Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 5555 avis et 2108 séries (Note moyenne: 2.87)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Celle qui réchauffe l'hiver  posté le 29/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai été surpris au départ par cette bande dessinée qui mélange un cadre exotique et de vieilles légendes du Grand Nord avec une narration et des dialogues nettement plus modernes et non dénués d'humour. C'est original et je suis tombé sous le charme.

Le dessin est très agréable. J'ai eu un peu de mal en début de lecture à différencier les personnages puisqu'hommes et femmes ont presque tous les cheveux noirs et longs et des traits fins de visages. Mais je m'y suis rapidement fait. J'aime l'encrage épais de ce dessin. Outre certaines représentations légèrement naïves comme celle des dieux et autres loups, certaines cases et mises en page m'ont même fait penser à de la ligne claire, parfois.

L'histoire, scindée en chapitres qui se suivent, est très originale tant par son cadre que par ses personnages et son déroulement. J'ai beaucoup aimé et je me suis vite attaché à cette petite communauté. Les aventures mêlant réalisme, humour et beaucoup de fantastique folklorique m'ont intéressé. Et arrivés aux dernières pages, j'en redemandais en espérant que ça dure encore plus longtemps.
Une lecture que je conseille vivement.

Nom série  Far Away  posté le 29/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Far Away, c'est un joli road movie doté d'un dessin de type peinture bien agréable, notamment pour les décors qui sont nombreux. J'ai apprécié cette lecture qui coule avec fluidité et permet de voyager du nord au sud du continent nord-américain.
Par contre, j'ai quand même trouvé le scénario assez convenu. C'est une histoire sans grande surprise dont on devine les éléments assez facilement. Je n'ai pas trop apprécié non plus le côté trop romantique ni les clichés touristiques.
C'est certes plaisant et sans grand défaut, mais je n'ai guère été passionné et, alors que j'ai fini ma lecture il y a quelques heures à peine, elle m'est déjà presque sortie de la mémoire.

Nom série  Clair-obscur dans la vallée de la lune  posté le 28/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les décors majestueux des déserts Chiliens, voilà un beau cadre pour un récit plein d'émotions. C'est probablement ce qu'ont dû se dire les auteurs au moment d'imaginer cette bande dessinée.
Elle met en scène d'une part un guide touristique chilien, très maussade et manifestement tourmenté par un dur passé, et d'autre part une jolie touriste américaine venue étrangement seule visiter le Chili.

Et c'est vrai que c'est joli... Mais voilà, cet album m'a laissé une légère impression d'avoir été construite autour des décors et non pas autour d'une véritable idée de scénario. J'ai eu l'impression que le scénariste s'est demandé ce qu'il pourrait bien raconter autour du Chili, qu'il a passé en revue les thèmes liés à ce pays, qu'il s'est dit que traiter en toile de fond du traumatisme des années Pinochet et d'y adjoindre l'esquisse de romances croisées pourraient aboutir à un roman graphique empli d'émotion à même de satisfaire les lecteurs et de permettre à la dessinatrice de laisser libre cours à ses envies de paysages chiliens.
C'est un procès d'intention que je fais là, et rien ne dit que j'ai raison, mais c'est malheureusement ce que j'ai ressenti à la lecture de cet album. J'ai eu une forte impression d'artificialité, d'une trame un peu facile où des personnages très différents mais dont le lourd passé est comme par hasard assez proche se rencontrent exactement au moment où l'un et l'autre en avaient besoin pour échapper à leurs traumatismes. Ca m'a paru téléguidé et je n'aime pas cela.

Je n'aime pas tellement non plus les astuces narratives comme les flash-backs anti-chronologiques dont ne comprend le fin mot qu'aux dernières pages de l'album. Ce procédé pourtant assez usité m'agace car en première lecture, on ne comprend pas franchement ces passages et, quand on en a enfin les clés, on est obligé de revenir en arrière pour les relire enfin clairement. Cela brise la fluidité de la narration.

A côté de cela, le graphisme est agréable mais ne m'a pas non plus totalement convaincu. Techniquement, il n'y a rien à redire, le trait est maîtrisé, notamment pour la représentation des personnages. Mais les décors urbains m'ont paru froids et vides. Et les paysages désertiques, même s'ils sont bien représentés, manquent aussi un peu de profondeur et d'âme à mon goût. Ils n'ont pas su me toucher. Et à vrai dire, c'est avant tout la couverture de l'album que je trouve jolie.

Cela fait beaucoup de reproches et c'est vrai qu'une partie de cette lecture m'a laissé légèrement indifférent. Pourtant, j'ai trouvé la morale de cet album intelligente. A elle seule, elle donne un sens à l'histoire, compensant l'artificialité qui m'avait dérangé. C'est une belle fin, pas forcément bouleversante car il aurait fallu pour cela que le reste de l'album me touche davantage, mais pleine de bon sens et de psychologie.

Du coup, malgré une entame un peu décevante, je ressors satisfait de cette lecture. Mais j'avoue que j'attendais davantage de ces auteurs et d'un décor aussi admirable que le Chili et ses déserts.

Nom série  Cath et son chat  posté le 28/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Les aventures du quotidien humoristique d'une petite fille et de son chat... Difficile de faire dans l'originalité avec un thème aussi stéréotypé... Et malheureusement, cette bande dessinée confirme à quel point ce sujet a déjà été visité et revisité.

Comme dans tant d'autres oeuvres sur les chats, on retrouve un petit animal un peu foufou, crocro-mignon, qui fait des bêtises mais comme il est cro-mignon c'est pas grave, et la petite fille aussi fait des bêtises mais ils sont mignons tous les deux, oh et puis c'est tellement vrai tout ça, on voit que les auteurs ont aussi un chat et tous les amoureux des chats s'y retrouveront... J'exagère avec un peu d'amertume au passage mais j'avoue saturer de ces trop nombreuses BD ou blog sur les chats ou même sur les petites filles et leurs chats.
Même s'ils ne sont pas foncièrement mauvais, même pas du tout, ce sont des gags tellement éculés et des anecdotes animalières tellement déjà vues que je me suis franchement ennuyé à la lecture de cet album.

C'est bien dommage car le dessin, lui, est très agréable. C'est un trait rond, frais, additionné de jolies couleurs pastels, dans un style rappelant l'illustration féminine et des auteurs comme Colonel Moutarde.

Avec un tel dessin, j'aurais eu envie d'aimer cette BD.
Mais son contenu est tellement convenu qu'il n'y avait aucun moyen que je fasse autre chose que m'embêter à sa lecture.

Nom série  Les Brigades du Temps  posté le 27/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Les brigades temporelles et autres patrouilles du temps, c'est un concept classique dans le domaine de la science-fiction d'aventure. D'Isaac Asimov à Poul Anderson, en passant même par Tome et Janry pour la série Spirou et Fantasio, nombreux sont les auteurs à avoir mis en scène une organisation du futur qui voyage dans le temps pour surveiller et empêcher le cours de l'Histoire d'être modifié. Mais s'agissant là d'un concept aussi vaste que la complexité de l'Histoire elle-même et aussi infini que l'imaginaire de tous les amateurs d'uchronie, il y a encore largement de quoi y puiser de formidables récits.
Et Kris et Bruno Duhamel viennent nous le prouver avec cette bande dessinée tenant à la fois de la science-fiction sérieuse et de l'aventure humoristique.

Grâce à un graphisme maîtrisé et très agréable et à un scénario dense et prenant, j'ai été happé par cette lecture dès les premières pages.
Bruno Duhamel nous y offre un très bon dessin semi-réaliste dans la veine d'un Ralph Meyer. On sent qu'il s'est fait plaisir à représenter de grands décors, costumes et navires historiques bien détaillés. Ce style s'adapte à la perfection à l'ambiance mi-sérieuse mi-amusante du scénario de Kris.
Ce dernier maîtrise son sujet. Outre une bonne documentation historique et des concepts de science-fiction tenant la route, il nous propose un récit intelligent d'aventure et d'humour. Le duo improbable de ses héros est rapidement attachant, composé d'une brute écossaise à qui on ne la fait pas et d'un jeune premier geignard et à peine sorti de l'université Ukronia. Le scénario est rythmé et très dense pour des récits en diptyques d'albums de 48 pages. Et alors même qu'on se dit que, connaissant l'Histoire elle-même, nos deux personnages vont se contenter de se bagarrer un peu pour redresser son cours, la fin du premier tome de cette série apporte une grosse surprise à même de relever nettement son intérêt et l'envie de savoir rapidement la suite.

On s'étonnera juste de cette idée que les temps du passé et du futur évoluent en simultané, impliquant que quand un jour se déroule en 1492 par exemple, un autre jour a eu lieu dans le futur, ce qui n'est pas cohérent à première vue avec l'idée de pouvoir voyager dans le temps à n'importe quelle date et avec le fait qu'un évènement ayant eu lieu des siècles avant vous devrait avoir des répercussions "immédiates" sur votre existence puisqu'il a notamment "déjà" eu ces fameux siècles pour s'étendre. Mais on rentre là dans les paradoxes et impossibilités de la grande majorité des histoires de voyages dans le temps qui se heurtent en général toujours à une réflexion logique poussée.

Et les amateurs du genre s'en fichent bien et moi le premier quand on leur propose d'accepter pour argent comptant ces hypothèses au profit d'une chouette histoire d'aventure et d'humour pleine d'ambition et de maîtrise.
Un futur hit en devenir !

Nom série  Le Chômeur et sa belle  posté le 26/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le Chômeur et sa belle, je ne connaissais pas, je l'avoue. Visiblement, il semble qu'il s'agisse au départ d'une idée de blog BD créé il y a plusieurs années où l'auteur s'inspirait de sa propre vie privée pour raconter les anecdotes humoristiques de la vie de couple de "Roudoudou et Petite Bouclée". Après un certain succès sur le web, puis avec le soutien collectif de MyMajorCompany, Jacques Louis a peaufiné peu à peu sa BD et son style pour convaincre l'éditeur Dupuis de le publier dans le Journal Spirou puis enfin en un album aux allures de one-shot humoristique.

Lui est chômeur, un peu artiste, beaucoup geek, énormément flemmard. Elle a un vrai job, elle est chercheuse et a des préoccupations très féminines notamment en ce qui concerne le régime alimentaire. Malgré ces grosses différences, ils s'aiment pour de bon et vivent ensemble.

Le graphisme est simple et agréable. On y sent l'influence des publications web originelles mais aussi de strips comiques à l'américaine.
L'album se compose d'un cocktail de strips et de gags plus longs formant une histoire suivie. On y découvre la vie à deux de Petite Bouclée et de son roux, ses nombreux moments drôles mais aussi le risque que tout cela se termine quand la tentation et la nouveauté font leur apparition.

Un tel pitch parait assez classique et peu surprenant. Et pourtant j'ai franchement ri à la lecture de cet album. De nombreux gags sont vraiment drôles, faisant particulièrement mouche par la justesse avec laquelle ils ciblent la vie intime des jeunes couples et les relations hommes-femmes. Les personnages sont en outre attachants et on ne s'ennuie pas une seconde.
L'intensité de la lecture et de l'humour baisse un peu à mon goût quand l'humour laisse la place à des sentiments un peu plus complexes vers la fin de l'album, mais cette tournure narrative permet de donner une structure de récit à cette bande dessinée qui ne se contente pas du coup d'aligner les gags.

J'ai bien ri, j'ai trouvé ça très sympa et je vous en conseille la lecture.

Nom série  Le Meilleur Job du Monde  posté le 25/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette BD offre un récit assez classique du genre suspense-horreur avec un homme qui se retrouve seul dans la propriété d'un mystérieux couple sur une île coupée du monde et qui y découvre des choses étranges et effrayantes. Ce qu'il y découvre, en tout cas ce qu'on en voit dans le seul premier tome paru à ce jour, apparait également proche de certains clichés du genre.

Néanmoins, comme l'histoire est bien racontée, avec un bon rythme, un dessin nickel et une colorisation agréable, la lecture coule sans heurt comme un divertissement plaisant quoique légèrement glauque par moment. Et bien sûr, comme dans tous ces récits, on a envie de comprendre et de voir dévoilée la clé du mystère. Ce premier album offre d'ailleurs déjà beaucoup de réponses, ce qui n'est pas plus mal même si du coup ma curiosité est déjà un peu émoussée pour la suite. Il reste ceci dit pour moi une grande inconnue qui est de savoir pourquoi les propriétaires ont eu l'idée de ce concours et pourquoi ils ont choisi le héros en particulier. Et là, j'espère ne pas avoir une explication trop foireuse.

En tout cas, pour le moment, c'est un bon divertissement.

Nom série  Les Tortues Ninja (Soleil)  posté le 23/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai le souvenir confus de quelqu'un m'indiquant que le véritable comics des Tortues Ninja n'était pas mal du tout. Même si depuis j'ai constaté qu'il ne s'agissait sûrement pas de cette série là qui ressemble plus à un reboot des aventures des Tortues seulement daté de 2011 aux USA, je partais quand même avec un apriori optimiste et curieux.
Mais non, ça ne m'a pas convaincu du tout.

Au niveau du dessin, on sent une influence des comics d'action de Frank Miller, mais le style manque ici franchement de finition. Avec ses côtés presque amateurs par moment, ça passe difficilement. Il faut quand même lui reconnaitre des compositions dynamiques qui fonctionnent plutôt bien pour les scènes d'action. Par contre, il est difficile de mettre un nom sur chacune des fameuses tortues puisque la seule chose qui les différencie quand ils n'ont pas leurs armes, c'est une léger décalage de leur couleur verte. Ils auraient pu au moins leur faire des bandeaux de couleurs différentes.

Le dessin très moyen est une chose, mais c'est surtout le scénario qui est médiocre.
Déjà, la base de l'histoire, ces animaux qui ont muté et ont su se battre, parler et se comporter comme des humains à peine transformés, n'est pas crédible du tout. Pour de jeunes ados, ça peut éventuellement passer, mais pour un adulte, c'est complètement imbuvable.
Ensuite, l'intrigue autour du frère disparu et du méchant très méchant qui veut se venger à tout prix, c'est non seulement déjà-vu mais aussi franchement ennuyeux. Il n'y a rien de palpitant dans ce premier tome qui, je l'espère, ne fait que poser des bases pour le moment pas bien solides.
A voir si la suite vaut la peine, mais pour le moment, c'est non.

Nom série  Boule à zéro  posté le 20/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Au premier coup d’œil, Boule à zéro fait penser à un album d'humour pour la jeunesse sur le milieu hospitalier. A la lecture, le récit se révèle cependant très mature, et s'il ne manque certes pas d'humour ce sont surtout les beaux sentiments et l'émotion qui s'en dégagent avant tout.

Boule à zéro, c'est une plongée dans l'univers des enfants malades et des pensionnaires à long terme des hôpitaux. Voilà un sujet qui fait franchement peur et qui rebute à priori. Pourtant Zidrou et Ernst parviennent à emplir leur récit d'une vraie chaleur et d'une joie de vivre qui amènent le sourire des premières à la dernière page.
Boule à zéro, c'est le nom d'une petite fille qui va avoir 13 ans même si elle ne les fait pas. Elle se surnomme comme ça parce qu'avec le traitement de sa leucémie, elle n'a plus de cheveu et ça l'agace bien car tout le monde la confond avec un garçon. Depuis 9 ans qu'elle vit à l'hôpital, c'est devenu sa vraie maison et, malgré sa maladie et sa mère qui lui manque, elle prend à cœur d'y mettre de l'animation et de se faire des amis de tout le monde, qu'il s'agisse du personnel soignant ou des autres malades, enfants ou personnes âgées.

C'est une vraie belle histoire. Avec un réalisme teinté d'optimisme, même si on peut lui reprocher un aspect "tout le monde est beau tout le monde est gentil", Zidrou parvient occulter complètement la part déprimante et angoissante des hôpitaux pour faire ressortir toute la vie et les sourires de ceux qui les fréquentent jour après jour. Des sujets graves y sont abordés pour mieux être combattus par la bonne humeur de l'héroïne et de ses amis. On pourrait facilement lui reprocher un côté légèrement larmoyant et des effets sentimentaux faciles, mais j'ai trouvé que ça passait tout à fait bien.

C'est une BD touchante et intelligente, qui réchauffe le cœur sans se prendre la tête sur un sujet pourtant difficile.

Nom série  Polina  posté le 16/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Etant un peu allergique à l'ambiance graphique de Bastien Vives d'une part et à la danse dans son ensemble d'autre part, je n'étais pas persuadé d'apprécier cette BD. Cependant, avec tous les commentaires élogieux que j'avais lus ici et là à son égard, j'étais avide d'en vérifier la teneur. Et c'est vrai que c'est plutôt une bonne BD, pas à même néanmoins de me faire passer outre mes réticences vis-à-vis d'un tel type de récit.

Le dessin de Bastien Vivès est comme toujours très efficace, très bon aussi en ce qui concerne les anatomies et donc parfaitement adapté à représenter la danse et les danseurs. Pour autant, je ne l'apprécie vraiment pas plus que ça même s'il a su très vite se faire oublier pour laisser la place à la seule narration graphique.
L'histoire, quant à elle, coule avec fluidité. Et même si je n'ai jamais été vraiment captivé, je ne me suis pas ennuyé une seconde.
Je m'attendais cependant à quelque chose de plus fort, de plus dur, en ce qui concerne la relation entre la jeune Polina et son professeur de danse. J'imaginais une relation plus traumatique et marquante. Le sujet en question est finalement traité assez rapidement, si bien que même si j'ai trouvé la fin du récit plutôt touchante, l'émotion ne m'a pas vraiment étreint.

Ce fut en définitive une lecture agréable sur un sujet original en bande dessinée, le tout étant bien réalisé et bien raconté mais pas vraiment passionnant à mon goût.

Nom série  Les Démons d'Armoises  posté le 16/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce n'est qu'à la dernière page du premier tome de cette série que j'ai découvert qu'elle était en fait la suite d'une autre, Garous. Des garous, on devine en effet que les protagonistes en sont ou quelque chose d'approchant, mais n'ayant pas lu la précédente série, j'avoue avoir été longtemps perdu en début de lecture, ayant bien du mal à comprendre les dialogues et comportements de chacun.

Globalement, cette BD dispose de qualités lui donnant un vrai potentiel. Il y a tout d'abord un dessin réaliste très maîtrisé même si je le trouve un peu sombre et si mes goûts me poussent à trouver l'encrage trop fin. Il y a ensuite une intrigue complexe, plus ou moins originale, et qui s'ancre bien dans un contexte historique concret, allant jusqu'à mettre plusieurs personnages réels en scène tels que Jeanne d'Arc et Gilles de Retz.

Le souci, par contre, c'est que la narration est vraiment difficile, voire pénible pour une grosse moitié du premier tome. Elle comporte beaucoup trop de petites ellipses et de transitions abruptes, additionnées de quelques flash-backs non annoncés et mal situés dans la chronologie du récit principal. J'ai eu beaucoup de mal à comprendre ce que je lisais, pestant franchement sur des procédés narratifs qui m'ont quelque fois énervé tant je les trouvais confus. Je ne suis pas sûr qu'une lecture préalable de la série Garous m'aurait vraiment permis de mieux saisir certains passages mal foutus dont la compréhension ne s'est presque toujours faite qu'après coup, après une réflexion dont je me serais bien passé pour une lecture plus fluide.

Malgré ces défauts de narration et grâce au beau dessin, je me suis accroché à cette lecture qui m'intriguait. Et même si le scénario n'est pas tellement novateur dans l'idée, je suis curieux de lire la suite, en espérant qu'elle soit plus agréable à la lecture.

Nom série  Doubt  posté le 15/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n'ai pas aimé cette série car, non seulement elle présente une trame très déjà-vue de survival-horror, mélange de Cube et autres Saw, mais surtout elle aligne beaucoup trop de facilités scénaristiques. Les ficelles sont énormes.

L'auteur fait en sorte d'aider en permanence son intrigue à coups de Deus Ex Machina. La rapidité avec laquelle les amis de la veille se mettent à douter et à s'affronter, les personnages qui se séparent et ceux restés en arrière qui se font évidemment éliminer sans aucun bruit alors que tout se passe dans un seul bâtiment pas si grand, les protagonistes qui favorisent à fond le plan du 'loup' par toutes leurs actions souvent franchement incohérentes, et puis surtout les révélations finales qui sont non seulement abracadabrantes mais en plus sans aucune crédibilité. La motivation du véritable 'loup' m'est complètement passé à côté. Sans parler évidemment de la méthode invraisemblable et si facile qu'"il" a utilisé pour arriver à ses fins. Pffff...

A côté de cela, le dessin est plutôt bon mais la narration graphique est souvent confuse. En outre, l'ambiance n'a pas du tout réussi à s'installer pour moi, malgré tous ces petits trucs visuels, flash et autres, que l'auteur a visiblement pompé sur de nombreux films d'horreurs.

Je ne me suis pas ennuyé pendant cette lecture qui m'a pris moins d'une heure pour les quatre tomes d'affilée, mais c'est un récit que j'oublierai très vite et qui m'a franchement déçu en ce qui concerne sa cohérence, sa crédibilité et son intérêt.

Nom série  Chambre 121  posté le 14/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série part sur un concept facile mais efficace. Elle met en scène un réceptionniste d’hôtel à qui sa patronne a assigné la charge de s'occuper des clients de la chambre 121, chambre réservée à des activités toutes particulières. Agissant ainsi en gigolo dirigé de main de maîtresse par sa patronne qui d'ailleurs ne tardera pas à l'emmener hors de l'hôtel, il va aligner les fantasmes de ses clients et clientes. L'ensemble est présenté sous la forme de saynètes de 5 ou 6 pages chacune, plus ou moins suivies puisqu'on retrouve parfois quelques personnages déjà croisés auparavant.

Tout cela est bien facile car les femmes sont toujours belles et demandeuses, embellissant joliment ce rôle à peine dissimulé de prostitué qu'a acquis le personnage principal et tout aussi sympathique celui de maquerelle prête à se prêter à l'action de sa patronne. Ceci dit, que les rôles soient inversés entre hommes et femmes est plutôt original et pas désagréable.

Le graphisme évolue au fil des tomes.
Son style de départ m'a séduit par son encrage élégant rappelant certains comics américains semi-réalistes, un peu le genre de Terry Moore (Strangers in Paradise) par exemple. Les personnages et leurs corps sont très bien rendus. Leurs visages et leurs organes par contre sont parfois moins réussis du fait de leur aspect un peu trop simplifié qui ne colle pas toujours avec un récit pornographique.
A partir d'un certain stade, le trait va cependant devenir un peu plus réaliste tout en perdant cet encrage qui me plaisait tant. Devenu plus banal, il m'a moins charmé.

Quant aux histoires, elles mettent en scène des scénarios érotiques et porno assez variés. A noter aussi qu'elles n'hésitent pas à jouer un peu la carte de l'humour et d'une légère dérision. Cela ne se prend pas toujours au sérieux. Tous les récits ne m'ont pas émoustillé, notamment ceux avec les femmes enceintes mais aussi ceux avec les religieuses malgré leur amusant côté politiquement incorrect, mais d'autres atteignent bien leur but. Je regrette juste le manque de réalisme et le fait qu'on plonge beaucoup trop vite au coeur de l'action. Ah, et je trouve également les dialogues assez médiocres par moments.

Mais quoiqu'il en soit, c'est une bonne BD porno, un peu amusante, plutôt excitante, variée et doté d'un bon dessin, en tout cas pour les premiers tomes.

Nom série  Las Rosas  posté le 11/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
"Western tortilla à l'eau de rose", annonce avec humour la couverture de l'album. J'aime bien cette dénomination. Western, parce que ça se passe dans un de ces déserts américain, dans une ambiance proche du film Bagdad Café. Tortilla, c'est pour la touche mexicaine en plus même si l'héroïne principale est aussi à moitié chinoise. Et l'eau de rose enfin, parce que cela parle beaucoup de sentiments, et puis aussi parce que ça finit bien.

J'ai immédiatement été charmé par l'atmosphère de cette histoire, une atmosphère qu'elle partage certes avec de nombreux récits ou road-movies dans les décors ensoleillés et loin de la civilisation urbaine de ces déserts façon route 66, le côté paumé du désert de Mojave et autres. On est dès les premières pages imprégné dans une communauté de femmes vivant recluses dans un camping sauvage adossé à une station-service qui est leur dernier lien avec le reste du monde. Elles ont choisi de vivre ici pour se réfugier de la vie, pour éviter les troubles de leurs passés ou simplement pour se ressourcer.

Le long premier chapitre de cet ouvrage est contemplatif. Aux côtés d'une jeune femme enceinte et rebelle qui vient d'échouer là, on découvre doucement les membres de cette communauté, les liens qu'ils partagent et les nombreux petits mystères qu'ils recèlent. Il fait chaud, le désert est poussiéreux, les routiers passent en klaxonnant et la nuit seules résonnent les discussions de femmes que la vie a amochées. Peu à peu se met en place un canevas de sentiments, amours et ressentiments, de secrets enfouis qu'il aurait mieux valu déterrer plus tôt pour leur éviter d'envenimer des situations malheureuses. Quand le fin mot de l'histoire se met en place, il apparait à la fois simple et complexe, très humain, touchant.

Je suis tombé sous le charme. Les personnages sont tous excellents, avec des personnalités fortes et originales. Ils sont attachants malgré leur côté brûlé à vif. Le graphisme est dôté d'une âme qui s'accorde joliment avec l'intrigue. En quelques courbes, sans trop de détails, il suffit à mettre tout ce petit monde et ces décors en scène, laissant l'imaginaire combler ce que le trait économe évite parfois de représenter. Le rythme de la lecture est lent mais prenant, malgré une petite baisse de régime passée la moitié de l'ouvrage quand celui qu'on attendait finit par se montrer enfin. La fin est l'aboutissement agréable d'une intrigue bien menée depuis le début, tenant la route tout en étant assez émouvante à mon goût.
C'est comme un bon film sentimental à ambiance, presque sans action mais avec de très bons personnages et un chouette décor.

Nom série  Nu-Men  posté le 09/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Fabrice Neaud, l'auteur du Journal, qui se lance dans une série d'anticipation testostéronée, voilà qui a fortement attisé ma curiosité. Après lecture du premier tome, j'ai découvert là l'entame d'une série très intrigante, sans aucun temps mort et manipulant de nombreux thèmes de science-fiction et d'action.

D'une part, nous avons un décor d'anticipation plus ou moins crédible. Se basant sur l'hypothèse que le réveil en 2022 du super-volcan du Yellowstone a ravagé les Etats-Unis et bouleversé l'ordre mondial, il met en scène en avant-plan une Europe technologiquement avancée et un peu décadante mais où une police et une armée pas loin du facisme répriment violemment les révoltes des immigrés clandestins devenus incroyablement nombreux compte tenu de la déchéance du reste du monde.
D'autre part, par-delà ce paysage d'anticipation certes outré mais tout de même réaliste, s'ajoutent des éléments nettement plus proches de la science-fiction pure et dure. A base de théories de mécanique quantique, l'auteur imagine une caste supérieure et ultra-secrète qui complote et manipule les simples humains à coups de super-héros quantiques, de décalages spatio-temporels et autres phénomènes particulièrement étranges.

Ce premier tome apporte beaucoup d'informations mais amène aussi un nombre très conséquent de questions et de mystères dont on semble encore loin de savoir le fin mot. Différentes factions sont présentées dont on ne sait finalement quasiment rien à part pour ce qu'il en est du simple héros, brave militaire très costaud mais foncièrement sympathique. Par son biais, on suit agréablement un récit aux ramifications assez complexes.

Graphiquement parlant, ceci dit, je n'ai pas été trop séduit. Le style de Fabrice Neaud, très différent ici de celui du Journal, s'adapte parfois assez mal à certaines scènes d'action. En outre, les personnages ne sont pas toujours très réussis, affichant quelques visages grimaçants et assez laids. Mais dans l'ensemble, cela passe bien malgré tout même si je me demande si l'auteur n'aurait pas été encore plus percutant s'il s'était adjoint les services d'un dessinateur plus rôdé au genres de la SF et de l'action à l'américaine.

S'agissant d'un tome introductif et encore très énigmatique, je ne peux pas encore me prononcer sur cette série. Mais c'est en tout cas un début très dense, original, prenant et qui donne vraiment envie de savoir la suite.

Nom série  Les Âmes nomades  posté le 06/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Jules est un peu marginal. Ancien cadre à succès, il a tout plaqué par rejet de la société consumériste et de la course au profit. Rêvant de liberté, il croise la route d'immigrés clandestins désireux d'atteindre l'Angleterre et décide de les aider.

Malgré le bon fond de son intrigue, non seulement cette bande dessinée ne m'a pas captivé mais elle m'a même été légèrement pénible. La faute à une somme de petits défauts que je n'ai pas pu m'empêcher d'énumérer les uns après les autres et qui ont gâché ma lecture.

Le principal d'entre eux est son aspect manichéen et caricatural. Entre les gentils clandestins contre les méchants douaniers racistes, le gentil marginal contre le méchant Capital, les gentilles sportives mignonnes, les méchants skins à pitbull et les méchants policiers un peu neuneus, on se croirait rapidement dans un manifeste d'un quelconque parti politique bobo où tout est soit blanc soit noir. A cela s'ajoutent de bons gros clichés notamment les bons Africains qui vivent dans des cases, combattent peinturlurés en pagne et avec des lances, affrontent des buffles à mains nues mais se comportent exactement à l'occidentale et avec beaucoup d'éducation une fois sorti de ce cadre.

Il y a aussi le graphisme qui ne m'a pas trop convaincu même si je ne le trouve pas foncièrement mauvais. Il est visiblement réalisé à la tablette graphique et son aspect informatique se voit trop à mes yeux, notamment dans son encrage raide et parfois seulement esquissé. Sans compter quelques incrustations de logos pixelisés que j'ai trouvées assez laides.

Au niveau des erreurs sur lesquelles j'ai buté, il y a cette insistance à placer Ouistreham au niveau du mont Saint-Michel, pour quelqu'un qui est sensé adorer les cartes. Et puis quitte à utiliser l'aviron comme élément essentiel de son intrigue, ce serait bien de se documenter un peu. Non, un 5 de couple ça n'existe pas. On peut avoir 4 ou 8 rameurs et un barreur, mais pas 5 sièges de rameurs et un barreur. Quant à imaginer un bateau d'aviron classique passer comme une fleur une écluse et atteindre l'embouchure maritime d'un fleuve sans chavirer à la première vague, j'ai du mal à y croire...
Et puis il y a aussi cette insistance à mettre en scène Google Earth. Ca m'a paru un peu inutile pour ce qui est du scénario de ce premier tome, d'une part, mais cela m'a surtout plusieurs fois poussé à me demander si les auteurs ou cette série étaient sponsorisés par Google.

Ça parait un peu idiot de lister ainsi des défauts pourtant mineurs si l'on y réfléchit mais c'est malheureusement cette accumulation de petites gênes qui ont impacté ma lecture et m'en ont fait ressortir déçu. Quand on veut offrir un scénario réaliste et ancré dans son époque, il faut vraiment éviter ce genre de petits ratés. Le scénario et les personnages laissaient augurer quelque chose de mieux à mes yeux. Là, ça ne marche pas pour le moment et c'est dommage.

Nom série  Les Melons de la colère  posté le 05/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ce n'est pas une bonne BD érotique ou pornographique car les scènes ne sont clairement pas émoustillantes. Si l'on excepte les scènes très abruptes où l'héroïne se fait violer en une, deux ou trois cases maximum, la seule autre scène de cul se passe entre une soeur et son petit frère de moins de 10 ans : beurk.
Ce n'est pas non plus une bonne BD humoristique car malgré le côté absurde et loufoque de nombreuses scènes, malgré une légère recherche de politiquement incorrect, je n'ai pas trouvé ça drôle du tout. Seules les toutes dernières planches avec l'héroïne qui décide de se muscler m'ont fait rire.
Et pour couronner le tout, mais ça c'est personnel, je n'aime pas franchement le dessin de Bastien Vivès.
Donc, même si j'ai trouvé une certaine originalité au récit et à l'atmosphère de cet étonnant ouvrage, bof...

Nom série  Habibi  posté le 05/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ayant été très touché à l'époque par Blankets - Manteau de neige et étant réconforté par les nombreux avis positifs sur cet album, je n'ai pas hésité quand j'ai eu l'occasion de lire ce très gros pavé qu'est Habibi.

Je n'ai pas été déçu par son graphisme. J'aime beaucoup le style de Craig Thompson que je trouve très proche de celui de Will Eisner. Il est très agréable pour les personnages et les décors. Il y ajoute en outre dans cet album ce qui fait sa force et son originalité, une grande influence orientale à base de calligraphies arabes et de fresques musulmanes. C'est beau, très beau. D'autant plus que l'auteur nous explique au cours de cet ouvrage la signification et le symbole que représentent la plupart de ces arabesques et figures.

Le récit pour sa part est original et très dense vu le très grand nombre de pages et les années au long desquelles l'intrigue se déroule. Il se déroule dans un décor moyen-oriental fictif dont le côté intemporel m'a parfois un peu surpris par la façon dont il semble mélanger des éléments anciens et modernes. Cela permet en tout cas de bien montrer la corruption de la pureté du désert par la civilisation occidentale.
Il est ponctué de nombreuses légendes issues de la culture islamique et du coran. La majorité présentée ici est néanmoins inclue dans la Bible aux nuances près que le Coran y apporte et que je ne connaissais pas. Elles sont joliment racontées et leur récit est souvent instructif.

J'ai apprécié l'originalité de cette histoire qui tient souvent du conte. Elle prend parfois des détours bien surprenants.
J'ai apprécié le côté instructif de tout ce que l'auteur nous apprend sur la culture islamique, sur l'écriture calligraphiée et sur les symboles et images de l'esthétique musulmane.
J'ai apprécié la bonne narration et le rythme soutenu et jamais ennuyeux du récit.
Bref, ce fut une bonne lecture, longue et intéressante.
Et pourtant je n'ai pas tellement été touché. Après l'expérience de Blankets - Manteau de neige, je m'attendais à davantage d'émotions, davantage d'impact de la part du récit. Autant l'histoire sort des sentiers battus, autant elle ne m'a pas toujours convaincu et j'avoue ne pas avoir été tout le temps captivé. La fin, notamment, m'a un peu laissé sur ma faim. Je m'attendais à une conclusion forte ou déchirante. Au lieu de ça, elle a glissé sur moi avec une certaine indifférence même si je n'irai pas jusqu'à dire qu'elle est mauvaise.
Ce n'est donc pas le chef-d'oeuvre que j'espérais mais c'est indéniablement un bon et bel ouvrage.

Nom série  Une stupéfiante aventure de Viny K.  posté le 03/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une stupéfiante aventure de Viny K... Stupéfiante ? Oui, comme dans Stupéfiants. En effet, Viny K. est un journaliste toxicomane qui mène ses enquêtes tout en cherchant à se libérer de sa dépendance aux drogues et à l'alcool. Cela donne des aventures assez étonnantes, proches d'une côté des aventures d'un enquêteur-reporter assez classique, tout en étant doté d'un autre côté de nombreux éléments adultes, modernes mais aussi loufoques par moment.

Difficile de trancher s'il faut prendre ce récit au sérieux ou à la rigolade.
On y trouve des éléments rappelant la précédente oeuvre de Vincent Bernière, Le Château des Ruisseaux qui témoignait déjà d'une véritable cure de désintoxication. Cet aspect réaliste et un peu sombre est néanmoins contrebalancé par l'ambiance farfelue ou du moins sortant de l'ordinaire de certains passages ou dialogues. Le ton est en effet parfois clairement à l'humour et à la dérision.

Le dessin d'Erwann Terrier colle bien à cette ambiance. Il m'a rappelé celui de Martin Veyron, lui aussi adepte de anti-héros et de situations modernes à mi-chemin entre burlesque et réalisme. Je l'ai trouvé appréciable, efficace et agréablement colorisé.

Le premier tome de cette série offre une histoire complète dense et rythmée. On ne s'y ennuie pas même si son découpage un peu abrupt ne permet pas de toujours bien saisir les motivations du héros ainsi que l’enchaînement de son enquête. Après lecture, il m’apparaît notamment assez artificiel que son reportage sur le magicien disparu ait un tel lien avec sa recherche parallèle de la jeune fille dont on est sans nouvelles.
Je me suis néanmoins laissé emporter par l'atmosphère rafraîchissante de cette série qui sort des sentiers battus, mais j'aurais apprécié un scénario plus clair et un déroulement d'enquête plus crédible.

Nom série  La Femme de l'Ogre  posté le 02/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai un avis mi-figue mi-raisin vis-à-vis de cette BD.
J'ai beaucoup aimé son premier tiers qui reprend l'histoire du Petit Poucet en tant que telle. Le dessin est beau, avec quelques originalités dans les décors au passage. L'histoire est bien racontée et on sent vraiment la cruauté de ce qui arrive aux filles de l'ogre dans le récit et comment le ressent leur mère. Ce passage est assez poignant.
Par la suite, je n'ai pas trouvé mauvais le récit en filigrane des souvenirs de comment cette femme était justement devenue l'épouse de l'ogre et avait eu ses filles.
Par contre, la grosse majorité de cette histoire muette qui raconte son errance douloureuse après leur mort, ses traumatismes psychologiques et leurs conséquences ne m'a vraiment pas convaincu. D'une part je l'ai trouvée assez ennuyeuse, et d'autre part certains moments m'ont semblé assez hors de propos comme celui où elle rencontre des musiciens façon hippies de Woodstock et s'engage dans leur groupe. Bof...
Donc j'estime au final qu'il y a de bons côtés dans cette bande dessinée, comme son graphisme, sa part de poésie et la belle manière dont le récit initial de Charles Perrault est mis en scène, mais trop de mauvais côtés m'empêchent d'en conseiller véritablement la lecture.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 270 278 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque