Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1630 avis et 262 séries (Note moyenne: 3.08)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Gloriande de Thémines  posté le 31/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je vais glisser ici un avis assez mitigé concernant cet album, avec lequel je découvre le travail de Pascal Croci.

Je reconnais que le dessin a de grandes qualités, qu’on peut même le trouver très bon et beau. Mais je n’ai pourtant pas trop accroché. Surtout pour les visages – des personnages comme des têtes de chevaux d’ailleurs. Visages de femmes que j’ai eu souvent du mal à différencier d’ailleurs, ils se ressemblent trop et cela a gêné ma lecture.
J’ai par contre apprécié les décors, et en particulier le parti pris de représenter le château en ruine (j’aime beaucoup les ruines…).

Mais c'est une petite déception concernant le scénario, que je n’ai pas trouvé prenant, avec là aussi quelques passages obscurs et une fin un peu trop vite expédiée je trouve.

J’accorde tout de même trois étoiles car l’album recèle des qualités, et aussi parce que le dossier final, dans lequel l’auteur explique ses sources et son travail est bien fait et très intéressant.

Nom série  Jean-Norbert  posté le 24/09/2014 (dernière MAJ le 29/03/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Les éditions Kramiek viennent de publier cet album d’un auteur néerlandais inconnu de moi, Mark Retera. Mais ce premier album des mésaventures de Jean-Norbert sera suivi d’autres : beaucoup ont paru aux Pays-Bas, et un deuxième est déjà annoncé par l’éditeur français.

Et je ne vois pas de raison d’arrêter, puisque ce premier essai est vraiment concluant.
Le dessin est assez simple, mais la plupart des personnages, à commencer par Jean-Norbert, l’improbable héros, ont un look assez original ! Un air pas fin (dans tous les sens du terme d’ailleurs !) : Jean-Norbert est un imbécile heureux.

Dans une série de strips (quatre séries de trois cases par page), Jean-Norbert côtoie certains personnages récurrents ou plus ou moins occasionnels (comme le chien Bello, un clown, des extra-terrestres, des lutins, et même Superman et les Schtroumpfs, ici adeptes d’une secte bien connue).

Le ton est à l’humour, mais il n’est pas monocorde. C’est parfois poétique, parfois totalement con et/ou absurde, parfois noir : premier et troisième degrés alternent avec bonheur. Mais le plus important, c’est que c’est le plus souvent très réussi. Inégal bien sûr, mais une chouette découverte : j’attends avec impatience la suite de la publication de cet auteur, et je me dis qu’avec De Poortere, les Néerlandais tiennent deux auteurs d’humour plutôt atypiques mais talentueux.

Album et série à découvrir !
Note réelle 3,5/5.
********************************

La lecture du deuxième tome confirme les qualités de cette série, vraiment très chouette !

On y retrouve le même humour con, absurde, et c'est toujours aussi drôle ! Je m'étonne d'être toujours le seul à l'aviser (mais j'espère que d'autres l'ont lue et appréciée). En tout cas j'espère vraiment que d'autres strips de ce grand benêt et de son univers improbable seront édités !

Nom série  Krrpk  posté le 19/12/2013 (dernière MAJ le 29/03/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Des dessins minimalistes, des décors quasi absents, et une colorisation elle aussi simpliste (« à l’ordinateur » ?), voilà une bande dessinée qui ne paye pas de mine, et dans laquelle j’ai eu un peu de mal à entrer – la faute aussi à ce langage à base de borborygmes utilisé par les différents personnages.

Mais j’avoue qu’une fois ces petites obstacles franchis, j’ai lu cet album avec un certain plaisir, voire un plaisir certain. Car derrière ce monde et ces personnages extraterrestres et déjantés, on peut lire notre univers en filigrane.

Et en particulier on y trouve une satire à peine exagérée de la manière dont sont traités – exploités ? – les immigrés.
Mises à part les nombreuses scènes de vomi, l’humour et l’univers de l’album ne sont pas si trash que ça.

C’est donc une lecture recommandée, et un achat itou.

**************************************************

La lecture du deuxième tome confirme les qualités de cette série. On y retrouve le même héros évoluant au milieu de personnages aux formes et aux noms improbables.

A la critique des stéréotypes sur l'immigration s'ajoute celle de son utilisation par un certain libéralisme.

Pour le reste, ça se lit très bien, le sourire aux lèvres. C'est un peu moins trash que le premier tome (pas de vomi !).
Une série à suivre !

Nom série  Madumo premier, seul & unique  posté le 27/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Fabrice Erre publie de plus en plus – ce n’est pas moi qui m’en plaindrais ! Et Vide Cocagne lui a offert ici un bel écrin, puisque l’édition est on ne peut plus soignée, avec papier épais, couverture reliée et en léger relief.

Pour ce qui est de l’intérieur, on retrouve le dessin classique de Fabrice Erre, pas franchement réaliste (je le soupçonne de fantasmer sur les dentiers et autres mise en valeur/avant des quenottes !), exagéré, mais que j’apprécie depuis que j’ai découvert cet auteur – il y a quelque temps maintenant.

En ce qui concerne l’histoire proprement dite, j’avoue avoir été un peu plus surpris et, disons-le tout net, quelque peu déçu (mais pas au point de regretter mon achat).
D’abord, je m’attendais à un album un peu déjanté, jouant sur l’humour con habituel d’Erre (humour qu’il avait partagé sur plusieurs séries avec Fabcaro). Ici, si l’humour n’est pas complètement absent – les retrouvailles de Marin avec sa famille et un ex quasi flirt n’en sont pas dénuées, et l’ironie de Marin à propos du prof d’histoire (le « vrai » métier de Fabrice Erre) est croustillant –, cela n’est que secondaire, puisque l’intrigue principale est plutôt tournée vers une sorte de fantastique politique.

En fait, on est proche ici de certaines tragédies antiques, avec un destin qui se rappelle au bon souvenir de Marin, qui peine à comprendre ce qu’être Madumo – c’est-à-dire maître du monde – implique : toute trace de son passé « ordinaire », de ses échecs doit disparaitre, pour que l’adulation/obéissance dont il doit faire l’objet soit efficace.

En cela la fin de l’album est assez noire, et franchement dépourvue d’humour. Un album mêlant donc humour et questionnement politique, quête de son passé et accomplissement d’un destin. C’est peut-être ce mélange, assez inhabituel chez Erre, qui m’a décontenancé.
Mais cela reste toutefois un album que je vous recommande, et qui élargit finalement la palette de l’auteur, qui ne se cantonne pas à l’humour potache, et amène de la réflexion (voir en partie son album Une année au lycée ou son étude historique « Le règne de la poire »).

Nom série  Légendes de la Garde  posté le 26/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une série Fantasy ma foi assez sympathique. J’ai bien aimé le dessin et la colorisation de ces albums au format plutôt original pour le genre. Mais sans être non plus emballé outre mesure par l’histoire.

En effet, si l’ensemble est sympa, j’ai trouvé l’intrigue finalement banale, mise à part le fait que les personnages soient des animaux – essentiellement des souris. On y retrouve les complots habituels, avec une différenciation assez manichéenne des personnages entre bons et méchants.

Mais c’est en fait que cette série semble s’adresser surtout à de jeunes lecteurs plus qu’à l’adulte que je suis. Et alors pour les yeux de ce public, certains défauts que j’y ai trouvés passent probablement inaperçus.

Achat conseillé plutôt pour de (très) jeunes ados donc.

Nom série  Je suis Cathare  posté le 25/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C’est une histoire qui se déroule au début du XIVème siècle, avec en toile de fond la fin des persécutions menées par les séides de l’Inquisition contre les derniers Cathares. L’histoire se laisse lire facilement, et le dessin est vraiment bon.
Par contre j’ai été gêné par le changement de nom d’un personnage souvent évoqué, appelé d’Oleyrac dans le premier tome, puis d’Olac à partir du deuxième. Incroyable que les auteurs et éditeurs ne se soient pas rendu compte de cette erreur quand même !

Mais, globalement, cette série ne m’a pas emballé plus que ça. Je m’attendais à une série « historique » pure et ai donc eu du mal à me faire aux ajouts plus ou moins réalistes : le héros guérissant tous ceux qu’il touche, combattant dans ses rêves avec un cavalier noir. Ce même héros, qui se demande longtemps s’il est un Parfait, aurait dû en tout cas l’ être un peu moins, « parfait », puisqu’il traverse les albums sans défaut, au milieu de personnages ayant plus d’aspérité dans leur personnalité que lui. J’aurais aussi apprécié un peu moins de manichéisme en général, et peut-être une présentation plus « complète » du catharisme.

A noter que Makyo semble apprécier les prisons rassemblant un grand nombre de prisonniers dans les sous-sols d’un château : thème important dans sa série Balade au bout du monde que l’on retrouve ici avec les Cathares prisonniers à Carcassonne, ou les femmes prisonnières dans le quatrième album.

Pas inoubliable, et pas indispensable non plus. Eventuellement à emprunter en bibliothèque.

Nom série  Sibérie  posté le 24/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C’est une belle aventure que nous narre cet album, dont l’action se déroule en Russie durant la période prérévolutionnaire (en 1897) essentiellement, mis à part les premières pages et le dernier tiers qui eux se déroulent en 1918 (la quasi-totalité de l’album est un long flash-back).

Un noble qui semble avoir tout pour lui, multipliant les succès féminins, admiré des étudiants auxquels il donne des cours à l’université, est acquis aux idées révolutionnaires qui se développent dans la Russie de la fin du XIXème siècle. Au point qu’il sacrifie sa carrière, et celle qui l’aime en participant à la préparation d’un attentat contre le tsar.
Je vous laisse découvrir la suite du récit, assez ample, dans une ambiance assez proche du « Docteur Jivago » (plus de l’adaptation en film d’ailleurs que du beau roman de Pasternak qui l’avait inspiré). Une histoire qui se lit plutôt bien dans l’ensemble.

Si je ne mets que trois étoiles et ne conseille pas l’achat, c’est que le dessin – que j’ai trouvé plutôt bon pourtant, est je trouve gâché par une colorisation peu réussie, et que le petit format dans lequel j’ai lu l’album ne lui convient vraiment pas.
De plus, si l’histoire en elle-même est plutôt bonne, les très nombreux commentaires en voix off (sur les actions, les atermoiements des personnages, etc), dans un genre « chœur antique », m’ont paru inutiles, lourds, et très souvent mièvres.

Des qualités et des défauts donc. D’où la note moyenne (note réelle 2,5/5).

Nom série  Rancho Bravo  posté le 23/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà un album plutôt réjouissant, qui détourne de manière plus ou moins loufoque une grande partie des clichés d’un genre rebattu : le western.

Tout n’est pas hilarant, certes, mais aucune histoire n’est inintéressante ou ratée, et certaines sont franchement très réussies ! J’ai par exemple bien aimé celle du cavalier noir, qui se développe dans un humour stupide assez jubilatoire, avec un gag final que l’on voit venir longtemps avant, mais qui est bon.

On est dans une sorte de parodie, un humour un peu noir et con, mais rien de trash ici : des clins d’œil appuyés que les amoureux des westerns apprécieront.

Le dessin de Blutch est lui aussi vraiment réussi, avec un trait expressif et noir, faussement brouillon.
Un album à découvrir !

Nom série  KidS  posté le 22/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album regroupe une petite dizaine d’histoires courtes ayant comme protagonistes principaux des enfants, généralement faisant face à la folie des hommes (des adultes), que ce soit dans un univers quasi post-apocalyptique (la première histoire) ou durant les différents conflits du XXème siècle. D’où le titre de l’album.

Seule la dernière se distingue, puisqu’il n’est pas question de mort ou de danger, mais d’un certain mal-être et d’un éveil aux pulsions sexuelles : un adolescent a une très brève relation avec la mère d’un copain. Cette relation n’est qu’évoquée, mais cela a quand même donné l’idée à l’éditeur de mettre une couverture émoustillante, qui ne correspond (et encore plutôt mal) qu’à une seule histoire. A noter que j’ai lu une autre version (réédition ?) avec une autre femme en couverture, quasi dans la même posture.

Si je mets trois étoiles, c’est surtout pour le dessin, plutôt bon. Parce que pour les histoires, c’est vraiment très très court à chaque fois, et cela donne plusieurs fois un sentiment d’inachevé. Comme si on ne nous donnait à lire qu’une illustration de synopsis…

Nom série  Peut-on encore rire de tout ?  posté le 21/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le titre et la couverture – sur laquelle tous les champions de la censure (représentants des Eglises et des armées en tête) répondent non à la question posée par Cabu, sont hélas presque prémonitoires, puisqu’à peine deux ans après la publication de cet album, Cabu a fait partie des victimes de la folie meurtrière qui a frappé Charlie Hebdo. Comme le disait Desproges, on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui !

En tout cas, Cabu tenait à répondre par l’affirmatif à sa question. Chaque page posait donc cette question, peut-on rire de … Et là tout ce que Cabu moquait depuis longtemps y passe, des Eglises aux militaires, en passant par certains politiques, dans une approche humoristique s’attaquant à ceux qui font l’actualité.

Une page, généralement un dessin (parfois une très courte histoire) et de courts dialogues, Cabu se veut incisif. Je ne l’ai moi pas forcément trouvé très drôle. Bien sûr, je me sens en adéquation avec les idées qu’il diffuse, sur la liberté d’expression et le droit de Guignol, mais je n’ai trouvé amusants que quelques gags.
C’est typiquement le genre de gags qui passent mieux au milieu d’autres, par petite dose, dans un journal (Canard Enchaîné ou Charlie Hebdo, pour prendre ceux dans lesquels Cabu publiait), mais qui ici, souffrent de redite.

Oui, on peut rire de tout ! Et les assassins de Cabu ajoutent leur manque d’humour à leurs nombreux défauts. Mais l’humour doit être drôle…

Nom série  V pour Vendetta  posté le 21/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C’est une série dont j’avais beaucoup entendu parler – la plupart du temps en bien. Je viens donc de la lire. Mon avis va être positif, mais peut-être pas autant que certains avis précédents.

L’univers dépeint par Alan Moore est celui d’une société fasciste, totalitaire, qui s’inspire du « 1984 » de Georges Orwell et d’exemples « réels » développés par les Nazis. Dans cet univers oppressant – oppression accentuée par le côté très sombre du dessin et des actions souvent nocturnes, la liberté ou la révolte tente de se frayer un chemin au travers des quelques failles du système.

Personnage central et incarnation de cette révolte, V. Qui est-il ? On ne le sait. Il poursuit une vengeance personnelle, mais aussi a une vision et une action émancipatrice pour la société. Dieu ? Ange exterminateur ? Un illuminé ? En tout cas un personnage ambigu, multifacettes, qui se cache derrière son masque souriant pour mener des actions violentes et appeler les habitants de ce qui reste de l’Angleterre de l’après frappes nucléaires à se révolter, à se libérer.
.

Personnage énigmatique que ce V, qui cite les poètes élisabéthains, prône l’anarchie (son masque souriant est d’ailleurs devenu un symbole – souvent édulcoré, de la révolte antisystème, parmi les « anonymous »), mais est aussi capable de faire souffrir la jeune femme qu’il a recueillie.

Cette série est intéressante, c’est certain, mais je n’y ai pas reconnu le chef d’œuvre que beaucoup y ont vu. D’abord le dessin n’est pas toujours très lisible (ce qui accentue les choix graphiques « assombrissant » l’ambiance) au point de rendre parfois difficile la lecture. Et il a quand même pas mal vieilli je trouve.
Ensuite l’histoire elle-même aurait mérité d’être resserrée. Quelques longueurs je trouve – même si ce n’est pas rédhibitoire
Ceci étant dit, c’est quand même une série à découvrir, et que l’on peut envisager d’acheter !

Nom série  Combustion spontanée  posté le 20/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Jake Raynal développe dans cet album un humour dans lequel il peut être un peu dur de rentrer, mais quand on y est… c’est vraiment jouissif !

C’est de l’humour pince sans rire, qui développe des théories pseudo scientifiques dans un premier degré feint, que le lecteur assimilera assez rapidement à un vingtième degré (au minimum, mais après j’ai arrêté de compter).

Ce côté faussement sérieux dans la déconne totale n’est pas sans rappeler d’autres auteurs de l’écurie Fluide Glacial, comme Gotlib, le maître, ou Goossens (Alexis faisait ça très bien aussi dans Pilote). Mais en fait cet absurde assumé jusqu’au bout, ce non-sens absolu et délirant se rapproche plutôt de l’humour anglais à la Monthy Python.

Ce délire foutraque est bien servi par un beau dessin en Noir et Blanc de Raynal, qui accentue artificiellement le côté mystérieux des théories loufoques qu’il développe. Inégal, mais globalement ça vaut vraiment le détour !
A noter que Jake Raynal participe aussi à une autre série plutôt loufoque (dans un registre un peu moins absurde mais tout aussi comique et intéressant), l’inénarrable Francis.
Note réelle 3,5/5.

Nom série  Fuck Fly and Bomb  posté le 19/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce petit opus de la collection X de Futuropolis nous présente les aventures de deux aviateurs américains totalement fous et immatures. Durant la Seconde guerre mondiale, ils participent à une mission impossible en France.

C’est de l’humour débile, très souvent trash, mais globalement réussi (il faut juste aimer le genre). Tous ceux qui côtoient les deux imbéciles heureux se font trouer la peau ou explosent, alors que les deux héros survivent à tout, probablement immunisés par leur connerie. Quant à la seule femme de l’album, elle n’est qu’une sorte de poupée gonflable soumise aux fantasmes les plus délurés.

Volontairement et totalement invraisemblable donc, déjanté, mais à découvrir quand même (ou justement pour cela !). L’achat peut s’envisager, surtout qu’on trouve facilement l’album à des prix très bas !

Nom série  Spoon & White  posté le 18/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai vraiment bien aimé le premier tome, que j’avais lu il y a pas mal de temps déjà. En effet, avec un dessin rondouillard franco-belge classique, les auteurs nous présentent un duo de flics parfaitement débiles (surtout Spoon d’ailleurs, petit agité de tout sauf des neurones), dans une aventure déjantée où l’hémoglobine coule à flot pour de rire. A part faire foirer les missions qui leur sont confiées, nos deux abrutis de héros se battent pour conquérir le cœur d’une star de la télé locale, échouant là aussi lamentablement.

J’ai eu l’occasion de tomber récemment sur trois autres albums. Cela me permet de me remettre en mémoire cette série, mais aussi de nuancer mon avis.

En effet, si j’ai aussi aimé certains moments de ces albums, je trouve que c’est assez répétitif. On caricature encore la société américaine, certains films ou séries, mais les deux héros ne se renouvellent pas – pas plus que les intrigues d’ailleurs, et c’est dommage.

Au final, plutôt à feuilleter en bibliothèque, à emprunter. Pour l’achat, le premier tome peut le faire, mais inutile d’investir dans la série entière.

Nom série  La Princesse du Sang  posté le 17/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’aime bien les polars de Manchette, et les quelques adaptations en bande dessinée que j’ai pu lire (de Tardi principalement) étaient plutôt pas mal.

Ce diptyque est vraiment plein d’intérêts, et recèle de nombreuses qualités. D’abord le dessin de Cabanes, très bon dans un style réaliste (remarque valant pour les personnages comme pour les décors).

Ensuite le scénario. Là il faut dire que le premier tome, qui pose l’intrigue, présente les protagonistes – mais ne se contente pas de cette exposition, est très bon. C’est un excellent récit d’aventures (c’est d’ailleurs dans cette catégorie que j’aurais classé cette série plutôt que dans la catégorie Policier) qui exploite bien l’arrière-plan géopolitique des années 1950 (guerre d’Algérie, révolte hongroise, crise de Suez, début de l’agitation castriste à Cuba).

Au milieu des services secrets français et états-uniens et des barbouzes qui gravitent autour, une photographe reporter de guerre se trouve mêlée à une mystérieuse histoire d’enlèvement qui a mal tourné. C’est captivant et très bien fait.

Le deuxième tome poursuit et conclut l’intrigue, mais m’a paru un tantinet moins réussi. Peut-être trop de temps consacré à la course poursuite dans la jungle cubaine. Mais surtout une fin un peu bâclée, et surtout un long passage dans un hôtel cubain que j’ai eu du mal à suivre, n’arrivant pas toujours à reconnaître les personnages pendant le gros carton qui s’y déroulait.

Ceci dit, ce diptyque est plutôt de bonne facture, et mérite le détour, surtout si vous êtes friand d’aventures bien ficelées.

Nom série  Les Maîtres de l'Orge  posté le 15/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai hésité à mettre trois étoiles à cette série, mais j’avoue que cela aurait été quand même pas mal à l’arrache, car je n’ai pas franchement été emballé.

Van Hamme a souvent des scenarii très « hollywoodiens », très cinématographiques. Ici, ce serait plutôt dans le téléfilm, la série télé de l’été qu’il donne… J’avoue être particulièrement réfractaire à ces sagas familiales mêlant romanesque et grande histoire, avec moult rebondissements.

Contrairement aux « Buddenbrook » de Thomas Mann, qui racontait le déclin d’une riche famille, Van Hamme décrit ici l’ascension de la famille Steenfort, et ses difficultés à « rester au sommet » au milieu de la recomposition de l’économie mondiale et des générations de la dynastie. La fresque s’étend sur près de 150 ans, dans l’univers des brasseurs de bière (j’avoue en plus ne pas trop aimer la bière, ce qui fait de moi un posteur atypique si j’en crois les forums du site…).

Les points positifs de cette série sont le dessin de Vallès, très classique mais plutôt bon (même si les personnages sont un peu « figés »), et le personnage de Margrit, vraiment très riche – et autour duquel aurait dû se concentrer la série : tous les autres personnages ne m’ont pas paru sortir d’un moule hélas trop convenu.

J’ai trouvé l’ensemble trop long, avec des retournements trop prévisibles, très feuilleton télé. Et avec pas mal de fortes incohérences. Par exemple à propos de Charles et de ses retournements de veste subits en fin du premier album éponyme (où il abandonne en deux pages ses valeurs, sa droiture et accessoirement la femme qu’il aime en une page) et en fin de deuxième album (où Margrit convertit le patron égoïste qu’il est devenu en socialiste, là aussi en une page !).

La plupart des péripéties m’ont peu intéressé. Le dernier tome est carrément sans intérêt, puisque sensé boucher des trous dans les biographies des différents personnages, mais sans originalité ni surprise, quelques images accompagnant des textes peu passionnants de Van Hamme – on est là je trouve dans ce que je n’aime pas chez lui, que ce soit dans ses Largo Winch ou dans Histoire sans Héros. Un album dont la série aurait clairement pu / dû se passer !

Bref, pour moi, c’est très loin d’être la série culte que beaucoup semble voir dans cette surproduction à mon avis très très surcotée.
Note réelle 2,5/5.

Nom série  Sorcelleries  posté le 14/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Un seul tome (le premier de la série) me suffira, je n’irai probablement pas plus loin, car je n’ai pas trouvé matière à m’emballer.

L’histoire reste convenue, et aurait pu ou dû être un peu plus drôle pour entretenir l’attention du lecteur. En effet, cela semblait partir sur quelque chose de plus délirant. Les trois sorcières, en particulier, avaient un potentiel de mauvaise foi et de « bagarre » à mieux exploiter (même si on n’est pas dans le même registre que Radada).

Je n’ai par contre pas trouvé trop d’intérêt aux fées, et les dialogues en pseudos vers des personnages de cet univers ne sont ni convaincants ni « utiles ».

Je n’irai pas plus loin donc. Ma note réelle pour cet album serait 2,5/5, surtout pour son début et quelques dialogues entre les sorcières.

Nom série  Un peu avant la fortune  posté le 11/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tout l’album est basé sur le questionnement existentiel, les affres du doute, et une sorte de procrastination maladive du personnage principal, Etienne, qui vient de gagner un gros lot au Loto. Et qui ne sait pas du tout comment réagir, comment se comporter avec les autres, comment les autres vont se comporter avec lui, comment l'annonce, etc…

Bref, si l’on s’est probablement tous déjà posé la question de savoir ce qu’on ferait d’une grosse somme gagnée ainsi, Etienne ne se prend pas la tête sur le comment la dépenser, mais focalise plutôt sur le comment gérer les relations affectives « après ».

Si le début de l’album se lit facilement, j’ai trouvé un peu lassant à la longue les atermoiements d’Etienne, cela semble tourner en rond. Comme d’autres avant moi, j’ai aussi tiqué sur l’invraisemblance de l’envoyée de la Française des Jeux.

Pas inoubliable, pas indispensable non plus. A emprunter à la rigueur.

Nom série  Blues  posté le 10/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je découvre cet auteur avec cet album, et c’est avec un très grand plaisir !

Le découpage des pages, transcendant souvent les cases traditionnelles, et la narration, sont à la fois originaux et très bons.

J’ai trouvé les deux histoires composant cet album très intéressantes, même si j’ai préféré la première, plus courte (et pourtant probablement composée rapidement, puisqu’à la demande des éditions Mosquito qui publient cet ensemble). Mais si « L’héritier » est franchement excellent, envoûtant, « Blues », qui donne son titre à l’album, est aussi une chouette histoire !

En tout cas, l’univers de Toppi est plus qu’intéressant, avec son dessin très expressif, la poésie noire qui transpire des cases, dans une ambiance moite qui fait décor à ces deux histoires se déroulant dans le sud profond des Etats-Unis.

Un album à lire, c’est certain. Et un auteur à découvrir, ce que je vais m’empresser de faire assurément.

Nom série  Un long destin de sang  posté le 09/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sur fond de Première guerre mondiale, et dans un Paris subissant les derniers mois de la guerre (l’action se déroule sur 3 jours de fin avril 1918 ) et les bombardements de la Grosse Bertha, on a là une enquête policière sur un mystérieux massacre s’étant déroulé quelques temps auparavant dans une tranchée (et oui, parmi les multiples massacres de cette époque, certains peuvent être « mystérieux » !?).

Le dessin joue sur les ombres, dans un style proche de Brüno. Je le trouve assez froid. Pas ce que j’adore, mais finalement ça passe bien.

Pour ce qui est de l’intrigue, j’ai trouvé le premier tome assez bon, présentant intrigue et protagonistes, dans une construction mêlant les histoires de divers personnages, pour petit à petit les unir et donner sens à l’ensemble.
Mais j’avoue que ce procédé, qui se poursuit dans le second tome, alors que tout est déjà lié, rend la lecture moins fluide et n’apporte pas grand-chose ici. Ce deuxième tome est aussi moins captivant, et tombe rapidement dans la banalité, les artifices de construction masquant mal le manque d’originalité et de surprise (un comble pour une intrigue basée sur un relatif suspens).

Bref, une petite déception au final, pour une note réelle de 2,5/5.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 82 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque