pub
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...   BD Encheres 468x60
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 4476 avis et 822 séries (Note moyenne: 2.83)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Emilie voit quelqu'un  posté le 08/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Visiblement, je suis tombé sur la série des suicides et des dépressions après ma lecture sur Invisible par des auteurs également féminins. C'est un sujet qui semble beaucoup inspirer en ce moment.

Avec cette Emilie Geoly, on explore toute la palette des névroses, des formes de psychothérapies, de psychanalyse, de transfert, de sentiments refoulés jusque dans l'enfance. Plus rien n'aura de secret pour le lecteur.

Bon, on aura compris qu'on ne sera pas dans un polar mais dans un huis-clos intimiste sur le mode de consultation d'un psy. Le mode sera à l'humour afin de dédramatiser les situations difficiles comme la perte d'un chien ou la ruine de la pizzeria familiale.

Au contraire de ma précédente lecture, il y a une véritable reprise en main avec espérons-le une issue moins tragique. Bref, c'est un peu moins déprimant !

Nom série  Invisible  posté le 07/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je vais être beaucoup plus clément dans ma notation concernant cette oeuvre qui est un peu la suite de Bulles & blues puisqu'on retrouve notamment le personnage de Soan. Cependant, cette bd se concentre sur un autre personnage de la classe à savoir l'invisible Marie car trop timide. On ne peut qu'être sensible à ce qui va arriver à cette gentille jeune femme très serviable avec les autres mais qui s'est terriblement oubliée.

La recette des auteurs est toujours la même: mettre en avant les tourments de l'adolescence au travers de personnages bien ciblés. Il y a toujours ces tranches de vie qui font dans le crédible. Et puis, cette fin sans doute trop brutale et qu'on ne voit pas forcément arriver pour si peu. Le mal-être est exploré tout en finesse dans un monde de relation entre élèves sans pitié.

Une lecture sans doute utile pour nous sensibiliser à ne pas laisser au bord de la route ces gens invisibles qui pourraient alors mal tourné. Bref, pour plus de solidarité...

Nom série  Kamakura Diary  posté le 05/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il manque incontestablement à cette série une dimension un peu plus sérieuse pour se démarquer des autres joséi manga et pour accrocher le lecteur.

Le sujet est pourtant très intéressant car il parle de la relation familiale dans les familles recomposées. Très souvent, le père ou la mère quitte le foyer laissant des enfants seuls derrière eux et qui doivent se construire sans ce lien. Il est assez intéressant de suivre le parcours de ces trois soeurs unies par un même événement tragique à savoir la disparition d'un père qu'elles ont à peine connu.

Rien n'est trop pesant à cause d'un humour omniprésent. Bref, on pourra trouver cela assez habile ou pénible selon les cas...

Nom série  Turf  posté le 03/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Après "Cowboy et envahisseur", voici prohibition et extraterrestres ou Al Capone contre les vampires au choix. Bref, un mélange de genre qui a eu beaucoup de mal à passer en ce qui me concerne. C'est sans compter sur le bavardage un peu inutile sur de petites cases et le tout sur un format lilliputien. Au final, c'est très lourd et indigeste en ralentissant sérieusement le rythme du récit.

L'héroïne est une journaliste avec un look des années folles et en mal de sensations fortes qui mène une enquête assez morbide sur fond de guerre des clans mafieux. Comme dit, ce mélange original a produit l'effet dégoût intégral. Par ailleurs, le dessin manque sérieusement de précision. On peut dire que c'est la totale. Je serai quand même indulgent dans ma notation car il fallait quand même oser mélanger aliens et vampires dans le New-york sombre et violent de la prohibition. Voilà ce qu'entraîne le manque d'alcool !

Nom série  Lazarus  posté le 03/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n'ai pas trop aimé l'univers futuriste, le récit ainsi que le dessin très sombre. C'est tout cet ensemble qui peut faire qu'on aime ou pas une oeuvre.

Il faut dire que ce n'est guère crédible comme postulat de départ. Une famille riche règne sur un monde de pauvres et n'hésite pas à faire sa loi en se servant d'être doté de pouvoirs exceptionnels comme la régénération du corps. On découvre petit à petit ce qui fait tenir ce monde avec ses codes bien particuliers.

Je n'ai pas réussi véritablement à rentrer dans ce récit bien que le rythme soit présent. C'est très froid et parfois trop impersonnel. On suit une héroïne à laquelle il est difficile de s'attacher. Bref, cela ne prend pas. Par la suite, on devine que les rouages dépassent certaines frontières mais il est trop tard pour bien faire. Le manque d'empathie peut effectivement nuire à l'envie de continuer l'aventure.

Nom série  L'Eté Diabolik  posté le 03/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’ai abordé cette lecture avec beaucoup de recul. Il faut dire que j’étais l’un des rares lecteurs à ne pas avoir aimé Souvenirs de l'empire de l'atome des mêmes auteurs dont l’œuvre avait fait l’effet d’une bombe. Le style graphique est le même mais le récit est totalement différent. Et je ne sais pas ce qui s’est passé au juste, le résultat est que cela m’a plu contre toute attente. J’ai cru d’abord à un miracle inexpliqué. Comme j’ai perdu la foi, je pense que cela doit avoir des explications plus scientifiques à défaut d’être diaboliques.

A l’inverse, je me rappelle avoir été enthousiasmé par une œuvre comme Daytripper (au jour le jour) pour ensuite être plutôt déçu par les publications ultérieures des mêmes auteurs. Aimer une œuvre est quelque chose qui ne se commande pas à l’avance. Un auteur qu’on aime bien peut nous décevoir et inversement. Les choses ne sont jamais figées à l’avance. On ne peut pas alors affirmer que tel posteur persiste à lire des choses qu’il n’aime pas ou inversement. C’est également cela la richesse de la bande dessinée.

Oui, j’ai été véritablement surpris par cet été diabolik car entraîné par cette histoire à rebondissements. On va vivre l’été 1967 avec les yeux d’un adolescent qui découvre l’amour sous l’œil bienveillant d’un père assez mystérieux qui va finir par disparaître de sa vie. On aura droit à une explication 20 ans plus tard au regard de petits détails qui ont été parsemés. Il y a juste un épisode qui me titille à savoir celui du cascadeur qui trouve la mort dans un accident de voiture sur la corniche. Etait-ce un trompe l’œil ou un faux indice ? Et puis, le personnage d’Erik était-il aussi indispensable derrière sa superficialité ? Autant de questions que l’on peut se poser.

En tout cas, c’est une réussite aussi bien scénaristique que graphique avec une belle ambiance des années 60 qui nous est restituée pour notre plus grand plaisir. Au-delà du polar d’espionnage, on aura droit à une belle quête dans l’intimité.

Nom série  Murderabilia  posté le 02/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Qu’est-ce que cette histoire ? Celle d’un jeune branleur qui vend des chats morts à un collectionneur morbide. Il va devenir tenancier d’un hôtel d’un petit bled perdu pour du sexe facile. Morbide, vous avez dit morbide ? Oui, c’est franchement glauque. Il faudra avoir une bonne dose d’ouverture d’esprit afin d’entrer dans le jeu de personnes ayant des valeurs assez particulières et aux antipodes des nôtres.

La marginalité n‘est même pas un problème une fois qu’on accepte le principe un peu original. Au niveau des cases, on aura droit à des tailles lilliputiennes. Le dessin est plutôt naïf ce qui aurait tendance à tromper sur la marchandise vendue à moins de vouloir jouer un rôle d’atténuation face aux horreurs rencontrées. Mais bon, cela aura eu le mérite de nous tenir en haleine jusqu’au final encore plus morbide qu’on aurait pu l’imaginer. On se rend compte à quel point l’homme peut être influencé dans le mauvais sens du terme.

On peut également se poser la question si derrière la volonté de collectionner, il n’y a pas quelque chose d’autre de plus psychologique que se cache. Pour ma part, je ne collectionne que ders bds, des films et des cd musicaux ainsi que des vieilles cartes téléphoniques : bref que des choses anodines !

Nom série  Orcs  posté le 01/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avant de lire ce comics (estampillé par erreur en bd), je croyais que Tolkien avait inventé les Orcs. Ce n'était pas une réalité car ils existaient bien auparavant au même titre que les elfes, les fées ou les trolls. Ils font partie du panthéon fantastique.

L'auteur a eu la bonne idée d'inverser les rôles et de nous les présenter sous une meilleure facette, les humains étant pour une fois cantonnés aux rôles des méchants.

C'est un univers assez intéressant qui est décrit mais juste le temps d'une mission. Je pense que l'univers de Stan Nicholls est bien plus large et qu'il fera sans doute l'objet d'adaptations futures. Sa saga littéraire n'a été vendue qu'à un million d'exemplaires. C'est déjà pas mal.

En l'occurrence, la lecture a été assez agréable pour une oeuvre plus que correcte.

Nom série  La Fabrique pornographique  posté le 30/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Il fallait oser une telle approche et l'auteure l'a très bien réalisée tout en légèreté. On entre dans l'envers du décors pour comprendre comment fonctionne le monde de la pornographie. Il y a certes beaucoup de désillusions provoquées par ces fabricants de fantasmes.

A la base de cette oeuvre, il y a toute une étude sociologique. Fort heureusement, on n'aura pas droit à des données brutes mais à une petite intrigue qui nous tiendra en haleine durant ces 164 pages. L'auteure s'est en effet servie des différents témoignages pour les intégrer de manière subtile dans les dialogues. On comprend mieux la situation de ces salariés pas comme les autres et qui ont le minimum de droits. Pour un Rocco Sifredi, il y a mille hommes sous évalués et idem pour les femmes.

Visiblement, on entre un peu par hasard dans le monde du hard comme Howard le vigile d'un centre commercial ou Betty l'étudiante. On déchante assez vite devant les réalités de ce milieu et devant toute cette industrie pornographique. Le travail du corps peut vite s'avérer épuisant contrairement à ce qu'on pourrait penser.

L'oeuvre est parfois trash mais elle parvient à mettre le lecteur assez à l'aise en introduisant la distance nécessaire par la douceur du trait ou encore par l'humour des situations.

Nom série  Bosch  posté le 30/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Nous avons là l'un des titres les plus réussis de la collection sur les grands peintres. Nous suivons deux époques différentes pour expliquer l'oeuvre du peintre flamand Jérôme Bosch spécialisé dans les petites diableries et autres démoneries. C'est l'un des premiers artistes à nous emmener aux confins du fantastique et du surréel.

Bonne idée que d'avoir associée une jeune restauratrice d'art officiant à Gand en 2016 et qui tente de percer le secret du vernis que le peintre a utilisé au milieu du XVème siècle. Cela donne du poids à l'ensemble ainsi qu'une certaine cohérence afin d'expliquer l'inspiration de ce peintre hors normes qui continue de fasciner plusieurs siècles après.

J'ai bien aimé cette simplicité ainsi que cet enchaînement limpide qui rend le récit assez vivant. Le côté onirique ne gâche rien pour une fois bien au contraire malgré la folie de ce maître. On va savoir pourquoi les démons s'échappent de ces toiles et ce qu'il va tenter de faire pour les retenir...

Nom série  Trashed  posté le 27/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n’ai rien contre les travailleurs qui ramassent les ordures. Ces techniciens de surface urbaine ont toute mon admiration. Il n’y a pas de sot métier en ce monde. Ils sont d’ailleurs très utiles à la collectivité.

L’auteur nous fait partager son expérience professionnelle qu’il a connue au début de sa vie d’adulte avant d’entamer des études à l’université qui l’ont conduit par la suite à être un auteur en vogue des deux côtés de l’Atlantique. Mon ami Dahmer a eu droit à de prestigieux prix sans compter les éloges. Bref, c’est un auteur qui est très sympathique dans son style graphique et la manière de raconter les différentes anecdotes.

Malgré cette démarche assez courageuse à savoir le sujet de l’œuvre portant sur les poubelles, je ne peux pas dire que j’ai été enthousiasmé par ma lecture qui s’est révélée franchement ennuyeuse. Certes, il y a un côté éducatif sur le traitement des déchets et cela alerte sur les conséquences d’une société de consommation qui explose et qui ne fait pas du bien à l’environnement. C'est bien de pointer sur les travers. Cela serait mieux de proposer des solutions durables sans renoncer à notre niveau de vie.

Cependant, au-delà de ces aspects, ce fut très long et presque trop long pour décrire les subtilités rencontrées au fil des tournées tout en parcourant les quatre saisons. Je n’ai rien retiré de cette lecture peu ragoutante de 240 pages tout de même. Cela ne décolle jamais. On reste cloué sur la route au milieu des poubelles avec ce côté assez trash qui donne envie de vomir. J’ai également eu du mal avec les visages déformés dessinés par l’auteur et qui font un peu caricaturaux.

Bon, j’avoue que je ne suis pas trop favorable à la critique satirique d’une société de consommation dont je fais partie. Cependant, je trie mes déchets depuis 10 ans, j’ai un composteur, j’achète des sachets solides qui ne se déchirent pas, je vais à la déchetterie pour les encombrants ou les déchets végétaux. Bref, je ne pense pas avoir de leçons à recevoir de ce côté-là. Pour le reste, le signal d’alarme peut être tiré pour les autres mais j’avais l’impression que ce n’était qu’une excuse pour développer un récit très long et sans grand intérêt toujours en ce qui me concerne.

Nom série  La photographe  posté le 25/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est un titre qui se situe à mi-chemin entre L'Homme qui marche et Le Gourmet solitaire de Jiro Taniguchi. Inutile de préciser qu'il ne se passera rien de transcendant et l'ennui peut vite guetter. C'est juste des épisodes de la vie d'une jeune lycéenne qui est photographe en herbe.

On visite avec elle tous les recoins du canton de Tokyo mais également les fêtes et événements qui rythment la vie de ses habitants. On découvre un Tokyo insolite comme on n'avait encore jamais vu auparavant. Si vous avez l'intention de visiter cette ville, c'est le manga qu'il faut lire. Autrement, cela nous paraîtra assez fade entre les murmures et les bruits et la qualité de l'air et l'odeur du vent de ces balades citadines.

Je précise également qu'une part belle est faite sur la Tokyo Skytree qui est depuis mai 2012 le monument emblème du Japon. C'est avec ses 634 mètres, la seconde structure artificielle au monde. Je reproche un peu à cette série de se contenter de si peu au point d'être finalement qu'une invitation à faire du tourisme ou à être un carnet de voyage. Il y a certes une intrigue de fond basé sur un concours de photographie mais ce n'est pas assez pour me passionner véritablement.

Le dessin est cependant magnifique. On pourra ainsi admirer les nombreux paysages dont les fameux cerisiers en fleurs qui font la fierté de ce pays entre modernité et tradition. Il se dégage une atmosphère douce et apaisante.

Nom série  Lennon  posté le 23/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai beaucoup aimé cette biographie de John Lennon qui part de sa naissance à son terrible assassinat le 8 décembre 1980. Il faut dire que la bd n'avait pas encore fait sa biographie alors qu'on avait eu droit à celle du producteur des Beatles à savoir Brian Epstein, du 5ème membre Stuart Sutcliffe ou Pete Best ou même du groupe dans son ensemble.

En l'occurrence, nous avons une véritable psychanalyse du personnage et cela valait le coup. Au début, j'ai trouvé cela très prétentieux puis petit à petit, j'ai fini par comprendre où les auteurs voulaient en venir. En réalité, c'est le lecteur qui est dans la position du psychanalyste ce qui nous confère une certaine proximité !

Nous découvrons une histoire qui n'est pas aussi lisse qu'on aurait pu l'imaginer. J'ai toujours considéré les Beatles comme les enfants sages du rock au contraire des Rolling Stones. J'étais loin de m'imaginer toute cette débauche, toute cette violence qui allait jusqu'au délit corporel sans compter sur la drogue. Bref, j'ai aimé la sincérité du propos qui confère à cette oeuvre un caractère unique qui va au-delà d'une simple biographie.

Au final, la lecture de ces 150 pages a été très fluide avec un excellent dessin de Horne. Cela plaira certainement aux fans des Beatles mais pas que, pour peu qu'on soit réceptif au message pacifiste de l'auteur d'Imagine. Lennon fut quand même une des plus grandes légendes du rock et plus célèbre que le Christ !

Nom série  Sherlock Holmes Society  posté le 23/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série de 4 tomes (pour l'instant) est sans doute la plus réussie des Sherlock Holmes de la collection 1800. Il est vrai que les autres opus n'avaient réussi à me convaincre que moyennement selon les titres. A noter également un rythme de parution très rapide.

Là, nous avons en effet une histoire passionnante couplée à un dessin magnifique. De belles couleurs qui mettent en grâce l'époque victorienne. Il est vrai qu'il y a un aspect qui fait très steampunk. Il y a également une étrange noirceur qui se dégage de cette série où l'on croisera également Mister Hyde.

L'introduction de zombies dans ce récit est plutôt originale. L'intrigue va gagner en profondeur au fur et à mesure de la lecture des tomes. Cela change un peu des enquêtes trop classiques!

Juste une dernière remarque un peu négative mais qu'il faut quand même que je fasse. Je trouve que dans les bulles, c'est une véritable erreur que de couper des mots avec des tirets en plein milieu. Il y a moyen de faire entrer un mot entier et de passer à la ligne. La majorité des bd procèdent ainsi...

Ceci dit, cela n'entame pas la note car cela reste pas mal. Je vais même plus loin en conseillant l'achat !

Nom série  Courbet  posté le 23/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le hasard du calendrier veut que deux auteurs publient en même temps une bd sur le peintre Courbet qui était totalement ignoré jusqu'ici par ce support. Je lirai sans doute plus tard Le rendez-vous d'onze heures afin de comparer les deux oeuvres.

La présente bd est d'imaginer une fiction policière à partir d'un tableau célèbre à savoir "L'origine du monde". On découvre un peintre très coquin qui se servait du scandale pour imposer son talent. D'autres artistes l'ont fait après lui et même dans d'autres domaines. On peut penser à Madonna par exemple qui se servait du sexe afin de vendre. Cela marche contrairement à ce qu'on pourrait penser !

Il est dommage que la bd soit assez bavarde avec une intrigue dont le dénouement est très mièvre au vu d'une mise en scène assez élaborée. Il y a également une bonne reconstitution de la vie parisienne vers la fin du Second Empire. On y croise par exemple le poète Baudelaire. Les lecteurs les plus minutieux pourront repérer sans doute les nombreux anachronismes. Il n'en demeure pas moins que le portrait de ce peintre très ancré dans son époque est plutôt réussi.

Nom série  Bob Morane Renaissance  posté le 22/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après Les Nouvelles Aventures de Ric Hochet, c'est au tour de Bob Morane de se faire une nouvelle jeunesse. Le voilà propulsé en 2018 sur un futur ayant deux années d'avance sur notre temps. Il est question de l'Afrique et plus précisément du Nigéria.

On nous rappelle à juste titre qu'il n'y a pas si longtemps, un chef d'état européen avait dit que l'homme africain n'était pas assez entré dans l'Histoire. Cette aventure prend un peu à contre-pied de toutes les théories politiques ou historiques. Il est également question d'un casque magique qui transmet plus facilement le savoir. Bref, nous voilà entrés dans l'Histoire du XXIème siècle.

Les nostalgiques regretteront certainement le décalage avec le vieux Bob Morane en criant à la trahison. En ce qui me concerne, nous assistons comme le titre l'indique à une véritable renaissance avec des thèmes assez actuels. Les auteurs ont réussi le pari de faire rattacher ce héros légendaire dans un récit totalement futuriste. Bon point par conséquent.

Le premier tome incite à lire le second. Je regrette juste quelques facilités comme un assassinat politique non argumenté et le fait de tourner dans le spectaculaire. On espère que la suite sera à la hauteur. Bonne impression également pour le dessinateur qui a réalisé un bon travail graphique.

Bref, nous avons une interprétation très éloignée du Bob Morane vintage de Henri Vernes. Ce n'est pas pour me déplaire mais honnêtement, il aurait pu s'appeler autrement qu'on n'aurait pas vu la différence. Renaissance ? Certes mais surtout enterrement...

Nom série  Le Chevalier à la licorne  posté le 22/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai bien aimé ce récit mi-fantastique introduisant la célèbre licorne. Pour le reste, cela se base sur un contexte historique bien précis entre la bataille de Crecy nous opposant aux anglais et la cité des papes à Avignon. Ce one-shot est assez crédible malgré son mysticisme.

Un très bon point pour le dessin très précis ainsi que pour la colorisation très réussie. J'ai rarement vu autant de finesse. C'est très beau graphiquement parlant. Les décors du Moyen-Age sont presque réels.

Au final, c'est assez psychologique avec une histoire assez captivante malgré la simplicité du scénario. Une véritable allégorie sur la violence du guerrier et surtout sur la rédemption.

Nom série  HSE - Human Stock Exchange  posté le 01/03/2014 (dernière MAJ le 21/04/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Bienvenue dans un monde où l'homme pourra être côté en bourse s'il remplit certains critères assez drastiques (poids, taux de cholestérol, position hiérarchique dans le travail, patrimoine personnel etc...). Après les personnes morales, c'est au tour des personnes physiques ! C'est également la vision d'un monde futuriste en proie à une grave crise qui laissera la moitié de la population au chômage. Nous avons là un thriller d'anticipation avec un Xavier Dorison au meilleur de sa forme.

C'est vrai que cela fait froid dans le dos tant le réalisme des situations évoquées dans cette série paraît tout à fait crédible. On est pris au jeu petit à petit. On a envie de miser sur notre héros Félix Fox, un gars sans scrupule qui souhaite acquérir la richesse dans un monde où la pauvreté devient la norme. Il s'agit de s'extraire d'une existence misérable. La perspective d'être côté et d'augmenter sa valeur sur le marché boursier est un vrai moteur dans un monde où les bourses classiques s'effondrent.

Cependant, c'est l'actionnaire qui commande car il a parié sur vous. C'est lui qui vous dit quand il faut faire l'amour ou se débarrasser d'une compagne trop dépensière. Eh oui: il y a toujours un prix à payer lorsqu'on s'introduit en bourse. Alors, prêt pour une augmentation de capital ? Seule la loi du marché importe.

Le premier volet de cette trilogie d'anticipation plonge le lecteur dans un monde déshumanisé qui doit répondre aux exigences de l'actionnaire. Le second va encore plus loin car on voit notre héros Félix Fox changer complètement et perdre ses vraies valeurs. Les actionnaires ne régissent pas simplement sa vie professionnelle mais également sa vie sentimentale pour faire grimper la cote. Dans ce monde, les hommes ont le droit de faire avorter leur compagne au nom de l'égalité des droits. On peut saisir les situations à risque en perspective. Bref, notre héros va vite déchanter ! Le final sera d'ailleurs assez remarquable.

Un bon conseil: investissez dans cette bd ! C'est un très bon placement car cela prendra de la valeur. Xavier Dorison a signé là son meilleur scénario. C'est une trilogie qui est tout sauf moyenne ! On ne s'ennuiera pas une seule seconde à condition d'avoir un niveau intellectuel satisfaisant.

Note Dessin : 3.75/5 – Note Scénario : 4.25/5 – Note Globale : 4/5

Nom série  Adieu Kharkov  posté le 20/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C’est un gros pavé que voilà. J’ai quand même mis 3 jours pour en venir à bout. La lecture ne m’a pas posé trop de problème au niveau de la compréhension. On suit la vie de la mère d’une actrice française faisant partie de la génération Bardot à savoir Mylène Demongeot. Il est vrai que pour moi, cela n’évoque pas grand-chose étant plus accès sur un cinéma moderne en accord avec mon temps. Et pourtant, elle a joué dans près de 70 films depuis les années 50. Je me rappelle vaguement de la femme de Fantômas ou encore du rôle de Milady dans les 3 mousquetaires.

Maintenant, je trouve toujours intéressant de lire des témoignages de gens qui ont traversé des épreuves. On va beaucoup voyagé : l’Ukraine, la Sibérie, Shanghai, Porquerolles… Il y a également deux ambiances graphiques bien différentes selon que l’auteur traite de la vie de la mère ou de la fille plus brièvement.

On nous dit que c’est un récit d’émancipation de la femme. Je veux bien mais sans vouloir porter un jugement hâtif, on suit le parcours d’une femme Claudia qui n’aime pas les hommes, qui se sert de leur condition et de leur rang pour y arriver socialement et qui se débarrassera d’un homme qui l’a vraiment aimé. Que dire également lorsqu’elle jette son dévolu sur le frère de son mari ? Personnellement, je n’aime pas du tout ce genre de femmes arrivistes et manipulatrices sans coeur. Je suppose que c’était sans doute son seul moyen d’éviter la famine dans la Russie de Staline qui a fait des millions de morts dont ses parents.

Maintenant, d’un point de vue objectif, c’était plaisant à lire et à découvrir. C’est plutôt riche et rythmé. Le romanesque est plutôt mon genre. C’est un portrait de femmes fortes qui est bien réalisé.

Nom série  Q Mysteries  posté le 18/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Nous suivons les aventures d'un jeune journaliste Yûto Ogasawara qui doit faire une enquête sur injonction de son chef. Là encore, c'est assez brutal comme donnée. Il n'y a pas de mise en forme ou de préparation psychologique. Bref, c'est peu crédible d'autant que notre héros a la tête d'un collégien et non d'un journaliste en herbe. Il est plutôt insipide ce qui n'incite pas le lecteur à continuer l'aventure malgré un premier tome qui remplit son rôle en guise d'introduction.

C'est véritablement le personnage de Riko avec sa belle chevelure qui intrigue. C'est elle qui semble être douée pour les expertises en tout genre. Elle trouvera toujours le moyen d'analyser en profondeur tout ce qu'on lui montre (ou pas d'ailleurs). Elle possède un très bon sens de l'observation. C'est elle qui porte cette série sur les bras d'autant que les tomes suivants sont plutôt assez intéressants par rapport à ce qui se prépare à savoir l'un des plus gros scandales du Japon contemporain. Les trois premiers volumes marquent le premier cycle autour d'une grande intrigue autour de faux billets.

Au niveau graphique, on notera un trait élégant qui sert plutôt bien ce récit. L'efficacité est de mise. On ne regardera plus la lettre Q de la même façon...

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 224 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque