Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 5460 avis et 2074 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Les Vacances de Jésus & Bouddha  posté le 01/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'idée originale de ce manga m'amusait et je n'ai pas été déçu par sa lecture. Je n'en attendais pas un chef d'oeuvre mais juste une oeuvre avec un humour un peu déconnant et pas prise de tête, ce fut le cas.

C'est marrant de voir les personnages de Jésus et de Bouddha projetés dans le Japon moderne comme deux touristes. Les mettre en scène comme de jeunes adultes un peu fauchés et assez geeks malgré tout leur background de fils de Dieu et de grand Saint illuminé est bien trouvé et souvent drôle. Surtout qu'ils sont affublés de caractères bien particuliers, Jésus en foufou un peu irresponsable mais ultra-sensible et Bouddha en garçon sage et un peu trop bon-trop con.

En terme d'humour, ce sont des jeux de mots basés sur l'identité et la légende des deux protagonistes mais aussi des situations délirantes où on se dit "mais que c'est con !" tout en riant quand même de bon coeur. Ce n'est pas toujours hilarant, certains gags tombent un peu à plat ou sont trop référencés pour être universels, mais j'ai bien aimé cette lecture à base d'histoires courtes qui sont autant de petits sketchs ayant pour héros ces deux personnages rapidement attachants.

C'est une lecture sympathique et amusante qui permet de passer un bon moment dans une ambiance légère et pleine de références religieuses plus ou moins tournées en dérision mais sans jamais leur manquer de respect.

Nom série  L'Art de voler  posté le 28/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'Art de voler est l'intéressante biographie complète du père de l'auteur, un espagnol ayant vécu quasiment du début à la fin du 20e siècle.

Par son biais, cela nous permet de découvrir toute l'Histoire de l'Espagne et des espagnols des années 20 à nos jours. Cela va de ses origines paysannes modestes dans un contexte familial difficile à sa découverte de Saragosse, son engagement anarchiste, la guerre civile espagnole, l'exil en France durant la seconde guerre mondiale, le retour dans une Espagne sous le règne de Franco puis le reste de sa vie familiale compliquée et sa vieillesse en maison de retraite. Beaucoup de thèmes sont traités, beaucoup d'informations sont transmises. Et toujours demeure la question d'un homme qui ne s'est jamais senti nulle part à sa place et qui n'avait aucune autre crainte que de trahir ses engagements moraux et son désir de liberté.

Tout cela est intéressant et plutôt agréablement mis en image, mais ce n'est pas captivant pour autant. La quantité de matière incluse dans ce long récit est telle qu'on s'y perd un peu dans les thématiques et qu'inversement, beaucoup de passages sont abordés parfois superficiellement. Cela a un côté un petit peu indigeste. Suivre le parcours complet de cet homme permet de mieux le comprendre et notamment de comprendre comment il en est venu à mettre fin à ses jours, évènement qui sert d'introduction à l'album, mais il ne l'a pas rendu tellement plus attachant pour autant à mes yeux.
J'ai été intéressé mais pas vraiment touché par ce récit dont je suis resté plus ou moins distant jusqu'à la fin. Ce fut une lecture instructive et dense, mais elle a manqué d'émotion à mon goût.

Nom série  Bride Stories  posté le 23/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je ne pensais pas accrocher mais en fait ce manga est très bien. Je craignais un shojo cucul-la-praline avec une romance un peu neuneu, de jolis costumes et beaucoup de guimauve. Au lieu de ça, j'ai plongé dans une belle découverte des peuplades d'Asie Centrale du 19e siècle.

Graphiquement, c'est une série extrêmement soignée. Les costumes, paysages et autres architectures sont finement détaillés et très beaux. Il est dommage qu'en revanche, les visages n'aient presque aucune caractéristique distinctive autre que les coiffures et barbes : avec un simple visage ovale et deux traits pour des nez ultra-fins, il est parfois bien difficile de différencier une femme d'une autre.

Au niveau du récit, il n'y a pas d'intrigue spécifique autre que de découvrir la vie intime et quotidienne d'habitants des steppes d'Asie, entre le Turkménistan et la Turquie. Je croyais qu'on allait suivre la vie de couple des deux héros initiaux, Amir et Karluk, mais j'ai été surpris de voir qu'on suivait finalement un autre des protagonistes pour découvrir d'autres personnages et d'autres couples. J'ai été un petit peu déçu car je m'étais attaché aux deux jeunes tourtereaux mais cela permet d'élargir l'horizon et de découvrir d'autres peuples et d'autres moeurs tout aussi intéressants.

Et contrairement à ce que l'on pourrait craindre, cela n'a rien d'un documentaire dans la forme, même si dans le fond le sujet est extrêmement instructif et présenté parfois de manière discrètement didactique.

Ce fut en tout cas une agréable lecture, très belle et très intéressante.

Nom série  Alger la noire  posté le 22/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Alger la noire est un polar noir à l'ancienne, une enquête policière sans concession avec meurtres, histoires de moeurs, ripoux et dialogues désabusés. Sa particularité : son décor, celui de l'Algérie de 1962 en plein conflit entre OAS, FLN et barbouzes venues de la métropole. Les plastiquages et les règlements de compte ponctuent alors la vie d'Alger dont beaucoup d'habitants commencent à fuir pour aller chercher refuge en France avant de perdre la vie.

J'ai apprécié ce cadre historique. Je le savais déjà mais je connais vraiment très mal les évènements d'Algérie et cela s'est encore confirmé ici. J'ai donc trouvé instructif d'être plongé en leur sein par le biais de cette BD qui met en scène un jeune policier pied noir d'origine espagnole n'ayant choisi aucun camp, ni de l'OAS ni du FLN. J'ai découvert pas mal de choses et surtout l'ambiance de l'époque, même si je sais que j'ai encore pas mal à apprendre sur le sujet.
Le dessin de Ferrandez est en outre très agréable et joliment adapté au sujet, à ces lieux et à cette époque, comme il l'a déjà prouvé tout au long de sa série Carnets d'Orient.

Concernant l'enquête en elle-même, maintenant, je n'ai pas vraiment été captivé. Il faut savoir que je ne suis pas amateur d'enquêtes policières réalistes. Je m'y perds souvent très vite dans les nombreux protagonistes et leurs divers noms que j'ai tendance à mélanger. Et leurs dénouements me déçoivent souvent car j'ai la plupart du temps perdu le fil longtemps auparavant, ne m'intéressant pas aux histoires de haines, de vengeances et de secrets familiaux. Ce fut encore plus ou moins le cas pour l'histoire de cette bande dessinée. Les personnages sont relativement originaux mais je ne m'y suis que moyennement attaché. Et l'aspect enquête en elle-même ne m'a pas passionné de même que sa conclusion avec son lot massif d'explications en à peine quelques planches.

Nom série  La Balade de Yaya  posté le 21/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La Balade de Yaya est une jolie série en format souple à l'italienne dont le graphisme rappelle immédiatement les films d'animation de Miyazaki. Paradoxalement, ce qui concerne le scénario, l'introduction de l'histoire, pour sa part, se rapproche beaucoup plus du début du film de Spielberg, l'Empire du Soleil. Ce sont en tout cas deux belles références pour cette bande dessinée franco-chinoise bien agréable à lire.

Le graphisme est indubitablement beau. On l'imagine fort bien mettre en image une fable onirique et fantastique mais il s'adapte plutôt bien quoiqu'on en dise aux décors réalistes de la Chine de 1937. J'aime beaucoup ses couleurs et je n'ai rien à redire sur la narration et la mise en page qui sont impeccables. Ce sont de très chouettes ouvrages sur la forme.
Sur le fond, maintenant, l'histoire est plutôt bien menée et assez sympathique... mais sans plus hélas... Je n'ai lu la série que jusqu'à la fin du 4e tome et je dois dire que, même si je n'ai pas passé un désagréable moment, je n'ai guère été passionné. C'est l'aventure de deux jeunes enfants jetés sur la routes chinoises durant l'invasion japonaise, avec pas mal de courses-poursuites, des gentils bien gentils et des méchants vraiment méchants. Mais je n'ai pas trouvé ça très captivant.
J'aurais aimé un scénario plus original ou avec davantage d'envergure et de personnalité, ce que le format, le graphisme et le début de l'histoire pouvaient laisser espérer.

Nom série  Intrus à l'Etrange  posté le 19/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai lu cet album sans savoir à quoi m'attendre. J'y ai découvert le récit de la découverte par un jeune homme d'un village de la Creuse aux habitants un peu loufoques dont l'ambiance m'a rappelé des albums comme Qui a tué l'idiot ? ou Il faut y croire pour le voir. Le jeune homme est là pour retrouver la trace d'un mystérieux homme dont il ne sait strictement rien si ce n'est qu'il a probablement été l'ami de son grand-père récemment disparu.

J'ai bien apprécié la plus grosse moitié de ce récit, tout ce qui tourne autour du village et de la rencontre du héros avec ses habitants. Il y a une part d'absurde et de mystère qui m'a tenu en éveil et m'a amusé. J'aime bien ce type d'histoire.
D'autant plus que le dessin de Simon Hureau est très appréciable et parfaitement adapté à ce type de récit avec sa foule de petits détails et sa rondeur qui accentue la légèreté de l’atmosphère.
Une fois passée la moitié de l'album, quand le héros rentre plus avant dans le coeur du sujet et fait ses découvertes nocturnes, j'ai un petit peu décroché. J'ai décroché parce que l'ambiance tournait plus à l'exploration aventureuse d'une part, mais aussi parce que les explications du mystère ne sont pas des plus claires. Difficile d'en parler sans dévoiler trop l'intrigue mais disons que j'ai eu du mal à comprendre les motivations des uns et des autres et leurs choix de vie. J'ai donc terminé l'album sur une note légèrement désabusée, comme restant sur ma faim.
Mais ce fut quand même une agréable lecture.

Nom série  Agence Interpol  posté le 19/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Dupuis avait déjà entamé il y a 2 ans une série au caractère identique sur l'agence Interpol, avec une enquête par tome. Il s'agissait de la série simplement nommée Interpol dont je me demande si l'unique tome paru ne va pas à moyen ou long terme être intégré dans cette nouvelle série, Agence Interpol, à la maquette sensiblement différente.
Il s'agit donc ici d'histoires en un tome, complètement indépendantes l'une de l'autre. Scénaristes et dessinateurs y diffèrent à chaque fois, de même que le ton du sujet même s'il reste aussi réaliste que possible.

Dans Mexico, le scénariste Philippe Thirault nous emmène dans ce que le Mexique a de pire de nos jours : les bidonvilles pourris, les narco-trafiquants ultra-violents, les meurtres impunis, la police corrompu... Dans cet enfer sur Terre, une policière d'Interpol doit s'allier à un détective privé ayant ses propres motivations pour traquer un tueur en série. C'est dur, c'est sombre, ça ne donne clairement pas envie d'aller visiter le Mexique. Le dessin est de Marty (Mort Linden, Le Rêve de Jérusalem). Son style est réaliste mais un peu particulier, avec une légère surabondance de traits qui donne un aspect un peu "sale" aux planches et des visages parfois légèrement déformés. Sans être ma tasse de thé, ce graphisme s'adapte bien au récit. La narration est cependant parfois un peu embrouillée et la lecture ne se fait pas sans quelques petits accrocs de compréhension sur certaines scènes.

Dans Stockholm, Sylvain Runberg nous raconte l'histoire nettement plus policée d'une enquête inter-services en Suède, où un policier français rejoint ses collègues suédois à la poursuite d'un père ayant enlevé ses enfants et lié à une secte qui pourrait s'avérer très dangereuse. On est dans un cadre similaire à l'affaire de l'Ordre du Temple Solaire avec des organisateurs ici plus simplement crapuleux. L'enquête coule très bien, avec un bon réalisme qui montre une bonne documentation sur les méthodes policières internationales et sur la Suède. La narration n'est cependant pas toujours évidente non plus, non pas dans le déroulé de l'histoire mais dans la mise en page. On ne voit pas toujours bien comment se présentent les situations, où sont les personnages, qui parle, etc. Et au niveau du dessin, le style de Peter Bergting ne m'a clairement pas convaincu. Il présente quelques véritables ratés comme des personnages qui courent de manière assez ridicule ou des visages beaucoup trop changeants. La mère des enfants disparus est méconnaissable d'une page sur la suivante, un suspect à l’hôpital change de bandages, de visage et de coiffure d'une case sur l'autre, etc... Ça brise complètement le réalisme et le professionnalisme de l'histoire.

Malgré certains défauts de maîtrise, ces deux polars modernes et documentés m'ont cependant plutôt accroché. Ils se lisent bien, sont intéressants et les cadres de leurs histoires sont assez originaux.

Nom série  Gastoon  posté le 22/08/2011 (dernière MAJ le 17/09/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tome 1 :

Quand j'ai entendu parler pour la première fois de Gastoon il y a quelques mois, j'ai cru à un canular. En bon gardien imaginaire du temple inébranlable de Gaston Lagaffe et de Franquin, une suite ou un spin-off dérivé de ce personnage me paraissait totalement in-envisageable. Le pire étant ce nom de GastOOn, comme si le neveu de Gaston avait vraiment pu s'appeler ainsi dans l'esprit de Franquin et comme si Lagaffe avait un quelconque rapport avec les cartoons américains...

J'ai finalement au l'occasion de lire le premier tome de cette bande dessinée que je redoutais sérieusement. Malgré toutes mes appréhensions, je croisais les doigts dans l'espoir d'une bonne surprise, espérant soit un respect réel de l'oeuvre initiale soit un renouveau à même d'apporter un vent de fraîcheur et d'humour bienvenu. D'autant que ce ne sont pas n'importe quels auteurs qui tentent ainsi de relever le flambeau : Les Innommables et Percevan scénarisés respectivement par Yann et Jean Léturgie font partie de mon panthéon du 9e art, tandis que j'aime aussi beaucoup le dessin marqué et dynamique de Simon Léturgie notamment depuis les débuts de Spoon & White.
Malheureusement mes maigres espoirs furent douchés.

Graphiquement, je ne peux pas trop me plaindre. Certes malgré toute la bonne appréciation que j'ai du dessin de Léturgie, il est très loin de la virtuosité du trait, de l'encrage et des ombrages de Franquin, mais ses personnages ne sont pas mauvais du tout et respectent plutôt bien l'esprit du Maître tout en apportant un style plus dynamique et jeune. Par contre ses décors me semblent trop souvent vides ou paresseusement épurés et j'ai un peu de mal à me faire à des dégradés informatiques en guise de colorisation pour une oeuvre en lien avec Gaston Lagaffe.

C'est surtout au niveau de l'esprit et de l'humour que je n'ai pas apprécié cet ouvrage. Ce n'est tout simplement pas drôle, souvent mauvais même.
On retrouve là encore quelques parcelles de l'esprit de Gaston Lagaffe mais beaucoup trop dénaturées.
Le personnage de Gastoon n'est pas vraiment un gaffeur mais plus souvent un petit héros turbulent à la très bonne réputation auprès de ses amis. Paradoxalement, c'est souvent Demesmaeker qui a tendance à gaffer mais cela lui donne davantage un rôle de souffre-douleur que de personnage humoristique. J'ai également trouvé un soupçon de méchanceté dans ce Gastoon et sa confrontation trop récurrente avec le détestable surveillant de son école qui n'a rien de la rivalité amusante et attachante entre Longtarin et Lagaffe.

Ensuite, au niveau de la structure des gags, ce qui faisait la force de Franquin, c'était de donner de la profondeur et de l'humour à son gag sur toute sa longueur, avec d'excellents dialogues et souvent une chute avant même la fin de la page rehaussée ensuite par une dernière case qui ajoutait encore à l'humour et la finesse de certaines réparties, le tout soutenu par un dessin d'une efficacité incroyable. Dans Gastoon, au contraire, on se trouve dans la structure de gag franco-belge basique et sans saveur où toutes les cases initiales mènent péniblement à une chute finale souvent parfaitement prévisible et parfois même complètement plate, au point de se demander où est l'humour. Certes j'ai trouvé 2 ou 3 bons jeux de mots disséminés au fil des pages et distinctes de la chute en elle-même de ces dernières, mais ils m'ont paru s'intégrer moyennement dans le contexte, comme insérés là artificiellement.

De tout l'album, seul le gag sur le pique-nique avec les brochettes et saucisses m'a paru proche de l'inventivité des aventures de Gaston Lagaffe. Le reste m'a hélas paru le plus souvent parfaitement navrant comparé au chef-d'oeuvre de Franquin et sans grand intérêt sorti du contexte.


Tome 2 :

Contre toute attente, j'ai beaucoup plus apprécié le tome 2 de cette série que le premier.
On dirait que les auteurs ont lu les critiques négatives qui avaient été faites à leur encontre et ont soigneusement corrigé tous les points qu'ils pouvaient facilement modifier.
Exit le cadre scolaire urbain trop banal. Exit les amis de Gastoon qui étaient des versions enfantines des personnages de la série originale Gaston Lagaffe. Même le très agaçant et trop présent surveillant Lemat du premier tome ne fait que quelques rares apparitions désormais. Et en grande partie exit tout ce qui faisait de Gastoon une série commerciale reprenant les éléments de la série culte de Franquin comme un cambrioleur pioche dans les affaires de sa victime pour en faire un ersatz raté et trop différent dans l'esprit.

Les auteurs ont clairement fait le choix d'une voie différente. Celle de donner sa propre atmosphère et sa propre personnalité à une série jeunesse qui finalement n'a pour seul défaut désormais que de s'appeler Gastoon comme si elle se réclamait d'une autre série sans n'avoir plus grand chose à voir avec elle. Alors certes, le petit Gastoon a encore une certaine imagination et quelques dons pour la gaffe, certes il a un oncle célèbre dont il emprunte parfois les inventions, mais à part ça, les liens entre les deux séries se sont très nettement déserrés et c'est tant mieux. Il n'est d'ailleurs même plus aussi amateur de paix et d'écologie que son oncle, subissant plutôt qu'appréciant les travers écolo-bio-bobo des amis de sa nouvelle copine.

Et même si ce n'est toujours pas hilarant, c'est nettement plus frais et le sourire m'est venu assez facilement. Les gags sont variés et amusants. Quelques-uns sont moins bons, notamment ceux mettant en scène des "méchants" comme Lemat ou la paire d'andouilles qui ennuient les plus petits qu'eux, mais cela passe assez bien.
Et puis il y a surtout le dessin de Simon Léturgie qui est toujours excellent et soigné. On voit qu'il a mis vraiment du sien dans cette série, ça fait plaisir.

Donc si je conseille l'achat sur cette série, c'est uniquement pour ce tome 2 qui m'a réconcilié avec elle, même si je préfère toujours zapper le tome 1 nettement moins bon.

Nom série  Chère Patagonie  posté le 17/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ce grand album de presque 300 pages suscitait mon intérêt et me faisait peur à la fois.
D'une part, non seulement le style graphique très personnel de Jorge González m'attirait irrésistiblement mais en plus l'idée de découvrir avec lui et de l'intérieur une belle part de l'histoire de la Patagonie me faisait vraiment envie. Mais d'autre part, j'étais sorti fortement mitigé de ma lecture de Bandonéon du même auteur et qui partageait à priori les mêmes qualités.
J'ai donc pris mon temps pour tenter de vraiment apprécier ce nouvel album fleuve.
Mais ça n'a pas collé pour moi, malheureusement...

Esthétiquement, c'est souvent superbe. Ce sont de belles planches en couleurs directes, au trait vivant et sans encrage, presque esquissé parfois. Par contre, au niveau de la lisibilité, c'est vraiment difficile. Il faut souvent déchiffrer les situations, tenter de reconnaître tant bien que mal certains personnages, comprendre même parfois péniblement ce que représente telle ou telle image. Associé à une narration décousue, changeant régulièrement de cadre et de protagonistes, et étalée sur près d'un siècle d'Histoire, ce n'est vraiment pas approprié.
A cela s'ajoute la représentation de la Patagonie elle-même qui ne m'a pas convaincu du tout. Les images me montraient des décors sombres, mornes, brumeux et étouffants, alors que le texte semblait plutôt décrire de grandes étendues ouvertes et battues par le vent. Tout y a l'air triste et mort, très loin de la fascination et de l'amour que disent ressentir ceux qui ont choisi d'y vivre.
Le graphisme change aussi de chapitres en chapitres pour devenir plus proches de véritables croquis préparatoires et essais de couleurs sur les dernières planches.

De son côté, le récit se scinde en chapitres qui sont autant de sauts dans le temps et l'espace, du tout début du 20e siècle à nos jours. Cela commence par les exactions des colons blancs envers les indigènes avant de s'attarder sur un petit village perdu en pleine pampa, à plusieurs centaines de kilomètres de Comodoro Rivadavia. On y suit la vie intime de quelques personnages locaux, colons comme descendants d'indiens, chacun avec des problèmes bien particuliers liés à leurs origines ou à leur pays. Et tout cela se termine par une mise en abîme de l'auteur se mettant lui-même en scène au moment où il se prépare à la création de cette bande dessinée.
Beaucoup de thèmes intéressants sont abordés. Les relations entre colons et indigènes, les traditions indiennes, différents passages historiquement importants d'Argentine et leurs effets lointains en Patagonie, l'impact qu'a la Patagonie elle-même sur la psychologie de ses habitants même une fois qu'ils l'ont quittée...
Mais ces thèmes sont dilués dans des récits décousus et souvent pénibles à lire, avec des personnages peu attachants et parfois difficiles à suivre du fait du dessin peu clair et de la narration floue.

Ma lecture fut laborieuse, bien malgré moi et alors que j'étais vraiment intéressé par l'originalité du cadre et l'aspect instructif de cette bande dessinée sincère et pleine d'envergure. J'en suis malheureux et j'espère qu'un jour j'arriverai à accrocher à un récit et à la narration de cet auteur dont je trouve le graphisme vraiment attirant et esthétique.

Nom série  A boire et à manger  posté le 14/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je suis plus ou moins régulièrement le blog de Guillaume Long, à boire et à manger, sur le site du Monde.fr. Je trouve ces planches culinaires plutôt amusantes et souvent instructives. C'est d'ailleurs suite à l'une de ces pages que je me suis mis à apprécier les aubergines cuites au four il y a à peu près un an.
Du coup, comme j'en avais lu une bonne partie sur le web, je n'étais pas particulièrement pressé d'en lire la version papier. C'est après un emprunt en bibliothèque que j'en ai eu l'occasion.

C'est un bel album, grand format, souple et costaud. Les planches y sont réparties par saison, printemps, été, automne et hiver, avec des thématiques plus ou moins liées d'autant plus que Guillaume Long est amateur de légumes de saison. L'adaptation papier est impeccable, le blog ayant probablement été réfléchi à l'avance pour pouvoir offrir de vraies planches.

Comme toute personne qui cuisine, j'ai moi-même mes propres habitudes culinaires et mes ustensiles préférés. Et il s'avère que je ne partage pas tous les goûts de Guillaume Long sur le sujet. Je suis notamment nettement moins adepte de légumes, d'herbes et autres persils que lui. Du coup, certaines recettes décrites en détail ne m'ont pas intéressé à partir du moment où je voyais d'emblée que leurs ingrédients ne me plaisaient pas. Certaines planches de l'album me sont donc passées à côté ou m'ont un peu ennuyé.
Ceci étant dit, c'est dans l'ensemble une lecture intéressante et souvent amusante. On y apprend pas mal de petites choses utiles ou originales sur la cuisine, les ingrédients ou les ustensiles.

Nom série  Elinor Jones  posté le 13/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai été un peu surpris par la qualité de cette BD. Ma fille l'a empruntée à la bibliothèque et me disait avoir adoré, mais je n'étais guère pressé de la lire tant je m'attendais à du rose-bonbon girly pseudo-romantique et d'inspiration shojo.

Certes nous sommes dans un cadre très proche de ces histoires pour jeunes adolescentes un peu cucul-la-praline. Un beau manoir anglais de l'époque victorienne, de jolies jeunes filles en robe, des couturières dont la passion est de créer les plus somptueuses robes de bal, une touche d'exotisme, de romance secrète, de la jalousie et de petits complots...

Mais pour commencer j'ai trouvé ça très bien foutu, tant graphiquement qu'au niveau de la narration. Les dessins sont certes dans un style manga qui me rebute souvent d'ordinaire mais ils sont bons, bien soignés et joliment colorisés. La lecture est fluide et sans aucun effet de manche. Elle évite les stéréotypes agaçants du genre. En outre, ne sachant pas trop quel type d'histoire j'allais lire, je m'attendais à voir débouler du fantastique, des facilités et des passages très convenus. Mais en fait, l'intrigue est réaliste et elle tient bien la route, tout en restant sur un ton suffisamment léger et plein d'espoir pour plaire aux jeunes lectrices.

Ce fut une bonne lecture, pas spécialement mon genre certes mais comme je vois à quel point elle a plu à ma fille (elle a 10 ans), je me dis que c'est un bel ouvrage à même de séduire le public qu'il cible.

Nom série  Inazuma Eleven  posté le 12/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'avais pas mal entendu parler de ce manga depuis quelques temps, avec l'impression qu'il avait un certain succès auprès d'un public pré-adolescent, peut-être en bonne partie grâce aux dessins animés et aux jeux vidéo qui en sont adaptés. Après m'être renseigné, il apparaît en fait que tout est parti d'un jeu vidéo sur Nintendo DS, et que le manga en est une adaptation romancée. C'est donc avec curiosité que je l'ai emprunté en bibliothèque.

J'y ai trouvé un récit très proche des shonen nekketsu classiques, même si le public visé au Japon est un peu plus jeune puisqu'il s'agit officiellement d'un kodomo. C'est l'histoire d'une équipe collégienne de football, menée par un capitaine et goal ultra-motivé bientôt rejoint par un attaquant vedette convaincu par la passion du premier. Ensemble, ces joueurs pourtant très médiocres initialement vont affronter des équipes de plus en plus difficiles et aligner les tournois de qualification de plus en plus compliqués, jusqu'à la super finale. La trame est donc celle ultra-classique bien qu'efficace des nekketsu de base.

La particularité de cette histoire de football, ce qui la différencie d'un Captain Tsubasa notamment, c'est qu'elle n'a rien de réaliste. Outre les personnages très caricaturaux et exagérés et une ambiance survoltée, chaque équipe dispose de caractéristiques surnaturelles très marquées qui font leurs particularités, des super-coups spéciaux, des pouvoirs presque magiques, des caractéristiques physiques extraordinaires, etc. Et les gentils héros se découvriront eux aussi des talents spéciaux bien différents pour chacun. J'imagine que tout cela découle directement du jeu vidéo qui a servi de base au récit. Dans le manga, cela passe bien même si évidemment cela fleure souvent la facilité scénaristique et les stéréotypes convenus. Chaque match se passe en effet un peu de la même manière : les héros découvrent des adversaires avec des pouvoirs complètement nouveaux qui ont le dessus au départ avant que la motivation et la passion des gentils leur permettent de riposter et finalement gagner avec la manière.

Tout cela est convenu et sans grande surprise, mais cela se lit bien et la série a l'avantage de se terminer en 10 tomes seulement et de ne pas s'éterniser sans fin. Le ton est léger, presque humoristique et on sent que l'auteur ne se prend pas au sérieux. Comparé à d'autres nekketsu, j'ai néanmoins trouvé que ce n'était pas un manga très prenant. Les résultats des matchs sont si prévisibles qu'il est difficile d'être vraiment captivé. Donc ça se lit sans déplaisir mais ce n'est pas un manga assez original ou palpitant pour mériter l'achat à mon goût.

Nom série  La Vraie Vie d'Hélène Georges  posté le 11/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ce petit livre broché regroupe 6 histoires courtes. Elles racontent des anecdotes réelles, des évènements qui ont touché des gens aussi différents que des amis fermiers, une famille de squatteurs ou encore des professeurs d'école à l'étranger. Elles sont toutes indépendantes et ne durent pas plus d'une dizaine de pages. Elles sont mises en image à l'aide d'un graphisme simple, sans guère d'attrait mais bien lisible.

J'ai été surpris en entamant cet album car une fois arrivé à la fin de chaque histoire, je me suis dit "quoi ? c'est tout ? ça se termine alors que rien n'a encore commencé ?". Du coup, arrivé à la troisième, j'ai vérifié la suite pour voir si on retrouvait les mêmes personnages, si les histoires à peine entamées se développaient davantage plus loin ou se liaient les unes aux autres. Mais non, elles sont vraiment aussi courtes et sans aucun lien.
L'ennui, c'est que c'est on ne peut plus anecdotique. A priori, ce sont des évènements dont l'auteure a véritablement entendu parler, ou peut-être en a-t-elle vécu certains en partie. Mais ils sont en majorité sans intérêt ou du moins racontés sans réussir à en créer un. Certaines histoires sortent un peu de l'ordinaire, mais au moins la moitié d'entre elles sont tellement fades que je m'interroge encore sur la raison qui a poussé l'auteure à les raconter. Représenter la réalité a ses limites quand on frôle celles de l'ennui.
Il n'en ressort en tout cas rien pour moi. Et même si l'album se lit bien, il s'oublie presque aussi vite.

Nom série  Sept Dragons  posté le 10/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Malgré une narration difficile sur les toutes premières pages, j'ai rapidement accroché à cette bande dessinée de pure heroïc-fantasy, l'histoire d'un groupe de guerriers tous bien différents partis en quête pour tuer 7 dragons eux aussi différents les uns des autres. C'est une trame très classique mais elle est soutenue ici par un dessin de belle qualité, une intrigue dense, des dialogues corrects et des personnages intéressants.

A la longue, j'ai néanmoins trouvé que le scénario devenait un peu trop touffu, trop confus. La narration y présentait aussi quelques ratés, des moments où je me demandais si j'avais bien compris ce qu'il s'était passé ou bien où je me demandais si j'avais loupé quelque chose. Tout finit par s'expliquer mais parfois à retardement, ce qui m'a fait sortir un peu de ma lecture à quelques reprises et c'est dommage.

Mais surtout, autant j'ai apprécié que le récit soit aussi dense pour un one-shot d'une soixantaine de pages, autant hélas j'ai été déçu par la fin. Nicolas Mitric y fait le choix d'un twist final sensé tout bouleverser, la super grande révélation... qui est venue tout gâcher à mon goût. Franchement, je m'en serais complètement passé. Elle n'apporte rien d'autre qu'un sentiment artificiel, comme une tentative de rendre encore plus dramatique une histoire qui n'en avait pas besoin. Qui plus est, cette révélation ne tient que moyennement la route quand on entre dans la profusion de détails qu'elle offre en grosses tartines de textes sur la toute dernière page de l'album.
Je trouve que la simple histoire de base, aussi classique soit-elle, avait nettement plus de charme et se serait suffi à elle-même.
C'est donc dommage. Car hormis les petits loupés de narration et cette conclusion bancale, j'ai vraiment bien apprécié la majorité de cette BD.

Nom série  Ekeko  posté le 10/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une série et un éditeur que j'ai découverts à la bibliothèque municipale. Je n'en avais jamais entendu parler avant... et j'ai bien peur de ne plus en entendre parler désormais. En effet, je ne trouve plus signe de vie de l'éditeur en question, et l'auteur de la série lui-même ne semble pas avoir été actif sur internet depuis la sortie du tome 2 il y a plus de 2 ans.

Ekeko, c'est un manfra, ou un franga, bref un manga à la française. Outre le graphisme et le format, l'auteur pousse le vice jusqu'à publier son oeuvre en sens de lecture japonais. J'avoue ne pas comprendre ce choix que certains auteurs européens font pour imiter les oeuvres dont ils sont fans.
Techniquement, par contre, il n'y a pas grand chose à redire. Jason Dilukeba maîtrise les cadrages et le dynamisme. C'est du bon boulot, plein de vie et idéal pour les scènes d'action qui d'ailleurs ne manquent pas. Les décors sont cependant réduits au strict minimum mais cela n'impacte pas vraiment la lecture.

L'histoire a un cadre original, une île fantasy dont l'inspiration est fortement issue des îles du Pacifique du type Fiji. Ses habitants y sont de drôles de créatures humanoïdes aux allures de poupées de bois, organisées en structures de clans incluant des professions bien spécialisées : guerriers, shamans, fermiers et autres danseurs.
L'intrigue est très proche de classiques du shonen nekketsu. Un jeune héros plein d'ambition qui rêve de devenir un grand guerrier, un danger mystérieux qui menace son village, le début d'une quête initiatique... et puis c'est tout... C'est tout car les 2 seuls tomes de la série ne forment hélas pour le moment qu'une trop longue introduction. Le premier tome n'est constitué en quasi totalité que d'un long combat qui s'étend jusqu'au tome suivant, et celui-ci présente ensuite le tout début de la quête du héros, l'album s'achevant avant que quoi que ce soit ne commence pour de bon...
Dans un style narratif franco-belge, tous ces évènements auraient pu être racontés en moins de 15 pages. Ici, ils sont dilués sur deux tomes de plus de 100 pages dont une partie non négligeable de croquis préparatoires, vendus au prix d'une édition manga luxueuse. Alors certes, cela se lit très bien, mais cela fait cher l'addition. Et comme en plus, il semble probable que la suite ne voit jamais le jour à moins de trouver un nouvel éditeur, c'est difficile d'en conseiller l'achat...

Nom série  June  posté le 09/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sous des allures rappelant parfois graphiquement les comics voire les strips comiques américains, June raconte en réalité avec sensibilité le cas d'un père alcoolo-dépendant et de sa petite fille qui l'observe avec amour et tristesse. Sans pathos, il aborde le sujet avec réalisme et une certaine finesse.

J'ai été un peu surpris par ce style graphique. J'ai eu l'impression d'une oeuvre un peu underground américaine même si l'auteur est parfaitement européen. C'est en tout cas un style plaisant, une jolie bichromie, dont la légèreté apparente tranche agréablement avec un sujet plutôt dur.

L'histoire, quant à elle, se lit très bien. Elle est scindée en chapitres qui s'apparentent presque à des thématiques différentes, prenant parfois le père pour sujet principal, d'autres fois sa fille ou ses proches. Le sujet est dur mais traité sans noirceur ni désespoir. Le fait de présenter en outre la chose en partie par les yeux de sa fille, gentille fillette souriante et aimante malgré l'impact que la situation de son père a sur elle, apporte une vraie dose d'émotion et de sensibilité. La fin est plutôt touchante et apporte une note d'espoir.
Une bonne lecture sur un thème difficile.

Nom série  3 Secondes (3'')  posté le 09/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'aime les essais oubapiens de M-A. Mathieu et j'aime la façon avec laquelle l'élégance de son dessin noir et blanc très contrasté s'y marie.
Ici, l'idée de suivre le trajet d'une particule lumineuse durant trois secondes et de découvrir par son biais une situation complexe à déduire des nombreux éléments rencontrés attisait ma curiosité et mon intérêt. J'aime en effet ces petits jeux de déductions comme sait en offrir par exemple un auteur comme Andreas. J'aime aussi ce type d'exercice technique où le dessinateur doit tout prendre en compte dans son dessin et son contenu, réfléchissant à tous les angles de vue, aux reflets, etc.

Techniquement, le rendu de cet ouvrage est impeccable. Le dessin est beau, très classe. L'exercice est parfaitement réussi, quoique certains angles de réflexions m'ont un peu fait tiqué, de même que le fait que la lumière semblait souvent assez courbe pour atteindre un point de réflexion qui n'était pas dès le départ au centre de sa direction. Il y a aussi le fait que ce ne soit pas techniquement parlant "par les yeux d'un photon" qu'on suit la scène mais plutôt comme un zoom sur une image comme on le voit quand on peut à la fois avancer dans la scène et voir certains objets en gros plan alors qu'on aurait dû déjà les avoir dépassés (je pense par exemple aux billets d'avion).

Par contre, j'avoue que l'exercice de déduction et de recherche de tous les indices, notamment par la lecture des textes inversés par effet miroir, m'a été un petit peu pénible, un peu fatiguante. Et surtout, le sujet ne m'a franchement pas enthousiasmé. Le domaine du foot et des magouilles est loin de mes centres d'intérêt et découvrir les clés de cette intrigue précise ne m'a pas captivé.

Je ressors donc de ma lecture à la fois convaincu par la capacité narrative et le talent technique et graphique de M-A. Mathieu et en même temps un peu ennuyé par une histoire peu passionnante.

Nom série  À vendre  posté le 06/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Dans la série des "métiers rigolos en BD", voici les agents immobiliers. Bon, dans un cadre de bulle immobilière et de crise comme le nôtre actuellement, il y a peut-être effectivement de quoi en tirer quelque chose. Et effectivement Gilles Dal et Philippe Bercovici nous offrent des gags plutôt variés malgré quelques petits thèmes récurrents comme le discours préfabriqué des vendeurs.

L'ennui, c'est que j'ai eu bien du mal à trouver ça drôle. J'étais plutôt de bonne volonté car la diversité des situations me laissaient toujours l'espoir au fil des pages de découvrir une bonne saillie ou un angle humoristique percutant. Mais... Les gags manquent de rythme et leurs chutes tombent régulièrement à plat. Ils sont en outre souvent mal amenés avec un cheminement un peu laborieux jusqu'à une chute finale sans saveur. je n'aurai au final rigolé que sur un unique gag, celui portant sur le viager que j'ai estimé bien trouvé et inattendu dans sa construction.
Pour le reste, ce sont des gags malheureusement trop convenus ou simplement sans impact.

Nom série  Zizi chauve-souris  posté le 04/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Guillaume Bianco et Lewis Trondheim s'associent pour créer une oeuvre au graphisme et au ton proches de Billy Brouillard du premier, avec l'aisance en matière de strips et de gags du second.

L'ambiance est à la fantasmagorie du style de Tim Burton, l'intrusion du fantastique néo-gothique dans la vie d'un enfant de nos jours, tout en légèreté et en humour. Le dessin au trait doux et aux teintes désaturées s'y accorde à merveille. Ce sont de belles planches agréables à l'oeil et fluide à la narration.

L'héroïne de ce récit est une petite fille au caractère très affirmé, n'hésitant pas à vivre un peu à l'écart de la société moderne classique. Comme le dit son meilleur (et seul) ami humain, un petit garçon de son âge, elle n'est "pas comme les autres" filles. D'ailleurs, son confident le plus proche est une chauve-souris qui a élu domicile dans sa coiffure ébouriffée et lui prodigue moult conseils décalés et quelques petits pouvoirs surnaturels aussi. Ensemble, ils vont vivre de petites péripéties associant quotidien enfantin, aventures rigolotes et exploration de la faune fantastique.

Quand on a lu un certain nombre de récits fantastiques pour enfants et de strips comiques, le ton de cette série n'est pas particulièrement original au départ. On est un peu habitué aux caractères affirmés et aux réparties cinglantes de ces enfants héros. L'intrusion progressive du fantastique mais aussi une drôle de professeur d'arts martiaux ajoutent cependant leurs touches de nouveauté. Et après une entame plaisante mais sans trop de surprise, la série trouve son rythme de croisière à partir de la moitié de l'album pour devenir intéressante, amusante et davantage prenante.
A suivre car les derniers strips risquent de modifier un peu la donne pour le tome suivant.

Nom série  Batman (DC Renaissance)  posté le 03/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Avec cette série, c'est ma première lecture dans le cadre de DC Renaissance, le reboot des super-héros DC qui m'intriguait et dont j'avais entendu plutôt du bien. Contrairement à ce que j'imaginais, ici pas vraiment de reboot, c'est un récit dans la continuité des plus récents, avec un Batman déjà bien en place et accessoirement accompagné des différents ex-Robin dont notamment son fils Damian Wayne. Donc pas de dépaysement ni de nouveauté.
Quoiqu'il en soit, le premier tome de cette série qui s'entame en France fut pour moi une bien agréable lecture. C'est du bon Batman !

J'ai avant tout été séduit par le graphisme de Greg Capullo, un graphisme maîtrisé, au trait anguleux et fin qui me rappelle parfois celui d'Andreas que j'adore mais aussi un peu celui de Frank Miller au niveau de l'encrage. Avec des couleurs impeccables, il offre des planches de toute beauté et des cases dynamiques emplies de cadrages originaux qui passent comme des lettres à la poste.

L'intrigue est bonne elle aussi. Elle a la première qualité de ne pas se focaliser sur l'action et les bagarres comme les mauvaises histoires de super-héros mais beaucoup sur la réflexion et les dialogues, ce qui fait la force des récits du Dark Knight. L'adversité que rencontre Batman est en outre originale puisqu'elle le touche dans l'une des choses qui lui tient le plus à coeur, son attachement à sa ville qu'il croit connaître mieux que personne.
La narration est excellente, avec quelques originalités comme le passage où les auteurs jouent sur le média bande dessinée et le sens des planches pour accentuer l'effet de désorientation que subit alors Batman et l'immersion du lecteur au passage.

Ce n'est pas une histoire culte comme peuvent l'être des chefs-d'oeuvre comme Batman - Un long Halloween ou Batman - Dark Knight, mais c'est une très bonne histoire avec un très bon graphisme qui font honneur au Batman et raviront ses amateurs.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 270 273 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque