Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1254 avis et 488 séries (Note moyenne: 2.78)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Witch Doctor  posté le 02/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
« Witch Doctor » est une jolie surprise trouvée par hasard sur les rayons de ma librairie, elle a un arrière goût de moisi et une modernité certaine entremêlés. Au début on a affaire à des histoires courtes où le Docteur Vincent Morrow essaie, autant que possible, de sauver la peau de ses malades atteints de maux divers qui ont tous comme point commun d’être du genre monstrueux. Dans la première il doit soigner un gamin possédé, dans la seconde (excellente !) une fée pond ses œufs dans des bébés qui se font bouffer de l’intérieur ; oui, sur la quatrième de couverture il est indiqué : pour lecteurs avertis, certes, ce n’est pas vraiment effrayant mais assez ragoûtant et cynique, avec pas mal de tripaille. A partir de la troisième histoire on rentre dans un récit plus général, les deux premières permettant de présenter ces incroyables, ahurissants et très attachants personnages.
L'humour est bien présent tout au long du récit, parfois noir, parfois juste basique, mais il fait toujours mouche.

Le côté vieillot vient de certaines scènes qu’on croirait issues d’une très ancienne B.D. dégotée au fond d’un grenier, et pour ce qui est du moderne ça se situe plutôt dans le joli graphisme très détaillé, aux couleurs chaudes, et infiniment agréable à regarder.

Nom série  Jim Curious  posté le 02/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note 2,5/5.

Voici une B.D. en 3D, le dessin en lui-même n’a rien d’exceptionnel mais la 3D est réussie, certaines planches sont d’ailleurs assez impressionnantes. Par contre ça reste pour moi une simple curiosité car les yeux et le cerveau en prennent un coup. Après avoir retiré les lunettes, seulement portées tout au plus pendant 2 minutes, la désagréable sensation d’avoir des vertiges et un peu mal au crâne fut très dissuasive de recommencer l‘expérience. Peut-être que d’autres personnes sont moins sensibles et qu’elles pourront mieux profiter de cet objet toutefois assez ludique.
L’histoire qui est muette est assez simple mais sympathique, elle prend de toute façon toute sa force dans son visuel. Par contre le prix est assez élevé pour 5 minutes de lecture.

Je conseille à ceux qui ne sont pas sensibles aux effets secondaires de la 3D, sinon aux autres une œillade n’est pas de trop, histoire de voir ce qui se fait dans le genre.

Nom série  Long John Silver  posté le 30/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
En deux mots : grosse déception.

Le premier tome, bien qu’assez classique - mais il faut bien commencer un récit quelque part, - pose les bases de l’histoire et présente les personnages, ouvrant l’intrigue et installant un bon suspense. Il m’a encore plus plu à ma seconde lecture car cette dernière s’est faite sur le tirage de luxe.

Les deux tomes suivants sont nettement moins bons car on y trouve plusieurs raccourcis et quelques incohérences assez désagréables, qui sont d‘autant plus énervantes que le premier tome est vraiment bien traité et nous fait entrevoir une suite de qualité. Il est impressionnant de voir tout ce qui se passe sur ce rafiot alors qu'il est balloté sur des vagues de plusieurs mètres de haut : une femme qui prend un bain de pied ! Des meurtres à foison ! Sans que jamais personne n'éprouve le besoin de s'accrocher à quoi que ce soit !
Ceci aurait pu être évité si ces deux tomes avaient fusionné en un seul. Le second nous raconte le voyage aux Amériques et le suivant le débarquement ainsi qu’un commencement de l’exploration de l’île. Tout ceci n’apporte que très peu de matière à l’édifice.
Toutefois, on pourrait presque accepter toutes ces petits inconvénients si le dessin avait été à la hauteur…

… ce qui est le cas sur deux tomes.

Quant au troisième, il perd 70% de sa qualité, le dessin et la couleur proposent le minimum syndical pour pouvoir publier ce tome, et le suivant sera du même acabit vu que les premières planches en noir & blanc que l’on peut voir en fin du tirage de luxe sont de même piètre qualité que celles du troisième tome. Le trait perd de sa finesse et de sa précision et les couleurs sont moins peaufinées, même si le gros du problème reste dans le trait, franchement décevant.
J’adore le style de Mathieu Lauffray, quand il s’applique et offre des visuels à la hauteur de son talent, mais là c’est juste décevant.

Si j'ajoute que sur une case Long John est amputé de la jambe droite au lieu de la gauche, alors que une case plus tôt et deux cases plus loin il l'est de la gauche. Vous pourrez dire que ce n'est que sur une case, mais à mon avis c'est tout de même une case de trop.

Après ça la suite de l’histoire m’importe peu.

Nom série  Hercule (Soleil)  posté le 27/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note 3,5/5.

Et enfin, après toutes les adaptations d’Hercule de ces derniers temps, le revoici dans sa version S.-F. Pour ce qui est du scénario ce premier tome ne casse pas des briques, peu bavard et donnant beaucoup dans l’action il se lit tout de même très vite. Le passage à l’univers S.-F. est plutôt bien réussi, avec l‘apport des références mythologiques, tout au moins celles que j’ai repérées, n’étant pas très portée sur le sujet, il y a certaines choses qui m’ont échappé. J’attends la suite pour juger du récit en lui-même, en espérant qu’il sera un peu plus dense par la suite.
Il est tout de même dommage qu’il n’y ait pas en fin d’ouvrage un récapitulatif de toutes ces références, ce qui donnerait une dimension plus intéressante et surtout plus approfondie à cette lecture.

Je n’aurais peut-être pas finalisé mon achat sans le graphisme absolument parfait de Looky, aussi dessinateur de Blanche Neige que j’avais trouvé très beau hormis la colorisation qu’il n’avait d’ailleurs pas réalisée lui-même. Il travaille ici à la colorisation avec Thill et le résultat est splendide. Rien que la couverture déjà donne le ton de ce qu’il y a l’intérieur, au moins on n’a pas de mauvaise surprise, la qualité est de mise de la couverture à la dernière planche. J’espère juste que la suite sera de même facture.
Il faut bien le dire, ce jeune dessinateur est bourré de talent, encore un que je vais suivre à la trace.

Nom série  Le Loup des Mers  posté le 26/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un peu plus de trois ans sépare A bord de l'Etoile Matutine de Loup des mers, et pourtant j’ai l’impression qu’à peine dix mois se sont écoulés. L’effet de surprise passé à la vue de cette nouvelle production, j’ai constaté avec un brin de tristesse que cela ressemble beaucoup trop - à mon goût - à l’Etoile Matutine, encore une histoire de marins et pire, une adaptation de Jack London dont je n’ai jamais vraiment apprécié les histoires. Je me suis donc efforcée à la lire sans aprioris, ce qui n’est pas trop difficile dans le cas présent vu que je suis une inconditionnelle du graphisme de Riff Reb’s. J'espère qu'une publication en noir & blanc verra le jour, à l‘image de la petite tuerie visuelle qu’est l’Etoile Matutine publiée en très grand format chez BD Must.

Le scénario commence de manière assez classique, j’avais un peu peur qu’il le reste, mais les évènements que je n’avais pas vu venir et ses personnages très particuliers, lui donnent une certaine originalité ainsi qu’une note d’intellectualisme bienvenue dans cette aventure en mer, où habituellement les marins bourrus sont légion.

Bien que n’ayant pas lu l’histoire originale je trouve que ce format B.D. est traité de manière assez parfaite, rien ne vient perturber son avancée harmonieuse. L’écriture est très belle et détone un peu au début avec ce récit de pêcheurs mal dégrossis, jusqu’à ce qu’on fasse plus ample connaissance avec le capitaine du rafiot, Loup Larsen, dont les conversation avec Humphrey sont un pur délice et remontent le niveau. Larsen est un personnage assez déstabilisant, aux airs d’abruti mais cultivé, aussi attachant qu’odieux, aussi drôle que désagréable, très réaliste sur la nature humaine mais à la fois cruel et violent, au final on ne sait s'il faut l'aimer ou le haïr. Les autres personnages paraissent presque inconsistants à côté, mais chacun apporte sa pierre l’ouvrage.
L’humour est distillé tout au long des planches avec justesse, que ce soit par le biais des répliques ou du graphisme.

J’ai adoré.

Nom série  Shrimp  posté le 05/03/2012 (dernière MAJ le 23/10/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
« Shrimp » nouvelle série sur les piles B.D. des librairies dont les auteurs sont à mettre aux côtés des Sfar, Trondheim, Larcenet et Cie, et je n’exagère aucunement le grand talent dont ils font preuve dans ce premier opus, qui fait partie de mes grandes découvertes de ce début d’année. Comme avec l’autre bande de joyeux drilles les auteurs nous proposent une histoire décalée, qui tient la route et qui garde une trame totalement fluide et logique.
On est en plein dans de la S.-F. à tendance humoristique où l'humour n’est pas présent constamment et à chaque case certes, il se révèle souvent subtil, on le trouve dans une situation ou dans un détail du décor, une expression, une réplique, etc. on aurait plus tendance à sourire tout du long qu’à s’esclaffer.

Je ne sais pas ce que nous réservent Matthieu Donk (d’après son idée originale, et c’est peu dire) et Benjamin d’Aoust, mais je ne peux imaginer être déçue par la suite, ça me semble de l’ordre de l’impossible. Le récit est foutrement original (justement) entre voyage dans l’espace et cuisine aux crustacés, voici une vraie trouvaille délirante aux personnages hyper attachants.
Prévue en deux tomes seulement (sniff) j'espère qu'ils feront une suite histoire de rester le plus longtemps possible dans cet univers cocasse à souhait.

Visuellement Mathieu Burniat a un style tout en simplicité mais suffisamment détaillé et surtout très expressif, en quelques coups de crayons bien posés il nous fait des gueules de chez gueules. Les couleurs sont sobres voire peut-être même un peu trop, jouant sur le contraste entre blanc, marron et noir ; additionnées d‘un peu de vert par ci, un peu de gris par là, une chouille de bleu et une pointe d’orangé. Le résultat est reposant et raffiné et surtout il met bien en valeur les personnages et les décors dans lesquels ils évoluent.

Tome 2
Graphiquement ce tome est dans la continuité du premier, même style, même colorisation, même qualité, c'est un plaisir.
Concernant le scénario l'histoire avance, pas très vite certes, elle a même tendance à partir un peu à droite à gauche, mais le récit étant bien barré dès le début ça passe parfaitement bien. L'humour est toujours présent et les personnages aussi attachants qu'auparavant, si ce n'est plus.
A noter un temps d'attente très réduit entre ces deux premiers tomes, j'espère que la suite viendra tout aussi vite.

Nom série  Ashrel  posté le 19/05/2009 (dernière MAJ le 18/10/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tome 1
Une très bonne surprise que cette seconde production de Valp, j'avais juste une petite appréhension que ce ne soit une bd trop ciblée jeune public, mais elle s'adresse à tous, et heureusement car je vais pouvoir profiter du graphisme très beau de cette auteure. Elle passe ici à l'informatique mais de façon très réussie, les couleurs sont belles et contrastées ; les visages très expressifs ; quant au décor général il installe d'emblée une ambiance proche de celle des Noces Funèbres de Tim Burton, un vrai régal.

Une histoire ayant pour cadre un monde de fantasy et de dragons, où les morts se réveillent au contact d'un jeune garçon nommé Ashrel et dont les origines sont entourées de mystère ; où une méchante reine veut marier sa nièce à un roi bien trop âgé pour elle, mais cette dernière déguisée en palefrenier se sauve du château et tombe nez à nez avec Ashrel… On ajoute une pointe d'humour et une juste dose d'action, résultat, une bonne histoire que l'on ne lâche pas avant la fin.

J'espère que la suite sera tout aussi prometteuse, et qu'elle nous réserve de bonnes surprises niveau scénario, car côté dessin ce sera difficile de faire mieux.
Quatre étoiles en encouragements à Valp, en attendant la suite.

Tome 2 et 3
L'aventure continue et avance à bon pas. Ceci dit, les quelques révélations faites sur le passé de certains personnages ne sont pas forcément très surprenantes, le récit tablant sur un côté assez classique agrémenté malgré tout de quelques touches d'originalité, surtout dans la trame générale de l'histoire et quelques nouvelles têtes.

C'est plutôt sur le graphisme que j'aurais à redire. Tout d'abord le passage du grand format au format normal, qui met moins en valeur le joli trait de l'auteure et surtout un lettrage qui rapetisse exagérément et devient par moments un peu fatiguant à lire. De plus l'immersion dans l'histoire est de ce fait moins rapide.
Mais ce que j'ai vraiment moins apprécié c'est la baisse de qualité dans la colorisation au troisième tome, bien que quelques belles cases subsistent, on voit nettement la différence. J'avoue que ça m'a pas mal agacée, d'autant que j'adore le dessin de Valp. J'ai peur que la suite chute encore ou même qu'elle ne remonte pas à la qualité d'au moins le second tome, malgré le format plus réduit.

Tome 4
L'histoire est bien conclue. Le graphisme reste dans la moyenne des tomes 2 et 3. Au final on a un récit fort sympathique mais que je ne relirai sans doute pas.

Nom série  Nosferatu (Soleil)  posté le 23/03/2011 (dernière MAJ le 17/10/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Une nouvelle histoire de vampires, sympathique et au rythme très soutenu, on alterne les scènes du passé et du présent à une fréquence élevée et même si le dessin ne marque pas de réel changement entre chaque époque on s’adapte immédiatement à ces sauts sans jamais être perdus. Péru essaie de faire quelque chose d’original sur ce thème assez éculé qu’est celui des vampires et il s'en tire plutôt bien, même si cela tient surtout au rythme haletant du récit et au dessin de Martino qui épouse parfaitement cet univers sombre qui se déroule la plupart du temps de nuit, mais qui reste toujours très lisible. Par contre le sang n’est pas assez marqué, ce n’est pas très impressionnant, en même temps c’est un peu l’originalité du récit qui n’utilise les scènes gores qu’à bon escient et sans surdose, cela dit un rouge un peu plus soutenu aurait eu plus d’effet.

Sinon, j’émettrais bien quelques réserves côté scénario mais j’attends la suite pour me prononcer. Je noterais juste deux d’entre elles, celle concernant Erick, un des chasseurs de vampires, qui est un personnage trop en décalage avec les autres, forte tête O.K., mais rigolo… ça passe un peu moins et si ça peut apporter une note d’humour à la B.D., ça empiète trop sur le réalisme du scénario, que j’ai fini par prendre moins au sérieux, surtout dans les toutes dernières cases du récit.
La seconde concerne le gamin qui se plie trop facilement aux volontés de Nosferatu, certes il lui promet une vie meilleure, mais il ne paraît que très peu effrayé alors que le type est franchement flippant, surtout qu'il vient de tuer sa sœur sous ses yeux, ce n’est pas très convaincant, même si ce n’est, après tout, qu'un détail du récit.

Suite et fin
C'est marrant, enfin non, je veux dire..., qu'à ma relecture j'y ai vu nettement moins d'humour, mais j'ai pareillement aimé relire ce premier tome. Le second, graphiquement est exactement de même facture, jusque-là tout va bien.
Par contre le scénario m'a nettement moins emballée, l'apparition de Jésus-Christ m'a été franchement pénible et m'a gâché tout le reste, je n'ai pas adhéré à son utilisation.
Il y a aussi que la plupart des personnages, presque tous en fait, ne sont pas du tout attachants, ils ont même eu tendance à me laisser dans une indifférence totale.

Nom série  L'Autre Monde - Cycle 2  posté le 09/06/2011 (dernière MAJ le 17/10/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le jour où j’ai appris que la série L'Autre Monde reprenait j’ai pensé à un canular, un blague de mauvais goût, et même en constatant la véracité de l’info, en regardant la couverture de ce premier tome je croyais avoir une hallucination, c’était trop beau pour être vrai.

Passé l’effet de surprise, la question que l’on se pose est de savoir si elle sera à la hauteur de la première histoire. Pour parer à une éventuelle déception, j’ai estimé que d’avoir le premier cycle est déjà un cadeau des dieux, alors si le second est moins bon, finalement peu importe. Et je vous rassure, tout va bien. Cette « suite » qui peut se lire tout à fait indépendamment de l’autre, est toutefois un petit moins originale mais mon plaisir de lecture a été similairement le même. Similairement car sa colorisation est un poil en dessous, tout comme celle de L'héritage d'Emilie, ce qui n’est pas le cas de Mary la Noire, disons que c'est moins fin, c'est léger mais étant une adoratrice de Florence Magnin ça m'a tout de suite sauté aux yeux. Cela dit ce n’est pas bien grave car ça reste infiniment beau.

Le scénario comme je l’ai dit il est un peu moins original ou disons moins surprenant. Il reprend le thème des vampires, avec un clin d’œil au fameux conte du « Joueur de flûte », un personnage de la Mort, fort drôle par ailleurs, le tout agrémenté d’une petite histoire d’amour, bien évidemment. Le mélange est bien construit et j’ai adoré. D’ailleurs la touche humoristique est je crois plus présente que dans le cycle précédent.

Suite et fin
Déjà j'ai été un peu moins emballée à la relecture du premier tome, ma première lecture étant sans doute encore un peu éclaboussée par l’originalité du premier cycle. Mais ce qui m'a nettement moins plu dans ce second tome, c'est l'étalage et l'enfilade de thèmes mythologiques, ainsi qu'une une chute qui à la façon d'un miroir est l’exact reflet du premier cycle mais inversé, on ne regarde plus le ciel mais le sous-sol. Pour l'originalité donc on repassera. Et puis tout commence mal qui finit bien, pas de surprise non plus de ce côté-là.

Le graphisme est de même qualité que le premier tome, il y a aussi quelques très jolies planches.

Ça se lit toutefois agréablement. Achat réservé aux fans des auteurs.

Nom série  Sortilèges  posté le 11/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ce « Sortilèges » sera un diptyque et il est essentiel de le préciser, j’avais arrêté de lire les séries de Dufaux car systématiquement le premier tome voire les tous premiers étaient excellents et je n'y trouvais qu'une couillonnade scénaristique dans les suivants, avec souvent des rallongement très artificiels, mais ceci est mon avis très personnel ÉVIDEMMENT.

Donc, le fait que ce soit une série courte ainsi que le superbe dessin de Munuera m’ont fait tenter cette lecture et je l’ai beaucoup appréciée. Un mot avant tout sur le graphisme qui est splendide, on n’aura de cesse de le répéter, ce dessinateur a beaucoup de talent. Je n’émettrai donc qu’une seule petite critique : parfois ou peut-être même souvent, cela manque de décors, c’est un peu dommage et même si tout le reste est parfait c’est un poil frustrant.

Mais cette « légèreté » graphique est plus que compensée en terme de lecture par le scénario assez dense de ce premier opus et de ses 62 planches (en même temps vu le prix, je vous laisse deviner le fond de ma pensée). Globalement on pourrait dire que c’est un récit médiéval fantastique, mais je l’ai classé sciemment dans le genre « conte » car c’est le ton général employé par la voix-off, ainsi que certaines références à Blanche-Neige. L’avancement du récit est au poil, on y fait la connaissance de beaucoup de personnages et ce sans se perdre.
On pourrait dire aussi que c’est un tantinet classique comme histoire, mais l’ambiance et l’intérêt que l’on peu porter aux personnages font largement la différence et lui donnent sa propre personnalité. Il y a aussi un peu d’humour qui lui va en grandissant au fur et à mesure, presque inexistant en début d’ouvrage on le croise de plus en plus souvent par la suite.

J’espère que Dufaux restera dans sa lancée et nous fera un aussi bon second tome que ne l’est ce premier.

Nom série  Les Petits Soldats  posté le 31/08/2011 (dernière MAJ le 10/10/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
On a beau savoir qu’il ne faut pas se laisser abuser par une belle couverture qui ne garantit d’aucune façon une bonne histoire, mais c’est parfois difficile surtout lorsque le graphisme intérieur est lui aussi très attrayant, je me suis donc laissée tenter, quoique je devrais plutôt dire que je me suis littéralement jetée sur cette B.D.

Et le récit est de qualité ! Un beau mélange de dictature, d'ambiance 18ème siècle (nous sommes dans un pays imaginaire), de guerre, de complots, d’humour, de rimes et d’un peu d’amour, un peu trop à mon goût, mais bon, ça va, j’ai résisté et je n’en suis pas morte. Le tout est soutenu par des personnages hauts en couleurs, pour certains attachants et d’autres assez odieux, mais c’est aussi ce qui donne de la force au récit. Un personnage fort original et surprenant, Angela, est à découvrir absolument, mais je n‘en dirai pas plus. L’histoire commence de façon assez légère et met même un peu de temps à se mettre en place, mais la part de drame fait tout doucement surface au fur et à mesure de l’avancée des évènements ; ainsi que le suspense, pour le coup très frustrant en fin d’album, en espérant que la suite ne se fera pas trop attendre.

Les deux réels défauts à mon goût dans cette B.D. sont l’histoire d’amour qui ne me plaît pas, ainsi que la partie où le roi doit choisir une compagne, ces deux scènes sont beaucoup trop classiques, surtout en comparaison du reste de l’histoire nettement plus originale.

Le graphisme est typiquement dans mes goûts, coloré et détaillé, et surtout les visages très expressifs et souvent caricaturaux. Le découpage reste classique, avec cependant un agencement chapitré plutôt bien vu. Pour une première B.D. c’est foutrement bien réussi.

Suite et fin
Côté scénario ce second tome est dans la continuité parfaite du premier et surtout la fin est une vraie fin. J'ai tout simplement adoré l'histoire, mais...

... mais ! Ce qui m'a empêchée d'en profiter à 100% et qui m'a beaucoup énervée, c'est que le graphisme, presque fabuleux à mes yeux au premier tome, est de moins bonne facture sur ce second tome, au point que je me suis même demandé si je n'allais pas revendre la série. On y retrouve quelques belles cases mais uniquement une fois de temps en temps, on peut malheureusement constater que ce tome a été fait beaucoup plus rapidement, c'est bien dommage car l'originalité de l'univers valait un traitement graphique de qualité constante du début à la fin de l'ouvrage.

Je passe ma note de 4/5 à 3/5.

Nom série  Joe, l'Aventure intérieure  posté le 10/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note 3,5/5.

« Joe, l’Aventure intérieure » est un gros pavé de 220 pages assez original, intelligent et magistralement dessiné par Sean Murphy, il n’y a pas la moindre fausse note, c’est juste parfait. Les détails fourmillent, les perspectives sont d’une grande justesse, les visages expressifs et variés. La colorisation de Dave Stewart est en parfaite symbiose avec le dessin. C’est d’ailleurs ce visuel de rêve qui m’a décidée à lire ce comics, ça et le rat géant que j’ai entraperçu au feuilletage, j’adore les rats et les souris. Sans ça je n’aurais peut-être pas fourré mon nez là-dedans car le protagoniste, Joe, est un gamin de dix/douze ans et j’ai toujours peur avec ce genre de personnage que ce soit trop naïf.

Mais en fait non, ce n’est pas du tout puéril, même si certaines scènes sont vécues à hauteur d’un enfant de cet âge, avec ses frayeurs mais sans les geignardises d’un gosse un peu débile. Le scénario est très intelligent, basant son histoire sur une maladie bien connue de nos jours et très fréquente, le diabète. On rentre de plain-pied dans un délire de diabétique en hypoglycémie et un monde fantastique qui semble exister bien au-delà des hallucinations de Joe, notre petit malade.
Sa maison, ses jouets et son univers feront prendre vie à une aventure extraordinaire et à un tas de personnages connus et mois connus, c’est surtout là que ça m’a plu, car on y voit Batman, Superman et autres « super » mais qui ont des rôles de figurants, Grant Morrison n’ayant pas donné le beau rôle encore une fois aux mêmes.

Par contre je trouve que sur 220 pages il aurait pu encore plus développer son histoire car après une bonne moitié j’ai eu la sensation de faire un peu du sur place, même si l’attachement aux personnages et le magnifique graphisme ont fait que j’ai continué sans m’ennuyer. Peut-être que quelques pages de moins n’aurait pas été une mauvaise chose, d’où ma note de 3/5 au lieu de 4/5, c’est beau, c’est intéressant mais c’est une moustache de rat un peu long.

Nom série  Un léger bruit dans le moteur  posté le 03/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
« Un léger bruit dans le moteur » pourrait se résumer en quelques courtes lignes, mais le très beau visuel lui apporte le poids qui manque un peu au scénario et qui tape allègrement dans la surenchère mortuaire. Ceci dit globalement c’est fort sympathique, surtout que le protagoniste, un gamin psychopathe, devient au fil des pages assez attachant, car il n’est pas juste maboule mais aussi malin et intelligent. Je n’en dirai pas plus sur l’histoire dont la légèreté m’empêche d’aller plus loin.

Le classement en polar/thriller est ce qui est le plus proche, mais si l'option épouvante/horreur soft était disponible, c'est là que je l'aurais mise.

Le dessin est très sombre à l’image du récit, et par opposition tout en rondeur et enfantin. Lorsque je dis qu’il est sombre il n’en reste pas moins totalement lisible et foutrement joli à regarder.

Je n’aurais qu’une remarque, les quelques pages écrites par le gosse auraient dû comporter à mon avis quelques fautes d’orthographe, cette perfection grammaticale est un peu contradictoire avec ce que devrait être le niveau scolaire de ce gosse élevé par une belle bande d’ignorants.

Nom série  Maskemane  posté le 28/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’ai beaucoup aimé ce premier opus (réédition des 4 premiers comics), et ce malgré un scénario assez léger pour l’instant et un récit qui est souvent fait de courses poursuites et de baston, style que je n’affectionne pas de prime abord, mais le sublime dessin, l’humour et l’univers magique dans sa globalité m’ont enchantée, d‘autant que l‘utilisation des masques est intéressante à défaut d‘être innovante, et le Maskemane est vraiment très attachant.
Je ne sais pas si je me pencherai sur les animations et le jeu, mais pour l’instant l’adaptation B.D. me plaît bien et je compte bien la suivre jusqu’au bout, en espérant qu’elles trouveront une chute et que ça ne s’achèvera pas en flop comme dans Le Corbeau noir, premier tome de la série Wakfu Heroes, où pour l’apprécier il faut avoir suivi impérativement l’animation ou le jeu.

A ce sujet c’est un vrai bordel le classement de la série, il y a la collection Wakfu Heroes et la série Wakfu Heroes ! Y’a un truc qui m’échappe là.

Le graphisme de Maskemane est de toute beauté, sans parler des couvertures des comics originaux qui sont restituées ici, plus sublimes les unes que les autres, l’envie d’arracher ces pages et de les mettre au mur est assez puissante. Le découpage n’a rien de particulier, sinon qu’il suit bien l’histoire sans faire d’extravagances.
L’humour, passe souvent par le dessin, mais il y a quelques répliques et quelques noms bien savoureux qui m’ont bien fait rire.

Nom série  Haunt  posté le 03/02/2011 (dernière MAJ le 27/09/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Si je n’avais pas lu le résumé de ce comics je ne l’aurais certainement pas pris, malgré la créature de la couverture aussi attirante et intrigante que repoussante avec son air de Spiderman, super-héros que je n’aime pas, comme tous les super-héros d’ailleurs. Il y est donc question d’un prêtre qui se retrouve possédé par son frère assassiné et qui devra partir à la recherche de son meurtrier, entre autre. C’est le côté prêtre qui va se faire certainement dévoyer qui m’a plu ; Ah ! mais celui-ci n’est déjà pas tout propre à la base et ça j‘adore, les vilaines soutanes plus souvent retroussées que sagement baissées ! Et ce n’est pas le sticker : « Par les créateurs de Spawn et Walking Dead » qui m’a arrêtée, ces deux séries ne m’ayant pas accrochée. J’avoue aussi que le dessin y est pour beaucoup avec ses personnages expressifs, un trait fin, un beau mouvement et une colorisation informatisée fort réussie. Le seul bémol graphique réside dans le lettrage du prêtre lorsqu’il est uni à son frère, il est trop petit, par contre la manière de présenter les bulles lors de cette union est excellente.

Le scénario n’est pas en reste, on est dans un genre de drame ponctué par des moments d’humour qui tombent là où on ne les attend pas, par contre ceux-ci deviennent plus rares à partir de la moitié du récit, c’est dommage de quitter cette ambiance tragi-comique pour tomber dans le « tout sérieux » ou presque, c‘est aussi la seule chose qui m‘ait, disons… un peu contrariée.
L'histoire n'est pas des plus originales par contre elle est des plus prenantes, l’intrigue est accrocheuse et dotée de bon nombre de personnages. Certaines scènes sont saignantes, une vraie boucherie avec des corps déchiquetés et du sang giclant à tous les coins des cases, je ne suis pas une adepte de la chose et pourtant ici j‘ai apprécié. Il y a aussi quelques rebondissements intéressants et une dernière partie de récit inattendue et originale, je ne dirais pas en quoi pour ne pas vous gâcher la surprise, je peux juste dire qu’elle éclaire certaines choses mais ouvre d’autres intrigues.
Il y a parfois quelques petites facilités scénaristiques, il y en a une que j’ai trouvée particulièrement grosse et qui détonne un peu.

Si la suite reprend son ton légèrement humoristique de cette première partie de premier tome, je mettrai certainement 4 étoiles.

Tome 2
Je ne lirai pas la suite car à partir de ce second tome l'humour disparait presque totalement, et c'est ce qui m'avait le plus plu dans cette histoire de super-héros, qui aujourd'hui ne m'intéresse plus car elle se prend trop au sérieux et surtout j'ai des tonnes d'autres livres à lire. Graphiquement, dessin comme couleurs restent de grande qualité. Je laisse un 3/5 car c'est distrayant et agréable à regarder.

Nom série  Showman Killer  posté le 19/11/2010 (dernière MAJ le 27/09/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Lorsque j’ai attrapé cette bd sur une des piles bd de ma librairie, attirée par sa magnifique couverture, j’étais un peu dégoutée d’y voir le nom de Jodorowsky apposé dessus, vu qu’il est assez rare que j’accroche à ses scénarios et me priver d’un beau graphisme me frustre. Résultat des courses : comme à son habitude le scénario est assez déjanté avec une bonne touche de moisi, il crée un univers futuriste mais en même temps simpliste, avec une petite dose de naïveté et une autre d’hémoglobine. J’ai eu l’impression qu’il a mis au goût du jour une vieille idée d’il y a au moins 40 ans, en y intégrant quelques avancées technologiques. Malgré ses défauts il a aussi quelques petites originalités et une chute intrigante.

Ça m’a aussi fait penser à l’esprit qui règne sur Storm et ses facilités scénaristiques, ainsi qu'à L'Enfer des Désirs, avec son super-héros qui ressemble fortement à notre Showman killer, au niveau du questionnement du personnage sur ce qu’il ressent, tout en étant son opposé parfait puisque ce dernier est un tueur.

Une lecture à prendre au second degré et sans trop se poser de questions, qui est dans ce cas là, prenante et agréable.

Le sublime graphisme de Fructus a fait que je me suis plongée avec beaucoup de facilité dans le récit, il instaure une ambiance générale bizarrement envoûtante, j’ai même hâte d’avoir la suite, peut-être même que je lui accorderai une étoile supplémentaire.

Suite et fin
Le second tome est dans la lignée du premier, avec peut-être encore plus de sang, quant au troisième il est à l'opposé des précédents, autant ceux-ci se prennent au sérieux autant ce dernier se complait dans un humour léger et franchement plaisant, au point que je regrette même que les deux autres tomes n'aient pas été traités de la même façon et avec la même désinvolture. Lorsque je suis arrivée à la fin du second opus j'étais prête à revendre la série, mais le dernier tome m'a fait changer d'avis et j’appréhende les personnages et les situations de façon plus légère et donc plus plaisante, car prendre tout ceci au sérieux serait totalement débile.

Le graphisme tout doucement se dégrade légèrement au fil des tomes, la colorisation est moins peaufinée et il y a moins de détails, c'est dommage, ça a aussi un peu contribué à mon détachement lors de ma lecture du second tome, mais le troisième et bien qu'il soit le moins réussi visuellement, rattrape le coup grâce à son humour.

Nom série  Chambres Noires  posté le 16/06/2010 (dernière MAJ le 27/09/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Voici un style graphique dont je raffole, très proche de celui de Karascoët dans Miss Pas Touche, sauf qu’ici Yomgui Dumont pousse le souci du détail nettement plus loin et nous offre des planches de toute beauté. L’équilibre entre les couleurs, les détails, les décors et les expressions des personnages est parfait, tourner les pages est un vrai bonheur. Un autre point commun aux deux séries… leur noirceur.

« Chambres Noires » raconte une histoire que l’on pourrait presque qualifier de déjà-vue, sans apporter de véritable originalité au genre, c’est un récurrent récit de fantômes. En guise de préface, l‘histoire commence par une présentation de la maisonnée, de ses habitants et de leurs activités, façon petite chronique assez drôle par ailleurs. Mais c’est surtout dans son traitement qu’elle accroche, Olivier Bleys sait distiller les informations nécessaires au bon moment pour maintenir un excellent suspense. Il y a aussi une grande richesse au niveau des personnages qui sont très nombreux et suffisamment développés pour que l’on s’attache à eux. Une petite touche humoristique vient se glisser de-ci de-là, et elle tombe toujours pile poil quand il faut et surtout quand on ne s’y attend pas. J’ai eu un coup de cœur pour Bertille et ce pauvre Erratum…

Suite et fin
Celle-ci ne fait que confirmer mes premières impressions, toutes les qualités du premier opus sont présentes, avec en plus un déroulement de l’histoire on ne peut plus prenant, le suspense étant maintenu jusqu'au final. La qualité du graphisme est constante, avec ses innombrables détails et des expressions pleines de vie ; j'aime aussi la manière dont Yomgui Dumont joue sur les contrastes, notamment avec les yeux des personnages.
Cette série est surtout un véritable coup de cœur avec un attachement inconditionnel aux personnages, charismatiques, drôles et attendrissants ; par ailleurs les méchants sont vraiment odieux ce qui par opposition les rend intéressants.

Autre point important, moi qui n'aime pas des masses les histoires de fantômes, j'ai été enchantée par celle-ci et tout cela vaut bien la note maximale.

Nom série  Pizza Roadtrip  posté le 20/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note 3,5/5

Une bonne tranche de polar instantané, une histoire se déroulant sur quelques heures et en quelques pages, qui alterne le moment présent avec des scènes du passé tout proche et qui expliquent bien des choses… je ne vais pas m’attarder sur le fond du récit qui n’est pas super alambiqué car je ne voudrais pas vous gâcher sa découverte, ça me juste penser à ce petit avertissement bien connu : un train peu en cacher un autre. C’est mené tambour battant et les personnages sont très bien campés. Le dessin soutient l’histoire à merveille avec des trognes super expressives et des couleurs mises par touches en fonction de chaque situation.

J’ai hésité entre trois et quatre étoiles, car au début j’ai trouvé l’humour un petit peu plus présent et même si j’ai passé un très bon moment de lecture, cela reste un poil classique, bien que la manière de développer l’intrique et le dessin soient réussis, il y a comme une petit frustration, un manque de surprise générale peut-être. Par contre je n'ai pas vu venir la chute finale, d’ailleurs, un tome 2 un peu plus tordu qui reprendrait juste à la dernière planche, ferait bien mon bonheur.

J'ai finalement opté pour le 3,5 et le coup de cœur, à cause les personnages malgré tout super attachants qui méritent bien toute notre attention à défaut de notre bienveillance.

Et que viennent faire les pizzas là-dedans ? Vous le saurez en lisant la B.D. pardi ! (si pizza y'a).

Nom série  Terreur Sainte  posté le 19/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
C’est au fil des pages que je me suis rendue compte que mon inconscient avait encore une fois fait du bon travail. Je déteste les histoires de terrorisme à tendance réalistes (ou pas) et lorsque j’ai vu le titre du dernier Frank Miller je me suis jetée dessus les yeux fermés et mon petit cerveau s’est très vite arrangé pour que je passe outre ce titre très évocateur qui aurait fait obstacle à ma lecture. Du coup, je suis déçue. Ce fut chiant de chez chiant. La déception est d’autant plus grande que c’est un grand format à l’italienne qui met bien en valeur le travail graphique de l’auteur, même si je l’ai trouvé parfois un peu dur à déchiffrer et certaines cases pas assez peaufinées.

Je n’ai pas grand-chose à dire sur le scénario, c’est tout à fait le genre d’histoire qui me gonfle, je ne regarde même pas les films qui traitent de terrorisme ou des guerres au Moyen-Orient, même avec mes acteurs préférés je zappe, ça me prend la tête avant même d’avoir commencé. Ici, l’histoire met en plus trois plombes avant de commencer et je m’en suis très très vite désintéressée. J’attends la prochaine production de Miller en espérant qu’il tapera dans un autre thème.

Deux étoiles car c'est loin d'être mauvais, ce n'est pas dans mes goûts c'est tout.

Nom série  Le Pendule de Foucault  posté le 12/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je croyais que c’était une adaptation du livre d’Umberto Eco (pardonnez mon ignorance) dont je n’ai pas pu dépasser les premières pages tant elles sont hermétiques. Au fil de ma lecture j’ai trouvé l’histoire franchement simplette ce qui m’a fait tiquer, ou alors l’adaptation n’est pas à la hauteur, me suis-je dit… En réalité, c’est juste une autre histoire sur le pendule de Foucault, dont je découvre l’existence de la chose ici et qui est sans grand intérêt pour moi qui ne suis ni matheuse ni férue de ce genre de gadget scientifique.

C’est donc une histoire indépendante intégrant cet artefact du passé redécouvert par un monde post-apocalyptique, où deux courants divergeants se sont développés, les scientifiques d’une part et de l’autre les fondamentalistes religieux, tout ceci est très manichéen et très cloisonné, avec en sus :

- Des raccourcis et des facilités scénaristiques : après 600 ans d’obscurité l’humanité a survécu, c’est ce qu’on appelle avoir le cul bordé de nouilles ; Je trouve bizarre que des gens qui habitent Paris et ses alentours, même après une telle destruction n’aient pas plus de connaissances, qu’ils auraient dû trouver dans les décombres de la ville. Surtout que vers la fin des avions apparaissent et tombent à point nommé ;

- Des personnages creux ou agaçants : notamment Kunnskap, trop intelligente, elle sait tout sur tout ! Et sa petite maman qui a un don de voyance, alors ça c’est le pompon, heureusement que son rôle est tout petit-petit ;

- Des incohérences : on demande à ceux qui arrivent à s’échapper du monde de « la voie » un mot de passe que seul un scientifique de haut niveau pourrait savoir, et ils se veulent libres et tolérants, alors que le commun des mortels est condamné à rester avec ceux de « la voie » s’il n’est pas doté d’un Q.I. extravagant ;

- Une chute qui nous tombe dessus sans crier gare, là où on attend un autre tome le récit s’achève presque brutalement, ce qui n’est finalement pas grave vu le peu d’émotion que suscitent les personnages ;

- Et finalement ce qui m’agace le plus : la morale à deux balles, et même si elle est sensée, elle nous est servie comme à des enfants passablement idiots.

Le tout est distillé à l’ancienne, on croirait cette histoire écrite il y a 30 ans, sauf que le dessin lui est résolument moderne et très réussi. Dans la même veine j’avais préféré les trois premiers tomes de Chats de Convard.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 63 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque