Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 1217 avis et 480 séries (Note moyenne: 2.78)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Fell  posté le 20/06/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Pour ma part je n’adhère pas à la chose, à mon sens ce n’est pas noir mais plutôt vide, on se balade dans une ville fantôme, où les trois pèlerins que l’on rencontre sont soit des victimes, soit de pauvres tarés. La première histoire m’a gonflée instantanément, une petite pleurnicheuse au papa alcoolique et violent mais qui le préfère à sa maman trop égoïste, et en plus cette salope tue son papa d’amour, pouah ! Les autres crimes ne sont pas plus intéressants et surtout très vite résolus, en un claquement de doigts le tour est joué, les histoires courtes n'ont que très rarement réussi à me combler.
Le coup des bébés suspendus n’est que de la poudre aux yeux pour essayer d’instaurer une ambiance macabre, mais vu que le reste n’a jamais été loin de l’endormissement, ça n‘a pas du tout réussi à captiver mon attention.
Quant aux rapports entre Fell et sa petite serveuse ils ont été pour moi pénibles et emmerdants.

Et pourtant j’adore Ben Templesmith qui fait partie de mes dessinateurs préférés, quant à Waren Ellis, c’est le même problème récurrent, je n’aurais jamais du lire Transmetropolitan, après ça toutes ses autres œuvres me paraissent fades à côté, voire même mauvaises.

Nom série  Ténèbres  posté le 29/08/2009 (dernière MAJ le 20/06/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'affectionne particulièrement la fantasy - d'où mon option d'achat, - je ferai donc preuve d'indulgence envers ce premier tome qui présente quelques défauts assez dérangeants à mon goût. Tout d'abord, la colorisation affreusement sombre ne met pas du tout en valeur l'architecture et le background de ce monde, les châteaux sont bien trop obscurs et les volcans manquent de luminosité. Les bords noirs n'arrangent pas les choses gobant le peu de lumière qu'il y a dans les planches. Il faut lire cette bd à un endroit très éclairé sous peine de passer à côté de nombreux détails et de ne pas profiter de quelques planches grandioses assez belles. Le reste du dessin est agréable à regarder, les visages et les dragons sont assez réussis.

Il y a aussi à redire sur le scénario qui présente quelques similitudes avec les décors du Seigneur des Anneaux et même si j'adore cet univers, j'aime tout autant me retrouver dans un monde nouveau. Pour l'instant Bec ne fait que poser les bases de son histoire, on ne peut donc pas vraiment juger de ce qu'adviendra du récit, est-ce qu'il prendra un chemin original ou se cantonnera-t-il à une énième version de l'Élu qui sauve son peuple d'une mort certaine sans vraiment nous surprendre ? A suivre...

Tomes 2 et 3
Ces deux tomes sont meilleurs graphiquement car nettement plus clairs ce qui met plus en valeur tous les éléments des cases. Par contre le scénario ne m'a pas vraiment plu, si le premier tome était sympa là ça devient carrément ennuyeux, et c'est surtout dû aux facilités et aux quelques incohérences qu'on y trouve. De plus il y a aussi un certain allongement artificiel de la série, certainement afin de publier plus de tomes. J'ai fini par décrocher même si je jetterai un œil rapide à la suite, histoire de voire si les carottes sont vraiment cuites ou passablement cramées.

Nom série  Bêtes de somme  posté le 20/06/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je me suis laissée convaincre par ma libraire, car je n’étais pas très enthousiaste à la vue de ces chiens dotés de langage, son discours et quelques cases fantastiques ont eu raison de mes réticences, mais ma note indique clairement que cette lecture n’a été autre chose qu’un naufrage, pas total mais quand même.

Pour les points positifs on retiendra le dessin en couleur directe, par contre le doberman a souvent du mal à ressembler à un doberman, mais bon on peut toujours se dire que le cabot est bâtardé. Les autres bêtes sont bien fichues ainsi que leurs expressions faciales ; une case est à retenir particulièrement, celle des chiens zombies qui est une petite tuerie. Ensuite, le langage est très bien adapté aux chiens/chats et autres bêtes, et s’accorde parfaitement à leur monde et leur vécu, j’ai d’ailleurs souri pas mal de fois à leurs dialogues, sans que ce soit de l’humour pur non plus.
Pour finir les humains restent à leur place et n'ont pratiquement pas d’interaction avec les animaux ce qui évite de tomber dans le ridicule le plus complet.

Par contre le scénario est franchement ennuyeux, une transposition animale de nos histoires fantastiques humaines de fantômes, sorcellerie, mutants, loups-garous, zombies, etc. J’ai trouvé ça un tantinet simpliste, et bien des fois je ne savais pas s’il me fallait rire ou pleurer par ces scènes souvent d'une naïveté sidérante. De plus, les quelques scènes un peu gores n’ajoutent pas à mon sens de maturité au récit qui garde toute sa puérilité, je vois bien cette B.D. pour les gamins qui aiment se faire peur. Je me suis tellement ennuyée que j’ai littéralement survolé les dernières histoires.

Nom série  Manioka  posté le 09/07/2009 (dernière MAJ le 20/06/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Nkodem vient du milieu de la musique, du rap et des slameurs ; il se lance dans la bd avec ce petit bijou, une étonnante première production tout à fait réussie. Le graphisme est parfait, le découpage des cases original, les couleurs suaves sont belles ; des dégradés de gris, marron, jaune et vert, déclinés tout en douceur. Visuel en opposition totale avec ce monde où la violence et la pauvreté ont une place prépondérante, mais dont l'alliance est une pure merveille. La bd est chapitrée et le lettrage est fort joli.

Concernant le scénario, on est immergé dans une société futuriste, bien que toute proche de la nôtre et essentiellement dans la tête du personnage principal, le dénommé Manioka. Celui-ci décortique cette société, sans aucun tabou et de son point de vue de dealer. J'ai beaucoup apprécié ce côté intimiste du récit et le ton désabusé des textes.
Dans cette société un réseau organise des combats pour recruter des tueurs de dealers, ils sont considérés comme des super-héros. Manioka devient leur cible, mais lui n'a pas l'intention de laisser écraser comme un vulgaire puceron. Il y a une touche de fantastique savamment dosée et tout à fait surprenante. Quelques touches d'humour viennent se greffer par-ci, par-là, et font mouche à chaque fois. Une histoire relativement inclassable.

Le seul reproche que je ferai concerne le tout début du récit, que j'ai trouvé un poil moralisateur, qui met trop en avant les magouilles politiciennes et la misère des gens, mais ce n'est finalement qu'une petite introduction qui nous introduit dans le monde de Manioka.
J'ai aussi eu la chance d'avoir le CD offert lors d'une séance de dédicaces, et même si ce n'est pas spécialement mon genre de musique, j'ai su tout de même l'apprécier.
Le monde de Nkodem est forcément à découvrir et à suivre…

Tome 2
Ma grande joie a été de découvrir un second tome à cette série, car si le premier tome peut se lire tel quel, celui-ci répond à toutes nos questions et clôt l'histoire comme toute histoire devrait l'être. Par ailleurs, j'avais imputé certaines choses inexpliquées à du fantastique, mais c’est bel et bien de la S.-F.
Cette suite est peut-être un poil plus légère que le premier opus car un peu moins bavarde, mais l'équilibre entre les deux est sauf.
Les personnages sont toujours aussi attachants, et même si l’histoire est finie j'aurais aimé savoir ce que devient la gamine, avec un récit bien à elle dans ce monde décadent.

Graphiquement le travail de l'auteur est exactement le même que précédemment, beau et foutrement immersif. Avec cette belle réussite je suis maintenant curieuse de voir de qu'il nous offrira à l'avenir.

Nom série  Sin City  posté le 13/06/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Ayant attrapé un genre d’allergie aggravée envers les polars dont les scénarios ont du mal dorénavant à me surprendre, la note maximale se justifie amplement pour « Sin City » car je n’ai pas pu lâcher la série avant la fin, et même si au détail je ne pourrai mettre la note culte à chacun, c’est un tout indissociable (ou presque). J’ai adoré cet univers à l’air épais et lourd, peuplé de gonzesses fabuleuses et de mâles couillus ou minables, quand ils ne sont pas mentalement défaillants.

Frank Miller nous présente des nanas bouillonnantes, débordantes de classe, aux corps divins et au caractère bien trempé (gare aux cons et à leurs couilles), là où la plupart des B.D. dans le même exercice n’arrivent qu’à verser dans une vulgarité consternante. Les mecs ne sont pas en reste, Marv ! (putain Marv j’adore !), Dwight ou encore Le Chevelu, sont charmants, attachants et très agréables à regarder dans ce noir et blanc qui les met en valeur, malgré leurs cicatrices ou leurs gueules bosselées après une bonne bastonnade.

Les histoires en elles-mêmes ne sont pas extraordinaires mais leur narration désabusée et acide, la façon dont-elles sont menées à grands coups poings, de mitraille ou de savants coups de sabre, l’originalité de cette ville décadente, le bagout des personnages et le graphisme tout simplement fabuleux, donnent à ce polar une ambiance glauque et paradoxalement apaisante, tout comme la violence qui s’y trouve telle une règle du jeu indispensable et un élément fort du récit. On est dans la surenchère à bien des niveaux, mais c'est foutrement bon.


Tome 1 : « Sin City », un premier tome parfait à tous les niveaux, où l’on fait la connaissance de Marv, dommage qu’il ne soit pas plus présent dans les autres tomes.

Tome 2 : « J’ai tué pour elle », un peu classique côté scénario mais les personnages font toute la différence.

Tome 3 : « Le grand carnage », le tome où l’on côtoie le plus la vieille ville et ses habitantes, une pure délectation, comme sont titre l’indique c'est une véritable tuerie, un tome jouissif tout à fait dans mes goûts.

Tome 4 : « Cet enfant de salaud » ne m’a pas du tout touchée, l’histoire tarde à se mettre en place, l’apparition d’une mioche qui risque de ce faire violer mais qui est sauvée in extremis, m’agace. L’ambiance est là, mais c’est le seul tome que personnellement j’exclue de la série. Et puis l’apport de ce jaune cocu, quelles horreur !

Tome 5 : « Valeurs familiale », un peu moins bon niveau scénario mais le personnage de Miho a fait mon bonheur.

Tome 6 : « Des filles et des flingues » étant composé d’histoires courtes, on y trouve de tout du bon et du moins bon et n'est pas vraiment indispensable, par contre j’ai adoré les scènes enneigées, sublimes de beauté.

Tome 7 : « L’enfer du retour », un très bon dernier tome, presque un peu à part au niveau de l’histoire, étant moins reliée aux autres, les personnages sont tout aussi intéressants à suivre que ceux des premiers tomes et l’ajout d’une touche de couleur est intéressante.

Nom série  Blanche Neige (Ankama)  posté le 01/06/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voici une libre adaptation de Blanche Neige en version plus adulte et dans un genre très dark fantasy. L’idée de fond est vraiment excellente, tous les éléments du conte sont présents mais sans les niaiseries enfantines du genre : « qui est la plus belle ? » et les nains par exemple sont cannibales et non de gentils bucherons. L’histoire a été aussi un peu remaniée pour coller à un univers plus réaliste.
Cependant, à mes yeux, l'histoire laisse entrevoir un potentiel non exploité où tout reste trop éludé, les auteurs auraient carrément pu faire une série avec, car la multitude des personnages et des évènements aurait donné matière à nous offrir non plus un conte, mais un récit de fantasy complet et jouissif. Il y a tant de personnages que j’aurais aimé découvrir que j’ai fini ce one shot très frustrée.
Je trouve aussi qu’ils n’ont pas été assez loin dans la noirceur, en dehors de la scène où on brûle la sorcière, qui elle est presque excessive par rapport au reste, par exemple, on aurait pu voir les nains ramener un peu de mangeaille humaine, ou encore voir les exactions de la reine, ou d'autres choses encore !
De plus, les deux ou trois répliques qui se veulent humoristiques tombent comme un cheveu dans la soupe, de par leur rareté déjà elles sont bizarres, et en plus elles ne sont pas adaptées au récit qui se veut plus sérieux.

Le dessin est agréable mais les couleurs manquent trop de finesse et donnent une impression de fait à la va-vite. Par contre le noir et blanc est très réussi, les proportions des décors et des personnages sont parfaites, il est presque dommage que la B.D. ait été colorisée.
Par contre les dessins de fin d’album faits par d’autres dessinateurs n’apportent rien au récit si ce n’est augmenter le prix de la B.D.

Nom série  Capricorne  posté le 26/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J’ai acheté quasiment tout Andreas les yeux fermés et confiante.
Deux raisons à cela, premièrement son travail graphique unique en son genre et que l’on reconnait du premier coup d’œil, regarder ses planches est un plaisir sans fin, ce qui a été jusqu’à me convaincre que j’apprécierais même ses scénarios, mais ce n’était qu’une chimère. Ensuite pour toutes les bonnes critiques d’ici et d’ailleurs, mais hélas, au fur et à mesure que je lis les œuvres de cet auteur je me rends compte que je n’adhère pas du tout à son univers que je qualifierai de « fantastique vieillot », ainsi que ses personnages qui ont une fâcheuse tendance à me laisser indifférente.

Je me suis ennuyée en lisant Capricorne, que j’ai d’ailleurs laissé tomber au cinquième tome. Je n’aime pas car c’est trop loufoque et du coup je trouve tout ceci trop facile, avec le n’importe quoi on peut faire tout ce que l’on désire sans être forcément obligé de se justifier. Alors certes, il y a du travail dans la mesure où il y a des interactions entre les personnages de ses séries, mais leurs aventures vraiment trop extravagantes n’ont pas beaucoup d’intérêt à mes yeux.

Finalement, d’Andreas je ne retiendrai que son visuel.

Nom série  Arq  posté le 24/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
« Arq » m’a fait le même effet que Universal War One, je n'ai pas accroché à cause des personnages que je trouve franchement désagréables, tous d’ailleurs, principaux comme secondaires, il n’y en a pas un seul qui m’ait un tant soit peu été attachant ou que j’aie trouvé intéressant, comment donc apprécier une histoire dans ces conditions ?

Je me suis arrêtée sur le tome 5, mais ayant acheté la série les yeux fermés pour son fabuleux dessin, son découpage et de nombreux avis positifs, j’ai lu certains résumés de première page afin de voir si ça allait me déclencher l’envie de lire la suite, hélas non, là aussi ça m’a très vite ennuyée et ce qui arrive à tout ces gens m’indiffère totalement.

Je n’ai pas plus apprécié l’univers proposé que je trouve trop tarabiscoté et bizarroïde, ainsi que peu agréable à parcourir, et comme le dit Ro dans son avis, par la suite certaines explications ne sont pas satisfaisantes, je n’insiste pas, allez hop, série à la revente.

Nom série  Fairy Quest  posté le 23/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note : 3,5/5 en attendant la suite.

J’adore les détournements de contes et j’adore Humberto Ramos, alors je suis comblée ou presque. Presque, car c’est fort joli et ludique mais la petite touche « tous publics » qui fait surface par moments me gâche légèrement mon plaisir, rien de grave non plus, et je veux bien partager avec les mioches de temps en temps (mais pas trop souvent quand même).

Donc, à « Bois-Des-Contes » habitent tous nos personnages féériques mais ils sont tenus par Grimm et sa garde de ne pas modifier leurs histoires au risque de se faire effacer le cerveau, évidemment tous ne comptent pas obéir et se sentent opprimés. Les bases sont jetées et c’est plutôt sympathique, d’ailleurs l’histoire avance très vite, même presque un peu trop. L’humour aussi est de mise, mais là je dirai qu’il n’est pas assez présent, et bien évidemment comme cette B.D. vise un public assez large, elle manque de cynisme même si les méchants personnages tiennent bien leur rôle, mais encore plus d’acidité aurait été plus jouissif (pour moi qui suis une grande fille).

Mais prenons ce qu’on nous offre et c’est déjà bien, d’autant que graphiquement c’est un réel plaisir, les personnages sont expressifs et de taille assez conséquente, ce qui fait qu‘on a vraiment l‘impression de les côtoyer et de partager leurs aventures. De plus, à l’image des vieux livres de contes, les bords des planches ont été teintés d’un vieux marron.

J'espère que les quatre tomes prévus seront encore meilleurs.

Nom série  L'Assassin qu'elle mérite  posté le 23/09/2010 (dernière MAJ le 23/05/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Lupano et Corboz, tandem de choc, se sont encore réunis pour nous offrir une histoire tout aussi prenante que leur fameux Célestin Gobe-la-lune, cette nouvelle histoire se déroule à une époque plus proche de la nôtre, en l’année 1900.
Encore une fois Lupano me comble avec son scénario. J’ai tout de suite accroché au postulat de départ, un homme fortuné et capricieux - mais au demeurant plein d’humour - veut prouver que l’on peut transformer un pauvre mais honnête bougre en assassin, les paris sont ouverts, y arrivera-t-il ? La critique des classes sociales et de l’art est bien sentie et surtout ponctuée de remarques justes et cinglantes.
La narration est toujours aussi agréable et ne souffre d’aucun défaut, un petit coup d’accélérateur sur la fin permet d’instaurer un bon suspense dans l’attente de la suite des évènements. Les personnages sont intéressants et psychologiquement bien étudiés et chose que j’apprécie par-dessus tout, malgré les déboires de Victor, la pauvre victime de notre riche héritier, ce n’est absolument pas larmoyant.

Pour ce qui est de la qualité du dessin, c’est un style particulier qui plaira autant qu’il pourra déplaire. On est à mi-chemin entre le premier et le second tome de Célestin Gobe-la-lune, moins épais que le premier mais loin d’être aussi beau que le second, au trait fin et très détaillé, dommage que Corboz ne nous ait pas offert un graphisme du niveau de ce dernier. Les perspectives, les expressions et les mouvements sont quant à eux parfaits. Les couleurs sont bien choisies et variées, elles changent selon les ambiances, les lieux et l’heure, ce qui rend la lecture très fluide, elles manquent juste d’un peu de finesse.

Tome 2
La colorisation et l'encrage ont changé, je ne lirai ni ce tome ni les suivants, cela ne me tente plus du tout et je vire aussi 2 étoiles de mon avis.
Il n'y a rien qui m'agace le plus que l'irrégularité graphique, surtout quand on perd en qualité et qu'en plus on nous propose une couverture plus que merveilleuse et que les planches sont comparativement d'une banalité énervante.

Nom série  Remington  posté le 23/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note 3,5/5.

Faisant partie de la collection « Wakfu heroes » j’avais un peu peur que cette comics ait des tendances adolescentes un peu trop poussées, heureusement et même s’il y en a tout de même quelques-unes, c’est largement lisible par un adulte sans être agacé par quelques malencontreuses niaiseries. Le récit est plutôt sympa et surtout très fluide dans son déroulement, agrémenté d’une touche d’humour qui tombe toujours au bon moment. Ce n’est peut-être pas le scénario du siècle mais cette lecture est très divertissante. Les personnages sont variés, tant physiquement que psychologiquement, ce qui les rend plus attachants. Le suspense est bien mené, même si j’attends la suite pour me faire une idée plus juste du récit dans sa globalité. Autre point positif, c’est plein de chats, et j’aime les gros matous, même si ceux-ci sont tout sauf sympathiques, dans leurs rôles évidemment.

Le dessin est comme je les aime, précis, fin, au mouvement fluide et très animé. Les couleurs sont agréables mais parfois un peu sombres, j’aurais été curieuse de voir de qu’aurait donné le noir et blanc, qui avec sont style un peu à la Risso, doit être vraiment très beau.

Un 3,5 en attendant la suite, car c’est un peu classique et cela manque de réelle surprise.

A noter aussi, que le prix pour ses 103 planches est fort honorable.

Nom série  John Carter  posté le 21/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Avec ce récit le mot « moisi » prend tout son sens. J’imagine que la seule chose qui pousse les éditeurs à adapter des choses aussi niaises et périmées ne peut être que la nostalgie, et c’est bien triste, il y a des écrits qu’il est préférable d’enterrer et de laisser reposer en paix. Ce scénario est niais et bourré de raccourcis, quant aux personnages soit ils sont cons-cons soit ils sont cuculs, ce qui revient grosso modo à la même chose. La lecture fut ennuyeuse à mourir et cela va de soi, je n'ai pas atteint le bout du bout.
Son classement dans la science-fiction est totalement illusoire, des deux mots celui de « science » est totalement absent et « fiction » fatalement creux.

C’est toutefois très joliment dessiné, j’aime le trait anguleux du dessinateur ainsi que ses couleurs et leurs textures, dommage qu’il ait perdu son temps sur cette chose.

Nom série  Doggybags  posté le 09/02/2011 (dernière MAJ le 18/05/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Si je me laissais aller je mettrais 4 étoiles juste parce que j’adore ces trois auteurs, mais gardons les pieds sur terre. « Doggybags » se compose de trois histoires assez différentes, pas forcément novatrices dans leurs scénarios mais bien écrites, en dehors de la dernière nettement moins réussie, c’est aussi à cause de celle-ci que ma note reste relativement basse.

1 - Fresh, Flesh & Hot Chrome de Guillaume Singelin.
Elle se lit très vite et se décline en action pure, les dialogues sont ramenés au minium, mais c’est toute la force de ce court récit, il cause peu mais il cause bien.

2 - Masiko de Florent Maudoux.
Égal à lui-même, on le reconnait immédiatement, son style est vraiment particulier. C’est l’histoire la plus longue des trois, dans un style très proche de « Kill Bill », mais très loin d’être aussi sanguinolente. On s’attache vite à Masiko et son bébé, la chute n’est pas frustrante mais on a une furieuse envie que Maudoux fasse une suite, voire une série avec ces deux personnages.

Note de l'auteur sur son blog à ce sujet :

Ça s'appelle Masiko, derrière ce titre japonisant se cache en fait la version phonétique de massicot, vous savez c'est ce truc qui sert à couper des ramettes de papier. Chose rigolotte, en anglais ça donne "guillotine for paper"; pas mal pour une tueuse à gage qui doit trimballer sa gamine sur son dos (hommage à Lone Wolf & Cub), n'est-ce pas ?
Si je vous dis en plus que la tueuse en question n'est autre que la maman d'un des personnages de Freaks' Squeele...


3 - Mort ou Vif de Run.
Celle-ci m’a déçue pour plusieurs raisons. Elle se lit vite et comporte une grosse incohérence, même si celle-ci sert la chute de l’histoire, apportant un peu de surprise à ce scénario pas très original, ça laisse quand même un goût de grosse facilité scénaristique, dommage.

Ces trois histoires ne sont que très légèrement violentes, et dans le gore on a vu nettement pire, on est plutôt dans le décalé et l’exagération. Il n’y a pas de sexe non plus. Je précise tout ça car sur la couverture on trouve les mentions : « 3 Histoires pour lecteurs avertis » et « Violence 100% graphique » ce qui est tout de même très exagéré.

A lire, et de toute façon à posséder.

Tome 2
Second tome décevant. Trois histoires très très banales à l'intérêt plus que limité, et Maudoux n'y participe même pas ! on est dans le 100% commercial. Je ne lirai certainement pas la suite et ramène ma note à 2/5.

Nom série  Fluorescent Black  posté le 18/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Comme son titre l’indique « Fluorescent Black » est fluo à outrance et ses couleurs ultra vives finissent par tuer les yeux. Cette colorisation qui se veut originale ne fait que masquer un très joli noir et blanc qui se retrouve massacré par tant de joyeuseté visuelle.

Le scénario est à l’image de son visuel, une bonne idée de départ mais qui s’enlise dans l’action, les coups de poing et la mitraille. Les auteurs ont privilégié la forme et laissé de côté tout ce qui fait tout l‘intérêt du récit. Les personnages ne sont pas trop mal fichus mais ici aussi on reste trop superficiel, on ne nous donne pas l’occasion de bien les connaître, soit que les auteurs avancent trop vite soit qu’ils les dégomment sans scrupule.
Rien d’étonnant à tout ça finalement car c’est la spécialité de cet éditeur, proposer des histoires où facilité et raccourcis scénaristiques pullulent.

A réserver à ceux qui aiment les récits d’action à outrance.

Nom série  Clown (Le Hir)  posté le 18/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Après avoir lu le fabuleux Une Nuit Chez Kipling du même auteur avec sa richesse visuelle et scénaristique, ce « Clown » se révèle être son contraire absolu, d’une légèreté accablante côté scénario et d’un visuel, joli certes, mais un peu trop dépouillé. Je suis d’accord avec Alix pour dire que la voix-off ne sert pas à grand-chose et que l’album aurait gagné à être muet, d’autant qu’elle n’est faite que de phrases courtes sans intérêt, basiques et sans poésie.

L’histoire en elle-même ne fait pas mieux, elle se « lit » vite et ne recèle pas vraiment de suspense, tout au moins jusqu’au viol qui m’a bien saoulée. En arrivant à cette partie de l’histoire je me suis dit, « nous y voilà », un peu de larmoyant et de niaiserie pour débuter le récit avec le gentil clown qui adopte la petite orpheline, tout ça pour débarquer dans un bourbier écœurant, un viol suivi d’une vengeance ultra violente qui fait dans la surenchère en tranchant net avec le reste du récit. Ça m’a déçue, car à force de répéter les mêmes histoires sans leur donner un souffle nouveau on finit pas s’en désintéresser.

Les personnages ne m’ont pas touchée, j’ai trouvé Zoé molle et insipide, c’est juste la gentille fille à son papa ; quant au clown, il est comme on espérait qu’il soit, stéréotypé et prévisible.

Je passe.

PS : arf, le père a écrit cette histoire pour son fiston... parfois il ne faut pas mélanger travail et famille.

Nom série  Azimut  posté le 10/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je suis peu inspirée pour écrire, alors j’irai au fait.

L’histoire s’ouvre sur une planche qui nous rappelle MangeCoeur d'Andreae, ce qui ne m’a pas vraiment rassurée vu que je n’avais que moyennement apprécié cette histoire, mais heureusement ce n’est qu’un clin d’œil car ce nouveau récit est totalement différent, même si l’univers théâtral et décalé garde quelques sonorités similaires ; de par son côté loufoque ça m‘a aussi fait penser à Relayer, la noirceur en moins.
Les personnages atypiques fourmillent, les situations sont souvent drôles, parfois grotesques, mais elles sont toujours originales car totalement inattendues, on ne sait jamais où le scénario se dirige. Le suspense est donc présent à chaque planche et va en grandissant jusqu’à la toute dernière, qui bien que parfaitement à sa place en tant que petite dernière va par contre nous faire frétiller d’impatience en attendant la suite.

Côté dessin, c’est du magnifique Andreae, mais a-t-il déjà fait quelque chose qui ne le soit pas ? Il n’y a rien à dire, les couleurs sont douces et reposantes, l’encrage extrêmement fin et le découpage au poil.

Si ma note peut paraître basse et ne pas correspondre à tant d'éloges c'est à cause du « seul » personnage féminin, les deux ou trois autres femmes que l’on croise n’ont que des rôles de figurantes et je n’aime pas les histoires où les femmes sont reléguées à des rôles quasiment inexistants. Et c’est encore pire, comme c’est le cas ici, quand la seule femme est physiquement parfaite et souvent dénudée, elle n’est que plastique sans âme, pin up, femme objet juste bonne à faire fantasmer les hommes et provoquer des ruptures de stock de kleenex chez tous les commerçants du quartier.
J’attends un peu plus d’égards dans le second tome envers la gente féminine.

PS : je ne conseille pas de lire le résumé qui en révèle trop, mais juste de découvrir le récit lors de sa lecture.

Nom série  SinBad  posté le 17/04/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne connais pas bien « Les Contes des Mille et une Nuits », en dehors de quelques bribes éparpillées, et ce nouveau « SinBad » n’a fait que semer encore plus le trouble dans ma piètre connaissance de cet univers, Arleston faisant une histoire dans le même esprit mais totalement à part. La seule de chose de claire à présent, c’est qu’il va falloir que je lise ces fameux contes.

Sinon j’ai tout de même bien apprécié cette histoire, peut-être aussi parce qu’elle est soutenue par le fabuleux dessin d’Halary qui lui va à ravir : expressif, agité et coloré.
La lecture est fluide, je ne lui ai pas trouvé de défauts particuliers, sinon peut-être à mon goût, un tout petit manque d’humour, il y en a certes, mais pas suffisamment. Malgré une lecture agréable je n’ai pas non plus ressenti d’attachement envers les personnages, ou peut-être juste un peu pour Azna. La chute est aussi un poil classique mais en harmonie avec le genre, « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ».

Au final, un joli conte haut en couleurs mais que je ne relirai sans doute pas.

Nom série  20 000 Siècles sous les mers  posté le 27/10/2010 (dernière MAJ le 16/04/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voici une bien belle bd avec sa couverture mate de qualité et ce hublot qui s’ouvre sur les tentacules d’une pieuvre géante… on a immédiatement envie d’y jeter un œil et de voir ce qu’il s’y passe. A l’ouverture l’intérieur de la bête est de toute aussi bonne facture, le dessin de Patrick A. Dumas est ultra détaillé, avec un trait lui aussi extrêmement fin et fourmillant de détails, il m'a fait penser au style de Houot ; les visages sont tout aussi réussis et reconnaissables. Les couleurs informatisées sont superbes, assez variées mais avec une majorité de vert, bleu et marron orangé, ainsi que d’un noir absolu qui accentue les effets de lumière fort bien réussis. J’espère qu’Axel Gonzalbo sera aussi le coloriste du prochain et dernier opus.

L’histoire est une suite à la mort du Capitaine Nemo qui est ressuscité pour les besoins du scénario, tout en gardant une bonne logique et donnant une explication à ce fait. On replonge dans l’univers de Jules Verne mais dans une optique un peu plus moderne. Le point fort est le déroulement du scénario qui se fait dans un équilibre parfait, aucun temps mort, aucune accélération, aucune scène plate ou trop bavarde ou au contraire trop axée action, chaque évènement arrive au moment précis où il aurait dû se dérouler.
Évidemment le récit s’arrête en plein suspense, à l’ouverture de la fichue boîte, on devra attendre pour savoir le secret qu’elle contient.

Tome 2
La suite est sympa dans un registre très fantastique, un peu trop à mon goût, mais je ne donnerai aucune indication pour que le suspense ne soit pas éventé. Le graphisme est toujours aussi magnifique et raffiné. Si j'ai passé un agréable moment de lecture je ne pense pas non plus relire ce récit.

Nom série  Turo  posté le 13/01/2011 (dernière MAJ le 16/04/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
« Turo » est une bd tous publics et à mon goût elle ne cible pas que les gosses, les adultes pourront y trouver aussi leur bonheur. Par contre elle s’adresse surtout, soit aux mordus de fantasy, soit à ceux qui n’en ont presque jamais lu, car les références, voire le plagiat par moments du « Seigneur des anneaux » est si flagrant qu’en début de lecture j’ai eu envie de cramer la bd tant cela m‘a énervée, certaines planches sortent du film sans quasiment avoir été modifiées. Mais elle a un je-ne-sais-quoi qui m’a poussée plus loin dans ma lecture, à moins que ce ne soit justement ce côté « mordue de fantasy » qui ait pris le dessus. Les références à Tolkien restent présentes tout au long de l’ouvrage mais s’estompent tout de même au fil des pages et les personnages étant très attachants, j’ai même fini ma lecture avec plaisir, suffisamment en plus pour garder la bd et attendre la suite.

L’histoire est bien menée, on peut dire que ça ne traine pas, mais sans se précipiter non plus. Il y a une petite pointe d’humour, de l’action, des dragons, des personnages sympathiques, des oreilles pointues, des magiciens, et d’autres encore.

Encore une fois, vous tueriez pour de la fantasy… lisez, vous n’y connaissez rien en fantasy… lisez, vous êtes entre les deux… passez votre chemin.

Le dessin au premier abord ne semble pas très accrocheur, il paraît même plutôt banal, avec ses couleurs trop criardes et son encrage grassouillet. Bizarrement à la lecture ces deux défauts s’estompent presque immédiatement et le visuel révèle un graphisme assez bien foutu, personnages expressifs, bien proportionnés et qui bougent bien ; décors pas très riches, voire un peu pauvres - privilégiant les personnages - mais aux bonnes perspectives. Au final c’est très agréable à regarder, d’autant que le découpage est assez original et lui apporte beaucoup de dynamisme.

A noter le petit prix pour le lancement de ce premier tome, une bonne initiative du Lombard.

Tome 2
Dans la même lignée que le premier, le graphisme est de même facture et l'histoire fait son bout de chemin. Malgré tout je n'irai pas plus loin dans la série car elle s'adresse nettement à un public adolescent, si j'ai trouvé le premier opus plus largement lisible par un adulte, le second, sans tomber dans la puérilité, m'a paru moins abordable dans mes critères de lecture.

Nom série  Orcs  posté le 13/04/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Habituellement je ne lis pas les préfaces élogieuses des auteurs/éditeurs, seulement ici c’est l’auteur lui-même qui s’exprime, piquée de curiosité j’ai entamé les premières phrases, et ô frayeur ! Voici ce qu’on peut lire :

« Ce livre pourrait bien vous amener à changer de point de vue sur les orcs. [Petit compliment à l’œuvre de Tolkien (pour la forme)] Il me semble qu’une certaine confusion découle de l’idée erronée selon laquelle Tolkien aurait inventé les orcs. En réalité, ceux-ci figurent dans le folklore européen depuis des centaines d’années, et ils apparaissent dans différents récits dont les plus vieux remontent au XVème siècle. Lorsque Tolkien a eu besoin d’une horde sauvage pour personnifier le Mal, il a été chercher les orcs dans la mythologie (…). D’une certaine façon il les a rendus populaires - tout comme Bram Stoker a rendu les vampires populaires à travers Dracula et comme Anne McCaffrey a abordé les dragons sous un nouvel angle, même si aucun des deux ne se prétend l’inventeur de ces créatures. »

On notera bien cette dernière phrase révélatrice d’une frustration latente et d’une jalousie certaine pour le maître incontesté de la fantasy.
Il ajoute que lui aussi a le droit d’utiliser ces personnages fantastiques à sa guise, et sous des faux airs d’humilité nous propose une version indéniablement originale puisque apparemment personne n’y aurait pensé auparavant : faire des orcs les gentils de l’histoire, comme si le détournement de personnages était de son cru !

Ce qui est évident, c’est qu’il n’aura jamais le centième du talent de conteur de Tolkien et que l’univers qu’il crée n’arrive même pas à la semelle du monde imaginé par Tolkien. Monsieur Nicholls ne recule devant rien allant jusqu’à citer ses 1,25 millions d’exemplaires vendus de sa série principale, son égo est surdimensionné, sa tête ne passe plus les portes, un talent pareil doit être très lourd à porter, c’est pathétique.

Après cette introduction dithyrambique on est en droit de recevoir ce qui nous a été promis, à savoir une histoire inoubliable. J'aurais certainement mis un 2/5 ayant juste ressenti une vive déception après tant de banalité, mais la prouesse imaginative que nous fait espérer l‘auteur mérite une critique à sa mesure.
Donc, il « imagine » des orcs surprenants d’humanité perdant par là même leur barbarie et bestialité originelles, hélas, celles-ci sont juste échangées contre de la bêtise, reconvertis dans une bande d’esclaves à la soldes d’autres races, c‘est vrai, j‘avoue c‘est plutôt surprenant, tant de pouvoir créatif m’égare.
Peut-être qu’Astérix en sérial killer et Obélix anorexique seraient aussi de bonnes idées de scénario, non ? Et Idéfix ? Bah, Astérix s’en ferait un slip.

Et la médiocrité ne s’arrête pas là, on évolue dans un monde ou les « multis », polythéistes et les « unis », monothéistes, se font la guerre, merde on n‘y aurait pas pensé si Nicholls ne l’avait pas inventé.
Les scènes d’action s’enchainent, entrecoupées de scènes soporifiques sans intérêt, d’ailleurs l’histoire ne démarre véritablement qu’à la page 100, mais le manque d’originalité à tous les niveaux, ainsi que l’absence totale de charisme des personnages, font de cette histoire une preuve de plus que le 9ème art est en crise et que les éditeurs doivent sacrément avoir besoin de fric.

La seule femme que l’on voit (qui n’ait pas une fonction décorative) est une psychopathe et apparemment il y en aurait une autre chez les orcs, mais j’avoue ne pas l’avoir distinguée des autres orcs.
C’est aussi inutilement gore et cruel à certains moments, voulant donner une dimension plus cynique et adulte à son univers, ce qui est totalement raté, car il dépasse difficilement le stade de la lecture pour adolescents.
Quant à la voix off, on pouvait s’attendre à une narration recherchée, elle est juste réduite au minimum, plate, morne et décevante.

Graphiquement ? Les orcs se ressemblent tous, seul un effort a été fait sur les principaux personnages, les détails sont grossiers et les couleurs tristes, ni bon ni mauvais, c’est juste moyen. Ce genre de graphisme peut passer avec un scénario béton, ce n’est pas le cas, il est donc sans intérêt.

Attendez voir, qu’est-ce que j’oublie ? Le prix ! 25 euros, rien que ça ! Pour 15 pauvres minutes de lecture, et quand je dis pauvres c’est au sens premier et à tous les niveaux qu’il faut le prendre.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 61 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque