intéressant – et aurait peut-être pu être placé en tête de l’album.

Nom série  73304-23-4153-6-96-8  posté le 18/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
On ne peut échapper à son destin. Les Grecs ont écrit de belles tragédies et de grands mythes à partir de cette constatation. Thomas Ott en a fait un album amusant (enfin pas forcément...), déroulant sans fin sous nos yeux et ceux du personnage principal la liste de chiffres qui forment le titre de l’album.

C’est envoûtant, parfois amusant, souvent glaçant, mais on suit la dérive du héros, et nous découvrons avec lui la fatalité, cette main tendue et aussitôt saisie qui le conduit – et nous avec – vers une fin que nous pressentons avant même que le héros n’en prenne conscience.

C’est une sorte d’exercice de style, muet – et donc lu rapidement, dans un Noir et Blanc habituel pour Thomas Ott. On y retrouve aussi son style de « grattage », et certains de ses thèmes de prédilection (il n’est par exemple pas un grand défenseur de la peine de mort…).

Je vous recommande cette lecture, ainsi que la découverte plus en profondeur de l’œuvre d’Ott, vraiment originale et intéressante.

Nom série  Tu mourras moins bête  posté le 16/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai découvert l’auteure avec le premier tome, que j’ai bien aimé. Mais je n’ai pas acheté le second, juste feuilleté en librairie et qui ne m’avait pas accroché.

Pour revenir sur ce premier tome, qui justifie les étoiles et l’achat, on a là une vision assez originale de la manière de « faire de la science ».
Si les dessins sont minimalistes et pas forcément extraordinaires, ils sont au final plutôt raccords avec le texte. Sous couvert de nous expliquer tel ou tel phénomène, ou de nous dévoiler les dessous des tournages hollywoodiens, Marion Montaigne réussit, simplement, à nous faire rire – ou tout le moins sourire, de notre crédulité avant tout.

C’est un exercice assez réussi, même si cela peine à se renouveler. D’où peut-être ma déception lorsque j’ai feuilleté le deuxième tome. Le premier est à lire ! Pour la suite, achat peut-être dispensable, l’originalité s’étant estompée.

Nom série  S et fils  posté le 15/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
On a là un sympathique petit album à l'italienne de strips de trois cases, raillant les cinq ans du règne de Sarkozy 1er, et surtout la volonté de son dauphin de renforcer la dynastie à son profit.

C’est une critique amusante du bling bling sarkozien, mais surtout du népotisme assumé ouvertement par notre ex-président – mais aussi il faut le dire par une part non négligeable de ce l’on appelle « l’establishment ». Qui ne sont en fait que des apparatchiks du libéralisme.

S’ils ne déclenchent pas forcément de grosses rigolades, ces strips m’ont quand même plus que fait sourire. C’est vite lu, mais avec plaisir.
Une part de leur pouvoir comique risque toutefois de disparaître, une fois l’actualité politico-financière dont se sont inspirés ces strips s’étant éloignée de ces petites méchancetés où l’on reconnaît bien l’humour de Delépine – celui dont il a déjà fait preuve sur Canal +, entre autre.

Nom série  :[WaZ0];  posté le 14/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C’est l’histoire (ou ce sont les histoires) de la pauvre destinée d’un pauvre oiseau, à qui la vie met quelques baffes, et qui du coup en distribue lui aussi quelques unes en retour…

C’est de l’humour noir, parfois con, parfois trash, mais finalement pas trop. En tout cas, on ne cherche pas ici de morale.

Le dessin et les décors sont simples, et ces petites histoires qui s’enchaînent se laissent lire facilement, même si la joie de vivre n’est pas forcément bien mise en avant.

C’est original. Et à lire.

Nom série  Les Guerilleros  posté le 13/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une bande dessinée western découverte récemment, et qui ne semble pas si courante, vu le peu d’avis la concernant.

Je n’ai pas trop aimé la couverture – par ailleurs en décalage avec le beau Noir et Blanc de l’intérieur. Et n’ai pas trop compris non plus le titre, car il n’est pas vraiment question de guérilleros dans cet épais album.

C’est un album de près de 100 pages, qui reprend, sans marquer de coupure d’ailleurs, deux histoires plus ou moins distinctes, visiblement parues dans le magazine Spirou pour pallier au départ de Jigé et de son Jerry Spring pour Pilote.

Je n’ai pas été emballé plus que ça par les scénarii, pas vraiment mauvais mais très classiques, me laissant une impression de déjà vu après lecture. Le personnage de Wanda Marlowe m’a aussi rappelé celui de Comanche…
Les dialogues ne sont pas extraordinaires non plus, parfois redondants par rapport au dessin, parfois mièvres.

Deux histoires qui se laissent lire quand même ! Ce qui justifie mes trois étoiles. Ce qui les justifie surtout en fait, c’est le dessin de Blasco, que j’ai trouvé très bon. En Noir et Blanc, détails ou décors sont très beaux.
C’est le premier album de ce dessinateur espagnol que je lis, et il faut avouer qu’il a un sacré coup de crayon ! Dans la lignée de Jigé et Giraud, j’aurais bien aimé voir ce qu’il aurait pu faire, accompagné d’un bon scénariste…

A découvrir donc. Malgré ses défauts, je ne vous découragerai pas pour l’achat, d’autant plus qu’on le trouve facilement soldé en ce moment – sur Paris en tout cas.
Note réelle 2,5/5.

Nom série  Beetle Bailey  posté le 09/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Un gros Bof pour cette série de strips de deux ou trois cases, que j'ai trouvée décevante.

J’avoue avoir été quasi hermétique à l’humour de Mort Walker. Je n’ai fait que sourire – et encore très rarement.

Pour ce qui se présentait comme une farce plus ou moins anti militariste, et bien je n’ai ici rien trouvé de drôle, et on est très loin d’une charge pacifiste ! J’espérais y trouver quelque chose de proche de « Mash », et bien tintin !
Je ne sais pas si elle a eu du succès outre Atlantique, mais j'ai trouvé l'ensemble beaucoup trop gentil, convenu.

Bref, voilà une série très dispensable, à la lecture comme à l’achat !

Nom série  De Cape et de Crocs  posté le 07/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Amusant comme on oublie vite le mélange entre personnages animaliers et humains ! Comme on oublie vite toutes les invraisemblances de l’intrigue d’ailleurs.

C’est qu’Ayroles a su bâtir un scénario d’aventure à la fois classique et « hollywoodien », mélangeant des thèmes de cape et d’épée, de piraterie, où l’on se retrouve parfois proche de Verne, Stevenson, Rider Haggard, mais aussi de De Brocca, de Tavernier ou de « Pirate des Caraïbes »…
On est donc emporté par cette histoire improbable qui se déroule à un rythme effréné, au risque parfois de perdre le lecteur en route, déboussolé, ayant depuis longtemps perdu ses repaires.

Mais ce qui permet justement au lecteur de ne pas complètement perdre le fil de l’histoire, ce qui lui permet de s’y retrouver, ce sont les dialogues.
En effet, ces dialogues sont la grande réussite de cette série. Ils donnent un ton, une ligne directrice qu’on suit comme envouté.
Ils donnent plus qu’une touche d’humour à cette grande aventure, qui n’est finalement que « pour de rire », ils relèvent le plat comme un grand vin, qui reste en bouche.

Alors là Ayroles s’en est donné à cœur joie, donnant à cette série l’image d’une pièce de théâtre mise en image. D’ailleurs de nombreux jalons le rappellent en sus des dialogues, telle pièce de bohémiens au début de l’intrigue, l’improbable théâtre au cœur de l’île (me faisant penser à cette scène lyrique imaginée fin XIXème au cœur de l’Amazonie), pièce au cœur du coup d’Etat sur la lune : jeu des acteurs/personnages principaux, dialogues, tout concourt à faire de cette « série de théâtre » un succès.

Les clins d’œil au théâtre classique, du Grand siècle, sont nombreux, inspirés de Molière entre autres. On y trouve aussi des citations de poètes, comme Baudelaire, et même de L’île aux enfants ! Ayroles s’est visiblement bien amusé !

Je regrette malgré tout la baisse de rythme des derniers albums, dont l’intrigue, inutilement étirée, est un peu décevante. La guerre sur la lune aurait mérité un traitement plus resserré. Idem pour ce qui tourne autour du maître d’armes.

Nom série  Julia & Roem  posté le 04/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C’est le même univers post apocalyptique que dans l’album Animal'z, même si sans aucun rapport, puisque les personnages sont totalement différents. On y retrouve aussi le même univers visuel.
Quelques clins d’œil aussi aux albums précédents (comme les rapaces de Nikopol).

L’histoire proprement dite est une sorte d’adaptation du Roméo et Juliette de Shakespeare. Bon, ça se laisse lire facilement, mais c’est je pense l’album le moins original de Bilal depuis bien longtemps, et pas mon préféré.

Au final, malgré un dessin bon et une histoire qui se tient, si vous n’êtes pas un fan de Bilal comme moi, je vous conseille d’aller découvrir son œuvre dans d’autres albums (mais allez-y !!!).

Nom série  Animal'z  posté le 04/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’ai eu un peu de mal à entrer dans cette production d’Enki Bilal, dont le scénario ma paraissait au premier abord moins prenant que Nikopol ou Le Sommeil du Monstre. De plus il a fallu que je me fasse à cette quasi monochromie, toute en nuance de gris bleuté, où je ne retrouvais pas ce bleu éclairé de rouges et de gris des albums précédents avec une palette graphique plus large.

Mais finalement j’ai trouvé cet album très intéressant, très poétique. Les survivants, dans un monde post apocalyptique, ressemblent aux créatures précédentes de Bilal, adepte de l’hybridation (voir sa dernière exposition « Mecanhumanimal »). On est ici souvent proche d’un surréalisme onirique (et pas seulement au niveau des images. C’est aussi le cas de ce mystérieux duel dont la cause ne nous sera pas dévoilée). Etonnant d’ailleurs qu’aucun auteur surréaliste ne soit cité par les protagonistes, alors qu’il y a ici profusion de citations littéraires (qui me touchent toutes d’ailleurs).

Visuellement, si cela diffère des œuvres précédentes, c’est encore une fois énorme, une bonne claque (à force de lire Bilal, j’en ai les joues rouges !).

Nom série  Le Sommeil du Monstre  posté le 04/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le premier tome est monstrueux (sic) ! C'est-à-dire absolument génial je trouve (c’est essentiellement lui qui justifie mon coup de cœur). C’est d’ailleurs probablement mon album préféré de Bilal.

Une claque visuelle d’abord. Le chef d’œuvre de Bilal sur ce point. Certaines planches, où quelques taches de rouge illuminent un bleu intense, m’ont fait penser à certains tableaux de Miro (en particulier la très belle trilogie « Bleu »).
Et, même si le scénario est parfois alambiqué, il est globalement au diapason du dessin : dans l’utilisation du compte à rebours remontant le temps jusqu’à la naissance des personnages principaux en parallèle de leurs aventures, mais aussi dans le découpage/ télescopage des trajectoires de ces trois héros.
Bilal part ici du traumatisme qu’a été pour lui – et pour d’autres – la désintégration de la Yougoslavie et la guerre civile qui l’a accompagnée, où les fanatismes qui se sont exprimés trouvent leur allégorie dans cet album. C’est aussi un très beau travail sur la mémoire. Un chef d’œuvre absolu, cultissime !!! Il aurait pu n’être qu’un one shot à 6 étoiles…

C’est donc le souffle coupé qu’on ouvre la suite. Et je me fais là un peu la même réflexion que pour la trilogie Nikopol, c'est-à-dire que Bilal a du mal à garder le rythme sur des projets trop longs. Mais ne chipotons pas trop, ce deuxième tome (de ce qui n’était encore qu’une trilogie !) est encore très bon (facilement 4 étoiles).

Mais entretemps, complications diverses, changement d’éditeur et de scénario visiblement, car la trilogie est devenue une tétralogie. Et je pense que le scénario aurait vraiment gagné à être resserré, et que ces deux derniers tomes, sans être totalement inutiles, ne sont plus à la hauteur du tome inaugural.
Pas forcément au niveau graphique (quoi que), mais surtout au niveau du scénario, clairement moins inspiré pour le troisième tome. Plus laborieux, moins créatif, moins de souffle, on est moins porté par l’histoire, c’est clair. Contrairement à l’histoire qu’on a aussi plus de mal à suivre.

Le quatrième et dernier tome donne quelques clés, et en tout cas possède un scénario plus facilement lisible que le précédent. On en a fini avec la plongée dans la mémoire et le cauchemar de Bilal, qui a semblé exorciser avec ce « Sommeil du monstre » l’éclatement sanglant de l’ex-Yougoslavie (voir les mouches, omniprésentes dans cette série comme sur les charniers de l’histoire).

Du coup difficile de noter l’ensemble, clairement inégal. J’ai opté pour un quatre étoiles tout de même, pour ce premier tome surtout, qu’il faut absolument regarder, lire, pour se rendre compte de ce qu’est un chef d’œuvre du neuvième art. Et qui permet de découvrir Bilal à l’apogée de son travail.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 82 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque