Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1594 avis et 341 séries (Note moyenne: 2.98)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Arthur Peyremolle  posté le 10/03/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Davodeau s’est fait connaître avec ses chroniques rurales. Mais avant lui officiait dans un même registre Jacques Bodet, assisté par Philippe Bigotto aux dessins.

D’ordinaire, j’accroche peu aux œuvres de Davodeau. Or cet album a été une très bonne surprise. Ce n’est donc pas tant le genre que le style de l’auteur qui me déplait. Davodeau donne à ses chroniques un côté artificiel et militantiste qui me dérange. Mais revenons à not’brave Arthur. Ce personnage incarne la bêtise des gens. Sous des airs de simple d’esprit, Arthur n’est pas un idiot profond. Il a conscience du déni des autres et s’en accommode car c’est un solitaire. Cette bd est une œuvre assez puissante qui, sans grands artifices, amène le lecteur à s’interroger sur la portée d’actes anodins en apparence.

Une chose est sûre, le bonheur n’est pas toujours dans le pré...

Nom série  Tous les matelots n'aiment pas l'eau  posté le 04/03/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je suis resté un peu sur ma faim avec cet album. Pourtant, le titre intrigue et donne l’envie d’en savoir plus.

Mais voilà. Si on rentre facilement dans la bd, on se retrouve bien vite face aux délires d’Arthemus qui finissent par perdre le lecteur. On ne sait plus bien où l’on se trouve : imagination ou réalité ? J’avais par moment l’impression d’être dans le rêve d’un rêve d’Arthemus. De plus, le découpage n’aide pas vraiment à situer le moment de l’action. Le lecteur finit donc par perdre pied dans les circonvolutions d’un marin qui n’aime pas l’eau. On a vraiment l’impression de louper quelque chose. Pourtant, après relecture, c’est le même sentiment qui domine : lassitude du récit dont la fin tourne en eau de boudin.

Le dessin est pas mal, un peu dans la lignée d’un Jason. Quelques imperfections toutefois à relever dans la composition (bulles mal placées) et le dessin (Arthemus a deux mains droites dans une case).

Voilà. Un album qui a du potentiel mais malheureusement assez hermétique . . .

Nom série  La Rumeur  posté le 27/02/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le concept a déjà été éprouvé par les mêmes auteurs dans Le Fluink. En lieu et place de deux peuples séparés physiquement par un liquide opaque, on suit à présent un inconnu qui, au cours de sa longue marche, va fédérer une masse considérable de gens. Chacun va de son affirmation au sujet de cet homme : politicien pour les uns, expert en dégâts des blés pour les autres, voire même guide spirituel pour certains illuminés. Sans dire mot, cet inconnu continue sa marche tout en ignorant la foule qui l’entoure.

Le cadrage est plutôt inhabituel puisqu’il consiste en un plan large de trois quarts pris en hauteur. Le décor avance doucement d’une case à l’autre à la manière d’un tapis roulant. Au sein d’une même case, on suit le cheminement de la foule qui se trouve à un endroit A puis en B. Ce procédé s’inspire un peu de la réalisation des dessins animés. D’ailleurs, si on se faisait succéder les cases, je suis quasi sûr qu’on aurait une vue animée des personnages. J’apprécie donc le traitement graphique de l’ensemble. J’aime aussi ce côté « boule de neige » du récit où une personne, puis deux, puis cinq, puis cent viennent grossir la foule qui se questionne sur ce curieux personnage. Par contre, je trouve cela un tantinet longuet. La lecture de cette myriade de bulles au sein de chaque planche, sympathique au début, en devient vite lassante. De plus, tout comme avec Le Fluink, je trouve la fin un peu facile.

Je situerais cet album un cran en-dessous de Le Fluink, l’effet de surprise en moins. A lire toutefois pour se faire une idée.

Nom série  Le Fluink  posté le 27/02/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cet album réalise un joli tour de force, celui de s’affranchir des codes usuels propres à la bd. Pas de cases, juste un décor en "bande déroulante". Cette bd initie un véritable renouveau en laissant libre cours à l’inventivité des auteurs.

Le haut de page nous présente la vie en autarcie d’un peuple démocratique. En bas de page, l'impitoyable Préfectal règne en maître absolu sur son peuple. Les deux peuples sont séparés par le Fluink, mystérieux liquide noir opaque. La rencontre entre ces deux civilisations que tout oppose en apparence, va être à l’origine de grands bouleversements.

Ce concept permet une multitude de situations inédites en bd en jouant sur l’interactivité des protagonistes avec le décor. Une belle réussite donc avec un scénario qui tient la route bien que partiellement terni par une fin prévisible. Les dessins sont minuscules et pourtant chaque protagoniste est reconnaissable. Les planches ne sont pas sans rappeler celles de Franquin avec ses fameuses Idées Noires. Un gage de qualité...

Une bd expérimentale qui séduit davantage par son concept que par le dénouement de l’histoire.

Nom série  Les bijoux de famille  posté le 27/02/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un polar noir et sans concession, bien dans la veine de ce que peut publier les requins marteaux.

En soi, cette série n’a rien d’indispensable. Mais je suis bien rentré dans le récit de Witko qui est à la limite de la caricature du genre. Le dessin de Papazoglakis joue aussi beaucoup sur le ressenti final car sa noirceur s’accorde parfaitement avec le ton de l’histoire. Cette série est pourtant dispensable à mes yeux (comme beaucoup d’autres bds) car, en toute objectivité, elle n’apporte rien de neuf. Elle se contente d’utiliser, avec beaucoup de savoir faire, les codes du genre. Ca s’entretue pour une histoire de . . . bijoux de famille !

Bref, un bon trip . . . Un peu trash toutefois.

Nom série  Les Ombres blanches  posté le 27/02/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette bd se penche sur le cas atypique d’un homme coupé du reste du monde. Il passe tout son temps à lire des livres et à les mémoriser tout en s’inventant un imaginaire débordant. Cet homme-mémoire deviendra une bête de foire . . .

Voici donc un sujet intéressant qui bénéficie de nombreux dialogues de qualité. Le hic est ce foisonnement de séquences où l’imaginaire prend une place prépondérante sans trop pouvoir la distinguer du monde réel. Ainsi, on navigue entre deux eaux sans trop savoir où cela va nous mener. C’est donc un peu laborieux à suivre. Il faut s’accrocher mais la lecture en vaut la peine. Toutefois, je doute m’y replonger un jour.

Le dessin est d’une grande lisibilité grâce à cette ligne claire entourée de larges aplats noirs. Arthur, le protagoniste principal du récit, ressemble d’ailleurs au Petit Prince de St-Ex (un hasard ?)

Nom série  Du Graal plein la bouche  posté le 27/02/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai découvert Jérôme Anfré avec Le dessinateur, la colline et le cosmos et j’avais été séduit par le côté décalé de sa bd. Je suis admiratif devant la qualité des planches. Jérôme avait montré qu’il savait tenir un crayon. Avec ce one shot, il prouve qu’il sait également tenir un pinceau. Cette bd s’inscrit un peu dans la même veine avec un "délire contrôlé" de l’histoire dont l’écriture est laissée à son frère. Que le lecteur ne s’y trompe pas : s’il est question de graal dans le titre, celui-ci ne sera qu’effleuré dans le récit mais il aura quand même une certaine importance. Il est question d’un combat acharné entre Vauvert et le diable en personne : coups bas et trahisons . . . tous les moyens sont bons pour arriver à ses fins. Le récit se suit avec intérêt. Anfré cultive l’art de chercher à noyer le lecteur tout en lui laissant une poche d’air. Ainsi, si on peut se sentir perdu au milieu du récit, on retrouve finalement le fil conducteur de celui-ci pour mieux en apprécier le final. On peut toutefois s’interroger sur la multitude d’intervenants qui font un passage éclair et sont finalement dispensable au récit. Mais cela n’est que peu de choses par rapport au sentiment général plus que positif.

Bref, voici une bonne dose d’imagination pour un récit loufoque mais, heureusement pour le lecteur, jalonné de balises.

Nom série  Monsieur Jabot et autres histoires  posté le 01/02/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
A côté de Monsieur Jabot et ses acolytes (M. Pencil, M. Crepin ou M. Vieux Bois), Bécassine fait figure de petite nouvelle venue dans le monde de la bd. En effet, beaucoup s’accordent pour dire que Rodolphe Töpffer (1799-1846) est celui par qui la BD est née. Oh, évidemment, on ne parlait pas alors de "bande dessinée". Ce compatriote de Zep parlait plus volontiers de "littérature d’estampes" pour décrire ses histoires formées de successions de scènes représentées graphiquement. Point encore de bulle, le texte figurait en dessous de chaque vignette. Cette idée de génie de créer des histoires à partir d’images commentées a notamment été saluée par Goethe.

Son trait tient davantage de la caricature. D’ailleurs le comportement de ses personnages n’est qu’une belle farce grimant le milieu bourgeois, ce qui fait ressortir le côté burlesque de ces récits vaudevillesques. Les situations virent souvent à l'absurde à la suite d’une succession de gags, quiproquos et de retournements de situation qui jalonnent la course au paraître du personnage central. Les histoires se terminent souvent par un mariage mais cela n’est pas pour autant systématiquement synonyme de "fin heureuse". Finalement, Töpffer est bien plus que l’inventeur de la BD, c’est le père d’un nouveau mode d’expression auquel il a également défini des codes.

Cette BD est difficile à noter car il ne correspond plus aux standards actuels. Mais pour un tel monument de la bd et ce qu'il représente, c’est un 5 étoiles bien mérité !

Nom série  Effleurés  posté le 20/01/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les bds qui se focalisent sur la vie sentimentale de gens ordinaires sont en vogue pour le moment. Mais force est de reconnaître que la réussite n’est pas toujours au rendez-vous. De plus, développer ce thème pour son premier album est une gageure. Et pourtant, Isa relève le défi. Pari réussi !

Fleur est une personne au caractère entier mais avec le coeur sur la main. Je me demande d’ailleurs dans quelle mesure l’auteure et Fleur ne formeraient qu’un ? Car, pour peu que je la connaisse, on sent pas mal de similitudes dans ses traits de caractère avec ses coups de gueules, sa manière d’aborder les choses de la vie et son anticonformisme apparent. Fleur a donc du caractère et cela s’entend, avec des dialogues parfois secs et crus. Mais on ne peut s’empêcher d’avoir un certain attachement pour cette fille. Le final est inattendu et ponctue ce récit d’une belle manière.

Silvain Limousi développe un style très personnel dont on peut déceler des influences mangas dans l’expressivité des protagonistes. Comme tout style graphique tranché, l’avis des lecteurs le sera également. Pour ma part, je lui trouve un côté non-consensuel qui me plait. Le dessinateur excelle dans les gros plans, les plans de trois-quarts et les postures assises ou couchées. On le sent par contre moins à l’aise pour les plans des personnages en entier et en mouvement (jambes et pieds). Un dessin qui demande donc encore à progresser mais le style est là. Et, pour un premier album, c’est déjà pas mal. Enfin, les couleurs s’harmonisent parfaitement avec le dessin en proposant des teintes saturées mais pas agressives.

Nom série  Douze raisons de l'aimer  posté le 18/01/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C’est un bel album qui retrace, en 12 chapitres (et autant de raisons de l’aimer), la relation amoureuse de Gwen avec Evan. Chaque chapitre est un regard posé sur des moments épars de leur vie, un peu comme des instantanés agencés pèle mêle sans ordre chronologique. Cet agencement particulier du récit procure une atmosphère assez unique. Chaque chapitre est une pièce d’un puzzle qui permet d’avoir une vision entière en toute fin d’album. Comme tout couple, la vie de Gwen et Evan est parsemée par des moments de joie, des moments de crise aussi . . .

L’auteur livre simplement une histoire telle qu’elle est vécue par les protagonistes, sans entrer en profondeur dans la psychologie des personnages. L’auteur donne davantage l’impression d’être témoin à l’histoire. Quant aux dessins, ils sont sympas avec un trait un peu anguleux et épais.

A lire.

Nom série  Allande  posté le 10/01/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Allande, c’est de la fantasy qui date mais c’est du bon cru !

Sans toutefois atteindre la qualité de La Quête de l'Oiseau du Temps ou de Légendes des Contrées Oubliées, cette courte série étonne et séduit. Aujourd’hui qualifié de "genre saturé" avec du bon et surtout du mauvais, la fantasy traitée alors était affranchie de toute déviance (pas d’humour à deux balles ou de mélange avec la SF par exemple). On a devant soi de la fantasy originelle, c'est-à-dire avec un héros, une quête et un méchant. Le début plonge d’emblée le lecteur au coeur du récit. Il faut d’ailleurs quelques pages pour mieux situer les personnages et leurs motivations. Mais cette mise au point se fait rapidement et sans difficultés. J’ai vraiment bien accroché à l’histoire et j'ai trouvé sa narration prenante. Il y a une vraie recherche derrière ce récit qu’on pourrait qualifier de bien construit avec une base solide. Les deux premiers tomes forment une histoire en soi. Cette histoire trouve sont épilogue dans le troisième opus. A noter que la trame du récit m’a un peu fait penser à Terres d'Ombre (qui lui est pourtant postérieur). Ce récit n’a pas pris une ride, certainement grâce au fait qu’il puise sa force dans des ingrédients intemporels.

Autre point fort : le dessin et surtout sa mise en couleurs. Le rendu ne plaira pas à tout le monde mais moi je trouve cela superbe ! On peut par ailleurs observer une réelle évolution de la qualité des planches au fil des tomes pour devenir réellement magnifiques dans le dernier opus. On dirait presque du Civello avant l’heure !

Bref, voici de la bonne fantasy comme on aimerait en voir plus souvent.

Nom série  Les libérateurs  posté le 08/01/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Alléché à l’idée de me délecter de ce one shot après avoir lu Le Magicien d'Oz, la déconvenue n’en a été que plus grande.

Pourtant, j’adore le rendu des planches, raison pour laquelle j’ai craqué sur cette bd. Fernandez a un sacré coup de pinceau et la technique qu’il utilise, qui consiste à se passer de l’encrage pour ne laisser apparaître que les couleurs, a d’ailleurs aujourd’hui son petit succès. Ca déchire visuellement. Mais il est à regretter que l’auteur, qui signe aussi le scénario, n’ait pas le même talent pour raconter une histoire. On dirait que l’auteur mise tout sur le visuel, l’esthétique. En effet, sous une apparence des plus avenantes (dessins stylés et mise en couleur des plus flatteuses), se cachent un récit nébuleux et une narration confuse (exigeante diront certains) qui n’est pas sans rappeler le catharisme du temps de l’inquisition. La thématique abordée (le fanatisme religieux ou autre) n’est pas dénuée d’intérêt mais le récit me semble inutilement alambiqué. De plus, la fin n’en est clairement pas une puisqu’elle appelle une suite . . .

Peut-être faut-il voir dans cet essai une nouvelle stratégie de l’éditeur de publier directement des tomes 1 de séries sous forme de one shot pour éviter de rallonger leur longue liste de séries abandonnés (Banana fight, Dontar, L'ours de la Spadaccia, Les passagers de la dernière vague) ?

Nom série  Le Journal de Jules Renard lu par Fred  posté le 03/01/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C’est un album coup de cœur.
J’ai lu peu de choses de Fred (rien serait le terme plus approprié). Et pourtant... Quelle claque !

Pour illustrer le Journal de Jules Renard, Fred choisit comme cadre à son récit une promenade bucolique mettant en scène Mr Renard accompagné d’un corbeau (tiens, tiens). Notre paire disserte longuement sur les choses de la vie. Les citations sont légion. On pourrait même dire que les dialogues ne sont que citations : des paroles sombres, profondes et ô combien justes et d’actualité. On a l’impression que Maître Corbeau n’est présent que pour relancer Mr Renard dans ses pensées. Cette balade est aussi l’occasion de faire des rencontres plus ou moins incongrues. On peut résumer cet album en une succession de pensées, idées qui ont fait la renommée de Jules Renard. Le final est particulièrement réussi et ponctue de belle manière ce récit consacré au journal de celui qui a écrit "Poil de carotte".

Le dessin n’est pas en reste. Fred surprend par la diversité des plans (larges ou resserrés). Les cadrages sont également variés : à de pleines pages se succèdent des pages avec une multitude de petites cases. Certains plans sont découpés en plusieurs cases. D’autres cases sont reprises en "négatif" pour mieux faire ressortir les pensées de l’écrivain. Bref, le traitement graphique est en phase avec le scénario et constitue ainsi un exemple pour tout dessinateur, de l’apprenti au "confirmé".

Un album injustement méconnu.

Nom série  Je suis pas petite !!!  posté le 11/12/2007 (dernière MAJ le 21/12/2007) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un album sympathique mais pas inoubliable.

Bibi est une petite fille qui a la botte des sciences : elle aime expérimenter. Isidore (le petit voisin), Prescott (sa peluche) ou encore Trafalgar (son chat) sont ses cobayes privilégiés. Elle voyage aussi beaucoup (Inde, Afrique, Canada, Pérou) et ses rencontres sont toujours source d’enrichissement ou, du moins, d’apprentissage.

Commençons par les points positifs. La narration est bonne. Les histoires sont courtes et variées. Les réflexions de Bibi et les chutes des histoires suscitent l’amusement du lecteur. Les dessins de Bruno Duhamel font aussi beaucoup dans la réussite de l’album. Les planches sont caractérisées par l’absence de cases remplacées par des ellipses aux couleurs chatoyantes. C’est original et plutôt bien vu !

Par contre, je trouve que les ressorts scénaristiques sentent le déjà vu. Rien de bien neuf à se mettre sous la dent donc, malgré que le traitement narratif ne souffre que peu la critique. Autre point qui m’a gêné, c’est la transition entre les histoires qui fait qu’on passe du Canada au Pérou d’un coup de baguette magique. Il aurait été préférable à mon avis de garder une unité de lieu.

Mais qu’importe, la qualité est au rendez-vous même si c’est l’efficacité qui supplante l’originalité.

Nom série  Viktor  posté le 11/12/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Malheureusement, je n’ai pas éprouvé le même plaisir de lecture que mes prédécesseurs.

Certes, le conte est joli, plein de poésie et d’onirisme. Certes, le final ponctue le récit sur une note touchante et optimiste qui illustre une maxime mondialement connue. Mais. Car il y a un mais. Je n’ai pas été séduit par le dessin. Le style a pourtant de quoi "accrocher". J’apprécie beaucoup ces décors fouillis, hachurés qui donnent une ambiance sombre au récit. Mais les traits du visage de Viktor me rebutent. Ils me semblent figés, comme s’il portait un masque en permanence. J’accroche donc difficilement au trait du protagoniste principal. La conséquence directe est que j’ai eu du mal à m’attacher à sa quête qui forme le récit. Je la trouve peu originale. Je pense que ce récit aurait gagné en intensité (et donc en intérêt de ma part) s’il avait été plus court.

A essayer toutefois . . .

Nom série  Transports sentimentaux  posté le 11/12/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Qui dit collectif, dit grande diversité des styles. Forcément, on accrochera plus à certains récits qu’à d’autres, soit à cause de la narration, du dessin ou des deux.

De grandes figures de la bd se sont associées à ce projet qui a pour objet le transport, "dans tous ses états" serais-je tenté d’ajouter. Si je n’ai pas accroché à tous les récits, force est de constater qu’ils sont pour la plupart orignaux ou font preuve d’une grande inventivité. Certains laissent sur leur faim (Bézian), d’autres font rêver (Corcal), interpellent (Dupuy et Berbérian, Brunschwig et Le Roux) ou sont plus délirants (Omond et Supiot). D’autres encore plaisent tout simplement (Boucq, Ange et Varanda).

Une idée originale, de grands noms . . . bref, une réussite.

Nom série  Tristes utopiques  posté le 11/12/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
A partir d’un article de presse, les auteurs développent une histoire en poussant l’idée sous-jacente jusqu’à son extrême. Cela permet de mettre le doigt sur des dérives de nos démocraties. Ces récits nous bousculent en éveillant notre conscience sur des pratiques souvent considérées à tort comme faisant partie intégrante de notre société. En cela, cette bd est salutaire. Par contre, j’ai trouvé les récits inégaux. Certains sont bien trouvés, d’autres banaux. De même, je ne suis pas franchement emballé par les dessins.

A lire pour se faire une idée mais de là à l’acheter . . .

Nom série  Sept pirates  posté le 11/12/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Parmi les bds récemment parues, j’ai lu ce one shot dont le sujet traité autant que les dessins ont eu sur moi un effet attractif immédiat. Il est de ces bds qu’on achète sans hésiter et dont on sait qu’on ne sera pas déçu.

Ce récit propose une suite au roman de Stevenson. L’histoire se situe une bonne quinzaine d’années après. On retrouve Jim Hawkins ainsi que d’anciens compagnons de Flint. Le récit tient la route même si son développement aurait nécessité davantage de pages pour en saisir sa pleine substance. Ainsi, on pourra regretter le recours à certains raccourcis (lecture de la carte de Flint en 30 secondes et un final un peu expédié en sont des exemples). On se doute aussi de l’identité du fameux commanditaire. Ceci dit, les quelques imperfections du récit sont heureusement compensées par une narration bien maîtrisée qui rend la lecture agréable et divertissante. La qualité des planches sublimée par la colorisation finit par convaincre.

Assurément un bon album de piraterie.

Nom série  L'Oeil du diable  posté le 11/12/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’apprécie les récits de pirates autant que les one shots. Cet album était donc tout indiqué pour me procurer un plaisir certain. Et ce fut le cas.

J’ai beaucoup aimé tant la trame scénaristique que le graphisme et les couleurs. Un peu à l’image d’un Robinson Crusoé, Sean Hawkins erre seul sur un îlot avec pour seul compagnon une noix de coco. Petit à petit, on va découvrir comment il a échoué dans ce coin désert. Le choix narratif est original avec l’utilisation de flash-backs pour rassembler les pièces du puzzle et retracer ainsi le passé d’un homme que la solitude ronge. La vie antérieure de ce pirate abandonné là par ses pairs est peu conventionnelle. Car s’il a été pirate, ce n’est pas par conviction, mais plutôt par nécessité pour mener à bien ses propres desseins. Voici donc dévoilées les bases d’un récit intelligemment amené et bien servi par des dessins de toute beauté.

Bref, une histoire de pirates pas tout à fait comme les autres qui mérite le détour.

Nom série  Polly et les Pirates  posté le 11/12/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Polly, c’est une chouette histoire de pirates aux allures de conte enfantin. La narration est dynamique et le récit riche en événements. Chaque épisode (court il est vrai) se termine sur une note inattendue qui donne l’envie irrésistible de lire le suivant. C’est bien simple, j’ai lu les 6 tomes dans la foulée. La forme y est, c’est incontestable mais cela a tendance à cacher un peu le fond plus classique même s’il est joliment traité. Une certaine analogie peut même être évoquée avec l’histoire de Peter Pan.

Ceci dit, cette série en VF est relativement chère à l'achat. Dommage que l’édition française n’ait pas gardé la forme de celle en VO (un volume et dessin N&B). Le dessin ne se prêtait pas vraiment à une colorisation.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque