pub
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...   BD Encheres 468x60
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1238 avis et 482 séries (Note moyenne: 2.77)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Terreur Sainte  posté le 19/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
C’est au fil des pages que je me suis rendue compte que mon inconscient avait encore une fois fait du bon travail. Je déteste les histoires de terrorisme à tendance réalistes (ou pas) et lorsque j’ai vu le titre du dernier Frank Miller je me suis jetée dessus les yeux fermés et mon petit cerveau s’est très vite arrangé pour que je passe outre ce titre très évocateur qui aurait fait obstacle à ma lecture. Du coup, je suis déçue. Ce fut chiant de chez chiant. La déception est d’autant plus grande que c’est un grand format à l’italienne qui met bien en valeur le travail graphique de l’auteur, même si je l’ai trouvé parfois un peu dur à déchiffrer et certaines cases pas assez peaufinées.

Je n’ai pas grand-chose à dire sur le scénario, c’est tout à fait le genre d’histoire qui me gonfle, je ne regarde même pas les films qui traitent de terrorisme ou des guerres au Moyen-Orient, même avec mes acteurs préférés je zappe, ça me prend la tête avant même d’avoir commencé. Ici, l’histoire met en plus trois plombes avant de commencer et je m’en suis très très vite désintéressée. J’attends la prochaine production de Miller en espérant qu’il tapera dans un autre thème.

Deux étoiles car c'est loin d'être mauvais, ce n'est pas dans mes goûts c'est tout.

Nom série  Le Pendule de Foucault  posté le 12/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je croyais que c’était une adaptation du livre d’Umberto Eco (pardonnez mon ignorance) dont je n’ai pas pu dépasser les premières pages tant elles sont hermétiques. Au fil de ma lecture j’ai trouvé l’histoire franchement simplette ce qui m’a fait tiquer, ou alors l’adaptation n’est pas à la hauteur, me suis-je dit… En réalité, c’est juste une autre histoire sur le pendule de Foucault, dont je découvre l’existence de la chose ici et qui est sans grand intérêt pour moi qui ne suis ni matheuse ni férue de ce genre de gadget scientifique.

C’est donc une histoire indépendante intégrant cet artefact du passé redécouvert par un monde post-apocalyptique, où deux courants divergeants se sont développés, les scientifiques d’une part et de l’autre les fondamentalistes religieux, tout ceci est très manichéen et très cloisonné, avec en sus :

- Des raccourcis et des facilités scénaristiques : après 600 ans d’obscurité l’humanité a survécu, c’est ce qu’on appelle avoir le cul bordé de nouilles ; Je trouve bizarre que des gens qui habitent Paris et ses alentours, même après une telle destruction n’aient pas plus de connaissances, qu’ils auraient dû trouver dans les décombres de la ville. Surtout que vers la fin des avions apparaissent et tombent à point nommé ;

- Des personnages creux ou agaçants : notamment Kunnskap, trop intelligente, elle sait tout sur tout ! Et sa petite maman qui a un don de voyance, alors ça c’est le pompon, heureusement que son rôle est tout petit-petit ;

- Des incohérences : on demande à ceux qui arrivent à s’échapper du monde de « la voie » un mot de passe que seul un scientifique de haut niveau pourrait savoir, et ils se veulent libres et tolérants, alors que le commun des mortels est condamné à rester avec ceux de « la voie » s’il n’est pas doté d’un Q.I. extravagant ;

- Une chute qui nous tombe dessus sans crier gare, là où on attend un autre tome le récit s’achève presque brutalement, ce qui n’est finalement pas grave vu le peu d’émotion que suscitent les personnages ;

- Et finalement ce qui m’agace le plus : la morale à deux balles, et même si elle est sensée, elle nous est servie comme à des enfants passablement idiots.

Le tout est distillé à l’ancienne, on croirait cette histoire écrite il y a 30 ans, sauf que le dessin lui est résolument moderne et très réussi. Dans la même veine j’avais préféré les trois premiers tomes de Chats de Convard.

Nom série  Prunelle  posté le 30/11/2010 (dernière MAJ le 11/09/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tome 1 :
Très belle surprise avec juste un seul et unique défaut, le lettrage est un peu trop petit. Il faut sans cesse avancer et reculer la bd, un coup on l'avance et on lit les bulles, un coup on l'éloigne pour regarder le dessin avec plus de recul, un grand format aurait été préférable.

Cette bd est dans la course d’Angoulême 2011 pour la sélection jeunesse mais elle s’adresse au plus grand nombre, sans limite d‘âge, et je pense qu'elle a toutes ses chances de gagner. On y apprend les bases de la mythologie grecque de façon très ludique et intelligente. Un lexique en fin d’album nous présente chaque personnage. C’est aussi bourré de jeux de mots et d’humour. Le dessin est magnifique avec des couleurs somptueuses pleines de gaité et un trait fin qui met en valeur chaque petit détail.

A noter le prix très modique pour 76 planches.

Tome 2 :
Le première chose qui saute aux yeux c'est le changement graphique et même si c'est assez joli, comparativement au premier tome j'ai ressenti une grande frustration de ne pas retrouver l’émerveillement visuel de ce premier opus. La finesse du trait laisse place à un trait plutôt gras et les couleurs sont aussi moins nuancées, globalement c'est plus proche d'un dessin exclusivement jeunesse.
Vu que la série comportera 3 tomes il faudra changer encore de style dans le dernier, afin qu'il y ait une unité globale, en somme : 3 tomes 3 styles, car si le dernier est comme le second, pour le coup, ce sera une grande déception visuelle.

Pour ce qui est du scénario, j'ai trouvé ce tome un peu plus batailleur et le ton est aussi un peu plus enfantin. Évidemment c'est un série jeunesse mais c'était moins marqué dans le premier tome, ça m'a un peu agacée par moments. L'humour est présent mais peut-être aussi de manière moins appuyée que dans ce fameux premier tome !

En bref, ce second tome est un peu en-dessous du précédent, mais reste une lecture agréable, surtout pour le public visé. D'autant qu'en fin d'ouvrage un lexique des différents personnages permet d'apprendre tout en s'amusant.

Nom série  Le Singe de Hartlepool  posté le 06/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ce récit basé sur des faits réels surgit d'une anecdote historique ayant pris de l’ampleur au fil du temps, les auteurs nous la restituent ici à son point culminant, et encore qu’en y réfléchissant bien, la bêtise des gens peut atteindre des sommets parfois phénoménaux, et plus rien ne devrait plus nous paraître excessif ou même étrange.

« Le singe de Hartlepool », c’est l’histoire d’une pauvre bête sans défense et d’une flopée d’ignorants comme il y en a tant aujourd’hui, mais bien plus encore il y a un siècle et demi. J’ai entamé ma lecture comme ces derniers, ignorant tout de son contenu, seuls le superbe graphisme de Jérémie Moreau et le nom de Lupano m’ont fait sauter sur cet ouvrage, et ce dernier fait encore une fois hommage à son talent de conteur.
Le scénario est très bien mené d’autant qu’il y a tout de même pas mal de personnages et qu’à aucun moment on ne ressent une quelconque lourdeur ou confusion. Il y a de l’humour et une jolie dose de cruauté aussi, le tout encore une fois dosé au poil.
Ce que j’ai le plus aimé c’est ce que je déteste habituellement dans mes lectures, la morale de l’histoire ! Lupano nous la sert de façon très détachée, dans une espèce de résignation décevante de la nature humaine.
L’introduction d’un personnage historique, que je ne citerai pas évidemment, apporte le petit clin d’œil qui fait qu’on s’attache encore plus à certains personnages.

Les trognes des personnages sont excellentes d’expressivité, les couleurs sont douces et reposantes, le cadrage reste classique mais le format proche du comics lui va à ravir, c’est une très jolie petite bête qu’il serait impensable de ne pas posséder. Maintenant j’attends avec impatience la prochaine B.D. du dessinateur, qui pour une première fait montre d’un talent bien assuré.

Le prix est tout doux aussi avec ses 92 planches !

Nom série  Renégat  posté le 06/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai trouvé cette histoire de pirates très molle et surtout beaucoup trop légère. Le nombre de pages est certes conséquent mais les planches sont assez vides, même si le dessin noir et blanc est lui très réussi, la lecture ultra rapide de ce récit ne m’a pas du tout convaincue. De plus le format est, à mon goût, trop luxueux pour ce qu’il contient, un format plus petit et même une couverture souple, comme à l’accoutumé avec cet auteur auraient amplement suffi et fait baisser le prix d’autant.

Pour en revenir à l’histoire, je ne l’ai trouvée à aucun moment prenante, trop basique, trop classique elle n‘apporte absolument rien de nouveau au genre, avec sa narration qui se veut intimiste et son fantôme de pirate qui n’est autre que la conscience du protagoniste, engendrant une petite morale très très ennuyeuse.

Bref, à réserver aux mordus de pirates…

Nom série  De Cape et de Crocs  posté le 04/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je vais aller droit au but, car j'ai eu beau creuser je n'ai pas trouvé le trésor promis par les innombrables critiques jubilatoires des innombrables posteurs de ces lieux. J’ai mis fin à ma lecture sur la moitié du septième tome, gavée par ce délire tout droit sorti des affres d’une surdose de produits illicites, de ce monde lunaire et lunatique aux rebondissements improbables et chaotiques, aux personnages fades et surtout pour la plupart agaçants, et aux joutes verbales certes intéressantes au début mais fatalement endormissantes sur le tas.

Si j’ai trouvé agréables les trois premiers volumes, les suivants et leur inspiration quadridimensionnelle m’ont ennuyée comme jamais, ne trouvant aucun attrait à l’histoire ni aucun plaisir à me farcir ce petit monde divaguant. Pas plus que la compagnie des personnages, si ce n’est ceux issus du bestiaire, que j’aurais aimé lire dans un récit de cape et d’épée, à la limite classique et plein d’humour, plutôt que dans ces égarements imaginaires dépassant allègrement les limites du fantasque. Ayant tous les tomes sous la main je les ai feuilletés et la découverte de personnages encore plus fantastiques au fil des pages, m’a fait baisser définitivement le rideau sur la lecture de cette comédie hallucinatoire.

Le dessin est ludique et coloré, bien que j’aie trouvé certains visages un peu figés, notamment ceux des femmes, et certaines planches un peu trop sombres. La quantité de détails le rend intéressant, dommage que ce monde ne m’ait pas enfiévrée comme la grande majorité des lecteurs.

Tout est dit, je n’ai pas aimé, mais je reconnais volontiers et avec du recul, que la série ne manque pas de qualités, pour preuve son classement en tête des immanquables d’ici et d’ailleurs.

Nom série  Little Alice in Wonderland  posté le 24/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je suis sans doute la lectrice la moins encline à lire cette B.D. car rien ne m’agace plus que les femmes à peine habillées, croupes légères, seins tapageurs et regards de salopes affamées, et il y en a un beau spécimen dans ce premier opus, prénommée Tikky Big Bang. Par opposition, les univers de conte m’attirent irrésistiblement et je veux bien tenter l’expérience de ce mix pour le moins improbable à mes yeux, d’autant que l’auteur est venu exposer son projet sur le site et a su attiser ma curiosité.

Pour enchaîner dans le même thème, tous les comportements inhérents à la pimbêche écervelée dans toute sa splendeur sont ici tournés en dérision, présentés au énième degré et toujours de façon humoristique, du coup exit toute ma répulsion envers ce spécimen féminin et place au décalage délirant. En passant tout le monde en prend pour son grade, c’est un fourre-tout sans nom aux références de tous bords, réelles comme imaginaires. C’est parfois juste une petite remarque déposée ici et là, mine de rien et toujours bien amenée.
Il y a beaucoup d’humour, même si le but n’est pas de peaufiner nos abdominaux d’une case à l’autre en un rire incontrôlable, on est plutôt dans le genre sourire permanent avec une explosion de rires à certains moments, c’est de la détente à l’état pur. Avis aux déprimés : ceci est pour vous.

Le suspense aussi est omniprésent, on ne cesse de se demander quelle sera la prochaine scène et comment va-t-il sauver son petit Wonderland ? L’auteur s’adresse parfois au lecteur à quelques rares occasions et il fait aussi parler ses personnages de la B.D. elle-même, des procédés à double tranchant qui peuvent parfois ne pas passer, mais qu’il met en place de façon intelligente et drôle, et surtout avec beaucoup de parcimonie, le dosage est parfait.

Le dessin est fastueux de détails, pharaonique devrais-je dire, les couleurs pètent, le bestiaire et les monstres sont expressifs et variés. A l’image du conte original, on change de décors souvent et c’est purement jouissif. Seul petit bémol à mes yeux, les personnages humains sont parfois un peu raides, mais c’est sans gravité et ça ne gêne absolument pas la lecture ni le plaisir visuel global.

Le récit qui comprendra 5 tomes fait une entrée fracassante avec ce premier opus et je suis déjà sous tension car j’aimerais dès à présent avoir la suite entre les mains.

Ah putain ! J’ai envie de dire, excellent !

Nom série  Walkyrie  posté le 22/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n’ai besoin que d’un seul mot pour exprimer mon ressenti : fade. Je n’ai accroché ni à l’histoire, ni à la façon dont elle est menée, c'est à dire de manière très classique et à la limite ennuyeuse ; je n'ai pas plus apprécié les personnages qui m’ont laissée totalement indifférente à leur sort. Ils ne sont pas attachants et leurs personnalités beaucoup trop stéréotypées, l’humour tombe au compte-gouttes, et il n’y que des hommes, des hommes et encore des hommes… autour d’une blondinette pour le moins belle mais totalement insipide.
L’histoire en elle-même m’a laissée dubitative, se retrouver si facilement face à Odin n’est pas un raccourci mais une coupe franche. Il se passe finalement que peu de choses dans ce premier tome.

Quant au dessin il est assez réussi, quoiqu’un abus du jaune par moments le rend un peu désagréable, mais n’ayant pas du tout accroché au récit qui m’a mortellement ennuyée je n’ai pas pu l’apprécier plus que ça.
Petit bémol aussi sur la couverture bien trop belle pour ce que propose la B.D., c’est le genre de procédé qui a tendance à m’agacer.

Nom série  Les Derniers Argonautes  posté le 22/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note 3,5.

La sensation est forte d’avoir déjà lu cette histoire, sans qu’elle n'apporte réellement rien de nouveau au genre, est omniprésente à chaque page, avec en prime un petit côté naïf qui malgré quelques scènes un peu sanglantes ne s‘estompe pas. Une énième quête inspirée de la mythologie grecque utilisant un Jason vieillissant qui reforme son équipée d’argonautes au fur et mesure de ses rencontres. Ces quelques premières phrases ont l’air un peu sévère, mais le plaisir de lecture est cependant présent et ce dû à 75 % au dessin de Nicolas Ryser (dessinateur d’Hariti) qui est un vrai délice. La B.D. étant assez bavarde, ce qui est un point positif pour le temps de lecture me direz-vous mais qui l’est presque trop sur les planches qui sont un peu mangées par les très nombreuses bulles.

Ce n’est qu’un premier tome j’attends donc de voir si la suite sera un peu plus originale, bien que l’histoire soit de toute manière bien menée, sans temps morts ou de quelconques ralentissements, elle est peut-être même un peu trop rapide, mais je préfère les histoires qui avancent à bon train plutôt que celles qui piétinent. A noter qu'il y a un peu d'humour assez bien dosé et les personnages sont tous très attachants.

J’attends surtout que les quelques touches de naïveté disparaissent.

Nom série  Katinka (Bang)  posté le 03/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note 2,5/5.

Après le « tout ça pour ça » de Mac Arthur (avis du posteur de ce one shot), moi j’ai envie de dire : quoi c’est tout ? L'histoire s'achève de manière brutale et tranchée, sans même prendre le temps de la voir se vider de son sang, d’autant qu’elle peut se résumer en une poignée de mots. Certes tout l’intérêt réside dans les personnages, dans la noirceur et l’acidité des propos, ainsi que dans le graphisme que je trouve bien fichu avec ses couleurs froides et son noir absolu qui lui donne beaucoup de contraste, mais cela reste trop léger. A mes yeux ça pourrait au mieux constituer un premier tome, et même si avec énormément de recul on peut admettre que l’histoire est finie, c’est réellement trop frustrant, trop court et trop convenu.

Ceci dit j’en conseille la lecture pour l’ambiance et les personnages, quant à l’achat… si et seulement si les auteurs se décident à nous donner une suite.

Nom série  Légendes de Troy - Nuit Safran  posté le 01/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’ai beaucoup apprécié cette lecture même si l’originalité absolue n’est pas au rendez-vous, mais les autres qualités compensent largement ce petit bémol.
Tout d’abord, je trouve ce récit très équilibré, entre humour, tragédie, massacre sanguinolent et aventure, tout est dosé au poil près. Le premier tome reste le plus classique et ne semble pas vraiment s’insérer dans les mondes de Troy, par contre le second lui y est très rattaché avec l’introduction des trolls et les rapports faits plus souvent avec Eckmül, de plus certains évènements gardent quelques bonnes surprises et tout n’est pas prévisible, loin de là.
Je note simplement une erreur de calcul, le gamin est supposé avoir 11/12 ans à un certain moment de l'histoire et il est précisé qu’il n'en a pas encore dix, ce n’est pas bien grave mais c’est un peu déroutant sur le moment.

Le graphisme évidemment est royal et s’accorde parfaitement au récit. Les couleurs sont joyeuses, les visages très expressifs, les décors fouillés et les effets de lumière très réussis. Je ne vois vraiment pas quoi rajouter, Hérenguel comme à son habitude nous gratifie d’un visuel jouissif.

J’aurais bien vu une suite, dessinée par Hérenguel bien entendu (ou tout au moins son alter égo qualitatif), où le gamin irait à Eckmül afin d’apprendre à maîtriser ses pouvoirs, plutôt que de lui couper la touffe de cheveux. D’autant que les fantômes qui l’accompagnent sont très attachants, ainsi que tous les autres personnages d’ailleurs, et faire encore un bout de route avec eux serait franchement agréable et divertissant.

Nom série  Ivanhoé  posté le 08/10/2009 (dernière MAJ le 29/07/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n'ai pas lu l'œuvre originale, je ne pourrai donc pas faire de comparaisons. Tout d'abord parlons du graphisme d'Elias Sanchez, dessinateur de Naüja et Les Royaumes engloutis, dont le style est tout à fait adapté à des récits de fantastique ou de fantasy. Lors du feuilletage de cette dernière production qui s'inscrit dans un cadre historique je doutais fortement que son dessin puisse s'adapter à cette histoire, avec des couleurs plutôt vives et parfois très pastel, mais ce n'est qu'une fausse impression car le tout s'accorde à la perfection. Sans parler des visages qui eux sont excellents, expressifs et peaufinés, et même leur style manga s'intègre sans choquer.

Ce premier tome plante le décor, les personnages et le début de l'intrigue de manière assez dense, il y a pas mal de lecture mais sans tomber dans la lourdeur. Un autre point positif : ce sont les bulles pas très grandes, au lettrage très lisible et qui ne n'abîment pas le dessin. Les intervenants sont bien développés psychologiquement, sans pour autant aller dans la profondeur absolue, mais juste ce qu'il faut pour qu'on les trouve soit attachants soit détestables, soit qu'ils laissent indifférents. J'ai une petite préférence pour le vieux juif Isaac d'York et le fou du roi Wamba, qui sont certainement les personnages les plus drôles. Je suis ravie de me replonger dans la vie des enfants d'Aliénor d'Aquitaine et de cette époque révolue que j'apprécie grandement. Yann et Sanchez nous offrent ici une merveilleuse adaptation.

Tomes 2 et 3
J'ai été moins emballée à la lecture de cette suite, car ce qui m'a un peu dérangée c'est le caractère un peu adolescent des personnages, appuyé par un graphisme qui va lui aussi dans ce sens. Lors de ma lecture du premier tome ceci m'a été masqué par le plaisir que j'ai eu à regarder ce très joli dessin et j'ai été moins sensible à certains traits de caractère des personnages.
Ceci dit c'est une histoire agréable à lire de bout en bout, sans temps mort et sans ennui.

Nom série  Lanfeust Odyssey  posté le 17/02/2011 (dernière MAJ le 29/07/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tome 1 et 2 : (achat uniquement pour ces 2 tomes)

Nous voici de retour sur Troy. Encore une fois j’ai autant apprécié cette suite que les deux autres « Lanfeust ». Évidemment c’est moins épique, l’histoire est plus courte, on ne peut pas comparer des aventures de huit tomes avec un simple dyptique, d’autant que le premier tome doit refaire la présentation des nouveaux personnages ainsi que d’exposer ce que sont devenus les anciens. Ça donne une impression de platitude à certaines planches mais c'est un passage obligé pour constituer une bonne base à l’histoire. Le second tome d'ailleurs se rattrape largement, l’action y reprend sa place ainsi que l’humour. Finalement je n’aurai qu’un seul reproche, j’aurais vu une Cixi un peu plus différente physiquement que la précédente, ne serait-ce que dans la coiffure ou la couleur des vêtements, par contre son pouvoir est excellent.

Le dessin est toujours aussi sympa, même avec les couleurs de Besson, peut-être un peu moins nuancées que celles de Guth, mais elles savent garder une certaine continuité visuelle.

Au risque de me répéter, j’estime que les « Lanfeust » forment un tout, Arleston aurait pu en faire une série unique du premier au dernier tome, incluant les suivants s’il y en a, je ne peux ni amputer une quelconque partie de l’histoire, ni noter différemment ces séries. L'’univers est toujours aussi agréable et les personnages toujours aussi attachants.

Tome 3 : ou plutôt
C'est la dégringolade, on est en plein marasme scénaristique, je ne pensais pas dire ça un jour d'une B.D. de Lanfeust, moi qui étais partante juste pour le plaisir d'être dans cet univers, mais mon enthousiasme était trop fort et on va droit dans le mur avec ce grand n'importe quoi et un Lanfeust qui ferait presque pitié tant son statut se dirige lamentablement vers le bof dans toute sa splendeur.

Même le graphisme s'est dégradé, c'est pourtant le même coloriste que le tome 1... mais le dessin aussi est moins détaillé et plutôt grossier.

Les auteurs sont à bout de souffle et l’asphyxie les guette.

Je ne sais pas si même par curiosité je lirai la suite.

Nom série  Big Foot  posté le 28/07/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Nicolas Dumontheuil j’adore et je ne m’en lasse pas, ses scénarios barrés juste à point sans jamais dépasser la limite de l’excentricité acceptable ; son humour subtil et coquin sans jamais tomber dans le gras ou le lourdingue ; son dessin qui semble être passé entre les vagues pour en ressortir rond et gondolé ; ses couleurs… ses couleurs directes splendides dont j‘aurais aimé qu‘il gratifie toutes ses séries, mais c‘est peut-être beaucoup trop de travail, surtout pour un auteur qui offre des B.D. avec un nombre de planches jouissif pour un prix plus que modéré au regard d'autres séries ; et puis peu importe que ses couleurs soient informatisées car elles sont bien choisies et reposantes.

Cette intro pourrait s’appliquer à toutes ses séries et résume bien le plaisir de lecture que procure son travail. « Big Foot » est tout pareil aux autres, amusant et captivant, posant son intrigue dont on ne sait pas où elle nous mènera et présentant ses personnages avec un bon travail psychologique, d’ailleurs je les ai tous apprécié, même les plus cons d‘entre eux. Les termes racistes perdent toute connotation péjorative, j’ai adoré la relique de l’indien qui parlant de Zeb, dit : « Le blanc qu’est noir », évidemment sorti du contexte ça paraît moins drôle. Dumontheuil a un sacré sens de la répartie.

L’histoire est captivante et m’a surprise car elle n’a pas pris la tournure que j’attendais, ce qui a rendu ma lecture encore plus divertissante. J‘ai aussi beaucoup aimé l‘épilogue qui met un terme au récit et qui raconte ce que deviennent les personnages par la suite, ça ôte toute frustration et clôt le récit de façon complète et non frustrante.
De plus l’auteur en profite pour jeter, mine de rien, un petit message écologique qui normalement est le genre de propos qui me gonfle passablement, mais c’est fait avec doigté et humour, et surtout sans lourdeur aucune.

Je n’ai trouvé qu’un seul petit défaut, le premier tome met un peu de temps à tout mettre en place et j’en ai ressenti quelques longueurs, mais je peux aussi dire que c’est un mal pour un bien, car à présent que je connais tout de ce petit monde ma relecture ne souffrira pas de ce petit désagrément, car passer du temps avec Zeb et Ned est purement jouissif.

Nom série  Ida  posté le 14/10/2009 (dernière MAJ le 26/07/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ida n'est pas une femme comme les autres, elle n'est pas rentrée dans le moule féminin de la fin du 19ème siècle où toute femme devait se marier et avoir des enfants. Ida est célibataire et trentenaire, et surtout elle est riche ce qui lui permet de vivre sa vie comme elle l'entend. Ida est aussi hypocondriaque, ne trouvant pas sa place dans cette société d'hommes elle s'est réfugiée dans ses petits bobos quotidiens leur donnant une importance de plus en plus grande. Puis vient le jour où son état se dégrade et son médecin l'envoie un peu par la force au bord de la mer et c'est la révélation… Ida revit et se met à voyager, elle sortira même d'Europe pour conquérir de nouvelles terres en Afrique. C'est une femme cultivée, passionnée, avec un fort caractère, qui a su garder toute sa féminité pendant tous ces trajets harassants et sans confort. Ceci n'est que le tout début et si vous aimez les voyages surtout ne manquez pas celui-ci.

La narration et dessin de Chloé Cruchaudet est toute en féminité, dans un accord parfait. Les couleurs directes sont magnifiques et variées, c'est un vrai délice à regarder, d'ailleurs souvent j'ai eu l'impression de me retrouver devant la devanture d'une pâtisserie où des gâteaux aux fruits, colorés et frais se battent pour avoir la meilleure place. Le ton est sérieux et léger en même temps, avec quelques pointes d'humour toutes aussi fraîchement envoyées. Le récit ne traîne pas, tout comme le voyage d'Ida, mais il prend toujours le temps de développer chaque situation nouvelle et chaque personnage arrivant dans l'histoire. L'auteure ne porte jamais de jugement sur les différents pays qu'elle traverse, se contentant de lancer quelques pensées qui sont plutôt des constatations sur la vie des autochtones, ce n'est jamais ni moralisateur ni méchant.

Tome 2
Une lecture toujours aussi agréable tant visuellement qu'au niveau de l'histoire, bien que ce second tome soit nettement plus sombre que le précédent. Ida se retrouve au milieu d'une guerre et est prise en otage, si elle a agacé certains lecteurs elle a aussi fini par agacer ses ravisseurs... La touche humoristique de Chloé Cruchaudet et le caractère haut en couleur d'Ida sont un régal.

Tome 3
Un dernier tome de même qualité graphique, par contre l'histoire est un peu moins aventureuse que les précédents, j'ai été un poil moins conquise, mais l'histoire de clôt de façon satisfaisante.

Nom série  Assassin  posté le 26/01/2011 (dernière MAJ le 26/07/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
En général ne j’adhère pas aux scénarios qui introduisent du fantastique dans l’Histoire, et je déteste par-dessus tout l’utilisation de la période nazie, ces deux éléments sont pour moi fondamentalement rédhibitoires, et pourtant... J’ai été totalement conquise, ça m’a presque donné envie de me découvrir toutes ces uchronies que j’ai toujours évitées jusqu’à présent. En fait je ne me suis penchée sur cette lecture que pour le graphisme, je n’avais même pas remarqué le symbole nazi sur la couverture !

Tout d’abord je précise qu’on est à la limite de l’uchronie, mais pour l’instant ce n’en est pas une car les évènements historiques en eux-mêmes ne changent pas, seules les raisons qui les ont provoqués sont modifiées, ainsi que tout ce qui reste dans l’ombre et dans le domaine du secret ; à voir si par la suite ça reste sur cette voie ou si Peru décide de changer l’Histoire.

L’histoire est rondement menée, sans jamais traîner, une fois passées les premières pages on est totalement happés par l’atmosphère générale, rendue avec beaucoup de précision par Pacurariu et les couleurs à l’ancienne de Panarin, toutes en dégradées de marron. J’ai souvent été captivée par un certain nombre de cases, totalement fascinée par l’ambiance qu’elles dégagent.

Le récit visite plusieurs époques de l’Histoire mais sans s’y attarder juste pour lui faire prendre racine, les Haschichins y ont une place prépondérante leur donnant le secret de la vie et la mort, allant bien au-delà de leur rôle moyenâgeux, les installant dans l’Histoire bien avant l’avènement de l’ère chrétienne. Une bonne petite trouvaille qui « expliquerait » bien des choses… à découvrir dans la bd.

A mon goût il n’y a qu’une seule petite facilité scénaristique, la façon dont sont ressuscités les morts, je trouve l’idée bonne et originale mais en même temps un peu facile pour ce qui est d’éviter le pourrissement des corps qui n’est pas évoqué, mais bon, on peut facilement passer outre.
La chute de ce premier tome est mortelle, et surtout quand vous l’aurez en main n’allez pas voir les dernières planches ça pourrait vous gâcher une partie du suspense. J’ai hâte d’avoir la suite.

Tome 2
Niveau scénario le second tome est dans la ligné du premier, avec en plus une chute royale et bien amenée, tout en gardant l’Histoire intacte telle que nous la connaissons. De ce côté-là je suis plutôt satisfaite car on n’est pas aller vers un grand n’importe quoi qui était le piège à éviter.

Par contre je suis un peu déçue du graphisme de ce second opus. Si les couleurs et les textures sont restées les mêmes, la colorisation est un poil plus grossière et les décors nettement moins fouillés, on n’a quasiment pas de très belles cases comme dans le premier tome, le dessinateur s’est plus contenté d’aller à l’essentiel et le coloriste ayant changé, le travail n’est plus le même.

Un très bon diptyque tout de même, peut-être y aura-t-il une autre histoire à suivre ? Ce serait bienvenu d'autant que voir évoluer les personnages est plutôt intéressant.

Nom série  Alim le tanneur  posté le 20/12/2007 (dernière MAJ le 19/07/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai relu les trois premiers tomes afin d’enchaîner avec le dernier et j’ai été un peu moins emballée qu’à ma première lecture. Le dessin me plaît toujours autant, bien que le second tome soit un peu trop sombre. J’ai juste noté par moments un petit décalage entre le style un peu humoristique du graphisme et certaines scènes assez tragiques qui ne s’accordent pas vraiment à mes yeux, mais ça ne m’a pas dérangée outre mesure.

Côté scénario ce qui m’a vraiment gênée c’est que le monde proposé par Lupano est réellement trop pompé sur nos civilisations et cultures, et ce à tous niveaux, je n’ai donc ressenti aucun dépaysement et ça m’a même assez souvent agacée. Même chose pour le bestiaire peu diversifié et qui s’inspire directement de nos animaux avec juste quelques infimes modifications.
Reste l’aventure qui elle est plus prenante bien que les personnages ne soient pas très attachants, en dehors d’Alim, de pépé et du sorcier, les autres m’ont laissée totalement indifférente. J'ai aussi aimé le bond dans le temps qui apporte une dimension plus large au récit, ainsi que la disparition de la gamine survoltée dans le tome trois pour ne la retrouver qu'à la fin du quatrième. La chute est plus originale, ce n’est pas la fin habituelle des méchants perdants et des gentils gagnants.

Dans l’ensemble c’est divertissant mais je n’ai pas été ni conquise ni touchée.

Nom série  Les Melons de la colère  posté le 25/06/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
La seule chose qui ne m’a pas plu dans cette B.D. ce sont les images de début et fin d’album que je trouve inappropriées, qu’elles soient fades ou juste vulgaires, elles ne sont pas du tout en adéquation avec le récit que propose Vivès, et j’irai même jusqu’à dire que ça le gâche un peu, lui donnant des airs de porno crade qu’il n’est absolument pas.
Le titre est foutrement bien trouvé et en totale adéquation avec le récit.

Je suis tombée sous le charme presque instantanément du dessin de Vivès, réduit au minimum à tous les niveaux, c’est un style généralement que je n’apprécie guère habituellement, mais il donne vie à ses personnages de manière totalement déconcertante, allant même jusqu’à ne pas dessiner les yeux mais leur gardant leurs expressions faciales.

Concernant le scénario je n’ai pas vraiment ressenti les choses comme les autres lecteurs, mis à part le fait qu’on est un peu dans l’exagération avec une pointe de burlesque.
Cette histoire pointe du doigt avant tout l’ignorance et la souffrance qui en découle. Tout d’abord, Magalie peut se faire réduire gratuitement la poitrine mais malheureusement pour elle sa famille ne le sait pas ; ensuite le recours à la justice dont ils semblent ignorer la procédure s’engageant dans une vengeance saignante qui aurait pu mener le père en prison ; la confiance absolue accordée aux médecins et autre cravatés qui profitent de la situation ; et pour finir la bêtise et l’égoïsme du vendeur de Darty trop occupé à faire du chiffre pour accorder ne serait-ce qu’un instant d‘attention à ces personnes qui semblent désespérées.
Tout ceci est certes traité de façon un peu désinvolte, ou en donne l'impression, mais ce sont des situations qui ne sont pas si éloignées de notre réalité.

Pour ce qui est du côté pornographique, je ne suis pas choquée par les relations entre Magalie et son petit frère, ce ne sont que deux jeunes qui découvrent leur sexualité, dont personne d’ailleurs ne leur a parlé, de plus, ces relations fraternelles arrivent bien plus souvent qu’on ne le pense. Est-ce que c’est excitant ? Tout dépendra des a priori de chacun, mais ce n’est pas le but premier de la B.D., tout comme dans les scènes de viol, il faut aimer les gros seins et les toutes jeunes filles.

Ce que je retiens avant tout de cette lecture c’est la grande sensibilité de cette famille si attachante et la touche finale humoristique offrant une fille qui ayant vécu le pire y fait face et se montre bien plus couillue que la majorité des hommes de l’histoire, lâches, profiteurs et pervers.

Nom série  Les Chroniques de Centrum  posté le 25/06/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n’ai pas vraiment apprécié ces chroniques, tout d’abord parce qu’il y a beaucoup trop de longueurs, le récit aurait largement tenu en deux tomes maximum. Ensuite à cause des facilités scénaristiques, toute cette histoire pour arriver à une chute qui surprend encore plus par sa fainéantise, l’intérêt d’un tel récit est à mes yeux assez limité, si ce n’est l’état d’esprit du personnage principal qui lui est bien brossé mais qui hélas rejoint son scénario, le type est d’une nonchalance absolue, il n’a que peu de réactions face aux évènements et reprend sa petite vie tranquille comme si de rien n‘était.
Il y a aussi des incohérences, il découvre le pot au roses et on le laisse poursuivre sa petite vie pépère, ça n’a pas de sens.
L’un dans l’autre je me suis ennuyée.

En plus de sa narration et de ses dialogues intéressants, l’autre point positif est le style graphique que j’apprécie assez, malgré que le premier tome soit un peu trop sombre.

Nom série  Le Dernier des Mohicans  posté le 25/06/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je viens de retrouver une ébauche d’avis que j‘avais faite il y a pas mal de temps, je retiendrai juste cette phrase concernant le graphisme : « tout ceci n'est bon qu'à être encadré et accroché au mur », ce qui m’a bien fait rire sur le moment et qui fait aussi ressortir tout mon désarroi face au changement de style de Cromwell.
Il faut dire que ce revirement visuel est assez radical et les amateurs d’Anita Bomba, peuvent s’en retrouver impuissants et désarmés. Ce qui a été mon cas, ce travail est évidemment de toute beauté, Cromwell ne fait rien de laid, mais où sont les bulles ? Les cases ? Anita ? Pourquoi ne fait-elle pas partie du récit ? Hein ?! Bref, il m’a fallu un petit temps d’adaptation pour rentrer dans ce nouvel univers cromwellien.

Pour rester dans le désappointement, il y a aussi le fait que ce one shot s’apparente plus à un ouvrage d’illustration qu’à de la B.D. classique, mais la narration est vraiment très belle et finalement cette construction est plutôt bien passée. L’histoire quant à elle, ne me ravie pas dans le sens où les indiens ne sont pas un de mes sujets de prédilections, par contre, le fait de nous les présenter de façon tout à fait réelle avec leur part de cruauté et sauvagerie, et non de manière caricaturale comme c’est souvent le cas, m’a fait porter un regard différent et surtout prendre goût à cette lecture.

Au final il m’a fallu deux lectures pour apprécier à sa juste valeur cet ouvrage, la première au résultat mitigé et déconcertant, et la seconde fort agréable où j’ai pu profiter tout aussi bien du graphisme que de l’histoire.

Une B.D. à découvrir quoi qu’il en soit et en grand format de préférence, ne serait-ce que pour son originalité graphique.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 62 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque