Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1492 avis et 67 séries (Note moyenne: 3.06)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Shirley et Dino  posté le 19/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Lorsque ce duo est arrivé sur la scène comique en France le succès a été important et puis sans doute victime des modes il a aujourd'hui presque disparu. Ce duo fonctionnait beaucoup sur le visuel mais également sur la voix qu'empruntait Shirley. Une voix aiguë, criarde, à la limite du supportable. Personnellement au bout de deux minutes je ne pouvais plus supporter.

Fallait-il en donner une adaptation graphique ? A mon sens non, le projet est louable et mises à part les couleurs de Margerin je trouve que son trait se prête plutôt bien aux personnages. Après sur le fond, ces épisodes de la soi disant vie quotidienne de Shirley et Dino ne m'intéresse pas. Ayant eu du mal à rire de leurs facéties sur scène je ne pouvais qu'être autant de marbre devant la BD.

Nom série  Achille Talon  posté le 19/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est drôle comme certaines BD peuvent laisser un sentiment mitigé. Si je me replonge plusieurs années en arrière, Achille était pour moi une sorte de must. J'avoue que ce que j'appréciais le plus c'était bien évidement les dialogues et plus particulièrement la logorrhée du sieur Talon. Bien sûr une grande part des subtilités de langage me passaient largement au dessus de la tête mais le principal était l'emploi de ces mots qui possédaient un côté un peu magiques. A cela il fallait ajouter un personnage truculent de père amateur de bière. Bref j'aimais bien A.Talon.

Les années passant, je retombais épisodiquement sur un album et je me régalais du verbe mais de moins en moins des situations qui décrivaient un petit monde un peu étriqué où aucun véritable souci ne venaient entacher la quiétude et la monotonie de la vie. Si je devais ne m'en tenir qu'à ce point ma note serait différente ; malgré tout, même si la satyre est légère elle a le mérite d’exister. De plus une BD qui manie le verbe et les mots de cette manière ne peut être que recommandable. Pas toute la collection, mais en posséder deux ou trois tomes me paraît raisonnable pou ce qui fut tout de même un monument de la BD.

Nom série  Barbarella  posté le 18/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avec son visage qui emprunte à la fois à Brigitte Bardot et à Jane Fonda , Barbarella est arrivée dans le paysage d la BD Française comme une sorte d'ovni. En plus de ces visages bien connus, la plastique de la dame qui parfois nous fait profiter de ses charmes, nous fait offre de postures qui si elles nous paraissent bien sages aujourd'hui, étaient pour l'époque plus que coquines à tel point que les ligues de vertu, les pauvres!, se sont dit qu'il fallait cacher ce sein que le jeune public ne saurait voir, (crétins!).

Au final il reste des histoires loin d'être subversives dont le propos science fictionnesque était dans le genre de l'époque mais qui sont maintenant un peu kitch.

Un pas mal pour l'aspect novateur à replacer dans son contexte sinon pas grand chose à se mettre sous la dent. A feuilleter pour les historiens de la BD.

Nom série  Fawcett  posté le 18/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Oui pour l'exploration, oui pour l'esprit d'entreprise de ces hommes qui quittaient tout pou une chimère, un rêve et que beaucoup n'ont jamais atteint.

A l' époque Victorienne, Sir Percy Fawcett est un cartographe reconnu par ses pairs, il a fait ses preuves en Afrique et décide sur la foi d'un ancien manuscrit datant de l'époque de la Conquista de redécouvrir une cité mythique qu'il nomme "Z". Cette cité prouverait l'existence d'une civilisation antérieur à tout ce que le monde du XIX ème siècle connait. Le voilà donc parti avec son fils et un ami de celui ci sur les traces d'un vieux parchemin indiquant la route qui le mènera vers la gloire et la reconnaissance de ses pairs.

A cette époque l'explorateur est une image, une icône qui fascine ses contemporains par les découvertes et les exploits qu'il réalise. Cette histoire est donc basée sur des faits réels et retrace la dernière expédition de Percy Fawcett à la poursuite de se mystérieuse cité.

Une grande part du récit est consacré à ce qui faisait défaut à ces hommes qui tentaient de repousser les limites du monde connu: la recherche du nerf de la guerre , l'argent. Tâche au combien difficile et c'est grâce à des sponsors américains que finalement l’expédition peut avoir lieu. Ici dans les salons Londoniens ont n'échappe pas à quelques clichés mais l'ensemble est bien troussé. Vient la partie qui fait le corps du récit; l'arrivée en Amazonie et les pérégrinations de la petite expédition. Pas de spoil, tout cela reste très classique accompagné d'un dessin réaliste mais qui n'est pas plus emballant que ça, mais sachant que le projet de Fawcett semble s'être arrêté en 1927, date à partir de laquelle il n'a plus donné de nouvelles, je m'étonne qu'un deuxième tome doive voir le jour, pour nous compter quoi? Une découverte suivie d'une mort atroce, l'intervention de quelque puissance supérieure?

A mon sens ce tome me paraissais se suffire à lui même, bon, étant un brin curieux j'irais jeter un œil à la suite mais sans conseil d'achat

Nom série  Hollywood  posté le 17/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai longtemps hésité avant de me décider pour mettre cette note. Quoiqu'il en soit je précise qu'elle tend vers le bas plutôt que le haut.

Première cause, le dessin que je n'ai vraiment pas trouvé à mon goût, la difficulté quand on veut faire dans le trait réaliste, c'est justement que ça ait l'air réaliste. Ici ce n'est vraiment pas le cas, et qui plus est les personnage ne sont pas franchement dynamiques. Si l'on ajoute à cela une colorisation assez pénible, rien n'est tiré vers le haut.

Deuxième cause, l'histoire. L'idée n'est pas mauvaise que de vouloir nous faire découvrir les premiers pas de l'industrie cinématographique, mais je ne sais pas, tout ça fait très téléphoner, aucun personnage n'est vraiment sympathique, en tout état de cause je n'ai pas vibré à leurs aventures. Il manque le petit quelque chose qui donne envie de lire la suite, mais là se sera sans moi.

Nom série  Southern Bastards  posté le 17/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ça calme ! Mais qu'est-ce qui fait que dans l'imaginaire collectif, du moins de ce côté de l'Atlantique, nous ayons cette image du sud des États Unis? Sweet Home Alabama qu'il chantait. De "Delivrance" à Southern Bastards la boucle est bouclée. Comme le dit le scénariste Jason Aaron dans la préface : "J'adore le Sud, mais le Sud me colle aussi une peur bleue". Tu m'étonnes Jason ! Déjà auteur d'une remarquable série Scalped, il nous refait ici le coup du scénario qui t'en file une grosse dans la poire. Et le pire, c'est qu'on se doute bien, en voyant revenir le vieux fils du shérif, que ça va envoyer du lourd. Lentement, sûrement, les éléments se mettent en place d'une manière telle que l'on se croirait presque dans une tragédie grecque.

Le dessin de Jason Latour n'y est pas pour rien qui vous scotche les yeux sur ses cases magnifiées par des couleurs où le rouge domine.

Les plages de calme succèdent à celles où la violence éclate de manière brutale, irréfléchie et sans motif apparent. Avec son héros granitique mais pétri de contradictions, les auteurs nous proposent un héros un peu malgré lui, mais charismatique ô combien.

J'ai véritablement hâte de lire la suite, cette série offrant un potentiel évident et le cliffhanger de la fin me laisse envisager des déploiements de l'intrigue qui me mettent l'eau à la bouche.

Encore un bon cru de Mr Aaron qui se déguste, on en redemande !!

Nom série  La Cité des Orphelins  posté le 17/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Survival, mais franchement gentillet. Alors certes le gore n'est pas obligatoirement la solution, mais j'ai quand même trouvé que ce groupe d'enfants était carrément improbable. Il semble que cette BD est tirée d'un roman, lu à 200 000 exemplaires, (ce qui finalement n'est pas grand chose aux États Unis).
Tout au long de cette histoire l'héroïne passe son temps à répéter le même message en boucle: " tous ensemble on va y arriver, on peut le faire". La méthode Coué en action!.
Dans un monde où les personnes de plus de douze ans ont disparu, j'imagine assez mal des groupes d'enfants qui longtemps après la catastrophe trouvent encore des denrées comestibles, des enfants qui psychologiquement sont en parfaite santé et qui du jour au lendemain, tels des Robinson Crusoé modernes, sont capables de s'organiser en clans, bandes parfaitement autonomes.

Si le propos est louable - ne baissons pas les bras, unissons nous - il est délivré ici de telle manière que je n'y ai pas cru une seule seconde. Ajoutons que l'héroïne, encore elle, est une parfaite petite dictatrice avec laquelle je tiendrais pas une heure.

Un petit mot sur le dessin qui n'est ni beau, ni moche, quelconque je dirais et une propension à ce que les personnages aient des têtes un peu disproportionnées.

Une lecture parfaitement dispensable.

Nom série  Shi Xiu  posté le 15/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Que voilà une bien belle découverte pour une BD dont le premier tome n'est plus si récent puisqu'il date de 2011.

Belle découverte car le thème est plutôt atypique. Les aventures d'une figure, réelle, du folklore chinois en la personne d'une femme ancienne prostituée, qui se retrouve à la tête d'un flotte de pirates sanguinaires. Grâce à des qualités indéniables de combattante, sans que cela ne verse dans le Kung Fu volant dans tous les sens; mais surtout grâce à une intelligence de stratège et de manipulation des hommes sous ses ordres, cette jeune femme deviendra donc une force sur laquelle les pouvoirs en place devront compter.

Belle découverte également en ce qui concerne le dessin que je trouve particulièrement soigné avec un soin apporté au détails assez phénoménal. Que dire des costumes, des éléments architecturaux, des vaisseaux de la flotte pirate, les intérieurs, nous ne sommes pas face à des estampes mais véritablement il y a là du grand art. Le dessin est fluide, dynamique. Ajoutons pour faire bonne mesure que le dessin déjà très bon dans le premier tome s'affine par la suite.

Donc une histoire prenante qui nous fait découvrir un monde exotique sans tomber toutefois dans quelque chose de toc, ça sent la bataille, la fureur de la poudre et du sang, en bref on ne s'embête pas un instant. Nos pirates chinois pour ce que j'en sais non rien à envier à leurs confrères des Caraïbes, le moins que l'on puisse dire c'est que ça envoie. Les plages d'actions sont tempérées par des scènes plus intimistes qui sont fort alléchantes, l'héroïne étant magnifiée par le dessin de cet auteur chinois à découvrir.

A lire pas forcément d'urgence, quoique!, le souffle de l'aventure dans un univers dépaysant mais accessible!

Nom série  Matt Peterson  posté le 12/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Plutôt une bonne surprise cet album. Que les choses soient claires d'entrée de jeu, je suis tout à fait d'accord avec Spooky quand il dit que sous le pseudo de Stom c'est bien évidemment Jean Yves Delitte qui se planque. Un album futur sur les compétitions de voiles aux J.O et l'affaire sera bâchée.

Ceci étant dit j'ai trouvé cette histoire plutôt bien ficelée et qui dénonce la collusion entre les milieux d'affaires et le sport. Quoi, je déraille, je suis un adepte de la théorie du complot? Il me semble avoir entendu un peu partout ces jours ci des histoires avec la FIFA!!!

Je m'emballe, toujours est il qu'un autre volume consacré au Tour de France est prévu et j'irai y jeter un œil avec plaisir. Divertissant, agréable donc à consommer.

Nom série  Le Maître de Benson Gate  posté le 12/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Comme l'a dit mon petit camarade précédent, quatre tomes ça va! Pour moi il est inutile d'aller plus loin à moins de vouloir nous faire le coup de Calder, soldat en Europe qui magouille pour s'approprier le trésor des Templiers caché dans une vieille église italienne. Pour moi ce grand cycle se suffit à lui même, plus j'aurais l'impression que l'on tire sur la corde.

Le tome 4 est un peu à mettre à part par rapport aux précédents, nous avons tout de même le droit à des personnages un peu too much et qui se tirent de situations bigrement complexes. Le must étant atteint avec l'évasion grâce à l'aide des femmes mexicaines qui on ne sait par quel miracle décident pour les beaux yeux du héros de prendre des risques inouïs!

Le début de cette histoire est finalement plus classique dans la description de cette double passation de pouvoir entre les deux frères et ensuite le père. A vrai dire j'aurais aimé un peu plus de profondeur dans la manière dont nous est montré le changement de personnalité de Richard, qui de jeune idéaliste, (à l'Américaine tout de même!), se transforme en requin sans scrupules.

Peinture d'un certain monde à l'aube du siècle dernier situé dans le monde des affaires et de la bonne société Bostonienne, ces quatre volumes se lisent avec plaisir, toutefois je n'en recommande pas l'achat, un "pré-visonnage" en médiathèque est sans doute nécessaire.

Nom série  Pretty Deadly  posté le 12/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà ce que j'appelle une baffe visuelle. Alors certes nous sommes dans le trait un peu habituel du comics mais avec un souci du détail comme je l'ai rarement vu ailleurs. Des inspirations, il y en a certainement, mais disons plutôt que Emma Rios, c'est elle qui tient les pinceaux, à une originalité qui devrait marquer les esprits. Ses personnages un peu allongés ne sombrent pas pour autant dans la caricature et si je devais lui faire un seul petit reproche c'est la pose de certains dans quelques cases. Ses dessins de combats sont hyper dynamiques mais c'est la qualité du visuel qui remporte mon adhésion. Tout cela serait bien sûr impossible s'il n'y avait une excellente colorisation. Rendons à César ce qui lui est dû, il s'agit de Jordie Bellaire.

Chaque chapitre, il y en a cinq, débute par une ou deux pages d'aspect très bucolique ou un lapin et un papillon se racontent les événements qui vont suivre. Ce procédé qui n'alourdit en rien le propos est l'occasion pour la dessinatrice de faire montre de tout son talent en ce qui concerne son trait pour représenter la faune.

Dans une petite ville de l'ouest américain dans la deuxième moitié du XIXème siècle, un homme arrive, accompagné d'une jeune fille revêtue d'une grande cape en plumes de vautour. Installés sur des tréteaux, ils nous racontent l'histoire de Ginny-face-de-mort.

Un jour un maître maçon épousa une splendide jeune femme, mais rapidement il sombra dans la démence et en vint à traiter sa femme comme un objet. Envahi par la peur de la perdre, il lui construisit une prison de pierre. Seule abandonnée elle pria la mort de venir la chercher. C'est le dieu de la mort en personne qui vint à elle et s'en éprit. La jeune femme mourut en donnant naissance à une petite fille que la mort baptisa Ginny. A charge pour elle de poursuivre dans le monde des vivants les âmes des pêcheurs.

Avouons-le, à partir de ce point, l'histoire se complexifie un peu et il faut toute l'attention du lecteur pour bien comprendre les tenants et les aboutissements entre les personnages et les situations. Au fil des chapitres, les événements prennent tout leur sens et proposent finalement une histoire assez originale.

La mise en page et le découpage ne sont pas novateurs mais rendent l'ensemble dynamique et très plaisant, ne gênant en rien le plaisir de lecture. Un deuxième tome est en préparation et nul doute que je ferai partie des acquéreurs. Une bonne histoire mêlant habilement western et fantastique, ce n'est pas si courant, et je le répète le trait est virtuose voir magnifique le tout sans esbroufe.

Nom série  Indiana Jones  posté le 12/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Face à l'insondable, face à la vacuité totale il est bien difficile de se prononcer. En effet que dire face au vide, certes cela le remplit, mais tout cela est au final complètement vain.

Scénario indigeste, dessin et couleurs à la limite du hideux, il est heureux que cette BD soit gratuitement offerte. Bon je sais je fais court mais qu'ajouter...le vide encore...

Nom série  Mon ami Dahmer  posté le 12/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Dire que j'attendais cette lecture avec impatience est peu de le dire. Mes petits camarades du site m'ont à plusieurs reprises vanté les qualités de cette histoire.

Premier point, le dessin, ce n'est vraiment pas mon truc ce style là, cela n'a pas empêché ma lecture mais pour moi on est plus proche de la caricature que d'autre chose. Bien évidemment là n'est pas le propos et ici c'est le fond qui compte plus que la forme. Donc.

Les premiers mots qui me viennent à l'esprit: glauque, froid, désespéré, vacuité. Si l'on y réfléchit bien, combien de personnes de notre entourage, disons lorsque nous étions dans nos années lycée, vivaient le même type de vie ou tout du moins de situation. Certes me direz vous bien peu de nos connaissances de l'époque sont devenues des sérial killer et c'est tant mieux.

A l'issue de ma lecture ce qui me frappe c'est véritablement le manque d'empathie absolue dont ont fait preuve les gens qui côtoyaient Dahmer. Comme le dit l'auteur ces événements se sont produits dans une époque particulière et avec des gens, des ados, plus préoccupés par les choses de cet âge que par l'attention à l'autre. Aurait-il été possible d'empêcher cette série de massacres, peut être pas, mais peut être que oui, on ne peut refaire l'histoire.

Mon sentiment n'est pas comme certains l'ont dit du dégoût ou un malaise mais plutôt, et peut être vais je choquer, l'impression d'un immense gâchis.

Quoiqu'il en soit voilà une lecture assez indispensable pour tenter d'approcher la compréhension de la psyché humaine, celle de gens comme Dahmer mais aussi celle de son entourage de l'époque.

Nom série  Allan Quatermain et les mines du roi Salomon  posté le 12/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Pas mal et tirant sur le franchement bien. J'aime ces récits d'aventures qui possèdent un petit côté vieillot, suranné mais qui au final contiennent un charme certain. Ces récits ont été écrits dans une période où l'ensemble du monde n'était pas connu, il restait des territoires inexplorés, et qui dit inexplorés, dit forcément l'inconnu et tout ce que cela suscite dans notre imaginaire. Pour peu que l'on aime ces grands récits d'aventures, qui n'a jamais rêvé d'être à la place de ces explorateurs découvrant les mystères de l'Inde, le secret des pyramides ou des cités enfouies au plus profond de jungles inaccessibles.

En lisant ce diptyque j'ai retrouvé les sensations que j'éprouvais alors, quand adolescent je dévorais les récits de Mac Orlan, Conrad, Stevenson, Rider Haggard, Meritt et tant d'autres. Voilà une BD qui en plus d'être fidèle au roman d'origine arrive à retranscrire l'atmosphère qui s'en dégage. Très ancré dans son époque mais en rien chiant, ce récit nous rappelle les exploits de héros plus modernes dont Indiana Jones est le digne représentant.

Au final une histoire divertissante , pleine de mystère et dont on ne lâche rien jusqu'à la conclusion.

Nom série  Petit d'homme  posté le 11/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Vu les commentaires précédents, c'est sûr qu'il faut sans doute se forcer pour jeter un œil à ce triptyque et en même temps avoir un petit côté maso pour entreprendre cette lecture.

Donc, pourquoi ne pas transposer l'histoire du livre de la jungle dans un monde post apocalyptique? L'idée n'est pas forcément si mauvaise, d'autres œuvres majeures de la littérature ont vu leur destin chamboulé et parfois de fort belle manière.

Premier tome, rien à redire de totalement rédhibitoire, peut être faut-il s'habituer aux noms que nous connaissons tous, attribués ici à des êtres humains, alors que dans le dessin animé archi connu ou le livre de R. Kipling ils sont faits pour des animaux. Le dessin n'est pas si horrible que d'aucun le pense, bref ça roule gentiment.

Deuxième tome, ça commence à se déliter gentiment mais sûrement. Je veux bien qu'il y ait un hommage sous-jacent à Loisel, mais là c'est plus de l'hommage, c'est du pompage, (il ne manque plus que les sirènes!). Quant au scénario, ben il devient total foutraque avec des influences de : Sa majesté des mouches, Le joueur de flûte de Hamelin, Peter Pan, of course! et j'y ajouterais La quête de l'oiseau du temps, regardez la tête de ce bon vieux Baloo!

Troisième tome, un changement de dessinateur qui lui ne connait pas les fonds de cases et le scénario devient une sorte de mix entre du grand n'importe quoi et du grand n'importe quoi.

Au final voilà une série qui possédait un petit potentiel , mais gâché par un scénario qui part en quenouille. Pauvre Kipling, cet auteur fabuleux ne méritait pas ça!

Nom série  Furya  posté le 10/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
2,5 sur 5. A vrai dire je suis un poil emmerdé parce que dans tout ça il y a deux trois bonnes idées qui surnagent au milieu d'un espèce de truc avec plusieurs références qui ne sont pas franchement originales. A vrai dire j'ai failli décrocher en cours de premier tome. Des personnages apparaissaient de manière totalement incongrue, disons qu'en fait j'ai eu l'impression que les auteurs voulaient nous faire une introduction tranquille mais qu'ils se sont emmêlés les pinceaux de fort belle manière. Ça va super vite, on ne comprend rien et rendu à la fin de ce premier opus on a quand même eu droit à un mix de trucs assez costaud. Des nazis égarés en Amazonie, des vilains propriétaires qui veulent exterminer les indiens, une jeune fille élevée a bord d'un sous marin riquiqui, un trésor dans les entrailles de ce même sous marin, des ''sorcières'', graphiquement pas mal, mais totalement improbable.

Le deuxième tome se déplace en pleine guerre de l'ex Yougoslavie, si, si, les choses il est vrai s'éclaircissent un brin mais j'ai bien peur que la suite ne se fasse sans moi. A trop vouloir brasser de thèmes les auteurs m'auront perdu en route, en cause un scénario par trop foutraque.

Nom série  Amours blessantes  posté le 10/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je viens donc de lire un josei, si j'avais su avant ce que cela signifiait j'y aurais sans doute regardé à deux fois avant d'entamer ma lecture. Josei, style de manga à l'attention des jeunes filles, ce que je ne suis certes pas!

A la lecture de ces histoires courtes, une petite dizaine de pages, j'ai bien vite compris que je ne faisais pas partie de la cible à savoir celle qui se délecte des petits tracas de la vie quotidienne et amoureuse quand on est un jeune fille japonaise. Cependant je dois reconnaître que certaines de ces histoires sont empreintes d'une certaine forme de poésie, après les problèmes existentiels de ces dames me touchent peu.

Il reste le dessin fort joli, très épuré mais en même temps se référençant à des choses comme le look très seventies de la pochette Sgt Pepper Lonely Heart club Band. En tout cas c'est ce que j'y ai perçu.

Donc très joli, calme, nous sommes loin de l'agitation vue dans les autres types de manga mais réservé à un public plutôt féminin.

Nom série  L'Ours-Lune  posté le 10/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ah, lire un jour une histoire mettant en scène des Indiens mais sans forcément y rajouter cette touche de chamanisme qui me semble omniprésente dans tout ce type de récits. Certes c'est aussi ce qui fait la base, le fondement et qui guide la vie, la culture et les traditions de ce peuple. Un bon point de ce côté là car les auteurs ne nous assomment pas avec trop de références.

L'ensemble de ce diptyque est suffisamment enlevé, dynamique. C'est une lecture divertissante qui ne révolutionne pas le genre mais j'ai bien apprécié cette idée première d'un fort reculé où la lie de l'armée est basée là et où l'irruption de ce mystérieux capitaine provoque l'envie de poursuivre sa lecture.

Au final une lecture sympa mais guère inoubliable.

Nom série  Clandestino  posté le 09/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une nouvelle série qui démarre et qui nous projette dans un monde, et plus particulièrement l'Amérique latine, ou des guerres civiles semblent déchirer le continent. Des groupuscules de toute tendances ou mouvances se battent pour des raisons qui paraissent bien dérisoires. Dans ce premier tome nous faisons connaissance avec un petit escroc plutôt minable, ancien flic de l'immigration qui se voit en seigneur de guerre ou tout du moins en pourvoyeur d'armes pour les belligérants. Pour l'aider dans se tâche un jeune homme originaire du pays avec lequel il a conclut une sorte de pacte. En échange de l'adoption de sa jeune sœur, il le prends à son "service" pour lui faire découvrir les ficelles du métier.

Là ça coince, en effet, pourquoi ce type qui veut devenir trafiquant d'armes choisit-il ce gosse? Mis a part que celui-ci parle espagnol je vois pas trop! Quand au gamin il accepte sans se donner la peine de réfléchir et voilà que tous les deux se retrouvent en pleine Amazonie? Quid de leur réseau, contacts, etc..

Voila ce qu'en d'autres termes on appelle une ellipse ou bien un raccourci très rapide. Bon ça passe mais c'est du rapide. Sinon cette histoire se lit plutôt bien mais pour les tomes suivants il faudra sans conteste approfondir le propos, sans quoi ma note ne risque pas de grimper.

Du côté du dessin je le trouve plutôt bon dans son style réaliste, mais il ne me transcende pas non plus. A voir pour la suite mais sans impatience extrême.

Nom série  Luc Orient  posté le 07/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Luc Orient dans le Journal Tintin se place en précurseur de la BD de SF. Le seul problème mais il est d'importance c'est qu'aujourd'hui tout cela est très daté. Si l'on veut relire ses aventures ,il faut vraiment se replacer dans le contexte de l'époque et encore. Même pour la fin des années 70 et le début des 80, il y a beaucoup de chose qui sonnent vieillottes.

C'est une série démodée mais qui reste pleine de charme, d'un charme suranné ou les professeurs pour paraitre plus sérieux , fumaient la pipe avec componction. Pas indispensable mais par curiosité on peut y jeter un œil, c'est dans l'ensemble divertissant, bien construit et dessiné dans le genre de l'époque. Pour les curieux.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 75 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque