Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 2252 avis et 520 séries (Note moyenne: 2.96)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Le Tour de France  posté le 26/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai lu une honnête série humoristique dédiée aux cyclistes en général et au tour de France en particulier. Le fait qu’elle soit cautionnée par Laurent Jalabert, s’il est avant tout un argument commercial, me semble tout de même avoir été un plus pour la base des gags. Entendez par là que, surtout dans le premier tome, ces gags m’ont semblé reposer sur une anecdote authentique ou sur une pratique courante du cyclisme.

Je regrette le côté trop caricatural des personnages centraux. La série tombe alors régulièrement dans la facilité et, s’il est évident qu’un Belge se sent bien sous la pluie, un Italien au soleil et un Espagnol dans les Pyrénées, je ne crois pas que ce soit utile de le répéter à longueur de gags. Ces facilités dans l’élaboration des personnages nuisent à l’ensemble tant les gags ne fonctionnent que par la situation présentée (ils ne peuvent s’appuyer sur le charisme des intervenants).

Le dessin de Renaud est tout à fait acceptable dans un style humoristique très classique. Il est clair, dynamique et expressif.

L’aspect opportuniste de la série est certes assez détestable mais, à la lire hors calendrier cycliste, et donc durant une période où je ne suis pas matraqué régulièrement par les anecdotes qui servent de base à ces gags, je dois bien avouer en avoir retiré ce que j’en attendais.

Petite remarque : les auteurs parviennent à sortir deux tomes dédiés au cyclisme et au tour de France sans mentionner une seule fois le dopage, c’est vous dire si nous sommes dans le politiquement correct et la propagande pro-Tour !

Bon, je cherchais une série humoristique vide-cerveau sur un sujet que j’apprécie. J’ai trouvé ce que j’espérais, ni plus ni moins. Pas mal donc, mais à emprunter plutôt qu’à acheter.

Nom série  Trois artistes à Paris  posté le 26/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J’éprouve souvent des difficultés avec les œuvres traduites, me demandant souvent si ce que je lis est exactement ce que l’auteur a voulu dire. Dans cet album, plus d’une fois, cette impression s’est imposée à moi. Certains dialogues me sont apparus hors sujet, créant chez moi un certain désintérêt, que le récit, en lui-même, n’est pas parvenu à effacer.

Je ne retiendrai de ce récit que trois portraits d’artiste originaux, qui explorent avec un certain talent le mystère qui se cache derrière le génie de la création. Et si les artistes présentés ne sont pas, eux-mêmes, très intéressants (tant ils font montre de suffisance, de mépris et d’égocentrisme), les raisons qui les ont poussés à développer leur art me sont apparues dignes d’intérêt.

Le personnage principal, une journaliste qui réalise un article sur ces artistes, m'a semblé sans aucun charisme. Elle m’irrite par plus d’un côté tant, elle aussi, ramène tout à elle. Tous les personnages (même les secondaires et les anecdotiques) m’ont énervé par leur nombrilisme, ce qui a donné un goût d’absurde à un final qui se veut plus ouvert vers l’autre.

Le dessin de Zarate m’a peu convaincu, lui aussi. Il n’est pas mauvais mais je l’ai trouvé très vide et « fluctuant ». Les personnages se reconnaissent avant tout grâce à leurs coiffures (surtout le pianiste et l’écrivain) et, à l’occasion, il m’a vraiment fallut regarder à deux fois pour comprendre ce qui était dessiné.

Franchement dispensable !

Nom série  Deep Maurice et Gologan  posté le 24/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je trouve les couvertures de la série hideuses, trop simplistes, vides, et je ne me suis risqué à l’emprunt qu’après avoir parcouru quelques pages.

Je ne le regrette pas car dans la catégorie « policier-humoristique » elle se situe à un niveau très honnête. Les deux enquêtes (je n’ai pas lu le troisième tome, car ma bibliothèque ne le possède pas) que j’ai lues m’ont apporté leur lot d’humour léger et d’originalité dans l’intrigue.

On est clairement dans une série destinée à de jeunes adolescents et la naïveté de certaines séquences risque de mal passer chez des lecteurs plus âgés (notamment le fait que Deep Maurice ne semble pas doté d’une base de données très fournie, ce qui est contraire au principe même de la série). Mais cette naïveté, cette légèreté de ton ne m’ont pas spécialement dérangé. Il est vrai que je m’attendais à pire.

Le dessin de Cenci s’est révélé agréable mais sans réelle personnalité. Je lui reproche plus spécialement son manque de profondeur. Les arrière-plans se résument souvent à un fond uni, ce que je regrette. A contrario, le trait de l’artiste est dynamique et expressif. Ses personnages sont réussis et ont des bouilles bien sympathiques. Je lui trouve un petit côté « Léturgie » (Spoon & White), ce qui n’est pas pour me déplaire.

Une bonne série à emprunter, en somme, et peut-être même à acheter si vous êtes jeunes et amateurs de séries policières humoristiques.

Nom série  No limits  posté le 24/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Outre l’univers du far-west, Derib aime s’attarder sur celui des jeunes d’aujourd’hui. Et No Limits fait partie de cette seconde catégorie. J’ai donc suivi la crise d’ado d’un jeune « qui a la haine » (dixit l’auteur).

Le récit est bien écrit. Les séquences s’enchainent avec naturel, bien aidées en cela par le dessin aéré, dynamique et expressif de l’artiste. Le jeune héros est touchant tant ses émotions et réactions me rappellent celles d’un proche, lui aussi ado en manque de repères.

Maintenant, ce scénario est tout de même un assemblage de clichés très démonstratifs qui, s’ils permettent d’illustrer la majeure partie des problèmes rencontrés par un ado d’aujourd’hui, se révèlent indigestes lorsqu’ils sont concentrés sur un si petit espace.

La fin du récit est un autre point négatif à mes yeux. On tombe dans un happy end tout en guimauve (vraiment très) peu crédible. D’une part, je peux comprendre l’envie de Derib de clôturer son récit sur une note positive mais, d’autre part, j’ai peur que les adolescents (auxquels cet album est destiné) trouvent ce final trop nunuche, trop simpliste et décrochent, ne voyant plus dans l’ensemble du récit qu’une fiction sans intérêt.

Ceci dit, j’ai tout de même eu du plaisir à lire cet album, car Derib demeure un talentueux conteur. Et si je le trouve plus passionnant lorsqu’il illustre le far-west, je dois tout de même admettre que, malgré son côté sucré et moralisateur, cet album n’est pas mal. Mais sans plus …

Nom série  Eclipse (Vents d'ouest)  posté le 24/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Agréable découverte que cette Eclipse. Un dessin soigné qui ne se contente pas du service minimum illustre un scénario plaisant et riche. Je pourrais certes reprocher à l’ensemble un manque de personnalité, d’originalité mais cette série propose tout de même un solide scénario que rehaussent de petites trouvailles éparses. Elle a parfaitement répondu à mes attentes et se classera désormais aux côtés des « Aquablue » et autres « Aldébaran » de ma bibliothèque.

Mention spéciale pour la mise en page, très variée. Outre un flash-back récurent, la structure propose également un passage « en parallèle » où la page de gauche est consacrée à un groupe et la page de droite à un autre. L’ensemble reste aisé à suivre, malgré ces originalités, ce qui, à mes yeux, constitue une belle réussite.

Autre atout : la fin de chaque tome. Elle est tellement alléchante que je n’ai pu faire autrement que de m’enfiler les trois tomes d’une traite. Et s’il y en avait eu un quatrième, j’aurais sans hésiter continué ma lecture. Malheureusement, ce troisième tome semble être le dernier bien que sa fin ouverte laisse la place à une suite intéressante.

Une très bonne surprise, en somme. Franchement pas mal bien !

Nom série  Louis le Portugais  posté le 24/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le style de Stassen continue à ne pas me convaincre. Pourtant, il s’agit ici d’une œuvre déjà ancienne et l’artiste évolue entre deux eaux. Sa période « ligne claire » est déjà loin mais on n’est pas encore face à ce style à l’influence africaine affirmée qu’il emploiera sur « Les Enfants » par exemple.

J’étais fan du premier, nettement moins du second, et me retrouve donc un peu dans la même situation que lors de ma lecture de « Le Bar du vieux français ». Je ne peux pas dire que j’aime ce trait « à plat », ces personnages à l’étrange morphologie (grosses têtes et membres courts) mais je parviens tout de même à l’accepter pour m’intéresser à l’histoire.

Cette histoire, une classique histoire de quartier populaire, avec immigrés, petits voyous, magouilleurs, bistrot/quartier général, drogue et prostituées, m’est apparue bien tournée. Le rythme est un peu lent mais les personnages sont intéressants et parviennent parfois à me toucher (hormis deux enfants auxquels j’ai seulement envie de foutre quelques bonnes claques). Je l’ai donc lue jusqu’au bout, et j’ai bien aimé une fin qui évite la guimauve sans gagner le grand prix de l’originalité.

Ce n’est toutefois pas un album que je relirai de sitôt. Pas mal fait dans son genre, mais sans plus …

Nom série  Terroriste  posté le 24/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une série de politique fiction plutôt bien faite, qui traite du terrorisme, de l’alter-mondialisme et des luttes de pouvoirs. Entre extrémistes de droite, qui contrôlent le pouvoir en stoemeling et extrémistes de gauche, adeptes du terrorisme explosif, la série, malheureusement, m’apparaît assez réductrice dans sa vision des choses.

Heureusement, le rôle de l’église est plus ambigu, ce que j’ai bien apprécié.

Le personnage principal manque de charisme, mais la galerie de seconds rôles qui l’entourent comble partiellement cette lacune.

Le dessin est d’une honnête qualité réaliste. Je ne peux pas dire que j’en raffole (il manque de netteté selon mes goûts personnels) mais il convient bien pour ce genre de série.

Personnellement, je ne l’achèterais pas, car, dans la catégorie, je connais d’autres séries plus captivantes. Mais les amateurs du genre pourraient bien y trouver leur compte.

Nom série  Les Brigades du Tigre  posté le 23/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un bon album, qui a totalement répondu à mes attentes … exception faite de la savate. De quelle savate je parle ? Mais de celle que les brigades du Tigre avaient coutume d’employer dans leurs combats. J’eusse effectivement apprécié un clin d’œil plus appuyé à cet aspect désuet (mais charmant) du concept.

Hormis ce (minuscule) point négatif, je n’ai aucun véritable reproche à formuler envers cet album. Le dessin de Delitte, s’il n’est pas aussi abouti qu’aujourd’hui, n’en est pas moins d’une très belle qualité. Précis, dynamique au besoin, riche dans ses décors, expressif sur ses personnages, il figure incontestablement parmi mes préférés dans ce genre réaliste classique.

Le scénario respecte l’image que je garde des brigades, avec un « milieu » où se croisent anarchistes, proxénètes et cambrioleurs soigneux. Le code d’honneur existe encore et même la pire des crapules se doit de la respecter. On assiste également aux débuts de la police scientifique, tout comme à un élégant défilé de belles moustaches (l’un n’ayant pas de rapport avec l’autre).

D’autre part, ce scénario offre la particularité d’entremêler deux histoires, dont la seconde, non résolue, introduit le film réalisé à l’époque de la parution de la bande dessinée. Ce procédé, aguicheur car il donne envie de voir le film, n’est pas frustrant pour autant, car l’intrigue centrale, elle, trouve sa conclusion dans le récit. C’est donc, selon moi, très bien fait.

Reste que l’intrigue centrale est un peu trop classique à mon goût. La surprise ne fut pas au rendez-vous. Dommage, car si cela avait été le cas, j’aurais sans hésitation accordé un « franchement bien » à l’ensemble.

Nom série  Kabbale  posté le 23/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’aime bien l’ambiance qui règne dans cette série. Ce mélange de fantastique et de roman psychologique est de nature à m’accrocher. De plus, le dessin de l’auteur est très agréable à l’œil et sa colorisation, elle aussi, est très réussie à mes yeux.

Par contre, qu’est ce que ça se traine ! Après trois tomes, on commence enfin à émerger de l’introduction. C’est également le moment choisi par Grégory Charlet pour laisser la série à l’abandon.

J’ignore sur quoi la série aurait pu déboucher, même si on semblait se rapprocher d’un classique combat entre le bien et le mal. Je ne le saurai sans doute jamais et je le regrette. Si la série devait connaître une nouvelle vie, je continuerai à la suivre mais, dans l’état actuel des choses, je ne peux que vous en déconseiller l’achat. La lecture via un emprunt, par contre, se justifie à mes yeux tant pour le dessin de Charlet que pour le climat étrange dans lequel évolue cette série.

Nom série  Ratapoil  posté le 23/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Recueils de gags plutôt enfantins, mais gentils et non dénués de poésie (d’un niveau inférieur au docteur Poche), les trois tomes qui composent cette série n’ont pas réussi à me convaincre mais je pense très honnêtement les avoir découvert trop tard.

Les gags me sont apparus très convenus et fort naïfs. Les personnages sont, par contre, assez sympathiques, mais n’échappent pas aux clichés du genre. Ratapoil, le héros de ces aventures en est un bel exemple : il est dévoué, soupe-au-lait, inventif, tolérant et honnête, que du déjà-vu, en somme.

Le dessin de Wasterlain est nerveux et très expressif. Il convient assez bien à ce genre de série. L’artiste soigne ses planches et ne se contente pas du strict minimum. J’ai senti toute l’affection que l’auteur a pour sa création.

En résumé : même si je n’ai pas été sensible à cette série, je l’ai trouvée sincère et soignée. Wasterlain est un artiste de talent et son travail mérite le coup d’œil. La série est cependant à réserver à un très jeune public.

Bof, pour moi, mais sans doute pas mal aux yeux de nombreux jeunes lecteurs.

Nom série  Tanatos  posté le 23/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une très bonne série à mes yeux, à condition d’en accepter le postulat de départ. En effet, le duo Convard-Delitte crée ici un personnage « à la Fantomas », méchant machiavélique et manipulateur hors normes. Avec ce genre de concept, il est inévitable que certaines incohérences se glissent dans les scénarios, mais je les ai acceptées avec d’autant plus de facilité que cette série n’est pas dépourvue d’humour, et que ce côté désuet est parfaitement assumé.

Par contre deux, choses m’ont chagriné. La première provient des « unes » de journaux. Il est fréquent que les auteurs glissent dans celles-ci quelques private jokes. Mais, dans le cas présent, j’ai non seulement trouvé que le duo y avait trop souvent recours mais que, de plus, les propos tenus n’étaient pas toujours des plus adaptés. Ces petits articles finissent par me distraire de ma lecture et par me faire décrocher au lieu de me divertir un court instant. J’ai d’ailleurs fini par les ignorer.

La deuxième chose qui m’a chagriné, c’est la façon dont Didier Convard parvient à s’auto-saborder. Je trouve ses scénarios bien construits et originaux mais le scénariste ne peut s’empêcher de dévoiler a priori les futurs rebondissements (via les propos tenus par des personnages qui, trop souvent, nous font part de leurs intentions), enlevant ainsi une grande part de l’effet de surprise auxdits rebondissements.

Heureusement, je ne lis pas cette série spécialement pour son suspense, mais bien plus pour son univers, où certains éléments d’anticipation viennent se greffer sur un décor historique rigoureux, et pour la qualité du dessin de Delitte.

Divertissante et belle, mais au suspense tout relatif, cette série m’est apparue d’une qualité suffisante pour que j’en conseille l’achat. Franchement pas mal bien, malgré ses imperfections.

Nom série  Crèvecoeur  posté le 23/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La grande qualité de cette série réside dans sa narration soignée et dans l’humour léger qui plane sur un récit avant tout fantastique et angoissant. Le grand point faible est, à mes yeux, un final peu compréhensible. J’ai en effet le sentiment de ne pas avoir tout saisi, et cela m’énerve quelque peu.

Au niveau du dessin, et contrairement à ce que les couvertures me laissaient craindre, j’ai bien aimé le trait de Nicolas Duchêne. L’artiste parvient à donner à la série un aspect original tout en conservant une grande lisibilité, ce qui n’est pas toujours évident dans ce genre d’univers très sombre. Sa colorisation, aux teintes brunes dominantes, m’est apparue adaptée au sujet. J’ai même trouvé qu’elle donnait à l’ensemble un aspect daté très a propos.

L’histoire est bien menée et offre quelques personnages très intéressants. L’ensemble aurait donc été franchement bien s’il avait pu faire montre d’un peu plus d’originalité mais aussi, et surtout, de clarté dans son final.

Pas mal, franchement pas mal … mais pas parfait non plus.

Nom série  Ava Dream  posté le 22/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bon, moi, les rousses aux yeux verts, elles me font craquer. Donc, cette série partait avec un a priori positif (même si certains pourront ergoter, non sans raison, qu’Ava n’a pas des cheveux roux, mais bien teints au henné). De plus, le duo Arnoux-Queireix m’avait déjà offert une série de qualité avec le distrayant « Celadon run ».

Je m’attendais donc à une série musclée menée tambour battant par une héroïne sexy. J’étais prêt à pardonner certaines improbabilités et certaines séquences artificiellement amenée afin d’illustrer notre héroïne en petite tenue.

J’ai eu droit aux défauts que je craignais, et la première partie est même très proche du racolage bon marché, avec une Ava Dream engagée dans une quasi-permanente séance de strip-tease. Tous les prétextes sont bons pour nous montrer la fille en petite tenue, ou sans tenue du tout. Et lorsque les auteurs ne trouvent pas de prétexte, ils s’en passent et nous présentent tout de même une Ava Dream dénudée ou, au pire, en mini-jupe. Le second gros reproche vient de la faible crédibilité que j'accorde au personnage d'Ava Dream, une obscure employée dont le patron subodore un potentiel d'aventurière pas évident selon moi. Enfin, les invraisemblances, je m'y attendais, mais il y en a quand même beaucoup.

Je n’ai pas eu droit aux qualités que j’espérais. L’histoire est trop classique, sans réelle originalité. Le scénario est banal, les rebondissements prévisibles et le rythme élevé ne suffit pas à masquer les incohérences et invraisemblances du récit.

Heureusement, cela demeure divertissant et bien dessiné, mais c’est toutefois insuffisant pour me convaincre. Après lecture de ce dyptique, je laisse là cette série et n’en conseille pas l’achat.

Entre le « bof » et le « pas mal ». Certains aspect racoleurs font pencher ma balance personnelle vers la première option.

Nom série  Sémaphore  posté le 22/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Cet album est une grande déception à mes yeux pour deux raisons majeures : son dessin et son scénario (oui, je sais, ce sont deux très bonnes raisons).

Tout d’abord, son dessin. Celui-ci n’est techniquement pas mauvais (hormis dans ses perspectives) mais je l’ai trouvé fort froid, peu engageant. Ensuite, ce même dessin n’est absolument pas adapté au format de l’album. Les planches de grande dimension sont dépourvues de détails, ce qui donne une impression de vide et d’ennui. Ce sentiment est encore accentué par la vitesse à laquelle se lit cet album. En privilégiant les gros plans de personnages au détriment des décors, les auteurs ne m’ont nullement incité à m’attarder sur l’aspect graphique, et seule l’histoire aurait eu une chance de capter mon attention.

Oui, mais voilà, cette histoire, j’ai l’impression de l’avoir déjà lue mille fois. Elle n’est pas sans rappeler « l’Eté Meurtrier » (un roman de Sébastien Japrisot adapté au cinéma avec Isabelle Adjani dans le rôle principal) mais sans offrir la même crédibilité, ni la même profondeur. Le final est raté tant il est mal amené et hautement improbable, proche du grotesque même.

Si je ne mets pas une mais bien deux étoiles, c’est, d’une part, parce que cet album se lit tellement vite que j’ai eu le temps de le finir avant de m’en lasser et que, d’autre part, l’héroïne est joliment croquée.

Nom série  Les Babyfoots  posté le 22/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je pensais tomber sur une Xième série « à la bamboo » et une précédente expérience avec le duo d’auteurs me laissait craindre le pire. Pourtant, cet album-ci m’a agréablement étonné par sa qualité d’ensemble. Attention, rien de révolutionnaire à mes yeux, mais le trait de Pica parvient fréquemment à gommer la relative faiblesse des gags de Gilbert Bouchard.

A nouveau, au niveau du scénariste, ce sont plus souvent ses jeux de mots que ses gags proprement dits qui m’auront fait sourire. Je dis « à nouveau » parce que c’était déjà le cas sur la série « Croco et Fastefoude » des mêmes auteurs.

Au niveau du dessin, je trouve vraiment que Pica est un artiste talentueux et appliqué. Ses planches sont honnêtement étoffées, mais surtout son trait est dynamique et expressif.

Pas mal du tout, finalement. Pas fabuleux mais pas mal. Et le fait que la série ne comporte qu’un seul tome évite le phénomène de répétition souvent préjudiciable à ce genre de concept. Pour cette dernière raison, j’en recommande même l’achat … du moins si vous êtes jeune, amateur de football et de bd d’humour sans prise de tête.

Nom série  Pain d’Alouette  posté le 22/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Tome introductif, ce pain d’Alouette offre beaucoup. Trop même, tant cet ensemble m’est apparu décousu. Mais, je le répète, il s’agit d’un premier tome, Lax place ses pions et dispose son univers.

L’ensemble promet d’être intéressant mais je conseillerai à l’amateur la lecture préalable de "l’aigle sans orteil", du même auteur avant de se lancer dans cette saga. Tout d’abord, beaucoup de références sont faite à cet album durant le récit. De plus, les univers sont fort semblables et ce pain d’Alouette me semble plus être une suite (très riche) de l’album précité qu’une série totalement indépendante. « L’aigle sans orteil » étant un one-shot, sa lecture ne vous engage pas sur du long terme. Et si cette lecture ne devait pas vous satisfaire, je crains que la série dont il est ici question vous fasse le même effet.

Quoiqu’il en soit, ce premier tome explore agréablement le nord de la France. J’ai bien aimé l’évocation du Paris-Roubaix de l’époque, tout comme celle de la vie des mines, et des mineurs de fond. L’ensemble me semble donc prometteur et j’attends avec impatience de voir comment l’ensemble des pièces vont s’imbriquer dans ce puzzle encore très confus à l’heure actuelle.

Au niveau du dessin, Lax évolue à un très haut niveau. Son trait en couleurs directes est d’une grande précision, d’une grande richesse et d’une grande lisibilité. Les teintes choisies donnent à l’ensemble un aspect daté qui lui convient très bien.

Prometteur !

Nom série  Léo Loden  posté le 22/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une sympathique série policière sans prise de tête. Le duo Loden-Loco fonctionne bien dans une traditionnelle association « clown blanc – auguste ». Les seconds rôles apportent une certaine profondeur à cet univers, et j’apprécie particulièrement le personnage d’Amadeus, malheureusement de moins en moins présent au fil des épisodes.

Les enquêtes policières sont rarement d’un haut niveau (quoique, de temps à autres, …), mais l’humour constant et la qualité des dialogues de Scotch Arleston garantissent, dans mon cas, un agréable moment de lecture. De plus, la série offre tout de même des albums très vivants, les poursuites sont fréquentes, tout comme les passages explosifs. Le rapport à la « bouffe » est très présent (il suffit de lire les titres pour s’en convaincre) et, fin bec moi-même, je suis naturellement sensible à ce genre de thématique récurrente.

Certains tomes sont, malheureusement, franchement dispensables, selon moi. Et les albums n°6, 8, 14 et 17 figurent clairement dans le bas du panier. A contrario, j’éprouve beaucoup de plaisir à en relire d’autres, parmi lesquels les tomes 2, 3, 7 ou 10.

De plus, la série voyage beaucoup, et offre donc un petit aspect « visite guidée » des villes qu’elle traverse. Rien d’exceptionnel, mais plaisant tout de même. Enfin, j'apprécie les hommages très respectueux que la série rend aux maîtres du genre, et à Gil Jourdan en particulier. Ces clins d'oeil sont fait avec talent et parcimonie par un sobre Arleston (à souligner car, avec lui, ce n'est pas toujours le cas).

Finalement, je continue à suivre, et à acheter, la série même si je ne suis pas toujours sûr de tomber sur un grand cru. Mais dans le genre série policière humoristique toujours en activité, celle-ci fait partie de mes préférées.

Et pour paraphraser Arleston : lire Léo Loden, c’est comme manger des cacahuètes, c’est dur de s’arrêter.

Nom série  Beauté Fatale  posté le 02/03/2010 (dernière MAJ le 18/03/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Depuis que Franquin a illustré (et avec quel talent !) le quotidien délirant du journal de Spirou, beaucoup de séries ont exploité la même idée, en l’adaptant à d’autres lieux. Rarement, pour ne pas dire jamais, le niveau atteint fut équivalent à celui de ce génial « Gaston Lagaffe ».

Et dans ces séries de gags illustrant le quotidien d’un lieu déterminé, nous avons cette « Beauté Fatale ». En clair, vous prenez un institut de beauté, une stagiaire pas très dégourdie, des clients variés, une directrice psychorigide, des employés pas très modèles, des idées convenues, vous mélangez le tout et, paf !, une nouvelle série humoristique est née.

Oui, mais voilà ! Outre le dessin, qui est très quelconque, très superficiel et honnêtement expressif, la série n’offre que des gags sans saveur et, surtout, sans originalité. On a droit à un niveau de type « peau de banane » avec des gags construits sans fantaisie, des produits que l’on confond (un seau de ciment et un seau d’algues, par exemple), des clients convenus au possible (dont la grosse, le type stressé ou encore la miss-m’as-tu-vu), et des chutes toujours amenées de la même manière (avant dernière case = gag, dernière case = conséquence et réaction au gag).

Vraiment rien d’original, donc. J’avoue d’ailleurs quelque peu saturer sur ces séries offrant toujours exactement la même chose que leurs devancières, sans le talent, la créativité ni le souci du détail de celles-ci. Même si elle n’est objectivement pas spécialement inférieure à d’autre du même genre, celle-ci en a fait les frais : boooooooofffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff !!!!!! (et encore, je me retiens).

Petit correctif après la lecture du second tome : lorsque Benoit Ers s'applique, ses planches sont agréables à l'oeil. Malheureusement, la plupart du temps, l'auteur me semble s'être contenté du strict minimum, comprenez par là un dessin expressif mais une trop grande économie de détails. Les gags, eux, restent d'une banalité confondante.

Nom série  L'Orme du Caucase  posté le 18/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
A la longue, ces nouvelles me sont apparues très répétitives. Pourtant, ces récits sont bien tournés et ont une grande qualité à mes yeux : leur fil conducteur.

En effet, si je devais trouver un lien entre ces différentes nouvelles, je parlerais de cette volonté constante à illustrer un « temps d’arrêt » durant lequel les protagonistes prennent la peine de se parler, de se remettre en cause. Le tout se passe dans le plus grand calme et débouche souvent sur une conclusion emplie de sagesse.

A faible dose, j’adore. La première histoire, d’ailleurs, m’a beaucoup touché (sans doute parce qu’elle trouve écho dans mes propres souvenirs). La seconde aussi, d’ailleurs. Mais, au fil des pages, j’ai de plus en plus de mal à m’enthousiasmer. Les dernières nouvelles me sont même apparues sans grand intérêt.

Au niveau du dessin, rien à redire. Taniguchi maitrise son sujet. Il sait ce qu’il doit faire pour provoquer l’émotion et s’en sert avec talent. Malheureusement, à force d’aligner la lecture de ses œuvres, je décèle de plus en plus de tics de construction qui me font revoir mon appréciation d’ensemble à la baisse. Pour susciter l’émotion, l’artiste cadre de la même manière ses personnages. Soit un gros plan sur un regard doux amer, soit une vue de dos du même personnage. Dans un cas comme dans l’autre, la tristesse contenue apparaît d’une manière très pudique et touchante sans être démonstrative. Et cela est d’autant plus frappant dans ce recueil qu’il s’agit, justement, d’un recueil. Chaque histoire propose donc, à un moment ou un autre, un de ces passages émouvants mais, à force, répétitif.

Franchement bien au début, bof à la fin. Un « pas mal » de moyenne pour l’ensemble, malgré le fait que j’adore la première nouvelle.

Achat conseillé, car cela reste de la très bonne bd, qui se relit avec plaisir (mais pas dans son entièreté, dans mon cas).

Nom série  Les Petits Ruisseaux  posté le 18/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un très bon récit, vivant, drôle, touchant sur un sujet délicat, voilà ce qu’est, à mes yeux cet album de Rabaté.

Le dessin de l’artiste m’est apparu clair, expressif et immédiat. Ce n’est pas pour ce trait que j’ai lu (dévoré, devrais-je dire) l’album, mais il sert bien le propos. De plus, la mise en page et le découpage sont de petites merveilles. J’adore, entre autres, ce petit passage qui voit les pêcheurs incliner leurs cannes de concert en une étonnante chorégraphie.

Le sujet, comme je l’ai dit, est délicat, mais Rabaté en traite avec beaucoup d’humour et sans jamais faire montre de racolage. J’ai même trouvé ce récit pudique même si certains passages sont on ne peut plus explicites.

Vraiment un bon album, qui donne envie de saisir sa canne à pêche, histoire d’attraper une carpe, mais une … carpe diem.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 113 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque