Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1226 avis et 526 séries (Note moyenne: 3.14)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  L'Amour Cash  posté le 24/01/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
De Philippe Bertrand, j'avais détesté les deux tomes de Rester Normal. Faut dire que le scénario de Frédéric Beigbeder sentait tellement l'amateurisme (en matière de bande dessinée) et la prétention (toute parisienne) que j'avais un peu du mal à juger un dessin, qui face à un tel néant scénaristique, n'arrivait à faire passer aucune émotion. Avec "L'amour cash", un écrivain chasse l'autre. Et on y gagne clairement au change! Sans doute parce que Benacquista a une meilleure connaissance des particularités du medium, une plus grande expérience aussi, ce n'est pas la première fois qu'il adapte ses écrits en bd et c'est un très bon "auto-adaptateur".

L'intrigue est simple, mais consistante, c'est une histoire d'amour peu banale, qui met en jeu la dignité humaine et les rapports entre l'image de soi et l'argent facile. L'évolution de cette relation tumultueuse est racontée de manière simple et touchante.

Du coup, on sent Bertrand nettement plus inspiré. L'amour cash est un album délicieux, au graphisme un brin minimaliste mais doté d'une vraie sensualité. Les couleurs, avec leurs tons pastels, n'y sont pas pour rien.

Nom série  Un peu avant la fortune  posté le 24/01/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je suis plus enthousiaste que Ro. Sans doute, parce que Dupuy et Berbérian, je ne suis pas amateur, mais carrément fan. Monsieur Jean est une de mes bd préférées.

D'ailleurs, à mes yeux, "Un peu avant la fortune" n'arrive pas au niveau de n'importe quel album de Monsieur Jean. Mais c'est pourtant un très bon album au scénario amusant et surprenant... Graphiquement, on reste très proche de Monsieur Jean, même si au niveau des couleurs, les auteurs ont essayé autre chose : des teintes plus sombres et un traitement des ombres un peu particulier... Cette dernière option ne m'a pas entièrement convaincu...

Nom série  Alika  posté le 17/01/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Et bien... tout pareil que le premier avis en fait. Le premier volume est un bon tome d'introduction qui ne promet rien de bien original, tous les archétypes du genre sont présents, mais qui reste agréable à lire grâce surtout à un dessin dynamique aux couleurs soignées...

Je ne sais pas pourquoi mais la dégaine de l'héroïne sur la couverture m'évoquait Anita Bomba... Grossière erreur, cela n'a rien à voir, Alika a de l'audace mais pas le bagoût de ma chère Anita, et l'humour est beaucoup plus bon enfant... A suivre...

Nom série  Effleurés  posté le 17/01/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
"Effleurés" est une bonne surprise. Pour un premier album, c'est une belle réussite.

Qu’avons-nous ? Une histoire d'amour racontée de manière intéressante, avec des personnages bien bâtis qui réussit le tour de force de ne jamais tomber ni dans la mièvrerie, ni dans l'exaltation pseudo-romantique des sentiments. Un bel équilibre qui atteste de la déjà grande maîtrise de la scénariste. Il est plutôt rare de voir un scénariste débutant avoir autant conscience des moyens qu'il met en oeuvre pour atteindre un objectif pas très simple : raconter une histoire d'amour qui, comme le chantaient les Rita Mitsouko, finit mal, mais en montrant ce que celle-ci a tout de même apporté à chacun...

Je suis un peu plus réservé sur le dessin qui, même s’il reste impressionnant pour un premier album, peine par instant à trouver l’expression juste chez les personnages… A d’autres moments, c’est le décor qui semble faire défaut ou manquer de réalisme…Rien de bien grave, Limousi a un style qui lui est propre, mais des progrès restent à faire…

Nom série  Afrika  posté le 07/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pas mécontent non plus de revoir un one-shot d’Hermann en solo. Si on reste loin du magnifique « On a tué Wild Bill », cet album est plaisant à lire. Graphiquement, c’est toujours aussi superbe, le découpage est un modèle de lisibilité et d’économie. La confrontation des deux personnages est intéressante, s’il manque évidement la teneur psychologique que pourrait amener un traitement romanesque, la description de leur relation et son évolution tient la route, malgré les stéréotypes.

Seul regret, et il n’est pas nouveau : Hermann est toujours incapable de dessiner une belle femme… une femme chez Hermann ressemblera toujours à un homme avec des seins… du coup, la féminité de la jeune journaliste passe un peu au second plan.

Nom série  Géronimo  posté le 10/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tout comme Ro, je reproche pour l'instant à cette bd son ton un peu trop convenu. Tous les personnages sont TROP sympas, la situation est TROP prévisible. Mais le sujet est intéressant, et le dessin, s'il n'est pas aussi réussi que ce que fait Davodeau en solo, est efficace. Une fois de plus, on a affaire à un tome qui se lit vite (entre 5 et 10 minutes), trop vite, j'aurais aimé un contenu narratif un peu plus imposant.

Nom série  Le Voyage des Pères  posté le 10/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
« Jonas » est un très sympathique premier album. Difficile de nier les qualités graphiques, narratives et humaines de cet album.

Là où je suis plus réservé pour l’instant, c’est sur le but poursuivi par l’auteur, et là, je suis désolé pour les aviseurs précédents, mais on peut craindre le pire comme le meilleur car David Ratte en relatant les miracles, prend déjà parti, celui des évangiles et ce n’est qu’en fin de course que l’on saura réellement ce qu’il en est sur ses intentions. Alors que d’autres sources historiques non chrétiennes ont montré que la filiation divine de Jésus est une invention chrétienne plus tardive et que bien des faits on été gommés, l’existence entre autres des frères de Jésus, David Ratte ne prend comme source d’inspiration QUE les évangiles… Et je trouve cela dommage, c’est nier le travail que des historiens ont fait depuis des décennies, travail si bridé et méprisé par l’église catholique pendant des siècles et auquel il faudrait rendre hommage aujourd’hui…

C’est ainsi que je m’apprête presque à détester cette bd… J’attends de voir…

Nom série  Les Orphelins de la tour  posté le 10/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un premier tome comme je les... déteste. Intriguant, plein de mystères, mais qui en dévoile juste trop peu que pour se faire une petite idée de la qualité de l'histoire. Impossible de s'avancer plus dans cet avis. A la différence de Ro, j'aime beaucoup le dessin et ses couleurs pastelles, je trouve que cela donne une identité visuelle forte à cette bd. Mais côté scénario, on est en plein points de suspension... Chef d'oeuvre ou nullité intersidérale, tout est possible...

Nom série  Siegfried  posté le 10/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Il suffit qu’Alex Alice revienne à la bd pour que cela ait des airs de fin de récréation pour les autres… Amis auteurs : laissez tomber vos bondieuserie sur les pouvoirs magiques du fémur du Christ et autres Tolkiennerie surchauffée, vous ferez pas le poids face au spectaculaire Siegfried.
Je précise d’abord que l’opéra et moi, ça fait deux. Etant plutôt un adepte de l’esthétique de l’économie de moyen (une des raisons pour laquelle j’aime la bd, d’ailleurs), cet espèce d’art total où des chanteurs s’égosillent des heures durant en prenant un quart d’heure pour dire des banalités aussi grandes que « Je t’aime », « Pourquoi les dieux m’ont-il abandonné » ou « Salope, tu m’as coupé les cheveux » a toujours froissé mes conceptions esthétiques personnelles et l’idée que je me fais du « naturel » en matière d’art.
Quant en plus cet art prétendument total, vire au totalitaire avec Wagner, ça me fait d’autant plus reculer. Oui, je sais, Wagner n’était pas nazi…Ok, mais il a fourni aux nazis une super bande-son dans leur délire meurtrier romantico-germanique. Et ça, il est difficile de ne pas y penser en écoutant du Wagner… Comme disait Woody Allen, qui adore l’opéra mais moins Wagner « Quand j’écoute du Wagner, ça me donne envie d’envahir la Pologne. »

Et bien Wagner, Alex Alice, lui ça lui donne envie de dessiner, une bd et un dessin animé… et ça, je suis nettement plus client. J’ai trouvé dans ces pages une grandiloquence visuelle, un romantisme exubérant de bon aloi, et surtout une telle maîtrise de la narration, de la mise en page et du mouvement, que cela a purement et simplement achevés mes réticences premières. Une belle claque dans la figure si vous voulez mon avis. Le Thorgal-Jolan de la pile d’à côté peut presque aller se rhabiller…

Nom série  Les Garde-Fous  posté le 09/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je suis un peu comme Ro. Amateur de Bézian et de son dessin ciselé, j'étais parti bon client. J'en reviens un petit peu déçu.

L'ambiance est parfaitement réussie, les planches et les couleurs sont superbes, le "ton" général est original. Mais c'est d'un froid! Les personnages sont peu palpables, l'intrigue m'a quelque peu glissé des mains, non par sa complexité intrinséque, mais par le manque d'intérêt qu'elle a suscité chez moi. Comme si Bézian se reposait trop sur ses lauriers en misant sur l'étrangeté de l'ambiance et oubliait de surprendre par l'intrigue.

Nom série  Trois ombres  posté le 09/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Au secours, je vais passer pour le méchant insensible qui fait descendre la moyenne de ce très émouvant album ! Pourtant, désolé, je n’arrive pas à lui mettre plus de trois étoiles...

Pourtant la description de la relation père-fils est très réussie et réellement émouvante… le dessin est magnifique et le découpage d’une facture tout simplement exceptionnelle. Mais, et là je vais vous expliquer comment un album peut très vite passer dans mon cœur de 5 à 3 étoiles, cette histoire cache ses faiblesses derrière un certain hermétisme de façade qui m’énerve un petit peu… Bon, on aura compris après 20 pages que derrière les trois ombres se cachent le destin où un truc du genre, une allégorie, donc… derrière laquelle il n’y a pas grand-chose d’autre à décoder. Pour moi, c’est le genre typique d’image autour de laquelle on peut construire une histoire courte ou une nouvelle, passer 268 pages dessus, c’est forcément tomber dans des digressions (la traversée, le vol de l’âme du père) pas toujours super palpitantes, presque anecdotiques et risquer de diluer l’inspiration. A part ça, il s’agit d’un album important de la rentrée, ne serait-ce que par la force visuelle qui s’en dégage.

Nom série  Ma femme est une étudiante  posté le 20/09/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
« Ma femme est une étudiante », beau titre, assez évocateur, même si le véritable titre français aurait du être « Ma femme est une collégienne ». Mais l’éditeur français a préféré rester plus évasif… A l’intérieur une mention indique, entre autre que « Tous les personnages représentés dans les scènes d’ordre sexuel dans ce livre sont âgés de 18 ans et plus. » Et le bouquin commence pratiquement par les mots « Je m’appelle Asami, j’ai bientôt 18 ans et je suis étudiante… » Tonkam se foutrait-il pas un peu de notre pogne ? En fait c’est plutôt l’auteur, qui est une femme, déjà coupable du formidablement bas de plafond Peridot, qui se paie joyeusement notre tête.

La jeune Asami a donc 17 ans et est mariée en secret ( ?) à un de ses professeurs, un lunetteux avec la gueule de puceau-type que l’on croise dans un manga sur deux. Ce dernier, soucieux de son rôle de pédagogue (snif !) ne veut pas consommer, il s’est juré d’attendre la fin de la scolarité de sa femme (et indirectement sa majorité donc, ce qui plaira au législateur français) avant de se la taper… euh… d’en faire une femme à part entière. Du coup, il se contente de gicler du nez toutes les trois pages, ce qui est peut-être encore plus salissant mais sauve l’honneur (mais qu’est-ce que je raconte, moi ???).

Donc, dans les faits, il n’y a pas dans ce manga de scène « sexuelle » explicite avec une jeune fille mineure. Malin, non ? En attendant, le lecteur pourra admirer la plastique généreuse de l’héroïne ingénue qui est étalée à longueur de pages de manière si outrancière qu’un feuilletage rapide pourrait laisser croire que l’on est en face d’un art book simple : la couleur est présente, pratiquement chaque image évoque une pose habituelle de la photographie érotique façon Playboy, mais… miracle de la bande dessinée, il y a un peu de texte et pour peu qu’on y prenne gare, il y a même un semblant d’histoire qui unit les cases, je rassure les puristes, celle-ci n'est pas plus élaborée qu’un scénario de chez Marc Dorcel, sans doute aussi rikiki que les tenues de l’héroïne… Chaque chapitre de quelques pages fonctionne un peu comme un gag, qui est en fait un peu sans cesse le même : elle se dénude, ça excite son mari, il perd du sang par le nez…


La première invraisemblance qui saute aux yeux c’est « mais pourquoi ce crétin qui risque de finir exsangue l’a-t-il épousé si c’est pas pour la sauter ? », perso, c’est la première fois que j’entends parler d’abstinence post-mariage ! Je rassure l’amateur du genre : ce n’est pas la seule invraisemblance du scénario, le fana pourra aussi se délecter de tous ces petits éléments qui font la richesse d’un genre, on ne trouvera pas dans ce manga d’explication rationnelle au fait que la petite Asami possède un tour de poitrine qui fait facilement 5X celui de la moyenne nationale japonaise (ce qui est le cas aussi de toutes ses camarades de classe), pas plus d’explication non plus à propos de son retard mental, son QI ne dépassant pas la moyenne japonaises des filles de 8 ans et demi…

Si vous voulez un art-book ("l'art" a bon dos) érotique avec un zeste de scénario, foncez… Si vous chercher une histoire érotique, laissez tomber…

Nom série  Sept voleurs  posté le 13/09/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Mon avis est strictement similaire à celui de Pol. J’ai également préféré ces "Sept voleurs" aux Sept psychopathes. Même si le premier album de la collection était sympa, celui-ci fait plus rêver. Et pourtant, je ne suis pas un gros amateur d’héroïc fantasy, mais ici, le dessin est tellement magnifique, et le scénario a trouvé un si bel équilibre entre dramatisation et humour !

Tout comme Pol, je m’inquiète un peu aussi du destin de la collection dans son ensemble. Basé sur un même schéma narratif (une équipe de sept personnes différentes se constitue pour une mission particulière), j’ai un peu peur qu’une lassitude s’installe. Car ce schéma narratif, s’il permet au scénariste de bâtir une jolie galerie de personnages complémentaires, a le désavantage de nécessiter beaucoup de place pour la présentation des personnages en début d’aventure. Si dans ce tome-ci, Chauvel arrive à amuser en faisant croiser et recroiser ses personnages avant la véritable constitution de l'équipe, je me demande dans quelle mesure chacun des sept scénaristes arrivera à surprendre et si une certaine lassitude ne se fera pas sentir chez le lecteur…

Nom série  Le Coeur des Batailles  posté le 09/09/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’hésite, j’hésite… ne donner que trois étoiles à cette bd masquerait le fait qu’elle est une des nouvelles séries les plus prometteuses de la rentrée. Faisons le pari de sa qualité car cet album, bien que souffrant de certains défauts habituels aux premiers tomes, donne véritablement l’eau à la bouche. Le dessin du très prolifique Igor Kordey tout d’abord… Il n’avait, jusque là, pas spécialement retenu mon attention, que cela soit dans L'Histoire Secrète ou Empire, mais ici, pardon, il est d’une rare finesse, dans tous ses détails et sa mise en scène, en parfaite adéquation avec le découpage de Morvan. Ces deux là se sont bien trouvés, certaines idées de mise en page sont excellentes.

Le scénario ne fait ici que poser les bases d’une intrigue qu’il est encore un peu trop tôt pour juger. Mais la tournure allégorique que semblent prendre les évènements me plait d’emblée. L’aventure historique pure ne me passionnant pas spécialement, j’aime les narrateurs qui savent transcender le genre en construisant des figures narratives synthétiques, des personnages emblématiques, presque allégoriques qui permettent d’échapper à ce qui fait pour moi le défaut majeur du genre historique : sa trop grande fidélité à la grande histoire et son caractère pédagogique façon prof de lycée.

Nom série  Miss Endicott  posté le 09/09/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
La belle surprise que voilà ! Miss Endicott est une héroïne fraîche et pétillante dont les aventures, placée dans un Londres de fantaisie, s’annoncent passionnantes. Pour vous situer la chose, on pourrait qualifier Miss Endicott de Mic Mac Adam au féminin. Le dessin est un pur délice, la narration un plaisir sans cesse renouvelé.

Que demander de plus, si ce n’est un second et dernier tome à la hauteur du premier ? Celui-ci arrivera rapidement puisqu’il est annoncé pour octobre. Calcul de l’éditeur pour frapper un gros coup avant les fêtes ?

En tout cas, beau prototype pour relancer la collection Signé...

Nom série  Saria (Les Enfers)  posté le 09/09/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Robert Laffont démarre plutôt fort dans le monde de la bd en proposant comme premier titre un collaboration d’auteurs si reconnus chacun de leur côté. Nul doute que ces deux noms réunis sur cette couverture feront leur petit effet, commercialement parlant. Le premier atout de cet album, c’est d’enfin permettre au grand public de lire du Serpieri sans se taper sa complaisance habituelle pour le porno-gore dans lequel il s’illustre depuis des années (Druuna). Je ne suis pas grand fan de son style et de son goût immodéré pour les femmes bodybuildé à l’arrière-train de cheval de trait… mais force est de remarquer qu’il a mis ici un peu d’eau dans son vin, et que si La Luna a des arguments physiques largement mis en avant, il ne rivalisent pas avec l’extravagante protubérance des attributs de Druuna… Du coup, Serpieri évoque presque le style de Swolfs, en un peu plus boursouflé. Registre hyperréaliste un peu « viril » dont je ne raffole pas, mais techniquement très bien exécuté.

Dufaux ne se renouvelle pas franchement, il revient ici sur des thèmes et des registres narratifs qu’il a déjà largement exploités dans d’autres séries (le pouvoir, la filiation, les intrigues de palais, la religion, Venise…), mais il est difficile de nier l’efficacité de ce premier tome qui remplit très bien son rôle en apportant tout ce qu’on attend d’un début de série : une exposition claire et précise, une présentation succincte et efficace des personnages, ainsi qu’un début d’action assez probant que pour avoir envie de lire a suite.

Un seul regret, Robert Laffont ne fait pas dans le bon marché, 14,95€ l'album, ce n'est pas donné.

Nom série  Il y avait une fois  posté le 06/09/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n'ai pas vraiment accroché à cette vision parodique des contes de fées. Sans doute parce qu'il était difficile de me sortir de la tête mes souvenirs de lecture du splendide Garulfo qui, avec les mêmes ingrédients faisait des étincelles.

Peut-être aussi parce que ce dessin tout en volutes m'a paru trop maniéré, et sans doute aussi parce que l'intrigue manque d'un fil conducteur solide, les "chapitres" s'enchaînant un peu au petit bonheur la chance, avec la nécessité un peu artificielle de relancer le suspense toutes les cinq planches avec de mini-enjeux narratifs d'un intérêt très variable. Pour une intrigue qui se réclame du conte, c'est à dire une forme narrative assez simple, on a affaire à un ensemble décidément trop erratique et fourre-tout.

Nom série  Ce que le vent apporte  posté le 06/09/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mon avis n'est pas très différent des deux précédents. On rentre avec délice dans cette histoire. Mais alors que l'auteur aurait pu nous fournir une très belle chronique rurale, il a malheureusement fallu qu'il arrive avec cette histoire de bête... non seulement pas particulièrement originale, mais dont la résolution est un peu décevante.

L'album bénéficie néanmoins d'une belle atmosphère et Jaime Martin est assurément un auteur à suivre de près.

Nom série  Construire un feu  posté le 05/09/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un homme seul face au froid, sa seule chance de survie : faire du feu... Voilà comment on pourrait résumer cette histoire. Difficile de faire plus court, impossible de faire plus long aussi, car le scénario de cet album est très basique. La situation est simple, mais riche. London et Chabouté, au travers de son adaptation, nous font vivre ce suspense intime de manière intense. L'album se dévore, la fin, pourtant éminemment prévisible, fait pourtant son effet, elle est cruelle, implacable. Une leçon d'humilité face à la sauvage nature ? Le lecteur est libre, je pense, d'en tirer une morale "naturaliste" s'il le désire. De tous les albums de Chabouté, celui-ci est peut-être mon préféré.

Alors il a évidement un défaut que certains ne tarderont pas à lui reprocher. Il est lu en 10 minutes et 13€ pour dix minutes de lecture, c'est cher. Pour ma part, cette donnée, certes regrettable, n'est pas entrée en ligne de compte dans l'attribution de ma note. Je pense clairement que l'éditeur aurait du prévoir une présentation moins luxueuse.

Nom série  Ether  posté le 29/08/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
La couverture et le titre ne présageaient pas d’une intrigue particulièrement originale. On a une planète atteinte d’une terrible maladie, une gamine qui possède des pouvoirs encore sous-développés, un mentor au passé trouble, un amoureux transi un peu tête-brûlée... Le chemin est plus que battu, franchement boueux, même.

Côté dessin, attention les yeux ! S’il n’y a pas grand-chose à reprocher au dessin et au découpage nerveux et précis, faut aimer les tons guimauves, attention à l’indigestion…

Je suis peut-être un peu dur, c’est de la bd honnête et sans doute réalisée avec conviction par ses auteurs, cela se laisse lire, mais le caractère standardisé de cet album ne le fait pas ressortir plus qu’un autre de ce ventre mou de la production actuelle. Personnellement cette bouillabaisse science-fiction/fantasy/mystique à deux balles omniprésente commence sérieusement à me courir sur le haricot… La voie du Setta, les chakras… pffff…

De l’originalité les gars ! Arrêtez les recettes, on est gavés !

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 62 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque