Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 5045 avis et 1952 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Où es-tu Léopold ?  posté le 05/02/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série offre un récit empli d'humour, de fantastique et de vie de famille, adapté aussi bien aux enfants de 5 à 10 ans qu'à des lecteurs plus âgés en quête d'une lecture légère.

L'idée est très vite amenée : Léopold découvre un jour qu'il peut se rendre invisible. C'est comme ça, pas d'explications, pas besoin d'ailleurs. Et sa grande soeur partage son secret.
La relation entre les deux est celle de nombreux frères et soeurs, faite de petites bagarres, de rivalité mais aussi de complicité et d'affection. Cela amène de nombreuses situations variées. Les deux enfants profitent bien sûr de la situation. Et quand c'est Léopold qui aligne tout seul farces et bêtises, sa soeur est loin de se laisser faire et sait tourner la situation à son avantage.

Après un démarrage pas trop enthousiasmant car seulement introductif, les histoires se font de plus en plus drôles tandis que la série trouve son rythme. Les gags, peu marquants au départ, se font plus percutants, bien amenés. Et les personnages deviennent rapidement attachants.
C'est donc là une série sympathique qui s'entame. Mon principal regret tient dans la brièveté du premier album qui se lit trop vite, c'est dommage.

Nom série  Une Histoire Populaire de l'Empire Américain  posté le 04/02/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Les côtés sombres de l'histoire des Etats-Unis, j'en avais déjà un bon aperçu après lecture de nombreux ouvrages et films. Génocide indien, exploitation de la classe ouvrière, ségrégation raciale, magouilles politico-financières, colonialisme déguisé, interventionnisme, soutien aux dictatures, etc... Mais cet ouvrage là en fait une formidable synthèse et m'a appris une foule d'informations particulièrement intéressantes.

Le discours des auteurs est clairement de gauche. L'accent est mis sur tous les défauts et fautes manifestes des dirigeants américains, des hommes de pouvoir, qu'il s'agisse de pouvoir politique, financier ou médiatique. Manipulations des foules, hypocrisie, mensonges et beaucoup beaucoup de sang sur la conscience. Cela peut sonner comme une condamnation à charge, un regard biaisé tourné vers une accumulation de reproches, mais les preuves et les faits accumulés sont tellement manifestes qu'il est bien impossible d'en réfuter la véracité. Il y a vraiment de quoi être révolté et voir comme d'ignobles salauds les pourris qui ont dirigé les USA depuis plus d'un siècle et demi.

La lecture de l'album est très dense. Les informations sont particulièrement nombreuses, sur des sujets variés et bien racontés. Cela va de la colonisation du continent nord-américain à l'occupation de l'Irak en passant par la libération de la musique noire et les guerres de Cuba et des Philippines. Tout cela est particulièrement instructif et presque à chaque fois effroyablement édifiant. Ils sont bien loin le rêve américain et la belle image des libérateurs du monde.

Cet ouvrage est adapté d'un essai littéraire. Du coup, le texte prend plutôt le dessus sur les images qui n'ont souvent qu'un rôle illustratif. Le dessin n'est d'ailleurs pas fantastique mais cela n'a aucune importance tant c'est le contenu qui est ici le plus important. En outre, le côté militant pacifiste de gauche est parfois un peu pesant, mais sans jamais affecter l'intérêt de la lecture et la justesse du discours.

Avec cet ouvrage, j'ai appris énormément de choses et d'une manière très appréciable. Un excellent ouvrage sur le côté sombre de l'histoire d'un gigantesque pays qui se révèle franchement empli de contradictions.

Nom série  Le Testament du Capitaine Crown  posté le 03/02/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Intéressant. Voilà un récit de pirates original et plutôt surprenant. Il parait bien difficile de deviner à l'avance les évènements à suivre en cours de lecture. Je me suis fait balader jusqu'à la fin du premier tome et son étonnante révélation.

Pourtant le début parait assez classique quoiqu'enthousiasmant. On est en effet confronté à une mise en place d'une équipe avec l'enrôlement successif des enfants dispersés d'un capitaine décédé. Les personnalités sont variées et le cocktail plein de promesse. On croit alors que va s'entamer une simple chasse au trésor. Mais c'était sans compter sur un contexte familial complexe et un gros retournement de situation. Même si je me suis retrouvé un peu submergé à un moment par une accumulation de sous-intrigues, tout finit par se recouper en un tout cohérent.
A cela s'ajoute un dessin de très bonne qualité. Réaliste et dynamique, il sert bien la narration et l'ambiance d'aventure et de Caraïbes.

C'est donc là une bien bonne lecture et je suis curieux de savoir ce que va contenir le second tome que j'espère du même niveau.

Nom série  La Garden Party  posté le 02/02/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
L'ayant lue sans savoir qu'il s'agissait de l'adaptation d'une nouvelle des années 1920, j'ai eu bien du mal à comprendre l'objectif de cette bande dessinée.

Encore maintenant, j'ai bien du mal à comprendre l'intérêt des quelques coupures dans un style graphique différent représentant visiblement des portions de la vie de l'auteure de la nouvelle originale ou de sa nouvelle elle-même. Elles n'apportent que confusion au récit à mon sens.

Pour le reste, nous sommes dans une transposition au décor de la crise des subprimes d'une histoire de classes sociales, mettant en scène de très riches nantis vivant visiblement dans un monde coupé de la réalité des gens ordinaires du peuple. Parmi eux, une jeune femme, sur qui repose la lourde charge d'organiser la fameuse garden party familiale, va être troublée par l'annonce de la mort d'un homme dans la cité populaire non loin de leur demeure et être amenée presque à contre-coeur à rencontrer la famille de ce dernier.

Avec ce résumé, j'ai quasiment tout dit. En effet, le récit traîne en longueur à mon goût. L'organisation de la fête, les comportements guindés et coupés du monde de la famille riche, le manque d'assurance et les errances de l'héroïne puis les discussions de détestables élites lors de la garden party elle-même, voilà ce qui occupe la majorité de l'album. La rencontre avec le "bas peuple" n'intervient que sur la toute fin et se révèle un peu creuse à mes yeux, même si on y sent la force du trouble de la jeune femme sans vraiment le saisir parfaitement pour ma part.

Le graphisme est un peu surprenant. Les personnages y sont représentés comme des formes éthérées, fantomatiques, se distinguant du décor comme dans un flou entouré d'une aura qui ressort encore plus avec la colorisation. Ce n'est certes pas laid mais je n'ai pas compris le but de cette représentation s'il y en a un. S'il s'agit de rappeler à quel point ces nantis sont coupés du monde, cela n'explique pas pourquoi les ouvriers et habitants de la cité sont dessinés de la même manière.

Globalement, malgré une ambiance plutôt réussie, je dois dire que je me suis assez ennuyé au cours de cette lecture, d'autant plus du fait des encombrantes coupures qui l'entravent.

Nom série  Assassin  posté le 02/02/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série qui s'entame présente bien des qualités.
Elle joue dans le cour des romans d'aventure fantastique à l'ancienne, style que ne renieraient pas les amateurs d'Indiana Jones notamment. De méchants nazis, un secret multi-millénaire, un beau héros blond, un acolyte exotique, un vieux professeur, une belle traitresse, tous les ingrédients y sont. Et malgré ces clichés, le cocktail prend bien.

Le dessin est très réussi. Son trait réaliste s'apparente parfois à celui hachuré d'un René Follet ou des BD de gare rétro, le tout étant rajeuni et dynamisé par une colorisation très actuelle. Cela donne de très jolies planches.

L'intrigue est dense et rythmée. Je lui reprocherai cependant un soupçon de facilité, dans la manière dont l'histoire est revisitée à toute vitesse, dont les héros et les hashishins réussissent leurs coups, dont les méchants découvrent leur secret pourtant resté gardé pendant des milliers d'années, etc. Tout cela rappelle de nouveau les récits d'aventure à l'ancienne, ce qui peut paraitre sympathique, mais a une légère tendance à m'ennuyer par le côté convenu que cela implique.

Heureusement, la toute dernière page du premier tome relance l'intrigue avec une menace nouvelle et d'envergure. On se demande comment les héros feront pour l'affronter et comment les choses évolueront par la suite. J'attends donc de la lire pour savoir si je dois augmenter ma note ou si le tout reste dans des chemins un peu trop tracés à l'avance.

Nom série  Le Montespan  posté le 02/02/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette BD est intéressante pour nous faire découvrir la face cachée de la Grande Histoire.
Là où les livres d'Histoire parlent du Roi Soleil et de ses favorites, ils ne parlent pas des maris cocus de ces dernières. Là où ils encensent la beauté de Versailles et de ses grandes eaux, ils ne parlent pas de l'hygiène lamentable des nobles de l'époque et du délabrement de la vie des moins riches d'entre eux. Là où seul règne le pouvoir du Roi, on oublie de parler de la rébellion d'hommes comme le marquis de Montespan qui s'est battu toute sa vie non pour la gloire, l'honneur ou la richesse mais simplement pour rappeler qu'il est un homme qui aime et qu'on lui a volé sa femme.
Pour tout cela, cet ouvrage est fort intéressant.

Ceci étant dit, j'attendais un récit un peu plus marquant, se bornant moins à une restitution chronologique de faits certes bien racontés mais manquant un peu d'émotion. Le dessin ne m'a pas emballé non plus, rendant peu hommage au contraste entre les ors de l'époque et la pauvreté ou la décrépitude d'autres horizons qu'ils soient parisiens ou campagnards. Les personnages manquent également d'expressivité à mon goût.

C'est donc un bon ouvrage mais j'en attendais mieux.

Nom série  Là où la mer murmure  posté le 02/02/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Quoique ce manga soit un seinen, son style et son sujet s'adaptent davantage à un public féminin que masculin. C'est une histoire toute en sensibilité et un peu en mièvrerie sur une adolescente qui recherche sa mère qu'elle croyait morte. Entre l'Italie, Paris et la côte bretonne, l'intrigue nous balade de lieux romantiques en lieux romantiques pour découvrir une femme dont l'esprit aura été brisé par les circonstances.
Le dessin est joli et soigné mais un tantinet mièvre lui aussi.
Pas très crédible, un peu trop fleur bleue, ce récit se lit relativement bien mais n'est pas mon genre.

Nom série  L'Appel de la Forêt  posté le 02/02/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Même si j'en avais une vague idée, je me suis rendu compte à la lecture de cet album que je ne connaissais vraiment pas le roman de Jack London malgré sa grande réputation. Cette BD a donc rempli pour moi son premier objectif, à savoir permettre à ses lecteurs de découvrir ce récit de grands espaces et d'aventure dans le grand nord américain.

Le dessin est très appréciable. J'aime son trait un peu rond et soigné. Les paysages manquent d'impact et d'envergure mais pour le reste je n'ai pas de vrai reproche à faire. A part peut-être les chiens, et notamment Buck lui-même, qui manquent d'animalité dans leur représentation à mes yeux. Il a l'air d'un bon pépère plutôt que d'un impressionnant chien-loup. Mais ce n'est pas un vrai problème.

Le récit est bien mené et se lit bien. Par contre, j'ai eu l'impression de lire le résumé d'une oeuvre nettement plus ambitieuse. Les évènements se suivent un peu trop vite. Le sujet et l'ambiance semblent être abordés de manière trop superficielle. L'ambiance n'arrive pas à s'installer et je n'ai pas été suffisamment transporté dans ce décor enneigé.

Je suis néanmoins satisfait de ma lecture car cela m'a permis de découvrir de manière plaisante l'oeuvre de Jack London et de constater l'intérêt de ce scénario. J'imagine néanmoins qu'il me faudra lire l'original pour ressentir les immanquables émotions et le dépaysement qu'il doit dégager.

Nom série  Dans mes veines  posté le 01/02/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Dans mes veines est un polar noir, moderne, à l'américaine, mettant en scène le milieu de la mode, des soirées interlopes et de la drogue.
Barbara, dite Barbie, est un ex-flic. Lesbienne, elle a séduit 3 ans auparavant une star de la mode, ce qui lui a involontairement permis d'infiltrer cet environnement saturé de drogues et autres activités illégales pour y coincer quelques dealers. Mais elle s'est laissée prendre elle-même dans le tourbillon de la dépendance et a dû tout abandonner et perdre son boulot. Jusqu'à aujourd'hui où elle découvre le cadavre de son ex-petite amie top-model dans son appartement et flaire aussitôt un complot pour l'accuser elle-même du meurtre.

Cet album est une plongée dans un univers décrit comme étant glauque au possible, celui des soirées branchées, de la mode, des dealers et des prostituées. A lire cet album, on a envie de raser toutes les boites de nuit de la capitale au bulldozer et de dézinguer tous les dealers, macs et autres salauds qui évoluent dans les milieux jet-set comme des murènes dans un panier de crabes. Tout ce beau monde est détestable à souhait, et cela ressort un peu sur le ressenti que j'ai eu envers cette BD que j'ai trouvée trop noire à mon goût.

Le dessin ne m'a pas séduit. Ses ombrages et ses couleurs ternes s'associent certes bien à l'ambiance du récit. Mais son trait réaliste a tendance à donner des traits émaciés et très proches à tous les personnages. Les visages ne se différencient parfois que par les coiffures et comme les protagonistes ont tendance à en changer souvent, il est facile de les confondre. C'est ainsi qu'arrivé au deux-tiers de ma lecture, j'ai constaté que j'avais confondu deux personnages essentiels à la compréhension du récit, Karl et Steven, ce qui m'a obligé à revenir en arrière et à briser la fluidité de ma lecture pour recoller les morceaux. Du coup, quand un autre personnage, le fameux Georges, apparaît sur la fin, je me suis senti obligé de fouiller les pages précédentes pour vérifier si oui ou non on avait déjà parlé de lui avant.

Et de manière générale, j'ai trouvé la narration un peu difficile. Les amateurs de polar ne seront pas surpris par l'utilisation abondante de flash-back et ils passent plutôt bien si on évite de se perdre dans les personnages comme j'ai hélas pu le faire. Par contre, les éléments du puzzle mettent longtemps à se mettre en place et, autant le discours de révélation finale explique plus ou moins l'ensemble, autant j'ai bien peur de ne tout simplement pas avoir compris la dernière page qui aurait visiblement dû expliquer les raisons du complot que subit Barbie. Du coup, j'ai trouvé la fin du premier tome abrupte, d'autant plus que j'ai cru un moment qu'il s'agissait d'une conclusion définitive avant de constater que ce n'était que celle d'un tome 1.

Je reproche donc à cet album son côté trop sombre, une héroïne pas particulièrement attachante et une narration graphique qui manque de clarté. Néanmoins, je dois reconnaître un réalisme de bonne tenue et une intrigue assez originale et intéressante. Les amateurs de polar noir et moderne devraient aimer. Moi j'attends la suite pour voir si j'arrive à m'y retrouver un peu mieux.

Nom série  Silex and the city  posté le 31/01/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je pensais ne pas aimer cette BD et finalement je l'ai trouvée assez amusante même si ce n'est pas vraiment ma tasse de thé.

Ce que je craignais, c'était d'y trouver une banale transposition des gags politiques actuels dans un décor préhistorique qui n'aurait été qu'un prétexte à faire de l'anti-sarkozysme primaire ou à adapter des situations d'actualité et donc à même de vieillir trop rapidement et de très vite ne plus être drôles du tout.
Heureusement, l'auteur réussit à éviter cet écueil et à offrir un humour certes politique mais suffisamment généraliste pour ne pas lasser ou rappeler trop fortement l'agaçante actualité. Alors oui, il y a des clins d'oeil à des sujets bien précis que les lecteurs de la prochaine décennie auront sûrement complètement oubliés, mais dans l'ensemble c'est un humour qui me semble pouvoir perdurer quelques temps.
J'y ai trouvé pas mal d'idées amusantes parmi les nombreux jeux de mots sur la préhistoire et autres anachronismes. Les gags sont plutôt bien amenés et pas trop lourds.
J'ai juste un peu tiqué sur la mixité des "races" de ce petit monde de la préhistoire et plus particulièrement sur le fait d'y voir, à moins d'avoir mal interprété, les néandertaliens et autres australopithèques arriérés y jouer des rôles types de maghrébins et les cannibales d'africains noirs.

Malgré ce point, ce fut une lecture globalement amusante même si je ne l'ai pas considérée comme hilarante. Ca fait passer le temps avec le sourire et quelques bonnes idées.

Nom série  Château Chat  posté le 31/01/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Au premier abord, cette BD m'a fait penser à du Michel Plessix. J'imagine qu'outre le style animalier et les couleurs, cela tenait aussi à l'ambiance rappelant celle du Vent dans les Saules.

Une fois lancé dans la lecture, j'ai cependant constaté une moins bonne maîtrise graphique. Le trait est moins détaillé, les expressions peu vivantes, parfois bizarrement en contradiction à mes yeux avec ce que semblent devoir ressentir les personnages. Ce n'est pas moche, loin de là, mais la comparaison que j'ai consciemment faite avec les superbes planches de Plessix m'a empêché d'apprécier le dessin à sa juste valeur.

Le récit, pour sa part, est léger, gentil. Du fait du défaut d'expression des visages cité plus haut, j'ai parfois eu un peu de mal à entrer dedans, mais il se lit néanmoins bien. La narration muette est assez claire, le récit compréhensible et agréable. La fin est mignonne, comme peut l'être un récit pour la petite jeunesse qui ne cherche pas à faire dans le très original.
Sympathique et plutôt joli.

Nom série  Les Rêveries d'un hamster solitaire  posté le 30/01/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai vraiment eu du mal à cerner le message de cette BD.
Sa scénariste a étudié la philosophie et écrit des livres sur le sujet ainsi que sur la religion. C'est probablement cette recherche de discours philosophique qui m'a dérouté dans cet album.

Le cadre du récit des Rêveries d'un hamster solitaire est simple. Hamster, le héros, est une boule d'égocentrisme et de narcissisme. Il se voit comme le plus beau, le plus admirable, il est parfaitement égoïste et arrogant, mais cela avec le sourire car c'est le meilleur au monde. Et comme il vit au milieu de ses petits amis les gentils animaux de la forêt et que tout le monde il est beau tout le monde il est gentil, les autres ne lui reprochent en rien son attitude et tout est bien qui finit bien. Alors voilà tout le monde s'amuse bien ensemble, s'aime bien, passe du temps les uns avec les autres avec le sourire... et puis voilà...

L'album se scinde en histoires très courtes ou en "gags" en une page, ou plutôt en séquences car l'humour n'est pas toujours le but, ce dernier cédant souvent la place à une quête de poésie.
Mais au final, il n'en est vraiment rien ressorti pour moi. J'ai dû sourire une ou deux fois, n'ai jamais été touché par la poésie trop naïve, et j'ai été dérouté le reste du temps à me demander à qui s'adressait cette BD. Pour une BD jeunesse, il ne s'y passe quasiment rien. Les personnages discutent de sujets le plus souvent inintéressants pour les enfants et les gags peuvent les amuser une fois puis vite les lasser par leur côté répétitif. Le dessin est en outre beaucoup trop basique pour attirer l'intérêt. Ma fille n'a même pas voulu faire davantage que vaguement lire les premières pages...
Bizarre...
Je n'en conseille en tout cas pas la lecture.

Nom série  Les Papooses  posté le 30/01/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les Papooses, ce sont les petites aventures du quotidien de 3 enfants indiens. Il s'agit de récits jeunesse abordant les choses simples de la vie, la famille, les amis, les jeux, les premières amours, l'apprentissage...
Le ton est léger sans être naïf, la narration rythmée et agréable. Le dessin est très simple mais suffisamment efficace pour faire oublier ses faiblesses.
Le contexte de village indien est plus un prétexte autre chose, se caractérisant surtout par la possibilité pour les enfants de vivre la vie au grand air et de faire preuve de toute l'activité et l'imagination qui les caractérisent.
Ce sont des histoires intelligentes qu'on lit avec plaisir à ses enfants ou qu'on leur laisse volontiers entre les mains.
Et puis j'aime bien la poule bagarreuse Cocotte Rapide.

Nom série  Franka  posté le 30/01/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est par le biais de la réédition des Humanoïdes Associés que j'ai découvert Franka. Et j'ai l'impression d'avoir manqué quelque chose dans les années 80 car c'est typiquement le genre de série que j'affectionnais et affectionne encore alors que je n'en avais jamais entendu parler auparavant.

Franka, je la vois comme un étonnant mélange entre Natacha et Gil Jourdan.
Natacha pour l'héroïne sexy et indépendante, prête à l'aventure et au voyage tout en gardant sa féminité et son petit caractère.
Gil Jourdan pour le style graphique et l'esprit assez mature des intrigues qui s'adressent davantage à des adolescents ou des adultes qu'à des enfants.

Comme dit ci-dessus, le dessin de Kuijpers s'apparente à mes yeux à celui de Tillieux et d'autres grands maîtres de la ligne claire franco-belge à partir des années 60. Il a pourtant une "patte" bien à lui et elle n'a pas vieilli pour qui apprécie ce style. Ce sont donc des dessins tout à fait bons et plaisants à lire qui nous sont offerts ici.
J'apprécie en outre son soin dans les décors, l'auteur cherchant à donner une vraie vie à chacun d'entre eux, les emplissant de détails et de personnages pour mieux rendre l'atmosphère des villes et lieux visités par son héroïne. Il en résulte certes quelques cases plutôt encombrées mais cela donne aussi une vraie âme au dessin.
En outre, les Humanos ont profité de cette réédition pour donner un vrai coup de jeune aux planches, reprenant aspect d'ensemble et couleurs d'une manière que je trouve excellemment réussie. La colorisation est désormais informatisée mais réalisée avec sobriété et bon goût. En lisant cet album qui vient de paraître, on a l'impression à la fois de lire une série toute neuve et de redécouvrir une ancienne BD qu'on aurait manqué à regret.

C'est de l'aventure franco-belge à l'ancienne. Les histoires se basent sur un élément déclencheur pour se révéler rapidement prétextes à enquêtes et voyages exotiques, alternant courses-poursuites, péripéties et dialogues constructifs. Le départ de ces intrigues ne s'embarrasse pas de trop de complexité mais reste plausible et prenant.
L'héroïne est pleine de personnalité avec un caractère - et un corps - qui la rend très vivante et assez rapidement attachante.
Les albums sont très denses, il se passe beaucoup de choses en 48 pages seulement. Les cases sont relativement nombreuses par planche : l'auteur ne se moque pas de son lecteur, ce dernier en ayant pour son argent.

Quant au contenu dyu dyptique des Dents du Dragon en lui-même, il m'a vraiment bien plu.
Franka se retrouve par hasard en possession de ce qui ressemblent à une épée antique mais se révèle être la mâchoire d'une créature marine sensée avoir disparu depuis des millions d'années. Or cette créature pourrait bien être encore en vie de nos jours, garantissant la gloire ou bien la richesse à ceux qui la découvriront les premiers.
Malgré quelques petites baisses de régime ou passages trop longs (une filature dure un peu trop longtemps au début de ce tome 1 par exemple), il y a aussi de très bons moments, voire quelques jeux narratifs très amusants (je pense à la bagarre entre Franka et la chinoise tandis que derrière elles un ersatz de Tome et Jerry se battent simultannément). Le scénario est complexe et bien mené, l'aventure amène à la fois reflexion, action, exotisme et un peu d'humour. L'auteur nous fait voyager en même temps que son héroïne, nous menant d'Amsterdam jusqu'à Londres, Venise puis les îles Indonésiennes. Quelques légères incohérences et petites facilités scénaristiques sont repérables mais s'oublient très vite devant le plaisir simple de la lecture.

Cette série jolîment rééditée et fraichement remise à jour ravira les amateurs de BDs d'aventure franco-belge à l'ancienne (Natacha, Gil Jourdan ou encore Spirou et Fantasio).

Nom série  Ananké  posté le 27/01/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les premières pages m'ont fait espérer une BD que j'allais beaucoup aimer. En effet, je suis très vite tombé sous le charme. Le dessin informatisé et fortement influencé par le domaine de l'animation s'accordait très bien avec les beaux décors de plage bretonne qu'il représentait. Les deux héroïnes, la vieille un peu ronchon et la jeune fille solitaire et débrouillarde, se sont très vite révélés attachantes. Bref, j'étais prêt à aller loin avec elles.

J'ai hélas un petit peu, mais juste un petit peu, déchanté par la suite. Je me suis en effet perdu dans les circonvolutions des drôles d'aventures fantastiques qui leur arrivent ensuite. J'ai bien compris l'idée globale mais j'ai eu du mal avec les nombreux rebondissements ou du moins méandres de l'histoire. On passe d'un décor à un autre, d'une rencontre à une autre, avec une logique que je n'ai pas su capter, alternant dangers et petits bonheurs sans que j'ai su bien en comprendre les raisons. Jusqu'aux dernières pages qui viennent poser un point final attendu mais sans grande surprise.

Malgré ces reproches, j'ai tout de même trouvé cette BD agréable et parfois très jolie. Outre la qualité du dessin, cela tient aussi beaucoup à la belle personnalité des deux héroïnes que j'ai suivies avec plaisir.

Nom série  Maïa  posté le 25/01/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Colonel Moutarde avait déjà oeuvré dans le domaine de la BD jeunesse avec Grenadine et Mentalo. Brigitte Luciani aussi avec la série qu'elle scénarise, Monsieur Blaireau et Madame Renarde. Cette fois-ci, leur oeuvre commune s'adresse à un public un peu plus âgé, plutôt adolescent ou au moins pré-adolescent, mais j'ai trouvé cette BD suffisamment bien foutue et agréable pour la considérer comme étant Tous Publics.

Maïa, c'est une jeune ado, studieuse et réservée, qui vit chez son oncle et sa tante depuis la disparition de ses parents deux ans auparavant. Elle cohabite donc avec sa cousine Camille qui est tout l'inverse d'elle, exubérante et sans-gêne, prenant trop souvent à son goût le pas sur Maïa. Jusqu'au jour où cette dernière fait la rencontre des avatars miniatures de quatre dieux mythologiques qui vont désormais l'accompagner comme d'invisibles et secrets amis fantastiques. Seulement, avec leur apparition, ils lui confient aussi pour mission de récupérer puis de cacher la légendaire boite de Pandore.

Maïa, c'est donc une série d'aventure et de fantastique, accompagnée d'une légère dose de mythologie romaine, d'une touche d'exotisme, le tout dans une ambiance un peu girly d'adolescentes aux personnalités marquées et agréables. C'est une lecture fraîche, rythmée et amusante. Le dessin de Colonel Moutarde s'y accorde à la perfection. J'aime beaucoup son trait stylé et ses couleurs marquées même si je regrette le côté un peu trop vide de certains décors.

J'ai bien apprécié ma lecture et ma fille de 8 ans a adoré de son côté. Je n'hésite donc pas à la conseiller, notamment pour un public de 8 à 15 ans je dirais.

Nom série  Ringo livreur de pizza  posté le 25/01/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ringo doit livrer une pizza à la maison au fond de la forêt. Non content de lui-même piocher allègrement dans sa livraison, il croise beaucoup de péripéties et de gourmands en cours de route.
Le scénario est très basique, mais pour une série jeunesse, il y avait matière à faire amusant.
L'ennui, c'est que... bof...

Déjà le dessin me rebute. C'est le genre enfantin, faussement moche... sauf qu'à force de faire faussement moche, ben... je trouve ça moche. Certaines cases et personnages sont si mal dessinés à mes yeux que j'ai eu du mal à définir la race de tels ou tels animaux, à comprendre ce que faisait le héros, où en était sa pizza à force de se faire manger de tous côtés... Bref, le dessin n'aide pas la narration.

Quant à cette dernière, elle sert un scénario sans surprise. Une suite de rebondissements qu'on dirait un peu improvisés, un personnage principal peu attachant et une fin sans grand intérêt. Je me suis ennuyé. Et cela n'a pas davantage captivé mes enfants qui ont vite zappé l'album.

Nom série  Les Six Coups de Philadelphia  posté le 20/01/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce one-shot a un cadre original puisqu'il s'agit de la campagne est-allemande du début des années 80, alors que les soldats russes étaient encore basés sur place. Là, dans un hameau paumé, trois adolescents s'ennuient pendant les vacances. Jusqu'au jour où ils vont trouver un revolver et 6 balles qu'ils ont bien l'intention d'utiliser pour s'amuser.

Des jeunes désoeuvrés, un peu arrogants et rustres, un coin de campagne quasiment vide, un idiot du village, une seule fille de leur âge dans le coin même si elle voudrait bien se joindre à eux, des soldats russes qui patrouillent, et une arme chargée. Avec une telle intrigue, on se doute dès le début que tout cela va mener à un drame. C'est évident et l'auteur joue là dessus pour faire monter la tension et l'anxiété page après page.

Le dessin est un peu spécial. Chaque planche ne contient l'équivalent que d'une ou deux cases. Le trait est lâché, présentant des personnages volontairement laids, au faciès à peu près aussi ingrat qu'ils le sont à cet âge. Un ombrage à l'encre en teinte gris-sépia adoucit l'ensemble et le rend agréable à l'oeil.

L'histoire ne m'a pas particulièrement séduit, d'autant que je ne me suis trouvé aucune affinité avec les protagonistes, mais je conviens de la réussite de l'ambiance tendue que l'auteur met en place.
C'est une lecture intéressante et plutôt bien menée, même si je doute avoir envie de la relire un jour.

Nom série  Hécate & Belzébuth  posté le 18/01/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'avais déjà beaucoup apprécié le tout petit album Au bonheur des âmes de Loïc Sécheresse. C'est ce même contexte de comique infernal et ce même personnage de sympathique démon Belzébuth qui sont mis en scène ici, sur un scénario cette fois de Stéphane Melchior-Durand, collaborateur récurrent de Loïc Sécheresse avec qui il a déjà réalisé Raiju et Raiden.

Belzébuth, c'est un gentil démon, un peu naïf, et surtout très porté sur le sexe. Il faut dire qu'il nous apprend bien vite qu'avant d'entamer sa carrière aux enfers, il était connu en tant que Pan dans la mythologie grecque. Aussi sera-t-il "aux anges" quand il rencontrera la jolie Hécate, sorcière irrévérencieuse, intelligente et elle aussi très portée sur la chose. C'est le début d'une belle histoire d'amour et d'humour.

Le graphisme de Loïc Sécheresse est très particulier. C'est le genre de dessin qu'on a tendance à rejeter au premier coup d'oeil. Cela ressemble à une abondance de gribouillis mal foutus, représentant maladroitement des formes comme le ferait quelqu'un sans aucune notion artistique. Et pourtant, c'est avec Au bonheur des âmes que j'ai appris à l'apprécier. En effet, sous un aspect faussement fouillis et tordu, c'est un trait particulièrement efficace pour raconter des histoires et mettre en scène des personnages vivants et sensuels. Malgré l'atteinte à mon sens de l'esthétique que je ressens quand j'observe une planche dans son ensemble, j'aime à lire les histoires ainsi représentées et j'y trouve les femmes aussi sexy que les démons amusants.

L'album se scinde en une première histoire introductive d'une vingtaine de pages racontant la rencontre entre Belzé et Hécate, suivie d'histoires courtes, parfois de simples gags en une planche, mettant en scène les deux personnages dans de petites aventures variées et axées sur l'humour. J'ai trouvé l'ensemble très amusant et les personnages vraiment attachants. Il y a beaucoup d'idées, un peu de politiquement incorrect, de l'érotisme et beaucoup d'affection pour ce couple atypique formé d'un démon et d'une sorcière. Un bien agréable moment de lecture.

Nom série  Héritages  posté le 18/01/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après Hypathie, Bianca et Sorcellerie et dépendances, Dupuis nous offre un nouvel album sur le thème des sorcières.
Celui-ci se place dans un cadre moderne digne d'un thriller à l'américaine. Nina mène la vie plus ou moins insouciante d'une jolie jeune femme qui, outre sa beauté, a pour particularité de garder secret un don de guérison hérité de sa grand-mère. Jusqu'au jour où elle est impliquée à contre-coeur dans un conflit de pouvoirs entre sorciers qui va lui révéler bien des secrets, entraîner la mort de son petit ami et l'obliger à prendre de graves décisions.

Le déroulement de cette intrigue est sans grande surprise mais plutôt efficace. On suit cette lecture comme on le ferait d'un divertissement télévisuel moderne, un peu déjà-vu mais toujours plaisant. Certains passages paraissent téléphonés tandis que d'autres présentent leur touche d'originalité.
Le graphisme de Stéphanie Hans est un peu particulier. Largement axé sur une colorisation informatique, à la tablette graphique probablement, le trait et les détails ont tendance à être lourdement écrasés par ces couleurs épaisses. Malgré ce petit rejet initial, les planches se révèlent appréciables et on se laisse facilement porter par la narration graphique.

C'est donc une lecture divertissante, qui paraîtra légèrement convenue aux yeux des habitués du genre mais qui se lit agréablement et fait passer un bon moment.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 253 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque