Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 615 avis et 153 séries (Note moyenne: 3.54)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Nuits Indiennes  posté le 19/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après un sublime Mahârâja, le duo Labrémure et Artoupian revient à la charge avec Nuits Indiennes, titre évocateur qui invite aux voyages lointains.

Cet album, qui débute en 1908, se situe bien avant les péripéties érotiques de Mahârâja, paru chez Glénat en 2012. D'ailleurs, les scènes explicites de sexe sont beaucoup moins nombreuses dans "Nuits Indiennes". On retrouve certes la plantureuse et délicieuse rousse Adélie, qui a enchanté les pages de Mahârâja, mais aussi un nouveau personnage, Léon, valet pris au piège par la femme du préfet de police, Richelieu- Dupleix, une véritable nymphomane.
Cet album n'est qu'un prétexte, sous une forme érotique, de nous présenter un casse assez audacieux.
C'est très bien dessiné et j'avoue que le format à l'italienne en noir et blanc apporte un atout majeur sur la version couleur (je possède les 2 versions, et la version à l'italienne est vraiment digne d'intérêt).

Un album d'une grande qualité graphique, avec un scénario solide pour un genre érotique. C'est certes moins osé que Mahârâja, mais je reste scotché par le dessin d'Artoupan, qui, des femmes élégantes en crinolines aux mêmes femmes plus dévêtues voire dévergondées, nous offre des planches (voir pages 17, 18, 19 et 20 du format à l'italienne) très expressives d'une grande beauté.

Enfin une bande dessinée pour adulte avec un scénario digne de ce nom et un dessin superbe.
Içi, de l'exotisme à l'érotisme, il n'y a qu'un pas que les auteurs ont franchi pour notre plus grand plaisir.

Nom série  Le Maître d'armes  posté le 18/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Acheté dès le jour de sa sortie, j'ai eu du mal pourtant à me plonger dans cette aventure. J'avais lu quelques pages et puis c'est tout, sans plus. Je m'attendais peut être à une entrée en matière encore plus flamboyante, et cela malgré, les premières pages assez sanglantes. C'est vrai que mon achat était guidé sur le seul nom de Xavier Dorison, auteur du désormais mythique et inégalé Le Troisième Testament (avec Alex Alice).

Et puis, j'ai repris l'album et j'ai accroché à partir du moment où Hans Stalhoffer rejoint ses amis dans la forêt. A partir de là, je n'ai plus du tout quitté ces trois personnages en fuite, une fuite ponctuée de combats où l'hémoglobine coule à torrent. Il faut souligner là le travail de Joël Parnotte (que je connaissais seulement à travers Le Sang des Porphyre), qui illustre de manière remarquable cette aventure (avec en outre de superbes pleines pages), même si parfois j'ai du mal à distinguer les personnages dans les scènes de lutte.

En opérant un parallèle entre les tenants de l'épée et ceux de la rapière, les partisans de la Bible en latin et ceux de la Bible en français (ou en vulgaire), Xavier Dorison nous offre un one shot historique remarquable qui mérite d'être lu et relu.

Nom série  Le crime qui est le tien  posté le 06/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Étrangement, je ne possède que quelques albums de la série phare de Berthet (Pin-up), mais je ne résiste pas à ses autres albums (Nico, Yoni, Sur la route de Selma).
Après un Perico réussi, Berthet s'associe au prolifique Zidrou pour nous offrir un polar (un one shot, il faut le souligner) assez lent tout de même, dans la collection "Ligne Noire" chez Dargaud.
J'ai vraiment bien accroché, à l'ambiance et à l'histoire. Avec le personnage de Lee"hot"Duncan, il y a un petit côté Halloween Blues, la série de Kas et Mythic, qui ressort.
Un seul (petit) regret, le fait que cette intrigue aurait pu se passer dans n'importe quelle ville des Etats-Unis, le côté "australien" de l'histoire, n'étant pas aussi présent que je le pensais dans cette bande dessinée.
En tout cas, je recommande la lecture de ce one shot.

Nom série  Comment faire fortune en juin 40  posté le 24/09/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cet album, dont je guettais la sortie depuis quelques temps, est un des albums incontournables de cette rentrée.

Avec Nury et Dorison au scénario, je ne pouvais que m'attendre à une bonne surprise. Par contre, je ne connaissais pas le dessin de Laurent Astier, qui m'a un peu surpris. Son style oscille sans cesse entre le dessin réaliste et la caricature. D'ailleurs, dans les bonus de la (superbe) version en noir et blanc, Laurent Astier ne cesse de faire référence à Alain Delon, Lino Ventura, Gérard Depardieu, ou encore Pierre Fresnay pour dessiner ses personnages principaux.

Librement adapté d'un roman de Pierre Siniac " Sous l'aile noire des rapaces", cette bande dessinée est littéralement jubilatoire.
Les situations sont souvent drôles, cela flingue à tout va et cela ne va pas sans rappeler le film "les Morfalous", normal, c'est tiré d'un ouvrage dudit Siniac.
Cette adaptation qui mêle à la fois la comédie, la tragédie et l'aventure, vous fait passer un très agréable moment de lecture.

Pour ma part, je retiens ce titre comme un des meilleurs de cette rentrée.
Le format choisi, assez inhabituel, pour la version couleur peut surprendre mais le travail de Laurence Croix sur la couleur est tout à fait remarquable et mérite d'être souligné.
Il faut souligner une édition en noir et blanc, avec un format plus grand, plus classique, accompagné d'un bonus assez conséquent, qui rend hommage au superbe dessin de Laurent Astier.
Ne pouvant opter pour l'une ou l'autre des versions, j'ai acheté les deux...

Dans la débâcle de Juin 40, je vous invite à vous plonger dans ce casse assez surprenant, où les rebondissements ne sont pas rares.

Bonne lecture.

Nom série  La Diète  posté le 05/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai découvert Ignacio Noé avec l'excellent et très drôle album Exposition, puis avec L'Accordeur.
Ici, les éditions Dynamite nous propose une œuvre plus ancienne du dessinateur argentin.
Si le dessin de Noé est tout a fait reconnaissable avec des femmes avec de forts attributs mammaires, il manque une once de folie et d'humour qui marqueront ses albums futurs.
A découvrir oui pour les amateurs de l'auteur mais pour ceux qui veulent aborder la bande dessinée érotique, préférez d'autres ouvrages.

Nom série  Soucoupes  posté le 05/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'étais passé à côté de cet album à sa sortie. Il m'a fallu un passage en médiathèque pour le découvrir. Et bien je n'ai pas été déçu par cette aventure. Assez proche du style de dessin du remarquable " L'empire de l'Atome ", j'ai rapidement été séduit par le style.
Le scénario n'est pas en reste non plus: en suivant la vie presque morne de Christian (enfin pas tout à fait car entre sa femme, sa maitresse, sa mère et sa tante, il de quoi faire....) bousculée par l'intrusion d'un d'extra-terrestre dans son existence,les auteurs nous entrainent dans un univers complétement farfelu (avec des inventions assez édifiantes)

Une histoire qui permet de nous évader, avec un style graphique particulier.
Un seul regret, cette bande dessinée se lit un peu trop vite.

Nom série  Suite 121  posté le 15/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Retour gagnant pour Igor & Boccère (qui ne forment qu'un seul et unique auteur) avec cette Suite 121, qui reste au niveau de Chambre 121, album dont j'avais, à l'époque, pensé le plus grand bien. Dans le style BD dite "pour adulte", je tiens cette série comme une des meilleures du genre.
Avec ce premier opus de cette seconde saison, l'auteur nous offre là les nouvelles aventures d'un "étalon" mis à la disposition d'une grande bourgeoise répondant au superbe nom d'Ermadine Saint Lys.
On y retrouve toutes les perversions sexuelles : du candaulisme à la partouze branchée, en passant par la double pénétration et l'onanisme, le tout dessiné de manière magistrale.
Certes les canons habituels ne sont guère présents ici : aucune bimbo mais des femmes ordinaires (la notion de la "voisine d'à côté" - the girl dext door- comme le soulignait le journal PlayBoy à une époque, semble être le leitmotiv de cette série).
C'est un album très cru, pornographique mais qui tranche vraiment avec les albums habituels en faisant des femmes évoquées dans ce récits non des femmes soumises (comme le fait Ardem) mais des maîtresses-femmes, fières et dominatrices.

A réserver aux adultes, évidemment.

Nom série  Le Sculpteur  posté le 19/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cela faisait des années que je n'avais lu de roman graphique américain, depuis Habibi de Craig Thompson, en fait.
Au vu des bonnes critiques lues ici ou là, je me suis rué chez mon libraire pour enfin découvrir ce nouvel avatar du mythe de Faust.

Et bien, je dois dire que j'ai dévoré ce pavé de près de 500 pages en deux jours. L'histoire s'installe si bien que l'on en oublie le mythe de Faust, qui s'efface derrière des personnages bien campés et une ville de New York qui devient le personnage principal du roman. Il n'y a pas que cela dans ce livre, on y trouve le marché de l'art, le besoin de reconnaissance de l'artiste, le mythe de Faust -que l'on finit par oublier- , une histoire d'amour, le fantastique, qui devient presque normal avec la narration soignée de McCloud.

L'auteur prend son temps pour nous dévoiler le (parfois, sale) caractère de David Smith et une galerie de personnages très typés.

Plus ma lecture progressait, plus je tournais les pages avec frénésie pour connaitre la fin, et quelle fin !!

Un très bel ouvrage que je relirai sans hésiter.

Nom série  Héléna  posté le 06/10/2014 (dernière MAJ le 08/03/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Volume 1

Depuis quelques années, Jim nous a habitués à ses bandes dessinées basées sur les rapports amoureux, ou plutôt sur la recherche des amours perdues. Avec notamment le très remarqué Une nuit à Rome où Jim abordait une crise de la quarantaine assez réaliste.
Avec "Héléna", on change de registre mais pas de thème.
Jim traite toujours des amours contrariées, peut-être pas à la quarantaine mais plutôt vers la trentaine.
Ici, Simon aime Héléna, de façon secrète voire discrète au début, puis cela prend de telles proportions qu'après l'avoir revue il va... oui , il va quoi ?
Comment un homme décide, à la vue d'une amourette de jeunesse, de bouleverser sa vie ?
Telle est la réponse que va essayer de nous livrer Jim.

C'est un album élégant (j'ai choisi de le lire dans la version TL) que nous offrent les éditions Bamboo, le tout servi par un dessin très réussi de Lounis Chabane, qui, comme les précédents dessinateurs des scenarii de Jim, se glisse parfaitement dans l'univers du scénariste.

Certains peuvent reprocher à Jim de présenter une nouvelle fois la même histoire, mais pour ma part, j'y vois, ici, une approche différente des rapports amoureux dans cette histoire de Simon, payant Héléna, trois heures par semaine pour, oh non pas vivre une histoire sexuelle, mais pour passer seulement un moment d'échange... mais jusqu'où cet échange ira-t-il ?
Réponse dans le prochain volume que j'attends avec, non pas avec impatience, mais avec plaisir.

Volume 2

Le premier volume pouvait apparaitre comme léger mais la conclusion de cette histoire est plus grave et sombre qu'on ne pouvait l'imaginer.
Sans en dévoiler les tenants et aboutissants de cette histoire d'amour presque impossible, je ne peux que saluer le ton adopté par Jim , qui signe là de superbes réparties, avec des dialogues qui font souvent mouches , dans cette histoire qui m'a touché à plus d'un titre.
"l'amour est trompé, fugitif ou coupable" écrivait Chateaubriand. Dans le second et dernier volume de cette série nous avons les 3 facettes de l'amour.
J'ai littéralement dévoré cet album, meilleur que le précédent, et qui à travers le personnage de Simon, nous offre une histoire d'amour assez inédite et qui finit.....sans spoiler........par retomber sur "ses pattes". La boucle est bouclée au bout de ces 78 pages, qui se lisent comme on regarde un film.
Jim est vraiment l'auteur des quadras, qui sait par une phrase, un mot décrire le malaise d'un homme de cette génération. "Je suis plein de silence assourdissant d'aimer" disait Aragon. Ce vers pourrait être prêter à Simon envers Héléna, tant sa passion vers cette femme inaccessible le bouleverse.
Un très bel album, souligné par le trait de Lounis Chabane qui a su se rapprocher du style de Jim sur Une nuit à Rome par exemple

Nom série  Ulysse 1781  posté le 20/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avec une couverture qui lorgne (volontairement ou non) vers Long John Silver , cet album a tout pour plaire à un public très large.
Xavier Dorison est en outre un habitué des succès publics (du "Troisième testament" à W.E.S.T, on ne compte plus ses bandes dessinées qui se vendent très bien)
Dorison nous propose içi une adaptation de l'Odyssée d'Homère en transposant l'action dans les débuts d'une jeune démocratie, les Etats Unis. En confiant le dessin à Eric Hérenguel (qui avait signé un formidable Lune d'argent sur Providence, les éditions Delcourt ont opéré un bon choix: un dessin réaliste, assez vif, qui offre des cadrages parfois saisissants, bref du très bon travail.
Pourtant, il manque quelque chose pour transformer ce premier opus en très bon album. A force de vouloir adapter l’œuvre d'Homère dans cette Amérique très hostile, Dorison se perd un peu dans la psychologie des personnages: le capitaine MC Hendricks est un peu froid voire distant, Mack, son fils,manque de caractère. En outre, même si l'idée de l'Achéron nous offre de belles planches, je ne suis guère convaincu par l'efficacité de ce navire en pleine nature.
Xavier Dorison, fidèle à ses vieux démons, ne peut s'empêcher d'intégrer à son récit une dose de fantastique, à travers cet ersatz de cyclope, qui donne du piment à cette aventure.

Bref, un album correct qui se lit avec plaisir mais qui, pour le moment, ne se hisse pas aux meilleurs albums de ce début d'année comme Undertaker, ou Buffalo Runner

Nom série  Un océan d'amour  posté le 09/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
J'avoue avoir hésité pendant un moment pour acheter ce one shot.

Les bandes dessinées muettes de qualité étant assez rares sur le marché, (la dernière en date étant Là où vont nos pères) la tentation était grande pour moi d'en faire l'impasse.
Pourtant devant les articles dithyrambiques sur cet album, je me suis finalement décidé à l’acquérir, avant même qu'il n'obtienne le prix de la Fnac.

Il faut tout de même reconnaitre que le scénario de Lupano, scénariste de renom, reconnu depuis quelques années , ne souffre d'aucun défaut dans ce one shot qui oscille entre humour et tendresse. C'est limpide, fluide (pour un album intitulé "un océan d'amour', il n'en fallait pas moins), et surtout très drôle.
On passe de la Bretagne à Cuba en quelques pages, sans se rendre compte des multiples rebondissements qui ponctuent cet ouvrage de plus de 220 pages.
Et que dire du dessin de Panaccione qui illustre parfaitement l'histoire de ce pauvre pécheur, empêtré dans ses filets et naufrages.

C'est beau, émouvant le plus souvent, mais surtout très touchant pour le lecteur que je suis.
Une réussite totale, une de plus pour Lupano.

Nom série  L'Arabe du futur  posté le 09/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cela faisait un moment que je tournais autour de ce livre.
Sans doute à cause de sa parenté graphique avec les albums de Guy Delisle (que j'adore) ou encore ceux de Marjane Satrapi, que j'avais découvert il y a quelques années.
Ce n'est pourtant pas son récent prix à Angoulême qui m'a fait pencher vers l'achat de cet album. En effet, son précédent prix pour Pascal Brutal m'avait laissé de marbre à l'époque. Et, je l'avoue, c'est la première fois que je lis un album de cet auteur.

Avec ce premier album retraçant son enfance, j'ai adoré ce que je retrouve chez Delisle : dépaysement, décalage, et surtout ici (pour ceux qui comme moi ont le même âge que Riad Sattouf) une autre idée des années 80, très loin du mode de vie occidental que l'on connaissait.
Avec ce premier opus, Riad Sattouf nous offre une vision assez pessimiste d'un monde arabe tourné vers le despotisme de Kadhafi, en Lybie, ou d'Hafez Al-Assad en Syrie, despotisme appelé à être renversé d'après son père, visionnaire des printemps arabes, avant l'heure.
Outre cet aspect, Riad Sattouf nous enseigne, avec une facilité déconcertante, les différences entre sunnites et chiites, qui encore de nos jours, bouleversent l'équilibre du monde arabe.
Choc des cultures, entre orient et occident, choc des civilisations entre Bretagne et Lybie (et Syrie), cet ouvrage est vraiment remarquable, et je serai au rendez-vous, sans hésitation, pour le second volume.

Un prix amplement mérité à Angoulême pour cette année 2015.

Nom série  Buffalo Runner  posté le 02/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai découvert cet auteur avec le fantastique triptyque de L'Auberge du Bout du Monde, il y a quelques années, puis avec le lumineux mais néanmoins inachevé Ewen et ensuite Canoë Bay .
Avec cet album, Tiburce Oger, seul aux commandes, nous livre là une histoire formidable qui revisite toute l'épopée du far-west. Le scénario oscille sans cesse entre le film "Little big man" (avec une narration assez proche d'un vieillard qui se confie) et Buffalo Bill, véritable mythe américain.
Les premières pages de l'album donnent le ton à l'histoire, une histoire sans pitié et cruelle, comme celle de la conquête de l'Ouest, rapidement évoquée ici sous le prétexte de découvrir la vie d'Edmund Fisher. J'ai adoré la période avec le marquis de Morès, qui nous ramène à notre histoire à travers Pétain ou Maurras.
Ayant acheté l'album sous la format du tirage de luxe, grand format, je suis resté scotché par la beauté des planches. Les pleines pages sont formidables et les dessins, couleurs, et mouvements sont remarquables. Avant de me lancer littéralement dans la lecture de l'album, j'ai longuement feuilleté les pages pour y admirer le dessin élancé, les cadrages audacieux, et les couleurs de Tiburce Oger.
Je ne regrette pas ,au contraire, le choix vers le grand format qui offre à cet histoire l'espace qu'elle mérite.
Le western est à l'honneur en ce début d'année 2015 ,avec Hermann qui revient à ses classiques avec Sans Pardon (avec la complicité d'Yves H.) ou encore avec Ralph Meyer & Xavier Dorison qui rivalisent d'imagination pour rejoindre Giraud & Charlier sur Blueberry.

Un très bon album que je recommande.

Nom série  Little Tulip  posté le 04/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Malgré l'insistance de mon libraire, je n'avais pas acheté "little Tulip", sans doute en raison du dessin de Boucq, auteur qui, mis à part la remarquable série Bouncer, ne me tente guère.
Il aura fallu que le père noël dépose cet album sous le sapin pour que je le lise.
Et bien, je dois dire que cela fut une divine surprise à la lecture de l'histoire de Paul/Pavel, enfant élevé dans les geôles staliniennes.
L'histoire, dès les premières pages, nous transporte, et, malgré de nombreux flash-back ,l'ensemble du scénario de Charyn reste parfaitement fluide.
La reconstitution des Goulags de l'ère Stalinienne est saisissante de vérité (je me suis ,en outre, lancé dans la lecture de "l'archipel du Goulag" de Soljenistsyne) et nous offre des passages très durs à lire.
L'équilibre entre l'enquête "américaine" et la période soviétique est très bien dosée.
Seul ombre au tableau, la conclusion qui repose sur une dose de fantastique, qui nuit un peu au récit. Mais tant pis !
L'histoire est cruelle, presque criante de vérité, et très bien illustrée par un François Boucq, dont je découvre pour la première fois une œuvre autre que Bouncer.

Un très bon moment de lecture.

Nom série  Le voyage d'Abel  posté le 01/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Seulement édité à 1000 exemplaires, cet ouvrage de 72 pages m'a été chaudement recommandé par mon libraire.
Bien lui en a pris car cette histoire d'Abel, agriculteur malgré lui, tient à la fois de la tragédie, du comique et de la poésie.
Cette chronique sociale peut parfois faire songer à l'univers de Simon Hureau ou encore de celui d'Etienne Davodeau mais Lisa Belvent apporte dans son scénario une touche de réalisme du quotidien qui touche le lecteur (les courses, le café, les contraintes de l'agriculteur...), le tout appuyé par un superbe dessin de Bruno Duhamel qui restitue avec talent des situations le plus souvent cocasses (le running gag du chien par exemple).
Mais cela n'est pas tout, Duhamel nous offre des scènes champêtres de toute beauté.

Un livre drôle, émouvant et surtout formidablement bien construit qui aurait pu prendre comme sous-titre, ce vers de Giraudoux:
"Veux-tu connaitre le monde?
ferme les yeux , Rosemonde"

Une belle surprise pour ce début d'année.

Nom série  Choc  posté le 25/11/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je ne suis guère féru des aventures deTif et Tondu, d'ailleurs mes souvenirs de lecture remontent à mon enfance, lorsque je lisais la revue "Spirou".
Pourtant, devant les bonnes critiques lues ici ou là, je me suis plongé dans le premier volume de "Choc".

Et là, quelle bonne surprise!

Avec ce spin off, nous sommes très loin de l'univers de la série mère. Le dessin d' Eric Maltaite,fils de Will, même s'il relève du franco-belge, est assez éloigné de l'école de Marcinelle. Le scénario,(signé Colman) lui, est très sombre, avec un aspect assez sanglant parfois, ce qui me fait penser que cette bande dessinée est destinée plus à public adulte qu'à un public adolescent.

L'intrigue est fort bien menée, avec un équilibre entre les flashes- back et l'opération commando de Choc, le tout sous un format inhabituel de 88 pages, qui a le mérite d'être souligné dans la production actuelle.

Bref une très bonne surprise pour moi.
Je serai au rendez-vous pour la sortie du tome 2

Nom série  La Lune est blanche  posté le 23/11/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Après le très réussi Voyage aux îles de la Désolation, Emmanuel Lepage nous embarque, une fois de plus, dans une magnifique aventure polaire, en compagnie de son frère, François, qui nous offre dans cet album des photographies, parfois en pleine page, de toute beauté.
C'est un voyage au bout du monde qui vous attend, avec des paysages dignes d'un paysage lunaire.

Avec son précédent périple, nous avions pris l'habitude des scènes maritimes mais ici, dans la seconde partie du livre, Emmanuel Lepage nous fait découvrir un monde complètement nouveau pour moi, l’Antarctique.

Fort bien agrémenté de l'histoire des découvreurs du 6ème continent (avec notamment les expéditions rivales et extraordinaires de Scott et d'Amundsen de 1912, celle de Charcot ou encore la formidable histoire de l'Irlandais Ernest Shackeleton, en 1914,) cet album n'est pas seulement un récit de voyage mais aussi un très beau livre d'histoire, un véritable hommage à ces aventuriers du Pôle, le plus souvent méconnus.

J'ai dévoré cet album, suivi avec passion les espoirs et déboires de François et d'Emmanuel Lepage, leurs joies et leurs peines.

Un livre que, comme les précédents livres d'Emmanuel Lepage consacrés aux Terres Australes et Antarctiques Françaises ou à Tchernobyl, je relirai avec plaisir à chaque fois tant l'histoire est prenante et les dessins d'une incroyable beauté.
A la lecture des planches, on ressent aussi le froid polaire, le vent mais aussi la chaleur humaine. Les photographies de François Lepage, loin de se substituer au dessin de son frère, apportent une respiration, un souffle, parfois une surprise à cette aventure.

L'album est complété par un dossier extrêmement enrichissant, et cette fois-ci composé intégralement de photographies.

Plongez dans cette aventure humaine.
Vous ne le regretterez pas.
Excellent album.

Nom série  Fils du Soleil  posté le 20/11/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Avouons le tout de suite, Fabien Nury nous a concocté un scénario plus que réussi à partir des nouvelles de Jack London, auteur que l'on connait beaucoup plus par son intérêt pour les grands froids que par son tempérament d'aventurier sous le soleil.

Il faut dire qu'à la lecture de cette bande dessinée, l'histoire m'a immédiatement replongé dans les meilleurs films "maritimes" d'Hollywood, des "Contrebandiers de Moonflit" à "La perle noire", que l'on découvrait dans la désormais mythique "Dernière Séance"

Même le dessin d'Eric Henninot conserve un aspect assez rétro qui peut faire songer à celui de William Vance (avec " Bruce J. Hawker"), et dans un premier temps, les couleurs employées m'ont un peu rebuté; à tel point qu'une version en noir& blanc aurait suffi à mes yeux.

Et pourtant, avec les pages consacrées à la tempête, cet album est d'une beauté incroyable.

Amateurs d'aventures, embarquez vite à bord du vaisseau "Wonder", vous ne regretterez pas votre voyage, même s'il sera évidemment mouvementé.

Un des meilleurs albums de cette rentrée 2014, sans aucun doute.

Nom série  H.ell  posté le 20/11/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
A la sortie de cet album, je n'avais pas été attiré par l'histoire.
Il a fallu que je l'emprunte à la médiathèque pour m'en faire enfin une idée.
J'avoue que le dessin de Vrancken ne m'a guère laissé indifférent, au contraire certaines planches voire certains découpages assez variés m'ont vraiment bluffé.

Par contre, je n'ai pas du tout adhéré au scénario de Desberg, qui par le passé nous avait habitué à mieux (le premier cycle de Black Op ou encore le dernier volume de Le Scorpion étaient d'un niveau autre).

Comme Mc Arthur, j'ai trouvé assez lourd la répétition introspective sur la transformation de Harmond Elllonder en H.Ell. Cela devient lassant au fil de la lecture. Et puis le personnage du questeur n'est pas très original. On le retrouve sous les traits de Conrad de Marbourg dans Le Troisième Testament ou encore de Guillaume de Baskerville dans le roman "Au nom de la Rose".

Ce premier volume est assez mal équilibré, entre une enquête qui oscille entre la réalité et le fantastique et le fil rouge de la série (comment le désormais H.Ell en est arrivé à son statut de questeur, véritable banni dans ses propres terres).

Bref , j'attendais mieux d'une telle collaboration.

Nom série  Le Chant du Cygne  posté le 31/10/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je n'avais pas acheté cet album car le dessin de Babouche ne m'attirait guère avec style trop proche du "manga", à mon goût.

Quelle erreur j'avais faite !

A l'occasion d'un passage à la médiathèque, je suis tombé sur cet opus et je l'ai littéralement lu d'une traite, tant cette aventure co-signée par Dorison & Herzet m'a bluffé. Je m'étais pourtant juré de ne plus lire de bandes dessinées sur la période 14/18, vu l'overdose de sorties sur ce sujet depuis un moment.
En suivant les mésaventures de cette section de soldats, j'en oublie mes a priori, c'est-à-dire le dessin. Au fil des pages, je me suis mis à apprécier les planches de Cédric Babouche, ainsi que les couleurs employées.
Une bonne histoire sur les stupides et inutiles assauts de la période Nivelle, avant qu'il ne soit remplacé par le Général Pétain.
C'est intelligent, avec une galerie de personnages (de l'imposant sergent Sabiane au petit lieutenant Katz ) qui sont fort bien campés, le tout sans oublier la violence de la guerre.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 31 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque