Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1492 avis et 67 séries (Note moyenne: 3.06)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Le Chien de Dieu  posté le 06/12/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
S'il est un écrivain publié dans la célèbre Pléiade qui est hautement controversé c'est bien Louis Ferdinand Céline. Certains de ses écrits furent jugés profondément antisémites et il n'est pas sûr qu'aujourd'hui ceux-ci pourraient voir, sinon le jour, du moins une publication.

Pour autant Céline est un putain d'écrivain, et oui je ne mâche pas mes mots mais je crois cette sorte d'éloge ne lui aurait pas déplu. Dire que cet homme là a raté le Goncourt, (au profit de Guy Mazeline écrivaillon ou tâcheron de la littérature) dont l'on sait que déjà à cette époque les dés chez les éditeurs étaient pipés. Quelques années plus tard le Goncourt ratera Colette et Apollinaire!!

Je ne sais si d'aucuns d'entre vous ont lu Céline mais pour les amoureux de la langue française, de la belle écriture c'est un régal. Ben oui je sais cela n'excuse pas les propos tenus dans "Bagatelle pour un massacre" et "L'école des cadavres" mais diantre quel auteur.

En ce qui concerne cette BD c'est avec surprise que l'on retrouve Jean Dufaux au scénario tant le sujet semble éloigné de ses préoccupations ou motivations habituelles.

A t'il tout bon ? Rien n'est moins sûr; je dirais que le propos est parfois décousu et relativement superficiel, en effet nous replongeons avec Céline dans ses souvenirs, les choses ne sont pas présentées de façon linéaire et l'on s'y perd un peu. Pour autant cela n'est pas inintéressant puisque cela permet de survoler le gotha de l'avant et pendant la guerre de 39/45. L'on croise Arletty, Michel Simon, etc...

Le dessin de Jacques Terpant est essentiellement en bichromie avec des variantes de couleurs selon les époques évoquées, avant la guerre, pendant et l'époque actuelle.

L'ensemble possède un ton très amer à l'image de Céline, vieux monsieur aigri et d'une manière générale assez déçu par la comportement du genre humain qu'il a pourtant contribué à soigner.

Au final un récit qui ne pousse pas à la gaudriole amis à mon sens nécessaire et qui mérite cette note qui permettra je l’espère à ceux qui n'ont jamais lu un livre de cet auteur d'aller y voir. Sans jeu de mots aucun "Voyage au bout de la nuit" est une tuerie.

Nom série  Ar-Men, l'Enfer des enfers  posté le 29/11/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Grandiose! Pas très loin de l'excellence.

J'aime la mer, en Corse, au Pays Basque et en… Bretagne où elle possède une sauvagerie que pour l'instant je n'ai rencontré nulle part ailleurs. Certains d'entre vous habitent bien loin de là mais si l'occasion vous en est donnée, n'hésitez pas à venir faire un tour sur nos côtes. Après la côte de granit rose de Perros, pas besoin de GPS c'est tout droit vers le soleil couchant. Le Léon, les abers et enfin tel un Graal la pointe du raz et ses rochers magnifiques où la mer vient se fracasser.

Le phare de la Vieille, légèrement vers le nord celui de Tevennec, ensuite on aborde l'île de Sein, pas tous les jours!, encore un phare et la chaussée avec en point de mire notre Ar-Men. Quand on pense que cet édifice d'une trentaine de mètres de haut fut construit sur un caillou d'à peine 12m de long sur 11 de large.

Emmanuel Lepage est très fort, je ne m'appesantirai pas sur son graphisme, la qualité de sa colorisation. L'ensemble force le respect et avec un tout petit effort l'on sent presque les embruns, pour un peu on entendrait les mouettes.

Ici le scénario est diablement intelligent, car ce n'est pas le bête récit de la construction d'un phare auquel nous avons droit, c'est un album sur les racines profondes de la Bretagne avec une magnifique évocation de la légende de l'Ankou qui ne l'oublions pas sévissait aussi sur les mers à bord de son vaisseau le Bag Noz. En surplus E. Lepage ancre son récit dans une autre temporalité, celle d'un père racontant à sa fille la légende de la ville d'Ys qui pour une fois met chaque acteur à sa véritable place, ôtant ainsi à Guenolé le beau rôle qui lui est souvent attribué.

Alors que dire de plus; si vous avez un scénario intelligent accompagné de superbes planches, et dessiner la mer dans tous ses états n'est pas si simple. Ajoutez à cela un DVD pour la première édition, je répète, grandiose, coup de cœur et culte. Et puis tient venez donc faire un tour jusqu'à la pointe du continent ça mérite le détour.

Nom série  Les Esclaves oubliés de Tromelin  posté le 26/11/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Encore un ouvrage sur la traite négrière, au bout du compte on peut se demander si ces témoignages des temps anciens possèdent une valeur pédagogique. Sans doute quoique! Alors que je lis cette BD les infos m'apprennent qu'en Lybie des migrants sont vendus sur les plages par des négriers modernes. Si ce n'était pas si triste j'aurais envie de pleurer, mais que les humains sont cons, peut être pas l'humanité mais il y a deux trois individus qui foutent la merde.

Mais revenons à cette histoire qui emprunte beaucoup au genre de récits auxquels nous a habitué E. Lepage. Une sorte de documentaire, ici mâtiné d'un récit "à l'époque". L'ensemble n'est pas mal mais du fait de cette alternance entre hier et aujourd'hui cela perd de sa puissance d'évocation.

Pour autant c'est un album à lire qui fait œuvre de mémoire sinon d'avertissement, l'actualité sur le coup ne donne pas raison à l'auteur.

Nom série  Ut  posté le 26/11/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ce n'est pas une formule que de dire que je suis vraiment embêté avec cette BD, du moins les deux premiers tomes de ce qui est annoncé comme une trilogie. C'est sur les étagères du sieur Paco que j'ai aperçu ces couvertures magnifiques autant qu'intriguantes et un feuilletage rapide m'a vite convaincu qu'il fallait que j'aille y voir de plus près.

Chose faite. Un dessin en noir et blanc magnifique et je pèse mes mots, pas un trait appuyé tel qu'on peut le voir dans Le Rapport de Brodeck par exemple, mais quelque chose de plus étouffé, comme si réalisé à la pointe de charbon il avait été ensuite essuyé. Non vraiment des planches sublimes avec un décor puissant et envoûtant. Des architectures à la Lovecraft d'où suinte une angoisse sourde comme aurait dit le maître.

Le problème vient en fait du scénario, ai-je tout compris ? Sans doute que non, mais ce n'est finalement peut être pas le plus important. Je crois qu'avec ce récit il faut accepter de se laisser prendre, mais vraiment (donc lieu calme et apaisé pour faire cette lecture). D’emblée nous sommes plongés dans un monde fantasmagorique. J'ai beaucoup pensé à l'univers de David Lynch, période "Eraserhead" . Un monde un peu glauque qui pour peu qu'on le veuille bien vous emporte très très loin où vous perdez vos repères, ce qui semble d'ailleurs être le cas de la plupart des personnages. Rarement une BD m'aura fait cet effet, habituellement je suis dans le petit classement tranquille : j'aime beaucoup, bien, moyen, pas du tout. Là depuis ma lecture, des images, de manière obsédante, me reviennent, en lien avec ma culture, littéraire, cinématographique, etc.... et sans fumer la moquette au final je dirais que cette histoire et sa mise en images sont tout bonnement fabuleuses.

Attention je ne fais pas une expérience mystique mais tout simplement quand une histoire vous fait cet effet là et au vu de ce que j'ai pu vous dire jusqu'à maintenant je ne peux faire mieux que cette note qui avec la conclusion de cette trilogie ne demande qu'à s'élever encore.

Tes étagères sont sympas Paco.

Nom série  Le Nouveau Monde  posté le 26/11/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pour l'instant je réserve mon option d'achat, il faudra en effet attendre la conclusion de ce diptyque annoncé. Ma principale réserve vient du fait déjà noté par mon prédécesseur à savoir comment boucler la chose en seulement deux tomes.

Pourquoi pas me direz vous ? Encore faudrait il que les choses avancent. Je ne dirais pas pour autant que l'on se fait chier à cent sous de l'heure mais par instant ça traîne, mais ça traîne. Du coup j'aurais plus apprécié quelques ellipses qui hélas ici brillent par leur absence.

Pour autant tout n'est pas à jeter dans cet album qui possède un dessin correct, sans cependant enflammer la rétine, une construction solide mais un peu lente donc. Cela reste du bon divertissement mais comme dit plus haut j'attendrai la lecture du deuxième tome avant de faire peut être l'achat.

Nom série  Du sable dans le maillot  posté le 25/11/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Encore un album de F. Cestac pour lequel comme mon prédécesseur je ne suis pas la cible. Cela fait deux ou trois albums de la dame que je lis et je voudrais bien comprendre ce que je n'aime pas. Bon le dessin n'est pas ma tasse de thé et les tranches de vie qui nous sont contées là ne me touchent que bien peu.

Les souvenirs de vacances sont une mine et il est facile d'en rire du moins d'y moquer nos concitoyens. Alors oui j'ai déjà eu l'occasion de rencontrer certains des personnages croisés au fil des pages. Tout est sans doute question d'ambiance mais la mise sur le papier ne m'a pas fait trop rire. J'essaierai encore mais décidément entre l’œuvre de la dame et moi il y a un hiatus qui me semble insurmontable.

Nom série  Go West  posté le 25/11/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sympathique est le terme qui convient le mieux pour cet album déjà ancien de Derib. Avec un dessin sans esbroufe, il parvient à retranscrire ses personnages, les décors, les animaux avec un trait sans doute un peu daté mais clair et efficace.

Pas mal de dialogues, des bulles très chargées, mais sur le fond le ton est bon enfant, un brin moralisateur par moment mais le tout reste plaisant.

C'est une lecture qui n'est pas prise de tête avec des thèmes déjà vus ailleurs. Je ne sais pas si cette bande aurait du succès aujourd'hui, elle possède un petit côté madeleine de Proust empreint de nostalgie, parfois cela fait du bien mais il ne faut pas en abuser.

A (re)découvrir comme un vieux bonbon oublié au fond de la poche.

Nom série  Le Pilote à l'Edelweiss  posté le 22/11/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les jumeaux qui échangent leur personnalité, je me demande si tout cela n'est pas une légende urbaine ou un bon vieux fantasme. Qui dit fantasme et ce bon Sigmund ne me contredira pas, d'abord parce qu'il est mort, ensuite parce que na! fantasme égal sexe, et donc nous voila avec un triangle amoureux de la plus belle espèce sur fond de guerre mondiale ce qui permet à l'auteur de nous montrer de belles planches sur l'aviation de l'époque.

Or donc avec ce démarrage on adhère ou pas, pour moi ce fut difficile, le trip "les chevaliers du ciel" avec en prime l'écharpe blanche qui ne nous est pas épargnée sans parler de cette séance chaude bouillante dans le cockpit d'un avion. ( vu les zincs de l'époque entre échappement d'huile et autres joyeusetés t'y croit à peine )

Même le dessin ne trouve pas trop grâce à mes yeux, il fait bien léché, propre et possède un côté papier glacé, du moins dans l'intégrale, qui n'est pas du meilleur goût.

Aventure gentillette donc qui peut combler un après midi pluvieux, depuis ma lecture des détails de l'affaire ont déjà disparus de ma mémoire. Achat dispensable.

Nom série  Les Contes de l'Ankou  posté le 22/11/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ben oui Bof sans plus. Ici ce n'est pas le dessin qui est en cause mais bien le scénario qui tourne un peu en rond. Si au début les choses marchent à peu près cela se gâte par la suite. Je n'arrive pas à rentrer dans le truc notamment les tourments du narrateur, il finirait même par m'agacer un brin dans sa recherche qui n'a rien de celle du Graal, on n'est pas de le guide touristique de la Bretagne mais pas loin. Je m'attendais presque à avoir des adresses pour les meilleurs rades et autres bistrots du secteur ( sacré boulot d'ailleurs ) et pourtant les dieux savent si j'ai été baigné dans ce folklore, ces légendes, cette terre magnifiquement rendue par quelques planches assez sublimes.

Hélas, mille fois hélas le dessin ne suffit pas et je me suis vu à plusieurs reprises avoir hâte que tout cela se termine. L'Ankou méritait à mon sens mieux que cela

Nom série  Descender  posté le 20/11/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Comme quoi il faut savoir changer d'avis. Jeff Lemire pour moi c'était l'auteur de Trillium album que j'avais du lire dans le cadre d'un jury et qui ne m'avait pas du tout plu mais alors pas du tout.

Un scénariste fourmille d'idée du moins c'est l'idée que je m'en fais et ici la sauce prend plutôt bien. Certes les esprits chagrins pourront toujours y trouver à redire car de multiples influences se font sentir mais elles sont assumées. Moi j'ai plutôt été emballé par la chose.

Le sujet est d'actualité avec les découvertes dans le domaine de la robotique et l'on peut penser que nous ne sommes pas si loin de certains aspects développés dans cette histoire. Un scénario peut être un peu classique mais qui sait embarquer le lecteur et puis le dessin finalement n'est pas si mal sa colorisation pastel est à mon sens du meilleur effet. Peut être pas à posséder mais à lire surement.

Nom série  Brocéliande, Forêt du Petit Peuple  posté le 22/10/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je suis très preneur de tout ce qui touche à la"celtitude" et la légende arthurienne, aussi je suis circonspect et j'attends les auteur au tournant concernant ce sujet.

Ici belle et bonne surprise. Un scénario d'O. Peru que l'on ne présente plus qui nous concocte une histoire qui nous conte la première rencontre entre Merlin et Viviane. Ce n'est pas niais, pas d'afféteries à la sauce de l'oncle Walt. Une petite pensée pour le couple de korrigans qui savent être drôles sans en faire des caisses. N'oublions pas le trio de chasseurs "bas du front" juste parfait.

Au dessin Bertrand Benoit, un illustre inconnu pour moi mais qui propose un dessin très réussi, ses sous-bois incitent à la déambulation et sa vision du château sous le lac est carrément féerique mais dans le bon sens du terme. On n'est pas chez la reine des neiges quoi ! Un mot de la belle colorisation d'Elodie Jacquemoire tout en nuances automnales très subtiles.

Un album qui augure bien de cette nouvelle série concept, pour ma part j'irai sans hésiter voir la suite.

Nom série  Lance Crow Dog  posté le 22/10/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il n'y a pas longtemps j'ai relu Scalped qui évolue lui ausi dans le monde indien de nos jours. Même si le thème n'a pas grand chose à voir la vision qu'il donne des indiens me parait bien plus proche de la réalité que ce qui est montré dans "Crow Dog". En fait je ne me suis pas ennuyé mais j'ai trouvé le tout très policé, presque aseptisé.

Les enquêtes ne sont pas inintéressantes mais ne cassent pas non plus trois pattes à un canard, c'est du classique. L'acolyte, la belle Helen, est ce qu'elle est sans charisme particulier.

Le dessin est plutôt bon mais sans rien de transcendant. Toutes ces raisons font que je ne peux conseiller l'achat par contre une lecture en emprunt est possible.

Nom série  Etunwan - Celui-qui-regarde  posté le 21/10/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Lorsque l'on fait une BD qui s'intéresse particulièrement aux paysages, à la nature ou que sais je il est à mon sens essentiel de retranscrire à minima cette nature ou ces paysages. Ici le dessin n'est pas mauvais mais à mon avis il n'arrive pas du tout à retranscrire l'émotion dont nous parle le narrateur.

Seule grâce à mes yeux quelques bribes d'un poème de Baudelaire mais à bien y regarder je finis par me demander ce que ça vient foutre là.

Dommage l'histoire avait du potentiel mais son traitement un peu froid et une fin dans la plus pure veine romantique destructrice ne me font pas conseiller cet album.

Nom série  Le Sentier des Reines  posté le 21/10/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pas mal mais tirant vers la note supérieure. Comme beaucoup d'autres avis le disent j'ai eu au départ un peu de mal avec le graphisme, sec, dépouillé, pas beau quoi. Petit à petit je m'y suis fait et cela ne m'a pas gêné pour la suite. Cet album démarre comme une chronique paysanne du début du siècle dernier juste après la première guerre mondiale.

Peu à peu c'est à une sorte de road movie que nous assistons, pédestre certes, où l'on suit la fuite en avant de deux femmes et d'un garçonnet.

Quelques longueurs nuisent un peu à la fluidité du récit, ce poilu est parfois lourdingue, mais la lecture est toutefois intéressante.

Nom série  Valérian - Shingouzlooz.Inc  posté le 21/10/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai ri les filles et les gars. Si on m'avait dit un jour que je me marrerais sur un "Valérian " je ne l'aurais pas cru.

Ce sont les albums de messieurs Christin et Mezière qui ont participé de ma culture de bédéphile et particulièrement dans le domaine de la SF. J'en vois qui se marrent mais il faut bien commencer par quelque chose. Si je me laissais transporter par nos deux héros en des terres inconnues, par contre il est vrai que la grosse marrade, la poilade n'étaient pas l'atout principal de la série mère.

Aussi quelle bonne idée d'avoir donné les clefs de la boutique à W. Lupano. En d'autres occasions, qu'il n'est pas besoin de rappeler ici, il a su nous faire sinon rire du moins sourire plus que de raison.

Si vous avez lu d'autres de mes avis vous comprendrez aisément que pour moi il n'est nul besoin de m’appesantir sur le travail de M.Lauffray, j'attends juste de le voir un de ces jours dessiner une véritable histoire de SF. Les deux premières pages du présent album parlent d'elles mêmes.

J'en redemande.

Nom série  La Horde du contrevent  posté le 21/10/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Étayez le fer, tenez le bloc.

Ma rencontre avec "La horde du Contrevent " s'est faite au moment de la sortie du roman. J'avoue qu'à l'époque j'avais pris une petite claque et j'ai vite placé Mr Damasio au panthéon de mes auteurs préféré de SF. Oui il y avait du Silverberg, du Vance, moins la truculence, chez cet homme qui nous balançait une histoire forte, une quête du Graal inaccessible.

C'est dire si tous les amateurs attendaient avec une impatience non feinte la sortie de cette histoire en BD. Personnellement je n'étais pas particulièrement inquiet quant au choix du dessinateur, tant j'avais plus qu'apprécié son travail sur "Fils du soleil " ou certaines planches possédaient déjà, sans jeu de mot, un souffle évident. Eric Henninot fait partie de ces dessinateurs qui ont une patte et qui dessinent comme j'aime, tout simplement. Il est de la trempe des M. Lauffray, R. Recht et A. Brion, j'en oublie. Des gens qui ont un dessin que d'aucuns qualifieraient de "gribouillé", sale, pas lisse, effectivement à mille lieues de la ligne claire. Des gars qui au delà du brio de leurs techniques savent vous créer un ambiance de furieux. Donc là je ne suis absolument pas déçu. Le dessin arrive à donner une ambiance, alors oui le vent c'est pas facile à dessiner, ici pas facile de tricher puisque les personnages portent des habits près du corps. La page 33 du bloc dans le furvent parle d'elle même.

L'adaptation du texte et du scénario, pour peu que mon souvenir soit fidèle, me convient parfaitement. Une seule envie, relire dès que possible le roman, il va être sympa de coller d'autres images sur ce récit, en plus il me semble que mon imaginaire avait beaucoup fonctionné dans la partie du roman se déroulant sur la flaque de Lapsane et aux abords de Norska, j'ai donc hâte.

Je n'aurais pas attendu en vain, c'est forcément un coup de cœur pour moi, vivement la suite.

Nom série  Divinity  posté le 20/10/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Divinity est un ovni, ceci n'est pas étonnant pour peu que l'on fréquente un peu la galaxie Valiant, éditeur américain qui pendant un temps faisait jeu égal avec Marvel Comics et DC Comics. L'histoire n'en est pas restée là puisque suite à de nombreuses péripéties c'est maintenant Bliss Comics qui a repris le catalogue en 2015.

Et c'est bien d'un univers qu'il s'agit, je serais même tenté de dire un multivers. En effet dans les différents titres qui sont proposés les personnages se retrouvent, se répondent et inter-agissent les uns avec les autres. C'est foisonnant et au début il faut un peu s'accrocher afin de tenter de s'y retrouver. Que l'on en juge : X-O Manowar, Ninjak, Bloodshot, Faith, Archer and Amstrong et j'en passe pour ne point vous saouler. Tous ces personnages à la psychologie travaillée au fil des aventures des uns ou des autres se répondent et vivent des moments extraordinaires.

Certains pourraient penser que trop c'est trop mais ce foisonnement n'est à mon sens pas pire ou plus incompréhensible que celui où évoluent des Batman, Superman et consors.

Or donc Divinity, c'est une histoire plutôt maligne qui permet à ces auteurs de laisser libre court à leur imagination que l'on peut qualifier sans mentir de plus que fertile.

En pleine guerre froide, l'Union Soviétique donne son feu vert à une expédition spatiale : envoyer un homme aux confins de l'univers. Au bout du voyage Abram Adams, Valentina et Kazmir, entraînés depuis leur enfance, rencontrent l'indicible. De retour sur terre, Abram s'écrase dans le désert australien où les humains qui le rencontrent le considèrent comme un dieu Divinity. Les autorités terrestres sont partagées : faut-il lui faire confiance ou lui envoyer les héros de la terre pour l'affronter ?

Après le retour de Divinity c'est au tour de Valentina de rentrer et ses ambitions sont toutes autres. Des années après son départ l'Union Soviétique qu'elle connaissait n'existe plus et elle est en colère.

Cela nous donne un album particulièrement jubilatoire qui voit l’héroïne qui croit toujours en un idéal communiste. Pour elle la mission est simple il s'agit de restaurer à tout prix l'ancienne gloire soviétique.

Le troisième tome de cette série qui en connaitra quatre est déjà tout un programme avec son titre "Stalinvers".

C'est donc à une grande épopée de science fiction que nous sommes conviés où les auteurs se jouent de l'espace et du temps de manière suffisamment crédible pour que ça ne fasse pas ringard. Non en fait je trouve que tout cela est plutôt jubilatoire, il n'est que de voir l’héroïne découvrant peu à peu l'évolution de son pays et l'affrontement final qui n'en fait pas des caisses mais œuvre plutôt dans la subtilité, fait assez rare pour être souligné.

Pour le graphisme une équipe rodée à l'exercice qui propose un travail efficace dans la lignée du comics, la lecture est fluide, des couleurs sympas et une mise en page qui ne pèse pas sur la lecture.

Faisant mieux que copier les deux grandes maisons concurrentes Marvel et DC, voilà une BD ambitieuse qui tient la route et qui pourrait réconcilier les réfractaires au genre.

Nom série  Une maison de Frank L. Wright  posté le 18/10/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Pour être tout à fait franc je découvre Cosey sur le tard, j'avais lu A la recherche de Peter Pan que j'avais bien apprécié et c'est à peu près tout.

Sur cet album je suis agréablement surpris pas tant par le dessin d'ailleurs que par la manière de raconter une histoire. En littérature la nouvelle est objet difficile à réaliser, elle demande concision mais pas trop et doit resserrer l'intrigue, la connaissance des personnages en moins de mots que le roman. C'est le cas ici avec quatre histoires courtes de Cosey.

Personnellement je trouve que l'auteur est à son affaire et sait ce qu'il fait. D'une manière ou d'une autre toutes les histoires m'ont touché avec une petite préférence à la deuxième et qui donne son titre à ce recueil. D'abord elle nous donne l'occasion de voir une réalisation architecturale de F. Lloyd Wright et puis même si l'intrigue et sa résolution sont vite découvertes j'ai trouvé l'ensemble frais et pour tout dire assez beau. Réjouissons nous qu'un auteur arrive à nous faire ressentir des émotions aussi complexes que la naissance d'un amour de manière aussi simple finalement.

Le sentiment qui domine également sur ces histoire c'est celui de la nostalgie, sentiment souvent associé à la tristesse ou la mélancolie. Ici rien de tout cela, j'y ai vu une joie de vivre simple et belle.

Une belle découverte qui démontre que l'empathie n'est pas un vain mot.

Nom série  Matsumoto  posté le 15/10/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Religion, intégrismes de tous poils, sectes,... encore une Bd qui nous montre les méfaits de ces manières de penser qui toutes un jour ou l'autre ont conduit à des événements fort discutables. L’embrigadement des individus ou des masses ne conduit jamais à rien de bon.

Cette BD nous montre de fort belle manière comment la folie d'un homme peut en mener d'autres à commettre des actes répréhensibles. Cela est détaillé de manière presque clinique avec cet adepte de la secte qu'a priori rien ne prédisposait à se laisser prendre dans les filets de notre gourou.

Autant j'ai apprécié la couverture qui possède une réelle puissance autant l'intérieur m'a semblé lisse et sans âme, heureusement que le propos venait relever le niveau.

Voilà une BD fort instructive qui devrait être lue par le plus grand nombre, si elle peut permettre que des quidams ne soient pas embrigadés dans une secte ce sera déjà ça de gagné.

Nom série  Ringo  posté le 15/10/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
W. Vance sera toujours pour moi lié à mon adolescence où chez ma grand-mère je me précipitais sur son magazine "Femmes d'aujourd'hui" où je pouvais lire Ramiro et Bob Morane. Ringo ne paraissait pas dans cet hebdo mais j'ai toujours été attiré par le trait de cet auteur, ce côté griffé, sale.

Pour l'ado que j'étais c'était juste parfait, maintenant avec le recul je vois bien les failles, à savoir un scénario plus que basique. De ce côté l'histoire "Trois salopards dans le neige", (d'ailleurs j'y pense Mr Tarantino n'y aurait-il pas jeté un œil pour son dernier film?) est emblématique du style de Vance, ses décors sous la neige sont à couper le souffle.

J'en conviens doit plus à la nostalgie qu'à la raison mais comme disait l'autre j'assume.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 75 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque