Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 2266 avis et 529 séries (Note moyenne: 2.96)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Le Monde de Lucie  posté le 21/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Rien ne m’énerve plus que lorsque, à la fin d’un récit, j’ai l’impression de n’avoir rien compris. Et c’est le cas avec ce monde de Lucie.

Pourtant, j’adore le début de cette histoire. Réalité sociale, éléments fantastiques, nombreux personnages charismatiques et/ou énigmatiques et/ou inquiétants, le tout dirigé d’une manière fluide et structurée par un scénariste inspiré.

Seulement, voilà, au plus on avance, au plus des éléments viennent s’ajouter à un dossier déjà copieux, … et au moins j’y comprends quelque chose. Le deuxième tome est encore dans les limites de mes capacités mentales. Le troisième ressemble pour moi à l’algèbre de Boole : au début, je croyais comprendre et puis j’ai dû me rendre à l’évidence, je pige que dalle … Qui ? Pourquoi ? Comment ? Quand ? Je clos ce récit avec plus d’interrogations que j’en avais à la fin du premier tome.

Au niveau graphique, je n’ai pas de remarques spéciales à formuler. Ce style assez froid n’est pas ma tasse de thé mais convient très bien à ce genre de récit. Les personnages sont bien typés, ce qui annihile toutes possibilités de confusion. Les décors sont soignés sans être exceptionnels. Les scènes dynamiques sont bien rendues et certains angles de vue sont vraiment bien choisis et audacieux.

Difficile de dire autre chose que « bof » mais, pour le coup, c’est peut-être moi qui suis con.

Nom série  Vacances fatales  posté le 16/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Mwouais, bof …

Les histoires ne sont pas des plus passionnantes et j’ai parfois trouvé les chutes mal amenées. Le côté ironique est bien présent mais je ne me suis jamais dit « Ah ouais, bien vu ! » Non, ça se laisse lire mais c’est finalement assez prévisible dès que l’on a compris le principe (en d’autres termes : après deux planches).

Les deux dernières histoires sont plus longues et mieux élaborées. Elles n’en sont pas plus passionnantes. La dernière, plus particulièrement, se traine en longueur sans déclencher la moindre surprise dans mon chef.

Le dessin de Giardino est vraiment agréable. Effectivement on sent un lien avec Manara ou avec Raives. Les femmes sont joliment croquées, les décors sont à la fois soignés et simples. Mention spéciale aux vêtements féminins. Là, on est clairement dans l’élégance italienne de la jet-set féminine des années 80. Avec le recul, c’est plutôt rigolo à regarder (mais bon, ma conception de la mode se résume à un jeans et à un sweat-shirt … et ça fait trente ans que ça dure, je n’ai donc peut-être pas à trop faire le malin).

Un album que j’ai finalement plus lu pour le dessin que pour les intrigues ou l’ambiance. Or, à mes yeux, ces deux aspects sont essentiels lorsqu’il s’agit de récits policiers, d’où une cote sévère.

Nom série  Mic Mac Adam (Les Nouvelles Aventures de)  posté le 16/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’avais de Mic Mac Adam le souvenir d’une série « jeunesse » au climat étrange. Le voilà qui revient pour de nouvelles aventures sur un ton bien plus adulte mais toujours avec cet étrange climat !

Il m’a fallu un temps pour accepter ce changement de cap. En effet, au début, je ne pouvais m’empêcher d’être surpris par ce ton bien plus dramatique qui ne cadrait pas avec ce dessin d’influence franco-belge à gros nez.

Et puis …

Et puis, tout doucement, la magie a opéré. L’histoire se tient. Ce n’est pas de la grande aventure mais le suspense est présent, les personnages sont bien typés et cette vision du monde des lutins et autres farfadets garde une réelle poésie.

Le dessin d’André Benn est toujours aussi agréable à regarder. Comme je le disais, c’est du franco-belge à gros nez mais moins rond que de coutume. Les décors sont soignés, les personnages sont agréablement croqués. La colorisation apporte une ambiance plus sombre que sur les « anciennes » aventures. Et c’est très bien ainsi, tant cela cadre mieux avec ces aventures !

Pas mal, en somme, même s’il manque à ces aventures un « je-ne-sais-quoi » de passionnant. Ici, je me laisse porter par l’histoire mais sans ressentir de manque lorsqu’elle se termine.

Nom série  Twins  posté le 16/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le début de l’histoire est assez classique mais bien mené. On se croirait dans une enquête de « Caroline Baldwin », une sensation encore accentuée par le trait de Georges Van Linthout (j’y reviendrai). Le suspense est présent, la narration est fluide, l’histoire suit son petit bonhomme de chemin. On se retrouve cependant avec pas mal de pièces d’un puzzle encore fort peu déchiffrable.

Le deuxième tome débute avec une surprise de dimension. J’ai été quelque peu désorienté, ayant peur de devoir tout reprendre depuis le début. Et puis, non, de nouvelles pièces du puzzle nous sont parcimonieusement offertes. Le tableau commence à s’éclairer … et le mystère continue de s’épaissir. C’est un peu le défaut de la série : chaque nouvel élément apporte son lot de mystère et, à la fin de ce deuxième tome, on se retrouve face à un fameux micmac. A se demander comment Yves Leclercq va bien pouvoir s’en sortir.

Le troisième tome nous offre la solution. Une solution bancale à mon goût. Le scénario, trop riche, a du mal à conserver mon attention. Certains raccourcis sont empruntés, Leclercq fait usages de quelques ellipses malheureuses, et plusieurs questions restent sans réponse. L’ensemble est confus et l’absence d’un personnage réellement charismatique m’empêche de réellement accrocher à l’intrigue.

Au niveau du dessin (je vous avais dit que j’y reviendrais !) Et bien, j’ai bien aimé ce style dépouillé assez proche d’un Taymans mais avec un encrage moins épais. C’est très lisible, précis, dynamique lorsqu’il le faut. Les décors sont correctement soignés, les visages sont expressifs. Vraiment, je n’ai rien à redire de ce côté … sinon qu’un noir et blanc plus sombre, plus typé polar aurait peut-être mieux convenu à un récit qui favorise les jeux d’ombres.

Entre le pas mal (pour le début) et le bof (pour la fin). Malheureusement, c’est la dernière impression qui subsiste (mais une fois de plus, un beau travail de Georges Van Linthout au dessin).

Nom série  Horseland  posté le 15/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je suis mal placé pour juger cette série, d’une part parce que je suis trop vieux pour vraiment apprécier ces naïfs scénarios, d’autre part parce que ce graphisme est trop moderne pour séduire quelqu’un qui, comme moi, a été initié à la bd grâce à l’école franco-belge.

Les scénarios, comme je le disais, sont vraiment très simplistes. C’est du basique de chez basique. On a droit au groupe de jeunes habituel (le costaud, la futée, la pimbêche, le mignon, …) et à des animaux (des chevaux, bien sûr, mais aussi un chien, un chat et un cochon) qui vivent ensemble des aventures sans originalité.

La narration est fluide mais bon, les scénarios sont tellement vides qu’il aurait été difficile de faire confus. Les valeurs véhiculées sont très classiques : esprit d’entre-aide, courage, sens de l’amitié …

La série semble adaptée d’un dessin animé. Ça ne m’étonne pas. Surtout lorsque je jette un œil au dessin. On se croirait sur Nickelodeon. Corps minces (pour ne pas dire plus), grands yeux, encore un truc à complexer toutes les gamines du monde (et après on s’étonnera qu’il y a de plus en plus de problèmes d’anorexie et de mal bouffe dans les pays occidentaux !) Les animaux ont parfois de bonnes bouilles mais cela reste tout de même simpliste, très caricatural et sans poésie (à mon goût, du moins). La colorisation est flashy et sans nuances, c’est « Barbie monte son bel étalon » (la version pour enfants, hein ! J’vous vois venir, bande d’obsédés).

Pour moi, c’est franchement bof, limite pas aimé du tout. Reste à voir ce qu’en pense le lectorat ciblé (les jeunes filles de 4 à 10 ans, dixit l’éditeur) mais même pour celui-ci, je crains que cette lecture n’offre qu’une distraction éphémère.

Nom série  Alex Clément est mort  posté le 14/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Rien à jeter dans cet album où intrigue policière et humour font bon ménage.

Déjà le découpage en gros chapitres qui offrent à chaque fois un point de vue différent est un classique toujours agréable à suivre. En plus, ici, ce découpage ne freine pas l’action. Il y a recoupements mais pas redondance. Du très bon travail !

Ensuite, le panel de personnages est des plus jouissifs. Chaque personnage dispose d’atouts de charme, aucun ne fait double emploi. Difficile de n’en sortir qu’un mais la mère bourgeoise et la femme de ménage font certainement partie de mes personnages préférés, au même titre que le livreur de pizzas d’ailleurs.

Et puis, il y a le trait de Lepage. Ce noir et blanc caricatural dans un univers réaliste est très réussi. Ce trait rend autant hommage au polar qu’il donne à cet album une couleur personnelle. Le réaliste ne devient jamais austère, le caricatural ne devient jamais grotesque. C’est clair, précis et expressif.

Enfin, pour rester sur une bonne impression, il faut un bon final. Et la dernière page est excellente, bien amenée et graphiquement réussie.

Une très, mais alors vraiment très bonne lecture ! Un petit manque d’originalité m’empêche de monter jusqu’au culte mais ce n’est pas passé loin.

Nom série  Les Fleury Nadal  posté le 14/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avec le premier tome, j’ai eu peur que Franck Giroud ne fasse trop de références au Décalogue. En effet, même si ce récit est agréable à lire, je crains qu’il n’intéresse réellement que les lecteurs de la série précitée. Ce premier tome éclaire les comportements de certains personnages du Décalogue sous une lumière différente mais, finalement, l’intrigue se résume à peu de chose.

Reste une évocation historique rigoureuse, sans doute mais sur une période de l’histoire qui ne me passionne pas.

Heureusement, la suite sera d’un autre tonneau.

Dans les deux tomes suivants, la série, si elle mentionne encore Le Décalogue, n’est plus dépendante de celui-ci dans son intrigue. L’aventure de Benjamin se lit comme un diptyque et se suffit à elle-même. Le lieu et l’intrigue sont envoutants. L’histoire est encore un peu convenue mais ne manque pas de rebondissements.

Le quatrième tome est sans doute celui que j’ai préféré lire. Il offre à nouveau une base historique solide. A nouveau, il peut se lire sans qu’une connaissance préalable du Décalogue soit nécessaire. A nouveau, il offre un personnage intéressant et, sans doute, le plus attachant même de la série. Après « Medz Yeghern : Le grand mal », c’est le deuxième récit consacré au génocide arménien que je lis, et il offre un éclairage très complémentaire à l’album susmentionné.

Les styles graphiques m’ont plu dans l’ensemble. Le style de Hulet est celui que je préfère et apporte une réelle plus-value au diptyque de Benjamin. Ce trait est non seulement précis mais il a, de plus, une vraie personnalité. Mais les autres dessinateurs réalisent un travail des plus corrects, d’une grande lisibilité et d’une belle précision quoique plus impersonnel.

Une bonne série, en somme, qui, hormis son premier tome, peut se lire indépendamment de sa série mère.

Pas mal du tout (dommage, ce premier tome sans lequel j’aurais été jusqu’au franchement bien !)

Nom série  La Jeunesse de Barbe-Rouge  posté le 14/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une bonne petite série qui éclaire la jeunesse de Barbe-Rouge.

Rien de bien révolutionnaire mais ces histoires de corsaires et de pirates sont agréables à lire. L’aventure est au rendez-vous, les références à l’univers de Barbe-Rouge aussi.

Je regrette le manque de références historiques mais Barbe-Rouge lui-même ne brillait pas par cet aspect.

Les dialogues sonnent à l’occasion d’une manière artificielle. Mettre des expressions latines dans la bouche de Barbe-Rouge, même si cela arrive à titre exceptionnel, ne me parait pas cadrer avec ce personnage naturellement peu instruit.

Le dessin est agréable à l’œil sans être d’une grande précision. Au début, le trait est parfois encore incertain mais conserve toujours une belle lisibilité. Il progresse au fil des tomes pour atteindre un très bon niveau final.

Pas mal, sans plus.

Nom série  Le Gardien des Ténèbres  posté le 14/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avant toutes choses, je tiens à souligner le fait que ce one-shot est, en réalité, la suite des aventures de Mort London. Il peut se lire indépendamment de cette série mais une lecture préalable de London ne fait quand même pas de tort (ne fût-ce que pour comprendre dans quel genre d'univers on se trouve).

J’ai bien aimé cet univers très influencé par la littérature fantastique de la fin du XIXème siècle. Cet album fait intervenir des personnages comme Bram Stoker ou H.P. Lovecraft et mentionne Conan Doyle ou Charles Darwin (et sa fameuse théorie de l’évolution des espèces).

Le théâtre de cette aventure est donc bien plaisant, mais le scénario n’est pas du même tonneau. En effet, on tombe rapidement dans le convenu et le prévisible. En fait, Rodolphe est vraiment trop dans l’hommage et oublie de faire montre d’originalité. Pour peu que vous ayez lu quelques récits de Lovecraft, cette aventure aura pour vous un goût de déjà-vu trop prononcé.

Le trait de Wens est d’une indiscutable qualité mais ce style ne me plaît pas trop pour de la bande dessinée. C’est trop raide, trop sombre, trop lourd à mon goût. Cela ne m’a pas empêché d’aller jusqu’au bout de l’album mais ce style graphique ne rend pas le récit très vivant.

Entre le bof et le pas mal. Je tranche pour cette dernière cote du fait de la fidélité de l’hommage mais ne conseille la lecture que via un emprunt.

Nom série  La Veuve blanche  posté le 14/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n’ai pas compris le but de ce scénario.

Paul Gillon semble vouloir construire un personnage féminin à la fois proche et opposé à celui d’une veuve noire. Vous savez, ces femmes qui attirent les hommes pour les tuer et profiter d’un généreux héritage. Ici, la femme en question est certes physiquement attirante mais tellement égocentrique, caractérielle et pisse-vinaigre que je me demande pourquoi tant d’hommes semblent attirés par elle. Paul Gillon lui-même se pose la question, ou du moins, ses personnages finissent par se la poser. De plus, la trajectoire de cette veuve blanche est tout sauf passionnante. Pas d’intrigue, pas d’enquête policière, on suit juste un enchaînement de morts violentes dans le sillage de cet antipathique personnage.

Je ne comprends pas pourquoi son beau-frère s’obstine à la poursuivre. D’ailleurs, lui-même est de moins en moins obsédé par cette poursuite au fil de l’album.

Le trait de Paul Gillon, par contre, est agréable à l’œil. Un peu raide mais riche dans ses décors et agréablement lisible, il est très bon dans le rendu plastique des personnages féminins. Sa colorisation est terne et passée de mode mais cela ne me dérange pas vraiment.

Sans doute son amour des femmes a-t-il poussé Paul Gillon à créer ce personnage, mais sans scénario autour cela devient inintéressant.

Nom série  Le Cycle d'Ostruce  posté le 13/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un univers intéressant et très riche (mélange de steam punk et de magie dans une Russie fantasmée).

Le scénario est accrocheur et bien mené. Ces histoires sont très classiques mais suffisamment mouvementées pour capter mon attention.

Le couple central est complémentaire et dispose de quelques zones d’ombre qui leur donnent une certaine profondeur.

Le dessin est très bon dès le début … et ne cesse de progresser. Les deux derniers tomes sont vraiment agréables à l’œil depuis la couverture jusqu’à la planche finale. Ce trait est lisible et riche dans ses décors, les personnages sont agréablement variés. L’ensemble est dynamique et expressif.

Ajoutons à cela quelques bonnes trouvailles (comme l’architecture de l’hôpital psychiatrique) et nous découvrons une très bonne série.

Vraiment plaisant et distrayant.

Nom série  La Vie à 2, mode d'emploi  posté le 13/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Depuis que John Gray nous a rappelé que les femmes et les hommes n’étaient pas pareils, bien des auteurs se sont engouffrés dans la brèche. Cette série est peut-être celle qui s’en inspire le plus, au point d’offrir des situations comparables vues au travers du regard de la femme puis de l’homme.

Oui, mais bon, voilà, premier problème : les situations observées ne sont pas vraiment identiques. Les auteurs tombent donc bien vite dans la facilité en se limitant à quelques stéréotypes bien sexués. Un des plus fréquents : la femme parle beaucoup, l’homme parle peu. Comment voulez-vous être drôle avec des points de départ aussi désespérément stéréotypés ?

Ensuite, si les différences comportementales entre hommes et femmes sont parfois amusantes à observer, il est beaucoup plus délicat de les schématiser au format de gags en une planche. Avec ce genre de format, forcément on tombe dans le caricatural réducteur.

Ajoutons à cela un dessin humoristique basique aux décors quasiment inexistants et nous tombons dans le ventre mou du genre.

Sans intérêt.

Nom série  Halloween Blues  posté le 13/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Etrange couple que celui-ci. C’est le premier gros atout de la série. Je regrette que cette spécificité ne soit pas plus exploitée dans les tomes 2 à 5 mais cette vamp revenue hanter son mari policier m’aura charmé par son originalité autant que par son physique.

L’intrigue de départ (le meurtre mystérieux de la vamp en question) a beau ne pas être le centre d’intérêt de la série dans les tomes mentionnés ci-dessus, ceux-ci offrent tout de même des histoires policières de qualité. Ces albums se lisent avec plaisir et le personnage du fantôme apporte une dimension humoristique plaisante.

La conclusion du récit est satisfaisante mais guère originale. C’est une petite déception.

Du début à la fin, le dessin de Kas est vraiment agréable. Son trait réaliste est séduisant dans ses personnages et convaincant dans ses décors. J’ai retrouvé l’imagerie des années 50 fantasmées, avec ses séduisantes carrosseries (et je ne parle pas que des voitures).

Vraiment plaisant, malgré un final trop convenu.

Nom série  Page noire  posté le 13/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un bon récit, sans nul doute, à la qualité accentuée par un aspect graphique original, mais un scénario somme toute très prévisible, voilà mon sentiment après la lecture de cette page noire.

Le dessin de Ralph Meyer est d’une grande qualité mais je ne suis pas fan de son style dépouillé très lisible fréquemment employé ici. Par contre, lorsqu’il fusionne les deux styles graphiques employés, c’est vraiment du grand art !

Le scénario, comme j’ai dit, ne m’a pas surpris. De plus les scénaristes ont recours à quelques idées que je qualifierai d’opportunistes. Par exemple, il est dans l’air du temps de parler du conflit israelo-palestinien et les auteurs ne peuvent s’empêcher de relier leur intrigue à ce conflit.

J’attendais énormément de cet album et j’ai le sentiment de n’avoir qu’un album moyen réalisé avec talent par deux scénaristes « qui connaissent la musique » mais qui ne font pas spécialement montre d’originalité et illustré par un dessinateur maître de son art mais dans un style qui ne me convainc qu’à moitié.

Nom série  Appelle-moi Ferdinand  posté le 13/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Et bien là, je viens de me prendre une bonne claque dans le coin de la tronche !

Ce genre de sujet, j’en suis fan. Le gars qui arrive à un grave tournant de sa vie et qui se remet en question, quand le récit est bien mené, m’interpelle à chaque fois.

Et le récit est très bien mené. Une structure stylée, découpée en multiples chapitres. Un mot en guise de lien entre ces différents chapitres. Et si vous vous amusez à reprendre ces mots et à les juxtaposer, c’est le résumé d’une vie qui apparaît.

Le personnage central est touchant. Il ne s’agit ni d’une pauvre victime ni d’un beau salaud. Juste un humain avec ses faiblesses, ses envies et ses certitudes.

Le dessin de Durieux est parfait pour ce genre de récit. On est bien loin d’ « Avel », bien plus proche des « Gens honnêtes » (dans le sujet aussi d’ailleurs). Le trait est simple, dépouillé, expressif, précis, efficace … et superbement rehaussé par une colorisation en couleurs directes qui adoucit l’ensemble pour le rendre presque cotonneux.

Et puis arrive un final auquel je ne m’attendais pas. Une surprise, et une bonne ! Dans un genre où les fins sont souvent fort convenues, celle-ci fut pour moi une bien chouette claque dans la tronche de mes certitudes.

Formidable !

Nom série  Les Gens honnêtes  posté le 10/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai vraiment bien aimé la première partie de ce récit. Les personnages y sont extrêmement attachants, touchants et crédibles. Le récit se construit calmement, les personnages se mettent en place, la critique de la société est bien présente et l’album se clôture sur un fait qui pourrait bien changer la donne.

Etrangement, le deuxième volet n’exploite pas les éléments mis en place dans le premier. Ce fait qui aurait pu tout changer se révèle n’être qu’un pétard mouillé et notre malheureux antihéros continue son errance. Il y a bien quelques trouvailles, quelques nouveaux personnages sympathiques (enfin, surtout un) mais j’ai trouvé que le récit se trainait en longueur.

J’ai souvent pensé aux « Petits Ruisseaux » de Rabaté ou à « Lulu Femme Nue » de Davodeau en suivant cette aventure mais elle n’atteint malheureusement pas le même niveau de poésie et d’humanité.

Agréable à lire, distrayant mais il manque un peu de profondeur et de souffle à ce récit pour totalement me convaincre. Achat conseillé uniquement si vous aimez ce genre de chronique sociale.

Nom série  Le Fond du Monde  posté le 10/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Deux cycles bien distincts composent cette série.

Le premier cycle propose une histoire rythmée peuplée de personnages très classiques mais évoluant dans un univers original. Il m’est toutefois difficile de croire à ce fond du monde dont les habitants ne cherchent pas spécialement à s’extraire (pourtant certains d’entre eux sont d’habiles mécaniciens), mais qu’importe, les personnages sont attachants, l’univers est agréablement absurde dans certains de ses aspect et l’aventure est au rendez-vous. De plus, les clins d’œil à un film comme Brazil me plaisent énormément.

Le dessin de Falque a son petit charme. Les regards sont accrocheurs, les personnages ont des bouilles bien expressives, les décors sont travaillés et certaines créations techniques (mais pas toutes) sont originales et belles à regarder. La colorisation, par contre, dans cet univers d’éternel hiver, est très terne. C’est cohérent mais peu séduisant.

Le second cycle s’attache plus à décrire une société au comportement consumériste totalement absurde (bien plus encore que dans le premier cycle). J’ai beaucoup aimé la description de cet univers, mais je regrette que l’aventure ne soit plus vraiment au rendez-vous. De plus, la conclusion du récit est expédiée. Alors que c’est l’insurrection totale, il suffit aux deux héros de deux planches (une par personnage) et de quelques phrases pour tout apaiser.

Le dessin de Falque est vraiment très beau dans ce deuxième cycle. L’artiste a souvent recours à des décors s’étalant sur plusieurs cases pour illustrer cet univers où tout est démesuré (pour vous en convaincre, regardez donc les titres des albums de ce second cycle), des décors magnifiquement travaillés tout en gardant une grande simplicité. La colorisation elle aussi est plus joyeuse, plus exubérante.

Deux cycle de valeur égale, donc (un bon 3/5) mais aux atouts différents. Le premier brille par ses personnages et l’aventure, le second m’a séduit par son théâtre absurde, démesuré et joliment mis en images.

Nom série  Les carnets du Bourlingueur  posté le 10/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Y a des trucs, je me demande QUI décide de les produire ?

Par exemple, ces carnets du bourlingueur, qui a eu la très mauvaise idée de les décliner sous la forme d’une bande dessinée ? Parce que ça ne marche pas… et les talents conjugués des trois auteurs de cette série n’en sont pas spécialement responsables.

Petite explication pour ceux qui ne connaitraient pas l’excellente émission de Philippe Lambillon dont est issue cette série. Les carnets du bourlingueur est une émission télévisée du type Ushuaïa pour les reportages mais où Nicolas Hulot aurait été remplacé par une espèce de routard maladroit (le Philippe Lambillon en question). Ses interventions, entre les reportages, se font en voix off (une voix très caractéristique dans son timbre et dans son ton) sur un ton professoral tandis que les images nous montrent le personnage souvent en mauvaise posture. Ces interventions fonctionnent très bien car il y a un décalage entre la voix off, le ton professoral, les situations extrêmes et l’image de ce baroudeur maladroit contraint aux pires solutions.

En bande dessinée, cette formule ne peut fonctionner. L’image arrive avant le son (alors que les deux arrivent conjointement dans le reportage télévisé) et le décalage fonctionne donc dans l’autre sens. On comprend la solution avant d’en avoir lu le texte explicatif.

Reste alors l’aspect documentaire, respect de la terre et de ses habitants et le côté sympathique du personnage (joliment caricaturé par Georges Van Linthout, ceci dit en passant) mais sans cet humour décalé, on tombe dans le médiocre.

Au niveau du dessin, Georges Van Linthout fournit un travail correct, sans plus. Son trait humoristique n’est pas celui que je préfère chez cet auteur, mais il est capable de s’adapter à toutes les exigences et le prouve ici encore. Son style se rapproche d’un Eric Maltaite avec un encrage plus marqué, les planches sont soignées, le trait est expressif mais je le préfère tout de même mille fois dans le style en noir et blanc qu’il utilise sur ses polars (« Sur les quais », « Braquages et Bras Cassés »).

Une mauvaise idée ne peut aboutir qu’à un résultat médiocre, c’est le cas ici. Peut-être un lecteur n’ayant jamais vu l’émission TV aura un autre avis sur la question mais chez moi, ça ne marche pas.

Nom série  Orbital  posté le 09/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je ne suis pas spécialement fan de science-fiction mais j’ai été séduit par cette série. Rien de bien original cependant... sinon que les personnages principaux ne cherchent pas à vaincre un ennemi mais bien à éviter des conflits.

Et ça, finalement, c’est bigrement original.

Surtout que le concept n’empêche pas les scènes d’action musclées, les complots politiques ou les alliances contre-nature, bien au contraire. Cette série, qui jusqu’à présent s’articule sur des cycles de deux tomes, offre donc un cocktail à la fois classique (dans son dynamisme et ses personnages) et original (dans ses intrigues et les objectifs de ces missions).

Le dessin est d’une agréable qualité. Dynamisme et lisibilité en sont les maîtres-atouts. Les décors sont soignés (comme il se doit dans ce genre d’univers S-F), les personnages, aux traits caricaturaux, sont faciles à distinguer.

La colorisation souvent bleutée donne un petit côté « Bilal » à la série. Et ça non plus je ne m’en plaindrai pas.

Une très bonne surprise, en somme.

Nom série  Troll  posté le 08/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je regrette que dans le premier cycle la farce prenne si souvent le dessus sur l’aventure. En effet, celle-ci se résume finalement à peu de chose et bien des passages sont meublé avec des clins d’œil ou des péripéties amusantes mais fondamentalement dispensables. Reste que ce cycle est bien divertissant, amusant à lire et partait d’une bonne idée.

Le dessin de Boiscommun est parfois approximatif mais très expressif. J’aime sa rondeur et sa lisibilité. La colorisation est vive mais … bon … ça passe.

Le second cycle verse moins dans l’humour … qui en vient à manquer. Par contre, l’aventure est bien au rendez-vous et ce cycle reste donc toujours agréable à lire.

Le dessin de Labourot y est très bon. Ses décors sont bien meublés et ses personnages aussi agréablement expressifs que ceux de Boiscommun. Le passage d'un dessinateur à l'autre ne choque pas et je n'y avais même pas fait attention lors de ma lecture.

Pas mal en somme, même si un meilleur équilibre entre humour et aventure aurait encore accentué la qualité d’ensemble.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 114 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque