Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 2307 avis et 551 séries (Note moyenne: 2.96)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Bonaventure  posté le 13/10/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Moi, j’aime bien Mittéï…

Cet artiste liégeois, poète dans l’âme, grand ami et « parrain » de François Walthéry (avant que celui-ci ne lui renvoie l’ascenseur une fois le succès rencontré) figure selon moi parmi les tout grands dessinateurs du genre. Quel genre ? Mais le franco-belge humoristique de la grande époque, bien sûr !

Avec Bonaventure, il nous livre une œuvre sans prétention, amusante, poétique et naïve. Bon, la série n’est pas sans défaut et si le personnage et sa particularité sont étonnants autant qu’attachants, le concept en lui-même, tout comme son exploitation dans des histoires finalement peu développées, rendent cette lecture anecdotique. Divertissante, plaisante, mais anecdotique.

Soulignons tout de même le soin apporté aux décors, la vivacité et la clarté du trait (qui me fait invariablement penser à un Peyo, un Roba, un Jidéhem ou un Walthéry au sommet de son art), la poésie burlesque qui se dégage de certaines idées, les petits clins d’œil aux copains, et la gentille naïveté d‘un ensemble dans lequel même les criminels ne sont pas foncièrement méchants.

A lire au moins une fois par tout amateur de franco-belge humoristique des années ’70. Une série légère et tendre qui manque peut-être de fond mais pas de forme.

Moi, j’aime bien Mittéï…

Nom série  Le Croissant et la Croix (les croisades des Saint-Preux)  posté le 13/10/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le style historique rigoureux en un tome m’a rarement valu des satisfactions. Et cet album ne dérogera pas à la règle tant il cumule les défauts du genre malgré le grand soin apporté par ses auteurs.

Tout d’abord, allez-vous en résumer huit croisades en 62 planches, vous ! Impossible en s’attardant sur un personnage, une péripétie ou une époque. Donc, tout est survolé… mais avec talent et subtilité (j’y reviendrai. Là, je critique. Les louanges, c’est pour après. Et puis laissez-moi écrire mon avis comme je l’entends, nom de Dieu).

A propos de Dieu, justement (oufti, quel enchainement ! Tu l’avais pas vu venir, celui-là !) Il en sera bien entendu fort question dans cet album, sujet oblige. Et les premières planches tombent dans un prêchi-prêcha affolant (Waf, la mère qui pleure le départ de la chair de sa chair mais qui se résigne… sur l’exemple de Marie laissant Jésus courir les bois avec sa bande de potes). Par moment, je ne pouvais m’empêcher d’imaginer ce qu’un musulman dirait après lecture d’une œuvre qui, à l’occasion, encense la guerre sainte au nom d’un Dieu de miséricorde. Seulement, là aussi, le ton change en cours de récit, et le message devient en fin de compte bien plus nuancé (j’y reviendrai).

Enfin, le défaut majeur, c’est l’accumulation d’informations sur un espace restreint. Les planches sont riches de cases et de texte. Les personnages se multiplient. Et finalement, il m’est bien difficile de retenir qui a fait quoi quand. Donc, après lecture, j’ai une petite vue d’ensemble mais certainement pas de quoi parler durant ne fusse que dix minutes (à moins d’apprendre ce livre par cœur).

Et puis, il y a le dessin… Pas mauvais en soi, avec une réelle recherche de rigueur quant à la reconstitution historique mais aussi avec, à l’occasion, de gros problèmes de perspectives. Le style est vieillot et ne plaira qu’aux amateurs de moisi dans mon genre.

Mais, comme vous l’aurez compris, cet album n’est pas dénué de qualités. Je dirais même que, dans le genre, et malgré ses défauts, il fait montre d’autant d’originalité que de soin. La grosse originalité réside dans cette fausse lignée de chevaliers que nous proposent de suivre les auteurs. Les Saint-Preux participent de pères en fils ou d’oncles en neveux à toutes les croisades… et j’y ai cru, à cette improbable lignée. Cette approche apporte une dimension romanesque à un récit par ailleurs purement historique.

Ensuite, je ne peux nier le côté instructif. Le simple fait de voir sur une carte les différents parcours réalisés par les croisades est, à ce titre, très évocateur.

Enfin, et malgré un départ sans nuance, le ton général du récit évolue au fil des croisades. L’aspect politique et mercantile n’est pas occulté et, surtout, jamais les musulmans ne sont montrés comme des barbares incultes. Bien au contraire ! Et si certains personnages chrétiens sont évoqués avec complaisance, l’Eglise, elle, ne sort pas grandie de cette lecture.

Pas mal faite dans son genre, donc… même si ce genre montre à mes yeux des lacunes récurrentes. A lire si vous ne connaissez pas grand-chose au sujet et que vous aimeriez avoir une vue d’ensemble.

Nom série  Secrets : L'Angélus  posté le 12/10/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
La première partie du diptyque est étonnante, et je me suis vraiment demandé vers quoi Giroud avait décidé de nous emmener. L’intrigue est finement menée et les personnages ont une part de mystère qui me les rend charismatiques.

Après, on retombe sur un secret de famille finalement assez classique, mais, voilà, le mal était fait ! Je devais savoir de quoi il en retournait. J’ai dévoré les deux tomes d’une traite sans songer une seconde à m’interrompre en cours de route.

Ce diptyque aurait donc été bon s’il ne s’était agi que d’un scénario. Mais, à côté de ça, apparait un dessin d’une qualité supérieure, encore rehaussée par une colorisation dans des teintes chaudes des plus plaisantes. Le trait réaliste de José Homs est parfait pour illustrer ce type d’histoire. C’est un « plus » aussi appréciable qu’incontestable.

Au final, voilà sans doute le récit de la collection qui m’aura le plus convaincu. Je l’ai acheté et ne le regrette pas…

Nom série  Eden, le globe-trotteur  posté le 12/10/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Comment traduire mon sentiment à la fin de cette lecture ?

Disons que, sans vouloir être méchant, offrir en cadeau bonus à l’achat de cet album UN REVEIL-MATIN serait sans doute une judicieuse idée. Car, vraiment, là, c’est du somnifère en papier que nous ont donné à mâcher les deux auteurs !

Bon, j’avoue : je ne m’attendais pas à grand-chose mais si j’ai lu cet album, c’est en espérant faire coup triple. D’une part, compléter la base de donnée de bdthèque (mâtin, quel site), deuxièmement, ajouter une série au thème consacré au cheval et, enfin, passer un moment de lecture divertissant et sans prise de tête. Deux sur trois, vous direz, c’est pas trop mal… Soit…

N’empêche, cette série cumule les défauts.

Le premier provient du concept même. Eden, héros de la série est un cheval qui se prétend immortel. Dans sa vie, il a croisé d’illustres personnages. Il évoque donc « ses souvenirs de jeunesse » avec ses deux petits-fils, poulains contemplatifs et peu actifs. Honnêtement, à bien y réfléchir, je ne vois pas là matière à série.

Ensuite, il y a la forme. Nous sommes face à une série humoristique qui développe de courtes histoires sur quatre planches, sans véritable chutes (ou alors je les ai loupées). Tout l’humour et l’intérêt réside donc dans l’ambiance et l’évocation culturelle… Et ça fait pauvre…

Ajoutons à cela un humour plus que fade qui m’a laissé croire que j’étais face au trentième tome d’une série d’un Raoul Cauvin en petite forme.

Enfin, même le dessin m’a déçu. Le comble étant que je ne trouve pas les chevaux très bien dessinés. Mais, même dans l’ensemble, ce trait propre et net manque de finesse dans les caricatures, d’expressivité dans les émotions, et de décors de fond.

Bien entendu, il est inutile d’espérer un gag d’arrière-plan…

De l’ennui à l’état brut…

Nom série  Eric et Artimon  posté le 10/10/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n’ai lu que le premier tome, à savoir « toute la gomme ».

Réalisé en noir et blanc dans un style franco-belge humoristique des plus classiques, cet album est l’œuvre conjointe de deux valeurs sures du genre : Vicq et Will. L’histoire en elle-même n’est pas un chef d’œuvre d’originalité mais, dans le genre « récit aventuro-humoristique destiné à la jeunesse », elle tient la route plus qu’honorablement. C’est frais, vivant, mouvementé, amusant : tout ce que l’on est en droit d’attendre de ce genre de série. C’est très naïf aussi, mais là, c’est l’époque qui veut ça…

Le dessin de Will est des plus lisibles. La couleur aurait sans doute apporté un petit plus mais le noir et blanc a l’avantage de la netteté. L’art de Will est déjà bien présent, même s’il n’est pas encore à son paroxysme. Le trait est expressif et dynamique. Les décors existent même s’ils ne sont que peu développés.

Une curiosité, à réserver à de jeunes lecteurs ou à des vieux nostalgiques dans mon genre.
Achat conseillé si vous les trouvez d’occasion à un prix modique.

Nom série  Sept personnages  posté le 10/10/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avant toutes choses, et si vous ne voulez pas patauger lamentablement durant la première partie du récit, il vaut mieux bien connaître Molière et ses personnages (de Tartuffe à Argan, en passant par Agnès ou Scapin) avant de se lancer dans cette lecture.

En effet, durant la première partie du récit, de multiples allusions sont faites aux pièces de Molière et il ne m’a pas suffi de connaître ces personnages de nom pour comprendre ces allusions. Les traits de caractère des personnages, par exemple, sont directement considérés comme acquis.

Mais moi, un Tartuffe, je ne sais rien de lui sinon qu’il a donné son nom à un personnage de Molière. Et quand, en cours de récit, on le retrouve en prison ou, au détour d’un dialogue, on fait une allusion sur son passé, je ne comprends pas. Ignorant de son passé, je me demande ce qu’il faisait en prison et qui sont ces personnages, manifestement membres de sa famille, dont il est fait mention.

La première partie de ma lecture a donc été frustrante. C’est d’autant plus regrettable que l’intrigue, elle, est bien menée et que le fait d’utiliser, justement, des personnages de roman apportait une originalité réelle au script.

La deuxième partie, elle, est vite expédiée. C’était déjà le grave problème des albums de la première volée de la collection : la fondation du groupe de 7 personnages prend tellement de temps qu’il ne reste finalement que très peu d’espace pour l’aventure proprement dite.

Au final, je reste sur un sentiment mitigé. Le fait que je ne connaisse finalement que fort peu l’univers de Molière m’a fait passer à côté de certaines choses, l’intrigue, elle, est originale mais la conclusion est rapidement expédiée.

Au niveau du dessin, j’ai plutôt bien apprécié le travail réalisé. Ce style semi-réaliste pour les personnages et réaliste pour les décors convient bien à l’intrigue. Je lui reprocherais juste un peu de raideur dans le rendu des mouvements et un manque de fluidité dans certains séquençages (le passage d’une case à l’autre comporte parfois des ellipses malheureuses).

Entre le « bof » et le « pas mal ». J’opte pour la cote supérieure puisque mon appréciation est biaisée par mon manque de connaissance de l’univers de Molière. Un lecteur plus au courant de cet univers trouvera certainement une plus grande satisfaction à la lecture de ce récit que moi.

Nom série  Chimère(s) 1887  posté le 10/10/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série nous propose d’entrer dans un bordel parisien au moment de la construction du canal de Panama. Celui-ci se révèle être un gouffre financier (le canal, hein, pas le bordel) et son refinancement se motive à l’aide de pots de vin et de filles de joie.

Au menu : luttes d’influence entre filles et… luttes d’influence entre hommes.

Chimère, le personnage principal, m’est apparue assez irréaliste. Trop dégourdie, trop futée, trop déterminée pour ses 13 ans. D’un autre côté, puisqu’elle est vouée à devenir l’héroïne de l’histoire, c’est pas plus mal que son profil sorte du commun.

De plus, le fait que les personnages soient dessinés d’une manière légèrement caricaturale décale le ton. On sort du purement historique, du réaliste pur jus graphiquement aussi. L’ensemble reste donc homogène.

L’histoire, elle, n’a pas encore réellement débuté à la fin de ce premier tome, qui se concentre sur la présentation des personnages et du contexte historique. Mais les jalons ont été posés et on devine aisément dans quelle(s) direction(s) l’intrigue va se développer.

J’ai particulièrement apprécié le travail réalisé au niveau du dessin. Les personnages sont bien typés, légèrement caricaturaux, tandis que les décors sont très soignés dans un style réaliste net et sans bavures.

L’histoire est intéressante par son contexte historique et un poil piquante par le lieu dans lequel se déroule la majeure partie de l’intrigue. L’âge de l’héroïne m’aurait mis mal à l’aise si les séquences scabreuses s’étaient multipliées mais les auteurs ont l’intelligence de rester dans la sobriété de ce point de vue. Ils choisissent de suggérer plutôt que de montrer, un choix que j’apprécie. Ne subsiste donc que la détermination de cette héroïne peu crédible pour tempérer mon enthousiasme.

Pas mal du tout, une série que je continuerai à suivre.

Nom série  La Fille de Paname  posté le 10/10/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Attiré par la couverture, je n’ai pu résister à l’achat de cet album.

Maintenant, très objectivement, si j’avais été un peu plus attentif, je me serais passé de cette dépense. En effet, ce récit retrace la vie d’Amélie Elie, et le style biographique m’a tellement valu de déceptions que je n’aurais certainement pas pris ce risque.

Ceci dit, l’époque m’intéresse, le dessin me plait (même si les anatomies féminines sont parfois trop parfaites, et donc trop irréalistes, pour être séduisantes (surtout au niveau des seins qui semblent généreusement siliconés)) et la colorisation apporte de la lumière au récit. De plus, le découpage est bien pensé et agréablement travaillé. Les fausses illustrations de journaux qui scindent le récit en divers chapitres sont une belle trouvaille, elles aussi.

Reste le nœud du problème : je me moque totalement de l’héroïne principale. Tout au plus, sa trajectoire me permet-elle de découvrir le Paname de l’époque. Mais, à mes yeux, cette Casque d’Or manque tellement de charisme, elle est tellement tête à claques, gourde, conne et gentiment fade que son sort m’indiffère.

En résumé, et malgré le très agréable travail de Kas, je sors de ce premier tome avec un sentiment des plus neutres.

Nom série  Abélard  posté le 06/10/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Très belle histoire, riche de poésie.
Très sombre histoire, aussi…

Car, finalement, ce récit est celui des illusions perdues, d’un rêve d’ailleurs, de plus haut, de plus beau… que l’on n’atteint jamais.

Alors ? Parabole sur le passage de l’enfance rêveuse à l’âge adulte désillusionné ? Oui, mais bien plus encore…

Portrait de personnages attachants par leur fragilité….
Voyage intérieur autant qu’extérieur…
Poésie sensible mise en image…

Preuve aussi que pour vivre, il nous faut garder au fond de nous un peu de cette capacité à rêver.

A lire !

PS : je pense que Renaud Dillies a bien fait de s’associer à Régis Hautière pour l’élaboration de cette histoire. Le binôme est parfait et la poésie de l’un profite de l’art de la progression dramatique de l’autre pour nous offrir ce très beau récit.

Nom série  Norbert l'imaginaire  posté le 06/10/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Très originale, cette série… et assez déconcertante.

Au début, j’ai craint le pire, ayant le sentiment que je ne parviendrai pas à rentrer dans l’histoire. Mais il n’en fut rien, que du contraire. L’univers est original, extrêmement créatif mais bien balisé. Le lecteur que je suis a rapidement trouvé ses marques dans ce foutoir cérébral des plus jouissifs.

Et la série se serait terminée après ce premier tome que je n’aurais pas été loin de la considérer comme culte ! Ni plus ni moins.

Malheureusement, ce n’est pas le cas, et les deux tomes suivants ne m’ont pas procuré autant de satisfaction. J’ai un peu le sentiment que Nicolas Vadot et Olivier Guéret avaient tout dit à la fin du premier album, et cherchent dans les deux suivants à relancer une mécanique devenant de plus en plus poussive. Et si le deuxième tome est encore plaisant, le troisième, lui, devient lassant, décousu voire, à la limite, incompréhensible tant les intervenants et les systèmes narratifs sont multiples.

Au niveau du dessin, Nicolas Vadot officie dans une ligne claire très propre mais expressive. Ce style convient finalement bien au scénario même si, par moments, j’avais le sentiment d’être devant une revue publicitaire tant ce trait est (trop ?) net.

Au final, j’attribue la cote de 3/5 car je reste sur un sentiment négatif. Mais le premier tome est vraiment à lire et l’ensemble, de par son originalité, est digne de figurer dans ma bibliothèque. Achat conseillé, donc.

Nom série  Les chevaliers d'Emeraude  posté le 06/10/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Difficile de parler de cette série à la fin du premier tome… En fait, j’attends encore que l’histoire commence.

J’avoue ne pas avoir lu les romans, mais j’en ai eu des échos favorables. Par ailleurs, le nom de Tiburce Oger était de nature à me rassurer. Dessinateur et scénariste, il connait la musique et a déjà produit quelques œuvres à mon goût. Son expérience allait être précieuse à Anne Robillard pour son premier essai dans l’univers de la bande dessinée. Enfin, le fait que l’histoire soit un prélude et non une suite aux romans me rassura quant à ma capacité à suivre (et à comprendre) l’aventure.

Seulement, voilà ! Ce premier tome se concentre uniquement sur la formation d’un groupe. Durant toutes ces planches, des enfants dotés d’un potentiel de magie sont recrutés ou, plus exactement, se portent volontaires pour intégrer l’école qui en fera ces fameux Chevaliers d’Emeraude. Très vite, les caractères forts se dégagent mais à force de passer d’un personnage à l’autre, aucun n’est développé.

Et là, on arrive à la fin de l’album….

En clair, il ne s’est rien passé d’essentiel.

Au niveau du dessin, j’ai apprécié le travail accompli. Les personnages sont bien typés, les décors sont soignés et présentent des univers variés. La colorisation est assez vive mais convient bien à une série qui me semble cibler les jeunes adolescents (12-14 ans, à mon avis).

Je lirai l’album suivant car l’univers est prometteur mais s’il ne s’y passe rien, j’abandonnerai là. Actuellement, je me sens quelque peu frustré, raison d’une cote un peu sévère.

Nom série  Frenchman  posté le 06/10/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
A l’instar de Canoë Bay, ce nouvel album de Prugne enchante principalement par sa beauté graphique, une beauté bien mise en valeur par le format de l’album d’une part et grâce à une mise en page aérée d’autre part.

Il se dégage de ces planches un sentiment de plénitude et de douceur. Sentiment engendré par la finesse du trait, par l’harmonie des teintes et par la beauté naturelle des paysages, théâtres de cette histoire.

L’histoire, elle, n’est qu’un prétexte à la découverte de cet univers… et j’ai apprécié cette approche. J’ai suivi cette aventure sans réelle surprise avec plaisir. Elle est suffisamment simple pour laisser la place au dessin et cependant assez intéressante pour que j’aie envie d’en connaître le fin mot. Les personnages sont agréablement convenus : on sait directement à qui on a affaire. Mais cela n’enlève rien à leur charisme et je me suis rapidement (et complaisamment) attaché à eux.

Une belle promenade dans un cadre à la beauté sauvage, placée dans un contexte historique cohérent, et enrobé par une dramatique classique : un livre que je relirai avec plaisir.

Enfin, soulignons le copieux carnet de croquis présent en fin d’album. Il est richement fourni et recèle de quelques bien beaux travaux de recherche. Un agréable bonus.

Franchement bien, en somme, même si l’histoire est sans surprise.

Nom série  L'Arche  posté le 05/10/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une petite série agréable à suivre dans un univers futuriste original mais pas trop. Elle pèche un peu par excès de fausses pistes, dont découle un côté confus dans la narration. Par contre, j’ai trouvé les personnages bien typés (à la limite du stéréotype, c’est vrai) et attachants.

Le dessin semi-réaliste est de bonne facture mais sans être exceptionnel. Il manque un peu de netteté et de précision. La colorisation est de type standard.

L'esprit général de la série est plutôt adapté aux adolescents et le lecteur adulte risque de ne pas trouver son compte devant ce peu subtil humour.

Un bon emprunt de bibliothèque. L’achat peut se justifier pourvu que vous soyez grand fan du genre, mais devant la profusion de séries du même type, je pense qu’il y a des achats plus prioritaires.

Nom série  Neuf Mois  posté le 05/10/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L’angoisse de devenir père.

En prenant ce passage délicat comme point de départ, l’auteur nous mène dans un récit fantastique assez étonnant. Je me demande si j’ai bien tout compris mais la plupart des allusions sont tout de même assez aisées à saisir. Au niveau scénaristique, cela donne donc une œuvre originale mais accessible pourvu qu’on se donne la peine de chercher à comprendre. Ami lecteur, je te préviens, il y aura de ta part une démarche à faire.

Au niveau du dessin, le trait de Vadot est relativement raide, avec un petit côté figé que je n’apprécie pas trop. Cependant, ce style convient bien au scénario et permet une lecture facile.

Au final, c’est le genre d’œuvre dans laquelle on parvient à entrer… ou non. A titre personnel, je ne sais pas si j’étais spécialement bien luné mais j’ai apprécié l’album. On navigue entre fantastique et roman graphique, entre angoisse et clins d’œil humoristiques.

Très personnel… et étonnant. A essayer, selon moi, mais passez par une location avant l’achat car l’œuvre a de quoi déconcerter.

Nom série  Les Belles Histoires de l'Oncle Alix  posté le 19/09/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Bien sûr, cet album ne peut être apprécié que par les habitués de ce site marron.
Bien sûr, scénaristes et dessinateurs font preuve d’un savoir-faire des plus amateurs (quoique, Pierig a tout de même un sacré talent de caricaturiste et Enclume a la plume légère et alerte (et ses nombreuses conquêtes féminines l’en remercient)).

Mais, bon sang de bonsoir !!!!! Quel beau cadeau cette bande de passionnés a offert à Alix !

A lire si la vie de cette étrange communauté qu’est bdtheque.com vous intéresse. Et n’hésitez pas à demander quelques renseignements concernant les private jokes et autre clins d’œil qui vous auraient échappé.

Enfin, chapeau bas à Superjé. Relever pareil challenge et le mener à son terme avec une pareille coupe de cheveux à son âge ne peut qu’être applaudi par tout un chacun.

Comme beaucoup, je regrette que Iannick n’a pas pu mener son histoire à son terme, et j’espère sincèrement avoir de ses nouvelles rapidement.

PS : ceci est mon 1350ème avis, ce qui est l’exacte moitié du total des avis postés par Spooky diminué du total des avis postés par Superjé au moment où eux-mêmes avisaient cet album. C’est fou, ça !

Nom série  La Femme de l'Ogre  posté le 19/09/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Aviser cet album me pose problème, tant je suis partagé entre des sentiments contradictoires.

J’aime que l’on revisite les classiques et les auteurs s’essayent à cet exercice avec talent. C’est en effet une très bonne idée de rester en compagnie de la femme de l’ogre après que celui-ci, trompé par le petit poucet, ait massacré leurs enfants.

J’aime certains passages, dans lesquels une réelle poésie se dégage.

Je comprends le choix d’un dessin caricatural à l’excès, agressif, dès qu’il s’agit de montrer la souffrance et la folie dans laquelle sombre le personnage central du récit.

J’accepte le choix du muet dès le moment où l’écriture et le découpage sont suffisamment clairs pour permettre une lecture aisée, et c’est le cas ici.

Pourtant, à la fin de cet album, je ne suis pas conquis. Je le trouve, par moments, long, répétitif. Le dessin, qui multiplie les grandes illustrations, devient trop souvent un exercice de style. Les auteurs y multiplient les symboles mais, à nouveau, j’ai un sentiment de répétition.

Par ailleurs, je pense qu’il manque un crescendo dans la tension. Les personnages évoluent finalement fort peu (ou du moins pas progressivement). C’est logique puisque l’héroïne passe de la douceur à la folie suite à un choc mais ce genre d’évolution n’est pas exploité par les auteurs de sorte à m’attacher au personnage. Je décroche et n’éprouve plus vraiment d’empathie pour elle… du moins jusqu’aux dernières planches.

Enfin, et surtout, il y a des moments où le récit s’égare en intégrant des éléments dont je ne comprends absolument pas l’intérêt. En clair, que vient foutre ce groupe musical dans cette histoire ?

Un semi-échec selon moi. Et c’est regrettable car l’idée de départ, le dessin et l’emploi du muet sont bien maîtrisés.

Je ne regrette pas de l’avoir lu. Je ne crois pas que je l’aurais fini s’il n’avait été muet (et donc rapide à lire). Je reste mitigé mais ne peux nier les bons côtés de l’œuvre.

Pas mal, mais à lire avant de l’acheter. Cette œuvre risque de ne plaire qu’à un public restreint.

Nom série  Lady Elza  posté le 14/09/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pas mal, c’est le sentiment qui domine à la fin de ce premier tome.

Un sentiment qui découle principalement de la qualité du dessin et de l’esprit british et léger qui habite l’album. En fait, je suis même surpris de retrouver cette série chez Glénat tant le propos et le trait sont éloignés des autres séries de la collection.

Ce premier tome offre donc une histoire teintée de fantastique et d’humour avec un côté sexy très soft (vous n’en verrez pas plus à l’intérieur de l’album que ce qui est dévoilé en couverture). L’héroïne principale ne manque pas de personnalité, l’histoire se tient sans être exceptionnelle et ce premier tome se suffit à lui-même tout en permettant d’introduire le concept. Un concept qui pourra resservir pour bien d’autres tomes. En clair, c’est une bonne introduction pour une série qui offrirait une histoire par tome ou de courts cycles, les personnages sont présentés et, cerise sur le gâteau, on a déjà droit à une aventure en un tome.

Franchement, cette série n’aurait pas dépareillé dans le magazine de Spirou ou de Tintin de la grande époque. Je lui trouve même un petit côté « Mic Mac Adam ». Ceci dit, je ferais quand deux petits reproches concernant le scénario. Le premier est un évident manque d’originalité dans l’intrigue. Un Club fermé, un village qui n’apparait qu’en certaines circonstances, c’est du déjà-vu des centaines de fois. Mais, bon, c’est bien tourné, bien utilisé et, par conséquent, la sauce prend une fois de plus. Ensuite, Jean Dufaux étoffe son récit avec des éléments peu utiles. On reconnait là la patte du professionnel qui parvient à étaler une idée centrale assez réduite sur tout un album sans provoquer l’ennui chez le lecteur mais il m’en faudra plus à l’avenir pour ne pas me désintéresser de la série.

En définitive, le principal point fort de la série, à mes yeux, se situe dans le dessin. Un trait frais, net, précis, dynamique, expressif, digne héritier du franco-belge humoristique les gros nez en moins.

Pas mal, disais-je. Une série dont j’ai envie de connaître la suite, en tous les cas.

Nom série  Carême  posté le 14/09/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je reste quelque peu sur ma faim avec ce beau triptyque creux.

Beau car le dessin, la narration et les personnages principaux sont beaux, tout simplement.
Creux parce que l’intrigue est absente. On suit ces personnages, à qui il n’arrive rien ou presque. On assiste à d’étranges événements sans qu’ils nous soient expliqués. On cherche vainement le début d’une aventure et on reste avec les acteurs principaux qui ne cessent de se présenter et de parler de leur ressenti. Il manque à cette série une idée forte qui aurait pu servir de fil conducteur.

Résultat : j’ai été touché par les personnages, je me suis attardé sur certaines planches tant le style du dessinateur allie lisibilité, précision, audace dans les angles de vue, et capacité à reproduire les émotions des acteurs tout en restant dans la retenue, mais je crains d’avoir oublié la majeure partie de l’histoire d’ici peu.

Pourtant, je ne peux pas dire que je me sois ennuyé durant ma lecture. Ҫa coule tout seul, serais-je tenté de dire… mais je n’ai pas été passionné.

Ce sentiment qu’il manque quelque chose à cet album pour vraiment me satisfaire m’incite à n’accorder qu’un « pas mal » sans plus et sans conseil d’achat. Je conseille cependant la lecture si vous avez l’occasion de l’emprunter car il y a suffisamment de qualités dans la série pour séduire d’autres lecteurs.

Nom série  Aberzen  posté le 14/09/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je suis circonspect…

En fait, j’ai vraiment eu du mal à suivre cette aventure. Et ceci est dû à deux raisons majeures. Tout d’abord, la structure même du récit n’apporte pas vraiment de clarté. Des éléments arrivent d’une manière désordonnée, comme s’ils étaient improvisés au fur et à mesure et en fonction des besoins du récit. Ensuite, la narration, très travaillée, alourdit la lecture. Plutôt qu’opter pour un style simple, direct, le scénariste multiplie les tournures de phrases complexes, les expressions nébuleuses et il m’a fallu rester concentré durant toute la longueur du récit pour comprendre les propos des protagonistes (et surtout où ils voulaient en venir).

Ajoutez à cela que, malgré un style sympathique assez direct, lisible et lumineux de prime abord, l'auteur m’a tout de même gratifié de certaines cases où je ne comprends tout simplement pas ce qu’il a cherché à représenter et vous comprendrez mon désarroi.

Pourtant, il y a de bonnes idées dans ce récit, et le groupe des personnages principaux est intéressant et ne manque pas de charisme.

Une plus grande clarté dans le synopsis et des planches plus aérées m’auraient rendu la série vraiment passionnante. Mais là, ce que j’en retiens, c’est surtout le côté confus et pénible à suivre.

Dommage…

Nom série  Munro  posté le 09/09/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Des scénarios basiques dans lesquels foisonnent des facilités attristantes.
Des personnages classiques pour la bande dessinée populaire mais guère charismatiques à mes yeux.
Un ton assez adulte, qui ne cadre pour moi ni avec les facilités scénaristiques évoquées ci-dessus ni avec certains personnages manifestement placés là pour permettre au jeune lecteur de s’y identifier.
Une narration agréable mais sans réelle originalité.
Un dessin très ligne claire « années 80 » à mi-chemin entre Tardi et Taymans. Pas étonnant d’ailleurs que ce soit ce dernier qui signe le quatrième tome.
Une colorisation tranchée, qui garantit une grande lisibilité mais qui n’est pas de nature à me charmer.
Une série oubliée qui peut le rester.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 116 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque