Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 5531 avis et 2097 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Halmé  posté le 20/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Hmm... Je suis un peu circonspect après lecture de cet album dont je n'ai franchement pas retiré grand chose.
J'apprécie le fait d'y évoquer la grand-mère de l'auteure, une part de sa vie, des histoires qu'elle racontait et l'amour que sa petite-fille lui portait. J'apprécie l'évocation partielle de la vie rurale coréenne à l'ancienne, avec ses rites et ses légendes. Mais tout cela est évoqué de manière beaucoup trop superficielle et trop décousue à mon goût. On est loin de Histoire couleur terre qui m'avait beaucoup plus touché sur des thèmes assez proches.
Le graphisme n'est pas non plus enthousiasmant. Trop simple le plus souvent, manquant à mes yeux de technique, il n'est pas laid mais ne me charme pas.
Quant à l'histoire, malgré une indéniable sincérité, elle est un peu ennuyeuse et surtout s'oublie très vite.

Nom série  Jérôme d’Alphagraph  posté le 18/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai longtemps été intrigué par cette série dont je ne comprenais pas vraiment le sujet ni l'ordre de lecture des tomes, les explications à son sujet se faisant rares. J'ai finalement eu l'occasion de la lire... mais pas dans sa totalité car j'avoue ne pas avoir accroché du tout. En définitive, j'aurais péniblement lu Jérôme d'Alphagraph et Jérôme et Sultana, avant de lâcher l'affaire...

De quoi s'agit-il à mes yeux ? D'une bande dessinée au ton original et libéré mettant en scène, dans un décor fantasmé de moyen-orient de début du 20e siècle, un petit personnage, Jérôme, passionné de littérature et de son métier plus ou moins inconstant, libraire. De ce que j'ai compris, l'auteur étant lui-même libraire, c'est largement de lui et de son rapport à l'art, à la vie et à son métier dont il parle.
Le graphisme est parfois très simple, concernant les personnages notamment, mais offre aussi souvent de très jolis décors soignés quoiqu'imaginaires à la manière de croquis. Un mélange d'esthétisme et de simplicité plutôt agréable même si je ne suis pas tombé sous le charme.
Ce sont des ouvrages mêlant petites aventures, discussions et monologues philosophiques, anecdotes d'un quotidien fantasmé, et réflexions sur la vie, l'écriture et la profession, voire parfois l'acte de foi, de libraire.

Le ton est sincère et souvent juste, mais je me suis quand même largement ennuyé. Je n'ai pas été touché, je ne me suis pas senti concerné. Je ne me suis attaché à aucun personnage pas plus qu'à l'ambiance de cette bande dessinée. J'ai donc eu du mal à m'y intéresser et à finir la lecture des deux seuls tomes que j'ai eu le courage de lire.

Nom série  L'Île de Hôzuki  posté le 09/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les couvertures de ce manga laissent croire à une histoire d'horreur. Même si le scénario se rapproche effectivement du survival-horror, l'Île de Hôzuki reste au final un récit réaliste, ce qui n'est pas du tout pour me déplaire.

L'intrigue est simple, un petit peu déjà vue dans le genre mais bien foutue, et elle tient en 4 tomes seulement. Comme dans beaucoup de récits de ce type, le lecteur peut parfois être un peu irrité par le manque de communication entre certains personnages, faisant perdurer de manière un peu trop pratique un certain suspense ou une méfiance entre protagonistes. Ce sont ainsi quelques deus ex machina et quelques facilités qui réduisent un peu la qualité de cet ouvrage. Sur la toute fin, par exemple, une toute dernière péripétie, tenant finalement en à peine 2 pages, aurait pu être évitée car elle fait vraiment trop cliché facile.

Le dessin, pour sa part, est de tout à fait bonne qualité. J'ai juste un peu tiqué sur l'abondance de fan-service, avec son lot de filles nues, en petites culottes ou en tenue moulante dévoilant des formes beaucoup trop rondes pour être naturelles. J'ai d'autant plus tiqué que l'une de ces filles n'a que 11 ans... mais cela fait aussi un peu partie du scénario donc je peux l'accepter.

Mais à part ça, ce fut une bonne lecture. Les personnages sont crédibles, les situations suffisamment réalistes, le lecteur est très bien tenu en haleine, et même avec les légères facilités citées ci-dessus on obtient au final un récit réaliste. J'ai notamment apprécié la conclusion où les protagonistes et l'auteur expliquent bien tout, ne laissant pas le lecteur sur une fin ouverte, trop facile et sans explication plausible comme dans beaucoup de mangas d'horreur et de fantastique. Tout se tient plutôt bien et c'est agréable.

Attention cependant, chaque tome de ce manga comprend en fin d'album une ou plusieurs histoires courtes n'ayant parfois rien à voir avec le récit principal. Je n'aime pas trop cet espèce de remplissage car au final j'ai le sentiment que la série aurait pu tenir en 3 albums juste un peu plus gros plutôt qu'en 4 avec ces bonus inutiles.

Nom série  Un an sans internet - Journal d'une expérience  posté le 08/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avant de lire cet album, je croyais qu'il relatait une histoire vraie, une vraie expérience faite par l'auteur de se couper d'Internet pendant un an. Constatant rapidement à la lecture qu'il s'agissait d'une fiction humoristique, je fus à la fois un peu déçu mais aussi rassuré car je ne m'imagine pas, personnellement, pouvoir être coupé aussi longtemps du Net, du moins pas facilement au début. Un an sans Internet me parait désormais aussi difficile que deux ou trois semaines sans électricité.

Cette bande dessinée se révèle amusante sans être hilarante. L'idée de départ est bonne et amène quelques passages pleins d'humour, mais je n'ai jamais trouvé ça tellement drôle. Je crois que cela vient de préoccupations du personnage principal un peu différentes des miennes. Autant perdre Internet pour ne plus avoir de mails, de contacts sur les forums ni de recherche d'information me ferait très mal, autant je me fiche des blogs et des séries télé qui semblent bien faire partie de ses besoins principaux, presque vitaux.
Le dessin, pour sa part, est simple et agréable.

Comme dit plus haut, je fus un peu déçu de l'aspect fictionnel de cette histoire. Les passages avec la firme qui finance l'opération et les crédits illimités du personnage principal brise le côté réaliste qui aurait pu être plus intéressant et plus touchant de cette expérience sans Internet. Je ne me suis pas senti assez impliqué ni émotionnellement proche pour trouver ça vraiment drôle.
Cela reste une agréable lecture, bien menée et souvent amusante. Et malgré un prix un tout petit peu élevé, j'en conseille sans problème la lecture.

Nom série  Wally Doyle et le Passe-Mémoire  posté le 05/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Wally Doyle et le Passe-Mémoire est une BD jeunesse au format intéressant et offrant au lecteur un conte assez original et plutôt sympathique.

L'album au format manga m'a un peu dérouté au départ mais il convient très bien à ce récit de 160 pages. Le dessin y est simple mais fin et agréable. La narration coule avec fluidité.
Et même si on y retrouve quelques lieux communs des récits pour enfants, son scénario présente pas mal d'originalités. Les personnages sont attachants, l'intrigue mignonne. J'ai néanmoins un peu tiqué sur le comportement de la mère du héros, mais cela fait aussi partie de l'originalité de cette histoire assez surprenante sur ce point précis.

Pour le reste, c'est un récit qui se lit bien, agréable pour les parents comme pour les enfants. Il ne marquera sans doute pas tellement ma mémoire, mais ce fut une bonne lecture.

Nom série  Jack Black  posté le 05/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Basée sur une idée très classique des récits d'action à l'américaine, cette bande dessinée se révèle néanmoins particulièrement prenante.

L'idée, c'est celle d'un super-espion, le niveau au dessus de James Bond, ou alors un James Bond génétiquement modifié et doté du meilleur de la technologie cybernétique et informatique. A ce stade là, nous sommes plus dans le domaine du super-héros que du simple "meilleur agent secret du monde".
L'autre idée, un classique aussi, c'est que ce super-héros espion est un nom aux multiples visages, car les Jack Black, tous au service secret de sa Majesté, se sont succédés et ont été améliorés année après année depuis le 19e siècle, tellement secrets qu'ils utilisent même les services les plus secrets comme simples couvertures.

Tout ça vous parait un peu facile, pas vrai ? Il suffit en effet à un scénariste d'imaginer un service super-secret et un super-héros tout puissant capable de tout réussir et hop, plus besoin de se casser la tête à rendre les choses crédibles et à inventer des solutions pour se sortir de solutions difficiles : Jack Black est plus fort que tout, plus rapide, plus intelligent et en plus les femmes sont littéralement à ses pieds, subjuguées par ses phéromones.
Le rêve, pas vrai ?
Ben oui, comme une histoire de super-héros, quoi.

Et pour une histoire de super-héros super-espion super-tout, eh bien c'est une histoire tout simplement réussie. On s'y fiche du réalisme même si tout reste cohérent, l'important c'est d'apporter au lecteur une tranche de distraction très réussie qui lui fera passer un bon moment.
Le graphisme est moderne, dynamique et colle très bien au récit. On lui reprochera juste des anatomies un peu trop répétitives, jolies filles et mecs au physique de mannequins sportifs.
La narration coule parfaitement et s'offre en plus l'avantage d'être dense, permettant à une vraie histoire complète de tenir en un seul album de 54 pages.
Le personnage principal est charismatique. Les conséquences de sa soudaine position en tant que Jack Black sont cohérentes et assez bien trouvées, même si son incartade en ayant "juste pensé à l'Angleterre" sonne un peu faux compte tenu de son rôle initial de père de famille marié et fidèle.
L'intrigue joue en outre la carte de la proximité avec des personnages et faits réels et d'actualité, 11 Septembre et autres Richard Branson, ce qui lui ajoute une certain intérêt.

En définitive, Jack Black est une série d'action à l'américaine pur jus, cocktail de thriller d'espionnage et de comics de super-héros, avec une grosse dose de science-fiction et de deus ex machina, mais qui se révèle très distrayante et particulièrement efficace.

Nom série  Le Retour de Dorian Gray  posté le 05/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note : 2.5/5

Hmm... Je ne suis pas très convaincu par le premier tome de ce diptyque.

L'idée de son scénario, c'est de mélanger l'histoire de Dorian Gray, celui du tableau qui vieillit à sa place, avec celle de l'Homme Invisible. D'un côté, on y trouve un Dorian en vieillard décharné, s'accrochant désespérément à sa peinture et maudissant son malheur. De l'autre côté, on a un Homme Invisible devenu complètement fou et mégalomane, décidé à renverser la Couronne d'Angleterre pour prendre le pouvoir même s'il ne sait pas trop comment s'y prendre. A cela s'ajoute le personnage d'une riche héritière, garçon manqué et militante féministe, qui se prend d'affection pour le vieux Dorian malgré sa laideur et les horreurs qu'il a commises.

Avec de tels ingrédients, il y avait peut-être moyen de faire quelque chose de bien, même si j'avoue que leur mélange ne me motivait pas trop à priori. Dans le cas présent, le scénariste monte quelque chose d'assez crédible mais un peu trop fouillis et pas bien passionnant à mon goût. Les personnages sonnent faux, je ne m'y suis pas attaché. La narration est alourdie par un ensemble de sous-intrigues certes imbriquées les unes dans les autres mais qui se dispersent un peu trop. Ce n'est pas prenant.
En outre, le dessin ne m'a pas franchement plu. Il est correct et assez soigné en matière de décors, etc. Mais je n'aime pas son encrage ni la façon dont les visages sont dessinés, avec des limites techniques manifestes du dessinateur par moment donnant des faciés parfois assez laids quand ils ne sont plus simplement de face ou de profil.
La suite et fin sera peut-être plus captivante mais je ne suis pas sûr d'avoir tellement envie de la lire.

Nom série  Le Château des Ruisseaux  posté le 04/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le Château des Ruisseaux, c'est le nom d'un centre de thérapie de groupe contre la toxicomanie. Les accro s'y retrouvent, souvent obligés par décision de Justice, pour tenter de se libérer de leur dépendance par l'abstinence totale et la discussion ouverte avec les autres. Même les médecins et thérapeutes y sont d'anciens drogués, à même de comprendre les douleurs et difficultés des autres toxicos.

Le récit est présenté par le biais de Jean, ne se souvenant pas avoir été clean depuis l'âge de 16 ans et ayant souvent touché le fond, l'alcool et la drogue l'ayant mené de nombreuses fois aux pires bassesses, au vol et à l’hôpital. Il va passer quelques semaines au château, très circonspect au départ puis rapidement intégré au groupe et désireux de s'en sortir malgré les faibles chances que cela représente pour lui comme pour les autres.
Le résumé de l'album parle aussi d'une histoire d'amour. Celle-ci n’apparaît qu'en filigrane, elle n'est en définitive qu'envisagée sans se mettre en place, mais permet de donner plus d'humanité et de vie à un récit qui, autrement, aurait pu passer pour un austère documentaire témoignage.

Mon seul regret vient du graphisme que je n'ai pas aimé. J'avais déjà eu beaucoup de mal avec le seul autre album dessiné par Frédéric Poincelet que j'avais lu, Mon bel amour. Je trouve son style réaliste assez laid. Proche du croquis, très focalisé sur les personnages au détriment des décors, il présente pourtant à mes yeux des anatomies ratées et des visages moches et déformés. J'ai en outre régulièrement confondu des personnages aux visages assez proches et de toute façon changeants. Du coup, je me suis bien plus focalisé sur le texte que sur le dessin.

Ce fut tout de même une bien intéressante lecture. Malgré quelques petits passages confus au niveau de la narration graphique, elle coule de manière très fluide, apportant son lot appréciable d'informations instructives et touchantes. Alors que l'aspect proche du documentaire pouvait faire craindre un certain ennui, je n'ai pas lâché à un seul moment la bande dessinée, pris par un récit simple mais captivant.
Une bande dessinée instructive et humaine.

Nom série  S.A.M.  posté le 03/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
S.A.M. est une série post-apocalyptique assez prenante pour le moment. Elle met en scène des groupes d'enfants et d'adolescents qui ont survécu à ce qui apparaît comme une guerre des robots contre les hommes, sans qu'on n'en ait l'explication pour le moment. Ils survivent dans les décombres et les souterrains des grandes villes, craignant à chaque instant d'être débusqués par les machines qui cherchent à tous les éliminer. Ce n'est pas très original présenté ainsi, mais l'ambiance est très bien rendue sans être glauque et on s'attache vite à ces jeunes protagonistes.

Le dessin est assez personnel, malgré un look des personnages parfois très inspiré de Jamie Hewlett. La narration graphique est dynamique et prenante, malgré quelques petits passages d'action pas toujours parfaitement clairs.

La relation entre le robot Sam et le jeune héros parait un petit peu facile pour le moment et on sent poindre une révélation assez plate du style "le robot dispose de la mémoire du père du héros" ou équivalent, mais pour le moment le récit est bien mené et j'ai envie de savoir la suite. Celle-ci est prévue en 4 tomes dont les titres sont déjà connues mais ne permettent pas vraiment de deviner ce qu'il va se passer. J'espère ne pas en être déçu ni voir la série abandonnée avant la fin.

Nom série  Top Linotte  posté le 03/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Linotte, c'est une petite fille sympathique et dégourdie, avec comme particularité de posséder un poney, Pimpon, qu'elle adore et avec qui elle se balade aussi souvent que possible. Elle a aussi de nombreux amis, dont certains seulement font de l'équitation, et notamment Kevin, dont elle est secrètement amoureuse.

Top Linotte, c'est une série de gags destinés à la jeunesse mais lisibles sans problème par un adulte. Vérification faite auprès de ma fille, ce sont de petites aventures du quotidien qui parlent vraiment aux jeunes lectrices. Les personnages sont agréables et crédibles. Les situations sont variées et bien amenées. La facilité avec laquelle l'héroïne dispose de son poney ajoute une petite touche dépassant le cadre de la simple réalité mais cela ne choque vraiment pas à la lecture. Les gags ne sont pas hilarants mais souvent amusants et ils amènent facilement le sourire.
C'est une lecture fraîche et agréable, tant pour les jeunes filles que pour les parents.

Nom série  Les Petits Mythos  posté le 03/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mettre en scène les personnages rajeunis de la mythologie grecque pour en faire une série de gags tous publics, c'est une idée sympathique. Dans les Petits Mythos, on mélange un peu toutes les légendes antiques : les personnages y sont aussi bien des dieux et autres demi-dieux que des héros ou de simples créatures mythologiques. L'ensemble forme un cocktail assez rafraîchissant, à la fois instructif pour les jeunes, puisque les protagonistes sont présentés dans les pages de garde, et amusant par la foule de possibilités que la fantastique mythologie grecque offre.

Le dessin est agréable. Dans un style franco-belge à gros nez classique mais maîtrisé, il est plaisant par sa maîtrise, son dynamisme et ses couleurs réussies.
L'ambiance est bonne et les petits gags et clins d'oeil disséminés au fil des cases attirent le sourire et la sympathie.
Du coup, il est dommage que les chutes des gags en elles-mêmes ne soient que rarement drôles. Elles ont tendance à tomber à plat, prévisibles ou simplement sans impact, s'adressant à un public trop jeune pour satisfaire un lecteur adulte. Cela refroidit la bonne impression qu'on peut avoir à parcourir le reste des planches et donne l'impression d'un humour un peu forcé.
Du coup, je peux en conseiller la lecture, notamment pour de jeunes lecteurs, mais pas vraiment l'achat.

Nom série  Blanche (Delcourt)  posté le 19/12/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Blanche est une série intelligente sur l'intolérance et sur les peines de deux êtres que la société humaine oppose mais qui se rapprochent par un état d'esprit similaire et par l'amour. Le sujet n'est pas tellement original mais il est abordé de belle manière, avec finesse et réalisme.

D'un côté, nous avons Blanche, jolie blonde cultivée, à peine sortie du couvent et directement mariée à un vieil homme sans amour dont elle ne veut pas. De l'autre, nous avons Toumaï, esclave noir ramené en France des Antilles, qui endure avec sagesse et retenue le calvaire qu'il vit arraché à toutes ses racines. L'une et l'autre sont prisonniers de leur situation, et tous deux sont intelligents et ouverts d'esprit. Ils vont se trouver et s'aimer.

C'est une romance sur fond de tragédie, deux amants dont on devine qu'ils auront toutes les peines du monde à ne serait-ce que vivre en paix. Le monde entier est contre eux, la France, les petits bourgeois et la plèbe vulgaire dans le premier tome, l'Afrique, les colons et même les autres africains dans le second tome.
Le dessin est beau et m'a à plusieurs reprises fait penser au style de Maïorana (Garulfo, D).
C'est touchant et bien mené... mais je ne peux m'empêcher de trouver un côté vain à un récit aussi désespéré. On sait dès le départ que ces deux protagonistes ne sont pas en phase avec leur époque, qu'ils n'auront aucune chance de trouver un bonheur durable. Ce fatalisme, qu'on retrouve aussi bien dans le premier que le second tome, n'est pas trop appuyé mais je n'ai pas pu m'en défaire. Je me demandais en permanence comment cela allait mal finir, car ça ne pouvait pas finir bien.
En fait, cela ne finira pas puisque la série est visiblement abandonnée faute de succès commercial. Ce n'est pas si gênant car chaque tome forme plus ou moins une histoire complète, mais j'aurais quand même aimé avoir une conclusion véritable à la série. Un peu dommage mais je conseille quand même la lecture.

Nom série  Sang Royal  posté le 17/12/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
A chaque fois que j'espère que Jodorowsky va enfin faire quelque chose de novateur et retrouver l'imagination qui m'avait tant charmé à l'époque de L'Incal, il replonge et démontre qu'il ne fait que recycler encore et toujours les mêmes idées et concepts. Un monde artificiellement cruel et dur, de la haine, des vengeances, des personnages mauvais et détestables, des trahisons, des vengeances, de la haine, des passages initiatiques, des humiliations, des dégradations, de la haine, des vengeances, beaucoup de violence, une chute du plus haut des piédestals pour les héros pour être trainés dans la boue, souffrir comme des chiens, puis revenir au plus haut une fois initiés et la sagesse atteinte, soi-disant... et aussi beaucoup de haine et des vengeances à répétitions. Aliot, La Saga d'Alandor, Les Technopères, Alef-Thau, Juan Solo, Le Lama blanc, Bouncer, Diosamante et tant d'autres séries du même scénariste, parfois bonnes, parfois moins bonnes, mais qui brassent et rebrassent sans arrêt les mêmes thèmes et des contextes quasi similaires. A force, ça lasse énormément, d'autant plus que Sang Royal reprend presque le pire de ces thèmes ressassés sans apporter strictement aucune originalité.

Une trahison initiale, des personnages égotistes, et c'est reparti pour une succession de haines et de vengeances, le tout dans un cadre artificiellement tragédique et trop cliché pour être crédible. Le premier tome passe encore, mais le deuxième et dernier tourne vite à la caricature du récit classique de Jodorowsky. Cela m'a été pénible à lire.

Je ne mets pas la plus mauvaise note car, pour qui lit pour la première fois un récit de cet auteur, l'histoire n'est pas si nulle d'une part, mais aussi parce que le graphisme est plutôt bon d'autre part. Réalisé par un dessinateur chinois, on retrouve souvent le style asiatique dans ses personnages malgré une tentative d'adopter un genre européen. Cela m'a un petit peu dérangé, car je n'aime pas l'heroic-fantasy façon manga ou manhwa, mais il faut quand même reconnaître que, globalement, les planches sont belles.

Mais je ressors assez amer de cette lecture et ne la conseille évidemment pas.

Nom série  Adamson  posté le 16/12/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Doté d'un scénario à la thématique fantastique à la fois ambitieuse et agréablement désuette d'une part, et d'un graphisme très soigné d'autre part, cette BD ne pouvait qu'attiser mon intérêt. Ayant pu lire les trois tomes actuellement parus, je ne suis pas déçu mais je ne suis pas non plus totalement tombé sous le charme.

Graphiquement, déjà, le style m'a un peu déstabilisé. A la manière de peintures réalistes, les cases semblent régulièrement directement calquées sur des photos d'époque. A tel point que certaines planches ont des allures de romans-photos figés avec des personnages aux expressions parfois étranges. Ça m'a dérangé car ça m'a plusieurs fois fait sortir de ma lecture. Et c'est d'autant plus dommage que pour le reste, le dessin, voire la peinture, est de très bon niveau.

Par contre, j'aime beaucoup le scénario même si là aussi je trouve qu'il lui manque un petit quelque chose, une accroche ou un rythme. Il mélange deux trames scénaristiques liées mais différentes dans les thématiques abordées : l'exploration fantastique d'un monde parallèle et une histoire de guerre et d'espionnage durant la 1ère Guerre Mondiale, avec l'utilisation par l'une des factions de la part fantastique apportée par ce monde en question. C'est bien foutu et prenant. Pourtant je trouve que la structure du récit s'égare un peu entre les différentes sous-intrigues, celles des explorateurs, des deux enquêteurs de la Marine et des méchants Allemands.
Quoiqu'il en soit, je lirai la suite avec plaisir.

Nom série  Le Fayot  posté le 06/12/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'avais un a priori méfiant en entamant cette BD à cause de sa couverture ou plus précisément de sa composition me rappelant trop de BD de supermarché à l'humour commercial. J'étais néanmoins prêt à faire un effort du fait de l'éditeur, Delcourt, que j'apprécie généralement, parce que le dessin s'annonçait agréable et parce que son scénariste, Pierre Veys, a produit quelques oeuvres assez plaisantes. Mais non, la lecture ne m'a pas convaincu.

Je dois dire, à la décharge de cet album, que la qualité va croissante de page en page, mais les gags de la première moitié de cet album ne m'ont vraiment pas plu. Je les ai trouvés basiques, répétitifs, et tournant trop souvent autour du petit fayot dont les mauvaises habitudes se retournent contre lui et qui sert de souffre-douleur à une désagréable petite bande de caïds de la récré. Quant aux personnages, ils n'ont aucun charisme. Le dessin, lui, est de bon niveau et dynamique mais je ne l'ai pas trouvé très attachant et j'ai trouvé les mimiques des visages un peu pénibles à la longue.
Sur la seconde moitié de l'album, l'apparition du père du fayot et une un peu plus grande diversité des gags m'ont davantage enthousiasmé. J'ai même failli rire sur un des gags.
Mais faillir rire sur un unique gag pour tout un album, ce n'est quand même pas terrible pour une BD d'humour...

Nom série  Le Chanteur sans nom  posté le 02/12/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le Chanteur sans Nom, c'est vrai que c'est bien un personnage qui est tombé dans l'oubli. D'ailleurs je n'en avais jamais entendu parler. Pourtant, visiblement, il a côtoyé de très près de grands noms comme Edith Piaf et Charles Aznavour et a eu un gros succès avant guerre. Raviver sa mémoire et raconter à tous les lecteurs modernes son parcours, de ses débuts à sa fin peu glorieuse quoiqu'assez originale, c'est une entreprise louable. Pourtant, je ne peux m'empêcher de sortir de cette lecture avec l'impression... de m'en fiche, finalement.

Comprenez-moi bien, concrètement, c'est une bonne bande dessinée. Le dessin est maîtrisé, agréable et doté d'une certaine personnalité. La narration est légèrement décousue, ce qui n'aide pas trop à entrer dans l'histoire au début, mais elle est de bon niveau et présente une structure assez originale, notamment avec la forte implication du fantôme du Chanteur sans Nom lui-même. Le travail de recherche est visiblement fouillé et les auteurs redonnent bien vie à l'univers musical du milieu du 20e siècle. En outre, le personnage du Chanteur sans Nom se révèle charismatique, très humain et assez amusant dans son comportement.

Ceci étant dit, la lecture ne m'a guère passionné. Elle est certes instructive mais ce qu'on y apprend m'est apparu comme anecdotique. C'est un joli hommage rendu à un personnage qui avait l'air certes intéressant à titre personnel mais bien peu marquant pour le public de nos jours. Et comme je n'ai pas été plus touché que ça par sa vie d'homme telle qu'elle est racontée ici, j'ai l'impression que j'oublierai très vite cette lecture. Je me vois donc mal en conseiller l'achat.

Nom série  Marie Curie, la fée du radium  posté le 25/11/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai toujours du mal à adhérer au concept de biopic en bandes dessinées que Dupuis a commencé à éditer depuis 2009. Je ne conteste pas le contenu qui est instructif ni les biographies choisies puisqu'il s'agit tout le temps de personnages intéressants. Par contre, la forme et la structure me paraissent inefficaces et décevantes.

Nous avons en effet droit à une vingtaine de planches de bandes dessinées donnant un aperçu concis des faits marquants de la vie de Marie Curie, suivie d'une autre vingtaine de pages de textes et de photos fournissant cette fois rien d'autre que la chronologie complète et plus détaillée de sa vie. La partie bande dessinée est trop courte, dénuée d'une narration à même de captiver le lecteur et ne faisant qu'illustrer à l'aide d'images dénuées de vie des évènements décrits ensuite dans la chronologie. Et cette dernière, quoique fouillée et instructive, n'apporte guère plus que ce qu'on peut trouver sur Wikipedia si l'on excepte les quelques photos qui l'accompagnent.

Le dessin de Chantal Montellier fait preuve d'élégance et de soin à première vue. Néanmoins, on se rend très vite compte de son aspect beaucoup trop figé. Les visages des personnages semblent directement issus de photographies d'époque. Ils sont quasiment copiés-collés d'une case à la suivante, l'auteure ne s'autorisant jamais, par respect peut-être, à leur donner la moindre expression de vie à part quelques rares mouvements des yeux. Nous sommes là dans de l'illustration, pas dans de la narration séquentielle. Et les bulles de dialogues apposées sur ces planches sans vie donnent la drôle d'impression de lire un vieux roman photo désuet.

Si bien que la lecture de la partie bande dessinée de cet ouvrage, aussi courte soit-elle, se révèle bien vite ennuyeuse, tandis que celle de la chronologie ne permet pas de comprendre l'intérêt d'avoir publié un si joli petit album pour une biographie encyclopédique qu'on aurait pu trouver sur internet ou ailleurs.

Nom série  Un éléphant ça trompe...  posté le 20/11/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Cet album au format de livres illustrés pour enfants n'en est pas moins une bande dessinée. C'est l'oeuvre de Wilhelm Schlote, illustrateur allemand pour la jeunesse. Elle a été publiée initialement en 1972 en Allemagne avant d'être traduite en Français chez Casterman en 1976.

L'auteur a un style bien particulier... ou au contraire beaucoup trop général puisqu'il dessine... comme un enfant. Bien des fois, face à un dessin de BD underground indépendante, j'ai pu me faire la remarque qu'on dirait un dessin d'enfant mais certains détails trahissaient la maîtrise technique, le soin de la mise en page, etc. Ici... Disons qu'il n'y a pas de tâches d'encre un peu partout ni de ratures... Est-ce pour autant un chef d'oeuvre graphique ? Ben non, c'est franchement très limité à mon goût. Et même si c'est indubitablement fait exprès puisque les autres travaux d'illustrations de l'auteur, qui a vraiment suivi des cours artistiques, sont exactement similaires, eh bien je n'aime pas. Même pour un lectorat jeunesse, ça ne marche pas puisque mes enfants n'ont pas eu envie de le lire.

Mais si la lecture était touchante ou drôle, ça passerait. Mais alors pas du tout. Ce sont des gags en une planche mettant en scène des animaux, avec un sujet différent à chaque fois quoiqu'on y retrouve quelques thèmes un peu répétitifs comme les insectes ou oiseaux qui entrent dans la trompe de l'éléphant.
Une grande portion d'entre eux jouent avec le médium bande dessinée à la manière des Fred et autres Greg, les personnages sortant parfois des cases, s'accrochant à leur cadre ou le déformant, passant derrière, ou les cases tombant, s'ouvrant ou disparaissant. Même pour l'époque, je ne crois pas que c'était novateur et il y a bien peu d'idées vraiment bien trouvées.
Mais surtout l'humour ne passe pas à mon goût. Trop souvent, arrivé en fin de page, je me suis dit "Eh quoi ? C'est ça la chute ? Est-ce sensé être drôle ? Emouvant ?".
Rien n'est passé et je me suis ennuyé.

Nom série  La Belle Image  posté le 19/11/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai été attiré avant tout par le pitch de cette BD. Imaginer se retrouver un jour dans la peau d'un autre homme, qui plus est charmant, et pouvoir revivre une vie complètement différente est un thème fantastique voire un fantasme classique mais intéressant. J'étais curieux de voir comment il serait développé dans cette histoire.

Le dessin de Cyril Bonin est agréable même si je trouve qu'il manque un peu d'impact visuel. Il permet en tout cas un récit plaisant dans une ambiance un peu désuette en harmonie avec le cadre des années 30 durant lequel il se déroule.

Malgré un bon a priori, j'ai été un peu refroidi par l'entame de cette lecture. J'ai trouvé le héros et narrateur un peu trop bavard. Le fait qu'il s'agit d'une adaptation d'un roman s'en ressent. L'histoire manque en outre de rythme. Il y a aussi tout du long un certain esprit moralisateur ou plutôt sociologique un peu trop appuyé. Le personnage principal m'a paru manquer de charisme et je n'ai pas su m'identifier ou me sentir véritablement concerné par son histoire. J'ai eu aussi un peu de mal à trouver crédible tout ce qu'il peut se passer durant trois semaines d'un "voyage à Bucarest". Et pour finir, la façon dont les femmes y sont traitées est quand même assez dépassée, avec d'un côté les hommes réfléchis et dominateurs et de l'autre les femmes dont le rôle consiste à soit être mères et épouses soit à être séduites.

A côté de cela, il y a quand même beaucoup de qualités. La narration est fluide. Le récit est plutôt intelligent. L'auteur, Marcel Aymé, a exploré différentes pistes et y a trouvé des réponses assez logiques. Bref c'est un conte fantastique un peu rétro dans son état d'esprit et sa morale mais intéressant et bien mené. Et puis au final l'adaptation en BD réalisée par Cyril Bonin est plutôt réussie. C'est une bonne lecture.

Nom série  Devenir mafieux  posté le 10/11/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les gangsters, la mafia et l'humour, on en a vu quelques oeuvres dans le domaine de la BD. Mais celle-ci est plutôt originale, tant dans la forme que sur le fond.

On y assiste à la montée en puissance d'un petit gars dans l'organisation criminelle. Déjà vu ? Certes. Sauf que le gars en question est un ex-trader magouilleur ayant passé 5 douloureuses années en prison pour avoir détourné sans s'en rendre compte plus de 5 milliards de dollar. Et que même si le gars est un vrai débrouillard quand il le faut, c'est aussi un gros loser égocentrique avec une vision totalement décalée de la vie, mêlant effroyable naïveté et implacable efficacité quand il s'agit de bien se faire voir et de gagner des sous.

La narration alterne le récit de sa chute puis de son ascension d'une part et des petits guides humoristiques du FBI sur les mafieux, leur mode de vie et leurs coutumes d'autre part. L'ensemble est légèrement décousu mais le ton est assez frais. L'humour est souvent très référencé, cinéma et séries TV, avec quelques réparties et dialogues incisifs. Le ton est plutôt acide, un peu déjanté et légèrement noir. Il n'atteint pas toujours sa cible mais il m'a fait rire quelques fois quand même.
Le graphisme d'Amazing Ameziane, d'inspiration très américaine, est percutant. Il fait parfois preuve d'un léger manque d'aisance technique, notamment pour les visages souvent figés dans des trois-quarts trop récurrents, mais c'est un dessin agréable qui soutient bien la narration et donne toute une ambiance au récit.

Je n'ai pas vraiment été éclaté de rire au cours de cette lecture mais je l'ai trouvée originale et souvent amusante. Son style graphique, son ambiance et son humour spécifique lui donnent une personnalité qui mérite le coup d'oeil.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 270 277 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque