Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 3628 avis et 534 séries (Note moyenne: 2.85)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Salaire net et monde de brutes, chroniques ordinaires du travail temporaire  posté le 19/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’ai beaucoup aimé cet ouvrage sur un sujet qui me tient particulièrement à cœur. Il s’agit d’une expérience vécue par les auteurs Sébastien Marnier et de sa compagne Elise Griffon qui a d’ailleurs été à l’Ecole de Charlie Hebdo en ce qui concerne le dessin. C’est traité de manière humoristique afin de faire passer la pilule plutôt amère.

Dans le contexte économique difficile que nous connaissons, les diplômés (c’est-à-dire les bac+5) n’ont pas forcément d’emploi dans leurs branches. Ils sont obligés d’accepter des petits boulots pour survivre. C’est alors que commence les galères car ces boulots de substitution ne sont guère enviables entre se déguiser en bouteille d’orangina ou être secrétaire d’une directrice en mode hystérique ou pire encore en faisant le téléphone rose. Les patrons sont véritablement odieux et les clients insupportables. Les machines peuvent vous écraser les doigts. Bref, tout cela pour un salaire net de misère.

Je dois être sensible car j’ai connu moi-même tout cela avant d’être enfin cadre. Je m’en suis sorti mais pour combien d’échecs dans la société en générale ? Il faut bien comprendre que lorsqu’on choisit la voie de l’université, il faut choisir en fonction des disponibilités sur le marché. Ainsi un bac + 5 en droit général vaudra plus pour un employeur qu’un bac + 5 en cinéma même avec une thèse sur David Lynch. Et puis, il est vrai que la moustache à la Charlie Chaplin pour l'auteur, cela ne le fait pas !

Je trouve courageux la démarche de ces auteurs qui ont accepté ces petits boulots de misère. Il ne faut pas oublier qu’à côté de cela, il y a une grande masse de gens qui ne veulent pas travailler en acceptant ce type d’emploi. J’ai d’ailleurs connu ce qu’on pourrait aisément nommé un parasite sans diplôme qui refusait systématiquement du boulot après 6+ ans de chômage car il voulait absolument devenir fonctionnaire sans passer de concours bien sûr. Et vous savez quoi ? Cela a bien fonctionné à force car l’année dernière, il a décroché un super poste à l’université. Depuis qu’il a obtenu sa titularisation, il est en arrêt de travail très fréquemment et inutile de préciser que ce n’est pas une flèche dans son travail. C’est cette double France qui est actuellement à l’œuvre. Les gens en ont réellement marre.

Après 10 ans de travail précaire, ces auteurs ont également pu s’en sortir. Je suis très heureux pour eux. Quelque chose ne tourne plus rond dans cette société qui produit de plus en plus d’inégalités. Le patrimoine cumulé des 1% les plus riches du monde dépassera en 2016 celui des 99% restants. Il est clair que tout est un problème économique à la base. Il s’agit de donner du travail à des millions de gens avec un salaire net correct afin d’éviter les dérives comme par exemple des attentats sanglants. Ce n’est malheureusement que le début !

Nom série  Cachés  posté le 18/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est une bd d'une auteure australienne sur un sujet fort délicat. J'avoue avoir été assez surpris par la maturité de cette oeuvre qui nous fait découvrir le portrait de personnes handicapées mentalement à la manière d'un documentaire.

C'est un regard assez touchant du monde des handicapés. L'auteure anime un atelier d'art plastique et fait découvrir cette activité à ces adultes handicapés en ambulatoire pour les sensibiliser. Il y a beaucoup de pudeur et de respect malgré la déficience mentale qui conduit à des situations parfois drôles mais parfois inquiétantes.

Mirranda Burton est prise de doutes dans des interrogations fort légitimes qui ne trouvent pas de réponses immédiates. En tout cas, la démarche est de se concentrer sur leurs créations car c'est une forme de communication. Bref, c'est une mission réussie.

A noter que cette oeuvre a été consacrée meilleur roman graphique australien en 2011.

Nom série  Storm Dogs  posté le 18/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Storm Dogs nous entraîne sur une planète plutôt hostile où les morts sont de plus en plus violentes. Une équipe d'aventuriers est chargée d'enquêter dans un milieu plutôt hostile où les pluies sont acides.

J'ai senti qu'il y avait beaucoup de potentiel dans cette nouvelle série de science-fiction mais pas de véritable concrétisation en terme de lisibilité. Dans le même genre, j'ai beaucoup plus apprécié un Siberia 56 d'un Bec plus en phase avec la construction du scénario. Là, cela devient complexe au fur et à mesure que le récit avance. On passe d'un personnage à l'autre sans faire les liens qu'il faudrait.

On a comparé Storm Dogs à un western futuriste sans doute pour son côté colon qui explore de nouveaux territoires. Je n'ai réellement pas eu cette impression.

Bref, un titre moyen en ce qui me concerne car cela n'a pas véritablement pris. Cependant, je reconnais objectivement certaines qualités indéniables.

Nom série  Le Vent des Cimes  posté le 18/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le vent des cimes est l'une de ces belles histoires d'amour tragique qui marquent à tout jamais comme un vieux film romantique du genre Out of Africa. Cela se passe dans les Andes à l'époque des pionniers de l'aéropostale.

Jack vit de sa passion: le métier d'aviateur pour acheminer le courrier postal à l'autre bout du monde. En même temps, il est amoureux d'une belle voltigeuse aérienne à savoir Rachel. Ils doivent se marier mais le destin en décidera autrement.

J'ai littéralement dévoré cet ouvrage de 181 pages. Il y a une fluidité extraordinaire comme un avion qui glisse à travers les nuages. C'est inspiré d'un fait réel qui est arrivé au pilote Henri Guillaumet en 1930 où il s'écrase contre une montagne andine. Cependant, le développement sera un peu romancé et sera différent du dénouement que les passionnés d'aviation connaissent.

C'est une oeuvre magnifique que voilà et joliment dessinée. J'ai surtout aimé la belle histoire d'amour. Les autres pourront toujours admirer le courage de ces pionniers de l'aviation civile.

Nom série  Chaque chose  posté le 18/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Chaque chose doit être à sa place, chaque chose compte disaient les anciens. Julien Neel, auteur de la série prolifique Lou ! a su trouver les mots pour retranscrire les vacances inoubliables qu'un petit garçon a passées avec son père. Le petit garçon a grandi et se trouve être au chevet d'un père mourant. On s'aperçoit que l'auteur qui change de registre a pu bien s'adapter en étant moins dans un style sucré doré.

L'humour est tout de même présent à petites doses comme ce médecin qui aurait pu très bien jouer dans la planètes des singes. Le thème principal reste l'amour filial comme l'hommage d'un fils à son père. J'avoue qu'on referme cet ouvrage avec beaucoup de nostalgie. A noter également une excellente mise en scène. Bref, un auteur de talent qui promettait à l'époque et qui n'a manifestement pas déçu près d'une décennie après.

Nom série  Journal d'une bipolaire  posté le 18/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je suis toujours preneur pour lire des récits qui nous font découvrir la maladie afin de mieux l'appréhender le cas échéant. La bi-polarité était encore inconnue du grand public il y a peu de temps. Nous suivons en l'espèce le parcours autobiographique d'une jeune femme Camille en proie à des troubles de l'humeur puisqu'elle passe de phases euphoriques au désespoir le plus total pouvant conduire à des tentatives de suicide.

Ce sont souvent des gens normaux, totalement intégrés, que l'on peut croiser tout les jours comme une collègue par exemple. Cela touche souvent l'entourage qui doit avoir beaucoup de courage pour faire face à cette situation malheureuse. Le pire de cette maladie est le fait de ne pas parvenir à la détecter à temps.

Je constate comme Camille que ces personnes sont souvent plus intelligentes que la moyenne, qu'elles passent souvent des concours administratifs de haut rang pour intégrer notre administration. Ainsi, je me rappelle que le responsable hiérarchique de mon épouse était malheureusement atteint de bipolarité. C'est alors la première fois que j'avais entendu parler de cette affection d'ordre psychologique liée à un dysfonctionnement au niveau du système nerveux central. Lorsque des malades occupent des rangs assez importants dans l'Administration, je vous jure que cela peut causer des dégâts importants...

Pour le reste, c'est un témoignage authentique qui peut nous toucher. Cependant, j'avoue avoir été sans doute plus marqué par d'autres témoignages du même genre dans d'autres oeuvres comme La Parenthèse par exemple. Peut-être que c'est dans le style d'écriture.

Nom série  Mano en mano  posté le 18/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'aime beaucoup le trait d'Ana Mirallès mais en l'espèce, je n'ai pas retrouvé la grâce qu'elle a pu déployer sur une série comme Djinn.

Il y avait pourtant une excellent idée de départ à savoir le suivi d'un billet de 20 euros qui passe de mains en mains. Nous suivons à chaque fois le nouveau possesseur du billet dans une Espagne en proie à la crise.

Cependant, l'argent ne dort jamais. Il circule très vite ce qui fait que nous n'arrivons pas à nous attacher au personnage et de découvrir leur histoire. Cela fait galerie de personnage comme mon fils pouvait collectionner les pokemon. Non, cela ne le fait pas car on s'ennuie ferme !

Nom série  Le Chien qui louche  posté le 18/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avec les années, je suis devenu beaucoup moins réceptif aux oeuvres d'Etienne Davodeau. Et pourtant, c'est notamment par cet auteur que j'ai découvert le genre roman graphique à la française. Il faut dire que depuis, j'ai fais plein d'autres découvertes qui correspondaient mieux à mes aspirations.

Nous avons une oeuvre qui rend hommage à la république et au Louvre ou les deux à la fois. l'angle choisi sera celui de l'un de ses gardiens Fabien qui aime son métier mais également sa nouvelle compagne dont la famille ne sera pas facile à maîtriser en raison de leur arrogance de riches propriétaires. Ainsi un tableau représentant un chien qui louche doit absolument entré au Louvre comme une marque de reconnaissance. C'est futile et même indécent par rapport à notre époque où tant de gens souffrent. Moi, je ne les ai pas trouvé sympathique...

Maintenant, ce récit loufoque est parfaitement maîtrisé. Le dessin est toujours aussi bon. La lecture s'avère agréable car très légère. Et nous découvrons sous un autre jour le plus grand musée du monde. Que demander de plus ? Un chien qui louche ?

Nom série  Death Mountains  posté le 17/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est un épisode tragique de la conquête de l'Ouest que je ne connaissais pas et qui a été intitulé le Donner Party. Cette expédition comprenait 81 pionniers américains en route pour la Californie en 1846. Malheureusement, l'expédition a été bloqué par la neige dans la Sierra Nevada. Ils tentent alors un raccourci qui se révélera fatale pour la plupart d'entre eux.

Cette histoire nous est conté par un Christophe Bec qui s'éloigne de son répertoire habituelle de récit fantastique. C'est assez linéaire et finalement sans grande surprise même si cette épisode a contribué à la légende de la conquête vers l'Ouest. On sait bien que cela n'a pas été facile pour la plupart des colons. La moralité ultime est que seule la survie prime sur le reste. On n'est pas tous obligé d'adhérer...

Nom série  Babylone  posté le 17/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'aime beaucoup le mythe de Babylone. Dieu détruit par jalousie ce que l'homme essaye de construire dans sa grandeur. Les promoteurs immobiliers n'ont qu'à bien se tenir ou sinon gare à la colère divine. Très peu pour moi que cette morale à deux euros ! J'admire en effet les plus grandes tours au monde. J'admire la technologie et le progrès qui font construire des tours visuellement très belles et plus grandes encore.

L'absence de dialogue ne m'a pas dérangé mais encore faut 'il qu'il y ait une certaine fluidité des cases qui nous permettent d'en saisir le sens. Cela ne sera pas le cas en l'espèce où l'incohérence règne en maître. Reste le noir et blanc et ses nuances dans une construction d'ensemble. Egalement pas assez convaincant. On pourra passer son chemin et visiter s'il le faut l'Empire State Building pour rendre hommage aux architectes.

Nom série  Samuraï  posté le 17/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est le genre d'histoire pas très original mais raconté avec suffisamment de talent pour passer un agréable moment de lecture entre deux tranchages de cou et des têtes qui volent. Oui, c'est plutôt le genre primaire. On tape d'abord et on réfléchit ensuite.

Le dessin n'est pas mauvais mais on est loin du talent de Hub pour une série comme Okko par exemple. La comparaison avec cette dernière série se fera de toute façon car les thèmes et le décors sont proches. Mais bon, il n'y a pas photo entre les deux séries.

En conclusion, une série sympa et plaisante mais qui souffre d'un déficit en terme d'originalité et de concurrence sur le marché dans ce segment précis.

Nom série  Histoires extraordinaires (Pierre Bellemare raconte)  posté le 17/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'avoue allègrement avoir aimé ces histoires extraordinaires racontées par Pierre Bellemare car elles sont passionnantes. Je n'ai jamais lu les ouvrages de Pierre Bellemare mais qui n'en n'a pas entendu parler ? C'est devenu une véritable institution. Bonne idée que de les adapter en bd.

Les histoires véridiques issues de faits divers sont impeccablement racontées. On est tout de suite plongé dans le coeur du sujet. Nous avons droit à plusieurs récits par volume (par exemple 5 pour le premier tome et 4 pour le second).

J'ai quelques préférences parmi toutes ces histoires. Je ne savais pas qu'un mari avait voulu tuer sa richissime épouse en se servant d'une araignée mortelle qu'il a placée dans son lit. J'espère que cela ne donnera pas des idées !

Nom série  Ma vie d'adulte  posté le 17/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai bien aimé ce roman graphique car il aborde certains points qui ne m'ont pas laissé indifférent. Nous avons une trentenaire Lisa qui aborde assez difficilement le monde du travail. Elle a eu pourtant un bac+4 mais elle végète dans des petits boulots qu'elle enchaîne. Le gros point fort est son couple avec un homme assez extraordinaire car il la soutient réellement.

J'ai également été frappé du même syndrome que Liz à savoir faire rapidement et bien son travail puis s'ennuyer ferme. Ce faisant, par rapport aux autres collègues, se crée une différentiation car ils mettent 8 heures à faire un travail qu'on peut faire en 2. Du coup, on peut être entraîné également par une responsable qui te fournira du travail pour 4. C'est difficile de jouer la lenteur pour leur faire plaisir. Un peu de dynamisme, que diable ! Je te les fouetterais !

J'ai également connu les collègues très à cheval sur les horaires quand cela les arrange. Ou ceux qui n'expriment aucune personnalité pour se protéger et ne pas se révéler t'obligeant à le faire sans cesse pour masquer le vide de l'absence de dialogue. Bref, j'ai eu l'impression d'être en phase à ce que pouvait exprimer notre héroïne anticonformiste dans des situations de la vie de tous les jours mais pas forcément abordées dans les bandes dessinées sous cet angle.

J'ai juste un peu regretté la fin qui tombe alors qu'on attendait certainement plus. Est-ce que Liz va rester dans ce travail qui ne la satisfait pas pleinement ? J'aurais aimé le savoir. Quant au thème central, le passage à l'âge adulte, je dirais qu'il vaut mieux garder quelque fois son âme d'enfant et avoir un peu d'excentricité dans une vie qui ne fait pas de cadeau.

Nom série  Cesare  posté le 10/11/2013 (dernière MAJ le 14/01/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Que se passe t-il avec les mangas ? Je constate que certains titres ont tout pour plaire tant la qualité peut être au rendez-vous. Cesare était d'ailleurs recommandé par Historia. Or, les recommandations ne sont pas toujours très satisfaisantes. Bref, je me suis laissé surprendre et le résultat a dépassé toutes mes espérances. C'est le meilleur manga de toutes ces dernières années.

On va suivre le parcours que n'aurait pas renié un certain Machiavel (Le Prince). Récemment, j'avais avisé un manga sur Le Prince et j'en avais appris un peu plus l'oeuvre de cet auteur si critiqué. Il est vrai que César Borgia est un homme fascinant et talentueux derrière son côté froid et calculateur. C'est une personnalité que l'on prend plaisir à découvrir.

Bien que le titre du manga soit Cesare, on le voit au travers des yeux d'un certain Angelo Da Canossa dont le grand-père était tailleur de pierre au service de la famille des Médicis. Ce jeune homme est naïf et met souvent les pieds dans le plat au milieu des différentes factions politiques. Il fait office de narrateur ou de reporter afin d'avoir un point de vue neutre. C'est bien pensé.

L'auteur Fuyumi Soryo a fait appel à un spécialiste de la renaissance italienne qui est également professeur d'université à savoir Motoaki Hara. On constate bien un parcours sans faute qui respecte jusqu'à la typologie des lieux. Et puis, on va faire des rencontres tout à fait intéressantes et qui vont marquer à tout jamais la renaissance à savoir Christophe Colomb ou Léonard de Vinci sans parler de Machiavel.

Comme dit, je ne suis pas hostile aux mangas lorsqu'ils parviennent à égaler une richesse historique rare. Par ailleurs, j'ai aimé la beauté et l'élégance du trait. Décors, vêtements, personnages : rien n'est laissé au hasard. En un mot : c'est réellement passionnant ! Les simples d'esprit pourront difficilement percevoir un chef d'oeuvre...

Déjà 8 tomes avec un rythme de parution assez rapide. La trame narrative est plutôt longue mais cela crédibilise le récit. On fait également plus ample connaissance avec les différents personnages qui se rajoutent au fil des tomes et dont on sent qu'ils vont jouer un grand rôle dans la guerre qui se prépare. Certains personnages comme Angelo évoluent également. Par ailleurs, le contexte historique est de plus en plus enrichi. C'est que du bonheur pour ceux qui aiment l'Histoire. Bref, je ne regrette pas mon achat.

La série s'arrête brutalement au 10ème tome. J'avoue le regretter car j'aurais eu envie de connaître la suite du destin de ce personnage hors du commun des mortels. On ne saura rien de ce qu'il advient également de son père alors que les jeux vont se faire au Vatican à l'occasion d'un futur conclave. C'est une tranche de vie qui va se refermer de façon assez classique comme pour marquer une étape. Des lecteurs ou certains sites de bd n'ont d'ailleurs toujours pas compris que c'est bel et bien terminé. On les entend déjà crier au scandale car ils sont en rade ! Bref, il y a comme une impression d'inachevé. On retiendra surtout la beauté graphique pleine de poésie d'une oeuvre historique passionnante !

Note Dessin: 4.5/5 - Note Scénario: 4.5/5 - Note Globale: 4.5/5

Nom série  Les Vieux Fourneaux  posté le 31/10/2014 (dernière MAJ le 14/01/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures dit le dicton qui semble inspirer cette œuvre que sont les vieux fourneaux. Etre vieux, c’est devenu très in de nos jours, question maturité et compétence sur les choses de la vie. Le pire reste pour moi les jeunes avec des goûts de vieux dans une attitude purement suiviste mais bon, il faut de tout pour faire un monde. Bref, c’est vrai que tout ce qui est âgé provoque chez moi une petite aversion.

J’ai beaucoup apprécié la jeune fille Sophie qui hurle, à la barbe de cette génération qui a tout gâché, les quatre vérités dures à entendre. C’est vrai qu’ils nous laissent un monde pourri : le chômage, la crise et ils partent faire la retraite à 60 ans en vivant le plus longtemps possible. Et il faudrait encore s’extasier devant eux ! Non, merci ! En tout cas, j’ai bien aimé la pensée profonde de l’auteur qui les aime quand même. Oui, on leur doit le respect tout de même. Cependant, les vieux estiment qu’on leur doit tout. Ils n’hésitent pas à prendre la place dans le bus en faisant se lever un enfant de moins de 5 ans ou une femme enceinte.

On a droit à une histoire plutôt touchante qui commence avec un décès et une mystérieuse lettre qui sera le point de départ à un road-movie maison de retraite attitude. D’ailleurs, cela conduit très mal un vieux (à 50km sur l’autoroute ou à 160 selon les cas). Rien ne leur sera épargné pour notre plus grand plaisir. Rien n’est d’ailleurs pire qu’un vieux riche qui s’exhibe avec une femme à forte poitrine afin de montrer leur insolente réussite.

Cette comédie sociale entre amitié et amour traite aussi du thème de la finance facile. Il y a des piques bien pensées ici et là. Les personnages sont réellement attachants. Oui, on les aime quand même ces vieux septuagénaires car ils sont parfois très drôles. Je regrette juste la calligraphie choisie un peu illisible. C’est dommage car les dialogues sont de haute volée avec des références assez amusantes. Lupano est devenu en ce qui me concerne le meilleur scénariste de sa génération. Après Ma révérence, c’est véritablement la consécration !

Le second tome fait même l'exploit de dépasser le premier qui était déjà une bonne surprise. C'est dire ! On a droit à une histoire totalement indépendante du premier volume bien qu'il y ait une transition et un fil conducteur. J'ai bien apprécié la critique sans détour des travers de notre société et plus généralement du mode de vie capitaliste. L'exemple de l'évolution de l'île de Nauru au sein du Pacifique est assez caractéristique notamment son histoire économique basée sur l'exploitation du phosphate. Les habitants sont devenus parmi les plus riches du monde avant de connaître la ruine avec l'épuisement des ressources ou la maladie pour avoir adopté un mode de vie occidental pas adapté. Le taux de chômage est actuellement l'un des plus élevés au monde avec 90%. Bref, outre cet exemple assez marquant, il y a dans cette bd de nombreuses références assez amusantes. L'esprit est franchement contestataire. Cela rend nos trois vieux absolument sympathiques.

Note Dessin : 4/5 – Note Scénario : 4,5/5 – Note Globale : 4,25/5

Nom série  Au coeur des ténèbres  posté le 12/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Ce n’est pas très sympa pour le Congo de dire que l’on se plonge au cœur des ténèbres. Pour moins que cela, Tintin au Congo fait l’objet d’un boycott. Trêve de plaisanterie pour dire que le titre n’est pas vraiment adapté. Je veux bien croire que l’enfer de la jungle n’est guère paradisiaque mais tout de même !

Pour le reste, je me suis littéralement ennuyé à cette lecture la faute à un bavardage incessant qui n’arrive pas à nous captiver. Cela reste très philosophique, mi-poétique et pseudo-intellectuel dans le genre littéraire.

Bref, une expédition qui aurait dû être passionnante se révèle être fort décevante. Je ne vais pas faire semblant au niveau de ma notation. Cela traduit mon ressenti et il n’est franchement pas bon pour les raisons évoquées. Inutile alors de tourner autour du pot. Bref, passez votre chemin à moins d’être attiré par le côté sombre de la jungle.

Nom série  Mort au Tsar  posté le 11/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Après nous avoir concocté La Mort de Staline, Fabien Nury et Thierry Robin abordent celle d'un membre de la famille Romanov à savoir le grand-duc Sergueï Alexandrovitch, gouverneur général de Moscou. Ce dernier a malencontreusement assassiné 47 personnes, dont des femmes et des enfants, le 17 septembre 1904 qui s'étaient révoltées contre la misère. Autant dire que ses jours étaient comptés car les anarchistes en ont fait la cible n°1.

Le premier tome se concentrera sur le point de vue de cet aristocrate russe. Le second sera celui du terroriste ayant réussi la mission au cri de "mort au Tsar". C'est une bonne idée que ce portrait dressé car on vit dans la psychologie du personnage en découvrant sa famille et ses proches. On sent du remords et un esprit torturé de quelqu'un qui sait qu'il va mourir. Bref, on le trouverait presque sympathique malgré un geste ou une maladresse inexcusable.

Cet album n'aborde pas la révolution de 1917 mais nous sentons déjà les prémisses. J'aime beaucoup le style de ces deux auteurs. Ce duo de choc nous fait vivre un pan de l'histoire de la Russie des Tsars.

Nom série  Charlemagne  posté le 11/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Toujours dans la collection "Ils ont fait l'Histoire", voici celle de l'empereur Charlemagne le roi des Francs qui a conquit l'Europe pour la placer sur le signe de la chrétienté. On le découvre surtout grand guerrier dans cette oeuvre biographique. Il a traversé la légende car son action a été considérable. Après lui, l'Europe du Moyen-Age va connaître l'obscurantisme. Or, il a stimulé la création des écoles afin d'éduquer le peuple. C'était aussi un moyen de faire vaincre la chrétienté contre ses ennemis.

Des épisodes méconnus de sa vie sont relatés pour notre plus grand plaisir. Cependant, le tout reste quand même assez académique. Le dessin est classique mais précis. Bref, cela pourrait être un beau livre d'histoire pour les enfants conseillé par les professeurs. Pour les adultes, cela permet de rafraîchir les connaissances.

A noter que cette fois-ci, le récit sera beaucoup plus fluide que chez Jaurès et on ne se perdra pas dans les flashbacks.

Nom série  Jaurès  posté le 11/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
C'était intéressant de voir une bd sur Jaurès, un homme politique de gauche qui a véritablement ancré le socialisme dans la République coupant court à tout versement dans une dictature ou une anarchie. On va le suivre à un moment charnière de sa vie où il a tenté de mettre fin au premier conflit mondial qui fit tant de morts. Il va malheureusement payer le prix de son pacifisme.

On se rend compte que malgré le fait qu'il n'a pas été aux commandes du pays, il a profondément bouleversé l'échiquier politique en influençant certaines lois comme celle de la séparation de l'Eglise et de l'Etat en 1905. Ce fut véritablement un très grand orateur qui aurait fait des merveilles s'il avait vécu de nos jours. Il manque incontestablement un homme de cette ampleur à notre pays. Pacifiste, humaniste et républicain dans l'âme: voilà ce qu'on peut retenir de lui.

Malheureusement, cette bd va se cantonner à un académisme de base qui ne rendra pas très vivant le propos. On est noyé sous les dialogues formant de grandes tirades. La fluidité du récit en prendra un sacré coup. L'ennui guette vite. Jaurès aurait sans doute mérité mieux. Le tout reste tout de même assez instructif grâce à un dossier historique à la fin de l'ouvrage.

Nom série  HSE - Human Stock Exchange  posté le 01/03/2014 (dernière MAJ le 09/01/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Bienvenue dans un monde où l'homme pourra être côté en bourse s'il remplit certains critères assez drastiques (poids, taux de cholestérol, position hiérarchique dans le travail, patrimoine personnel etc...). Après les personnes morales, c'est au tour des personnes physiques ! C'est également la vision d'un monde futuriste en proie à une grave crise qui laissera la moitié de la population au chômage. Nous avons là un thriller d'anticipation avec un Xavier Dorison au meilleur de sa forme.

C'est vrai que cela fait froid dans le dos tant le réalisme des situations évoquées dans cette série paraît tout à fait crédible. On est pris au jeu petit à petit. On a envie de miser sur notre héros Félix Fox, un gars sans scrupule qui souhaite acquérir la richesse dans un monde où la pauvreté devient la norme. Il s'agit de s'extraire d'une existence misérable. La perspective d'être côté et d'augmenter sa valeur sur le marché boursier est un vrai moteur dans un monde où les bourses classiques s'effondrent.

Cependant, c'est l'actionnaire qui commande car il a parié sur vous. C'est lui qui vous dit quand il faut faire l'amour ou se débarrasser d'une compagne trop dépensière. Eh oui: il y a toujours un prix à payer lorsqu'on s'introduit en bourse. Alors, prêt pour une augmentation de capital ? Seule la loi du marché importe.

Le premier volet de cette trilogie d'anticipation plonge le lecteur dans un monde déshumanisé qui doit répondre aux exigences de l'actionnaire. Le second va encore plus loin car on voit notre héros Félix Fox changer complètement et perdre ses vrais valeurs. Les actionnaires ne régissent pas simplement sa vie professionnelle mais également sa vie sentimentale pour faire grimper la côte. Dans ce monde, les hommes ont le droit de faire avorter leur compagne au nom de l'égalité des droits. On peut saisir les situations à risque en perspective. Bref, notre héros va vite déchanter !

Un bon conseil: investissez dans cette bd ! C'est un très bon placement car cela prendra de la valeur. C'est tout sauf moyen !

Note Dessin : 3.75/5 – Note Scénario : 4.25/5 – Note Globale : 4/5

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 182 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque