Encheres BD 728x90
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...   BD Encheres 468x60
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 4429 avis et 803 séries (Note moyenne: 2.83)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Love and hat  posté le 08/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
C'est une bd muette en noir et blanc où nous suivons un astronome en mal d'amour et qui porte toujours un chapeau melon mais sans les bottes de cuir. Des dessins assez basiques s'enchaînent inlassablement. Le graphisme sera assez minimaliste. On ne pourra pas véritablement s'extasier.

J'avoue ne pas avoir beaucoup ri. Même pas un sourire arraché. Non, c'est plat du début à la fin. D'ailleurs, cela commence à devenir un peu hot dans le dernier tiers mais cela va se terminer en eau de boudin.

La thématique est celui du célibat et de la recherche de l'âme soeur qui est parfois assez compliqué. le comique voulu était la maladresse de notre petit personnage. Cependant, cela n'a pas prit. Oui, on mangera son chapeau au sortir de cette lecture. Pour le coup de chapeau, il faudra également repasser.

Nom série  Mes petits plats faciles by Hana  posté le 07/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai sans doute trop mangé de ces mangas culinaires qui pullulent actuellement sur le marché. Oui, je suis en période d'indigestion. En l'occurrence, nous avons droit à une succession de petits plats japonais mitonnée par Hana se définissant elle-même comme une truie heureuse (je n'invente rien).

Arrivé au 17ème plat de manière tout à fait linéaire (un plat par chapitre), on n'aura plus très faim. C'est destiné avant tout à un public japonais aimant cette cuisine vite faite en fouillant les restes des placards. Certes, on pourra s'attacher à Hana au fil des recettes.

Cependant, le quotidien des situations va finir par nous lasser. Hana parle beaucoup toute seule et se jette des fleurs sur la qualité de sa cuisine. Vous saurez à quelle sauce vous allez être mangé et vous allez déguster !

Nom série  Illimité  posté le 07/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Attention, je vais parler le djeun avec des nouvelles expressions qui déchirent grave. Ne soyez pas trop dègue !

Il faut reconnaître que ces personnages ont le bon ice et on remarquera de belles peufras pas trop fat. Je ne suis pas en bad pour autant. Le héros Sim semble être un boloss crari le nouveau Ministre de l’économie quand il ne fait pas son Kévin. C’est trop calé ou trop dar ! Ca bécave de temps en temps mais c’est limite acceptable pour un ado pré-boutonneux.

La lecture ne pourra que vous faire chiller grave. Ça m’enlise. Il est vrai que c’est parfois chimique et limite ghetto mais bon. C’est parfois la hass au niveau du dessin trop cheum. Hassoul, elle passe pas crème cette bd ou ce n'est pas de la balle. Je suis loin d'être saucé ! Allô ? Non mais allô, quoi

Pour l’achat, il faudra avoir les lovés pour s’offrir cela à moins de douiller. Forfait illimité, ne pas s'abstenir !

Gardez la Schweppes et avant toute ! Allez gava, c’est parti: vers l'infini et l'au-delà ! On fait cela en soum-soum rapidement et en selfie ! Yolo les yeuves !

(Mots et expressions tirés du Dictionnaire Ados – Français)

Nom série  Centaurus  posté le 25/04/2015 (dernière MAJ le 07/04/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
La Terre sera amenée à disparaître dans 5 milliards d'années avec l'explosion de notre soleil. Bref, c'est un processus irréversible qui nous indique qu'il y aura bien une fin. Les plus pessimistes pensent que la fin du monde sera beaucoup plus proche en raison des guerres, des conséquences sur le climat et de la disparition de nos ressources naturelles.

Pour perpétuer l'espèce humaine, il n'y a qu'une solution : explorer d'autres galaxies et coloniser une planète habitable. L'exoplanète la plus proche de la Terre se situe dans la constellation stellaire Alpha du Centaure. C'est seulement à 4,3 années lumières. La présente bd imagine un vaisseau-monde qui aurait mis 400 ans environ pour l'atteindre. C'est plutôt bien vu car c'est l'hypothèse actuellement la plus vraisemblable à savoir un équipage se renouvelant sur plusieurs générations avant que le voyage ne soit terminé.

Il n'y a rien à faire : j'aime beaucoup les histoires imaginées par Léo et Rodolphe. C'est à chaque fois une embarcation pour la grande aventure avec ce qu'il faut comme mystère. Cette série a un début très prometteur. Je la suivrai avec un grand plaisir car le thème me passionne véritablement.

Mon léger bémol proviendra du dessin de certains visages des protagonistes qui ont l'air d'avoir une peau assez rugueuse liée à des traits un peu intempestifs. Je ne crois pas que cela soit volontaire mais j'aurais préféré un graphisme plus lisse. Ce dessin fait quand même peur au niveau des visages. Les décors sont quant à eux parfaitement maîtrisés ce qui rassure.

Fort heureusement, les défauts inhérents au dessin seront presque corrigés pour le second tome qui nous entraîne sur une planète bien mystérieuse. On reconnait bien la patte scénaristique de Léo une fois passé le voyage intergalactique. Je suis réellement un grand fan pour suivre chacune de ses aventures de science-fiction. J'aime ça et j'en redemande à chaque fois.

Note Dessin: 3.5/5 - Note Scénario: 4.5/5 - Notre Globale: 4/5

Nom série  Un homme de goût  posté le 30/09/2015 (dernière MAJ le 07/04/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un homme de goût, ce n’est pas facile à trouver. Il faut qu’il soit raffiné. Là, on peut dire qu’il aime la viande fraîche. Il ne fera pas dans la dentelle avec ses dents acérées. On entre dans une ambiance digne du film Le silence des agneaux avec une sorte d’Hannibal Lecter.

Je n’aime généralement pas ce qui a trait au cannibalisme bien que je sois un amateur de Walking Dead. J’avais détesté par exemple Tony Chu Détective Cannibale. C’est donc avec beaucoup d’appréhension que j’ai commencé cette lecture. Et pourtant, cela a bien pris. J’ai même beaucoup apprécié ce plat.

En effet, la construction de ce récit est réalisée d’une main de maître avec un dessin tout à fait satisfaisant. Le seul point négatif était ce passage en écriture ancienne correspondant à des faits se situant à Paris au milieu du XIXème siècle. Par contre, le passage à Cuba pendant la révolution castriste est quant à lui une pure merveille.

C'est une série passionnante à découvrir car on ne sait pas ce qui se cache derrière le monstre et on a envie de le savoir. C'est tout le paradoxe.

Le second tome va nous permettre de nous placer du côté de l'ogre pour en savoir un peu plus sur son passé et sur ses motivations. En effet, on ne sait pas pourquoi il garde en vie notre héroïne. Je dois dire que j'ai été encore agréablement surpris par l'évolution prise par le récit. Même graphiquement, c'est pensé de manière intelligente selon les époques. J'ai réellement adoré. La fin de ce diptyque est impeccable même si elle arrive très rapidement.

Nom série  Sangsues  posté le 07/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L’auteur qui débute dans le métier de mangaka a su créer une certaine ambiance avec ce manga un peu étrange où l’on suit les errances d’une jeune fille de 21 ans, Yoko, qui semble s’être évaporée entre la vie et la mort au sein d’une grande métropole déshumanisée. Elle est invisible au commun des mortels mais pourtant, elle semble vivre dans nos maisons quand nous ne sommes pas présents pour le voir. Bref, on va entrer dans un monde : celui des sangsues ou encore des évaporés qui suit ses propres règles.

Je suis assez critique envers cette série car je considère que l’histoire n’avance pas au fil des volumes. Le concept était fort intéressant mais la pratique ne suit pas. C’est très linaire et on oublie vite sitôt le manga lu au-delà de la critique sociétale. Le récit est par moment assez difficile à suivre ou à comprendre.

Graphiquement, ce n’est pas ma tasse de thé avec ces traits noirs immersifs entre ombre et lumière. Au final, je dois quand même reconnaître un travail d’ensemble assez intéressant car il a le mérite de mettre en lumière ceux et celles que la société a rejetés.

L’auteur s’est d’ailleurs inspiré d’un fait réel à savoir celui d’un Japonais qui a découvert en 2008 qu’une vieille femme vivait dans son placard depuis presque une année. Mon conseil : vérifiez bien vos armoires car on ne sait jamais...

Nom série  Aïvali  posté le 07/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Même si on est féru en histoire, on ne peut tout connaitre. Ainsi, j’ignorais totalement le destin de cette ville côtière située en Turquie en face des îles grecques. Aivali était doté d’un statut particulier sous l’Empire ottoman. A la chute de cet empire suite à la défaite de la Première Guerre Mondiale, les alliés ont lâché les grecs vivant en Asie Mineure et qui étaient présents depuis Alexandre le Grand dans l’Antiquité.

Le traité de Lausanne de 1923 imposait un échange de population qui s’est déroulé dans les pires conditions. Il faut dire que cela a concerné près de deux millions de personnes. En Grèce, on a parlé de cet épisode trouble comme de la grande catastrophe. C’est toute cette histoire dans la grande histoire qui nous est conté. Juste un regret : ce traité de Lausanne remplace le traité de Sèvres signé en 1920 qui prévoyait la mise en place d’un Etat Kurde et d’un Etat arménien ainsi que la domination grecque sur la région de Smyrne. S’il avait été appliqué, on aurait sans doute évité bien des conflits par la suite. Paradoxalement, ce deuxième traité était très favorable aux vaincus qui avaient pris soin de se retourner contre le pouvoir central en établissant par la même occasion une soi-disant République. Bon, en même temps, on peut comprendre des individus qui n’acceptent pas une paix humiliante.

A noter que ce roman graphique prendra les deux points de vue en considération et que la philosophie va au-delà de prendre parti. C’est surtout la souffrance qui est pris en compte que l’on soit d’un côté ou de l’autre. On se cherche toujours des ennemis pour ne pas avoir à s’affronter soi-même. Au-delà de cet angélisme, il faut comprendre également que beaucoup de grecs (les hommes de 18 à 45 ans) ont été déporté en 1921 comme le furent les arméniens quelques années plus tôt. Les exactions des uns ont provoqué les atrocités des autres. Bref, il faut également savoir doser.

Je reprocherais juste la longueur un peu excessive de ce roman graphique qui passe d’un témoignage imagé à l’autre. Pour le reste, c’est toujours intéressant d’apprendre de nouvelles choses sur un conflit méconnu mais qui visiblement a encore un impact sur cette région de nos jours. Les habitants ont été les victimes collatérales d’accord diplomatiques : c’est ce qu’il faudra retenir.

Nom série  Grandes oreilles et bras cassés  posté le 06/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Jamais jusqu’ici, Nicoby n’avait été aussi loin. Il passe du domaine de la comédie à celui du journalisme d’investigation qui met la lumière sur l’un des plus gros scandales en France de toutes ces dernières années. Le sujet m’a particulièrement intéressé pour des motifs également professionnels. Il s’agit de la surveillance des e-mails de tout un pays.

En effet, la France de Sarkozy aurait livré au dictateur libyen Kadhafi un système de surveillance généralisée dont ce dernier se serait servi contre ses opposants politiques. Il est vrai qu’au moment du printemps arabe, la ministre MAM avait voulu prêter son assistance à la police répressive du dictateur tunisien Ben Ali afin de mâter la rébellion. On est dans le même registre mais cela va plus loin car ce n’est pas seulement une déclaration d’intention mais des faits avérés. Il est vrai que je suis complètement sidéré car j’ignorais ce qui se cachait derrière les affaires liées à la Libye et c'est plutôt grave.

Les auteurs ont réalisé un formidable travail de restitution de l’information en prenant des faits objectifs. On se rend compte de toutes les interconnections entre l’affaire Karachi, la campagne électorale de Balladur que Sarkozy avait soutenu, l’homme d’affaire sulfureux Ziad Takiedine (qui ne paie pas d’impôts) et la Libye en remontant jusqu’à l’attentat de Lockerbie.

Cette enquête va balancer pas mal de monde qui visiblement ne sont pas condamnés. Visiblement, on a considéré qu’un système de surveillance d’une population n’était pas à ranger dans la même catégorie que des armes. Or, quand on sait les effets produits, c’est totalement ignoble que d’avoir laissé passer cela et se retrancher derrière un vide juridique.

Bref, le sujet porte sur les atteintes aux libertés organisées par les services de surveillance des états démocratiques. Il faut dire que les populations sont enclines à plus de sécurité et moins de liberté dans des périodes troubles comme des attaques terroristes.

Sur le fond, la lecture n’a pas été des plus agréables malgré le dessin de Nicoby qui fait parfois dans l’humour. Sans doute, le sujet à traiter imposait d’autres choix ou un autre traitement. Ceci dit, cela n’enlève en rien la qualité de cette enquête.

Nom série  Meutes  posté le 06/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après les vampires notamment avec Rapaces, Dufaux s’attaque au mythe des loups-garous en installant son décor sur la ville de Paris. Il essaye de faire une version assez moderne et contemporaine. Je dois bien avouer que cela a un peu de mal à prendre. Question crédibilité, il faudra fermer les yeux. Il est également question d’un rite de passage et des amours d’une adolescente ce qui fait très Twilight. Sinon, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une lutte de pouvoir au sein de la meute.

Le décor est très soigné avec une couleur directe. Le graphisme est assez agréable pour les yeux. Les corps sont bien proportionnés. J’ai été un peu surpris par une couverture assez sombre alors que le dessin de cette bd est plutôt dans des nuances assez claires. Même les nuits sont bleutées ce qui confère une ambiance assez particulière et donc intéressante.

On a du plaisir à la lecture. Ce n’est pas le top mais c’est mieux que la moyenne. Le récit manque un peu de rythme. Le rebondissement vers la fin n’est pas bien dosé. La première saison est déjà conclue en deux volumes sortis avec trois mois d’intervalle. Cela va vite. L’originalité ne sera pas de mise mais l’efficacité est présente grâce au talent du scénariste et du dessinateur.

A noter également un second tome qui pose plus de questions qu’il n’apporte de réponses. A suivre par conséquent.

Nom série  Dimension W  posté le 05/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je m’attendais sans doute à autre chose en commençant la lecture de cette série à savoir à un univers assez sérieux. La référence à Nikola Tesla, cet inventeur et ingénieur américain d'origine serbe qui a vécu entre 1856 et 1943, était plutôt remarquable. Il est vrai qu’il est peu connu du grand public alors qu’il fut certainement le plus grand inventeur de son siècle avec plus de 300 brevets déposés. Il a travaillé surtout sur la conversion de l’énergie.

Dimension W va plus loin en imaginant une sorte de monde futuriste ayant vaincu le problème de la pénurie d’énergie grâce à la 4ème dimension. Il faut dire que Tesla avait prédit que l’énergie libre serait la solution et que l’humanité mettrait en harmonie ses techniques énergétiques avec les grands rouages de la nature. Dans la bd, il est à noter qu’il apparaît souvent comme un savant fou dans le rôle du méchant ce qui est franchement une injustice quant à l’œuvre de sa vie et son apport pour améliorer la vie des hommes.

Pour en revenir à la série, l’auteur exploite un univers futuriste assez intéressant mais la série va partir dans des travers dès le troisième tome où l’évolution du scénario nous conduit ailleurs. Graphiquement, c’est plutôt du bon travail avec une lisibilité assez satisfaisante. L’édition est soignée. On a même droit à quelques pages en couleurs.

Je retiendrais surtout une série de science-fiction assez innovatrice mais qui a également ses travers (un personnage principal humoristique et trop stylé). Au final, une bonne réalisation tout de même.

Nom série  Kyo-Ichi  posté le 04/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C’est le genre de thriller un peu horrifique que j’aime bien. Il faut dire que j’apprécie également son auteur Motorô Mase pour posséder dans ma collection Ikigami - Préavis de mort. C’est l’une des rares collections de mangas que je possède sur un coup de cœur. J’aime bien le style de l’auteur ainsi que son dessin fort bien travaillé.

On est tout de suite pris dans cette histoire au relent un peu fantastique avec ces mort-vivants mais qui s’inscrit dans la réalité. J’ai bien aimé le passage en deux temps de ce récit qui va se transmettre du père au fils sur une période plus ou moins longue. Il y a des détails qui sont bien pensés. On regrettera juste une fin un peu trop convenue et une mise en nuance un peu absente. Cependant, dans l’ensemble, on passe un bon moment de lecture.

A la fin, nous aurons droit à la nouvelle qui faisait office de pilote de la série Ikigami. Cela aurait pu être un récit totalement indépendant intégré à un moment donné dans la série mère. Cela n’apporte pas grand-chose en plus.

Nom série  Down on the Petawawa  posté le 02/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Down on the Petawawa se veut avant tout une contemplation sereine de l’immensité naturelle, un concentré d’impressions poétiques, une apologie de la simplicité et un lieu de communion avec la nature. On va partir pour une évasion en canoë kayak à la manière d'un road-movie mais sur une rivière.

Il faut savoir que Louis Rémillard est l’un des pionniers de la BD au Québec. C'est un album en noir et blanc qui respire la fraîcheur. J'ai juste regretté une trop grande simplicité de l'intrigue. La thématique n'apporte pas quelque chose de nouveau.

Nom série  Vanille ou chocolat ?  posté le 02/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
L'auteur est défini comme crazy + genius par Scott Mc Cloud lui-même. Il faut dire que ce comics est très ingénieux avec la possibilité d'avoir 3856 histoires possibles. Oui, c'est une bd jeu avec même des pages secrètes selon certains codes. Il faut savoir que l'auteur était également un mathématicien.

Si le procédé était inventif, la mise en pratique s'est faite plus laborieuse. On perd vite le fil avec ce parcours fléché et cela ne veut plus rien dire au bout d'un moment par manque de cohérence. Il faut choisir entre la vanille ou le chocolat à défaut de fraise.

Nom série  Ben  posté le 02/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Les aventures de Papi et de Mamie sont plutôt assez laborieuses et trop bon enfant. Il y a un sérieux manque de modernité et d'inventivité dans les gags. Cela va défiler sur 104 pages. A la fin, si on tient jusqu'au bout, on sera véritablement gavé. Comme dit, il faut se préparer psychologiquement.

Pourtant, cette série a été créée en 1996 par Daniel Shelton et publiée partout au Canada et aux Etats-Unis. J'ai eu peu d'intérêt pour cette lecture.

Nom série  90 films cultes à l'usage des personnes pressées  posté le 02/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'avais été plutôt attiré par le principe qui avait l'air assez séduisant. Je suis plutôt un grand cinéphile.

Pour autant, le choix de certains films cultes est plutôt sujet à caution: Boulevard du crépuscule, Délivrance, Le chien andalou, Le rock du bagne, The breakfast club, Le 7ème sceau ou encore Le garde du corps. Certes, on trouvera Casablanca, Citizen Kane ou encore Autant en emporte le vent. Mais bon, je n'ai pas été franchement convaincu.

Par souci de modernisme, il ajoute des films tel que Forrest Gump ou Alien. Cependant, cela ne trompera personne. C'est vieux jeu.

Au niveau de la forme, nous aurons droit à 4 cases dont le titre du film sur 90 pages. Bref, peu de variation. C'est poussif et répétitif avec un manque sérieux d'originalité.

Nom série  The sex visitors  posté le 02/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Voici une bd totalement trash avec des fautes d'orthographe tous les deux mots entre deux scènes de baise. Le lecteur avisé aura la chance de prendre part à des dialogues du style "c'est pas ma faute si j'aime les moeufs". Oui, on pourra difficilement descendre plus bas.

Sinon, il y aura bien une intrigue avec un voyage en Amazonie d'une bande d'anthropologues s'adonnant avec joie à des plaisirs très coquins. Au niveau du dessin, un petit format et du noir et blanc. C'est plutôt un graphisme enfantin alors que le fond ne l'est pas. Bref, un dessin immonde et je reste particulièrement poli.

A noter également l'emploi du mot "les écologues". Il faudra m'expliquer si l'auteur a voulu parler des écologistes.



Nom série  Le Dramaturge  posté le 02/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Là encore, cette oeuvre au format à l'italienne ne m'a pas touché. Il y a 3 cases par page en horizontale. La couleur sera de rigueur. La forme est presque linéaire et homogène. On notera l'absence de bulle et une narration omniprésente. La construction se fait dans une parfaite logique.

Le dramaturge prend des notes mentales toute la journée qu'il restitue le soir de manière mécanique. Cela va s'étirer sur près de 159 pages. C'est ennuyeux à la longue car nous allons avoir droit à dur "le dramaturge dort toujours sur le dos. Enfant, le dramaturge avait une conscience éveillée".

Oui, on peut finir par s'endormir et passer totalement à côté de ce dramaturge solitaire aux journées totalement mornes.

Nom série  Kanerva  posté le 02/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Je tiens tout d'abord à préciser que je n'ai rien contre la BD finlandaise. Chaque pays a sa propre culture qui peut être intéressante.

Nous avons des dessins enfantins et une intrigue qui restera au raz de l'eau et d'une extrême naïveté. Cela tombe bien car la bichromie sera bleu et blanc. Il ne manque que le rouge.

Que dire d'autre ? Les aventures de Kanerva ne m'ont pas paru passionnantes avec un rythme beaucoup trop lent pour une oeuvre très courte.



Nom série  Ubu  posté le 02/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Ce « Ubu-comic » n’a été publié jusqu’ici qu’aux Pays-Bas et au Japon. Themerson Franciszka est une auteure polonaise peu connue en France qui a adapté en BD l'oeuvre d'Alfred Jarry à savoir Ubu Roi. Elle est malheureusement décédée en 1988. Elle était connue dans son pays pour être réalisatrice de films expérimentaux.

L'édition est au format à l'italienne. Le dessin en noir et blanc est plutôt difforme. Ce n'est pas très joli d'un point de vue esthétique. L'auteure n'était pas faite pour le dessin.

Que dire sur le fond ? Les dialogues sont insupportables. C'est sans doute ceux de la pièce de théâtre. Bref, je n'ai pas accroché sur le fond et sur la forme.

Nom série  Fleep  posté le 02/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Cette oeuvre au format à l'italienne et à sa bichromie noir grisâtre ne m'a pas particulièrement marquée. Ce n'est pas l'absence de dialogue mais plutôt un début très lent qui nous confère par la suite dans une certaine claustrophobie ambiante.

On va s'ennuyer ferme avec un charabia monstrueux qui aura fini par épuiser notre délicate patience. On ne verra qu'une cabine téléphonique avec un homme visiblement coincé. Un huis-clos solitaire désopilant.



Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 222 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque