Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 4786 avis et 1849 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Ça va aller  posté le 20/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'avoue avoir trouvé cet ouvrage pénible à lire et il n'en est rien ressorti de très marquant à mon goût.

Le dessin est dynamique et plein de vie. J'aime bien sa nervosité même si je ne suis pas très amateur du côté griffonnage de son encrage, pas plus que de ses visages souvent laids. En outre, je trouve qu'il manque de clarté dans sa composition. J'ai régulièrement mis un quart de seconde ou plus à placer mon oeil dans chaque case et à la déchiffrer, rendant la lecture peu fluide.
Et surtout, surtout, je trouve les bulles de dialogues complètement ratées. De très nombreuses fois, je me suis demandé qui parlait, m'étonnant même de voir des bulles pointer vers le mauvais personnage. Sans parler du lettrage manuscrit que je n'aime pas.

Cela n'arrange clairement pas une narration qui est déjà très confuse. Le récit est décousu, sautant d'une scène à une autre trop abruptement. Régulièrement, je me suis demandé si je n'avais pas manqué une case ou plus qui aurait pu faire le lien. J'ai même eu cette impression dans certaines cases en elles-mêmes, quelques répliques semblant ne pas répondre aux précédentes. Volonté de faire "vivant", comme pour un film d'auteur qui passerait d'une scène à l'autre pour montrer une vue d'ensemble sans s'attarder sur les détails inutiles ? Ca marcherait à condition que le récit se suffise à lui seul pour porter le lecteur, ce qui n'est pas le cas ici.

Et pour finir, le scénario, bien que plein de sincérité, m'a ennuyé. Je n'ai pas su être touché par ce jeune adulte, à peine sorti de l'adolescence, qui se pose trop de questions sur son asociabilité et sur la passion qu'il croit vivre. Pas plus que par l'objet de son désir, artiste underground visiblement plus âgée que lui à qui la vie parait également bien trop compliquée. Leur semblant de relation amitié/amour ne m'a apporté aucune émotion, je ne m'y suis pas retrouvé du tout.

Nom série  Leviathan (Jens Harder)  posté le 18/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ayant été épaté par Alpha... directions, j'ai tenu à découvrir au moins une autre oeuvre de Jans Herder.
On retrouve dans Leviathan son goût pour la narration muette, la mise en scène de la nature dans tout ce qu'elle a de grandiose, d'instinctif, de cruel dans sa simplicité.

Son graphisme m'apparait cependant moins abouti, moins élégant que dans Alpha. L'encrage y parait plus hésitant, le crayonné moins classe. Certaines cases manquent de clarté et sont difficiles à déchiffrer. J'ai en outre pu de nouveau noter sa moindre capacité à représenter les êtres humains, à l'inverse des animaux et décors naturels où il excelle.

Le récit est un hommage, un hommage aux légendes maritimes, à la nature toute puissante et au Léviathan, le Cachalot géant, créature ultime qui règne sur les mers. Après une introduction où seul le naturel est présent, l'auteur met en scène ensuite son cachalot avec divers classiques des récits maritimes, l'invitant à prendre le rôle de Moby Dick, à participer au naufrage du Titanic et autres. Les transitions entre scènes sont assez abruptes, mettant vraiment davantage l'accent sur l'hommage symbolique et métaphorique plutôt que sur une histoire cohérente de bout en bout.
Et au final, la Nature reprend ses droits, même sur la plus puissante de ses créatures.

C'est beau, surtout si l'on est séduit par le style de Jans Herder. Le récit est cependant parfois un peu abscons, un peu trop symbolique pour plaire à tout le monde.
Je lui préfère nettement Alpha... directions même si le style est ici un peu plus poétique.

Nom série  Bruce Jones présente : ...  posté le 18/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ces albums sont des recueils d'histoires fantastique, SF ou encore horreur à l'ancienne. On se croirait à la grande époque des EC Comics. Les récits de SF racontent des naufrages sur des planètes inconnues peuplées de créatures dangereuses. Les récits d'horreur rappellent un peu ceux des Contes de la Crypte. Les récits fantastiques troublent comme ceux de la 4e Dimension. Et à chaque fois, l'intrigue tient en une histoire courte de moins de 10 pages au scénario solide et intéressant.

Les dessins sont inégaux. Il y a un dessinateur différent pour presque chaque histoire. Certaines planches sont superbes de classicisme et de technique, comme celles de Windsor-Smith ou de Scott Hampton. D'autres graphismes me plaisent cependant nettement moins, venant d'autres moins aboutis ou dont le style personnel me déplait.
Mais dans l'ensemble, le dessin est de bonne qualité, présentant des albums au style désuet charmant et parfois très beau.

Les histoires sont bonnes. Néanmoins, en vieux briscard de la SF et du Fantastique, je n'ai pas été particulièrement captivé ni marqué. En effet, j'avais déjà l'impression d'avoir lu la grande majorité de ces histoires tant elles m'en rappelaient d'autres du même genre parues en romans, bandes dessinées ou diffusées dans des séries télé du style Contes de la Crypte ou la 4e Dimension.

Au final, ma lecture fut plaisante, ravivant en moi le souvenir d'anciennes lectures, redonnant vie à un style de récit datant des années 60 jusqu'aux années 80. Des récits un peu machos, avec une dose d'érotisme, parfois un soupçon d'humour appréciable, et des intrigues un peu clichés mais le plus souvent très efficace.

Pour les amateurs du genre.

Nom série  Vampire Kisses  posté le 15/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Objectivement, le scénario de ce manga à l'européenne est très mauvais. Mais je me suis tellement amusé en le lisant que je ne peux décemment pas le descendre.

Ce récit surfe sur la vague du roman et du film Twilight et des fantasmes d'ados néo-gothiques prépubères pour les beaux vampires ténébreux dont elles pourraient tomber follement amoureuses. A cela s'ajoute aussi une ambiance de collège américain qui n'est pas sans rappeler un peu les pires séries TV apparentées à Buffy contre les Vampires.

Le dessin n'est pas désagréable du tout. Les personnages sont très bien dessinés, avec un solide travail de character design et de costumes. Les décors eux sont par contre souvent médiocres, bâclés ou vides mais on ne s'en offusque pas car ce n'est pas l'essentiel.

Cette BD s'adresse aux pré-adolescentes. Une amourette fleur bleue avec un beau vampire, une ambiance néo-goth cucul-la-praline, une menace bidon, une enquête digne du club des cinq et un bel amour éternel entre la belle héroïne et le beau ténébreux. Trop cooool.
La narration étant fluide, le dessin de bonne qualité et tous les ingrédients du genre bien présents, il n'y a pas de raison que cela ne plaise pas à ce public cible.

Par contre, pour un adulte, il est impossible de lire ce manga sans le prendre au second degré. Mais pris sous cet angle, c'est vraiment très drôle, suffisamment pour que je crois que ça a été fait exprès et donc que cette oeuvre mérite d'être vue d'un oeil sympathique.
Comment ne pas se gausser de ce beau vampire tellement cool et séduisant qu'on imagine bien qu'il n'a jamais sucé la moindre goutte de sang ? D'ailleurs, être vampire ne signifierait-il pas tout simplement être cool, différent, habillé comme une gravure de mode et attirer l'attention de toutes les collégiennes sur soi ? Comment ne pas rire de la superficialité et des clichés atomiques de l'amour de l'héroïne ? Ou encore de son côté enquêtrice à la Scooby-doo, cachée derrière une tombe dans un cimetière et ouf aucun méchant vampire ne l'a vue dissimulée dans son buisson ? Et que dire du récit de la jeunesse du héros vampire, car ils sont vampires de père en fils dans sa famille, et ils dorment tous dans leur petit cercueil avec draps, couvertures et nounours aussi peut-être ?
Et au final, c'est toute cette ambiance néo-gothique pour midinette qui m'a fait rire du début à la fin de ma lecture. Difficile de croire que cela n'a pas été fait exprès même si le scénario donne par-ci par-là l'impression de se prendre un peu au sérieux.

Bref, à lire pour le sourire et quelques bonnes tranches de rire au second degré. A acheter... Heu... Pas forcément...

Nom série  Letter Bee  posté le 14/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai trouvé dans ce manga à peu près tout ce que j'aime dans les bons shonen nekketsu.
Un dessin très maîtrisé, des personnages attachants, un univers assez original, une narration fluide et une véritable envie de lire la suite.

On pourrait lui faire quelques reproches.
Le premier viendra de ceux qui n'aiment pas les shonen et encore moins les nekketsu du style Hunter X Hunter et autres FullMetal Alchemist. En effet, Letter Bee n'apporte pas grand chose de neuf à ce genre et ceux qui en sont lassés ou qui y sont allergiques ne changeront probablement pas d'avis suite à sa lecture.
Le second vient précisément de l'une des différences entre Letter Bee et ces autres shonen nekketsu : le Coeur, élément essentiel de l'intrigue de ce manga, qui est une sorte de transfert d'émotions entre les personnages par le biais de courriers ou autres. Original, certes, mais cela entraîne aussi un côté très larmoyant par moment qui n'est pas tellement pour me séduire. L'auteur le reconnait d'ailleurs lui-même : son héros est plutôt un pleurnichard.

Mais ces reproches mis à part, j'ai pris un réel plaisir à la lecture de ce manga.
J'ai aimé cet univers simple et un peu enfantin, un monde plongé dans la nuit bâti de manière circulaire autour d'une ville centrale et riche illuminée par un soleil artificiel, entourée de régions de plus en plus pauvres et défavorisées au fur et à mesure qu'elles s'éloignent de la lumière. L'intrigue s'entame à l'extrêmité de ce pays et le héros se rapproche du centre et de son mystère.
J'ai aimé aussi ce ciel étoilé presque permanent, ses astres symboliques, les décors de villes de style Allemagne médiévale, la religion qui s'est instaurée autour de l'Impératrice, etc.
J'ai aimé les personnages. Pas trop le héros, Lag Seeing, que je trouve trop larmoyant par moment comme dit au-dessus. Mais Niche, Steak et les autres letter bees m'ont bien plu. La majorité sont originaux et beaucoup sont assez drôles ou touchants.

Au bout de 2 tomes actuellement parus en France, il ne s'est pas encore formé de vraie intrigue globale sur la longueur, mais les différents chapitres et le destin du jeune Lag m'ont diverti et bien intéressé. Le public visé est un peu plus jeune que celui d'une série comme FullMetal Alchemist mais je lirais la suite sans hésitation.

Nom série  Hardland  posté le 13/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une sympathique série qui ne se prend pas trop la tête.

Elle joue sur le thème de l'heroic-fantasy en le déformant et en s'en moquant un peu. L'ambiance du début du premier tome m'a un peu rappelé celle de la ville d'Ankh-Morpork de Terry Pratchett. Mais par la suite, cette bande dessinée suit un chemin bien à elle. Elle met en scène un monde de fantasy où la magie a disparu et où elfes, orcs et autres trolls se retrouvent piteux à vivre comme des humains normaux, dans une société qui rappelle de plus en plus notre monde réel en plus désabusé et avec le souvenir d'une époque où untel avait des ailes, untel des pouvoirs magiques et où les dragons ne se transformaient pas, à leur coeur défendant, en minable serpent venimeux. L'idée est originale, assez amusante et bien traité sans être surexploitée.

Le dessin m'a un tout petit peu gêné. Il présente des aspects parfois un peu amateur, que ce soit dans le physique des personnages, dans l'encrage ou dans la colorisation. On s'y fait cependant vite et j'ai fini par le trouver attachant.

De même que les personnages qui sont sympathiques et pleins de personnalité.
Chaque tome forme une histoire complète, ces dernières formant une intrigue globale trouvant sa conclusion au bout de trois albums. C'est à la fois plaisant car cela forme un tout en une série courte mais je n'aurais pas dédaigné retrouver cet univers et ses personnages pour plus d'aventure encore.
Les scénarios sont intrigants car ils entretiennent tous les trois le mystère sur leurs enquêtes respectives. Leurs dénouements jouent parfois un peu la carte de la facilité (avec apparition d'une drouge surpuissante ou de magie alors qu'elle est sensée avoir disparu) mais tout se tient et j'ai été satisfait à chaque fois.

C'est donc une série agréable, relativement originale et plutôt amusante que j'ai suivi avec plaisir et que je conseille sans hésitation.

Nom série  The Gentlemen's Alliance Cross  posté le 12/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
D'ordinaire, quand je n'accroche pas à une BD, je tente de me mettre dans la peau du public cible et de m'en faire une opinion objective, de voir en quoi cela pourrait plaire et motiver son édition en albums. Mais là, vraiment je n'ai pas pu. Je me suis forcé pour arriver au bout du premier tome puis j'ai feuilleté et tenter de voir si les choses évoluaient dans le second tome. Pas moyen.
Ce manga est un concentré de ce que je n'aime pas dans les shojos sans aucun avantage en contrepartie.

Alors si, peut-être peut-on estimer que le dessin est bon. Soigné, esthétique, dans une pure veine shojo aux garçons efféminés et aux yeux immenses, il est maîtrisé. Mais pour ce qui est de rendre les personnages différenciables, c'est râpé. J'ai passé mon temps à confondre l'héroïne avec quasiment toutes les autres filles de son collège.
La mise en page et la narration graphique sont en outre très embrouillées, avec de nombreuses ellipses inutiles et des passages sans aucune clarté.

Mais c'est surtout le contenu du scénario qui m'a déplu.
Le cadre de l'intrigue est détestable. Il s'agit d'une apologie de la société hiérarchisée par le fric, où les moins favorisés tentent de grappiller des points aux yeux des plus riches pour espérer un jour, au bon vouloir des puissants, atteindre une portion de leur rang. C'est une adaptation moderne du conte du prince charmant, beau et riche, dont la donzelle de basse extraction va immédiatement tomber amoureuse et tenter de se rapprocher avec une ignoble humilité de femme soumise. Une glorification du système de classes sociales où il parait normal que les riches soient les seigneurs et où les pauvres les vénèrent et leur obéissent. Un monde où l'important est l'apparence et où il ne faut qu'aucune rumeur ou ragot ne vienne entacher la réputation que vous avez tant de mal à vous bâtir. La société japonaise dans ce qu'elle a de plus détestable où les senpai méprisent d'autant plus les kohai qu'ils ne sont pas du même rang financier.
Ma fille aurait une telle vision du monde, elle se prendrait une belle raclée.

A côté de ça, on dirait qu'il n'y a pas de scénario. L'auteur s'enorgueillit d'avoir créé des personnages (qui ont l'air de la fasciner) et de les laisser vivre et porter son récit. Elle se demande, non sans glousser à cette idée, si la belle héroïne va un jour réussir à séduire le beau mais frigide héros. Oh, quel suspens.
Le but du jeu ensuite, est de donner de plus en plus de ce qu'elle appelle de la profondeur à ses personnages, avec des secrets, des retournements de situations, des quiproquos. Si encore ses personnages étaient attachants... Mais hormis éventuellement le faux petit-ami gay et maladroit du prince charmant (soit dit en passant, l'auteur avoue ne pas aimer les personnages gays) les autres sont sans saveur et plus souvent agaçants qu'intéressants.
Le tout forme une bouillie infâme et pénible à lire.

Nom série  Les Passeurs  posté le 12/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà un sympathique récit jeunesse à l'ambiance assez proche des oeuvres de Tim Burton, avec un peu plus de légèreté dans le ton.
La narration est bonne, les quelques passages humoristiques amènent le sourire, et l'idée du scénario est intrigante et donne envie d'en savoir plus. On suit avec plaisir ce jeune garçon dont on ne sait pas s'il est vraiment mort ou pas, ainsi que ses compagnons fantastiques dans cet univers particulier.
Le dessin lui aussi est tout à fait plaisant, même si je préfère quand Mickaël roux s'associe à Lorien (comme dans Jour de pluie) pour ce qui est de la colorisation.
Agréable et divertissant.

Nom série  Animal'z  posté le 12/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album ne m'attirait pas trop tant j'avais trouvé la production précédente de Bilal, Le Sommeil du Monstre, confuse sur la fin, mais aussi parce que les planches que j'en avais vues ne me plaisaient pas trop, trop grises, trop ternes, alors même que les couleurs de Bilal sont d'ordinaire très profondes et fortes.

Pourtant, graphiquement, il n'y a rien à redire. Le trait est incontestablement parfaitement maîtrisé. La narration graphique est fluide et claire, malgré tous les aspects étranges du récit qui, sous la plume d'un autre, auraient très facilement pu être embrouillés et parfaitement abscons.

L'histoire, quant à elle, est relativement originale. Elle nous place dans un décor d'anticipation à base d'écologie et d'hybrides hommes-animaux intéressant et doté de pas mal de bonnes idées. Elle met en outre en scène des personnages très intéressants et dotés de vraies personnalités.

Alors certes il y a pas mal de points assez flous, de passages qui tiennent plus de la poésie artistique que du récit cohérent et solide, et certes la fin m'a parue frustrante car l'album se termine avant une vraie conclusion solide, laissant pas mal de choses en suspens. Mais j'ai passé un agréable moment de lecture et j'ai été heureux de retrouver une part de ce que Bilal peut produire de meilleur.

Nom série  Il était une fois une fille que j'ai rencontrée deux fois  posté le 11/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne connaissais strictement pas Davy Mourier avant la sortie de cette BD. Après prise de renseignement, il s'avère que c'est un geek touche-à-tout connu des téléspectateurs de la chaine TV NoLife, chaine que je ne capte pas de chez moi. J'ai vu également sur son blog que le personnage qu'il s'est créé semble être un mélange de doute psychologique et d'humour volontairement très lourd à base de bites à tout va. Heureusement pour moi, ce dernier aspect n'apparait pas, ou presque pas, dans cet album de bande dessinée.

Il y a dans cet ouvrage deux histoires strictement indépendantes. Il convient donc d'en parler séparément.

La première raconte les retrouvailles et l'histoire d'amour naissante entre l'auteur et une fille qu'il a rencontrée de nombreuses années auparavant sur le net. Ils se retrouvent, n'arrivent pas vraiment à communiquer mais se plaisent.
Le dessin en lui-même est très simple, seuls les personnages à l'avant-plan étant dessinés de manière stylisée et épurée. Difficile de parler de prouesse technique dans le trait même si le résultat reste assez efficace. Les décors, eux, sont des photos retouchées. L'assemblage des deux rend plutôt bien, d'autant plus que le traitement des couleurs et les photos en elles-mêmes sont assez jolies.
Pourtant, je dois dire que je n'ai pas été touché par cette histoire. Tout simplement parce que j'en avais lu une autre très similaire il y a peu de temps (Virginie, une histoire qui sent la colle Cléopâtre, par un autre geek d'ailleurs du nom de Kek) et celle-là n'apporte pas grand chose de neuf ni au niveau des péripéties ni au niveau émotionnel à mon goût.

La deuxième histoire, par contre, m'a touché bien davantage. Elle met en scène l'auteur et ses parents. Elle présente de manière sincère et très bien amenée les personnages et surtout la maladie de son père et la façon dont ce dernier la nie et évite de se faire soigner. Plein d'émotion, j'ai trouvé ce récit franc et assez instructif au final. En outre, l'auteur fait le choix de désamorcer en permanence par l'humour la lourdeur du récit qui, vu son contenu, aurait pu être nettement plus triste. C'est à la fois drôle et touchant. Dommage que le texte prenne un peu trop souvent l'avantage sur le dessin au point de ressembler parfois plus à une prose illustrée qu'à une bande dessinée.

Au final, cette bande dessinée contient deux histoires de bon niveau dont la lecture est plaisante et intéressante. Seul le prix assez élevé de cette publication m'empêche d'en conseiller pour de bon l'achat.

Nom série  Popbot  posté le 11/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une BD à classer irrémédiablement au rang des OVNI du genre. Délire graphique et narratif, imagination débridée et narration explosée.

J'ai mis près d'une année avant d'entamer pour de bon cette BD tant j'avais du mal à appréhender son aspect de recueils d'illustrations sans lien et son texte très présent mais écrit tout fin. Et c'est vrai qu'il est difficile d'entrer dans l'histoire. Les premières pages ressemblent à une suite d'images presque sans lien, d'illustrations dont on dirait que l'auteur les a créés d'abord avant de tenter d'y accoler une histoire assez délirante à base de science-fiction, de robots et de contre-culture pop underground.
Il faut bien avoir atteint la moitié du premier tome pour commencer à voir un semblant de récit très décousu se former et prendre consistance.

Le graphisme me rappelle un mélange entre les planches de Dave McKean (Cages) et des illustrations assistées par ordinateur tels que des artistes modernes en présentent beaucoup sur le net ou dans des artbooks au public assez restreint. Parfois brillant, parfois décevant, pas toujours clair, il est à l'image du scénario.

Ce dernier fait preuve d'une imagination assez débridée. Enormément d'éléments sont empilés comme une création artistique pop où la cohérence n'a que peu d'importance et où seul compte l'émotion du lecteur et celle que l'auteur tente de transmettre, l'une n'étant pas forcément identique à l'autre.
Beaucoup d'idées, beaucoup de personnages issus de tous horizons, un cocktail déjanté, un peu trash, assez caustique.
Le tout est servi par des dialogues cinglants qui font pour moi le principal intérêt d'un récit qu'autrement j'ai trouvé trop abscons et un peu pénible à lire.
On peine en effet beaucoup trop à s'y retrouver dans cette histoire décousue qui laisse trop la place à l'improvisation de l'artiste et la mise en valeur de ses illustrations qu'à une intrigue bien menée et prenante.

Dans une ambiance néo-pop, débridée et trash similaire, j'ai nettement préféré Transmetropolitan dont le scénario a en outre l'avantage d'être très clair, tout aussi cinglant et nettement plus intelligent à mon goût.

Nom série  Yahoga !  posté le 11/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avec cet album on observe une fois de plus à quel point Carali et Edika sont de la même famille. Même humour, même style de dessin, même délire et même des gags assez similaires. Carali est quand même plus trash et son dessin un peu plus brouillon.

Cet album contient un bon nombre de gags et de strips, certains tenant sur 2 ou 3 cases à peine, d'autres sur une page entière. Ces derniers sont assez variés et permettent de passer une lecture divertissante, le sourire étant souvent présent, le rire un peu moins mais bon...

Nom série  Le Bleu du Ciel  posté le 09/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Décidément, je n'accroche vraiment pas aux oeuvres de Kara. J'ai à chaque fois l'impression de lire un récit d'adolescent fan de manga et de néo-gothique avec tous les clichés et les défauts immatures que cela implique. Pour le Bleu du Ciel, j'ai lu les deux premiers tomes actuellement parus, mais je m'arrêterai là.

Comme toujours, le dessin de Kara n'est pas mauvais. C'est un dessin de type manga complètement assimilé mais sans vraie personnalité pour autant. Très soigné pour les décors et les costumes, il pêche par des visages de personnages efféminés et indifférenciables si ce n'est par leurs coiffures, accessoires et vêtements, défaut qu'on retrouve dans pas mal de mauvais mangas. Sans parler des postures artificielles, des poses grandiloquentes ou "cools" prises en quasi permanence par ses personnages. Kara compense par un très gros travail sur les arrière-plans, beaucoup de traits, de couleurs et des décors baroques. Mais tout cela me donne des impressions de carton-pâte et d'esbroufe.

Quant au scénario, je retrouve franchement cette impression d'adolescence immature. Des personnages fantastiques typiques et "à la mode" : vampires, démons, loups-garous, sorciers, le tout aux allures soit de jolies filles sexy soit de gamins. Beaucoup d'action, de grosses explosions et de giclées de sang, mais des ficelles scénaristiques énormes et prévisibles. Sans parler des nombreuses poses "ah, je me meurs"/"oh non, ne meurs pas pitié, je te pleurerais touteuh ma vie".

A cela s'ajoute des dialogues très denses et très poussifs à mon goût. On dirait que l'auteur a tenté de mettre un maximum de pensées philosophiques dans les longs dialogues entre les personnages, une vision assez simpliste sur la vie, la mort, les hommes, leur société, Dieu, l'univers et le reste. C'est assez lourdingue et j'ai trouvé ces textes vraiment pénibles à la longue. D'autant qu'à nouveau, ils sont bourrés de clichés et de déjà lu déjà entendu. Le passage avec Jésus Christ par exemple m'a rappelé, en nettement moins bien, celui d'Anne Rice dans Memnoch le Démon, mais l'émotion n'a pas du tout su être distillée jusqu'à moi. J'ai trouvé ça factice et même un peu agaçant.

Cela aurait peut-être pu me plaire si j'avais lu ça quand j'avais une douzaine d'années...

Nom série  Le Petit Prince  posté le 09/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le Petit Prince est un livre que j'aime. Sa simplicité et sa poésie ont su me toucher mais aussi m'amuser, quand j'étais jeune et quand je l'ai relu il y a quelques années également. En cela, retrouver cette histoire et ses dialogues dans une adaptation en BD me fait plutôt plaisir et cela m'a permis de me remettre ce récit en mémoire.

Malheureusement, l'adaptation de Sfar n'apporte rien de neuf et au contraire me semble très nettement inférieure au livre.

Le dessin de Sfar ne me plait pas. Sa façon de dessiner les personnages m'agace et me les rend un peu antipathiques, ou du moins pénibles. Et surtout, le vrai souci, c'est que je trouve les dessins de St Exupéry dans le roman nettement plus joli et envoutant. Du coup, le graphisme de la BD est inférieur à mes yeux à celui du livre : c'est un comble.

Quant à la narration, même si les textes du livre sont repris, je ne peux m'empêcher d'y retrouver une part de l'univers de Sfar que je n'aime pas trop, notamment dans la représentation de St Ex en lui-même, clope au bec et yeux boursouflés, façon vieux baroudeur bobo adepte de parlotte le verre à la main.

Je n'ai donc pas été touché, rien à voir avec l'émotion qui me prend à la lecture de l'oeuvre originale.

Nom série  Mary : Par une nuit de novembre  posté le 08/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album nous offre une biographie romancée et fort intéressante de Mary Shelley, l'auteure de Frankenstein. Etienne Schréder, partant de faits réels, imagine toute une suite d'évènements, de voyages et de rencontres, étalés de 1814 à 1816, qui vont forger l'esprit de la jeune Mary Godwin-Wollstonecraft et amener tous les ingrédients de sa future oeuvre culte. C'est bien vu, intéressant et assez joliment raconté.

Tout commence en 1814 par la fugue de la jeune Mary, enlevée, ainsi que sa demi-soeur, à son père autoritaire par son amant le poète Percy Shelley. Décevant séjour dans la France de la fin du premier Empire, très bref passage en Suisse, retour en Angleterre, retour encore en Suisse. Et à chaque étape, de nouveaux personnages rencontrés, des péripéties plus ou moins désagréables, un lien avec la mort, la science, le désir de donner ou redonner la vie, et l'influence des récits gothiques anglo-saxons de l'époque.
Le lecteur voit s'accumuler au fur et à mesure les ingrédients qui rendront presque évident la création par une nuit de 1816 du conte de Frankenstein.

L'ambiance d'époque est plutôt bien retranscrite. Le dessin est un peu restreint techniquement, c'est bien là le moindre défaut de cette oeuvre. Il ne manque cependant pas d'une certaine classe, assumant ses limites par un trait et une colorisation épurés.
Le récit est intéressant. J'y aurais apprécié un peu plus de consistance tant dans le dessin que dans le récit, mais j'ai bien apprécié ma lecture.

Nom série  Petit Sapiens  posté le 07/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une série jeunesse très agréable à lire pour un adulte.

Le décor préhistorique qu'il représente n'est pas très original, pas plus que la façon légèrement anachronique dont il est abordé. Le dessin très simple n'a rien de très folichon non plus. Mais c'est assez sympathique et frais de voir le récit du quotidien d'un petit garçon préhistorique raconté avec un peu d'humour, un soupçon d'aventure et pas mal de tendresse.

J'ai donc lu cette bande dessinée avec plaisir, trouvant les personnages attachants et l'ambiance légère et agréable.

Nom série  Faire semblant c'est mentir  posté le 07/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il m'est difficile d'aviser cet album car il mélange le bon et le mauvais à mon goût.

Au rayon du mauvais, il y a le dessin.
En réalité, l'album est scindé en chapitres dont la qualité graphique est différente. Il est possible que cela vienne du fait que la création de cet ouvrage ait été étalé sur une douzaine d'années et que la technique de l'auteure ait évolué entretemps. Mais il se peut aussi que la différence de style soit voulue et je n'en vois pas trop la raison.
Quoiqu'il en soit, le premier tiers de l'album est dessiné... comme un dessin d'écolier, le passionné de BD qui en CM1 aurait voulu faire sa propre petite BD, avec ratures et bavures en prime. Seule une accentuation des défauts de ce graphisme, personnages déformés et bizarres, semble faire preuve de la volonté d'un auteur adulte d'avoir choisi sciemment ce type de dessin. Pourquoi ? Je n'en sais rien, mais le trait est laid. Heureusement, la colorisation à l'huile réussit étrangement à rendre belles les planches. Le résultat visuel est étonnant et intéressant. J'aime cette esthétique. Mais je le répète, elle ne mérite mon intérêt que par la colorisation, pas par le dessin.
Les chapitres suivants sont mieux dessinés, avec nettement plus de soin et de travail. Ils en ressortent un peu moins vivants et moins originaux, mais au moins le trait n'est pas affreusement laid.

Autre mauvais point, j'ai eu beaucoup de mal à cerner le sujet de cet album. Dominique Goblet y aborde plusieurs sujets entre lesquels j'ai eu un peu de mal à faire le lien.
Après réflexion, deux thèmes en ressortent.
Le premier concerne les parents de Dominique, entre un père trop affable, trop dans son monde et à moitié alcoolique, et une mère parfois "magicienne" aux yeux de sa petite fille mais aussi égoïste et très dure. Plus tard apparait aussi celle qui doit être la nouvelle compagne de son père, visiblement dérangée et partant facilement en crise d'hystérie. Ces personnages sont présentés par les yeux de l'héroïne qui semble bien être l'auteure elle-même, mais on n'en sait pas tellement plus. Qu'est devenue la mère ? Qui est cette compagne de son père ?
Le second thème concerne la vie amoureuse de Dominique devenue adulte, avec un compagnon qu'elle semble aimer mais qui a bien du mal de son côté à se stabiliser. Il est hanté par le souvenir de son ex-petite amie et oscille entre un retour à une relation avec cette dernière et une vraie histoire d'amour avec l'auteure. Dominique Goblet le présente comme un personnage arrogant et assez détestable. Difficile de s'y attacher et de comprendre pourquoi elle semble l'aimer sincèrement.

Soyons clair, le récit n'est pas drôle, il est un peu confus car on ne sait jamais trop qui est qui, quels sont les liens avec l'auteure et pourquoi elle nous en parle. Il faut tout deviner soi-même et le dessin assez moche ne motive pas vraiment.
Et pourtant, j'ai été touché à plusieurs moments par ce récit. Les personnages sont très intéressants, notamment la mère, le père et sa nouvelle compagne. Certaines scènes sont pleines d'émotions, de tristesse, de peur. Tout cela suinte de sincérité et c'est parfois assez poignant. Le comportement de la mère envers sa petite fille lorsqu'elle était enfant, de son père envers sa fille devenue adulte... Si tout cela est une franche autobiographie, c'est une véritable mise à nu des souvenirs et de l'intimité émotionnelle de l'auteure.

Nom série  La Vie des très bêtes  posté le 06/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un album constitué de fiches humoristiques sur des animaux divers, allant du morse au poney en passant par le paresseux. J'ai eu du mal à ne pas faire la comparaison avec les dossiers du Professeur Burp dans la Rubrique-à-Brac car les sujets traités et la façon d'aborder les animaux sont tout aussi délirants et décalés. Cet album se destine cependant à un public un peu plus jeune à première vue.

Le dessin est simple mais assez amusant. Les faciès débiles de certains animaux m'ont un peu rappelé ceux des personnages de Libon qui ont tendance à me faire rire au premier coup d'oeil.

Malheureusement, l'humour est assez inégal. Même si j'ai lu l'album sans déplaisir, il y a beaucoup de gags qui m'ont laissé indifférent et m'ont paru un peu poussifs. A l'inverse, certaines fiches m'ont bien fait rire comme celles sur le crocodile, le rhinocéros et le poney. Mais elles ne sont pas majoritaires, c'est bien dommage.

A lire pour le divertissement. A acheter ? Peut-être pas.

Nom série  Superman - Bon anniversaire Superman  posté le 05/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je viens de relire cette histoire et c'est vrai que c'est un bon récit. Certes il est court et relativement simple, dans la pure veine des récits de super-héros qui cherchent plus le spectacle et l'action que les intrigues complexes et crédibles. Mais il est très bien construit.

Le dessin m'a fait plaisir. J'y ai en effet retrouvé ce qui m'avait plu dans le style de Gibbons pour Watchmen, jusqu'à un gros plan sur Kal-El avec ses lunettes et l'air un peu déconfit qui m'a aussitôt fait faire le rapprochement avec Dan Dreiberg. Même certaines couleurs m'y font penser (ce qui au passage devrait peut-être rebuter ceux qui ont détesté les couleurs de Watchmen mais je n'en fais plus partie, bien au contraire).

On sent vraiment la patte d'Alan Moore dans le soin qu'il apporte à créer une sous-intrigue dans l'intrigue. Un scénariste médiocre aurait imaginé un Superman prisonnier d'un rêve idiot, où tout est parfait, rose et débile, et se focaliser uniquement sur le combat dans le monde "réel" entre les super-héros et le super-méchant. Moore, lui, va jusqu'à imaginer de complexes problèmes politiques sur la Krypon imaginaire, impliquant Superman et son père, posant un dilemme et amenant la réflexion. Et quand Superman commence à s'échapper de son rêve, il nous place une séance déchirante avec ce dernier déclarant à son fils imaginaire qu'il sait qu'il n'est pas réel mais qu'il l'aime de tout son coeur malgré tout.
On sent vraiment le talent de scénariste et de metteur en scène d'Alan Moore.

Ceci étant dit, ce récit se lit relativement vite, a quelques côtés un peu bidons inhérents aux histoires de super-héros de l'époque et ne marque pas vraiment les esprits. Mais ça n'en reste pas moins une bonne histoire agréable à lire.

Nom série  Batman - Année 100  posté le 05/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire. Pour deux raisons. La première est le dessin de Paul Pope.

Je qualifierais son style de... rock. Très personnel, très dynamique, il y a vraiment là une patte artistique et une maîtrise technique indéniable. Malheureusement, je n'aime pas son aspect "sale" et confus. En outre, le personnage de Batman lui-même est rendu volontairement difforme, laid, bestial. Ca accentue effectivement le côté "démoniaque" et effrayant qu'il recherche lui-même mais ça lui enlève beaucoup de la classe que j'aime en lui d'ordinaire.

J'ai eu aussi un peu de mal car je me suis questionné quasiment jusqu'à la dernière page sur cette Gotham City futuriste, pour savoir si Batman et Gordon était le même que l'original, si Tora était un autre nom pour Barbara Gordon, qui était ce Robin, qui était cette Doc ? Bref, pour savoir si nous avions là un univers parallèle, une vision longtemps après mais dans la continuité des autres récits de Batman, ou un délire un peu incohérent. Au final, les choses s'expliquent plus ou moins sauf quant à savoir si le Batman est vraiment Bruce Wayne et si oui comment a-t-il survécu aussi vieux ?

Mais c'est de faible importance car pour le reste, le récit est bien foutu et assez prenant. A voir les extraits et le style de Pope, je craignais un récit bourrin, un Batman transformé en vieille brute sanguinolente et pourchassée par des flics du début à la fin de l'histoire. Ce n'est pas le cas du tout. L'intrigue est bien menée, avec une bonne dose d'enquête, de complot et de réflexion. Ce n'est pas particulièrement original mais ça se lit très bien et on a hâte de comprendre le pourquoi du comment.

Bonne lecture et vision originale de Batman et de son futur, même si je n'y accroche pas complètement.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque