Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 2007 avis et 382 séries (Note moyenne: 2.95)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Umberto Mistri, aviateur  posté le 16/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J’ai acquis cet objet pour deux raisons.

Tout d’abord, son aspect visuel. Le trait de Paolo Raffaelli, en noir et blanc, m’est apparu précis mais un peu raide. Pour ce genre d’univers, je le trouve adéquat et même très bon dans les scènes aériennes. On est loin d’un Loutte ou d’un Hugault mais ce trait dégage un réel charme. Le problème de raideur, d’aspect figé surgit bien plus dans les scènes terrestres. Les poses sont alors parfois exagérées, comme si l’artiste faisait sur-jouer ses personnages. Je m’y suis toutefois rapidement habitué pour ne retenir que le positif.

Ensuite, pour son univers. Voir la lutte aérienne durant la seconde guerre mondiale à travers un personnage italien me semblait, de prime abord, intéressant et sortait des points de vue habituels.

Malheureusement, ce récit m’a déçu tant l’aspect « sentimental » l’emporte sur la reconstitution historique. On tombe vite dans l’habituel ménage à trois avec trahison et remords. De plus, les multiples flash-back et flash-forward ont de quoi désarçonner et il m’a fallut une relecture pour vraiment m’approprier cette histoire.

Autre remarque : le titre me semble mal choisi, car bien plus qu’à Umberto Mistri, c’est à son cousin que la majorité de ce récit se consacre.

Restent quelques bons passages, mais l’ensemble manque de densité et de précision historique pour me convaincre.

Ma déception provient sans doute du fait que je m'attendais à un récit historique et non à une histoire d'amour et de trahison.

Nom série  Blueberry  posté le 12/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Culte ! Ni plus ni moins. Et ce même si les derniers tomes n’offrent plus la même consistance.

Avec Blueberry, Jean-Michel Charlier signe peut-être ses meilleurs scénarios. La série, qui se divise en multiples cycles plus ou moins courts, offre des histoires mouvementées, riches en rebondissements et au suspense très classique. La série a fixé une série de règles qui pourraient la rendre stéréotypée pour un nouveau lecteur. Ce serait oublier la date à laquelle Blueberry est apparu.

Charlier parvient à trouver un style à mi-chemin entre le western américain et le western italien. Il parvient à conserver un souffle épique, un style empli de panache tout en offrant des personnages loin d’être parfaits, une vision du far-west plus proche de la réalité mais sans détruire le mythe.

Le dessin de Giraud est excellent et étonnamment précis pour l’époque. Les planches sont soignées, riches en détails et pourtant toujours lisibles.

Chaque tome offre sa dose de matière. Lire un Blueberry ne se fait pas en 15 secondes, mais cette lecture me passionne tellement que, et d’une je ne vois pas le temps passer, et de deux je ne peux m’arrêter avant d’avoir fini le cycle entier (quitte à récupérer en lieu et place de spaghetti al dente une masse informe au fond d’une casserole dont la moitié de l’eau s’est évaporée).

Le seul reproche que je fais à la série, c’est qu’elle est responsable de ma confusion entre Joseph Gillain et Jean Giraud. Longtemps, j’ai cru que ces deux auteurs n’étaient qu’une et même personne. En effet, Jijé signe la première couverture, ainsi que plusieurs planches dans les premiers tomes, le reste est souvent signé Gir. Hors, Jijé = JG, soit les initiales de … Jean Giraud. Les styles des deux auteurs étant proches l’un de l’autre, la confusion était totale dans mon esprit et il me faudra des années pour enfin parvenir à différencier ces deux géants de la bande dessinée.

Cela n’enlève cependant rien à la qualité de cet immense classique de la bande dessinée, dont plus d’une série s’inspirera par la suite (Comanche en tête).

Nom série  Marshal Blueberry  posté le 12/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le plus dérangeant dans cette série, c’est le changement de dessinateur entre le deuxième et le troisième tome. En effet, les styles de Vance et de Rouge sont fort éloignés l’un de l’autre et même si je ne peux pas dire que je préfère l’un à l’autre, le passage s’est avéré ardu.

Au niveau du scénario, ce triptyque tient la route et offre à la myrtille un de ses plus intéressants partenaires féminins.

Pas mal, en somme, mais je lui préfère tout de même la série mère. Giraud n’a pas le talent de Charlier dans l’art de maintenir la tension tout le long d’un récit et certains passages sont plus poussifs, moins prenants que ce qu’ils devraient.

Le style de Vance est toujours aussi froid mais s’avère efficace dans ce type d’univers. Celui de Rouge, plus gras, plus fouillé, convient aussi mais, comme je le disais, ces deux styles sont tellement éloignés l’un de l’autre que cela crée un choc.

Nom série  Ils étaient Dix  posté le 12/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avant toutes choses, je trouve le titre présomptueux et mal choisi. En effet, « ils » ne sont dix que peu de temps, ils sont plus à certains moments et, à la fin du deuxième tome, il n’en reste que deux. Je ne sais pas en combien de tomes est prévue la série, mais la diminution du personnel me parait assez expéditive.

Ceci dit, j’ai tout de même passé un agréable moment de lecture. La retraite de Russie est un sujet très original, les personnages sont sympathiques à défaut de toujours être réalistes, les événements s’enchainent sans que j’ai le temps de m’ennuyer et un mystérieux événement survenu au milieu du premier tome préserve le suspense pour la suite de la série.

De plus, le dessin d’Eric Stalner est toujours aussi agréable à regarder. Les personnages sont séduisants, les décors sont soignés et l’ensemble est aussi lisible que dynamique.

Pas mal du tout ! Pas révolutionnaire, cousu de fil blanc par moments, mais prenant et efficace.

Nom série  L'Age des corbeaux  posté le 11/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Bon, ben je n’ai pas du tout été emballé par cette histoire. Ce gros livre n’a suscité aucune réflexion dans mon chef, son caractère absurde m’a rapidement saoulé, ses nombreux lieux communs m’ont assommé, sa narration a fini de m’endormir.

Je ne sais plus combien de jours il m’a fallu pour arriver à bout de l’objet. Tout ce que je sais, c’est que j’en avais oublié les trois quart au moment de tourner la dernière page.

Seule éclaircie dans la grisaille : le dessin de Jicé, qui m’avait charmé au point d’acheter cet album au culot (une mauvaise idée, en soi). Un style caricatural très expressif rehaussé par une colorisation minimaliste (on reste dans des teintes grises). C’est malheureusement insuffisant pour que je m’attache à l’album.

Sans intérêt. J’aurais pu mettre bof pour le dessin mais cette histoire m’a tellement gonflé que ce serait exagéré.

Nom série  Macadam  posté le 11/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une bonne petite série policière.

Le premier tome est un peu léger côté scénario et il y a un peu trop de heureux hasards mais le personnage central est sympathique et le rythme est soutenu. Le deuxième tome progresse au niveau de l’intrigue et est à mes yeux le plus réussi car, malheureusement et comme le dit Gaston ci-dessous, le troisième se résume à une course poursuite peu emballante.

Au niveau du dessin, et bien je trouve que ça a une certaine gueule. C’est pas super joli, pas toujours très précis mais le style que Lacaf emploie ici a une personnalité et un dynamisme qui le rendent efficace en diable.

La série est maintenant arrêtée et, au vu du troisième tome, je ne suis pas sûr que ce soit une mauvaise idée. Ceci dit, je pense qu’elle peut procurer sa dose de plaisir via un emprunt en bibliothèque.

Pas mal, en somme.

Nom série  Albanie - La Loi du Kanun  posté le 11/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Très bonne surprise que cette petite intégrale signée Manini et Chevereau !

Tout d’abord, le scénario (signé Manini) nous entraine dans le sillage d’un jeune voyou … albanais. Cela nous change des habituels ghettos nord (La Cuisine du Diable) ou sud (Cuervos) américains. De plus, nous débarquons en Albanie au cours des années 60, soit en pleine période communiste avec des frontières si hermétiques que l’Albanie était alors tout simplement une inconnue pour l’ensemble de l’occident.

Ensuite, le scénario exploite une loi, un code d’honneur dont je ne sais affirmer la véracité mais qui fait penser à la vendetta sicilienne ou à certains principes gitans ou roms (et finalement, on reste toujours dans la même région du globe).

De plus, le personnage central, un standard du genre « petit voyou pas méchant mais qui tourne mal », est réussi et attachant.

L’intrigue est classique mais, avec les éléments mentionnés ci-dessus, elle prend une autre dimension, plus historique, moins convenue, décalée.

Un seul regret : un troisième tome dont je me serais bien passé. Non qu’il soit mauvais ou qu’on n’y apprenne rien de nouveau mais le deuxième se terminait d’une manière dramatique qui me plaisait beaucoup.

En ce qui concerne le dessin, c’est du haut niveau. Malgré le format réduit de l’objet, jamais la précision de Chevereau n’est prise en défaut. C’est fouillé, riche, précis, lumineux, séduisant … c’est parfait en somme, et la colorisation contribue à me faire penser au travail d’Olivier Berlion (en mieux serais-je presque tenté de dire).

Entre le franchement bien (que méritent les deux premiers tomes) et le pas mal (qu’un troisième tome décevant m’incite à attribuer), j’hésite. Par contre pour l’achat, à ce prix là, j’hésite pas !

Nom série  Les Chauves  posté le 10/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ah lalala, tout ce que ce site ne m’aura pas poussé à faire …

Je m’étais mis dans l’idée de créer un thème sur les chauves … et devinez sur quoi je tombe dans ma solderie habituelle ?

Bon, soyons clairs, je ne m’attendais pas à grand-chose. Et c’est ce à quoi j’ai eu droit. Les situations sont prévisibles, peu originales. Les personnages sont stéréotypés. Le dessin est correct mais convenu. La colorisation est passe-partout. Une œuvre de commande, même si l’auteur est concerné au premier degré par ce problème de capillarité contrariée.

Comme la série m’a arraché deux, trois sourires, et comme j’ai bien aimé le fait qu’Archibald devienne de plus en plus chauve au fil des planches … et qu’il porte ce nom, je vais dire « bof ».

Pas terrible ... une bd aussi chauve que son sujet.

Nom série  Sleeper - Point Blank  posté le 10/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Bof … Je m’attendais vraiment à autre chose quand j’ai acheté cet album au pif (encombré pour la circonstance) dans une solderie.

En tous les cas, je ne m’attendais absolument pas à tomber sur une histoire de super-héros, un genre que je n’affectionne vraiment pas. Le début, en effet, laisse croire à une histoire policière très sombre et teintée de fantastique.

Ca, ça me tentait.

Mais ensuite, on bascule dans les histoires de super-héros aux supers pouvoirs avec des super-héros qui veulent bien qu’on sache qu’ils sont des super-héros, d’autres qui préfèrent rester anonymes (tout en agissant comme des super-héros) et la même chose chez les super méchants, avec un super gentil super tueur qui a des trous de mémoire et qui se met au service d’un autre super mais pas trop gentil, ce dernier enquête sur les comportements de super méchants (pas gentils du tout), le tout dans un esprit de complot et de secrets d’état.

… Franchement pas ma tasse de thé, ce genre d’histoire me saoule plus sûrement qu’un litre de poire à l’apéro. En plus, le récit est volontairement confus et (je l'espère pour les auteurs*) maladroitement traduit.

Graphiquement, c’est assez élégant, exception faite de la colorisation trop flashante à mon goût.

Pas pour moi, tout simplement … et encore un truc dont il va falloir que je me débarrasse discrètement dans une brocante.

* Je dis que j'espère pour les auteurs que leur oeuvre a été maladroitement traduite car si la traduction est fidèle et de qualité, cela signifie que c'était déjà mal écrit à la base.

Nom série  Championzé, une histoire de Battling Siki  posté le 10/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Très bon récit, très belle histoire que cette biographie du premier champion du monde de boxe d’origine africaine.

Le personnage de Battling Siki est incroyablement touchant et il est difficile de résister à l’envie de connaître son destin. Les personnages secondaires ne sont pas en reste et contribuent au côté attachant du récit.

Le contexte historique, et surtout les excès de cette période coloniale, est intelligemment exploité et illustré. C’est, à l’occasion, choquant mais finalement simplement réaliste en tenant compte des mentalités de l’époque (et on comprend alors mieux les égarements d’un « Tintin au Congo »).

Le graphisme n’est pas attirant, de prime abord. A l’usage, il se révèle cependant des plus plaisants. C’est brut et expressif, ce qui convient finalement bien à ce genre de sujet.

A découvrir.

Nom série  Magus  posté le 10/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Classique récit de sorcellerie durant le moyen-âge, cette histoire propose le traditionnel conflit entre païens et chrétiens. J’ai bien aimé le premier tome qui amène très progressivement la dimension fantastique. Les personnages sont classiques et attachants et les questionnements du héros quant aux soi-disant pouvoirs de ses parents m’ont bien plu. Longtemps, je ne savais pas si j’étais face à une série qui allait traiter la sorcellerie comme un prétexte utilisé par l’église chrétienne pour supprimer ses ennemis et agrandir ses richesses ou face à une série qui allait traiter la sorcellerie sur un mode plus fantastique et plus actif.

Le deuxième tome est clairement fantastique, mais toujours plaisant à lire. C’est rythmé, riche en péripéties et en personnages et graphiquement sympathique.

Au niveau du dessin, justement, Annabel réalise un travail agréable à l’œil mais trop peu précis pour totalement me convaincre. Ses décors, principalement, mériteraient un peu plus de rigueur. Ceci permettrait au cadre de ces aventures de gagner en crédibilité. Ici j’ai vraiment le sentiment de me déplacer dans un décor de théâtre.

Pas mal. A emprunter et même à acheter si ce genre d’univers vous passionne.

Nom série  India Dreams  posté le 10/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Au niveau du dessin, c’est du très beau travail. Le trait de J.-F. Charles est précis, sensuel, chaud, envoutant. Sa colorisation collabore à donner au lecteur que je suis cette sensation de chaleur mais aussi de nostalgie.

Au niveau du scénario, je suis nettement moins emballé. Les deux premiers tomes m’ont bien plu, mais la suite m’a franchement gonflé.

Au début de cette histoire, j’ai aimé découvrir cette Inde mystérieuse. L’histoire se révèle riche de thèmes (reconstitution d’un contexte historique, éléments fantastiques, quête personnelle et passions amoureuses). J’ai donc bien aimé lire cette partie, apprenant des choses et m’attachant à des personnages souvent ambigus. Seul le côté fantastique me laissait dubitatif. Le côté « grouillant », sale, étouffant de l’Inde n’est pas non plus de nature à m’emballer mais il correspond à l’idée que je me fais de ce pays (de ses grands centres urbains, pour être plus précis). De plus, l’action ne se cantonne pas à cet univers et nous entraine rapidement vers des régions bien plus séduisantes.

Ensuite, c’est la débandade. Le troisième tome n’offre plus le même charme mystérieux et retombe sur une histoire très terre à terre remplie de clichés. Quant au quatrième (et dernier du premier cycle), il s’évertue à nous expliquer un événement survenu durant la première partie du récit, faisant de celui-ci (le meurtre du mari de l’héroïne) la pierre angulaire de l’histoire. Or, mon sentiment était tout différent et ce personnage m’était apparu tellement insipide que son décès n’a jamais été pour moi un sujet de préoccupation. Qu’il ait été tué par un maharadja, un espion chinois, russe ou par les services secrets britannique, je m’en tamponnais joyeusement le popotin. Le principal était que, une fois le mari mort, l’héroïne avait la possibilité d’aller à la rencontre d’elle-même.

Le cinquième tome, à l’image du dernier tome de « War and dreams » est un récit illustré. J’ai été tellement déçu par le quatrième tome que je ne me suis même pas donné la peine de lire ce récit.

Nom série  Le Cycle de Taï Dor  posté le 09/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
D’habitude, je ne suis pas très attiré par les histoires de mondes parallèles mais les noms de Rodolphe et de Le Tendre en couverture de ces albums (comme co-scénaristes) avait de quoi m’allécher.

Soyons clair : ce n’est pas ce que les deux talentueux scénaristes ont réalisé de mieux. Ceci dit, ces histoires fantastiques sont agréables à lire quoiqu’un peu caricaturales et simplistes. Un public jeune sera sans doute plus conquis que moi. Les thèmes sont très classiques mais, heureusement, ces récits sont enrobés d’une bonne dose d’humour.

Au niveau du dessin, le style de Serrano m’est apparu fort froid, artificiel. C’est trop… propre. La colorisation des premiers tomes n’est pas terrible mais, heureusement, l’arrivée d’un coloriste (même si ce n’est pas toujours le même) gommera cette faiblesse.

Enfin, de multiples clins d’œil parsèment ces planches, ce qui garantit tout de même un certain intérêt à une relecture.

Le sommet de la série est selon moi constitué du diptyque de la veuve noire. D’autres tomes sont plaisants (Gilles de Taï Dor, Le Mage), tandis que les tomes que je n’ai pas cité m’ont diverti, sans plus.

A emprunter plutôt qu’à acheter, selon moi. Et à réserver à un jeune public amateur de ce genre d’histoires de monde parallèle.

Nom série  War and dreams  posté le 05/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un peu trop guimauve à mon goût. Un peu trop prévisible aussi, mais finalement plaisant et facile à lire. War & Dreams est donc une bonne série qui se propose de dresser le portrait de quatre protagonistes de la seconde guerre mondiale qui connurent chacun et durant cette période une délicate histoire d’amour.

Le contexte historique est bien exploité et constitue pour moi le gros point fort, le vrai centre d’intérêt de la série. Les romances me laissent un goût plus amer. Utiliser le personnage d’une handicapée mentale (pour symboliser l’innocence, je suppose) et lui faire vivre une histoire d’amour soulève chez moi bien des questions. Le sujet est délicat et soulève des questions d’ordre moral et éthique que le récit n’aborde absolument pas. Cette relation me met mal à l’aise, sans doute du fait de ma profession (je travaille tous les jours au milieu de déficients mentaux). L’histoire de cœur (de cul ?) vécue par le soldat américain aurait pu être intéressante si elle avait été plus développée. L’histoire du français est trop classique et trop prévisible pour me satisfaire. Enfin, celle du soldat anglais, à nouveau, est cousue de fil blanc et ne m’a à aucun moment surpris.

Et pourtant, j’ai lu la série avec plaisir. Comme je le disais, l’aspect historique du récit y est pour beaucoup. Une narration fluide contribue également à ma bonne appréciation. Mais, surtout, le dessin de J.F. Charles m’enchante. Précis, doux, sensuel, très agréablement colorisé, chaud, il est sans conteste l’élément majeur de la série.

A emprunter à l’occasion, mais pas plus …

A noter : le quatrième tome n’est pas une bande dessinée mais un récit illustré qui, sous prétexte d’un travail scolaire, permet d’éclaircir certains aspects de la série. Si ce quatrième tome n’est pas nécessaire à la compréhension de la série, il s’est à mes yeux révélé très intéressant et plaisant à lire, même si, je le répète, il ne s’agit pas de bande dessinée.

Nom série  Braquages et Bras Cassés  posté le 05/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’adore le style Van Linthout, surtout dans ce genre de polar sombre. Déjà, il m’avait séduit avec « Sur les quais », il remet le couvert ici d’une manière toute aussi convaincante. Ce noir et blanc à une gueule incontestable. C’est expressif en diable, très lisible, précis, direct … efficace, quoi ! Comme doit l’être un bon polar.

Au niveau du scénario, je suis moins enthousiaste. Cette structure à tiroirs est bien réalisée mais elle manque de surprises. Benjamin Fisher, qui est le propre fils du dessinateur et dont c’est à ma connaissance la première bande dessinée, commet l’erreur de trop en dire dans son premier chapitre. Les zones d’ombres restantes se résument donc rapidement à peau de chagrin, ôtant une grande part du suspense à la deuxième partie du récit. Par contre, l’ambiance est bien présente, les dialogues sont vivants et les situations s’enchainent d’une manière logique. Le potentiel est incontestablement présent et j’aurais plaisir à lire une autre œuvre de l’artiste (surtout s’il gomme le défaut souligné ci-dessus).

Un bon polar, en somme, qui m’aura d’autant plus séduit qu’il se déroule dans un univers qui m’est familier (Liège et sa périphérie). Un achat que je ne regrette pas.

Nom série  Le Triangle Secret  posté le 05/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une œuvre rapidement devenue un classique du genre.

A l’époque de sa sortie, ce mélange de styles n’était pas encore monnaie courante (« Le Décalogue » ne sortira que l’année d’après, et le Da Vinci code trois ans plus tard). Didier Convard offrait donc alors une œuvre plutôt novatrice, un sentiment de nouveauté encore accentué par cette utilisation de plusieurs dessinateurs en fonction des époques illustrées.

L’utilisation de multiples dessinateurs est un pari dangereux, car il se trouvera toujours dans la bande l’un ou l’autre artiste dont le style graphique ne plaira pas au lecteur, avec le risque de décrochage qui en découle. Personnellement, c’est encore avec Falque que j’ai eu le plus de mal. J’aimais le style plus fantaisiste de ce grand artiste (voir « Le Fond du Monde ») et les deux premiers tomes de la série ne sont pas des réussites graphiques à mes yeux. Heureusement, le trait ira constamment en s’améliorant et dès le troisième tome, Falque atteint le niveau de précision et de netteté que ce genre de récit réaliste demande.

Les autres dessinateurs oeuvrent dans un style qui leur est plus traditionnel. Certains sont excellents dans leur domaine (Chaillet, Juillard, Wachs), les autres s’en tirent avec les honneurs.

Dans l’ensemble, donc, même si la qualité majeure de la série ne réside pas dans son visuel, ce récit est bien illustré mais manque un peu de personnalité.

Au niveau du scénario, par contre, c’est franchement prenant. Les personnages sont complexes. Il y a constamment des zones d’ombre. Le récit rebondit régulièrement grâce à de nouvelles révélations. En fait, c’est tellement prenant que j’en oublie les nombreux « miracles » qui permettent à nos héros d’éviter un sort funeste. Bon, il y a bien, par moments, quelques longueurs mais, dans l'ensemble, le côté passionnant de l'oeuvre prend nettement le dessus.

Dernier atout de la série : un final logique loin des traditionnels happy-end.

Un classique à mes yeux que tout amateur de récit mélangeant histoire, aventure, espionnage et société occulte se doit d’avoir lu une fois dans sa vie.

Nom série  Rouge est ma couleur  posté le 04/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le problème que j’ai rencontré avec ce récit vient de son rythme. Parfois trop lent, parfois, au contraire, trop précipité, le découpage ne me satisfait pas. Et cette bande dessinée prouve une fois de plus que l’art de l’adaptation est délicat.

Ceci dit, j’ai tout de même passé un bon moment de lecture, pour deux raisons : le scénario dans son ensemble est aussi bon que classique (dans le genre policier sombre)… et j’adore le style Chauzy. Son trait expressif, vivant, caricatural est pour beaucoup dans mon appréciation d’ensemble.

Ces deux aspect ont fait en sorte que je me suis attaché aux personnages, que je n'ai pu abandonner qu'après la dernière planche tournée.

C’aurait pu être mieux… mais c’est déjà pas mal.

Nom série  Medz Yeghern : Le grand mal  posté le 20/07/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Plutôt pas mal, ce récit.

Assez instructive, même si l'on reste d'un seul côté de la barrière, illustrée dans un style dépouillé très lisible, cette évocation du génocide arménien aura réussi à capter mon attention sans m'assommer de références historiques. C'est clair, bien expliqué, bien documenté.

La narration est parfois un peu poussive et sent la traduction. Elle manque à l'occasion de naturel et d'émotion. Toutefois, elle est relativement efficace dans son aspect documentaire.

Vraiment, mon seul regret est que l'on ne donne pas la parole à l'autre camp, celui des impardonnables et cruels bourreaux. Toutefois, ce récit est nuancé dans le sens où il ne donne pas toujours le mauvais rôle aux Turcs.

Une lecture que je conseille à tout jeune lecteur intéressé par ce genre de sujet historique.

Nom série  Taxi girl  posté le 20/07/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Une série de Cauvin que je n'avais jamais lue.

Voilà, c'est fait ...

Franchement, ce n'est pas très drôle. Malgré quelques bonnes trouvailles, la série tourne rapidement en rond et surexploite les mêmes thèmes jusqu'à la lassitude. Pourtant, elle ne se compose que de deux tomes ...

Le dessin de Laudec est correct mais ce style (plus réaliste que sur Cédric) ne permet pas à l'artiste de se lâcher sur ses expressions de visages. C'est donc, à mes yeux, trop raide pour le genre.

Bof ...

Nom série  Phil Traere  posté le 20/07/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai aimé certains gags. J'en ai trouvé d'autres franchement pitoyables. Et pour certains, je me suis même demandé ce qui était censé être drôle. Heureusement, les dialogues (très présents) proposent quelques bons moments. Ils sont parfois étranges par le vocabulaire employé (décalé par rapport à l'univers des motards) et certainement moins incisifs que le premier tome du Joe Bar Team (la référence en la matière), mais pas mal tout de même ... par moment.

Le dessin, sans être exceptionnel, n'est pas mauvais en soi. Expressif et dynamique, il convient au genre mais n'est pas prêt de le révolutionner.

Enfin, Desert, l'auteur, semble maîtriser son sujet et s'y connaître en deux roues mythiques mais comme ce n'est absolument pas mon cas, cet aspect m'est largement passé au dessus de la tête.

Pas mal, sans plus ... mais, dans le genre, je pense sincèrement qu'il y a mieux.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 101 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque