Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 1002 avis et 186 séries (Note moyenne: 3.1)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Vive la classe !  posté le 10/03/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voici un album de Baru qu'on peut rapprocher de La Piscine de Micheville, où l'on retrouve les mêmes errements d'une jeunesse ouvrière. Ici Baru décrit l'appel d'une classe vers le service militaire et les excès qu'elle engendre. On se défonce, on fait la fête un maximum avant d'y aller. On tente aussi de se taper les nanas, notamment la reine du bal même contre sa volonté. Il y a là un passage assez choquant, je ne sais pas si tout cela est vécu mais ça fait peur à quel point la connerie de groupe peut aller loin.

C'est dommage que l'auteur ne s'attarde pas plus sur le côté historique des choses, ni sur les suites et l'ambiance à l'armée, néanmoins cela reste de bon niveau.

Nom série  Fuzzy le lapin et ses copains  posté le 10/03/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
A mon sens, Fuzzy le lapin et ses copains n'est clairement pas le meilleur album de Robert Crumb, ni la meilleure compilation de l'auteur qu'ont pu publier les éditions Cornelius. Présentant la particularité de regrouper des dessins mettant en scène des personnages animaliers, ce livre n'est pas si trash que cela, malgré toute l'horreur que peut penser a posteriori l'auteur sur ses propres histoires. Les premières présentant un couple de pigeons, muet, ne présente pas beaucoup d'intérêt. Cela semble faire partie de ses premiers travaux car même le dessin apparaît moins abouti.

Pour la suite du livre cela reste du Robert Crumb, c'est-à-dire que c'est tout de même meilleur qu'une bonne majorité de ce qui est publié aujourd'hui...

Nom série  Oh merde, les lapins !  posté le 10/03/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Franchement moyen, ce livre est une petite pique vue d'Argentine aux luttes politiques principalement en Europe. Ce n'est pas très subversif, pas très drôle malgré le fait de représenter les gouvernants politiques par des animaux mignons.

Les esquisses faites par Carlos Nine donnent à penser que ça a été fait assez rapidement, un peu brouillon. Bon mais à la rigueur on s’accommode bien du dessin, dommage que le discours ne soit pas à la hauteur et trop vite expédié.

Nom série  En cuisine avec Alain Passard  posté le 06/03/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je dois dire que je n'étais pas familier d'Alain Passard, mais je ne serai pas contre me sustenter d'une petite bouffe chez lui bien qu'à titre personnel j'apprécie autant un plat copieux de bistrot qu'une cuisine hyper recherchée qui se la raconte un peu des fois il faut bien le dire. On découvre dans l'album de Christophe Blain qui s'est immergé au sein des cuisines une suite d'anecdotes sur quelques plats qui peuvent être proposés par le cuisinier. Ce dernier apparaît comme un homme très exalté mais on ressent dans le dynamisme du dessin de Blain tout le travail et l'envie de créer de nouvelles choses, de proposer de nouvelles saveurs à ses clients, et tout cela en respectant un maximum le cycle de la nature, tous ses produits étant issus de son - immense - jardin qui sera également l'objet d'un reportage dessiné. Tiens on ressent un peu la même ferveur que dans le livre de Davodeau, Les Ignorants, où là c'est le monde du vin qui est mis en valeur par un producteur attaché à un certain nombre de valeurs.

Globalement c'est bien rendu par Blain, ça ne m'a pas donné envie de tester les recettes mais avis à ceux qui aiment cuisiner, pour ma part je me contenterai de déguster.

Nom série  Mystérieuse matin, midi et soir  posté le 06/03/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà un petit one-shot qui ne paye pas de mine. Bien sûr j'avais déjà entendu parler de Forest et de sa célèbre Barbarella - qu'on retrouvera ici comme un caméo. Il s'agit d'une mouture librement inspirée de l'île mystérieuse de Jules Verne où une petite équipe débarque en catastrophe sur une île en forme de point d'interrogation sur laquelle trône un énorme arbre et plein de créatures étranges.

Bref dans un futur lointain, une foule d'aventures attend le lecteur avec des rebondissements et des mystères en veux-tu en voilà. De plus on pourra apprécier un dessin noir et blanc pas vilain du tout même s'il subit le poids des années et qu'on peut lui reprocher un style un peu vieillot aujourd'hui.

Nom série  Shä et Salomé  posté le 06/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je m'attendais au pire chez un éditeur qui publie du Pénélope Bagieu. En fin de compte Shä et Salomé c'est assez drôle, je suis presque surpris d'ailleurs de n'avoir pas détesté cette bande dessinée "girly" à 3000 % typique d'une certaine mouvance de blogs. Mais il faut avouer que c'est parfois bon de lire un truc totalement reposant du cerveau et de sourire sur les situations dessinées dans ces pages.

Cela fonctionne par gag sur une page ou demie-page. Shä est l'homme de la maison, représenté sous les traits d'un chat. Il est adepte des questionnaires qu'on trouve dans Cosmo. Salomé est une femme, rousse mais qui croit avoir des cheveux blonds vénitien, fan de Batman et de jeux vidéos.

Une bonne centaine de pages sans trop de clichés qui pourrait plaire à une cible jeune, par exemple jeunes filles ou jeune couple tendance geek.

Nom série  Les Deux du balcon  posté le 05/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
A lire les avis précédents, je partais avec un a-priori négatif sur cet album. Mais après l'avoir lu je crois comprendre un peu mieux pourquoi Masse est admiré par beaucoup dont Menu ou Sfar.

Son dessin est vraiment beau, de prime abord je ne l'ai pas trouvé génial. Mais à bien y regarder, Masse fait preuve d'une très belle maîtrise graphique.

Après on peut accrocher ou non aux histoires loufoques de ces 2 hommes perchés sur leur balcon et débitant des anecdotes pseudo-scientifiques qui peuvent laisser songeur. J'ai beaucoup aimé notamment la théorie sur la néoténie du Mickey au fil du temps, c'est-à-dire cette façon de rendre le Mickey de moins en moins souris, mais de plus en plus mimi avec de grands yeux.

Cela peut faire penser au même genre d'univers que Fred. Ce dernier et Francis Masse sont a peu près de la même génération de dessinateurs et ont depuis quasi arrêté tout deux de faire de la bande dessinée.

Toujours est-il que ce premier contact en appelle d'autres, j'ai déjà La Mare aux Pirates sur le feu.

Nom série  Curiosités perverses de Sophie  posté le 05/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sophie est encore vierge et se fait chambrer par les garçons du lycée jusqu'au jour où elle croise un homme qui lui remet une sacoche. Quand elle revient chez elle et y découvre un manuel plus qu'explicite, elle est choquée mais commence à s'exciter. Puis le lendemain, elle rencontre des hommes dans des toilettes et se met à les sucer. Puis on l'invite dans une maison où des femmes vont l'initier. Enfin elle finit dans une soirée un peu spéciale où elle se fait dépuceler, puis passer dessus par une dizaine d'hommes, puis on la fouette, on la fiste. Bref on peut dire que ça monte en puissance au fil des pages et que Sophie passe d'une blanche colombe à une salope en puissance. Le dessin de Von Gotha est pas mal, au final ça fait un album aux situations variées assez réussi dans le genre.

Nom série  Le Rêve de Cécile  posté le 05/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Premier Von Gotha que je lis, je trouve ce rêve de Cécile pas mal du tout. Entièrement muet, c'est seulement à la dernière planche qu'on voit Cécile parler à son psychanalyste. Vu que nous sommes dans son rêve c'est en effet logique qu'il n'y ait pas de paroles. De même on passe d'une époque historique à une autre, d'une scène de sexe à une autre sans qu'il y ait de réel lien. Mais on reste dans un rêve.

Tous les hommes se trimballent le sexe à l'air, tous équipés de bras d'enfant en guise de chibre et prêts à s'en servir sur la petite Cécile dont les fesses rougissent sous les coups de cravache. Cécile rêve aussi d'orgies et se fait arroser régulièrement et généreusement par ces messieurs. Le dessin est ma foi pas vilain. Bref si on ne s'attache pas au réalisme de la chose, le rêve de Cécile peut plaire.

Nom série  Leonora  posté le 05/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pour commencer cela reste subjectif mais j'aime beaucoup le dessin en bichromie de Pauline Martin. On peut le trouver assez proche du trait habituel de David B. qui scénarise cet album. Certes on sent des influences manifestes, ce n'est pas un mal d'avoir de telles références.

Leonora l'héroïne part en quête du Graal et rencontre différents personnages fantasmagoriques. C'est pas mal, il n'y a pas grand chose à reprocher à ce récit mais il ne restera pas dans les mémoires. De plus à 20 euros il est assez cher pour qu'on en recommande l'achat alors que ce n'est pas le genre d'ouvrage qui se relit si souvent.

Nom série  Chroniques de la lune noire  posté le 05/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Récemment une proche s'étonna du fait que je n'avais jamais lu les chroniques de la lune noire en dépit de toutes les bandes dessinées qui me tombaient entre les mains. Eh oui malgré de nombreuses années et un nombre que je ne compte plus de lectures de bandes dessinées, c'est une course sans fin et j'ai certainement encore un grand nombre de choses incontournables et autres pépites à lire.

Pour le coup après m'être procuré les dits tomes à la bibliothèque voisine, je peux dire que de n'avoir pas lu ces chroniques plus tôt n'a pas été un manque à ma vie.

En effet j'ai lu les premiers tomes sans déplaisir apprenant à connaître la petite bande autour de notre héros flanqué d'un rigolo de service, d'une nana accorte et d'un golgoth jovial. Mais le tome 6 m'est carrément tombé des mains. Je dois être un peu trop vieux maintenant pour apprécier à sa juste mesure une débauche de batailles, de luttes de pouvoir dont je n'ai pas tout compris.

Et puis ce dessin, il est laid. Ledroit produit des planches hyper chargées avec des doubles pages de folie montrant des combats épiques. Pour autant quand vous le regardez de près, il est laid. Les fans me diront sûrement que le tout s'améliore vers le tome 13 ou 14 mais il se trouve que je n'ai pas envie d'attendre jusque là et me farcir des tomes sans aucun plaisir.

Nom série  Les Ignorants  posté le 05/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Les ignorants doit être l'un des titres de 2011 dont beaucoup de monde parle en bien. Je dois avouer que je n'ai pas été déçu de lire la rencontre entre un auteur de bande dessinée et un vigneron. Deux mondes bien différents, quand l'un reste enfermé penché sur sa planche à dessin, l'autre est tout le temps dehors à entretenir sa vigne ou chercher le meilleur fournisseur de fûts. Mais la passion pour leurs métiers respectifs se ressent à chaque page. L'objectif est de produire de la qualité mais aussi d'avoir du plaisir. Faire de son mieux chaque jour.

Si la restitution de l'expérience qui dura plus d'un an est davantage axée en termes d'équilibre sur celle de Richard le vigneron, ce n'est pas un problème. Pour ce qui est du domaine de la bande dessinée, je n'ai pas appris grand chose, j'en sais par contre maintenant un peu plus sur le traitement de la vigne, la biodynamie, les labels, les agences de notation du vin etc.

C'est donc un récit du réel. De plus Etienne Davodeau est dans sa meilleure forme au niveau de son dessin, on pourrait dire qu'il est arrivé à maturité.

Avalé d'une seule traite, ce qui est rare chez moi pour un volume de près de 300 pages, il serait dommage de ne pas lire ce partage d'expérience de deux ignorants.

Nom série  Une Vie dans les Marges  posté le 05/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ce manga est une belle réussite de la part de Tatsumi. L'auteur qui est reconnu comme un maître et fondateur du style gekiga nous raconte ses débuts en tant qu'auteur à travers son double Katsumi. On le voit faire ses premiers dessins, les poster à des magazines qui publient des strips en 4 cases et donnent des récompenses aux jeunes auteurs sélectionnés. Ce n'est pas grand chose mais cela ramène un peu d'argent à la maison pour aider ses parents.

On le voit également rencontrer Tezuka alors que ce dernier est encore tout jeune et étudiant en médecine mais pour autant déjà adulé pour ses mangas. Puis Tatsumi arrive à faire éditer ses premières histoires longues et intègre l'atelier d'un mangaka.

On ressent fortement la grande assiduité de l'auteur pour parvenir à son rêve de devenir mangaka. Il décrit également très bien la relation avec son frère aîné et comme une rivalité entre eux. Ce dernier est malade et jalouse beaucoup les succès naissants de son frère.

Tout cela se lit sans ennui malgré des volumes conséquents de près de 500 pages.

Bref, réalisé dans un style graphique épuré, cette vie dans les marges est passionnante pour donner un éclairage sur une époque qui accouchera des plus grands maîtres du manga.

Nom série  Sutures  posté le 05/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voici un très bon ouvrage qui malgré ses 300 pages est avalé relativement rapidement. En effet David Small a un style très aéré et pas mal de pages sont sans texte. Il reste que c'est très percutant et poignant. L'auteur raconte son enfance et les séances de radiothérapie prodiguées par son père médecin alors qu'on n'en maîtrisait pas encore les effets secondaires. C'est le récit d'une enfance douloureuse, d'une adolescence solitaire qui ne s'arrange pas lorsqu'il perd sa voix et surtout d'une mère incroyablement distante. C'est très fort à quel point l'auteur arrive à restituer l'absence d'affection qu'il ressentait durant toutes ses années.

Bref, un titre qui m'avait interpellé dès sa sortie et qui ne m'a pas déçu lorsque j'ai eu l'occasion de le lire 2 ans plus tard.

Nom série  Le Voleur de visages  posté le 05/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'aime bien le style de Junji Ito et les quelques nouvelles réunies dans le présent ouvrage ne dérogent pas à cette ligne même si elles sont de qualité inégales. Chacun aura ses préférées mais il reste que l'auteur a une force constante pour ancrer ses récits d'horreur dans une réalité palpable. La première histoire qui donne son nom au recueil porte sur une jeune fille qui arrive à assimiler et changer son visage pour ressembler à quelqu'un qu'elle apprécie, un peu à la manière d'un caméléon. Elle sera contrée d'une bien habile manière par les lycéens qu'elle copie. Une autre histoire évoque la mort et le chagrin engendré surtout quand il s'agit d'un enfant. Jusqu'au jour où on découvre que des épouvantails placés au dessus des tombes finissent par prendre l'apparence de la personne décédée.

Une des histoires les plus fortes pour moi est celle qui s'appelle "Chutes". Tout d'un coup, lors d'une nuit plusieurs centaines de gens disparaissent sans raison et sans laisser de trace sauf une jeune fille retrouvée accrochée dans un arbre. Jusqu'au jour où une, puis deux puis trois personnes finissent par retomber sur terre et s'écrasent violemment. D'où peuvent-elles bien tomber ? Voilà le genre de récit où l'auteur part d'un postulat pour faire monter en pression le lecteur mais sans jamais donner de justification sur la survenance de tels faits. Ils sont montés vers le ciel puis redescendus, pour qui, pourquoi comment ? On ne le saura jamais.

Il faut donc accepter de se faire embarquer dans la logique irréelle de ces récits, il y a juste à rentrer dans l'ambiance et cela peut varier selon les individus et les récits.

Nom série  Folles passions  posté le 05/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Folles passions décrit les moeurs du Japon au XIXème siècle, un peu à la manière de La Plaine du Kanto du même auteur. C'est une suite de petites histoires sur la vie au sein des baraques d'Edo dans lesquelles on trouve le maître Hokusai, le vieux fou de dessin. Mais contrairement au manga Hokusai de Ishinomori, Folles passions est assez peu centré sur la vie du maître. Ce n'est pas une biographie mais plus une retranscription de la vie assez miséreuse à l'époque il faut le dire et notamment celle de Sutehachi un disciple du maître qui ne pense qu'à faire la fête, s'enivrer et s'entourer de femmes au lieu de développer véritablement son talent d'artiste.

Ces trois tomes denses de 300 pages décrivent une vie de Bohême de Sutehachi qui réalise des dessins érotiques ne récoltant que le mépris de son père qui est lui un artiste reconnu. Nous croisons aussi O-Shichi une femme qui se laisse dévorer tragiquement par une passion après avoir goûté à l'amour avec Sutehachi. Il s'agit même d'une véritable auto-destruction au fur et à mesure allant jusqu'à provoquer un gigantesque incendie, métaphore du désir qui brûle en elle. Un doux mélange de vie et de mort, d'amour et de sexe, dans tous les cas une violence latente est instillée dans ses pages pour exploser par moments. C'est cru, c'est crade. On ne voit Hokusai que sur la fin de sa vie mais on peut penser que Sutehachi est à son image, le miroir d'une seconde jeunesse en quelque sorte.

Le trait du mangaka est dynamique, c'est loin d'être un débutant à ce niveau. Bref ce manga n'est pas ce qu'il y a de plus accessible mais est à découvrir.

Nom série  Neuf Pieds Sous Terre  posté le 03/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le 9 est une constante dans ce livre carré mettant en scène les 9 vies d'un chat, ou plutôt ses 9 morts. Avec 9 cases par planche, l'originalité du récit tient au fait qu'il est découpé en plusieurs histoires avec plusieurs scénarios de mort. Chaque scénario reprend le précédent, le chat évite la mort pour vivre une planche de plus.

On pourrait penser que c'est plus simple à dessiner en faisant des copier coller de cases puisque les différentes histoires reprennent les bases de la précédente. Mais c'est bien redessiné à chaque fois et cela devient de plus en plus encré au fil des pages, on part d'un trait très léger pour finir sur un trait sombre.

Bref un bel exercice.

Nom série  Zahra's Paradise  posté le 17/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un bon album relatant la recherche active - et fictive - d'un homme disparu au cours des manifestations en Iran, à Téhéran, en 2009, avant même les révolutions du printemps arabe donc. Sujet difficile dans une dictature religieuse et les auteurs utilisent d'ailleurs des pseudonymes pour ce récit d'abord paru sous la forme de blog.

Certes je ne peux qu'apprécier le témoignage, même si c'est fictif on se doute bien que c'est très largement inspiré de faits réels et cela permet presque à la manière d'un documentaire de se faire une meilleure idée de ce régime policier où la contestation et les idées dissidentes n'ont pas leur place. La répression est à l'oeuvre, et même pire la torture et le viol. De plus le pays reste un des derniers où l'internet est très étroitement surveillé.

La narration est fluide, le dessin n'est pas le point fort mais il est tout à fait correct. J'avoue que je ne me suis pas avalé toute la quantité de pages de supplément en fin d'album. Il reste que Zahra's Paradise, du nom d'un cimetière de Téhéran, est un livre à lire pour un peu mieux connaître les faits sur ce pays explosif qu'est l'Iran.

Nom série  Une Vie sans Barjot  posté le 16/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà un one-shot tout à fait conseillé. Appollo met en scène Mathieu qui vient d'avoir 18 ans et suite au baccalauréat va entrer à la fac loin de chez lui et de ses amis. C'est une période où de nombreux changements surviennent et cela cogite beaucoup pour Mathieu et sa petite bande au coeur de la nuit précédant son départ. Il y a celui qui rêve d'aventure et veut partir en Afrique, il y a l'autre insouciant et sa planche de skate. Et puis il y a les filles.

Bref les auteurs concoctent un album bien écrit avec de bons dialogues qui sonnent justes ce qui n'est pas facile à faire. Et puis c'est bien dessiné de surcroît avec des ambiances différentes bien rendues par les couleurs (cf. Pour en finir avec le cinéma de Blutch qui utilise aussi ce procédé). A lire.

Nom série  Pour en finir avec le cinéma  posté le 16/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai d'abord lu cet album. Puis 3 jours après je l'ai relu. Pas parce que j'avais adoré, c'est plutôt le contraire. Je me disais que j'étais complètement passé à côté, je m'acharne un peu, Blutch n'est pas donné au premier venu. C'est le cas de le dire ici car "pour en finir avec le cinéma" rend un hommage passionné de l'auteur au 7ème art, tout en utilisant pour cela le 9ème de fort belle manière d'ailleurs. Oui son dessin est très beau. De plus il marque ses scènes en les dissociant par des couleurs différentes, jaune, puis bleu etc.

Cela m'a parfois fait sourire, la façon qu'il a de se représenter en vieux cinéphile à la conduite masturbatoire par exemple. Mais globalement je n'arrive pas à rentrer dans son monde. Où veut-on en venir ? L'album est une suite de scénettes inspirées du cinéma, revisitez vos classiques, mais sans réel fil conducteur si ce n'est pour Blutch de déclarer son amour à Burt Lancaster ou Michel Piccoli. Certes le cinéma est un vaste sujet malgré seulement quelques décennies d'existence. J'ai entendu parler de Luis Buñuel ou Visconti même si je crois n'avoir jamais vu aucun de leurs films. Pour autant je ne pense pas qu'il faille être un familier de ce cinéma pour apprécier l'oeuvre de Blutch. Non non c'est juste le style Blutch qui ne passe pas, je n'avais déjà pas aimé Peplum, et à peine plus La Volupté, malgré toute ma bonne volonté cet hommage au cinéma ne passe pas mieux.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque