Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 4751 avis et 915 séries (Note moyenne: 2.82)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Ville avoisinant la Terre  posté le 20/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
C'est typiquement le genre de bd que je n'aime pas. On va nager dans les délires d'un homme qui cherche son immeuble. "La folie est comme l'oubli : un don de Dieu" dit un dicton arabe. C'est sans doute vrai car je vais oublier très vite cette oeuvre.

Pour autant, c'est vrai qu'elle recèle de qualités graphiques indéniables d'autant que c'est la première bd franco-belge d'un auteur libanais. Il faut sans doute être imprégné de toute cette folie pour comprendre le sens de toutes ces situations absurdes. Mais comme dit, cela n'a jamais été ma tasse de thé. Je me suis profondément ennuyé à cette lecture.

Nom série  Nom de code : Martin  posté le 20/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une bd qui porte sur un espion français. Ce premier tome se passe dans la belle ville de Constantine en Algérie. Il nous permet de mieux comprendre la situation de ce pays après les fameuses années noires.

On comprend également le rôle joué par la France alors que près de 7 millions d'individus ont des origines algériennes. Ce chiffre ne sort pas du chapeau comme cela. C'est dans la bd en question. Bref, il y a des liens parfois troubles dans les relations entre ces deux pays.

Le traitement est plutôt efficace. Cependant, on ne se prend pas d'affection pour le héros et c'est un peu froid. Par contre, la crédibilité des situations est assurée et le scénario se tient. C'est une vraie bd d'espionnage de notre temps avec une vraie toile de fond géo-politique. Le trait est également assez sombre mais réaliste. Un ensemble plutôt convaincant.

Nom série  Entre ciel et terre  posté le 20/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une belle ballade dans la Chine ancienne des morts et des vivants, voilà à quoi pourrait se résumer entre ciel et terre. Il est vrai que l'on désire parfois suivre l'être aimé dans l'au-delà jusqu'aux étoiles.

J'ai beaucoup aimé l'articulation de récit qui se concerne au début sur une petite fille qui vient de perdre sa maman. Puis, le regard sera tournée vers Ming, un garçon qui a toujours été aux côtés de cette pauvre petite fille qui est rejeté par son village. La lecture a été très agréable malgré le grand nombre de pages. Il y a comme un parfum de poésie à la Miyasaki. Bref, il y a un vrai style artistique palpable.

Il est vrai que le lecteur devra s'attendre à un tournant dans l'histoire qui pourra déstabiliser plus d'un. Une seconde partie beaucoup plus difficile à suivre et qui aura tendance à nous perdre un peu.

Nom série  Descender  posté le 19/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Quelquefois, il arrive que le scénario est assez élaboré donc intéressant mais que le graphisme ne suit pas. Le dessin est presque sous forme d'esquisses avec un côté assez brouillon. C'est vrai que cela gâche le plaisir de la lecture.

Pour autant et comme dit, ce récit de science-fiction est assez intelligent avec cette attaque de mystérieux robots géants et ses références aux auteurs Philip K. Dick et Isaac Asimov.

Cependant, les fondamentaux pour la bande dessinée ne sont absolument pas maîtrisés et le nier serait un gros mensonge. Un jour, cela fera peut-être l'objet d'un film et le support sera alors de meilleure qualité.

Nom série  La Maison  posté le 19/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce n'est certes pas la première fois que je lis ce genre de bd sur des enfants qui perdent leurs parents et qui doivent se séparer de la maison familiale empreinte de souvenirs. La trame est hyper classique.

Alors, on essaye de se raccrocher à autre chose comme par exemple la sympathie des personnages. Encore faut-il les apprécier ce qui ne sera pas gagné d'avance. Mais bon, ce genre de bd joue sur la nostalgie du passé, sur les non-dits et sur le fait qu'un enfant se détache progressivement de ses parents pour voler de leur propres ailes.

L'auteur Paco Roca m'avait habitué à mieux. Ce n'est pas mauvais mais c'est déjà trop vu sans qu'il y ait ce petit plus qui ferait alors toute la différence sur d'autres oeuvres traitant exactement du même sujet. En tout cas, très déprimant pour ceux qui viennent de perdre un parent. Mais bon, c'est la vie.

Nom série  Sept Cannibales  posté le 18/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
S'il y a une limite dans le dégoût qu'il ne faut pas franchir en ce qui me concerne, c'est bien le cannibalisme. C'est bien pire qu'une aversion. Fort heureusement, ce one-shot de la collection sept évite de montrer des scènes trop cruelles et trop gores. On aura droit aux sept bobos qui n'ont trouvé que ce passe-temps pour pimenter un peu leur vie. Il est clair qu'il y a sans doute mieux comme passion dans l'existence.

Par chance, ces bons pères de famille et cadres fortunés vont tomber sur un os. C'est bien le cas de le dire. Une jeune femme ne va pas se laisser déguster. Oui, il faut se battre contre la mauvaise santé, contre son patron, contre le terrorisme et bientôt contre les cannibales. La moralité sera sauve à la fin mais à quel prix ? Celui de la chair sans doute.

Nom série  Le Petit Spirou  posté le 17/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Durant mon enfance et mon adolescence, mes lectures se sont portées sur Tintin, Astérix et Lucky Lucke sans oublier les Picsou et autre Mickey Parade. Spirou n'était pas mon univers. En effet, je n'ai jamais été attiré par ce groom. Pourtant, je lisais de temps en temps son journal où était d'ailleurs abonnée ma grand-mère. En grandissant (un peu), j'ai continué à ignorer Spirou préférant d’autres bd. A noter que j’ai tout de même lu la reprise à savoir Une aventure de Spirou et Fantasio par... tout en appréciant les qualités de celle-ci.

C’est vrai que cela fait genre racler les fonds de tiroir mais il fallait quand même que j’avise le Petit Spirou. Pour l’époque, c’était divertissant de suivre les pitreries de ce petit garnement. Mais il est vrai que la concurrence a été rude avec lui avec l’arrivée d’un certain Titeuf qui a vite pris la place dans le cœur des gens. Il reste tout de même les nostalgiques d’une certaine époque aujourd’hui révolue.

Le petit Spirou a connu son heure de gloire. L’humour des gags reste très bon enfant. Cela se lit. Ce n’est plus certes ce qui se fait de mieux. Il y a un manque manifeste de subtilité. Cela me fait à peine sourire. On fait vite le tour avec toujours les mêmes clichés. Cependant, ce n’est pas ce qui se fait de pire.

Nom série  La Compagnie des Glaces  posté le 17/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n’avais pas lu le roman. De toute façon, je n’aime pas lire les romans depuis qu’on nous obligeait à le faire à l’Ecole dans le cadre des devoirs. Ce n’est pas pour cela qu’on devient inculte par la suite mais bon. Il y a d’autres supports comme le cinéma ou la bande dessinée par exemple.

La question est de savoir si cette œuvre en bd est réussie ou pas ? Dire que c’est un succès serait un gros mensonge de ma part. Je n’ai pas franchement aimé cette longue saga de science-fiction qui s’éternise et qui n’a rien de très original. On ne pourra même pas se raccrocher au dessin tant il est imprécis. Au niveau du récit, cela manque souvent de cohérence. Au final, d'assez grosses imperfections.

C’est vrai que c’est une œuvre du début des années 2000 mais elle commence sérieusement à dater. Fort heureusement, les auteurs ne travaillent plus de la même manière. Bref, on pourra passer notre chemin car il y a nettement mieux. C’est comme cela le monde de la concurrence.

A noter qu’il était prévu de faire 100 albums sur cette œuvre mais que cela s’arrête au 15ème tome faute d’un public. Oui, c’est quand même important d’avoir de l’audience. Pour la suite, il va falloir se plonger dans le bouquin. Euh, pour les fans bien sûr.

Nom série  A l'ouest de l'infini  posté le 17/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je poursuis plus en avant mon exploration des vieilles œuvres de Manu Larcenet dans sa période fluide glaciale. Autant le dire tout de suite, ce n’est pas la meilleure partie de sa vie d’artiste ou plutôt celle que je préfère. Il est vrai que l’auteur est devenu un véritable génie de la bande dessinée et qu’il a dû passer par des phases d’apprentissage de son art.

A l’Ouest de l’infini est un recueil de 8 récits de science-fiction. A noter également que ce n’est pas le genre de prédilection de l’auteur. J’étais tout de même assez curieux de voir ce que cela allait donner. Ma foi, c’est très sympathique mais cela ne décolle pas vraiment. Il y a un humour un peu absurde et en décalage qui fait parfois mouche. Le dessin reste assez fouillis ce qui ne semble pas être le fort. On sait que l’auteur va faire beaucoup mieux mais par la suite.

Nom série  Sangre  posté le 17/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cela faisait quelque temps que je n’avais plus lu une seule œuvre d’Arleston. C’était un peu passé de mode pour moi après avoir ingurgité tout ce qui avait attrait au monde de Troy (près d’une centaine d’albums repartis sur plusieurs séries dérivées). Il est vrai que j’en avais gardé un goût amer après un départ tonitruant avec Lanfeust. La surexploitation commerciale était malheureusement passée par là.

Du coup, ce n’est pas sans une certaine appréhension que j’ai abordé la lecture de ce nouveau titre. On voit au dos de la couverture que 8 titres sont d’ores et déjà prévu. Le nom des différents albums figurent déjà. Bref, l’aspect mercantile n’a pas disparu. Au moins, on est prévenu à l’avance ! En fait, il s’agit d’une vengeance à mener contre huit individus d’où 8 albums dont 7 titres portant le nom de chacun des assassins de la famille de la pauvre héroïne. Rien de vraiment original au niveau de la trame.

Après avoir déversé toutes ces critiques négatives, on peut alors s’interroger sur le fait que j’accorde tout de même les 4 étoiles. Comment est-ce possible ? Arleston s’est tout simplement amélioré en gommant ses défauts. Au niveau du scénario, c’est la maîtrise totale. Il ne fait plus par exemple ses blagues vaseuses qui assuraient un côté bon enfant. Il y a même des moments d’émotion qui n’existaient pas jusqu’ici. Bref, ce fut un véritable plaisir de lecture. Que dire du graphisme ? Il est enchanteur car il nous plonge directement dans un autre monde. Les couleurs sont également maîtrisées.

Quand le fond et la forme se rejoignent, pourquoi alors bouder notre plaisir et ne pas reconnaître les mérites de cette œuvre ? Certes, j’aurais pu être également de mauvaise foi car c’est du Arleston. C’est sans doute signe que j’ai également changé.

Nom série  Ce qu'il faut de terre à l'homme  posté le 16/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Nous suivons les aventures d’une famille de paysan russe à la fin du XIXème dont le patriarche se met à rêver à un agrandissement de son domaine agricole. Cette idée n’est pas venue tout de suite car il était heureux et auto-suffisant. Il aura fallu les arguments du beau-père baigné dans le capitalisme ou encore celui d’un entendant zélé n’hésitant pas à se servir du fouet.

L’écrivain russe Léon Tolstoï nous montre dans cette nouvelle que ceux qui rêvent de changer le monde tombe finalement dans les mêmes travers que ceux qu’ils dénoncent. Nous avons malheureusement chaque jour des exemples à travers le monde. J’ai adoré la fin de ce conte moral car cela montre que la cupidité et l’ambition ont des limites. Certes, c’est très abrupt et pas très bien amené, mais c’est finalement assez salutaire. On comprendra aisément le titre à savoir ce qu’il faut de terre à l’homme.

Une bd qui a finalement été bien adapté. Il est vrai que je ne connaissais pas l’œuvre de Tolstoï mais que ce nouveau format qu’est la bd apporte véritablement quelque chose. Maintenant et c’est ce que je dis, avoir de l’ambition n’est pas aussi mauvais que cela tout au contraire.

Nom série  Thorgal  posté le 14/02/2007 (dernière MAJ le 14/11/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
J’éprouve une affection toute particulière pour cette série "mythique". J'ai lu un tome puis je suis allé chercher d'un coup la collection entière. Je suis d'un genre un peu impulsif. La vendeuse n'y croyait pas ! C'est sans doute la série qui m'a donné la fibre alors que j'étais un jeune adulte. J'ai pratiquement commencé ma collection de bande dessinée par ce titre.

Il faut dire que cette collection est signée par le maître des scénaristes à savoir Jean Van Hamme alors au sommet de son art. Depuis 2007, Yves Sente a repris le flambeau pour essayer de renouveler la série en apportant un souffle nouveau, voire une véritable cure de jouvence. Il est également un talentueux scénariste mais il ne possède pas le génie de son prédécesseur. On ne le sent pas totalement à l'aise avec le genre. Sa méthode est de diluer l'intrigue principale sur un certain nombre de tomes en multipliant des séries avec des intrigues secondaires qui doivent se croiser. Cela ne semble pas plaire au public même si certains fans s'amusent à croiser les événements. Cela devient trop compliqué et pas assez limpide. On apprend avec le 35ème album de Thorgal qu'il est débarqué au profit de Xavier Dorison ce qui semble encore aggraver le cas de cette série. Il est vrai que les derniers albums montraient un Thorgal beaucoup trop éloigné de sa personnalité. C'était certes innovateur mais pas au goût du public. Son travail sur près de 10 albums (dont la série parallèle consacré à Kriss de Valnor) est tout de même assez méritoire. On a compris qu'avec Xavier Dorison, Thorgal doit revenir aux fondamentaux. Mais bon, le résultat de ce nouveau Thorgal est loin de celui espéré. La créativité semble manquer cruellement.

Les aventures de Thorgal commencent lorsqu'un chef viking découvre un bébé dans une mystérieuse embarcation. On se croirait dans Moïse! Il adopte l'enfant et le nomme Thorgal en référence à ses dieux (Thor le dieu de la foudre et Ægir le géant des mers). Le petit garçon ainsi adopté va devenir un formidable guerrier très habile au tir à l'arc. Il vivra une enfance difficile car rejeté par le peuple viking. Heureusement, son amitié avec Aaricia va le sauver. Ils tomberont amoureux et auront au fil de l'histoire deux enfants avec des pouvoirs tout aussi extraordinaires. Mais surtout, ils aspireront à une vie tranquille loin des tourments de la guerre mais les nombreux dangers du monde semblent les rattraper à chaque fois. Le destin de ce héros le pousse à rencontrer des ennemis de la pire espèce comme l'emblématique Kriss de Valnor qu'on adorera détester!

Cependant Thorgal va progressivement remonter à ses véritables origines. L'aventure nous mènera assez loin jusqu’aux confins de la science-fiction puisque Thorgal est également appelé "l'enfant des étoiles". J’ai véritablement adoré le cycle du pays de Qâ que je considère comme véritablement culte. Ce voyage sur le continent américain jusque-là encore inconnu réserve bien des surprises et nous en révèle beaucoup sur les origines mystérieuses de Thorgal. J’ai également frissonné dans « Alinoé ». J’ai beaucoup aimé l’album « au-delà des ombres » qui fut d’ailleurs primé en son temps. « La cage » m’a également interpellé quant à l’attitude de la courageuse Aaricia. Les derniers albums sont beaucoup moins bons et cela se ressent (par exemple scénario identique aux « Archers » dans « le Barbare »).

Cependant, la reprise du flambeau par le fils de Thorgal à savoir Jolan et son initiation par le mystérieux Manthor peut réserver encore de bonnes surprises. C'est dommage cependant que l'histoire semble un peu s'inspirer de 'la communauté de l'anneau'. Le plaisir semble rester intact. Je dois même avouer que ce renouvellement produit son effet. L'essoufflement de la série semble être totalement oublié. Il ne faudrait surtout pas à mon avis que Jolan soit un clone de son père (genre "qu'est-ce que ferait Thorgal dans une telle situation?). On sait également que ce fuit juste une aventure scénaristique le temps de plusieurs albums pour revenir ensuite sur le père, notre héros qui revient en sauveur de son autre enfant (celui qu'il a eu avec Kriss).

Un mot également sur la qualité du dessin de Rosinski qui ira en s'améliorant depuis 1977 puis en se dégradant à nouveau. C'est devenu un véritable adepte de la couleur directe. Son style, tout en couleurs et pinceaux donc, s'est orienté vers un équilibre assez subtil entre photoréalisme et impressionnisme. Cela apporte une nouvelle résonance plus poétique à cette grande saga. La vérité ou la réalité me pousse à dire que les derniers tomes de Thorgal ne sont pas vraiment bons du point de vue graphique. Même Roman Surzhenko semble faire mieux ce qui est quand même une bonne nouvelle.

A noter qu'il existe 2 BDVD pour compléter cette collection : "Entre les faux Dieux" et "Dans les griffes de Kriss". C'est une bonne expérience à vivre pour un fan afin d'enrichir l'univers de Thorgal. Le fantastique occupe également une part importante à travers les mythologies nordiques. Nous avons là une ambiance à la fois médiévale et fantastique dans une véritable dimension héroïc fantasy. Sur le plan de vue du succès: près de 14 millions de titres vendus avec une traduction dans 18 langues. Il ne manque plus qu'une adaptation TV en série ce qui sera bientôt chose faite.

Parce que "Thorgal" m'a donné envie de lire d'autres BD et de commencer une véritable collection, elle mérite d'être qualifiée de "culte". C'est la bd qui m'a donné la passion pour la bande dessinée.

Je me suis un peu amusé à noter chacun des titres pour le fun comme suit :

Tome 1: La Magicienne trahie
Tome 2: L'île des mers gelées
Tome 3: Les 3 Vieillards du pays d'Aran
Tome 4: La galère noire
Tome 5: Au-delà des ombres
Tome 6: La chute de Brek Zarith
Tome 7: L'enfant des étoiles
Tome 8: Alinoë
Tome 9: Les archers
Tome 10: Le pays Qâ
Tome 11: Les yeux de Tanatloc
Tome 12: La cité du Dieu perdu
Tome 13: Entre terre et lumière
Tome 14: Aaricia
Tome 15: Le Maître des montagnes
Tome 16: Louve
Tome 17: La gardienne des clés
Tome 18: L'épée-soleil
Tome 19: La forteresse invisible
Tome 20: La marque des bannis
Tome 21: La couronne d'Ogotaï
Tome 22: Géants
Tome 23: La cage
Tome 24: Arachnéa
Tome 25: Le mal bleu
Tome 26: Le royaume sous le sable
Tome 27: Le Barbare
Tome 28: Kriss de Valnor
Tome 29: Le sacrifice
Tome 30: Moi, Jolan
Tome 31: Le bouclier de Thor
Tome 32: La Bataille d'Asgard
Tome 33: Le Bateau-Sabre
Tome 34: Kah-Aniel
Tome 35: Le feu écarlate

Note Dessin : 4.5/5 – Note Scénario : 4.5/5 – Note Globale : 4.5/5



Nom série  J'ai tué John Lennon  posté le 13/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après avoir lu un bon nombre de bd sur les Beatles, je n'avais jamais rien lu sur la fin tragique de John Lennon le 8 décembre 1980 au pied de son immeuble à New-York. Nous avons là surtout une oeuvre sur Mark Chapman, l'assassin qui était pourtant fan du groupe au point d'épouser également à Hawaï une femme d'origine asiatique comme son modèle. Bref, l'attention est totalement focalisé sur lui. C'est un peu morbide comme démarche mais certainement utile pour comprendre ce que les fans essayent de percevoir depuis tant d'années.

C'est vrai que cette folie fait peur. Les auteurs ont réussi à partir de faits historiques avérés de récréer le déroulé des événements en se projetant dans les délires d'un assassin. Celui-ci affirmera que John a également tué en son temps à Hambourg un jeune marin pour s'emparer de son porte-monnaie. On ne sera pas la vérité mais on sait qu'il y avait eu une altercation violente. Les Beatles n'étaient pas non plus des enfants de choeur. Cependant, rien ne justifie un meurtre de sang froid. Or, les limites s'estompent dans l'esprit de ce jeune gars complètement déstabilisé. Il voulait devenir célèbre. Il a réussi en tuant la plus grande star rock au monde.

A noter que l'assassin purge toujours sa peine depuis près de 40 ans. Il a demandé des remises de peine ainsi que la liberté conditionnelle mais cela a été toujours refusé. On ne sait jamais. Il pourrait encore tuer d'autres membres du groupe.

Au final, nous avons un album qui a bien été réalisé avec une trame classique mais qui ne sera pas vraiment transcendant. Cela demeure satisfaisant.

Nom série  La Légende des nuées écarlates - Izunas  posté le 13/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est actuellement à la mode de faire référence à une série mère dans des produits dérivés du genre le monde des nuées écarlates ou le monde de Thorgal. Pour autant, il faut dire qu'il y a un grande différence de notoriété entre les deux. Pour autant, cette série n'a rien à envier aux autres.

Tout d'abord, le graphisme est l'un des plus beaux qu'il m'ait été donné de voir. C'est du grand art dans les décors et dans les personnages. Les Izunas sont de belles mais redoutables créatures.

On va vivre une aventure dans un monde fantasmagorique du Japon ancien avec un couple de héros attachants. On est littéralement envoûté tant c'est d'une beauté extraordinaire. Les couleurs sont éclatantes pour un rendu visuel au-delà de ce qu'on peut espérer. Une véritable claque !

Lorsque le scénario tient la route et qu'il est accouplé avec ce magnifique graphisme, cela ne peut que me plaire. Il reste juste à faire découvrir le talent de cet auteur hors norme. Par conséquent, voilà un conte onirique à lire de toute urgence.

Nom série  Les Rêves dans la Maison de la Sorcière  posté le 13/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je précise que je n'ai pas lu les avis précédents. Ceci dit, je constate qu'on abouti tous à la même notation à savoir une certaine déception au sortir de cette lecture et ceux malgré les bonnes critiques qui encensent dans la presse spécialisée. On attend quelque chose qui ne vient pas jusqu'à la fin. Il est vrai que j'aurais envie de dire tout çà pour cela.

La narration est véritablement pesante mais pas oppressante. Il y avait certes une ambiance à la lovecraft mais la peur et l'angoisse ne viennent pas. Il manque véritablement quelque chose qui ferait qu'on basculerait. C'est lent et il ne se passera rien...

Nom série  Versipelle  posté le 13/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
A mon sens, il y a deux erreurs qui auraient pu être facilement évité afin de mieux capter l'attention du public et d'assurer le succès.

La première concerne la couverture qui n'est guère affriolante mais qui certes donne le ton. Un homme nu dans la neige traînant son sang n'est sans doute pas ce que j'ai pu trouver de mieux. Ceci n'est qu'un avis purement personnel. Mais bon, passons.

La seconde tient dans la compréhension du récit. Au début, j'ai eu une difficulté car la narration et la juxtaposition des scènes nous font croire que c'est le jeune héros qui a tué son père mais ce n'est pas réellement cela. Je suis parti d'une fausse idée car la mise en scène n'est pas top et plutôt avare en explication. Les personnages se ressemblent et les erreurs d'interprétation sont possibles. Par la suite, cela se corse avec plusieurs flash-back non annoncés.

Pour ce qui est du positif, nous avons un dessin de qualité et un récit qui nous offre une autre vue sur la mythologie scandinave du loup entre vengeance et magie. Cela sera quand même un peu plus mâture que la série Louve dans les mondes de Thorgal. A la fin, on ressent toute une profondeur à cette histoire dramatique. Gageons que le second tome nous offre une fin digne de ce nom.

A noter qu'après l'échec commercial de Pleine Lune (Dargaud), Isabelle Bauthian a le courage de s'attaquer une fois encore au mythe du loup-garou mais sous un angle moins Twillight.

Nom série  Les Superhéros Injustement Méconnus  posté le 12/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les albums de Larcenet de la période fluide glacial se suivent mais ne se ressemblent pas. Je constate que par rapport à La Loi des Series, l'humour fait mouche. Il y a des trouvailles ainsi qu'un scénario un peu plus élaboré avec une certaine profondeur. C'est comme si une étincelle s'était révélée dans la mise en scène mais également dans l'originalité. Rien à redire au niveau du dessin également. L'ensemble est assez sympa mais je ne suis pas encore chaud pour conseiller l'achat à moins d'être un fan inconditionnel.

Nom série  La Loi des Series  posté le 12/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'aime beaucoup l'auteur mais je ne peux pas dire que cela sera mon titre préféré. Je peux néanmoins mesurer la progression dans son parcours.

Sur une veine comique, Manu Larcenet nous refait découvrir sous un angle parodique les séries de notre enfance: Les envahisseurs, L'homme qui valait trois milliards, Starsky et Hutch, Alerte à Malibu...

Curieusement, je trouve que le dessin est assez bon surtout pour ses débuts. Je me rappelle de l'excellent album Presque où je ne pouvais pas en dire autant.

En ce qui concerne l'humour, cela n'a pas prit. Sans doute manquait-il une certaine finesse et légèreté. L'auteur s'est bien rattrapé par la suite.

Nom série  Tokyo Killers  posté le 12/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le moins qu'on puisse dire est que ce seinen ne casse pas des briques au niveau du scénario. Cela se veut un hommage au film genre polar noir à la sauce japonaise.

Il est vrai que la première nouvelle m'avait déjà interloqué dans la mesure où un homme qui était entrain de se tirer une balle dans la tête devient la cible d'un tueur à gage ce qui l'empêche de mener à bien son objectif. Plus crétin, tu meurs. Il s'agissait juste d'attendre un peu.

C'est un peu dans la lignée du manga Trouble is my business que j'avais avisé sur ce site. On ressort de vielles nouvelles écrites dans les années 80 afin de surfer sur la notoriété de Jirô Taniguchi. On peut également dire que ces récits étaient assez innovateurs dans les années 80 et qu'il s'agit de se replacer dans le contexte de cette époque. On sait que Taniguchi avait par la suite abandonné ce genre pour se plonger dans le roman graphique avec le succès cette fois-ci au rendez-vous.

Par contre, je n'ai toujours rien à redire de son style graphique que j'affectionne. On notera qu'il y a des scènes un peu plus osées et qu'il dessine très bien les femmes. En prime, nous avons droit à une édition impeccable. Mais bon, cela ne me suffit pas pour me combler surtout au niveau du scénario.

Nom série  La Danse des morts  posté le 12/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
La danse des morts est une bd assez original située dans un univers médiéval apocalyptique. Tout d'abord, graphiquement, c'est un peu hors norme avec une imagerie qui fait très moyenâgeuse.

En effet, la police de caractère et le type des dialogues dans les bulles sont très étranges. On a parfois du mal à lire certains mots car dans différentes couleurs et différents caractères. Il faudra faire un gros effort tout au long de cette lecture à cause de ce lettrage inédit.

Par ailleurs, le vocabulaire est typiquement celui de la bonne cité avec des mots comme "vas-y, mégabranlée ou meuf" pour en citer juste quelques uns. Les morts n'hésitent pas non plus à fumer des joints de cannabis à tout va. Oui, des valeurs qui sont aux antipodes des miennes et que j'accepte dans un esprit d'ouverture mais j'ai franchement pas envie d'adhérer.

Après, c'est assez marrant et loufoque. Un univers finalement trop éloigné du mien avec des codes qui lui sont propres. Une désorientation qui n'avait rien d'agréable en ce qui me concerne.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 238 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque