Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 5673 avis et 2161 séries (Note moyenne: 2.87)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Ghouls of Nineveh  posté le 23/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ghouls of Nineveh, c'est une histoire de zombies comme dans les films, à ceci près que l'auteur joue avec cela. Il met en effet en scène des protagonistes qui ne paniquent pas et gèrent plus ou moins bien une situation qu'ils ont eux-mêmes vus de nombreuses fois sur petit écran, étant férus de ces fameux films.
C'est donc une histoire qui ne se prend pas trop au sérieux et joue avec les codes du genre. Elle est mise en image en teintes de gris dans un style légèrement amateur qui accentue l'effet de lire une BD pas prise de tête, comme un délire entre potes.
C'est agréable à lire même si le scénario se révèle un peu sans surprise et que l'album se lit rapidement. Du coup, j'hésite quand même à en conseiller l'achat compte tenu de son prix élevé pour un album au petit format souple et aussi vite lu. Mais c'est quand même une lecture bon esprit.

Nom série  Ulysse (Adam/Palluy)  posté le 22/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette bande dessinée est une adaptation tous publics de l'Odyssée d'Ulysse selon Homère.

C'est une oeuvre louable que d'adapter ce récit mythique pour le rendre accessible à la jeunesse tout en incluant sa quasi intégralité, compte tenu de l'ampleur et de la complexité de cette légende aux nombreuses péripéties. Pour y parvenir, Christine Palluy et Benjamin Adam ont scindé leur album en chapitres de moins d'une dizaine de pages s'attachant aux passages les plus marquants de l'Odyssée reliés entre eux par un résumé textuel des évènements moins intéressants ayant eu lieu entre eux.

Le Cheval de Troie, Athéna, le cyclope Polyphème, Circée, Eole, Calypso, Tirésias, les Sirènes, Charybde et Scylla, Nausicaa, Télémaque et Pénélope sont les grands noms qui émaillent ce récit. Ils sont présentés avec sobriété et un attachement à la version la plus officielle de la légende. C'est instructif même pour un adulte qui connait l'ensemble mais en a oublié certains détails.

La lecture est fluide et le rythme est bon même si, étant donné la densité de l'ensemble, il y a un léger effet de condensé et d'histoire racontée un peu vite pour avoir le temps d'en dire un maximum. Il est un peu difficile notamment de s'attacher aux protagonistes.

Le graphisme, lui, est simple mais efficace. Il me semble qu'il a été dessiné à une échelle un peu plus grande avant d'être réduit à la taille de cet album souple ce qui lui confère parfois une impression de dessin fin et empli de détails malgré son aspect plus ou moins minimaliste. Il est en outre colorisé de manière agréable et plutôt originale dans le choix des couleurs.

Bref, c'est un bon album, une bonne lecture. Je lui reproche juste la façon dont l'histoire y est condensée et racontée un peu trop vite. Cela ne permet pas de ressentir le véritable frisson de l'aventure et d'en faire une oeuvre marquante.

Nom série  Garôden  posté le 20/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Garôden, c'est une histoire de bastons, l'histoire d'un type très doué en arts martiaux, avec un style mélangeant karaté, prises de catch et d'autres notions apprises dans la rue, qui va de défis en défis cherchant toujours à affronter les meilleurs sans jamais perdre... sauf une fois, une défaite qui va tracer la quête qu'il se sera fixée dans la vie.
Garôden, c'est une histoire violente, d'hommes qui se battent pour le combat lui-même et pour être le meilleur.
...
Ca ne me parle pas.
Autant je suis amateur de shonen nekketsu où les héros se battent avec force attaques spéciales en devenant toujours plus fort tournois après tournois, autant les histoires sérieuses sur le combat, sur la violence et sur l'état d'esprit des combattants, ça ne me touche pas. Je ressens presque un certain malaise à les lire car je ne comprends vraiment pas les motivations de ces personnages et j'y vois de véritables soucis psychologiques la plupart du temps.

Malgré cela, j'ai quand même su plonger dans cette histoire car elle est bien racontée. Et même si le héros n'est pas attachant, on s'interroge sur sa personne, sur les objectifs qu'il se fixe et jusqu'où il pourra bien aller. Le dessin maîtrisé de Taniguchi y contribue aussi même si dans le plus fort des combats, quand les prises s'enchainent, j'ai eu du mal à m'y retrouver moi qui n'y connais rien en catch et en clés de soumission.

Mais autant, tandis que je parcourais ses pages, je me disais que c'était un manga plutôt pas mal quoique je ne l'achèterais pas personnellement, autant j'ai été complètement déçu par la fin qui parait pire qu'une fin en queue de poisson. Ca s'arrête net, sur une parole de conclusion sensée être marquante mais qui m'a laissé entièrement sur ma fin. Au point que j'ai vérifié s'il s'agit d'un simple tome 1 à suivre, ou si par hasard la série avait été abandonnée brutalement en cours de réalisation. Mais non, c'est la vraie fin, et moi je n'appelle pas ça une fin qui sache me contenter.

Nom série  Cézembre  posté le 18/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cézembre est un récit historique rendant hommage à la ville de Saint-Malo et aux nombreux évènements qui l'ont secouée juste avant d'être libérée par les Américains à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Son titre fait référence au nom d'une île au large de la cité malouine que les Allemands avaient alors bétonné en vraie forteresse.

C'est par le biais des aventures de plusieurs personnages que l'on suit ces évènements. Cela commence avec le jeune Ewan qui meurt d'envie de rejoindre la Résistance pour la bataille finale de libération. Mais on suit aussi un certain nombre de ses proches ainsi que l'un de ses anciens amis qui est passé à l'ennemi et travaille pour la Gestapo et pour un certain officier SS qui suit un mystérieux but personnel.

Le graphisme est agréable mais contraste un peu avec le réalisme historique de l'intrigue. Cela ne tient pas à son trait semi-réaliste plutôt bien maîtrisé, agréable à l'oeil et fluide à la lecture. Cela tient à une colorisation informatique aux couleurs parfois très saturées, notamment dans les orange et bleu turquoise. Cette apparence fortement colorée détonne un peu et rompt en partie avec le sérieux d'une telle histoire.

Celle-ci est très dense. Il s'y passe beaucoup de choses et des protagonistes qu'on pensait importants peuvent venir à mourir soudainement au détour d'une malheureuse péripétie ou d'une autre. C'est historiquement intéressant et le récit est bien mené même s'il frôle parfois la confusion face à l'abondance des évènements et des personnages. Du coup, même si l'on ne s'ennuie pas, l'intrigue peine un peu à toucher le lecteur et les protagonistes à se rendre attachants.
Ça n'en reste pas moins une bonne lecture et les amateurs d'Histoire et notamment d'histoire de la Bretagne au temps de la Seconde Guerre Mondiale seront ravis.

Nom série  Guy de Maupassant : les contes en BD  posté le 18/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
De Maupassant, je n'ai lu que le Horla. Je ne connais que vaguement le reste de son oeuvre par le biais de plutôt bonnes adaptations diffusées à la télévision françaises ces dernières années. J'étais donc curieux d'en découvrir une portion par le biais de cet ouvrage recueillant une dizaine de ses courtes nouvelles.
Graphiquement, comme tous les ouvrages collectifs, il y a du bon et du moins bon. Aucun dessin ne m'aura cependant particulièrement enthousiasmé.
Quant au contenu, ce sont de plaisants récits sociaux donnant vie à la France provinciale de la fin 19e siècle. Ils mettent en scène des personnages parfois truculents, avec souvent d'intéressantes personnalités. J'ai trouvé ça plaisant, divertissant et souvent instructif sur l'époque de leur auteur.

Nom série  Les Hockeyeurs (Les Canayens de Monroyal)  posté le 16/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Les Hockeyeurs, qui vient de paraitre chez Bamboo, est la réédition française de la série québécoise "Les Canayens de Monroyal", deux tomes parus à ce jour. C'est une série de gags à thème, ici sur le hockey, sport qui ne me parle franchement pas vraiment.

Je partais néanmoins sur un bon a priori car la série s'entame dans une bonne ambiance qui fleure bon les petites villes québécoises. La genèse du club de hockey en question est en effet présentée comme issue d'une ville, à peine plus grande qu'un village, avec une poignée d'habitants qui se mobilisent avec sincérité et humour.
Seulement, passé cette introduction, on se retrouve dans la trame classique d'un gag par planche, avec un humour basique et sans originalité. Le dessin n'est en outre pas terrible, avec un trait lâché qui donne parfois plus l'impression d'un dessin de presse qu'un dessin soigné de bande dessinée.
Je me suis franchement ennuyé sans m'attacher à aucun personnage et en oubliant les gags aussi vite que je les lisais.

Nom série  Godefroid de Bouillon (Servais)  posté le 15/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série est le mélange un peu étonnant entre trois intrigues et trois époques.

Contrairement à ce que son titre laissait penser, cela commence en 2005 à Bruxelles par le vernissage de l'exposition d'un photographe spécialisé dans les photos de guerre au Proche et Moyen-Orient. C'est par le biais de cet homme et de la femme qu'il retrouve après 40 ans de séparation que vont se jouer en parallèle les restes d'une idylle de nos jours, le récit de leurs souvenirs de jeunesse dans la petite ville belge de Bouillon, et au-delà le récit historique et aussi factuel que possible du chevalier Godefroid de Bouillon à l'époque des croisades.

Ce sont là trois récits dont les thématiques se côtoient mais ne se mélangent pas de manière évidente. Au point que je me suis demandé s'il était vraiment judicieux de les inclure dans un même album. Autant j'ai trouvé instructive et bien racontée la biographie de Godefroid de Bouillon, ayant pour cadre une époque intéressante et mouvementée, et j'ai été plutôt intéressé par le récit social dans cette petite ville du milieu du 20e siècle, autant la romance moderne, elle, m'a très vite lassé. Ses tenants et aboutissants sont tellement vite devinés qu'elle n'a guère présenté d'intérêt à mes yeux.

Le graphisme, lui, m'a bien plu. Je lui ai trouvé un style un peu moins austère et désuet que ce que je reproche d'ordinaire à Servais. Je crois que cela vient en partie des couleurs qui sont relativement modernes dans leur style et leur choix.

J'attends de lire le deuxième et dernier tome pour voir si la partie contemporaine de cette série gagne en intérêt mais pour le moment je m'en passerais pour me satisfaire d'un récit social des années 60 plutôt bien mené et d'une biographie classique mais belle et instructive de Godefroid de Bouillon.

Nom série  Le Voyage Extraordinaire  posté le 15/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La couverture de cet album m'a induit en erreur. Je croyais à une simple adaptation d'un roman de Jules Verne pas très connu donc pas l'un de ses meilleurs. Je n'étais donc pas pressé de lire cet album.
En fait, ce n'est pas du tout une adaptation de Jules Verne. Certes l'esprit du romancier y est bien présent et la référence est voulue, mais c'est une histoire d'uchronie, de steampunk et d'aventure nettement plus moderne et complexe.

Elle est illustrée par un dessin que j'apprécie beaucoup. Le style des personnages me fait penser au graphisme personnel et vivant de Krassinsky (Kaarib) tandis que les décors sont très soignés. Associé à d'agréables couleurs, tout cela offre de belles planches mettant en scène un univers mi-réaliste mi-merveilleux et notamment un château aux allures de Disneyland scientifique où j'aurais adoré vivre. Je regrette juste un aspect légèrement fouillis au graphisme.

Et c'est ce même aspect fouillis qu'on retrouve au niveau du scénario et qui m'oblige à rester pour le moment circonspect suite à ma lecture. Avec un tel décor, un tel mélange d'éléments de science-fiction et d'imaginaire et une intrigue pleine de mystère et de promesses d'aventure, j'aurais vraiment pu adorer.
Mais c'est trop confus !
La somme d'informations délivrées au lecteur est telle presque à chaque planche qu'on s'y perd. Le rythme s'embrouille, les motivations des personnages sont difficiles à suivre, et les évènements s’enchaînent parfois si vite qu'on a l'impression de sauter du coq à l'âne.
Ajouté à cela quelques facilités qui apparaissent en fin de premier tome et mes espoirs de tomber complètement sous le charme ont été plus ou moins refroidis. J'attends vraiment de voir la suite pour figer mon opinion. Il y a dans ce premier tome la promesse d'excellentes choses mais si ça continue à être aussi fouillis et mal rythmé, je ne crois pas que cela puisse fonctionner.

Nom série  La Bible (manga)  posté le 09/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ce manga est une adaptation pour la jeunesse de la Bible.
Un premier tome sur l'Ancien Testament, un second sur le Nouveau.

Tome 1 :
Le premier, un gros pavé de presque 400 pages, est d'un niveau acceptable. Son dessin est dans un style manga un peu vieillot et sans originalité mais correct. C'est l'adaptation un peu simplifiée de l'Ancien Testament, probablement faite pour s'adresser à des enfants, avec pas mal de raccourcis et des dialogues parfois un peu idiots, mais cela permet d'avoir une vue globale des mythes bibliques. C'est donc instructif quoique plutôt approprié à un jeune lectorat qu'on voudrait éduquer facilement, mais j'imagine qu'il doit y avoir d'autres adaptations plus réussies.

Tome 2 :
Le second tome, deux fois plus petit et portant sur le Nouveau Testament, est par contre catastrophique.
Son dessin est pitoyable. Son style parait dater d'il y a plus de trente ans et manque totalement de maîtrise technique. Il est d'une grande laideur, avec des visages de personnages ridicules. Sa mise en page est un désastre et sa narration régulièrement illisible, avec des dialogues inversés et des scènes mal foutues.
Le scénario n'est rien d'autre qu'une adaptation très simplifiée, voire bêtifiante, du Nouveau Testament dans un style très japonisant. C'est tellement mal raconté qu'il est difficile d'en sortir une information intéressante.
Associée à un tel graphisme, cette lecture est tout simplement pénible, à moins d'espérer en rire au second degré.

Nom série  Illimité  posté le 09/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Imaginez un gamin qui trouve un incroyable portable capable de prouesses dignes de l'anneau de Green Lantern. Imaginez qu'il a obtenu cet engin suite au crash d'un ovni lors d'une soirée astronomie avec son petit gang de potes façon Goonies. Imaginez enfin que, comme dans le film Super 8, l'armée encercle aussitôt sa petite ville et part à sa poursuite pour récupérer le fameux téléphone. Et vous avez le début d'une série d'action jeunesse à l'américaine, un concentré de stéréotypes de films de science-fiction et de séries adolescentes destiné à plaire à un jeune public.

Graphiquement, c'est du 100% made in informatique. Des personnages de type animation, aux visages très expressifs et aux traits souvent outrés, plaqués sur des décors à priori réalisés en 3D, avec déformations de perspectives en surplus, le tout colorisé à coups de dégradés et d'effets de flou. Ce n'est pas moche, la narration graphique est bonne, mais ce type de dessin m'agace autant qu'il m'ennuie.

Quant au scénario, outre les clichés titanesques, il accumule les péripéties convenues et les facilités. C'est à mes yeux de la soupe pour pré-adolescents, et je suis un peu surpris de voir que les scénaristes se sont mis à deux pour produire cette intrigue tellement déjà vue et sans saveur.

Nom série  Les Colombes du Roi-Soleil  posté le 06/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les Colombes du Roi-Soleil, à la base, c'est une série de romans pour la jeunesse écrits par Anne-Marie Desplat-Duc. Ils ont pour cadre le 17e siècle de Louis XIV et plus précisément un établissement royal à Saint-Cyr où sont pensionnaires de jeunes filles de noble origine destinées à y être éduquées jusqu'à leur vingt ans, quand elles pourront en sortir avec une dot offerte par le Roi. Etant situé à proximité de Versailles, il y arrive régulièrement que les pensionnaires apprennent puis viennent interpréter pour le Roi des pièces de Racine.

Cette série est l'adaptation des romans, à raison d'un roman par album. Elle met en scène quatre jeunes pensionnaires, amies malgré leurs origines et leurs caractères bien différents.
C'est une intéressante mise en image de la vie sous le règne du Roi-Soleil présentant un point de vue historique original. Les héroïnes sont plutôt attachantes et bien intégrées à leur époque. On y découvre pas mal de choses sur la vie d'alors et sur les relations entre les jeunes nobles.

Le dessin est agréable. J'apprécie notamment beaucoup ses couleurs et la finesse de son trait. Il s'apparente cependant un peu trop souvent à de l'illustration, avec des personnages assez figés. Et surtout, même si les traits des héroïnes sont jolis, elles se ressemblent beaucoup trop tant leurs visages manquent de signes distinctifs. De nombreux décors sont également un peu trop tirés à la règle et manquent de profondeur.

La narration, quant à elle, est légèrement alourdie par des dialogues un peu trop présents et un rythme lent. Le ton du récit et la légère difficulté de ces dialogues semblent viser plus particulièrement des lectrices de 12 à 16 ans, je dirais.

Sans être véritablement captivé, j'ai fini par apprécier cette lecture et m'attacher à ses héroïnes et à leur intéressant cadre de vie. C'est une bonne bande-dessinée historique pour la jeunesse même s'il faut un petit peu s'accrocher pour entrer pour de bon dans son récit.

Nom série  Le Pape Terrible  posté le 04/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
En empruntant cette série à la bibliothèque, je pensais y lire un récit de plus sur les Borgia. En réalité, il s'agit de la suite de ces évènements puisque c'est de Jules II, successeur d'Alexandre VI, le dernier pape Borgia, et de l'éphèmère Pie III, dont il s'agit. Pourtant, à en croire la vision de son règne telle que vu par Jodorowsky, il parait presque bien pire que ses cruels anciens ennemis, les Borgia.

Stupre homosexuel, meurtres, mensonges et trahisons semblent être son lot quotidien. Il est présenté comme un chantre de la dépravation et des assassinats politiques au service de sa cause, même s'il a la qualité de tenter malgré tout de réunifier l'Italie, sous sa botte certes... Machiavel, qui joue aussi un rôle dans cette histoire, ne parait qu'un pantin naïf à ses côtés.
Je ne suis pas bien sûr que tout cela soit vraiment réaliste sur le plan historique et, si c'était le cas, ce serait encore plus difficile à accepter que les ignominies des Borgia.
Alors comme à son habitude, j'ai l'impression que Jodorowsky a encore joué la carte de la surenchère dans son scénario. Le fond de trame historique restant m'a néanmoins permis de ne pas perdre le fil et de m'intéresser en partie au récit même si je ne m'y suis jamais attaché.

Heureusement il y a aussi l'excellent dessin de Théo, le même qui a dessiné la très bonne série Le Trône d'argile. Grâce à lui, le récit est agréable à lire et beau à regarder.
Mais quand je compare cette série là, justement, avec ce fameux Pape Terrible, je me dis qu'il est quand même bien plus intéressant de présenter l'Histoire dans tout ce que sa réalité a d'incroyable et d'aventureux plutôt que de la déformer et de jouer la carte du choquant sans y arriver comme semble essayer de le faire ici Jodorowsky.

Nom série  Milady de Winter  posté le 04/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Plus j'avançais dans cette série, plus j'avais l'impression de l'avoir déjà lue auparavant. Et encore maintenant, je me demande si oui ou non je n'avais pas parcouru une bonne partie de ses planches avant d'en lire l'intégralité.
Cette impression me vient probablement de ma lecture précédente de l'album D'Artagnan, journal d'un cadet de Nicolas Juncker. L'un comme l'autre sont l'adaptation du célèbre roman d'Alexandre Dumas, l'un axé comme le roman sur le point de vue du jeune d'Artagnan et l'autre, plus original, sur celui de la fameuse Milady de Winter. Mais alors que le début de l'histoire diffère bien puisqu'il présente des évènements vécus par Milady et seulement évoqués dans le roman, à partir de la deuxième moitié du premier tome et jusqu'à la fin, les évènements relatés sont presque exactement les mêmes dans les deux histoires, d'Artagnan prenant une part de plus en plus grande dans la bande dessinée d'Agnès Maupré.
Pas de surprise donc en terme de scénario.

C'est là cependant une adaptation intéressante qui rend plutôt attachante la dangereuse espionne de Richelieu. Alexandre Dumas avait déjà bien expliqué ses motivations et ne l'avaient jamais dépeinte comme une méchante caricaturale. Mais de s'attacher plus particulièrement à sa vie et à ses multiples malheurs comme le fait Agnès Maupré permet d'encore mieux la comprendre , même si certaines de ses réactions et de ses méfaits restent inexcusables. Et la fin en est d'autant plus touchante, surtout du fait de... l'héritage de Milady.

Le dessin, quant à lui, n'est pas terrible voire parfois franchement bancal. J'ai le souvenir par exemple du dessin d'un chat dans le second tome qui est purement affreux. C'est un dessin un peu approximatif dans la veine de Sfar et de ses suivants. Je ne l'apprécie guère mais il donne souvent de bonnes expressions et une jolie vie au visage de Milady. Il est aussi plutôt efficace en matière de narration, ce qui permet une lecture agréable et sans heurt.

Nom série  Les Vacances de Jésus & Bouddha  posté le 01/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'idée originale de ce manga m'amusait et je n'ai pas été déçu par sa lecture. Je n'en attendais pas un chef d'oeuvre mais juste une oeuvre avec un humour un peu déconnant et pas prise de tête, ce fut le cas.

C'est marrant de voir les personnages de Jésus et de Bouddha projetés dans le Japon moderne comme deux touristes. Les mettre en scène comme de jeunes adultes un peu fauchés et assez geeks malgré tout leur background de fils de Dieu et de grand Saint illuminé est bien trouvé et souvent drôle. Surtout qu'ils sont affublés de caractères bien particuliers, Jésus en foufou un peu irresponsable mais ultra-sensible et Bouddha en garçon sage et un peu trop bon-trop con.

En terme d'humour, ce sont des jeux de mots basés sur l'identité et la légende des deux protagonistes mais aussi des situations délirantes où on se dit "mais que c'est con !" tout en riant quand même de bon coeur. Ce n'est pas toujours hilarant, certains gags tombent un peu à plat ou sont trop référencés pour être universels, mais j'ai bien aimé cette lecture à base d'histoires courtes qui sont autant de petits sketchs ayant pour héros ces deux personnages rapidement attachants.

C'est une lecture sympathique et amusante qui permet de passer un bon moment dans une ambiance légère et pleine de références religieuses plus ou moins tournées en dérision mais sans jamais leur manquer de respect.

Nom série  L'Art de voler  posté le 28/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'Art de voler est l'intéressante biographie complète du père de l'auteur, un espagnol ayant vécu quasiment du début à la fin du 20e siècle.

Par son biais, cela nous permet de découvrir toute l'Histoire de l'Espagne et des espagnols des années 20 à nos jours. Cela va de ses origines paysannes modestes dans un contexte familial difficile à sa découverte de Saragosse, son engagement anarchiste, la guerre civile espagnole, l'exil en France durant la seconde guerre mondiale, le retour dans une Espagne sous le règne de Franco puis le reste de sa vie familiale compliquée et sa vieillesse en maison de retraite. Beaucoup de thèmes sont traités, beaucoup d'informations sont transmises. Et toujours demeure la question d'un homme qui ne s'est jamais senti nulle part à sa place et qui n'avait aucune autre crainte que de trahir ses engagements moraux et son désir de liberté.

Tout cela est intéressant et plutôt agréablement mis en image, mais ce n'est pas captivant pour autant. La quantité de matière incluse dans ce long récit est telle qu'on s'y perd un peu dans les thématiques et qu'inversement, beaucoup de passages sont abordés parfois superficiellement. Cela a un côté un petit peu indigeste. Suivre le parcours complet de cet homme permet de mieux le comprendre et notamment de comprendre comment il en est venu à mettre fin à ses jours, évènement qui sert d'introduction à l'album, mais il ne l'a pas rendu tellement plus attachant pour autant à mes yeux.
J'ai été intéressé mais pas vraiment touché par ce récit dont je suis resté plus ou moins distant jusqu'à la fin. Ce fut une lecture instructive et dense, mais elle a manqué d'émotion à mon goût.

Nom série  Bride Stories  posté le 23/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je ne pensais pas accrocher mais en fait ce manga est très bien. Je craignais un shojo cucul-la-praline avec une romance un peu neuneu, de jolis costumes et beaucoup de guimauve. Au lieu de ça, j'ai plongé dans une belle découverte des peuplades d'Asie Centrale du 19e siècle.

Graphiquement, c'est une série extrêmement soignée. Les costumes, paysages et autres architectures sont finement détaillés et très beaux. Il est dommage qu'en revanche, les visages n'aient presque aucune caractéristique distinctive autre que les coiffures et barbes : avec un simple visage ovale et deux traits pour des nez ultra-fins, il est parfois bien difficile de différencier une femme d'une autre.

Au niveau du récit, il n'y a pas d'intrigue spécifique autre que de découvrir la vie intime et quotidienne d'habitants des steppes d'Asie, entre le Turkménistan et la Turquie. Je croyais qu'on allait suivre la vie de couple des deux héros initiaux, Amir et Karluk, mais j'ai été surpris de voir qu'on suivait finalement un autre des protagonistes pour découvrir d'autres personnages et d'autres couples. J'ai été un petit peu déçu car je m'étais attaché aux deux jeunes tourtereaux mais cela permet d'élargir l'horizon et de découvrir d'autres peuples et d'autres moeurs tout aussi intéressants.

Et contrairement à ce que l'on pourrait craindre, cela n'a rien d'un documentaire dans la forme, même si dans le fond le sujet est extrêmement instructif et présenté parfois de manière discrètement didactique.

Ce fut en tout cas une agréable lecture, très belle et très intéressante.

Nom série  Alger la noire  posté le 22/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Alger la noire est un polar noir à l'ancienne, une enquête policière sans concession avec meurtres, histoires de moeurs, ripoux et dialogues désabusés. Sa particularité : son décor, celui de l'Algérie de 1962 en plein conflit entre OAS, FLN et barbouzes venues de la métropole. Les plastiquages et les règlements de compte ponctuent alors la vie d'Alger dont beaucoup d'habitants commencent à fuir pour aller chercher refuge en France avant de perdre la vie.

J'ai apprécié ce cadre historique. Je le savais déjà mais je connais vraiment très mal les évènements d'Algérie et cela s'est encore confirmé ici. J'ai donc trouvé instructif d'être plongé en leur sein par le biais de cette BD qui met en scène un jeune policier pied noir d'origine espagnole n'ayant choisi aucun camp, ni de l'OAS ni du FLN. J'ai découvert pas mal de choses et surtout l'ambiance de l'époque, même si je sais que j'ai encore pas mal à apprendre sur le sujet.
Le dessin de Ferrandez est en outre très agréable et joliment adapté au sujet, à ces lieux et à cette époque, comme il l'a déjà prouvé tout au long de sa série Carnets d'Orient.

Concernant l'enquête en elle-même, maintenant, je n'ai pas vraiment été captivé. Il faut savoir que je ne suis pas amateur d'enquêtes policières réalistes. Je m'y perds souvent très vite dans les nombreux protagonistes et leurs divers noms que j'ai tendance à mélanger. Et leurs dénouements me déçoivent souvent car j'ai la plupart du temps perdu le fil longtemps auparavant, ne m'intéressant pas aux histoires de haines, de vengeances et de secrets familiaux. Ce fut encore plus ou moins le cas pour l'histoire de cette bande dessinée. Les personnages sont relativement originaux mais je ne m'y suis que moyennement attaché. Et l'aspect enquête en elle-même ne m'a pas passionné de même que sa conclusion avec son lot massif d'explications en à peine quelques planches.

Nom série  La Balade de Yaya  posté le 21/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La Balade de Yaya est une jolie série en format souple à l'italienne dont le graphisme rappelle immédiatement les films d'animation de Miyazaki. Paradoxalement, ce qui concerne le scénario, l'introduction de l'histoire, pour sa part, se rapproche beaucoup plus du début du film de Spielberg, l'Empire du Soleil. Ce sont en tout cas deux belles références pour cette bande dessinée franco-chinoise bien agréable à lire.

Le graphisme est indubitablement beau. On l'imagine fort bien mettre en image une fable onirique et fantastique mais il s'adapte plutôt bien quoiqu'on en dise aux décors réalistes de la Chine de 1937. J'aime beaucoup ses couleurs et je n'ai rien à redire sur la narration et la mise en page qui sont impeccables. Ce sont de très chouettes ouvrages sur la forme.
Sur le fond, maintenant, l'histoire est plutôt bien menée et assez sympathique... mais sans plus hélas... Je n'ai lu la série que jusqu'à la fin du 4e tome et je dois dire que, même si je n'ai pas passé un désagréable moment, je n'ai guère été passionné. C'est l'aventure de deux jeunes enfants jetés sur la routes chinoises durant l'invasion japonaise, avec pas mal de courses-poursuites, des gentils bien gentils et des méchants vraiment méchants. Mais je n'ai pas trouvé ça très captivant.
J'aurais aimé un scénario plus original ou avec davantage d'envergure et de personnalité, ce que le format, le graphisme et le début de l'histoire pouvaient laisser espérer.

Nom série  Intrus à l'Etrange  posté le 19/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai lu cet album sans savoir à quoi m'attendre. J'y ai découvert le récit de la découverte par un jeune homme d'un village de la Creuse aux habitants un peu loufoques dont l'ambiance m'a rappelé des albums comme Qui a tué l'idiot ? ou Il faut y croire pour le voir. Le jeune homme est là pour retrouver la trace d'un mystérieux homme dont il ne sait strictement rien si ce n'est qu'il a probablement été l'ami de son grand-père récemment disparu.

J'ai bien apprécié la plus grosse moitié de ce récit, tout ce qui tourne autour du village et de la rencontre du héros avec ses habitants. Il y a une part d'absurde et de mystère qui m'a tenu en éveil et m'a amusé. J'aime bien ce type d'histoire.
D'autant plus que le dessin de Simon Hureau est très appréciable et parfaitement adapté à ce type de récit avec sa foule de petits détails et sa rondeur qui accentue la légèreté de l’atmosphère.
Une fois passée la moitié de l'album, quand le héros rentre plus avant dans le coeur du sujet et fait ses découvertes nocturnes, j'ai un petit peu décroché. J'ai décroché parce que l'ambiance tournait plus à l'exploration aventureuse d'une part, mais aussi parce que les explications du mystère ne sont pas des plus claires. Difficile d'en parler sans dévoiler trop l'intrigue mais disons que j'ai eu du mal à comprendre les motivations des uns et des autres et leurs choix de vie. J'ai donc terminé l'album sur une note légèrement désabusée, comme restant sur ma faim.
Mais ce fut quand même une agréable lecture.

Nom série  Agence Interpol  posté le 19/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Dupuis avait déjà entamé il y a 2 ans une série au caractère identique sur l'agence Interpol, avec une enquête par tome. Il s'agissait de la série simplement nommée Interpol dont je me demande si l'unique tome paru ne va pas à moyen ou long terme être intégré dans cette nouvelle série, Agence Interpol, à la maquette sensiblement différente.
Il s'agit donc ici d'histoires en un tome, complètement indépendantes l'une de l'autre. Scénaristes et dessinateurs y diffèrent à chaque fois, de même que le ton du sujet même s'il reste aussi réaliste que possible.

Dans Mexico, le scénariste Philippe Thirault nous emmène dans ce que le Mexique a de pire de nos jours : les bidonvilles pourris, les narco-trafiquants ultra-violents, les meurtres impunis, la police corrompu... Dans cet enfer sur Terre, une policière d'Interpol doit s'allier à un détective privé ayant ses propres motivations pour traquer un tueur en série. C'est dur, c'est sombre, ça ne donne clairement pas envie d'aller visiter le Mexique. Le dessin est de Marty (Mort Linden, Le Rêve de Jérusalem). Son style est réaliste mais un peu particulier, avec une légère surabondance de traits qui donne un aspect un peu "sale" aux planches et des visages parfois légèrement déformés. Sans être ma tasse de thé, ce graphisme s'adapte bien au récit. La narration est cependant parfois un peu embrouillée et la lecture ne se fait pas sans quelques petits accrocs de compréhension sur certaines scènes.

Dans Stockholm, Sylvain Runberg nous raconte l'histoire nettement plus policée d'une enquête inter-services en Suède, où un policier français rejoint ses collègues suédois à la poursuite d'un père ayant enlevé ses enfants et lié à une secte qui pourrait s'avérer très dangereuse. On est dans un cadre similaire à l'affaire de l'Ordre du Temple Solaire avec des organisateurs ici plus simplement crapuleux. L'enquête coule très bien, avec un bon réalisme qui montre une bonne documentation sur les méthodes policières internationales et sur la Suède. La narration n'est cependant pas toujours évidente non plus, non pas dans le déroulé de l'histoire mais dans la mise en page. On ne voit pas toujours bien comment se présentent les situations, où sont les personnages, qui parle, etc. Et au niveau du dessin, le style de Peter Bergting ne m'a clairement pas convaincu. Il présente quelques véritables ratés comme des personnages qui courent de manière assez ridicule ou des visages beaucoup trop changeants. La mère des enfants disparus est méconnaissable d'une page sur la suivante, un suspect à l’hôpital change de bandages, de visage et de coiffure d'une case sur l'autre, etc... Ça brise complètement le réalisme et le professionnalisme de l'histoire.

Malgré certains défauts de maîtrise, ces deux polars modernes et documentés m'ont cependant plutôt accroché. Ils se lisent bien, sont intéressants et les cadres de leurs histoires sont assez originaux.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 270 280 284 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque